AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Kingston A400 – SSD interne – ...
Voir le deal
81.90 €


 

 James - It's my turn to ask for your help



Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Coeur pris par un musicien irlandais
Lieu de naissance : Calgary, Canada

James - It's my turn to ask for your help Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 358
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

James - It's my turn to ask for your help X0TurS619 / 5019 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ224 / 5024 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU712 / 5012 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
17.02.19 10:15

I'ts my turn to ask for your help

Une semaine. Déjà une bonne semaine que l’hôpital avait sombré dans la noirceur de la nuit. Les autres avaient dit que c’était les plombs qui avaient lâché. De simples fusibles trop vieux pour supporter l’activité de tout l’hôpital. Je me souviens encore du moment précis où tout a sombré. J’étais au réfectoire, face à mon plateau quand la lumière s’est éteinte et qu’un brouhaha s’est répandu à-travers la salle. Des lampes de poche et des bougies ont été sorties, certains sont partis voir si le problème ne venait que du réfectoire ou s’il s’étendait à tout le bâtiment. Des groupes se sont réunis, les discussions se sont animées et la sentence est tombée ; il n’y avait plus de courant, nulle part. Je me souviens avoir eu un instant de panique. Je me suis demandé si le problème était interne ou externe. Et si d’autres survivants s’amusaient avec nous ? C’est qu’on en a entendue des histoires ces dernières semaines. Sur d’autres groupes, pas si loin de nous.

Mais à présent, les événements s’étaient tassés, les esprits s’étaient calmés. On avait tous dû prendre l’habitude de se déplacer avec une lampe de poche. C’est qu’il faisait sombre après que toutes les fenêtres aient été condamnées au début de l’apocalypse. Nous n’avions que très peu de lumière extérieure et je devais avouer que parfois, la lumière me manquait. Alors je montais fréquemment sur le toit, mais de jour. Je n’étais évidemment pas le seul à le faire, les autres devaient également ressentir ce manque. Je n’y faisais d’ailleurs jamais très long, peu à l’aise au sein d’un groupe.

Heureusement aussi, le virus avait enfin été éradiqué. Nous évitions encore de boire l’eau, par précaution, mais je me sentais bien mieux. La fièvre était tombée depuis longtemps, les courbatures m’avaient quitté, j‘allais bien. Je m’étais donc naturellement remis à mes petits travaux manuels. J’avais commencé par les choses plus urgentes qu’on m’avait demandées et une fois fait, j’avais repensé à cette promesse que j’avais fait à James ; celle de lui réparer ses appareils auditifs. Le pauvre devait d’ailleurs subir bien plus que nous dans ce noir. Lui qui lisait sur les lèvres lorsqu’il ne comprenait pas tout. Dans ce noir, la communication devait être si compliquée.

J’avais donc passé plusieurs jours sur ce projet, cherchant une solution jusqu’à ce que j’y arrive. Ses appareils fonctionnaient à nouveau et sans piles. Ne me demandez pas comment j’y étais arrivé, à force de farfouiller dans le système de l’appareil, j’avais réussi à bidouiller quelque chose. James allait être content.

Je m’étais levé, heureux du résultat, un grand sourire sur les lèvres et avais passé une main dans mes cheveux. Je grimaçai en me rendant compte de leur état. Ma longue tignasse m’arrivait aux épaules et je devais avouer qu’en pleine survie, en prendre soin n’était pas toujours le plus facile. Et cette apparence faisait à présent partie du passé, de ce que j’étais avant l’apocalypse. N’avais-je pas envie de changement ? Je soupirai longuement tout en me tournant vers le miroir dans ma chambre. J’en avais marre de ces cheveux.

Décidé, j’attrapai les ciseaux sur mon bureau, les appareils de James, ma lampe de poche et sortis dans le couloir. Il n’y avait pas grand monde, ce qui à la fois me réjouissait et laissait une ambiance angoissante. L’hôpital semblait vide. Je pressai le pas et me retrouvai face à la porte de mon ami. Je toquai trois coups, attendis quelques secondes puis ouvris la porte pour passer ma tête dans l’embrassure. « James ? » Il était là, ce qui me provoqua un énorme sourire. J’entrai et m’avançai vers lui, lui tendant ses appareils. « J’ai réussi. » Un air fier se dessina sur mon visage. « J’espère que ça tiendra, mais t’as plus besoin de piles. »

Et puis je lui tendis mes ciseaux. « J’ai besoin de toi…. » Je secouai ma tête pour faire danser ma tignasse avant de m’arrêter, des cheveux devant les yeux. « J’en ai marre de cette tignasse… Tu veux bien m’aider ? »
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Avec Eli pour la vie
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

James - It's my turn to ask for your help 1543102557-cat-james

Messages : 588
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

James - It's my turn to ask for your help X0TurS621 / 5021 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ229 / 5029 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU723 / 5023 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
04.03.19 13:48
Comment dire... Plus de lumière additionné à son audition douteuse ? James a de quoi monter en pression. Tout est devenu bien plus compliqué pour notre irlandais, dans le quartier général de la Lyssa... Avant, il pouvait s'en sortir en lisant sur les lèvres, lorsqu'il ne parvenait pas à entendre son interlocuteur. A présent que la lumière a décidé de prendre des vacances, il doit toujours demander aux gens de répéter, plus fort. A sa bonne oreille. Et plus qu'exaspérant, il ne supporte pas d'être un poids. Le petit côté positif, c'est qu'à force, ils ont compris et font l'effort avant qu'il ne le demande. Il ne parvient toutefois pas encore à entendre à plus de quelques mètres. Combien de fois a-t-il donc ignoré quelqu'un car il ne l'entendait pas ? Probablement pas souvent, puisque les lumières se sont fait la malle. Bref, James n'est pas d'une humeur extrêmement positive, ces derniers temps.

Alors, il se contente de perdre son temps dehors, lorsqu'une expédition se prévoit. Histoire d'y voir quelque chose. Ou, quand il n'est pas à l'extérieur, il fait mille et un plans avec Tyler. Qu'est-ce qu'il est refait de le voir ici, son ami. Enfin un gars qui lui ressemble, qui ne perd pas son temps à se morfondre toutes les deux minutes sur sa condition.
Et plus que ces deux activités, James aime passer du temps avec Elijah. L'irlandais est encore perdu de retrouver un visage du passé. Pourtant, c'est ces retrouvailles qui changent tout, dans son esprit. Ils ne sont pas obligé de recommencer depuis le début, ils se connaissent déjà et peuvent se passer des formalités. James avait besoin de ça... Avec lui, il se sent léger, lui-même. Il se sent comme chez lui, il se permet de baisser sa garde. Pour souffler.

James soupire, couché sur son matelas. Dans cette pièce qu'on lui a donné en guise de chambre, il perd son temps dans le noir. Le monde est silencieux, noir. Rien ne vient perturber sa méditation forcée.
C'est lorsqu'il pense à sa soeur que l'on toque trois coups à sa porte. Sauvé par un visiteur. L'irlandais se relève d'un bond de son lit, recherche la lampe torche. En vain, il ignore où elle a pu encore rouler. A l'aide de ses mains, il tente de se diriger, trop tard. Une voix résonne au loin, dans le voile de sa surdité, la porte a dû être ouverte. Ses pupilles se dilatent lorsqu'elles croisent la lumière de la lampe de poche, il ne voit pas le visage de son visiteur, peine à reconnaître sa voix au travers du flou de son ouïe affreuse.

- Pardon, j't'entend pas très bien.

Et la voix s'élève plus forte, James le reconnait et un sourire s'étire sur ses lèvres. Elijah s'approche de l'irlandais, lui tend ses appareils. Le coeur du sourd bondit dans sa poitrine, un cri explose sa gorge.

- Putain, sérieux ? Mais non, t'es tellement un génie ! Bordel, je devenais dingue, moi, à ne rien comprendre ! J'te jure, comme un petit vieux sénile !

James s'empare de ses appareils, les enfile dans ses oreilles avant de les allumer. Quel bonheur. La voix d'Elijah lui parait claire, limpide. Il n'a plus à lire sur ses lèvres, il n'a plus à mettre son entière concentration sur la simple compréhension d'une phrase. Il se retourne vers son ami, lorsqu'enfin il met en ordre la demande qu'il vient de lui faire. Et l'irlandais explose de rire.

- T'as pas peur que j'te coupe une oreille, toi !

Son rire se calme, il sourit. Se jette sur son ami, le prend dans ses bras.

- Je peux bien te rendre ce service, après ce que tu viens de faire pour moi. J'entend à nouveau ! Merci, merci, merci !!

L'étreinte dure plusieurs minutes, James commence à rougir. Et surprend son coeur à battre toujours plus vite. Parfois, il s'en rend compte, il est bien trop tactile. Il se recule, tend la main pour prendre possession des ciseaux alors qu'il s'éclaircit la voix.

- Bienvenue dans le salon de coiffure de Miss Walsh, prenez place sur ce merveilleux matelas, nous allons nous occuper de vous !

Heureusement pour lui, il fait trop sombre pour qu'Elijah se rende compte de ses joues soudainement rouges.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Coeur pris par un musicien irlandais
Lieu de naissance : Calgary, Canada

James - It's my turn to ask for your help Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 358
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

James - It's my turn to ask for your help X0TurS619 / 5019 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ224 / 5024 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU712 / 5012 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
16.03.19 4:05

I'ts my turn to ask for your help

James saute de joie lorsque je lui tends ses appareils. Il s’empresse d’ailleurs de les enfiler et je vois son regard changer malgré la pénombre. Il est sincèrement heureux et je sais que cette attention de ma part va lui changer sa vie. Plus besoin de tendre l’oreille, plus besoin de demander de répéter. Et en plus, je me ferai moins de soucis pour lui quand il sortira. Car les revenants, il faut les entendre, et James n’avait cette capacité complète. Je serai rassuré, un minimum.

Et il rit, James, à en s’en décrocher la mâchoire. Alors je le suis, gaiment. « Non, même pas peur ! T’entends peut-être pas bien, mais tu sais te servir de tes mains ! » Petit clin d’œil alors que je m’autorise à le taquiner sur son handicap. Je sais que je peux, moi, qu’il ne m’en voudra pas et que même parfois, il aime bien que je le traite comme tout le monde. Mais il ne répond pas et se jette sur moi pour m’étreindre. J’ai un léger mouvement de recul, dû à l’effet de surprise. Contrairement à lui, je ne suis pas très tactile et les étreintes de ce genre ne sont pas ma tasse de thé. Mais je ne le repousse pas, je me surprends même à l’entourer de mes bras. C’est James après tout. J’ai bien vu que mon rythme cardiaque change en sa présence, que chacune de ses paroles me fait sourire, que tout me parait beau chez lui. Et justement, avec lui, ça ne me dérange pas qu’il soit tactile.

L’étreinte dure quelques minutes, mais contrairement à ce que j’aurais pu penser, je n’ai pas l’impression que ce soit long. Et quand il s’écarte de moi pour prendre les ciseaux, j’en ressens carrément un petit vide. Depuis quand James a-t-il cet effet sur moi ?

Mais bien vite, l’irlandais reprend le ton de la blague et m’accueille comme dans un salon de coiffure, et je souris, comme toujours avec lui. J’en ris même, tout en m’installant sur ce fameux matelas qui fera office de siège de salon de coiffure. J’ai confiance en lui, heureusement. Assez pour lui confier ma tignasse. Ça va me faire un gros changement, il me faudra du temps pour m’y habituer. Mais il était temps. Je dois me traîner ces cheveux depuis mes quinze ans je pense.

Et quand James s’y met, je le regarde faire, dans la pénombre, du coin de l’œil. Je ne sais pas tout de suite quoi lui dire, moi qui suis d’un naturel plus réservé que lui et normalement plus à l’’écoute qu’é la parole. Mais pour James, je fais toujours l’effort. « T’as réussi à survivre quand même dans cette pénombre ? » Et mon regard se pose sur sa chambre, fait le tour de ces objets personnels, tombe sur son violon. « T’as prévu un nouveau concert avec Tyler ? » Sourire. Je sais qu’il l’a retrouvé, ce Tyler. Je ne l’ai jamais vu aussi heureux qu’avec ce gars et ça me fait plaisir. James commençait à devenir morose dans cet hôpital, lui qui est normalement toujours joyeux. Et Tyler a fait remonter ce côté fêtard. C’est sûr que ce n’est pas avec moi qu’il va s’éclater autant qu’avec lui, alors je suis heureux que quelqu’un d’autre puisse lui permettre d’exploiter ce côté de sa personnalité.

Et puis la mine se fait plus sombre alors que mon regard tombe sur sa veste. Je repense à sa famille. Où est-elle à présent ? « Dis-moi James… Tu… » Je ne sais pas comment lui poser la question sans paraître brusque. « T’es parti tout seul de Calgary ? »
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Avec Eli pour la vie
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

James - It's my turn to ask for your help 1543102557-cat-james

Messages : 588
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

James - It's my turn to ask for your help X0TurS621 / 5021 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ229 / 5029 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU723 / 5023 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
07.04.19 18:20
Ciseaux en mains, il attend qu'Elijah se place sur le matelas. L'irlandais continue dans sa blague, imite un professionnel et observe de près la tignasse rebelle de son client, prenant des touffes de cheveux entre ses doigts, les étirant de chaque côté de son visage comme pour en vérifier les dégâts. Il sourit, secoue de la tête comme s'il pensait à l'oeuvre d'art qu'il allait alors faire naître de ses coups de ciseaux.
Et le jeu se calme lorsqu'il se glisse dans le dos de son ami, à genoux sur le matelas. En temps normal, une paire de ciseaux est un outil pour découper ses patients. Enfin, les ouvrir pour mieux les soigner, bien évidemment. James n'est pas coiffeur, ne le sera sans doute jamais, et n'a jamais tenté le coup, alors soudainement, il doute de pouvoir faire quoique ce soit de bien. Pourtant, il sourit à l'idée de sa première coupe et se sent pousser des ailes d'artiste. Il donne le premier coup de ciseau, Elijah reprend la conversation, l'ancien interne ricane.

- Tu m'connais, je m'adapte pour survivre. Mais c'est vrai que là, on m'a bien mis des bâtons dans les roues, c'était la merde pour comprendre quoique ce soit et j'ai sursauté plus d'une fois quand quelqu'un essayait de m'aborder en me touchant l'épaule. J'entendais personne arriver... Et bordel, qu'est-ce que c'est emmerdant d'être sourd !

James rit, pourtant, au fond de lui, ses nerfs ont bien failli lâcher. Sans ses appareils, il est à la merci de n'importe qui... Toujours forcé de demander aux autres de répéter, plus fort, d'articuler, plus fort. Il ne le fait pas paraître, mais parfois, son handicap lui pèse. Alors, lorsqu'Elijah lui a tendu ses appareils, sa joie a été sans mesures. Et sa reconnaissance plus grande encore.

- Et pour le concert, je pense que vous allez nous entendre plus fort la prochaine fois, j'te l'garantis. Surtout maintenant que j'entend si bien !

Les ciseaux coupent, les cheveux tombent sur le matelas. Ce n'est pas si mal, au final. L'irlandais devenu coiffeur l'espace d'une quinzaine de minutes descend du lit et se glisse devant son ami, pour continuer sa coupe. Il ne sait pas réellement ce qu'il fait, il essaye. Et doucement, il croit découvrir à nouveau les traits du visage d'Elijah. Ce dernier reprend la parole, plus timidement cette fois-ci. Les ciseaux cessent de crisser dans les mèches brunes, James fixe ses propres mains.

- Non, nous sommes tous partis, mon oncle, ma soeur et moi.

Il reprend sa coupe, son sourire s'effaçant doucement de ses lèvres à mesure qu'il pense aux membres de sa famille brisée. Explosée. Les cheveux tombent sur le sol. James sait sa soeur en vie, c'est une dur à cuire. Et elle est increvable. Quand à son oncle, il craint pour sa survie. Chasseur et homme qui s'adapte, il pourrait survivre. Pourtant, James n'a plus eu de nouvelles depuis leur séparation, depuis plus d'un an et demi. Il aimerait le revoir... pouvoir entendre son rire à nouveau, mêlé du sien. Il rêve de retrouvailles... Malgré tout son optimisme, il n'y croit que peu. Mais espère toujours.

- On est partis pour que j'puisse aller dans une bonne fac de médecine, du coup on a déménagé. Et après, 2017, toute la merde, tu connais la chanson. On a essayé de survivre, mais on a été séparés à cause d'un groupe de virulents... j'sais pas si mon oncle est en vie. Quand à ma soeur, on était ensemble. Elle doit encore être avec ses potes de Highgate.

Un rire mauvais s'échappe de sa gorge.

- Et si tu veux mon avis, elle n'a qu'un rêve, me mettre la main dessus pour m'étrangler de ses propres mains, à l'heure qu'il est.

Il ne jette pas un seul regard à Elijah, persuadé que croiser le sien le mettrait mal à l'aise. Qu'il ressentirait le besoin de parler, de se confesser. Il ne veut pas... il refuse de parler d'elle, de parler de son oncle. Et de ce conflit qui se creuse plus encore entre sa soeur et lui. Et il craint qu'Elijah ait cet effet sur lui, de confession.

- Et toi, comment tu t'en es sorti, après mon départ ? T'étais seul après l'apocalypse ?

Il accentue le dernier mot, ricanant. Il tente de retrouver de l'ironie pour combler l'atmosphère devenant alors trop pesante.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Coeur pris par un musicien irlandais
Lieu de naissance : Calgary, Canada

James - It's my turn to ask for your help Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 358
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

James - It's my turn to ask for your help X0TurS619 / 5019 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ224 / 5024 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU712 / 5012 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
22.04.19 18:28

I'ts my turn to ask for your help

Les mèches tombent à l’arrière de ma tête, James est concentré, là, dans mon dos. Je sens doucement le poids de mes cheveux s’enlever et je ressens quelque chose de spécial, d’indescriptible. C’est comme si on m’enlevait ce qu’il me reste du passé. C’est une coupure officielle entre aujourd’hui et ma vie d’avant, ce que j’ai toujours été depuis mon adolescence. C’est un jour nouveau, un nouvel Elijah. Alors je ressens un petit vide se créer en moi. Ce ne sont que des cheveux, je le sais bien, mais dans ce nouveau monde, nous avons tellement perdu que la moindre chose nous parait énorme. Et cette coupe, c’est plus ou moins ce qu’il me reste de ce que je connaissais d’avant, à part James.

Mais voilà James qui parle, répond à mes questions. J’hoche la tête lorsqu’il avoue que son handicap l’emmerde. Je ne peux pas entièrement comprendre puisque je n’ai jamais eu d’handicap, mais je veux bien le croire. Surtout après son discours. Je ne peux pas imaginer ce qu’on doit ressentir lorsque chaque jour, il faut lutter pour comprendre ce qu’on me dit. Ce doit être épuisant. Pourtant, il rit, mais je sais qu’il masque en quelque sorte ses sentiments. Il a toujours été positif, James. Alors il ressent certainement le besoin de rehausser la discussion. Il parle ensuite de Tyler et je ris. « J’espère bien ! Vos concerts remontent le moral aux gens. » La communauté est plus détendue depuis que les deux amis se sont retrouvés. L’ambiance est plus à la rigolade depuis. Et ça fait du bien.

James se relève et se retrouve face à moi. Il ne me regarde pas pour autant. Il me parait concentré et je me surprends à admirer les courbes de son visage. Si droites, si parfaites. Et cet air déterminé. Mais je pose la question sur sa famille et doucement, son sourire s’efface, envolant le mien avec lui. J’écoute son récit, sens mon cœur se serrer en me rendant compte à quel point il a dû souffrir ces derniers mois. Pourtant, il ne le montre jamais, James. Il fait toujours comme si tout allait bien. Je soupire discrètement face au poids de la peine de mon ami. Il n’ose pas me regarder d’ailleurs. Je soupire une seconde fois. « Ton oncle est sûrement en vie. Il était fait pour la survie autrefois. Il sait se démerder là-dehors, peu importe où il se trouve. » Je me souviens de son oncle. Cet homme qui adorait la chasse et la pêche. Je m’étais toujours dit qu’il serait parfait dans la nature. « Et Cathleen, j’suis sûr qu’elle a peur pour toi, de là où elle se trouve. Elle t’a toujours aimé à en crever, ça se voyait. Mais vous étiez tous les deux trop bornés pour vous en rendre compte et vous l’avouer. » La fratrie Walsh, toute une paire de manche. Je pose on regard sur lui alors qu’il ne me regarde toujours pas. Ça me fait de la peine pour lui qu’il pense que sa sœur ne veuille le retrouver que pour l’étrangler. Mais après tout, je n’ai pas vu la jeune femme depuis bien longtemps. Je ne peux pas vraiment juger.

Il finit par me retourner la question et doucement, le regard tombe par-terre, chercher mes mains. Et oui Elijah, on ne peut pas poser les questions sans se douter qu’elles nous seront retournées. Je soupire encore une fois. « J’suis parti de la maison pour venir étudier ici. Et quand tout a commencé à sombrer, on est d’abord resté un petit groupe d’étudiants et professeurs dans l’université, le temps de comprendre vraiment ce qu’il se passait. Le temps que je réalise que tout partait enfumée, les moyens de communication avaient été coupés. J’ai pas pu parlé à mes parents depuis. Je sais pas où ils sont, s’ils sont en vie. Je sais rien. » Mes doigts s’entremêlent nerveusement. « Mais tu connais mes parents. Ils sont pas les plus téméraires. Je pense pas qu’ils ont pu survivre là-dehors. » Tout comme moi je n’aurais pas survécu si je m’étais retrouvé dans la nature. J’ai juste eu la chance d’être avec la Lyssa. « Avec le groupe de l’université, on a ensuite réalisé que dans l’université, on arriverait pas à grand-chose. Alors on a migré ici, on a installé l’hôpital pour qu’y vivre y soit agréable. Et la suite tu la connais. » Car il ne m’est rien arrivé de bien spécial depuis là. Je me contente de vivre au jour le jour.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Avec Eli pour la vie
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

James - It's my turn to ask for your help 1543102557-cat-james

Messages : 588
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

James - It's my turn to ask for your help X0TurS621 / 5021 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ229 / 5029 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU723 / 5023 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
04.05.19 5:58
Il l'espère, de tout son coeur, que son oncle soit en vie. Malgré cette famille brisée, ces disputes, ces gouffres qui s'ouvrent entre eux, James aime son oncle. Il aime sa soeur. Et pour eux, il pourrait écraser des dieux, détruire des mondes. Il sent son coeur se serrer à l'idée de ne jamais plus revoir son oncle, ne plus entendre son rire, ne plus revoir maman au travers de ses traits. L'irlandais ressent un sentiment différent pour sa soeur... un cocktail de haine et d'amour, puissant, explosif. Ils sont en désaccord, constant. Il s'est enfuit, mais il l'aime. Et il sait que c'est réciproque. Un jour, peut-être, arriveront-ils à s'entendre...
Les mots d'Elijah résonnent juste dans son esprit, il le sait. Cathleen doit craindre pour lui, à le savoir seul à l'extérieur, ignorant s'il est toujours en vie. Il regrette, parfois. Elle mériterait de savoir, elle mériterait d'être rassurée. Pourtant, il se réjouit de voir cet éclat de surprise absolue lorsqu'elle le retrouvera en vie, capable de se débrouiller seul. De survivre seul. Comprendra-t-elle un jour ? Cet éclat n'existera pas, il le sait. Cathleen ne sera pas surprise, juste déçue. En colère. Et lui, il rebondira, sa colère décuplée lorsqu'elle le réprimandera. Il craint qu'ils ne puissent jamais réellement s'entendre... malgré leur amour inconditionnel l'un envers l'autre.

- Je l'espère, Elijah. Je l'espère, qu'il est en vie et elle... bornés ou bêtes.

Le doc ne relève pas son regard, se concentre sur sa mission, faire une coupe digne de ce nom à son ami. Il coupe, égalise, ses réflexes de chirurgie se ressentent dans les coups de ciseaux. Mais ce ne sont que des cheveux, il n'aura jamais plus à user de ses talents naissants de chirurgien. Il l'espère. Dans de pareilles conditions, il ne donnerait pas cher de son patient.
Les cheveux tombent toujours, son regard glisse le long des courbes du visage d'Elijah sans jamais tomber dans ses yeux d'une profondeur captivante. Séduisante.
Son ami reprend le cours de la conversation, James se perd dans les délicieuses harmonies de sa voix. Entendre... les sons lui ont manqué. Et il n'en perd pas une miette. Ses mains volent autour de la tête d'Elijah, ses oreilles captent la moindre syllabe qu'il prononce.
Soudain, il sent son ami se renfermer doucement, légèrement nerveux. Et James stoppe la course de ses ciseaux, aperçoit les mains de son ami se tordre entre elles. Et enfin, il ose, fixe les yeux d'Elijah, ses sourcils se froncent. L'irlandais sent la douleur au travers de ses gestes, de son regard. Son coeur se serre lorsque son ami évoque ses parents, des gens formidables. La voix s'éteint, le silence reprend ses droits dans la pénombre de cette chambre. Et James ne quitte les profondeurs des yeux d'Elijah que pour les plonger sur ces doigts qui s'entremêlent nerveusement. Et doucement, il dépose l'une de ses mains sur les siennes, les serre tendrement comme pour lui offrir un message silencieux.

Je comprend. Je suis désolé. Je suis là.

Tout son être disparait, toute cette façade de clown, tous ces sourires et ces attitudes de cancre. Tout disparait pour ne laisser apparaître que lui, simplement lui. Celui que seul Elijah connait. L'irlandais fixe sa main sur les siennes, leur temps semble figé, plus rien ne bouge. Et lorsqu'enfin il relève les yeux, son regard a changé. Il pense à sa mère, à son père. Et la douleur, vive, revient.

- Je suis désolé, Elijah. J'espère qu'ils sont en vie, je l'espère vraiment. Quelque part, en sécurité, j'espère qu'ils sont ensemble.

Un bien piètre réconfort. L'ignorance est une terrible vérité en ces temps difficiles, apocalyptique. Ils ignorent tout. Sont-ils en vie ? Ou devront-ils un jour les exterminer au détour d'une rue ? James ne peut imaginer croiser un ancien ami, là, dehors, mort. Déambulant, âme en peine, en quête d'une fin. En quête de leur faim.

- Je suis sûr qu'ils sont ensemble, où qu'ils soient, qu'ils savent au fond d'eux que tu es en sécurité. Et s'ils savaient que nous sommes ensembles, ils s'inquièteraient d'autre chose que des hordes qui menacent au-dehors. Plutôt que je te mette de sales habitudes en tête.

Doucement, il lui offre un sourire rassurant, sourire plissant les coins de ses yeux.

- Et vous avez fait un job de dingue, ici. C'était une idée de génie de venir à l'hôpital, je ne risque pas de manquer de quoi vous soigner, quand vous vous coupez avec une feuille.

James essaye d'être un soutiens, il ne sait qu'être un clown. C'est Elijah, qui sait parler. Ca a toujours été Elijah qui a su lui parler, à lui.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Coeur pris par un musicien irlandais
Lieu de naissance : Calgary, Canada

James - It's my turn to ask for your help Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 358
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

James - It's my turn to ask for your help X0TurS619 / 5019 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ224 / 5024 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU712 / 5012 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
11.05.19 14:50

I'ts my turn to ask for your help

Les mains de mon ami tournent autour de ma tête comme des abeilles autour d’une ruche. Il coupe, coupe toujours alors que je me confie sur mon parcours, sur mes parents. Je sens alors James me regarder enfin, vraiment. J’en ai des frissons. Mais je ne m’arrête pas dans mon discours, déjà je reprends, lui explique et il s’arrête de couper. Je vois alors sa main se poser sur les miennes et je m’arrête de mêler nerveusement mes doigts, sentant la chaleur de James se propager contre ma peau, comme l’autre jour, quand on s’est endormi. La nervosité semble se dissiper tandis que je relève les yeux vers les siens, croise son regard, me perds un instant dans ses iris. Il s’excuse et je soupire. James à lâché la rigolade, il est sérieux et c’est ce qui me touche le plus. Il est James, simplement James. Celui que j’ai connu, celui avec qui j’ai passé de longues journées, à rire, à parler, à refaire le monde. Celui que j’ai perdu aussi, durant toutes ces dernières années mais que je retrouve tout juste, pour mon plus grand bonheur.

Il s’excuse encore et j’aimerais croire ce qu’il dit. Qu’ils sont en vie, qu’ils sont ensemble, mais j’en doute. Mes parents étaient tout sauf des aventuriers. Ils étaient courageux, ça oui. Ils avaient traversé la vie sans jamais baisser le regard. Mais est-ce suffisant dans ce nouveau monde ? Non, il faut plus, toujours plus. Il faut cette hargne, cette envie, cette rage de vivre. Et ils ne l’avaient pas. Alors ont-ils réellement pu survivre à tout ça ?

James retrouve son masque de comique, tente une blague et je lui offre un sourire effacé. Il avait effectivement cette vilaine habitude de me mener hors de ma zone de confort et de me faire participer à tout ce que je refusais de faire, par peur des autres, par envie de rester dans mon coin. Mais James il me donnait cette possibilité de découvrir d’autres choses, de profiter pleinement de la vie, ce qui inquiétait mes parents. « C’est sûr que s’ils savaient que tu es avec moi, ils seraient peut-être pas ravis. » Nouveau sourire effacé. « Mais tu sais… J’espère un peu au fond de moi qu’ils sont morts avant que toute cette horreur les envahisse. » Quitte à mourir, autant le faire avant d’avoir subi tous ces mois affreux. « La survie c’est pas pour eux. Moi non plus. Mais j’ai jamais vécu dehors. Alors eux ? »

Il complimente ce qu’on a fait de l’hôpital et mon sourire se veut plus sincère, moins douloureux. Surtout qu’il rajoute une nouvelle plaisanterie. « C’est vrai qu’on est bien ici. » Tout est à notre disposition et il n’est pas si difficile de reconstruire quelque chose avec ce qu’on a là. « Et effectivement, heureusement que t’es là pour soigner nos petits bobos d’ailleurs. »

Je me perds une nouvelle fois dans son regard, me laisse m’hypnotiser quelques secondes avant de baisser le regard. « Et alors cette coupe, du coup ? Tu fais des miracles ou je vais devoir aller pleurer chez quelqu’un d’autre ? »

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Avec Eli pour la vie
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

James - It's my turn to ask for your help 1543102557-cat-james

Messages : 588
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

James - It's my turn to ask for your help X0TurS621 / 5021 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ229 / 5029 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU723 / 5023 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
08.06.19 6:19
Le visage de son ami change lorsque James parle de l'hôpital, le sourire sur ses lèvres se mue en une émotion bien plus sincère. L'irlandais aimerait être plus utile, il aimerait pouvoir l'écouter et dire quelque chose d'intelligent à propos des parents de son ami, mais rien ne vient. Il ne sait que rester là, planté devant lui, sa main sur les siennes, comme bloqué éternellement dans une boucle temporelle. Il le regarde, se surprend à détailler son visage, son sourire. Ses yeux. Son esprit semble se mettre en veille, il ne sent que les battements de son coeur, n'entend que la voix d'Elijah. Ne bouge pas.
Il ne peut que bien trop comprendre la douleur d'une telle perte, mais plus encore, le désir qu'ils ne soient déjà plus dans ce monde d'apocalypse. Personne ne souhaite vivre sur ce monde-ci, ces derniers temps... James est le premier à vouloir faire de cet enfer un endroit où l'on peut rire. Pourtant, il n'est pas infaillible. Il lui arrive parfois de sombrer dans cette terrible mélancolie qui s'empare des survivants.
La voix d'Elijah réveille l'irlandais, plongé dans un sommeil étrange. Sa main brise doucement le contact avec celles de son ami, il se relève d'un bond, paires de ciseaux toujours en mains. La boucle se brise, le monde repart. Les bruits extérieurs semblent revenir à eux. Imitant un artiste, James pose sa main aux ciseaux sur sa hanche, l'autre prenant son propre menton en grippe.

- Alors... Je pense que c'est du grand art, un coup de ciseau de chirurgien!

Ses vieilles habitudes reviennent, il reprend son sourire, presque machiavélique.

- Après, pas certain que ce soit rassurant que ton coiffeur soit chirurgien, si tu veux mon avis.

L'irlandais prend soudainement un air grave, comme s'il découvrait une erreur, s'approche de son client. Il s'approche encore, observe la chevelure à présent courte de son ami. Ses ciseaux reprennent un peu de mouvement, coupent quelques mèches. D'un nouveau bond, le coiffeur se retire en arrière, lève les bras au ciel.

- Merveilleux !

Il dépose ses ciseaux sur une table.

- Si tu vas pleurer chez quelqu'un d'autre, je serais extrêmement blessé, j'me suis jamais autant donné pour ma première coupe de cheveux. Même mes anciens patients seraient jaloux.

Bien évidemment, il plaisante. Et craignant un air perplexe sur le visage d'Elijah à cette nouvelle, il rit et se reprend. Parfois, son humour peut être difficile à décoder.

- J'plaisante, mes patients sont toujours ressortis en un seul morceau. Ou presque.

James fait un clin d'oeil à son ami, lui tend la main pour l'aider à se relever.

- Et si t'allais voir c'que ça donne ?

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Coeur pris par un musicien irlandais
Lieu de naissance : Calgary, Canada

James - It's my turn to ask for your help Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 358
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

James - It's my turn to ask for your help X0TurS619 / 5019 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ224 / 5024 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU712 / 5012 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
08.06.19 17:15

I'ts my turn to ask for your help

Il lâche ma main, me rendant orphelin de ce contact qui m’est soudainement paru comme une évidence. Cette main qui paraissait si naturelle au-dessus de la mienne. Mais il a rompu ça. Pourtant, je souris alors qu’il refait l’idiot, le comédien. Très vite, il reprend une mine grave et s’approche de moi. J’en perds mon sourire, je comprenant pas ce qu’il lui prend soudainement. Pourtant, je n’ai pas à m’en faire puisqu’il continue simplement son rôle et me coupe une nouvelle mèche qui ne correspondait apparemment pas au reste de son œuvre.

Et c’est à ce moment qu’il se recule pour crier victoire. La coupe est donc terminée j’imagine. Il répond à ma remarque et j’ai un doute sur son intention. Rigole-t-il ? James a toujours été un rigolo, mais parfois, il est compliqué de juger si c’est une de ses nombreuses blagues ou une réelle remarque. Même avec les années en sa compagnie, j’ai parfois encore de la peine à cerner son humour, aussi excellent qu’il puisse être.

Mais il rit, James, et bien vite, je me joins à lui. Il rigole. « C’est chez qui qu’il faut se plaindre si tes services ne m’ont pas satisfait dans ce cas ? » Clin d’œil moqueur alors que je m’aide de sa main pour me lever. Je suis rarement moqueur, mais avec James, c’est différent. Être taquin, jouer sur sa susceptibilité, m’amuser de sa répartie, ce sont des choses avec lesquelles j’ai toujours eu plaisir à interagir.

Je me dirige vers les toilettes de ma chambre. Heureusement, chaque chambre possède encore sa propre salle de bain. Si les douches ont été restreintes à cause du manque d’eau de ces derniers temps, les toilettes sont toujours de service. Ça m’évite donc de devoir me promener dans tout l’hôpital juste pour un petit besoin. Elles m’ont également été très utiles lors de ce satané virus. Mais ce ne sont pas les toilettes qui m’intéressent pour le moment mais ce qu’il y a au-dessus de l’évier, à savoir ; le miroir. Je n’ose pas m’y regarder tout de suite, par peur de mon reflet. J’ai tellement l’habitude de mes cheveux longs que je n’ai pas vu mon visage sans eux depuis bien longtemps. Je m’attachais régulièrement les cheveux, évidemment, mais ce n’est pas comparable.

J’attends donc quelques instants ainsi, face à la glace avant d’enfin me décider à lever les yeux et contempler le résultat. J’ai un mouvement de surprise en redécouvrant les contours de ma tête. Je passe une main sur mon crâne quasiment nu comparé à avant et je soupire. « Il me faudra du temps pour m’habituer… » Ne plus avoir le réflexe de replacer des mèches derrière mes oreilles, ne plus devoir m’endormir avec des cheveux trempés, ne plus mourir de chaud sous la masse mais aussi, devoir mettre un bonnet en hiver. Les choses vont changer pour une simple coupe de cheveux. Mais tout sera plus simple. Je passe encore une main mais finis par sourire. « Tu ne l’as pas ratée en tout cas ! » Non, je n’ai rien à redire sur la technique. « Comme quoi, t’aurais pas eu besoin de faire toutes ces années d’étude en médecine, suffisait de devenir coiffeur ! T’as loupé ta vocation James ! » Une plaisanterie pour lui, un regard en sa direction avant de contempler encore une fois mon reflet, plongé à demi dans la pénombre de la panne. « Merci… Ca me changera la vie t’as pas idée ! » Pas autant que lui et ses appareils auditifs, certes, mais c’est un confort tout de même non négligeable.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Avec Eli pour la vie
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

James - It's my turn to ask for your help 1543102557-cat-james

Messages : 588
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

James - It's my turn to ask for your help X0TurS621 / 5021 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ229 / 5029 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU723 / 5023 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
16.07.19 11:06
L'irlandais sourit. Il a toujours aimé la façon dont Elijah rentrait dans son jeu, naturellement. Tout a toujours été si normal entre eux, si... naturel ? Aucun obstacle sur leur route, pas la moindre terreur de se sentir lui-même, d'être lui-même. Cette étrange sensation qui le prend, James la reconnait. Fronçant les sourcils alors qu'il suit son ami dans la salle de bain, il braque sa lampe torche sur la chevelure de son ami. Et ignore ces sentiments qui coulent soudainement dans ses veines. Sûrement une erreur...

- Le service de plainte c'est Walsh Compagnie, j'crois. Tu pourras te plaindre à leur directeur, beau gosse, de par les bruits qui courent.

Il sourit, attendant la réaction d'Elijah face à son travail. Un travail qu'il a douté pouvoir réaliser, c'est qu'il n'a pas pour habitude de couper des cheveux, aussi étonnant que cela puisse paraître. On lui a plutôt appris à réparer le corps humain, ce qui n'est pas réellement la même chose.
Accoudé contre l'embrasure d'entrée de la salle de bain, James se surprend à observer la silhouette de son ami. Ses formes, les courbes de sa nuque, la stature de ses épaules. Comme s'il le découvrait pour la première fois. Il l'observe, intensément, alors que celui-ci reste muet face au miroir. Sursaute lorsqu'Elijah prononce quelques mots. Aucune boutade ne lui vient, il attend. Et observe le dos de cet homme qu'il a connu. Son ami passe une main dans ses cheveux, le regard de James capte le reflet du visage d'Elijah dans le miroir. Ce regard, ce sourire. L'irlandais penche légèrement la tête sur le côté, perplexe. Des sentiments incompréhensibles envahissant son corps.
Et il se réveille. Elijah le chambre, lui lance un regard. Le doc ne peut s'empêcher de sourire, mais il ne trouve toujours rien à dire. Déstabilisé. Cette attitude ne lui ressemble pas, il a toujours un mot à dire. Une idée en tête.
Et il sursaute presque lorsqu'Elijah se retourne vers lui, sourire aux lèvres. Comme sorti d'un rêve, il se sent éreinté. Pourtant, il reprend vite son rôle, reprend vite sa place. Et son sourire denté s'élargit sur son visage d'une humeur explosive. Irradiant d'un bonheur étrange.

- James Alexander Walsh ne fait jamais les choses à moitié et est à votre service, votre majesté !

D'une révérence, il se courbe, sa main frôle presque le sol lorsqu'il la tend en espérant imiter ces acteurs dans les films de la renaissance. Il se relève, un éclat amusé dans le regard.

- Cela dit, j'suis rassuré de ne pas t'avoir raté, en même temps, je me coupe les cheveux moi-même, c'est comme ça que ma crinière garde son style jour après jour ! Ca ne devait pas être si dur sur quelqu'un d'autre, la preuve en est. Trop de talent entre ces mains ! J'devrais ouvrir un coiffeur à la place de tenir cette infirmerie, non ? A part soigner des petites coupures aux doigts ou des migraines, j'serais plus utile sur leur front, non ?

Sa plaisanterie le fait sourire, pourtant, il préfère de loin n'avoir que cela à soigner... Il pourrait se passer bien pire, il le sait. Là, dehors, la guerre fait rage entre clans et le Lyssa Squad n'est pas à l'abri de se retrouver entre des tirs croisés. La seule chance qu'ils aient est de se trouver au milieu de l'hôpital, James aurait tout le nécessaire. Même si certains matériels restent pour l'instant inutilisables sans électricité. Il espère sincèrement ne jamais en arriver à soigner des plaies par balles. Il y croit que très peu... et se tient prêt.

- Quoique je pourrais être utile au front aussi, si jamais. Au pire, je fais les deux. Doc le jour et coiffeur la nuit. Promis, je ne tuerai personne pour en faire des tartes.

James rit et retourne dans la chambre, dépose les ciseaux sur une table avant de se jeter dans le lit.

- Bon, c'est une bonne chose de faite, pour tes cheveux. On commençait à ne plus voir ton visage, c'était dommage de cacher tout ça.

La phrase lui échappe, il se surprend lui-même. Et se reprend.

- C'est la petite princesse qui va hurler en te voyant ! Elle te relâchera plus !

Heureusement que l'hôpital est plongé dans la nuit. Elijah ne verra pas le rouge monter aux joues de l'irlandais.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Coeur pris par un musicien irlandais
Lieu de naissance : Calgary, Canada

James - It's my turn to ask for your help Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 358
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

James - It's my turn to ask for your help X0TurS619 / 5019 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ224 / 5024 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU712 / 5012 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
13.08.19 4:20

I'ts my turn to ask for your help

Il fait la révérence et je ris volontiers. James est un clown et j’adore cette facette de lui. Moi si réservé, avec lui, c’est autre chose. Il me rend différent et j’apprécie cet effet qu’il a sur moi. Et lorsqu’il me raconte que c’est lui qui se coupe les cheveux, je regarde immédiatement en leur direction. C’est du travail de professionnel, vraiment ! Pas un cheveu de travers. Je rigole une nouvelle fois. « Oui, je vois pas pourquoi t’as voulu jouer les médecins. Les gens d’ici ont plus besoin d’une coupe de cheveux que de soins, non ? » Petit clin d’œil avant que l’irlandais ne reprenne la parole. « Mais si tu fais doc de jour et coiffeur de nuit, à quel moment tu joueras les musiciens ? » Je m’exclame comme si la situation était dramatique avant de reprendre mon calme et faire mine de réfléchir. « Ou alors…. Tu fais doc le matin, coiffeur l’après-midi et musicien la nuit ? Surtout que la musique sera plus utile dans les folies nocturnes ! » Je glousse face à nos idioties. « Et même si par hasard tu décides de jouer les Sweeney Todd, tant que c’est pas ma cuisse qui finit dans l’une de tes tartes, j’ai rien contre. » Nouveau rire. Quelle belle paire d’idiots on peut faire. Mais avec James, je me sens libre. Finies les barrières, finies les peurs du regard des autres, finies les conventions, je suis juste moi, avec lui, et en ce moment, je n’ai besoin de rien d’autre que de ça.

Et puis James retourne dans la chambre et je le suis pour le voir se jeter dans mon lit. Et sa phrase suivante fait manquer un battement à mon cœur. Rapidement, mon regard cherche le sien. Que cherche-t-il à dire avec ça ? Mais je n’ai pas le temps de réfléchir davantage car déjà il se reprend. Je garde cette remarque dans un coin de ma tête alors que je souris à nouveau. « Aïda risque de vouloir ta peau. Elle pourra plus me faire des tresses. » Ah la petite princesse. Depuis le temps qu’elle m’a choisi comme son prince, j’imagine que les cheveux courts, notre relation sera un peu moins drôle. Mais je suis sûr que ce n’est pas pour autant qu’elle ne voudra plus de moi comme son mari. « Mais je compte bien la reconquérir si par hasard tu as gâché toutes mes chances avec elle ! » Je brandis mon poing vers le haut comme si je me préparais pour les croisades avant de reprendre mon calme, un sourire moqueur sur les lèvres. « Mais fais attention à toi quand même. Cette petite peut être une vipère. Et si elle apprend que c’est toi qui m’a coupé ma chevelure royale, elle risque de vouloir te le faire payer. Et on sait à quel point les petites princesses peuvent être cruelles. » Je le regarde un instant avant d’éclater de rire.

Et puis un gargouillis dans mon ventre me fait baisser la tête. « J’ai faim. C’est déjà l’heure du repas ? » Dans l’hôpital, il est facile de perdre la notion du temps. Surtout avec la panne. Aucune lumière extérieure n’arrive jusqu’ici, il est donc compliqué de suivre la trajectoire du soleil. « On va manger un bout ? »

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
James - It's my turn to ask for your help Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Avec Eli pour la vie
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

James - It's my turn to ask for your help 1543102557-cat-james

Messages : 588
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

James - It's my turn to ask for your help X0TurS621 / 5021 / 50James - It's my turn to ask for your help BR2xH0t

James - It's my turn to ask for your help DQEbQJ229 / 5029 / 50James - It's my turn to ask for your help GxoDpmC

James - It's my turn to ask for your help Hu1erU723 / 5023 / 50James - It's my turn to ask for your help LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
James - It's my turn to ask for your help Empty
19.08.19 8:39
L'irlandais fixe le plafond, allongé sur le matelas. Et alors qu'il ose un regard hors du lit, il croise celui d'Elijah dans la pénombre. Il le maintient quelques minutes, avant de fixer à nouveau le plafond. Il soupire presque, rassuré, lorsque son ami continue sur sa diversion. Et James sourit en imaginant la petite princesse lui courir après dans tout l'hôpital, pour se venger du sort qu'il a fait des beaux cheveux de son prince. Il est connu de tous que son chevalier est le sien, qu'Aïda ne le laissera aux mains d'autres qu'elle. L'amour d'une princesse est plus fort qu'une paire de ciseaux ! Elle grondera sûrement, elle grimacera, poussera quelques cris indignés, probablement, mais elle finira par aimer la nouvelle tête d'Elijah. Et bien qu'elle ne pourra plus lui faire de tresses, comme son ami le lui fait remarquer, elle sera toujours aussi amoureuse. James, lui, est heureux de revoir le visage de son ami. Plus dissimulé par tant de mèches. L'irlandais se relève sur le lit, s'appuyant sur ses coudes tout en mimant une expression inquiète.

- Elle va m'en vouloir, ne lui dis pas que c'est mon oeuvre, je t'en supplie !

Il garde cet air bêtement paniqué avant de s'effondrer à nouveau sur le lit, rire aux lèvres.

- J'espère n'avoir rien gâché et je n'doute pas que tu vas la reconquérir !

Avec un tel regard. Immédiatement, ses sourcils se froncent, son coeur rate un battement. James ne se reconnait plus, ne comprend pas quels sentiments le prend. Et pour quelles raisons il regarde Elijah plus que les autres... Tout est étrange depuis cette dernière semaine. Ils ont passé du temps ensemble, beaucoup. A parler, à se rappeler des souvenirs, à rire. Ils n'ont sans doute jamais été aussi proches... Et James se sent bien, avec lui. Moins impulsif, moins abruti. James se sent comme... à la maison.
Elijah se moque, le regard de l'irlandais est attiré vers le sien. Il lui sourit, Elijah, moqueur. Et James reprend le jeu, retrouve son expression de détresse, de peur et de panique. Il se relève d'un bond sur le lit.

- Une vipère ? Cruelle ? Je vais devoir me trouver un garde du corps, pour survivre à la tornade princière ! Elle va me couper la tête !

L'une de ses mains prend sa gorge, ses yeux s'arrondissent d'une fausse peur terriblement ridicule. Et il explose de rire. Encore. Il rejoint celui d'Elijah, les rires des deux jeunes hommes s'évadent de la pièce, résonnent dans les couloirs. Un gargouillis se fait entendre, un second lui répond. Et le doc se rend compte que ce second grondement s'échappe de son propre estomac, affamé. Il lui hurle de le nourrir avant que la faim ne devienne bien trop pressante. James roule du lit, se relève sur ses deux pieds presque dans un seul bond.

- Moi aussi j'ai faim ! Je n'sais pas quelle heure il est, mais nos estomacs pensent qu'il est l'heure de manger un truc. Viens !

James s'empare d'une des mains de son ami, l'extirpe du lit avant de le tirer derrière lui. Ils passent la porte de la chambre, s'engouffrent dans les couloirs. L'irlandais lâchera la main de son ami, vite. Il rougira alors qu'ils courent encore dans les couloirs. Ils passeront le reste de la journée ensemble, se sépareront lorsque l'un d'entre eux bâillera. Et dans son lit, seul, James ne dormira pas. Il passera une heure dans la nuit, yeux grands ouverts vers le ciel. Tâchant avec peine de trouver de l'éclat dans cette pénombre envahissante. Des idées trotteront dans sa tête, des envies aussi. Il froncera beaucoup ses sourcils, envahit de questions. Et finalement, il s'endormira. Sourire aux lèvres.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


James - It's my turn to ask for your help Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
James - It's my turn to ask for your help
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Croix de fer [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: Downtown :: General Hospital-
Sauter vers: