AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Les 10 jeux vidéo indispensables pour bien ...
Voir le deal
-55%
Le deal à ne pas rater :
-30 € sur AUKEY USB C – Station de charge
24.99 € 54.99 €
Voir le deal


 

 Contrecoup, plan foireux.



Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Contrecoup, plan foireux. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 89
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Contrecoup, plan foireux. X0TurS60 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. BR2xH0t

Contrecoup, plan foireux. DQEbQJ20 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. GxoDpmC

Contrecoup, plan foireux. Hu1erU70 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Contrecoup, plan foireux. Empty
10.03.19 13:24
Depuis la prise du Temple d’Ezekiel, les choses vont mieux pour les protecteurs. C’est ce qui ressort le plus, avec cette nourriture savoureuse et saisonnière que les sbires ont ramenées. Winter se souvient encore du goût de l’orange qu’il a mangé au petit déjeuner, cinq jours plus tôt. Un goût sucré et acide qu’il n’avait pas goûté depuis longtemps, mais qui lui a fait vraiment plaisir, même s’il a eu du mal à avaler la peau la plus fine, il s’était forcé à le faire pour ne pas perdre les vitamines du fruit. Puis, après tout, les protecteurs méritaient bien cette nourriture, ça aurait été débile d’en jeter une partie. Ce qui l’embête le plus avec ce Temple, c’est surtout que ce soit cette Clara qui en soit responsable. Elle est passée sbire en une fraction éclair, si rapidement qu’il ne l’avait pas vu venir. Et honnêtement ? Ca l’emmerde carrément, Winter, qu’elle ait pu le devenir alors que lui ne rêve que d’une seule chose : obtenir ce poste et montrer à Seth qu’il est réellement digne de confiance, au point de lui confier quelque chose d’important. Pour cet homme idéalisé par l’adolescent, il serait prêt à tout. Même à salir la réputation de ses sbires. C’est même sa spécialité, à Winter. Dénoncer ceux qui font de mauvaises choses derrière le dos de Seth.

C’est d’ailleurs pour ça qu’il est monté sur le toit de l’aéroport, au départ. Par ces escaliers en fer sur le côté du bâtiment, là où il était impossible de grimper lorsqu’il avait fortement neiger. C’était tellement glissant que personne n’avait pris la peine de monter vérifier le petit potager de Clara, justement, qu’elle a installé pour tenter de faire pousser des trucs. c’est avec la ferme intention d’enlever ce qui aurait pu pousser, qu’il était monté par ces escaliers. Le vent froid de l’hiver qui s’en va avait quand même griffé ses joues au point de le faire rougir. Il avait retenu son chapeau pour ne pas qu’il s’envole, mais plus il avait grimpé, plus il était devenu difficile de le garder sur sa tête. Alors, Winter, il avait profité d’une fenêtre ouverte de la réserve, pour le jeter à l’intérieur avec la conviction qu’il irait le récupérer par la suite. Après tout, Esther, elle garderait l’objet bien au chaud jusqu’à leur prochaine session d’apprentissage à la lecture. Stupidement, le gamin a levé les yeux au ciel à cette pensée.

Le borgne à la cicatrice couverte par un bandage a finit atteint le toit sans tomber, sans trébucher sur les marches. Il était content, Winter. Mais quand il a posé ses yeux sûr le petit potager de fortune, il a remarqué qu’il n’était pas seul. Lucy, cette fille à la peau métisse, aux cheveux bouclés, cette fille tout simplement jolie est là elle-aussi. Il se demande alors ce qu’elle fait-là, sans savoir qu’avec ses doigts à tout faire, elle a été envoyée ici pour prendre soin du petit potager. Tout du moins, essayer de le faire vivre. Avec ces températures, c’est quasi impossible de faire pousser quelques choses dans ce petit parterre qui a été construit pour cette occasion. Winter, il allait faire demi-tour, son plan de destruction tombant à l’eau. Mais c’est à ce moment-là que le destin cri au diable. Son pied glisse sur une pierre un peu mouillée, glacée à cause de la fraîcheur de cette saison. Alors, Winter, il tombe à plat, le dos par terre, l’oeil levé vers le ciel blanc, avec un cri qui a définitivement trahi sa présence.

Sachant pertinemment qu’il a l’air stupide comme ça, ça n’a pas empêché Winter de rester allongé dans cette position, comme si c’était ce qu’il était venu faire en montant jusque là. Son dos commence à être mouillé à travers son manteau, et ce n’est qu’en sentant cette humidité qu’il se décide enfin à se redresser. En frottant ses fesses pour se rendre compte de l’état de ses vêtements, Winter a tourné son regard qui est directement entré en contact avec celui de Lucy. Lui qui voulait disparaître ni vu, ni connu, se retrouve bloqué.

“ - T’es v’nue faire quoi ?” Demande-t-il en s’approchant, comme si c’était ce qu’il était venu faire depuis le temps. Sa voix est froide, presque autant que l’air extérieur. Mais Winter, il n’est pas connu pour être le plus enjoué des adolescents qui traînent à l’aéroport. “ M’dis pas qu’elle t’a envoyer bosser son putain d’jardin, pour rester au Temple ?”

Winter, il n’hésite pas à dire quand il n’aime pas quelqu’un, sauf quand il veut bien le cacher comme c’est le cas avec Bénédict. Mais Clara, il ne la porte pas dans son coeur à cause de la jalousie qu’elle fait naître en lui depuis qu’il est arrivé à l’aéroport. D’abord, à cause de sa famille présente ici, maintenant, à cause de sa promotion. Elle a ce qu’il veut le plus au monde. Winter, il enfonce les mains dans ses poches lorsqu’il se retrouve juste à côté du bac qui a été installé pour les plantations. Il le regarde, voir que rien ne pousse vraiment.
Revenir en haut Aller en bas

Lucy Murphy
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Contrecoup, plan foireux. F16d178b5b6dae767d427fafc0701d2db87ceaa7

Ancien métier : Etudiante en multimédia
Occupation : Se rend utile partout où elle le peut
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Chicago

Contrecoup, plan foireux. 04f77265cd00e7aa85bac1e9106b99f1a997568b

Messages : 128
Inscription : 17/02/2019
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Zendaya Coleman

Contrecoup, plan foireux. X0TurS69 / 509 / 50Contrecoup, plan foireux. BR2xH0t

Contrecoup, plan foireux. DQEbQJ223 / 5023 / 50Contrecoup, plan foireux. GxoDpmC

Contrecoup, plan foireux. Hu1erU73 / 503 / 50Contrecoup, plan foireux. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Contrecoup, plan foireux. Empty
20.04.19 8:30
Winter & Lucy



Contrecoup, plan foireux

Quelle idée de m’avoir demandé de m’occuper de ce potager par un froid pareil. De toute façon, tout est congelé, les pousses sont quasiment toutes mortes alors à quoi bon ? Ou au moins, demander à quelqu’un qui s’y connait ! Pas à moi qui n’ai jamais fait pousser la moindre chose que ce soit aujourd’hui ou dans le monde d’avant. J’aime bien Clara, mais parfois, je trouve qu’elle n’a pas les idées où il faut. Maintenant qu’elle est responsable du Temple, et bien, qu’elle y reste ! Si c’est pour faire son travail à moitié des deux côtés, autant ne rien faire, non ? Bon, je critique, mais je ne sais pas comment elle est là-bas. Et je ne compte pas y foutre les pieds pour le savoir. Je n’ai pas approuvé cette initiative de notre leader d’ailleurs. Oui, nous avons besoin des ressources que ce Temple possède, mais ces pauvres gens méritaient-ils vraiment une invasion ?

Je soupire longuement alors que je tire sur l’un de mes gants pour le remettre en place sur ma main. Il fait froid bordel. Si je suis malade demain à cause de Clara, je vais gueuler. C’est à ce moment que j’entends un bruit sourd, accompagné d’un cri. Je me retourne d’un bond, craignant soudain que l’une de ses atrocités de zombies ait réussi à venir jusqu’à moi ou n’importe quoi, genre, un autre survivant ? Mais non. Ce n’est que Winter. Il a dû glisser. Partagée entre l’envie de rire et celle de courir voir s’il va bien, je me contente pour le moment de rester immobile et de le regarder, le temps qu’il se relève. Pourtant, je souris, d’un sourire moqueur. Car Winter est très fier comme garçon, toujours à vouloir présenter le meilleur de lui-même pour épater la galerie. Alors le voir chuter ainsi, ça me fait rire.

Il reste allongé ainsi durant un temps avant de se décider à se relever. Je n’ai pas l’impression qu’il se soit fait mal, mais je lui demanderai quand-même, au cas où. Déjà qu’il sourit pas souvent, si en plus il est blessé, bonjour l’ambiance. Il se frotte les fesses avant de se retourner et de croiser mon regard. J’aurais envie de rire, mais connaissant Winter, j’ai peur qu’il le prenne mal. Il finit par s’approcher, déliant enfin sa langue. Je me relève, ma petite pelle à la main. Et il continue, me demande si j’ai été envoyée par « elle ». Je comprends très vite qu’il parle de Clara. J’ai déjà remarqué qu’il ne l’apprécie pas vraiment, surtout depuis qu’elle est au Temple.

Je l’observe venir jusqu’à moi, regarder les plantations, avant de me décider à parler. « Ouais, on m’a demandé de venir m’occuper du potager. » Puis je me poste à ses côtés, posant les yeux sur les plantations. « Elle partait au Temple, alors j’ai dû m’occuper du potager. Même si… bah y’a pas grand-chose à s’occuper, tout est mort. » Je soupire avant d’hausser les épaules. « J’vois pas l’intérêt. » Puis je me tourne enfin vers lui. « Tu t’es pas fait mal toi ? T’as fait une sacrée chute quand même. » Et le sourire moqueur revient.


_________________
- I'll never hit the ground -
Revenir en haut Aller en bas

Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Contrecoup, plan foireux. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 89
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Contrecoup, plan foireux. X0TurS60 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. BR2xH0t

Contrecoup, plan foireux. DQEbQJ20 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. GxoDpmC

Contrecoup, plan foireux. Hu1erU70 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Contrecoup, plan foireux. Empty
16.05.19 13:30
Tout commence bien, parce qu’elle ne se moque pas, elle ne relève même pas sa chute. Alors il était resté là, à regarder parfois le potager, parfois la jeune à la peau foncée. Il aurait voulu lever les yeux au ciel, qu’il serait devenu aveugle tellement entendre parler de Clara l’énerve. Elle n’était pas si importante, que ce soit pour la communauté, ou pour Winter, avant d’être nommée sbire, avant d’être mise à la tête du Temple. Se rend-t-elle compte, Clara, que cette promotion a mis une cible rouge dans son dos ? Parce qu’il n’y a pas que pour l’oeil mauvais de Winter, qu’elle est devenue visible ; Victoria elle-même ne la sent pas, cette fille. Le jeune homme se souvient très bien de cette fois où ils sont partis tous les deux pour le Temple d’Ezekiel. Si elle lui a demandé d’ouvrir l’oeil et de tendre les oreilles pour capter tout ce qui concernait déjà Clara à cette époque, ce n’était pas pour rien.

“ - J’vois pas l’intérêt.” Dit-elle en parlant de ce potager qu’ils contemplent tous les deux d’en haut, comme des dieux regardant quelque chose de mort à leurs pieds.
“ - Moi non plus, t’inquiète.” Winter croise ses bras sur son torse, plisse sa paupière en voyant les quelques plants morts, brûlés par le froid, rien ne va pousser dans ce truc de merde.
“ - Tu t’es pas fait mal toi ? T’as fait une sacrée chute quand même.”

Elle s’est tournée, et il en a fait de même. Elle commence à sourire, Winter y voit bien une moquerie, peut-être plus douce que celles qu’il entend des sbires d’habitude, mais c’est un pique qu’il prend de travers quand même. Alors, après l’avoir regardé quelques secondes sans rien dire, il s’était de nouveau tourner vers le potager créé de toutes pièces, pour lui répondre d’un ton plus froid.

“ - J’t’emmerde, Lucy.”

Il sert sa mâchoire, plus parce qu’il est honteux de s’être fait prendre, que parce qu’elle s’inquiète, et se moque un peu en même temps. Il essaye toujours d’être plus grand, plus fort, qu’il ne l’est. Winter est toujours sérieux, il veut paraître parfait pour qu’on arrête de le prendre pour un gamin, mais il faut avouer qu’il a aussi souvent un retournement de personnalité ; il peut être aussi bien mature que gamin dans certain de ses comportements. Comme présentement, au lieu de rire avec elle d’un sujet débile -la chute devait être drôle, il préfère l’insulter pour la faire taire. Mais dans la voix de Winter, il n’y avait ni colère, ni rancune, il s’est juste protégé pour passer à autre chose.

“ - Tu devrais pas écouter cette pov meuf…” Son oeil, toujours concentré sur ce petit jardin, n’arrive pas à s’en défaire, comme il ne peut pas détacher ses pensées de Clara. “ Tu vas être malade, pire, t’aurais pu crever en glissant dans les marches.”

Quand il réagit à cette phrase, Winter ne peut pas s’empêcher de lui jeter un coup d’oeil en biais. Malgré la froideur de son visage, un très léger sourire en coin de dessine sur l’une de ses joues, preuve que Winter n’est pas insensible aux blagues non plus. C’est vrai qu’il fait froid, en haut. Pis avec son dos qui est bien mouillé parce qu’il est resté comme un débile par terre, les choses ne s’arrangent pas. Est-ce qu’elle avait aussi froid, Autumn, lorsqu’elle se retrouvait seule, nue, sur ce lit de misère ? Parce que même s’il a froid, là, Winter, ce n’est rien comparé à la froideur glaciale de ces moments qu’il a passé avec Alyssa. Alors, il n’y fait pas plus attention que ça et se baisse à la hauteur des plantations. Il les regarde, il aurait envie de tout prendre et de tout balancer par dessus le bâtiment.

“ - J’espère qu’elle fait mieux au Temple qu’ici…” Dit Winter, alors qu’il tend sa main pour arracher la première plante morte qui se trouve devant lui. “ Parce que là, c’est vraiment d’la merde.”
Revenir en haut Aller en bas

Lucy Murphy
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Contrecoup, plan foireux. F16d178b5b6dae767d427fafc0701d2db87ceaa7

Ancien métier : Etudiante en multimédia
Occupation : Se rend utile partout où elle le peut
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Chicago

Contrecoup, plan foireux. 04f77265cd00e7aa85bac1e9106b99f1a997568b

Messages : 128
Inscription : 17/02/2019
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Zendaya Coleman

Contrecoup, plan foireux. X0TurS69 / 509 / 50Contrecoup, plan foireux. BR2xH0t

Contrecoup, plan foireux. DQEbQJ223 / 5023 / 50Contrecoup, plan foireux. GxoDpmC

Contrecoup, plan foireux. Hu1erU73 / 503 / 50Contrecoup, plan foireux. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Contrecoup, plan foireux. Empty
23.06.19 13:38
Winter & Lucy



Contrecoup, plan foireux

On contemple le potager, tous les deux dans nos pensées durant quelques instants. J’ai envie de rentrer, me mettre au chaud sous ma couette, au lieu d’être sur ce toit et d’attraper la mort. Mais voilà, on m’a confié cette tâche et je sais à quel point il est important de faire ce qu’on nous dit ici. Je ne voudrais pas mettre Seth en colère et me mettre inutilement en danger, même s’il me semble que pour le moment, il n’a aucun problème avec moi. Après tout, je sais que Ben est assez apprécié de notre leader. Etant sa sœur, peut-être qu’il préfère me garder en bon terme. Je ne sais pas. Seth est un homme très mystérieux que je n’arrive pas à cerner.

Je lui demande s’il ne s’est pas fait mal et je pense que mon sourire légèrement moqueur l’a vexé car il n’attend pas longtemps pour me dire qu’il m’emmerde. Je perds mon sourire un instant mais ne réponds rien. C’est Winter, il est comme ça, vite piqué au vif. Et je sens bien que c’est juste pour répondre quelque chose. Sa fierté en a pris un coup en tombant. Heureusement en un sens que c’est devant moi qu’il est tombé car d’autres ne se seraient pas gênés de l’humilier plutôt méchamment.

Il change tout seul de sujet et reprend la conversation sur Clara. Je replonge mes mains dans la terre pour en tirer quelques racines, tout en l’écoutant. Et puis sa dernière phrase me fait tourner la tête vers lui. On aurait dit une plaisanterie de sa part et son petit sourire en coin me le confirme. Winter peut donc avoir de l’humour ! Je souris à mon tour, puis retourne le regard vers les plantes. « J’ai peur que si je l’écoute pas, Seth me le fasse regretter. Clara me fait pas peur, mais Seth… » Oh Seth c’est une autre paire de manches.

Il se penche sur les plantations et je souris une nouvelle fois. Ça me fait plaisir qu’il m’aide un peu. « On est d’accord… J’aime pas vraiment ce qu’elle fait ici. » Et je me tais, me concentrant un instant sur ses foutues racines. Mon esprit divague alors, vers ce fameux Temple dont je ne connais absolument rien. Mais ce n’est pas le cas de Winter. Je sais qu’il s’y est rendu à plusieurs reprises. Alors sans quitter des yeux les racines, je me risque à lui demander. « Dis… T’es allé au Temple toi, non ? » Je tire une racine, la jette dans le seau à mes côtés. « C’est comment là-bas ? » Est-ce beau ? Modeste ? Les gens sont-ils sympas ? Y trouverais-je un visage connu ? A chaque nouvelle communauté découverte, j’espère retrouver des gens de mon passé, même si nous sommes si loin de ma ville d’origine, on ne sait jamais. Je soupire une fois avant de m’arrêter de tirer sur ses racines. « Est-ce que les habitants du Temple sont bien traités ? J’veux dire, notre groupe ne les martyrise pas, hein ? » Ces pauvres gens n’ont rien demandé, il ne serait pas juste de leur faire subir tout ça.

_________________
- I'll never hit the ground -
Revenir en haut Aller en bas

Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Contrecoup, plan foireux. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 89
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Contrecoup, plan foireux. X0TurS60 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. BR2xH0t

Contrecoup, plan foireux. DQEbQJ20 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. GxoDpmC

Contrecoup, plan foireux. Hu1erU70 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Contrecoup, plan foireux. Empty
09.07.19 11:19
Lorsqu’elle a sourit à sa petite, légère, minuscule blague, Winter s’est senti un peu mieux. Comme si ça avait presque excusé l’insulte qu’il lui a lancé plus tôt. Mais lui-même avait perdu bien vite son sourire lorsqu’elle a dit que c’était de Seth, qu’elle avait peur, et que c’était pour ça qu’elle écoutait Clara à la base. Il n’a pas pu s’empêcher de jeter un nouveau regard à Lucy, mais celui-ci n’avait rien à voir avec les autres. Ce regard à l’oeil unique n’était ni piqué à vif, ni méchant. Ni triste, ni honteux. Ni-même vainqueur comme il pouvait l’être parfois. Cette fois, ce regard était mélangé d’incompréhension, et de compréhension. Parce qu’il voit ce qu’elle veut dire, sans être pour autant d’accord avec. Il faut dire que Winter n’a pas la même vision des choses, du monde, que les autres. Il n’a pas non plus la même relation avec Seth, que ses ennemis ou bien même les gens qui vivent sous sa coupe. Alors, il comprend que Lucy a peur du retour de la médaille. Mais s’il était à sa place, il aurait porté ses couilles et serait parti montrer au chef ce qui clochait en haut. Winter est bien placé, depuis des années, pour savoir que suivre aveuglément les ordres peut porter aussi bien défaut.

Quand il prend la plante pour l’arracher, ce n’est pas plus pour aider Lucy dans sa tâche que pour défoncer ce que Clara s’est embêté à faire. Et quand il comprend que c’est aussi ce que la métisse est en train de faire, Winter ne se fait pas prier ; il continue à arracher ce qui ne poussera définitivement pas dans ce pot presque aussi gelé que le sol lui-même. Sans la regarder lorsqu’elle pose la question au sujet du Temple, le borgne s’est contenté de répondre d’un signe de tête silencieux. Il y est allé, il en est revenu. Et Winter ? Il continuera à s’y rendre tant que Autumn sera là-bas. Tant que Seth aura besoin de lui là-bas, tant que Clara sera à la tête du groupe à y faire n’importe quoi. Ce n’est que lorsqu’elle demande la description des lieux qu’il tourne son oeil vers elle. Comme s’il cherchait à comprendre l’intérêt qu’elle peut porter à l’endroit.

“ - C’est grand.. ça m’fait penser à la p’tite maison dans la prairie.”

C’est tout ce qu’il trouve à en dire, pour décrire l’endroit. Les maisons construites grâce aux mains et au dur labeur des habitants. Les champs qu’ils y cultivent. Les bêtes qu’ils y élèvent. Les fleurs qui y poussent devant les petites maisons, près de la mairie. Ces ficelles tendues pour étendre leurs linges. Winter hausse les épaules, et ce contente de cette description. Parce qu’il n’utilise pas beaucoup de mots, mais surtout, parce que dans sa vie d’avant, c’est la seule chose à laquelle il peut comparer le temple. Cette vieille série télévisée qui pouvait passer des heures à l’écran pour, soit disant, divertir les gamins enfermés dans le studio en attente de la prochaine livraison. De la prochaine vente.

“ - Est-ce que les habitants du Temple sont bien traités ? J’veux dire, notre groupe ne les martyrise pas, hein ?” C’est cette question qui a poussé Winter a reposer son attention sur elle.
“ - Certainement mieux qu’ici.” Voilà ce qu’il a répondu sèchement, alors que lui aussi s’était arrêté de tirer sur les tiges mortes. “ Et si tu veux mon avis, c’est pas normal.”

Winter a l’habitude de ne pas être sur la même longueur d’onde que les autres. De se prendre la tête avec eux sur des sujets qui lui paraissent importants, et que les autres délèguent au second plan. Lucy décide de poser des questions qui envoient Winter dans une autre partie de lui-même. Il n’a pas envie de sourire, n’as pas envie de rire, et n’a pas non plus envie de l’envoyer bouler. Mais ça ne l’empêche pas d'ancrer son regard dans celui de Lucy, comme si son oeil ne captait qu’elle.

“ - Clara croit qu’elle est pote avec eux. Ca va finir par poser problème.” Il hausse les épaules, ne détachant pas son regard de celui de la métisse. “ On est pas leurs copains… ils travaillent pour nous. En bonnes conditions, ok. Mais ça devrait être plus quand même.”

Là, il se remet à arracher les dernières tiges du coffre en bois. Tous d’un seul coup, comme s’il avait coupé la tête à des soldats d’un seul coup d’épée. Et Winter laisse retomber les nature morte contre le sol froid du toit de l’aéroport. Il avait regardé ses mains pendant ce geste, et relève seulement maintenant son oeil pour voir le visage de Lucy, en s’attendant à une réaction.

“ - Tu sais que tu peux aller voir par toi-même ?” Il demande, comme si c’était une évidence. “ Ils ont toujours besoin de mains là-bas.”
Revenir en haut Aller en bas

Lucy Murphy
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Contrecoup, plan foireux. F16d178b5b6dae767d427fafc0701d2db87ceaa7

Ancien métier : Etudiante en multimédia
Occupation : Se rend utile partout où elle le peut
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Chicago

Contrecoup, plan foireux. 04f77265cd00e7aa85bac1e9106b99f1a997568b

Messages : 128
Inscription : 17/02/2019
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Zendaya Coleman

Contrecoup, plan foireux. X0TurS69 / 509 / 50Contrecoup, plan foireux. BR2xH0t

Contrecoup, plan foireux. DQEbQJ223 / 5023 / 50Contrecoup, plan foireux. GxoDpmC

Contrecoup, plan foireux. Hu1erU73 / 503 / 50Contrecoup, plan foireux. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Contrecoup, plan foireux. Empty
13.08.19 4:24
Winter & Lucy



Contrecoup, plan foireux

La petite maison dans la prairie ? Cette vieille série qui me parait comme un souvenir si lointain. Cette époque où on se posait devant la télé avec ma sœur, avec Ben, durant des heures, juste histoire de s’occuper. Et parfois, cette série passait. Je l’ai jamais vraiment appréciée, trop vieille. Mais je comprends sa description du Temple du coup, du moins l’imagine. Et je le fais tout en arrachant les racines, souris une seconde en pensant à la tête que fera Clara en apprenant que ses plantes n’existent plus. De toute façon, elles sont condamnées depuis longtemps. Rien ne poussera jamais dans ces conditions.

Et je relève la tête lorsque Winter reprend la parole. Les gens du Temple seraient mieux traités qu’ici et en un sens, je ne comprends pas trop ce qu’il veut dire. Je n’ai jamais eu l’impression d’être maltraitée à l’aéroport. Alors oui, Seth laisse planer une ambiance plutôt désagréable, mais on a ce qu’il nous faut pour vivre, même plus que ça et je trouve ça plutôt agréable. Donc s’il pense ainsi, ça signifie que les habitants du Temple sont encore mieux lotis que nous ? « Mieux qu’ici ? » Je l’interroge un instant du regard avant de replonger les yeux dans la terre.

Et une nouvelle fois, il reprend la parole et je relève la tête, interrogative. Winter a toujours eu une façon bien à lui de voir la vie et ce n’est pas la première fois que je ne comprends pas sa vision. Il a vécu des choses dont je n’ai même pas idée, certainement comme d’autres autour de nous. Après tout, on a tous nos histoires et certaines sont bien plus laides que d’autres. Mais pour qu’il pense pareillement, je me suis toujours demandé ce qui l’avait rendu ainsi. A quel point la vie l’avait poussé à bout pour qu’il soit si réfractaire à tant de choses. Sauf que ça ne me regarde pas. « Il y a beaucoup de choses que Clara n’a pas compris. » Je soupire. « Comme, par exemple, que les plantes ne poussent pas par un froid pareil. »

Son regard croise le mien et c’est là qu’il me pose cette question. Me demande si je sais que je peux y aller et mon visage se referme. Je ne sors pas de l’aéroport. Je refuse de voir ces abominations, le résultat de ce qui a tué ma mère. Je refuse d’affronter cet extérieur qui me terrifie à présent. « Je… » Et les yeux retombent vers la terre. « J’veux pas sortir d’ici. » A-t-il besoin d’explications ? Il en demandera certainement. Mais sur le coup, je n’ai pas envie de m’expliquer. Il ne comprendra pas de toute façon. Lui qui semble si fort comparé à moi. Lui qui semble avoir vécu tant de choses pour son âge. Il ne comprendra pas que je puisse avoir peur de l’extérieur, que le simple fait d’entendre le râlement des zombies me glace le sang, que la vision de ma mère me hante là-dehors. Que j’ai peur. Tellement peur. Il ne comprendra pas, lui si courageux.


_________________
- I'll never hit the ground -
Revenir en haut Aller en bas

Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Contrecoup, plan foireux. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 89
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Contrecoup, plan foireux. X0TurS60 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. BR2xH0t

Contrecoup, plan foireux. DQEbQJ20 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. GxoDpmC

Contrecoup, plan foireux. Hu1erU70 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Contrecoup, plan foireux. Empty
26.08.19 10:45
Mieux qu’ici. C’est le cas de le dire parce qu’ils ont plus le sourire. Plus d’espace. Plus de biens personnels. Ils forment encore une famille, une communauté à part entière, un lien uni tous les membres du Temple d’Ezekiel, et c’est peut-être ça qui fait qu’ils sont mieux qu’ici. Du moins, c’est ce que pense Winter. Ils sont mieux qu’ici parce qu’ils ont Autumn, parce qu’ils ne semblent pas vivre avec une épée de damoclès sur la tête. A l’aéroport les gens ne sont pas maltraités, pourtant, l’ambiance qui règne fait redresser les poils de beaucoup des protecteurs. C’est surement parce que l’adolescent à l’habitude de voir ce qu’il y a ailleurs, au lieu que sous son nez. Il n’irait jamais ailleurs, parce que sa place est ici, et il y est confortable. Winter ne s’est jamais senti aussi bien qu’en ces instants, depuis qu’il est aux côtés de Seth. Il voudrait juste que les autres autour souffrent plus. Peut-être même que ça donnerait envie à Autumn de venir vivre ici.

” - Je…” Lucy bégaie, c’est la première fois que Winter l’entend faire. Ca l’a même poussé à légèrement plisser sa paupière sous la surprise. “ Je veux pas sortir d’ici…”

Elle détourne même le regard et replonge son attention dans la terre. Si Lucy voulait cacher quelque chose, elle n’aurait pas pu s’y prendre d’une pire manière. Maintenant, elle a attisé la curiosité de Winter qui n’aurait pas pensé pouvoir entendre ce genre de faiblesse. Pas avec elle, encore moins lorsqu’il est là. Parfois, le jeune homme oublie que les gens ne sont pas aussi fermés que lui, qu’ils n’ont pas cette carapace si épaisse qu’elle effraie la moindre personne qui tenterait de s’en approcher. Alors il se dit que tout comme lui, elle n’aime pas ses faiblesses. Pourtant, ça ne lui empêche pas de demander des explications à la métisse. Elle ne semble pas vouloir répondre, et lui ne parvient qu’à tirer que quelques indices qui lui font penser, croire, que Lucy a peur de l’extérieur.

” - T’as peur des morts,” Finit-il par demander, en abordant ce sujet comme si c’était quelque chose de superficiel. Lorsqu’il parle de quelque chose de sérieux, Winter, il a toujours cette fâcheuse habitude de le tourner en dérision pour ne pas devoir affronter la dure réalité. ” ou des vivants?”

La tournure de sa phrase montre bien que pour lui, ces derniers sont les pires. Parce qu’il ne peut pas faire confiance aux autres, comme il fait confiance à Seth, à Victoria ou à Esther. Eux-même n’ont pas la même confiance qu’il offre à Autumn. Le problème, c’est que les autres ne sont pas vraiment importants pour lui. Plus de potentiels futurs ennemis que des gens de confiance. Les morts dehors, devraient être les véritables monstres ; mais le monde a perdu le peu d’humanité qu’il avait encore.

” - Moi aussi, j’ai eu peur d’eux, une fois…” Dit-il au sujet des morts comme s’il devinait pour une fois que les gens sont différents de lui. ” J’m’en suis même pissé dessus…” C’est la première fois qu’il avoue cette chose à quelqu’un, et son regard se baisse. Il a même encore l’impression d’avoir les barreaux de cette cage autour de lui, parfois. Mais il se met à rire, d’un rire forcé, en redressant son regard vers elle. ” Mais j’suis pas mort. Ca s’apprend, c’est comme tout le reste…”

Cette phrase est tirée d’Esther ; n’est-elle pas celle qui tente d’apprendre le plus de chose, à Winter ? Que ce soit la patience, et la gentillesse. Que ce soit pour lire, ou pour écrire. Elle a toujours été bien plus forte que lui pour réconforter les gens. Le problème, c’est que lui ne sait pas du tout le faire. Il est si maladroit qu’il ne comprend même pas pourquoi il a été chamboulé de voir la peur dans les yeux de Lucy. Winter, il agit bien plus souvent qu’on le pense, sans comprendre.
Revenir en haut Aller en bas

Lucy Murphy
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Contrecoup, plan foireux. F16d178b5b6dae767d427fafc0701d2db87ceaa7

Ancien métier : Etudiante en multimédia
Occupation : Se rend utile partout où elle le peut
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Chicago

Contrecoup, plan foireux. 04f77265cd00e7aa85bac1e9106b99f1a997568b

Messages : 128
Inscription : 17/02/2019
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Zendaya Coleman

Contrecoup, plan foireux. X0TurS69 / 509 / 50Contrecoup, plan foireux. BR2xH0t

Contrecoup, plan foireux. DQEbQJ223 / 5023 / 50Contrecoup, plan foireux. GxoDpmC

Contrecoup, plan foireux. Hu1erU73 / 503 / 50Contrecoup, plan foireux. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Contrecoup, plan foireux. Empty
14.10.19 14:03
Winter & Lucy



Contrecoup, plan foireux

Il ne comprend pas ce que je veux dire, je le vois bien, très vite. A ce regard, ses paupières qui se plissent. Il ne le fait pas souvent, mais lorsqu'il le fait, on comprend vite qu'il va vouloir chercher des réponses. Il attend d'ailleurs quelques secondes avant d'aborder réellement la question. Je baisse les yeux une nouvelle fois, à sa question, les relève une seconde à sa précision, avant de chercher mes mots. « J'ai peur de ce que la mort fait aux vivants. » Je n'ai que très peu d'expérience de l'extérieur, des autres groupes et de tout ce qu'il peut se passer en-dehors de l'environnement restreint de l'aéroport, mais j'ai bien compris que côtoyer la mort rend les gens différents. Déjà parce qu'elle peut nous prendre dans ses bras d'une simple morsure mais aussi car elle fait peur à bien d'autres que moi. Et on le sait que la peur fait perdre les moyens, diminue la capacité de réflexion, provoque des réactions stupides, agressives. Alors oui, j'ai peur de la mort, sous toutes ses formes. Mais comment l'expliquer à Winter pour qu'il comprenne ?

Mais au lieu de se moquer de moi comme il aurait pu le faire, ou s'offusquer de quelque chose d'aussi futile à ses yeux, Winter réagit d'une manière bienveillante, ce qu'il ne fait que rarement. Je relève le regard vers lui alors qu'il me raconte son anecdote, je laisse paraître un sourire avant de réfléchir à sa dernière phrase. C'est la première fois que nous parlons aussi sérieusement et c'est aussi la première fois que je ressens cette bienveillance, cette complicité. J'ai même envie d'en profiter et ose lui en dire plus. « J'ai perdu ma mère à cause du virus… » En parler, enfin, à quelqu'un d'autre que Ben ou Susan me provoque un petit choc au fond de mon coeur. « Je sais qu'on a tous perdu énormément, certains toute leur vie. Mais c'est mon frère qui a dû l'abattre, devant nous. » Les larmes me montent alors que mon regard se perd dans le vide, revivant la scène. « Et j'ai jamais vraiment rien perdu dans ma vie, à part la fiancée de mon frère. Du coup, les entendre, là-dehors, ça me rappelle tout ce qu'on a vécu pour venir jusqu'ici. » Une larme roule sur ma joue que je m'efforce d'essuyer d'un geste rapide. « Je sais que c'est débile d'avoir peur ou de pleurer pour ça, que c'est notre vie maintenant et qu'il faudra bien que je l'affronte. » J'ose relever le regard vers lui. « Mais j'ai mal de les voir et de m'imaginer qu'elle aurait pu devenir comme ça si Ben n'avait rien fait. » Je soupire, rebaissant la tête vers mes mains, reniflant. Quelle drôle de journée.

J'arrache une racine d'un geste brusque puis sentant que les larmes passent, je recherche le regard de Winter. « Comment tu fais Winter pour paraître toujours aussi fort ? » Une question peut-être maladroitement posée mais que je me pose depuis longtemps. « Tu donnes l'impression que rien t'effraie et que rien peut t'abattre. » Son regard, sa posture, sa manière d'agir. Il semble toujours si sûr de lui. « Tu veux bien m'apprendre à ne plus avoir peur ? »

_________________
- I'll never hit the ground -
Revenir en haut Aller en bas

Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Contrecoup, plan foireux. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 89
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Contrecoup, plan foireux. X0TurS60 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. BR2xH0t

Contrecoup, plan foireux. DQEbQJ20 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. GxoDpmC

Contrecoup, plan foireux. Hu1erU70 / 500 / 50Contrecoup, plan foireux. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Contrecoup, plan foireux. Empty
06.11.19 4:26
Lucy et Winter ne seront jamais sur la même longueur d’ondes à ce sujet ; si pour elle c’est la mort qui change les gens, pour lui, ils ont toujours été comme ça. S’ils ne voient certainement pas la même chose dans le reflet des yeux des autres survivants, Winter est pourtant capable de comprendre une chose ; le monde de Lucy n’est plus le même qu’avant. Et c’est ce qui a surement changé sa manière de voir les gens. Et lorsqu’elle raconte son histoire, Winter n’a pas su regarder ailleurs que son visage à elle, comme si ça allait lui permettre d’en apprendre plus, peut-être même ce qu’elle aurait voulu cacher. Mais Winter n’est pas bon pour analyser les gens ; il prend ce qu’il voit, ce qu’il entend, et s’en fait sa propre idée. Il a pourtant fini par détourner le regard parce que cette fois-ci, il n’est pas capable de la comprendre. Lorsqu’on en vient à parler de famille, Winter est complètement perdu. Est tout bonnement incapable de ressentir un centième de ce qu’elle ressent ; parmi la tristesse et la peur. Parce que lui n’a jamais eu ce lien d’amour inconditionnel qui lie un enfant à ses parents. A ses frères et soeurs ; Winter, il a toujours été seul. Il n’y avait que Autumn pour lui tenir compagnie, qu’elle pour lui procurer de faible sourire. Aujourd’hui, même elle est bien loin de lui.

” - Comment tu fais Winter pour paraître toujours aussi fort ?” Elle capte son attention, son oeil se tourne vers elle comme s’il avait voulu lui répondre directement. ” Tu donnes l'impression que rien t'effraie et que rien peut t'abattre.” La seule chose qui lui fait peur dans ce monde, porte un prénom humain ; Alyssa. Il dit qu’il serait en colère, qu’il la tuerait s’il la voyait, au premier regard. Mais ne serait-il pas dévisagé par la peur, s’il se retrouvait face à son pire cauchemar ? ” Tu veux bien m'apprendre à ne plus avoir peur ?” On apprend pas à un signe à grimacer, peut-on apprendre à un être humain de ne plus agir comme tel ?
” - Tu devrais commencer par arrêter d’imaginer…” Winter, il a toujours cette fâcheuse habitude de donner l’impression qu’il se moque des autres, à cause de son intonation et des mots qu’il choisi. Comme s’il n’en avait rien à carrer des autres. Les plus jeunes sont seulement ce qu’il préfère. ” Ta famille, ils sont pas dev’nus comme ça. C’est tout ce qui doit rester.”

Fut-un temps, quand tout était encore plus ou moins normal sur Terre, Winter avait cette fâcheuse habitude d’imaginer que ses parents étaient n’importe quels inconnus vu à travers les fenêtres de l’appartement, ou croisé en ville avec Alyssa.  Lorsque les morts sont revenus à cette vie morbide, ce serait mentir de dire qu’il ne s’est pas réfugié dans son imagination pour essayer d’aller mieux aux travers des différents états d’Alyssa et de ses acolytes. Mais ce n’est pas l’imaginaire qui l’a fait survivre ; c’est Seth et sa réalité. Seth et sa façon de voir le monde, de le concevoir et de le créer.

” - Tu m’apprécies déjà pas, Lucy…” Qu’il dit, en la regardant arracher les dernières herbes comme si c’était ce qui restait de ses peurs. ” Ca pourra qu’être pire, si c’est moi qui t’aide.”

Lucide, il l’est, certainement un peu trop d’ailleurs. Il se connaît, Winter, sait déjà ce qu’il ferait pour aider Lucy avec ses peurs qui lui pourrissent la vie. Si ce n’est pas déjà le cas, ça viendra par arriver ; car du point de vue de Winter, les peurs sont ce qui court à notre perte. C’est à cause d’elle si on meurt ; parce qu’on a eu peur d’agir, de faire les choses comme elles auraient du être faite.

” - Je veux bien le faire, mais faudra pas faire la meuf après.” C’est tout ce dont il est capable d’user comme vocabulaire, pour décrire le comportement colérique ou même apeuré qu’il imagine chez Lucy, si les choses devaient mal se passer. ” T’as fini ?” Qu’il demande, comme s’il voulait rapidement passer à autre chose pour ne pas se mettre à réfléchir. Winter, il reste d’habitude dans son coin, il n’est pas du genre à tendre la main. ” C’est mieux de descendre à deux.”’”
Revenir en haut Aller en bas

Lucy Murphy
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Contrecoup, plan foireux. F16d178b5b6dae767d427fafc0701d2db87ceaa7

Ancien métier : Etudiante en multimédia
Occupation : Se rend utile partout où elle le peut
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Chicago

Contrecoup, plan foireux. 04f77265cd00e7aa85bac1e9106b99f1a997568b

Messages : 128
Inscription : 17/02/2019
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Zendaya Coleman

Contrecoup, plan foireux. X0TurS69 / 509 / 50Contrecoup, plan foireux. BR2xH0t

Contrecoup, plan foireux. DQEbQJ223 / 5023 / 50Contrecoup, plan foireux. GxoDpmC

Contrecoup, plan foireux. Hu1erU73 / 503 / 50Contrecoup, plan foireux. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Contrecoup, plan foireux. Empty
12.02.20 4:21
Winter & Lucy



Contrecoup, plan foireux

Une bombe lancée alors que je lui demande de l’aide. Winter, il est spécial, il a son monde à lui, ses principes, ses pensées et il est si différent de tous les autres garçons que j’ai pu côtoyer. Mais il dégage cette force, cette sûreté, qui donne envie de combattre à ses côtés. C’est sûrement ce qu’à repéré Seth en lui, ce pourquoi i est toujours là.

Mais Winter, il me répond. Et sa remarque me fait un petit choc. « Arrêter d’imaginer ». Comment peut-on le faire ? L’humain est créé pour imaginer, calculer tout ce qu’il fait, supposer les possibilités. Comment aller contre nature ? Mais il parle encore et cette fois, je comprends mieux. Il a un ton bizarre, Winter. Mais pour cette fois, je n’en fais pas cas, car ce qu’il essaie de me faire passer comme message me fait réfléchir. Il a raison. Ma famille est encore là, saine et sauve, c’est tout ce qui compte. Rester coincé dans le passé n’aide personne. Si c’est comme ça qu’il faut avancer, je serais prête à essayer.

«  - Tu m’apprécies déjà pas, Lucy… », mon regard lâche les racines un instant pour jeter un regard à Winter. Il n’a pas totalement tort. Mais c’est bien parce que je ne le connais pas. Il m’a longtemps rendu craintive envers lui parce que justement, il semblait si sûr dans ce monde chaotique. Comme s’il avait vécu tout sa vie dans un monde pareil. Et le voir ainsi ne m’a jamais inspiré confiance. Pourtant, sa sûreté donne envie de lui faire confiance. Et ce paradoxe-là ne m’a pas aidé à le comprendre, l’apprécier. « Ça pourra qu’être pire, si c’est moi qui t’aide. » Je ne sais pas ce qu’il veut dire par là et je devrais l’écouter, ne pas vouloir aller plus loin.

Mais je n’ai pas le temps de réfléchir plus loin, il accepte. A condition que je ne fasse pas « la meuf ». Ce vocabulaire utilisé par les jeunes, avant le monde de maintenant. J’ai un petit sourire à cette expression. J’hoche la tête. « Promis, je ferai mon possible pour pas faire la meuf. » J’arrache encore une des dernières pousses avant que Winter ne me demande si j’ai fini. Il affirme même que c’est mieux de descendre à deux et je me mets à rire. »T’as peur de tomber ? » Une moquerie qui se veut juste taquine alors que je me relève, époussetant mon pantalon. « Ouais, tirons-nous. Clara aura qu’à se démerder avec son cimetière de plantes. » Rien n’y changera, tout est gelé.

Je soupire et prend le chemin du retour, me tournant une fois vers Winter. « Merci Winter. Même si selon toi je t’apprécie pas, merci quand même. »

_________________
- I'll never hit the ground -
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


Contrecoup, plan foireux. Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Contrecoup, plan foireux.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: North Kelowna :: International Airport-
Sauter vers: