AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – 2019/2020
54 € 90 €
Voir le deal


 

 Tire la chevillette, la bobinette cherra !



Alyssa Andrare
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_pkn8yrCj6y1uobp3fo4_400

Ancien métier : Etudiante en pharmacologie
Occupation : Un peu de tout
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Zihuatanejo, Mexique

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_pkn8yrCj6y1uobp3fo5_400

Messages : 78
Inscription : 13/04/2019
Crédits : Tumblr !
Célébrité : Rosa Salazar

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  X0TurS613 / 5013 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  BR2xH0t

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  DQEbQJ228 / 5028 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  GxoDpmC

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Hu1erU712 / 5012 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Empty
21.04.19 17:20
On lui avait demandé de participer à une mission en dehors de l'aéroport. Pas vraiment quelque chose de dangereux. Il ne devait absolument rien se passer. C'était un truc de routine qui nécessitait une petite main supplémentaire et Alyssa avait accepté avec plaisir. Tout ce qui pouvait lui permettre de sortir de l'aéroport était le bienvenue et comme en plus elle n'avait pas de rôle particulier à effectuer chez les Protecteurs, que de se rendre disponible pour aider, c'était un travail entièrement fait pour elle. Au début, rien de particulier. Elle portait des caisses d'un point A à un point B qui devaient ensuite être ramenées à un autre point C qu'on ne lui demandait pas de connaître. Qui aurait pu imaginer que cela serait un problème ? Le soucis aujourd'hui, c'est que rien n'est simple ! Jamais ! En effet, si le point A était tranquille, car très proche de l'aéroport, le point B c'était beaucoup moins ça. En effet, il semblait que les personnes chargées de veiller à la sécurité de ce point B, n'avait pas remarqué qu'ils n'étaient pas tout seuls là-bas. En effet, alors que Alyssa et les autres déchargeaient les caisses, ils se rendirent compte qu'ils avaient de la compagnie. Il s'agissait de trois virulents qui guidés par leurs sens s'attaquèrent à la personne la plus proche d'entre eux. Alyssa ne sût plus trop ce qui se passa, car tout se passa trop rapidement. Elle se retrouva poussé à terre, pendant que certains tiraient leurs armes ou s'enfuyait s'ils en étaient démunis. Il y avait des cris, du sang et de la déroute. Elle même avait été blessé dans sa chute, à cause d'une pierre, qui rencontra malencontreusement sa tête.

Elle avait la tête qui tournait à cause de cela, mais elle se releva du mieux qu'elle pouvait. Il fallait qu'elle retourne à l'aéroport. Derrière elle, elle entendit un cri de désespoir. C'était celui d'un des hommes du groupe qui servait actuellement de casse croûte à l'un des virulents. Alyssa ne se retourna pas pour voir la scène. Elle savait juste qu'il fallait qu'elle court loin d'ici. Sa tête lui faisait un mal de chien et elle voyait trouble. A moitié en courant et l'autre moitié en clopinant, elle se fraya un chemin, essayant de mettre le plus de distance entre elle et les virulents, sans savoir qu'elle s'éloignait de l'aéroport. Pour une mission de routine toute simple, c'était un véritable fiasco. Des têtes allaient tomber quand ça serait terminé. Cependant, pour le moment aucunes de ces pensées ne traversaient l'esprit d'Alyssa. Sa plus grande préoccupation c'était de se tailler de là en vitesse. Elle ne tenait pas à finir en steak saignant pour virulents agressifs et affamés. Des branches lui taillaient le visage et elle avait l'impression de glisser toutes les cinq foulées. Le bruit des coups de feu continuaient à lui vriller les oreilles et elle avait l'impression qu'elle ne tiendrait pas longtemps le rythme. Elle allait devoir se poser un instant et reprendre son souffle en espérant qu'aucunes créatures des enfers ne l'avaient suivi jusque là. Elle était endurante, mais le sprint ce n'était pas sa spécialité du tout. Il suffisait qu'elle démarre trop vite pour ruiner son souffle et devoir se reposer rapidement pour le reprendre.

Un rapide coup d'œil lui permit de se rendre compte qu'il n'y avait pas de menace aux alentours, enfin autant que sa vision le lui permettait. Elle tenait sa tête entre ses mains en espérant que le mal allait passer, mais elle s'aperçut surtout que sa blessure saignait fort et que ses mains étaient tachées de son sang. Ce n'était pas une bonne nouvelle. Elle avait des contusions, sa jambe l'élançait et sa blessure à la tête lui vrillait la vue. Cela voulait signifier, qu'elle avait besoin d'un peu de soin. Elle essaya de voir où elle était, mais elle ne connaissait pas assez les alentours de Kelowna. Autant dire, qu'elle serait vraiment embêtée si un jour elle devait partir de l'aéroport. La jeune femme se rendait compte que c'était plus facile d'imaginer des choses que de les réaliser. Elle se reposait aussi beaucoup sur Tobias alors qu'ils devaient s'entraider. C'était comme ça qu'ils avaient survécu jusque là. Et puis, un jour, ils partiraient de l'aéroport et il faudrait qu'elle connaisse comment en partir et pas juste les lieux aux alentours proches. Ce qui était certain, c'est qu'elle s'était égaré trop loin des lieux qu'elle connaissait. Rien ne lui semblait familier. Alyssa essaya de ne pas désespéré à cause de cet état de fait. Il y avait certainement quelque chose qu'elle pouvait faire ? En fait, ce qui l'effrayait le plus, c'est qu'elle était en position de faiblesse et qu'elle ne voulait surtout pas perdre connaissance au milieu de nulle part. Il fallait qu'elle continue à avancer autrement c'était sûr qu'elle allait finir dans les vapes. Ce qui était un très mauvais plan.

Elle continua à marcher lentement en se tenant d'une main la tête et surtout en espérant qu'elle allait dans la direction de l'aéroport. C'était sûr que quand elle le verrait elle serait soulagée. La jeune femme allait peut-être même le trouver sympathique, ce qui était beaucoup sachant combien elle détestait cet endroit. Tout autour d'elle, elle avait l'impression de débarquer dans un endroit inconnu. C'est alors qu'elle remarqua une maison de maître abandonnée de trois étages et protégée par des murs de pierre. Il lui semblait incongru de ne pas l'avoir aperçu avant. C'est comme si cet endroit était caché jusque là et qu'il fallait s'en approcher suffisamment près pour la remarquer. Pourtant, elle était grande et semblait en meilleur état que de nombreux bâtiments dans le nord de la ville qui avait dû connaître de meilleurs jours. Peut-être, qu'elle pourrait y trouver de quoi soulager sa tête et ses blessures, elle tenta d'approcher le mur de pierre, mais il lui sembla qu'il s'éloignait d'elle à mesure qu'elle tentait de se rapprocher. Sa tête lui donnait l'impression de peser de plus en plus lourd. Ce n'était pas du tout normal. Le monde n'était plus aussi plat qu'il le devrait. Il penchait drôlement sur le côté comme la tour de Pise. Enfin, le mur était proche, elle posa une de ses mains dessus et elle perdit l'équilibre. Une drôle de pensée lui passa par la tête qui lui disait: « Pose toi 5 minutes! Juste 5 petites minutes et ensuite tu te relèveras ». Cette pensée lui paraissait drôlement sage et elle alors qu'elle essayait de la remettre en question, elle perdit connaissance juste devant la maison. Dire que cela devait être une mission simple et de routine !




HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Eileen E. Duchannes
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  OAZjKVJ

Ancien métier : Championne olympique de tir à l'arc
Occupation : La chasse et la protection
Statut civil : Célibataire. Maman par procuration, elle s'occupe d'une bande d'enfants depuis le début de l'épidémie.
Lieu de naissance : Ottawa, Canada.

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_ncd92ssgNQ1s1fry0o8_250

Messages : 211
Inscription : 10/12/2018
Crédits : hungryavatars & Sarasvati | Eren Jäger (SNK)
Célébrité : Crystal Reed

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  X0TurS626 / 5026 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  BR2xH0t

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  DQEbQJ237 / 5037 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  GxoDpmC

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Hu1erU730 / 5030 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Empty
21.04.19 18:03
Tire la chevillette, la bobinette cherra !

   Eileen & Alyssa

   



La journée avait été d'une incroyable routine.
Enfin, ce qui pourrait paraître routinier une fois qu'on était habitué à un monde rempli de créatures assoiffées de chair humaine et de sang à tout les coins de rue. En embarquant seulement Kaden avec elle, Eileen était partie faire le tour de la ville pour voir si il y avait des coins inconnus. Evidemment, ils tentaient de rester discrets.

Cela avait plutôt bien marché. Enfin, ils étaient tombés sur un couple de virulents mais deux flèches bien senties entre les deux yeux - qu'elle avait récupérées en prime - et on en parlait plus. Voyant la journée bien avancée, Eileen ordonna le repli.
Hors de question de se retrouver dans cette ville en pleine nuit. Déjà que c'était glauque en journée à cause de nos petits copains bouffeurs de cervelles et d'autres petites joyeusetés, c'était hors de question d'avancer à l'aveugle dans une ville que je ne connais pas! Pensa Eileen au moment où elle déclarait à Kaden qu'ils rentraient. 


   
 Ainsi la leader et le co-leader des Enfants Perdus rentraient à la maison. Ils espéraient que le trio restant allait bien. Le chemin du retour se passa calmement, ils étaient de nouveau passés par les toits en voyant que le chemin direct était envahi de Virulents - putain mais ils se reproduisent comme des lapins ces saletés! - et étaient arrivés sans encombre devant le mur protégeant leur demeure.
En revanche, ils s'arrêtèrent net en voyant un spectacle peu commun. Enfin, si on veut. Mais qu'est-ce qu'elle foutait là?!
Une jeune femme était là...Inconsciente devant le mur. D'un geste assuré, Eileen fit signe à son protégé de ne pas bouger tandis qu'elle sortait son couteau de sa ceinture et s'approcha prudemment.

Avec une prudence que l'on ne voit qu'avec des animaux sauvages ou/et effrayés, elle toucha l'épaule puis le cou de l'inconnue. Un pouls. Vivante! Elle soupira. Bordel! J'ai cru que c'était une Virulente! Pensa Eileen. Elle vérifia quand même que la jeune femme n'avait pas de morsure pour agir en conséquence mais la demoiselle semblait intacte et non-infectée, surtout! Enfin..."Intacte"...Le mot est vite dit. Son visage était couvert de micro-blessures - comme si elle avait eu l'excellente idée de courir à travers un massif de rosiers bien épineux - sans compter la plaie à la tête. Eileen prit quelques secondes à décider de la marche à suivre. Oh et puis merde quoi! Tout en rangeant son couteau, elle fit signe à Kaden en lui demandant de l'aider à porter l'inconnue. Ce dernier n'eu aucun mal à la porter sur son dos.

Ils passèrent par l'entrée. Si ils s'étaient infiltrés au début en escaladant le mur, Eileen avait trouvé les clés de la grille et de la porte d'entrée dans une armoire. Aujourd'hui, elle les portait comme des pendentifs pour ne pas les perdre.
En les voyant entrer, Cécily, Emma et Erik firent des yeux de merlans frits. Pas maintenant les explications! Pas le temps! Lâcha-t'elle d'un ton autoritaire. C'était réellement pas le moment!
L'avantage dans cette baraque c'était qu'il y avait un nombre suffisant de chambres pour respecter l'intimité de chacun - seules les sœurs refusaient de se séparer -  ainsi Eileen pu mettre son fardeau sur le lit d'une des chambres inoccupées. D'où tu viens, toi bordel de...? Grommela-t'elle dans sa barbe pour elle-même. La maison était éloignée du centre - raison pour laquelle le groupe y avait jeté son dévolu - d'où cette meuf venait pour se retrouver devant?! De l'extérieur? A première vue non, elle n'avait pas le look ni l'attirail de celui qui avait faite une longue "randonnée".
Bref! On attendra son réveil pour ça.

Pour l'heure, Eileen alla chercher la trousse de premiers soins et entreprit de laver et désinfecter les plaies avant de penser celle au front. Son travail fini, elle se posta sur une des chaises à côté du lit en attendant le réveil de la Belle au Bois Dormant.

_________________

"BATS-TOI! SI TU GAGNES, TU VIS. SI TU PERDS, TU MEURS. SI TU NE TE BATS PAS, TU NE PEUX PAS GAGNER !"
Revenir en haut Aller en bas

Alyssa Andrare
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_pkn8yrCj6y1uobp3fo4_400

Ancien métier : Etudiante en pharmacologie
Occupation : Un peu de tout
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Zihuatanejo, Mexique

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_pkn8yrCj6y1uobp3fo5_400

Messages : 78
Inscription : 13/04/2019
Crédits : Tumblr !
Célébrité : Rosa Salazar

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  X0TurS613 / 5013 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  BR2xH0t

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  DQEbQJ228 / 5028 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  GxoDpmC

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Hu1erU712 / 5012 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Empty
22.04.19 10:16
Alyssa avait l'impression de flotter. Il lui semblait sentir l'odeur du poisson qu'on fait frire pour préparer un mojarra. Elle se sentait si bien. Cela lui faisait longtemps qu'elle n'avait pas été aussi bien. Ce doux flottement ressemblait au balancement du bateau de pêche de son grand-père lorsqu'ils partaient en mère. La posada de ses parents avait vu sur la mer, et lorsque le temps le permettait, on montait les touristes sur le bateau réaménagé. Ils pouvaient ainsi profiter de la vue sur toute la baie de Zihuatanejo. Un grand moment, car c'était un petit coin de paradis sur la côte Pacifique. Son père en profitait pour pêcher, devant les yeux ébahis des touristes du centre du pays, le poisson qu'ils mangeraient tous plus tard, assis autour de la grande table en bois sur la terrasse. Ici, les soucis et la fatigue de la vie quotidienne ne pouvaient plus les atteindre. Il suffisait simplement de profiter de la vie, entouré de gens aimant, d'une bonne bière et d'une nourriture saine et réconfortante. Il n'y avait pas meilleur endroit au monde pour se ressourcer. La mère de Alyssa faisait le meilleur mojarra de toute la côte ouest du Mexique. C'était ce que son père se plaisait à raconter à tout le monde et Alyssa l'avait toujours cru. On pouvait en fin d'après-midi retourner sur la plage et s'asseoir sur les dunes de sables chaudes, un verre d'aguas frescas glacée à la main, en attendant de voir le soleil s'éteindre à l'horizon, comme s'il partait se cacher dans flots en attendant de revenir au petit jour. C'était un spectacle qui valait le coup. Un coucher de soleil, c'était toujours un beau spectacle. Alyssa, enfant adorait ce moment-là. Les pieds cachés dans le sable chaud, elle attendait que le soleil s'éteigne pour rentrer chez elle. Sa mère l'attendait toujours à la sortie de la plage avec son sourire qui brillait tout autant que l'étoile solaire.

« Il est temps de rentrer, Alyssa. » Dit-elle sans bouger. Sa mère semblait presque éthérée.

Cela ce n'était pas normal. Alyssa n'avait pas le souvenir que sa mère n'ait jamais prononcé ces mots. L'enfant tenta d'attraper la main de sa mère, mais elle sembla se refermer sur du vide. La panique commençait à étreindre son coeur. Elle tenta une deuxième fois, plus une troisième fois… sans succès. Sa mère était toujours là, souriante, mais elle semblait s'effacer, tout comme le paysage derrière elle. Alyssa tourna la tête pour essayer de se rassurer en contemplant la mer, mais il n'y avait rien d'autre que du vide. La panique s'emparait d'elle plus vite encore. Elle retourna son regard vers sa mère, mais là encore il n'y avait plus rien. Tout autour d'elle, ce n'était que le noir complet et silencieux. Elle tenta de crier, mais il n'y avait pas un son qui ne sortait de sa bouche. C'était un dangereux et terrible silence partout. Alyssa sentit les larmes couler sur son visage. Il y avait longtemps qu'elle n'avait pas eu ce genre de larmes. On aurait pu entendre ses sanglots très loin, si seulement l'endroit n'était pas silencieux. Cela l'oppressait. Elle voulait se faire mal pour pouvoir se sortir de cet enfer noir et sans bruit. Que se passait-il ? Elle tenta de se griffer, de bouger, mais il semblait que l'on retenait son corps contre sa volonté. Il lui semblait qu'elle n'arrivait plus à respirer. Elle voulait hurler, crier, héler et implorer, tout en même temps. Si seulement cela pouvait la faire sortir de cet endroit effrayant. Le souvenir de son enfance était bien loin. On aurait dit qu'on l'avait fait revivre son enfance idyllique pour mieux la lui arracher, afin qu'elle souffre encore plus dans ce lieu sans âme. Alyssa essayait de se dégager, mais la force invisible qui la retenait était plus forte qu'elle. Elle griffa dans le vide comme si elle pouvait s'en sortir, mais c'était un jeu perdu d'avance, quand soudain…

Alyssa se releva d'un coup en un grand cri ! Dans son évanouissement, elle s'était débattue. Ces réactions dans ce drôle d'espace noir avait eu des répercussions physiques. Il eut un instant pendant lequel, la jeune femme n'était pas certaine d'être encore dans son cauchemar ou de l'avoir quitté. Elle essaya de se rappeler où elle était, mais c'était le grand vide. Elle dut se forcer à se calmer pour pouvoir mieux réfléchir. Le film des derniers instants qu'elle avait vécus, passa à vitesse grand V dans son esprit, comme s'il était en mode accéléré. Elle se rappelait la mission de routine qu'elle avait accepté, les caisses pas trop lourdes à transporter, puis l'arrivée des virulents, qui avait été une mauvaise surprise, enfin la fuite et puis… plus rien ! Elle repoussa ses cheveux qui lui étaient tombés sur les yeux et regarda autour d'elle, un peu effrayé. L'endroit lui était inconnu, ce qui n'était pas peu dire. A l'exception de l'aéroport et de ses alentours les plus proches, Alyssa connaissait peu d'endroit. Où donc avait-elle atterrie ? Alyssa fut attiré par le fait qu'on avait prit soin de ses blessures et que sa tête lui faisait bien moins mal que dans ses souvenirs. Ce n'est que bien après qu'elle remarqua la présence d'une autre jeune femme dans la pièce. C'était une jeune femme plus âgée qu'elle, avec une chevelure sombre. La mexicaine en déduisit que la personne dans la pièce devait être en partie responsable des soins dont elle avait bénéficié. Elle ne savait trop comment réagir. Les rencontres avec des inconnus n'étaient pas monnaie courante et dans tous les cas, elle avait appris à s'en méfier, pourtant, si cette personne avait voulu lui faire du mal, elle n'aurait pas pris la peine de la soigner.

« Où suis-je ? »
Demanda Alyssa en essayant de remettre toutes ses pensées en place. « Est-ce vous qui m’avez soigné ? » Elle garda le silence un instant avant de reprendre. « Qui êtes-vous ? »

C’était là les questions les plus importantes. Le reste viendrait plus tard. Avant toute chose, elle avait besoin de se rappeler précisément de quoi elle avait atterrie ici et qui était ses sauveurs avant de pouvoir penser à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas

Eileen E. Duchannes
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  OAZjKVJ

Ancien métier : Championne olympique de tir à l'arc
Occupation : La chasse et la protection
Statut civil : Célibataire. Maman par procuration, elle s'occupe d'une bande d'enfants depuis le début de l'épidémie.
Lieu de naissance : Ottawa, Canada.

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_ncd92ssgNQ1s1fry0o8_250

Messages : 211
Inscription : 10/12/2018
Crédits : hungryavatars & Sarasvati | Eren Jäger (SNK)
Célébrité : Crystal Reed

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  X0TurS626 / 5026 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  BR2xH0t

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  DQEbQJ237 / 5037 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  GxoDpmC

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Hu1erU730 / 5030 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Empty
22.04.19 11:29
Tire la chevillette, la bobinette cherra !

   Eileen & Alyssa

   

Transporté la fille à l'intérieur de la planque s'avéra une tâche ardue. Cette dernière gigotait comme un chat à qui on voudrait donner un bain et Kaden manqua de la faire tombé plusieurs fois dans les marches. Bordel mais quel "sommeil" agité putain de bordel!


Heureusement, une fois sur le lit, l'inconnue sembla plus calme. Enfin, Eileen failli se prendre plusieurs fois un poing dans la tronche et, une fois sa tâche achevée, l'archère ne manqua pas d'exprimer son soulagement en un "ENFIN" sortant du fond des tripes.
Ainsi, avec une distance de sécurité, Eileen laissa la jeune femme se débattre avec ses cauchemars, trop épuisée pour penser à la réveiller. Surtout qu'avec le coup sur la tête, elle n'était pas sure que "La Belle Au Bois-Dormant" soit  réceptive à sa tentative d'éveil.
Heureusement, la jeune femme se réveilla d'elle-même...En poussant un cri à réveiller les morts! Faisant sursauter Eileen qui manqua d'en tomber de son fauteuil où elle s'était posée OKLM pour lire son roman pour la dix-millionième fois pour attendre le réveil de son invitée surprise.

Une fois calmée et se rendant compte qu'elle était dans le merveilleux monde de la réalité, l'inconnue sembla avoir repéré sa présence car elle lui posa - sans pause - des questions telles que « Où suis-je ? » « Est-ce vous qui m’avez soigné ? » « Qui êtes-vous ? »
Eileen souffla, blasée et impressionnée du nombre de mots débités à la minute sans respirer puis lâcha: A, ta,ta! Cela ne t'arrive jamais de respirer? dans un soupir; avant de poursuivre: Alors dans l'ordre, puisque - apparemment - t'as pas toutes tes frites dans le même sachet vu le coup que tu t'es pris: on est dans une maison à l'extérieur de Kelowna protégée par des murs de pierres. Dis murs sur lesquels tu t'es évanouie, pour l'anecdote! Ensuite, oui: je t'ai soignée et au péril de ma vie vu le sommeil agité que tu te tapes. Puis elle conclu: Et pour finir, je m'appelle Eileen. D'autres questions?

_________________

"BATS-TOI! SI TU GAGNES, TU VIS. SI TU PERDS, TU MEURS. SI TU NE TE BATS PAS, TU NE PEUX PAS GAGNER !"
Revenir en haut Aller en bas

Alyssa Andrare
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_pkn8yrCj6y1uobp3fo4_400

Ancien métier : Etudiante en pharmacologie
Occupation : Un peu de tout
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Zihuatanejo, Mexique

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_pkn8yrCj6y1uobp3fo5_400

Messages : 78
Inscription : 13/04/2019
Crédits : Tumblr !
Célébrité : Rosa Salazar

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  X0TurS613 / 5013 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  BR2xH0t

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  DQEbQJ228 / 5028 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  GxoDpmC

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Hu1erU712 / 5012 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Empty
29.04.19 9:04
Le réveil était amer pour la jeune mexicaine. Son délire avait été plus beau que la réalité. Ce n'était pourtant pas la première fois qu'elle revoyait en rêve sa petite baie du paradis, mais c'était à chaque fois difficile d'admettre que tout ceci n'était plus réel aujourd'hui. Parfois, Alyssa essayait d'imaginer sa ville natale et d'enfance dans la situation actuelle, aux prises avec les virulents et où la douce vie qui y régnait autrefois n'avait plus de sens. C'était impossible à imaginer. Cela faisait trop mal de penser que tout ceci n'existait pas. C'était pourtant fort possible. Alyssa préférait garder ses souvenirs d'enfance auréolé du vernis de la nostalgie pour pouvoir s'y réfugier lorsqu'elle retournait dans les bras de Morphée ou comme dans le cas présent, lorsqu'elle perdait connaissance. C'était toujours mieux que le quotidien. Bien sûr, elle n'avait pas vraiment eu tout cela à l'esprit lorsqu'elle s'était réveillée subitement. Elle était encore aux prises avec son drôle de rêve. Il lui avait fallu un instant pour se remettre de ce sentiment d'être prisonnière, incapable de s'exprimer. Un cauchemar qui n'était finalement pas si éloigné de la vérité si on le prenait comme une métaphore de la situation actuelle chez les Protecteurs, mais elle était bien loin de se prendre la tête avec une telle réflexion. Non, sa première pensée, une fois remise, avait été de se demande où donc elle avait bien pu terminer. Elle ne s'attendait pas à se trouver dans une chambre plus sympathique que toutes celles qu'elle avait pu voir cette dernière année. Ce qui n'était pas peu dire. Elle n'avait pas non plus escompté qu'elle ne serait pas seule et que son cri ferait sursauter ladite personne. Non rien de tout cela n'aurait dû arriver, mais les virulents n'étaient pas non plus prévus dans l'histoire. Une mission de routine… la bonne blague !

Après avoir hésité pendant un instant qui lui avait permis de détailler la personne qui l'avait de toute évidence soignée, Alyssa avait enchaîné les questions à la vitesse d'un lancer de boulet de canon. C'était les questions les plus importantes à son sens. Il arrivait parfois qu'elle fasse preuve d'impulsivité, comme c'était le cas ici. Son interlocutrice souffla et Alyssa ne sût pas trop bien comment interpréter cela, mais elle préféra ne rien dire à ce sujet. La femme lui fit une remarque sur le débit impressionnant de ses questions. Certes cela pouvait faire une certaine impression, mais Alyssa avait adopté le crédo que la vie était trop courte pour ne pas dire les choses rapidement. Elle se contenta de hausser les épaules en réaction à la question de la personne qui n'attendait probablement pas de vraie réponse. En attendant, son interlocutrice accepta cependant de répondre à ses questions non sans avoir lâché un autre petit soupir. De toute évidence, Alyssa venait de troubler sa journée. Elle préféra ne rien dire parce qu'elle était reconnaissante à la personne de l'avoir secouru et soigné, même si elle commençait à la trouver un peu étrange. Par réflexe, la jeune femme préféra adopter une attitude neutre. Qui sait ce qui pourrait se passer si elle venait à se mettre à dos la femme qui lui faisait face. Cette journée était décidément pas simple du tout. Personne n'allait la croire lorsqu'elle allait rentrer à l'aéroport. La femme lui apprit qu'elle se trouvait en dehors de Kelowna dans une maison cernée par des murs de pierre (ce qui expliquait probablement son bon état). Enfin elle put mettre un nom sur son interlocutrice.

« Okay… » Fut la première réponse que Alyssa put formuler. En fait c'est vrai que cela faisait beaucoup d'un coup. A sa décharge, elle venait de se réveiller d'un évanouissement qui était lui-même la conséquence d'une fuite face à une attaque de virulents. On pouvait bien l'excuser de ne pas être au top de sa forme après cela.

« Je suis Alyssa ! » Finit-elle par ajouter. « Merci de m'avoir aidé. Je sais que aider son prochain ce n'est plus vraiment à la mode actuellement et je tiens à vous dire que je prends en compte la bonté dont vous avez fait preuve. »

Il eut un silence gêné pendant lequel Alyssa ne sût pas trop quoi ajouter de plus. Il lui semblait étrange de se lever et puis de partir sans faire quoi que ce soit ou dire quoi que ce soit d’autre. D’autant plus qu’elle ignorait de combien elle s’était éloignée de l’aéroport. De plus, pas sûr encore que Eileen, vu que c’était son nom, la laisserait partir d’ici. De toute évidence, les murs ne devaient pas qu’être là pour la protéger des virulents. Par les temps qui courent, il faut aussi se protéger des étrangers. Pourtant, elle l’avait laissé rentrer chez elle… Alyssa hésitait trop et le silence qui s’étirait ne lui plaisait pas. La jeune femme n’était pas une bavarde invétérée, mais il y avait une sorte de gêne pas agréable et elle préférait dépasser cela vite fait.

« Vous dîtes que vous êtes à l'extérieur de la ville, mais vous diriez que c'est loin du Nord de la ville ou plus ou moins proche ? » Lui demanda Alyssa en essayant de rester dans le vague, car elle ignorait encore trop de choses sur cette femme. Cependant, il lui faudrait rentrer chez elle, ou du moins ce qui ressemblait à chez elle, ici.

Un autre silence un peu gênant commençait à se profiler et Alyssa ne savait toujours pas si elle pouvait sortir du lit dans lequel elle se trouvait. C’était vraiment agaçant de ne plus pouvoir accorder sa confiance à quelqu’un sans imaginer que cette personne allait vous faire la peau une fois que vous laisseriez tomber votre réserve.

« Je me disais que je devrais peut-être vous rembourser votre générosité... »
Reprit la jeune mexicaine de plus en plus gêné par la situation. « Vous avez vraiment été d’une grande aide et d’après vos dires ça n’a pas été simple. Est-ce que je pourrais vous rendre un service ? Ça serait ma manière de vous remercier. »

Alyssa espérait que cela leur offrirait des relations cordiales. Après tout Eileen l’avait bien aidé et c’était le moins qu’elle pouvait faire. Ensuite, il faudrait rentrer avant la fin de la journée. La nuit n’était pas des plus sûres.
Revenir en haut Aller en bas

Eileen E. Duchannes
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  OAZjKVJ

Ancien métier : Championne olympique de tir à l'arc
Occupation : La chasse et la protection
Statut civil : Célibataire. Maman par procuration, elle s'occupe d'une bande d'enfants depuis le début de l'épidémie.
Lieu de naissance : Ottawa, Canada.

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_ncd92ssgNQ1s1fry0o8_250

Messages : 211
Inscription : 10/12/2018
Crédits : hungryavatars & Sarasvati | Eren Jäger (SNK)
Célébrité : Crystal Reed

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  X0TurS626 / 5026 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  BR2xH0t

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  DQEbQJ237 / 5037 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  GxoDpmC

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Hu1erU730 / 5030 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Empty
09.05.19 10:02
Tire la chevillette, la bobinette cherra !

   Eileen & Alyssa

   

L'inconnue semblait complètement perdue. Quoi de plus normal? Déjà rien que le fait de se trouver dans un monde post-apocalyptique avait de qui en troubler plus d'un, même les fortes têtes mais, en plus, là la jeune fille s'était pris un vilain coup en pleine poire.

Calmement, bien qu'interloquée par le débit de parole de la demoiselle, Eileen répondu à ses questions. Cette dernière lui répondu vaguement, comme l'air d'assimiler les infos avant de se présenter avec « Je suis Alyssa ! » Enchantée! Dit-elle en laissant Alyssa continuer sur sa lancée.  « Merci de m'avoir aidé. Je sais que aider son prochain ce n'est plus vraiment à la mode actuellement et je tiens à vous dire que je prends en compte la bonté dont vous avez fait preuve. » Eileen eu une risette. J'allais pas te laisser comme ça. D'ailleurs, pour être précise, y'a deux raisons qui m'ont poussée à te sauver. prenant une pause, elle poursuivit: J'allais pas laisser quelqu'un sans défense, pour la première, et pour la deuxième, tu risquais d'attirer d'autres de ces créatures. L'intérêt de cette baraque, c'est son isolement et le fait qu'elle soit discrète.
Et c'était vrai. Depuis qu'Eileen et les enfants s'étaient installés ici, mis-à-part quelques Virulents solitaires et une poignée de survivants, personne n'était venu ici. Cela l'arrangeait d'ailleurs. Sans compter le mur de pierres qui leur assurait une sécurité en permanence. Bon le risque zéro n'existait pas mais ils pouvaient aller et venir sans crainte.

Elle se baissa et ramassa un sac à dos qu'elle tendit à Alyssa. Tiens, tes affaires! J'ai pas touché à tes armes, tu peux vérifier. Méthode de crevard: laisser quelqu'un partir sans ses biens et, par conséquent, sans savoir se défendre. Autant tuer la personne soi-même dans ces cas-là! L'archère refusait de tomber aussi bas. Elle avait déjà tué. Mais, pour elle, c'était de la légitime défense.


« Vous dîtes que vous êtes à l'extérieur de la ville, mais vous diriez que c'est loin du Nord de la ville ou plus ou moins proche ? » Elle soupira en s'affalant sur son fauteuil un brin poussiéreux - la propreté n'était pas vraiment une priorité dans son cas, surtout en cette situation - et dit: Bingo! Je savais que tu "vivais" dans le coin. Enfin à Kelowna. Je dirais qu'on est à 10 ou 15 minutes du Centre-Ville si on passe par les toits. Marquant une pause de quelques minutes, Eileen se lança: Tu viens de quel groupe? Tu n'as pas l'air d'être une solitaire...Sinon, je te verrais mal voyager aussi léger. Un simple sac-à-dos. Cela veut dire qu'Alyssa a un pied-à-terre et, éventuellement, une ribambelle de compagnons à qui elle peut confier le reste de ses affaires.
Personnellement, bien qu'elle aie fait de cette maison son pied-à-terre, elle tentait toujours d'emporter le plus avec elle au cas-où elle et les enfants seraient dans l'incapacité de revenir ici.

« Je me disais que je devrais peut-être vous rembourser votre générosité... Vous avez vraiment été d’une grande aide et d’après vos dires ça n’a pas été simple. Est-ce que je pourrais vous rendre un service ? Ça serait ma manière de vous remercier. »
Évitez de dire aux tiens qu'une personne solitaire vit ici, ça me parait être un bon début. Elle préférait ne pas tenter le diable.

On frappa à la porte. Entrez! Le quatuor entra et Eileen demanda: Évitez de tous parler en même temps, elle vient de se réveiller et elle est encore dans le coaltar! Puis elle poursuivit: Alyssa, je te présente Emma, Kaden, Cécily et Erik.

_________________

"BATS-TOI! SI TU GAGNES, TU VIS. SI TU PERDS, TU MEURS. SI TU NE TE BATS PAS, TU NE PEUX PAS GAGNER !"
Revenir en haut Aller en bas

Alyssa Andrare
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_pkn8yrCj6y1uobp3fo4_400

Ancien métier : Etudiante en pharmacologie
Occupation : Un peu de tout
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Zihuatanejo, Mexique

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_pkn8yrCj6y1uobp3fo5_400

Messages : 78
Inscription : 13/04/2019
Crédits : Tumblr !
Célébrité : Rosa Salazar

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  X0TurS613 / 5013 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  BR2xH0t

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  DQEbQJ228 / 5028 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  GxoDpmC

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Hu1erU712 / 5012 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Empty
29.05.19 16:26
La dénommée Eileen semblait faire partie de ces personnes qui ont un bon fond, même lorsque le reste du monde part en vrille. Enfin c'est ce que ses paroles semblaient vouloir dire. Alyssa était impressionnée, car elle avait plutôt vu le contraire depuis que les virulents étaient entrés dans la vie des vivants. Comme si en plus de détruire la civilisation humaine telle qu'on la connaissait, ils avaient aussi entraîné la fin des relations cordiales entre les hommes. Cependant, elle semblait aussi être quelqu'un de réaliste. Elle ne lui avait pas simplement avoué qu'elle avait des valeurs qui l'empêchaient de laisser quelqu'un mourir alors qu'elle était inconsciente, mais aussi qu'elle souhaitait se protéger des virulents pour ne pas mettre en danger son lieu de résidence. c'était plutôt de bonnes qualités qui mettait Alyssa un peu plus en confiance. Elle avait eu une sacré chance de tomber sur Eileen. Cela aurait pu être bien plus grave. Elle aurait pu tomber sur des Protecteurs bis et vu comment les choses se passaient à l'aéroport, c'était vraiment une très bonne chose qu'elle n'ait pas rencontré leur double. Elle se releva un peu plus et sentit, malgré les soins dont elle avait fait l'objet, que sa tête continuait à lui faire mal. De toute évidence, elle allait se traîner un sacré mal de tête pendant encore quelque temps. Il allait vraiment falloir qu'elle trouve une bonne excuse pour que sa petite famille ne s'inquiète pas de ce qui lui était arrivé. Après tout, une « attaque » de virulents, ce n'était pas une première dans la vie aujourd'hui. C'était d'ailleurs plutôt facile de tomber sur eux. Il lui semblait qu'ils étaient maintenant plus nombreux que les humains. Une pensée plutôt triste qui lui traversait parfois l'esprit.

Alors qu'elle regardait ses bandages, Eileen avait repris la parole et elle lui tendit son sac à dos. Alyssa fut heureuse de le voir. Elle l'avait oublié, mais il était certain qu'il lui aurait manqué. Ce n'était pas tant les armes que deux petits objets précieux qui lui aurait beaucoup manqué. Elle s'empara du sac et l'ouvrit, afin de fouiller de-dans. Elle en retira un vieux portefeuille qui avait connu des jours meilleurs. A l'intérieur, se trouvait deux photos de sa famille, celle qu'elle avait avant. La première représentait ses deux parents, Lucio et Gema Andrare, encore jeunes qui portaient leurs vêtements de mariage et souriait à l'objectif. Il semblait qu'ils étaient encore plein d'espoir et de rêve. Ce qui était certain, c'est qu'ils ignoraient qu'ils n'allaient pas vivre bien longtemps. Ils resplendissaient, comme le sont en général tous les jeunes mariés qui décident de passer le reste de leur vie ensemble (ou du moins qui essaient) et qui sont très amoureux l'un de l'autre. Ils posaient devant leur petit hôtel dans la baie de Zihuatanejo. L'autre photo, les représentait devant leur maison dans la campagne près de Montréal. Sur celle-ci, on pouvait la voir entre son père et sa mère. Ces derniers souriaient encore confiants dans leur vie, mais elle, elle tirait une petite moue d'enfant déçu. Alyssa avait eu du mal à s'adapter à sa nouvelle vie. Elle ignorait encore qu'elle ne passerait pas beaucoup de temps avec eux. Si elle l'avait su, elle aurait été plus enjouée, malheureusement personne n'avait pu prédire l'avenir. La jeune femme referma le portefeuille et le remit dans son sac, dans un dernier soupir.

Elle finit par avoir la réponse à sa question de savoir si elle se trouvait loin de l'aéroport. Elle avait essayé d'être discrète, mais avait de toute évidence plutôt échoué. Eileen n'était pas née de la dernière pluie, mais elle ne lui montra pas entièrement qu'elle n'avait pas vraiment assuré. Son interlocutrice lui affirma qu'elle se doutait qu'elle vivait dans le coin ne serait-ce que parce qu'elle voyageait un peu trop léger pour être une solitaire. Drôle de mot que celui-là tant il était si différent de ce qu'était Alyssa. Elle était loin d'être une solitaire et ne l'avait finalement jamais été grâce à Tobias et Leela. Elle en était plutôt heureuse ! Au moins maintenant, elle savait qu'elle n'était pas trop loin de son lieu de vie. Par contre, elle manqua de flancher quand Eileen lui demanda de quels groupes elle faisait partie. Eileen vivait peut-être caché, mais elle en savait bien plus qu'elle n'y semblait. De toute évidence, elle vivait seul ici et donc n'appartenait pas à un des groupes importants de la ville. Alyssa se demanda bien pourquoi. Certes, vu la description de la maison, il y avait une bonne protection ici, mais rien n'était vraiment éternel. La mexicaine ne savait pas trop quoi répondre. Elle pouvait bien entendu mentir, mais elle ne souhaitait pas vraiment le faire. Eileen lui semblait être une bonne personne et elle voulait lui faire confiance. D'où cela lui venait-il ? Elle ne saurait le dire. Par contre, elle aimait croire que son instinct n'était pas trop mauvais. D'un autre côté, les Protecteurs ne seraient pas trop inquiétés par Eileen. Sauf si elle-même avait un groupe important qu'elle cachait dans cet incroyable bâtisse.

« En effet, je ne suis pas une solitaire. » Avoua Alyssa un peu gênée. « J’imagine que c’était en effet assez visible. Comment savez-vous combien de groupe, il y a ici ? Vous semblez en savoir beaucoup pour quelqu’un qui vit à l’écart de la ville. Ne le prenez pas mal, mais je suis surprise. Il me semblait qu’il était difficile de rester au-dehors de ces groupes, justement parce qu’ils captaient la plupart des personnes qui passaient par là. »

On pouvait un peu résumer leur arrivée chez les Protecteurs ainsi, si on omettait tout ce qui avait fait qu’ils finissent là-bas.

« Je ne suis pas certaine que de vous dire de quel groupe je viens, fasse la moindre différence. Au moins que cela en soit une ? »
Elle prit un air interrogateur.

Lorsqu’elle voulut détourner un instant la conversation en affirmant qu’elle souhaitait rembourser la générosité de son interlocutrice, cette dernière répondit simplement que de ne rien dire de sa présence ici serait suffisant. Alyssa pouvait comprendre qu’elle tienne à son intimité ici. Elle savait que si jamais un Protecteur se rendait compte qu’il y avait des choses à prendre ici, il n’hésiterait pas à revenir à plusieurs pour obtenir ce qu’il voudrait. La jeune femme ne souhaitait pas que Eileen eut à affronter cette éventualité. Non, vraiment, il valait bien mieux tenir sa langue.

« Je ne ferais pas de publicité sur ce lieu. C’est une promesse. »
Affirma cette dernière avec conviction.

Soudain on frappa à la porte. Alyssa sursauta, car elle ne s'y attendait pas et regarda la porte avec appréhension. Est-ce que tout ceci n'avait été qu'une façade et que le pire allait maintenant commencer ? Elle sera son sac contre elle jusqu'à ce que la personne qui avait frappé à la porte se dévoile. C'est alors que quatre personnes firent leur entrée, quatre enfants. Toute la tension qu'elle avait ressentit au son contre la porte, s'évanouit à leur vue. Elle ne s'y était vraiment pas attendu. Eileen lui présenta chacun d'entre eux, après les avoir prévenus qu'elle venait de se réveiller. Alyssa comprenait encore plus que Eileen ne tiennent pas à faire la promotion de son chez-elle. Elle ne vivait pas seule, mais elle était entourée de gamins présentement.

« Enchanté ! Je suis Alyssa. »
Fit la jeune femme en se présentant à son tour aux quatre enfants. Elle se tourna vers Eileen et l’interrogea. « Il s’agit de votre famille ? Vous êtes bien nombreux. Je suis encore plus surprise que vous soyez resté si bien caché. Ce n’est pas simple lorsqu’on est nombreux. »

C’était vraiment un tour bien étrange que venait de prendre les événements. Dommage ! Elle ne pourrait en faire part à personne, maintenant qu’elle avait promis de garder tout cela pour elle. Leela aurait adoré connaître cette aventure. Cacher quelque chose à sa famille de coeur n’allait pas être une mince affaire. Elle regrettait un peu d’avoir promis si vite, mais elle ne pourrait aller contre cela. Il ne restait plus grand-chose dans ce monde, mais la jeune femme tenait à respecter ses propres valeurs.
Revenir en haut Aller en bas

Eileen E. Duchannes
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  OAZjKVJ

Ancien métier : Championne olympique de tir à l'arc
Occupation : La chasse et la protection
Statut civil : Célibataire. Maman par procuration, elle s'occupe d'une bande d'enfants depuis le début de l'épidémie.
Lieu de naissance : Ottawa, Canada.

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_ncd92ssgNQ1s1fry0o8_250

Messages : 211
Inscription : 10/12/2018
Crédits : hungryavatars & Sarasvati | Eren Jäger (SNK)
Célébrité : Crystal Reed

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  X0TurS626 / 5026 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  BR2xH0t

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  DQEbQJ237 / 5037 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  GxoDpmC

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Hu1erU730 / 5030 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Empty
22.08.19 16:07
Tire la chevillette, la bobinette cherra !

   Eileen & Alyssa

   
« En effet, je ne suis pas une solitaire. » La jeune femme semblait gênée tandis qu'Eileen esquissa un sourire. « J’imagine que c’était en effet assez visible. Comment savez-vous combien de groupe, il y a ici ? Vous semblez en savoir beaucoup pour quelqu’un qui vit à l’écart de la ville. Ne le prenez pas mal, mais je suis surprise. Il me semblait qu’il était difficile de rester au-dehors de ces groupes, justement parce qu’ils captaient la plupart des personnes qui passaient par là. » Pesant le pour et le contre, l'archère décida qu'elle n'avait aucune raison de mentir. Je fais parfois du ravitaillement en ville. J'évite de rester trop longtemps mais mes allées et venues m'ont permis de connaître les groupes de personnes y vivant. Enfin, plus ou moins. Je sais qu'il y a un groupe à l'université ainsi qu'à l'hôpital Chose qui ne faisait pas ses affaires d'ailleurs, Eileen se voyant mal entrer et sortir discrètement pour aller chercher du soin. Ainsi qu'une église - ils m'ont l'air sacrément allumés d'ailleurs - et à l'aéroport. Entre autres. Elle marqua une pause.  « Je ne suis pas certaine que de vous dire de quel groupe je viens, fasse la moindre différence. Au moins que cela en soit une ? » Rassure-moi, tu ne fais pas de l'église? Demanda Eileen se souvenant qu'elle venait de les traiter d'allumés il n'y a pas deux secondes. Mmmm Non. T'as pas une tronche de nonne!

Par sécurité, elle en profita pour demander à la jeune femme de ne pas dire qu'il y avait quelqu'un dans une maison à l'écart. « Je ne ferais pas de publicité sur ce lieu. C’est une promesse. » Merci Sourit-elle. Juste à temps, les deux femmes entendirent frapper et les enfants entrèrent. Eileen les présenta et au vue de l'expression d'Alyssa - qui se présenta à eux - elle avait bien fait de lui dire de tenir sa langue.  « Il s’agit de votre famille ? Vous êtes bien nombreux. Je suis encore plus surprise que vous soyez resté si bien caché. Ce n’est pas simple lorsqu’on est nombreux. » Les enfants s'installèrent en cercle tandis qu'Eileen dit: Ils ne sont pas vraiment de ma famille. Disons que quand j'ai réalisé l'épidémie et que j'ai réussi à m'enfuir, je suis tombée sur eux. Pas tous en même temps bien sur. Et, finalement, on est restés tous ensemble.

_________________

"BATS-TOI! SI TU GAGNES, TU VIS. SI TU PERDS, TU MEURS. SI TU NE TE BATS PAS, TU NE PEUX PAS GAGNER !"
Revenir en haut Aller en bas

Alyssa Andrare
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_pkn8yrCj6y1uobp3fo4_400

Ancien métier : Etudiante en pharmacologie
Occupation : Un peu de tout
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Zihuatanejo, Mexique

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Tumblr_pkn8yrCj6y1uobp3fo5_400

Messages : 78
Inscription : 13/04/2019
Crédits : Tumblr !
Célébrité : Rosa Salazar

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  X0TurS613 / 5013 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  BR2xH0t

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  DQEbQJ228 / 5028 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  GxoDpmC

Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Hu1erU712 / 5012 / 50Tire la chevillette, la bobinette cherra !  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Empty
08.09.19 12:24
Il semblait que Eileen en savait un paquet pour quelqu’un qui vivait en dehors d’un groupe et Alyssa se rendait compte de la grande chance qu’elle avait eu jusqu’ici de pouvoir rester caché sans être avalé par un plus gros poisson. Elle savait que son groupe, les Protecteurs, avaient ramassé pleins de nouveaux membres ainsi, en avalant de plus petit groupe et en ingurgitant de force  parfois des personnes qui vivaient dans des communautés plus petites et peut-être moins soudés par la peur. Alyssa ne pouvait que lui souhaiter de garder cela comme ça, mais connaissant les désirs toujours plus importants de « colonisation » de son propre chef, il était fort à parier que ce petit bout de paradis devrait rester bien caché pour ne pas attirer l’attention. Eileen aurait fort à faire pour ne pas se heurter à plus nombreux qu’elle et plus méchant. En tout cas, rien n’arriverait à la jeune femme qui venait de la sauver par la faute de Alyssa. Elle ne comptait pas avouer quoi que ce soi sur la situation de Eileen ou ce qui se trouvait dans cette maison. La mexicaine savait ce que c’était que de garder un secret au plus profond d’elle.  Cela faisait un moment qu’elle voulait fuir loin de tout. Tobias lui avait parlé de la communauté à son retour et depuis elle pensait sincèrement que cet endroit pourrait combler ses rêves. Il en avait dressé un si beau portrait, qu’elle ne pouvait pas l’envisager d’un mauvais œil. Il n’y avait que des choses positives dans ces fantasmes d’une autre vie là-bas, mais cela restait simplement des chimères qu’elle pouvait imaginer dans le calme de sa chambre. Son esprit, seul restait libre. Si tout ceci ne se concrétisait toujours pas, c’était parce que la jeune femme était très attaché à sa famille d’adoption. Il lui en coûterait trop de les abandonner derrière elle. Depuis qu’ils lui avaient sauvé la vie, il y a bien longtemps, elle s’était attachée à eux et ne pouvait plus envisager de ne pas les avoir auprès d’elle.

« Vous êtes bien au courant, c’est certain. En tout cas, votre méthode semble bien fonctionner jusqu’à présent. Je ne peux que vous souhaitez que cela continue ainsi. »
Affirma la mexicaine.

Eileen savait qu'il y avait quatre grands groupes aux alentours de la ville et elle avait son avis bien tranché. Il semblait que les membres du Temple ne trouvaient pas grâce à ses yeux. C'est vrai qu'ils étaient très étranges. Alyssa avait déjà eu l'occasion de les voir et elle devait bien avouer qu'ils étaient atypiques. Ils avaient étiré les saintes écritures pour qu'elles décrivent un autre monde où ils se plaçaient en véritables élus. Alyssa avait grandi dans la foi catholique comme de nombreux mexicains. Sa grand-mère était d'ailleurs très pieuse, mais elle n'avait jamais pratiqué sa foi comme le faisait les membres du Temple. Elle aurait d'ailleurs été très mal à l'aise avec eux. Alors quand Eileen lui demanda si elle faisait partie de ce groupe, elle agita la tête de droite à gauche pour faire « non » tandis que cette dernière avouait qu'en effet, elle n'avait pas la tête d'une nonne. Alyssa n'était pas certaine que Eileen est rencontré beaucoup de nonne, car elles étaient aussi différentes que toutes les autres formes et de toutes formes, couleurs et présentations. Puis, elles avaient été interrompu par l'arrivée d'enfants. Alyssa apprit donc de la bouche de sa sauveuse que ces enfants, elle les avait recueillis petit à petit. De toute évidence, elle jouait le rôle d'une protectrice en l'absence des leurs parents. Ils en avaient eu de la chance de tomber sur elle. Les enfants s'installèrent en cercle autour du lit où se trouvait Alyssa pendant les explications de leur protectrice. La jeune femme le sourit à chacun d'eux, car elle ne savait trop que dire. C'était sa manière de se présenter et de leur montrer qu'elle était accueillante. Elle resta un moment avec cette petite famille recomposée. Il eut des échanges amicaux et sympathiques. Le genre de conversation qu'il était de plus en plus difficile d'avoir depuis l'arrivée des virulents et pendant un moment Alyssa eut l'impression d'être revenu dans le temps où tout était plus simple.

Elle aurait pu rester ainsi jusqu’à la fin, mais il lui fallait rentrer à l’aéroport autrement elle ne pourrait plus jamais y rentrer et elle devait aller rassurer sa propre famille d’adoption. Elle quitta la protection de la maison de Eileen en promettant à ses habitants qu’elle reviendrait les voir dès qu’elle le pourrait… Qui sait quand cela se pourrait ?! Le temps n’était plus le même aujourd’hui. Il fallait vivre avec l’incertitude de se revoir, un jour.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


Tire la chevillette, la bobinette cherra !  Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Tire la chevillette, la bobinette cherra !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: Beyond-
Sauter vers: