AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits ...
Voir le deal
12.90 €


 

 You make me love our life.



Madeline Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
You make me love our life. QolpWx

Ancien métier : Sage-Femme.
Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
Statut civil : Amoureuse, désespéramment amoureuse d'un homme loin du corps mais près du coeur.
Lieu de naissance : Jérusalem.

Messages : 164
Inscription : 04/06/2018
Crédits : araena
Célébrité : Lucy Hale

You make me love our life. X0TurS60 / 500 / 50You make me love our life. BR2xH0t

You make me love our life. DQEbQJ20 / 500 / 50You make me love our life. GxoDpmC

You make me love our life. Hu1erU70 / 500 / 50You make me love our life. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
You make me love our life. Empty
03.07.19 14:15
Le soleil a passé son point de culmination depuis longtemps, aujourd’hui, lorsque Madeline arrive dans ce près. On pourrait même dire qu’il a fait la moitié de son parcours jusqu’à l’Ouest, puisque d’ici quelques heures seulement il aura disparu derrière l’horizon pour laisser place aux rayons de la lune, qui peut-être, laissera assez de lumière pour aider le petit groupe à quitter les terres du Temple d’Ezekiel sans trop de problèmes. Il fait frais, aujourd’hui, mais loin de ce froid glacial qu’ils ont tous connus pendant l’hivers. Le mois de février va se terminer avec les neiges qui vont disparaître, et Madeline n’aura pas le plaisir de voir la nature s’éveiller au Temple après ce long sommeil. Elle sera loin lorsque les fraîcheurs vont totalement partir pour laisser place au printemps, pour laisser petit à petit arriver la nature et ses petits ; les premières fleurs, et les premiers bourgeons sur les arbres.

Elle est venue avec son sac à dos, déjà préparé, qu’elle a simplement posé sous la brouette des Valentine, pour qu’il reste à couvert des yeux indiscrets. Parce que Madeline cache ses pensées, ses faits et geste depuis deux jours entiers maintenant. Depuis qu’elle a fait la promesse à Noah, de le suivre, de se joindre à lui et à Théophile pour quitter le Temple. Ca lui fait mal, à Line, ne dire au revoir secrètement à tout ce qu’elle voit, tout ce qu’elle touche depuis que le plan a été lancé. A mentir à toutes les personnes qu’elle croise, à toutes celles qu’elle a connu depuis sa plus tendre enfance. Ces personnes qui l’ont vu grandir, qui l’ont élevé, et même à ses parents. Parce que Madeline ne pourrait pas leur ouvrir son coeur, comme elle le voudrait. Le châtiment, la honte, la peine qu’ils ressentiraient seraient le frein à tous ses espoirs d’une vie paisible, normale, étrange loin du Temple. Line ne pourrait plus partir si elle ouvrait la bouche, et enfin, elle comprend pourquoi Théophile a quitté cette zone de confort en secret, la première fois ; pour ne pas être retenu.

“ - Elle est toujours aussi belle, et aussi vivace…” La voix de Line se fait entendre clairement, maintenant qu’elle est assez près de la clôture pour passer son bras au dessus et venir caresser la tête de Brindille, avec un sourire déjà mélancolique sur les lèvres. “ On dirait que le monde n’a pas changé pour elle.” Est-ce qu’elle a fait peur à Asael, en avançant jusqu’ici, sans se faire entendre, sans montrer sa présence ? Madeline n’y fait même pas attention. Elle ne regarde pas son ami, continue de caresser la bête avec envie et plaisir. “ Tu t’en occupes si bien…”

Les orteils de la jeune femme remuent légèrement à cause de l’herbe sous la plante de ses pieds qui lui fait des petites chatouilles délicieuses. Madeline avait même enlevé ses chaussures, un peu plus loin, pour profiter une dernière fois de la douceur des caresses de l’herbe du Temple sur sa peau, parce qu’elle sait bien qu’elle n’aura bientôt plus ce simple plaisir. Alors, elle profite, comme elle a décidé de profiter des lèvres de Brindille qui caressent ses doigts comme si l’animal cherchait quelque chose à y manger. Mais elle ne croque pas, baisse seulement la tête pour reprendre sa mastication de l’herbe fraîche comme si elle n’avait pas été dérangé.

Enfin, Madeline tourne son visage pour le poser sur le visage du blond à ses côtés. Elle ne le regarde pas du tout avec la même colère que cette fois où ils ont rencontrés Noah et Théophile à l’extérieur. Elle le voit avec autant de douceur qu’elle le voyait avant. Sans colère, avec seulement l’amour qu’elle a à lui porter. Ils n’ont pas pris le temps de reparler de ça, de ce qu’elle a appris lors de cette sortie où elle a redécouvert sa vie. Ce n’est pas ses croyances qui la poussent à pardonner Asael. Non, parce qu’elles se sont bien amoindries depuis des lustres, depuis que les protecteurs sont arrivés au Temple. Line n’est plus aussi croyante qu’elle pouvait l’être fut-un temps. Si tout était vrai, se dit-elle maintenant, les démons de Seth, et lui-même, auraient brûlés vif en entrant dans l’église.

“ - Comme tu t’es occupé de moi depuis que je suis revenue.” Elle sourit, faiblement, et enlève sa main du côté de la barrière où se trouve la chèvre, pour la laisser retomber sur sa hanche cachée par un des jeans d’Angeline qu’elle porte. “ Tu sais à quel point tu es important pour moi… pas vrai ? “ Elle demande, en esquivant de dire le pourquoi de sa venue. Parce que Madeline, elle ne veut pas mentir à Asael. A lui, elle veut lui dire la vérité. Mais elle ne peut pas venir comme ça, et lui balancer en pleine face. Line, elle a mal de le quitter, plus qu’elle n’aura le mal du Temple. “ Tu sais que quand j’étais plus jeune… C’est avec toi que je voulais me marier ? “ Elle sourit, presque de façon idiote parce qu’elle se sent comme tel de dire ces mots à voix haute avec ce qu’elle ressent pour Noah. Mais il n’y a rien de malsain dans la confession qu’elle fait à son meilleur ami. “ Parce que je savais que tu serais le plus formidable des pères pour mes enfants. Parce que tu es bon, et juste… parce que tu prends correctement soin des autres.” Elle hausse les épaules comme si cette idée pouvait paraître stupide pour certain, mais tant naturelle pour elle. “ Tu apportes toujours du bon, au fond…”
Revenir en haut Aller en bas

Asael J. Valentine
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
You make me love our life. Giphy

Ancien métier : aucun
Occupation : Culture et élevage
Statut civil : Celibataire
Lieu de naissance : Au temple

Messages : 252
Inscription : 21/08/2018
Crédits : Moi
Célébrité : Miles Heizer

You make me love our life. X0TurS60 / 500 / 50You make me love our life. BR2xH0t

You make me love our life. DQEbQJ20 / 500 / 50You make me love our life. GxoDpmC

You make me love our life. Hu1erU70 / 500 / 50You make me love our life. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
You make me love our life. Empty
26.07.19 6:49
You make me love our life.

   Asael et Line

   



   La voix de Madeline, qu'il n'avait pas entendu approcher, le fit sursauter de surprise, et non pas de peur. S'il y avait bien une personne qu'il ne craignait pas ici, au sein du Temple, c'était bien Madeline. Elle était d'ailleurs bien la seule à pouvoir se permettre nombre de chose avec lui que personne ne pouvait se permettre de faire, comme l'étreindre alors qu'elle savait pertinemment qu'il avait horreur de ça. Ça n'avait pas toujours été ainsi, à une époque, dont il n'avait plus que quelques vagues souvenirs, il était le premier à étreindre les gens, à leur courir dans les pattes et à aller vers les autres... mais tout ça c'était avant.... réalisa-t-il tout en baissant les yeux sur Brindille qui faisait la fête à leur invitée surprise.
Au fond, Madeline a raison, pour la petite chèvre, rien n'avait changé et parfois il aimerait avoir son insouciance. Il posa un regard perplexe sur la jeune femme alors qu'elle lui disait combien il s'en occupait bien. Pourquoi lui disait-elle ces mots subitement ? Il y avait quelque chose de différent chez la jolie brune, quelque chose qui inquiéta bien rapidement Asael, et qui mit presque aussitôt  ses sens en alerte. Elle était bien trop calme comparé à d'ordinaire et l'intonation de sa voix dégageait quelque chose de triste qui ne faisait qu'accentuer ce mauvais pressentiment qui l'étreignait douloureusement. Que faisait-elle ici, pieds nus dans l'herbe, revêtue non pas de l'une de ses traditionnelles légères petites robes mais d'un de ces pantalons masculin qu'Angeline affectionnait tant ? Pourquoi paraissait-elle si réservée et si... peinée ?

Finalement, la jeune femme finie par se détourner de la petite chèvre pour lui faire face et le regarder avec une tendresse infinie. Il y avait tellement de douceur dans son regard qu'Asael se sentit submergé par une émotion si puissante qu'elle lui donnait envie de pleurer sans réelle raison apparentes. Line... elle n'était pas venue simplement pour passer du temps avec lui, non, elle était venue lui parler et Asael pensait déjà deviner ce qu'elle s'apprêtait à lui dire... c’était quelque chose qu’il avait redouté et qu'il n'avait aucune envie d'entendre. Les yeux embués de larmes, un sourire triste s'afficha alors sur le visage d'Asael

- C'est faux et tu le sais très bien, finit-il par murmurer en déglutissant. J'ai été un ami épouvantable qui ne pensait égoïstement qu'à sa peine au lieu de t'écouter et de te pardonner comme tout le monde l'avait fait... J'étais trop obstiné et rancunier pour le faire,... je te demande pardon

Line n'avait pas besoin qu'il s'excuse, elle n'était pas venue pour ça, parce que Line, elle, n'était que bonté, Line savait pardonner, même à ceux qui ne le méritaient pas mais lui avait besoin de lui demander pardon. Incapable de répondre, il secoua la tête de manière affirmative lorsqu'elle lui demanda s'il savait à quel point il comptait pour elle. Bien sûr qu'il le savait, et pourtant, il ne méritait pas cette amitié et encore moins cette loyauté à toute épreuve dont elle avait toujours fait preuve à son égard alors que lui-même, n'avait fait que la blesser, que ce fut à son retour ou en taisant l'implication de Theophile dans la mort d'Ange. Pourtant, alors qu'il éprouvait une peine immense, elle parvint à le faire sourire malgré lui, lorsqu'elle lui avoua que plus jeune elle avait souhaité se marier avec lui.

- Tu n'étais pas la seule à penser qu'on finirait ensemble, fit-il en passant rapidement son avant-bras sur ses yeux pour essuyer ses larmes qui parlaient dangereusement sur le rebord. Nos familles, les gens du Temple... Mais moi je savais que ça n'arriverait jamais. Jamais je ne me serais marié Line, et j'aurais eu encore moins des enfants. Jamais et surtout pas avec toi parce que tu as beaucoup trop à offrir.

Il ne l'aurait pas rendu heureuse et Line méritait tellement mieux que totu ce qu'il ne pourrait jamais lui offrir... Cette vie-là n'était pas faites pour lui, pas après ce qu'on lui avait fait. Il préférait de loin vivre en solitaire comme Chogan, la compagnie des animaux en plus.

- Et arrête de dire que je suis quelqu'un de bon, ou que je prends soin des autres, lui dit-il en sentant une boule lui monter à la gorge. Tu sais très bien que c'est faux. Je m'efforce de suivre les préceptes de Dieu et du Révérend mais dans le fond je ne suis qu'un hypocrite et un horrible pêcheur. Je suis coléreux, rancunier, menteur, je ne sais pas pardonner et encore moins tendre la main à ceux qui se sont détournés de Dieu pour leur montrer la voie, mais chez toi c'est naturel, parce que toi oui tu es quelqu'un de bon et de pure Madeline, d'ailleurs, tu vois même le bon chez le pire des pêcheurs

Quand il posait les yeux sur elle, il ne voyait qu'une personne foncièrement bonne, dénuée de méchanceté, toujours prête à tendre la main même à des criminels comme son frère qui avait pourtant privé Ange du salue qu'elle méritait. Il aurait aimé être comme elle, mais il en était loin.

- Tu pars le rejoindre, c'est ça ?

Lui, ce Noah dont il avait fait la connaissance alors que lui et Line avaient eu la mauvaise idée de s'aventurer à l'extérieur. Lui, cet homme que Line avait couru rejoindre dès qu'elle l'avait aperçu. Cet homme à qui elle avait offert son coeur sans condition. Jamais il n'avait vu Line regarder un homme ou qui que ce soit, comme elle le regardait lui. Il avait d'ailleurs cru qu'elle partirait avec lui mais à sa grande surprise elle était rentrée au Temple, en sa compagnie. Il aurait pu s'en trouver rassuré, se dire qu'elle avait choisi le Temple, sa raison et la foi, plutôt que l'inconnu, le danger et le monde des pêcheurs pourtant depuis, il n'avait eu de cesse de se demander quand est-ce que ce jour arriverait, quand est-ce qu'elle partirait

- Alors toi aussi tu m'abandonnes... sanglota-t-il finalement

Après Delhila, Chogan, Line, sa seule personne qui lui restait s'en allait elle aussi.




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas

Madeline Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
You make me love our life. QolpWx

Ancien métier : Sage-Femme.
Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
Statut civil : Amoureuse, désespéramment amoureuse d'un homme loin du corps mais près du coeur.
Lieu de naissance : Jérusalem.

Messages : 164
Inscription : 04/06/2018
Crédits : araena
Célébrité : Lucy Hale

You make me love our life. X0TurS60 / 500 / 50You make me love our life. BR2xH0t

You make me love our life. DQEbQJ20 / 500 / 50You make me love our life. GxoDpmC

You make me love our life. Hu1erU70 / 500 / 50You make me love our life. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
You make me love our life. Empty
02.08.19 8:49
Les mots d’Asael pourraient être réconfortants pour quelqu’un qui a envie de les entendre. Qui a besoin d’entendre qu’il n’était pas en tort pendant tout ce temps. Mais l’entendre dire ces mots, c’est le regarder avoir mal. Avec le temps et la maturité qui l'envahit peu à peu, surtout ses croyances stupides qui la quittent comme si elles n’avaient pas fait partie d’elle pendant ces deux dernières décennies, Madeline est capable de dire, de savoir, qu’il n’a pas été un ami abominable. Il a été le plus touché, simplement, par son départ. Il dit qu’il aurait du pardonner. Mais Line sait que ce n’est pas le pardon le problème. Parce que pardonner est facile à faire pour des personnes qui ne laissent qu’une chance. Madeline sait qu’elle n’a pas besoin d’en avoir d’autre, n’aurait pas du avoir à être pardonné de son départ car il n’était pas un crime. Comme celui qu’elle a préparé pour aujourd’hui.

Encore, elle a sourit lorsque son meilleur ami a dit qu’ils n’auraient pu se marier, qu’ils n’auraient pu avoir des enfants. Elle n’a pas sourit parce qu’il la contredit, mais simplement parce que la vérité qui s’échappe des lèvres du garçon est quelque chose qu’elle connaît depuis longtemps. Quelque chose à côté de quoi personne n’aurait pu passer ; le rêve de mariage entre leurs deux familles était impossible à réaliser. C’est parce qu’il n’y a pas de mensonges dans les mots d’Asael, qu’elle sourit. Parce qu’il dit la vérité sans avoir peur de la cacher, sans avoir besoin de le faire pour garder les gens prêts de lui. Pourtant, Madeline est persuadée qu’une personne ayant tout à offrir est ce qu’il lui faudrait pour pouvoir voir le monde d’une autre manière. Plus enjouée, durable. Elle aurait tant aimé pouvoir être la personne à aider ce garçon qui semble si frêle et si torturé par la vie.

“ - [...] mais chez toi c'est naturel, parce que toi oui tu es quelqu'un de bon et de pure Madeline, d'ailleurs, tu vois même le bon chez le pire des pécheurs.”

Elle a faillit répondre du tac au tac, Madeline. Pour lui dire, lui montrer que ce n’est pas comme ça qu’elle le voit, et qu’il ne devrait pas se voir ainsi. Mais elle a réussi à se taire de justesse car Madeline aurait surement usé de mot qui n’auraient pas plus à Asael. Parce que pour le contredire elle aurait été obligé de renier des préceptes religieux qu’on leur a inculqués depuis le plus jeune âge. Si elle est capable de les remettre en question aujourd’hui, Line sait bien que ce n’est pas le cas du blond. Ce qui a suivi l’a tellement prise au dépourvu, Madeline, qu’elle a senti ses petites épaules retomber comme si elle se remettait à porter le monde entier sur son frêle corps.

“ - Tu pars le rejoindre, c'est ça ?” Ses larmes menaçent toujours de tomber. “ Alors toi aussi tu m'abandonnes…” Il sanglote, et ça lui fend le coeur.
“ - Si c’était le cas, Asael…” A-t-elle commencé à dire jusqu’à ce qu’elle s’arrête pour justement, s’approcher de lui. Venir s’asseoir à ses côtés en pliant ses jambes sous ses fesses. “ je ne serais pas venu te voir… parce que abandonner quelqu’un, c’est ne pas l’aimer suffisamment pour être capable de lui dire au revoir.”

Elle doit chercher des mots alors que Madeline ne sait pas où commencer. Et tout ce qu’elle trouve à faire, même si elle sait que le garçon à ses côtés n’est pas friand des contacts physiques, c’est venir attraper sa main. Enlacer ses doigts aux siens dans un mouvement lent, doux, et tendre. Comme une petite fille attraperait la main de son amoureux pour la première fois.

Et Madeline, elle ne quitte pas le visage d’Asael des yeux. Comme si elle voulait le graver une dernière fois dans sa mémoire, même avec ces larmes et cette moue triste sur ses traits. Toutes les parties d’Asael sont bonnes à prendre, bonne à se souvenir. Madeline ne pense pas ça parce qu’elle est du genre à pardonner tout le monde (et même ce fait n’est pas vrai), mais simplement parce qu’elle tient tant à cette homme à côté d’elle, qu’elle a l’impression de laisser derrière elle une partie d’elle-même. Dire au revoir à son ami est certainement la chose la plus difficile qu’elle ait du faire dans sa courte vie ; pourtant bien loin derrière les difficultés des autres survivants.

“ - Et moi, je t’aime tellement que j’aimerais te proposer de venir avec moi.” Elle avoue, par ces mots, qu’elle compte bien quitter le Temple. Ce soir. Ils n’auraient pas cette discussion sinon. “ Mais je sais, et je comprends pourquoi tu ne le feras pas, Asael.” Elle sourit, tendrement, alors qu’elle aussi commence à sentir ses yeux qui se remplissent de larmes. “ Et c’est pourquoi tu dois comprendre pourquoi moi, j’ai besoin de partir…”

Madeline, elle bouge. Change de position ses jambes, et s’assoit comme si elle était en robe. Habitude qui ne pourra jamais la quitter, parce qu’elle fait partie de sa féminité, de sa douceur, de la personne qu’elle est aujourd’hui et qu’elle sera à vie. Pourtant, elle n’a pas lâché les doigts d’Asael et les serre assez fort pour qu’il comprenne qu’elle ne veut pas qu’il se dégage.

“ - Le Temple, aujourd’hui… ce n’est plus ce que c’était.” Dans sa voix basse et tendue, on comprend facilement qu’elle parle des hommes et femmes qui sont venues de l’aéroport pour tout leur prendre. “ Dieu aurait dû brûler les démons qui sont entrés dans son église…”

Est-ce que par-là, Asael est capable de comprendre que Madeline remet sa foi et ses principes en questions ? Parce que c’est ce fait qui l’a fait douter la première fois ; pourquoi Seth et ses monstres ont-ils pu entrer dans le lieu saint, alors que les démons qui les hantent auraient du mourir par les flammes du Dieu qu’ils vénèrent depuis tant d’années ? La peur et l’incompréhension la hantent ; c’est ce qu’elle veut fuir, Line, bien plus fort qu’elle ne veut rejoindre Noah et son frère.

“ - Je ne peux vivre dans un endroit où ils détruisent tout, Asael… ils vont finir par me détruire moi, sinon.” Ces mots lui font mal, mais ils sont la stricte vérité. “ Je quitte ces monstres, tu sais… bien plus que je ne rejoins Noah. Je quitte le Temple, Asael, mais je ne te fuis pas toi.”
Revenir en haut Aller en bas

Asael J. Valentine
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
You make me love our life. Giphy

Ancien métier : aucun
Occupation : Culture et élevage
Statut civil : Celibataire
Lieu de naissance : Au temple

Messages : 252
Inscription : 21/08/2018
Crédits : Moi
Célébrité : Miles Heizer

You make me love our life. X0TurS60 / 500 / 50You make me love our life. BR2xH0t

You make me love our life. DQEbQJ20 / 500 / 50You make me love our life. GxoDpmC

You make me love our life. Hu1erU70 / 500 / 50You make me love our life. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
You make me love our life. Empty
12.10.19 11:39
You make me love our life.

  Asael et Line

 



  Line et lui se connaissaient suffisamment pour savoir quand l'un ou l'autre cherchait à dissimuler la vérité. Line n'avait pas eu besoin de lui faire part de ses intentions car il les connaissait déjà, il savait avant même qu'elle ne vienne le trouver que ce moment finirait par arriver fatalement tôt ou tard. Dans le fond, il l'avait toujours su. Line n'était pas comme Ange, Delilah ou encore Theophile, elle ne rêvait pas de l'extérieur, elle ne fantasmait pas sur ce qu'elle ne connaissait pas. Line avait la tête sur les épaules et elle était heureuse avec ce qu'elle avait du moment que les personnes qu'elle aimait se portaient bien. Aujourd'hui les choses avaient changé, Line avait changé, et il le voyait bien. La Line qui était revenue n'était plus la même que celle qui vivait ici, avant d'être entrainé par son frère dans le monde extérieur. Il n'aurait su l'expliquer avec des mots mais au plus profond de son coeur, il savait que cette expérience avait changé la jolie brune qui se trouvait face à lui, il le voyait bien. Il ignorait tout ce qu'elle avait vécu à l'extérieur mais il ne faisait aucun doute que les épreuves avaient changé en profondeur la femme qu'elle était jadis. Et puis il y avait ce Noah pour lequel elle éprouvait de toute évidence de tendres sentiments. Il avait suffi de les voir pour comprendre ce qui se passait entre eux, ce qui les unissait, même si un pêcheur comme cet homme ne méritait même pas de croiser le regard d'un ange comme elle. Avant l'arrivée des Protectors, Asael aurait probablement tenté de la convaincre de ne pas s'aventurer vers l'extérieur, qu'elle courrait à sa perte, mais aujourd'hui, les choses avaient changé. Dans le fond, il n’y avait pas que Line qui avait changé, ils avaient tous grandit, évolué, même leur Sanctuaire voyait son visage se transformer et pas forcément dans le bon sens. Ce lieu qui les avait vu grandir ne pouvait désormais plus garantir sa sécurité depuis que le monde extérieur les avait littéralement engloutit. Désormais, seul Dieu pouvait la protéger. Peut-être était-il préférable qu’elle parte après tout,… avant qu’il ne soit trop tard.

Un sourire triste était apparu sur ses lèvres, en lui assurant qu'elle ne l'abandonnait pas. Ses paroles étaient douces, gentilles, chaleureuses et rassurantes, à l'image de Line. S'il était vrai que la perspective de voir son amie s'en aller était douloureuse, elle l'était bien moins que de découvrir que la jeune femme serait parti sans lui dire adieu, et puis, tout au fond de lui, il s'y était préparé. Ce à quoi il ne s’était cependant pas attendu, ce fut d’entendre Line lui confier à quel point elle aurait aimé le voir l’accompagner. Relevant la tête de surprise, son regard passa de leurs mains enlacées aux yeux embués de larmes de la jolie brune. Il n’arrivait pas à croire ce qu’il entendait parce qu’à aucun moment, il n’aurait pu l’imaginer prononcer ces mots qu’elle pensait avec sincérité. Il n’avait jamais été dans ses habitudes de dire des choses qu’elle ne pensait pas et même s’il avait eu le moindre doute, il pouvait voir dans son regard qu’il n’y avait pas plus sincère que ses propos. Une part de lui savait qu’elle avait raison, qu’il ne quitterait jamais le Temple ou le révérend pourtant une petite voix s’était éveillée en lui et avait commencé à murmurer à son oreille des propos plus que tentateur. Pour quoi rester ? Qu’est-ce qui le retenait au juste ? Sa famille ? Il avait mis une distance entre lui et les siens depuis que son père avait abusé de lui et que sa mère eu cautionné cet acte en fermant les yeux. Delilah ? Elle n’était plus là et du reste, n’était-ce justement pas là, l’occasion de partir à sa recherche ? Qui plus est, depuis que les Protectors avaient envahi son paradis, ces personnages grossiers et irrespectueux étaient désormais plus chez eux que les natifs du Temple eux-mêmes. Alors qu’est-ce qui le retenait ? Pourquoi pas tous les imiter, sa sœur, Chogan, Madeline, et partir lui aussi ? C’était tentant, il devait bien l’avouer mais… il n’en ferait rien. Parce qu’il avait peur et que le monde extérieur l’effrayait. Ici, malgré toutes les atrocités, s’était chez lui. C’était ici qu’il se sentait le plus proche de Dieu, qu’il pouvait sentir sa présence bienveillante, sans compter que lui partit, qui s’occuperai de Brindille ? La petite chèvre ne survivrait pas à un tel périple, lui-même n’était pas certain d’y survivre.

Il y a quelques semaines de cela, peut-être même seulement quelques jours, Asael aurait probablement été outré par les propos que tenait Line. Réaction ô combien hypocrite de sa part puisque lui-même s’était posé les mêmes questions. Pourquoi Dieu ne les avait-il pas protégé des Protectors ? Lui-même avait traité leur leader, cet homme à la batte, de diable personnifié, lui-même, tout comme Line, avait vu sa foi être ébranlé. Pourtant il n’aurait pas hésité à s’en cacher et à la blâmer de dire tout haut ce que lui-même avait pensé tout bas, mais aujourd’hui sa vision des choses avait changé. Il ignorait à quoi cela était dû, mais il n’avait plus la même perception des choses à vrai dire, sa foi n’avait jamais été aussi forte qu’en cet instant

- C’est parce que ce ne sont que des hommes, Line, lui répondit-il en lui serrant un peu plus la main. Fais de chair et de sang, comme nous, pas des démons. Ils agissent comme tel, mais ils n’en sont pas. Pourquoi Dieu a-t-il choisi de nous faire subir cette épreuve ? Je n’en sais rien. Peut-être cherche-t-il à mettre notre foi à l’épreuve, ou peut-être attend-il quelque chose de notre part, qu’à notre contact ces monstres deviennent plus humains, je l’ignore mais quelque soit ses projets, j’ai confiance en Lui, il ne fait rien au hasard. Même loin d’ici, garde la foi Line, Dieu ne t’abandonnera pas.

Asael en était sincèrement convaincu. S’il y avait bien une personne appartenant à cette communauté qui méritait d’être sauvé, en-dehors du Révérend, c’était Madeline. Dieu avait veillé sur elle jusqu’à aujourd’hui, Asael ne doutait pas que même à l’extérieur de ses murs, il continuerait à la protéger et à la ramener dans le droit chemin si jamais par malheur, ses pas finissaient pas s’en éloigner.

- Merci, murmura-t-il alors qu’elle certifiait une fois de plus qu’avant de rejoindre Noah et son frère, si elle partait, c’était avant toute chose, c’était pour fuir ces monstres qui les avaient envahis. Et que la distance qu’elle mettait entre elle et le Temple n’avait rien à voir lui

Cela n’avait peut-être l’air de rien, mais pour lui, ces paroles avaient beaucoup d’importances. Asael fit alors quelque chose qu’il ne faisait jamais ou à de trop rares occasions, il se rapprocha d’elle et l’enlaça. D’ordre général, c’était toujours elle qui allait vers lui, que ça lui convienne ou non, mais pas cette fois. Cette fois, c’était lui qui avait envie et besoin de la prendre dans ses bras, de la serrer une dernière fois pour sentira son parfum, sa douceur et sa chaleur. Il resta ainsi pendant un instant, les yeux fermés savourant ce contact, cet instant qui, il le savait, ne se reproduirait plus jamais.

- Si je… si les choses avaient été différentes, j’aurais été un mari comblé…ça n’avait rien à voir avec toi…  j’espère que ton Noah a conscience de la chance qu’il a…

Ses paroles, il les avait murmurés à son oreille comme une confession, parce que c’était des choses qui devait être dites avant qu’il n’en n’ai plus jamais l’occasion. Elle n’y était pour rien, s’il ne l’avait jamais demandé en mariage, en vrai, s’il n’avait pas vécu toutes ces choses, il ne doutait pas qu’il l’aurait épousé depuis bien longtemps. Ils auraient surement été très heureux…. Surement… Prolongeant un peu cette étreinte pour ne pas croiser son regard tout de suite après cet aveu des plus gênants, il finit par la lâcher et se reculer, n’osant pas la regarder immédiatement, triturant ses mains nerveusement

- Tu t’en vas ce soir ? C’est ça n’est-ce pas ? Si tu as besoin d’aide pour te couvrir je veux bien t’aider.

Voilà une proposition et une aide, qu’il ne s’attendait pas à lui offrir un jour mais aujourd’hui tout était différent et il comprenait sa décision, en un sens, il l’enviait même. Il enviait sa force et son courage, des qualités qui lui faisaient indéniablement défaut.

- Je sais que tu as pris ta décision, et je ne compte pas t’en dissuader mais… tu as pensé à tes parents ? Est-ce que… tu leur as laissé une lettre au moins ?

Asael avait bien conscience que la jeune femme ne pourrait pas leur parler à cœur ouvert comme elle le faisait en cet instant mais ils ne méritaient pas de voir à nouveau leur enfant disparaitre sans la moindre explication. Il avait vu à quel point les Foster avaient été anéanti face à la disparition de leurs deux enfants qui suivait simultanément la mort tragique d’Ange. Il avait même craint pour eux, pour leur santé, redoutant chaque jours un peu plus qu’ils ne parviennent pas à s’en remettre. Le retour miraculeux de Madeline à leurs côtés leur avait rendu ce souffle de vie qu’ils avaient perdu en même temps que leurs enfants. Il les avait vu, surveiller discrètement leur fille, les premiers temps du moins, de crainte qu’elle ne se volatilise à nouveau. Puis les semaines et les mois passèrent et leurs craintes, elles, diminuèrent avec le temps même si le traumatisme était toujours là, car on ne se remettait jamais complétement de ce genre d’épreuve. Comment réagiraient-ils cette fois ? Comment survivraient-ils à cette nouvelle fugue ? A cette nouvelle… trahison ? Line y avait-elle pensé ? La question ne se posait même pas, il était évident que si elle n’était pas partie plus tôt c’était pour eux…  




   
 
Revenir en haut Aller en bas

Madeline Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
You make me love our life. QolpWx

Ancien métier : Sage-Femme.
Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
Statut civil : Amoureuse, désespéramment amoureuse d'un homme loin du corps mais près du coeur.
Lieu de naissance : Jérusalem.

Messages : 164
Inscription : 04/06/2018
Crédits : araena
Célébrité : Lucy Hale

You make me love our life. X0TurS60 / 500 / 50You make me love our life. BR2xH0t

You make me love our life. DQEbQJ20 / 500 / 50You make me love our life. GxoDpmC

You make me love our life. Hu1erU70 / 500 / 50You make me love our life. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
You make me love our life. Empty
16.10.19 10:16
Les mots d’Asael sont réalistes, et font doucement sourire Madeline même si on voit sur son visage qu’elle a mal. Douloureuse sensation parce qu’elle sait que son meilleur ami a raison ; ils ne sont pas des monstres mais des humains à part entière. Malheureusement pour les autres, ceux-là sont juste pourris jusqu’à la moelle. Ce qu’elle remet en cause, au fond, Madeline, c’est que son Dieu puisse laisser de telles choses arriver. Créer des êtres humains aussi immondes les uns que les autres, alors qu’ils détruisent certaines des plus belles créations de Dieu. Quand elle regarde Asael aujourd’hui, elle ne voit plus le garçon qu’il était autre fois. Avant que les protecteurs arrivent, mais surtout, avant que le monde prenne la tournure qu’il a aujourd’hui. Avant que les morts se relèvent, comme munit d’une deuxième vie. Tout a commencé à basculer à ce moment précis.

Garder la foi. Elle a senti l’étreinte plus forte d’Asael sur ses doigts. N’a pas eu besoin de les regarder, elle n’a pas pu enlever ses yeux des siens d’ailleurs. Jamais elle ne pourra vraiment oublier ses croyances, jamais elle ne pourra réellement abandonner sa foi. Les choses de la vie font évoluer, sa foi est en train d’évoluer, même si elle n’en est pas pleinement consciente en ce moment. Mais d’un signe de tête positif, elle promet silencieusement à son ami de la garder. Pour elle, un peu pour lui aussi, mais surtout pour tous ceux qui ne l’ont pas. Surprise, mais soulagée, Line accueille cette accolade en fermant les yeux. Elle est très tactile avec les gens, bien trop avec Asael, mais c’est sa façon d’être. Les câlins venant des autres ont un parfum plus délicat à ses yeux. Alors, elle a sourit comme s’il venait de lui offrir le plus parfait des présents. Sauf qu’il parle, Asael, et il dit des mots qui lui vont droit au coeur. Tout ce qu’elle a pu faire, Line, c’est entouré le garçon de ses bras et de le serrer fort. Au plus fort qu’elle le puisse, comme si elle voulait graver l’énergie de cet instant à jamais dans tout son coeur. Les mots qu’il vient de prononcer au sujet de Noah, est un pas en avant qu’elle sent de sa part. De l’acceptation, sans mauvais jugement, et c’est tout ce qu’elle aurait pu vouloir de sa part. Elle ne parvient pas à le lâcher, et encore une fois, réponds silencieusement d’un signe de tête. Lorsqu’ils furent enfin libres de mouvement, elle l’écouta attentivement.

” - Je ne te le demanderais pas…” Dit-elle avec un mince sourire lorsqu’elle essuie ses larmes d’un revers de main. ” Tu ne seras jamais puni à cause de moi, Asael…”

Elle est touchée qu’il veuille aider, mais ne prendra pas cette aide. Madeline sait, maintenant et depuis quelques temps, ce dont sont capables les protecteurs. Et c’est son rôle à elle de protéger les siens, même si pour cela, elle ne doit plus être dans les parages. Pour aider Asael, elle doit partir, seule. Le laisser dans l’ignorance et surtout, hors du radar des protecteurs. Puis son visage devient légèrement plus froid. Tendue, lorsqu’il évoque ses parents, des larmes plus grosses encore naissent dans le blanc de ses lèvres. Elle aurait tant voulu pouvoir leur parler de ce qu’elle ressent.

” - Non… je ne peux pas le faire, Asael.” Elle répond, se coupe parce que Brindille la surprend en venant la toucher en mangeant un bout d’herbe à côté de sa jambe. Un rire fade s’est échappé de ses lèvres, mais elle a vite reposé son attention sur le blond. ” Je n’ai pas envie de les voir, ni de les entendre me bannir comme ils l’ont fait avec Théophile… quoi que vous en pensiez. Je n’ai pas la force de voir leur déception, alors que je voudrais simplement qu’il me laisse partir pour me savoir mieux ailleurs.” Elle hausse les épaules, tente de sourire malgré la douleur qu’elle ressent. ” Tout le monde ici n’est pas comme toi, Asael. Ils n’ont pas tous la bienveillance que tu as en toi, même si tu penses ne pas en avoir.”

Elle a tout un tas de choses qu’elle aimerait être capable de dire, de faire ressentir aux autres, Madeline. Mais parfois, les mots ne viennent pas parce qu’ils manquent à son vocabulaire. Elle n’a pas l’habitude de s’ouvrir autant sur des sujets qu’elle ne doit pas aborder, encore moins devant Asael. Et puis, depuis qu’Angeline est partie, s’ouvrir aux autres est difficile. Il n’y a qu’avec Abby et Noah qu’elle a réellement été capable de le faire. En pensant à eux, elle se met à sourire.

” - Tu sais… si les choses avaient été autrement, je suis sure que tu aurais beaucoup apprécié Noah… surtout sa soeur.” Tous les deux sont des personnes ouvertes d’esprit, dont les jugements ne sont pas négligeable. Même si, ce jour-là, dans la salle de bain du motel, elle aurait voulu en entendre moins de sa part. ” Ceux-sont des gens bien, en qui j’ai autant confiance que toi. Ils prennent vraiment bien soin de moi, et des autres. Et c’était déjà le cas avant que je revienne au Temple, tu sais ?” De nouveau, elle hausse les épaules comme si ses mots n’étaient pas assez fort pour faire décrire ce qu’elle ressent pour eux.
Revenir en haut Aller en bas

Asael J. Valentine
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
You make me love our life. Giphy

Ancien métier : aucun
Occupation : Culture et élevage
Statut civil : Celibataire
Lieu de naissance : Au temple

Messages : 252
Inscription : 21/08/2018
Crédits : Moi
Célébrité : Miles Heizer

You make me love our life. X0TurS60 / 500 / 50You make me love our life. BR2xH0t

You make me love our life. DQEbQJ20 / 500 / 50You make me love our life. GxoDpmC

You make me love our life. Hu1erU70 / 500 / 50You make me love our life. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
You make me love our life. Empty
21.11.19 15:23
You make me love our life.

Asael et Line




Il y avait quelque chose de douloureux dans cette étreinte qu'ils étaient entrain d'échanger. Quelque chose de douloureux mais également de très fort. Jamais de toute sa vie, il n'avait été aussi proche de quelqu'un et savoir que plus jamais il ne la reverrait lui fendait le coeur. Il ne voulait pas la voir partir, il ne voulait pas la quitter, comment allait-il faire sans elle ? Sans sa douceur, sans son sourire ? La perdre une première fois avait été très violent mais la perdre une seconde fois, après le départ de sa soeur et de Chogan, serait probablement plus douloureux car cette fois, il savait qu'il ne la reverrait jamais plus. Pourtant, malgré cet état de fait, il y avait quelque chose de réconfortant de savoir qu'elle était venue lui faire ses adieux. Il n'aimait pas son Noah, de son point de vu, il ne la méritait pas, mais pouvait-il prétendre qu'elle serait plus heureuse ici, dans ce lieu saint dans lequel ils avaient grandit ? Plus avec la présence de ces maudits Protectors. Alors oui, si Line pouvait être plus en sécurité ailleurs, si cela pouvait contribuer à son bonheur, alors comment pourrait-il s'y opposer ? C'était la raison pour laquelle il était prêt à l'aider à s'en aller si elle le souhaitait, mais comme il fallait s'y attendre, Line préféra décliner l'offre afin de ne pas le mettre dans une situation qui s'avérait vite impossible avec les parents de Line et le Révérend, ou peut-être était-ce aussi parce que tout au fond d'elle, elle avait parfaitement conscience, qu'il ne lui serait probablement pas d'une grande aide.

Consoler Line, pour qui ce départ, s'il lui paraissait nécessaire, n'en restait pas moins un déchirement, pouvait paraître banal mais pas pour Asael. La serrer dans ses bras, tout contre lui à deux reprises, était une victoire sur un traumatisme passé qui l'avait totalement brisé. Line n'en n'avait surement pas conscience mais elle lui donnait de sa force, et dans le fond, c'était peut-être mieux pour elle qu'elle s'éloigne d'ici, mais également de lui, qui n'aurait fait qu'obscurcir sa lumière avec ses nuages. Line était un soleil mais elle avait besoin d'être entouré de personnes positives et qui avaient des choses à lui apporter pour continuer d'illuminer la vie de ses proches. Ici, elle finirait par s'éteindre, Asael en avait parfaitement conscience. Il comprenait d'ailleurs ses réticences à ne pas vouloir dire adieu à ses parents. Il comprenait parce qu'il savait très bien qu'aussi forte soit-elle, Line n'aurait jamais le courage de leur dire adieu et d'ailleurs cette perspective lui déchirait le coeur. Evoquer ses parents qui ne comprendraient pas son besoin de s'en aller la bouleversait et voir Line dans cet état le fit pleurer également raison pour laquelle il l'avait à nouveau serré contre lui.

Il ignorait si dans d'autres circonstances il aurait apprécié Noah et sa soeur qu'il ne connaissait pas mais qui devait probablement lui ressembler, tout ce qu'il espérait ce fut que la confiance que Line leur portait n'était pas aveugle ni mal placé, tout comme il espérait qu'elle ne regretterait pas son choix.

- Je l'espère pour toi, mais si jamais ça venait à mal se passer, si tu avais des regrets, tu sais ou me trouver.


Il ignorait ce qu'il pourrait faire pour l'aider mais il savait qu'il n'hésiterait pas à le faire et cette conviction pouvait se refléter dans ses yeux. Des yeux qu'il baissa alors qu'il hésitait à lui demander quelque chose qui lui tenait à coeur, sans paraître insistant mais il sentait que si Line ne le faisait pas, elle finirait par le regretter un jour

- Je... Je comprends que tu ne puisses pas affronter tes parents et je ne veux pas te dire ce que tu as à faire mais... au moins, écris leur une lettre. Dis-leur tout ce que tu as sur le coeur. Je ne te demande pas de leur dire où tu seras mais ils méritent de savoir pourquoi tu es partie. Il faut qu'ils sachent que tu seras auprès de gens qui t'aiment et qui prendront soin de toi. Il n'y a rien de pire que de rester dans l'ignorance. Même s'ils seront tristes en découvrant ta lettre, voir même peut-être en colère, au moins tu auras apaisé leur inquiétude et avec le temps à force de la lire, ils pourront surement te pardonner et se consoler en comprendre les raisons pour lesquelles tu as choisis de partir. Ils méritent au moins ça, tes parents à toi sont des gens bien, fais-le pour moi s'il te plait, c'est tout ce que je te demande. Si tu ne le fais pas, j'ai peur que tu le regrettes un jour


Asael savait combien il était douloureux d'être dans l'ignorance; de ne pas comprendre les raisons qui ont poussé une personne que l'on aimait s'en aller sans un regard en arrière. Souvent, il lui était arrivé de se demander si Delilah était partie à cause de lui, à cause de la mauvaise ambiance qui régnait à la maison engendré par son attitude que les Valentine qualifiaient de difficile... Renfermé sur lui-même, il n'ouvrait la bouche que pour asséner ses parents de reproches, même pour des choses insignifiantes. Personne ne comprenait ses colères, pas même les principaux intéressés qui ne cherchaient même pas à s'excuser pour tout le mal qu'ils lui avaient fait... Les parents de Line n'étaient peut-être pas parfait mais ils ne méritaient pas ça

Revenir en haut Aller en bas

Madeline Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
You make me love our life. QolpWx

Ancien métier : Sage-Femme.
Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
Statut civil : Amoureuse, désespéramment amoureuse d'un homme loin du corps mais près du coeur.
Lieu de naissance : Jérusalem.

Messages : 164
Inscription : 04/06/2018
Crédits : araena
Célébrité : Lucy Hale

You make me love our life. X0TurS60 / 500 / 50You make me love our life. BR2xH0t

You make me love our life. DQEbQJ20 / 500 / 50You make me love our life. GxoDpmC

You make me love our life. Hu1erU70 / 500 / 50You make me love our life. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
You make me love our life. Empty
01.12.19 11:25
Si Asael pense ne pas avoir les mots, il a les gestes qu’il faut pour réconforter Madeline. C’est étrange d’être aussi proche de quelqu’un, seulement au moment où on les quitte. C’est cette impression que Madeline a, et pourtant, elle accepte et profite de chaque étreinte qu’Asael peut lui offrir. Comme si c'étaient les dernières. Parce que, n’est-ce pas ce qui semble sortir de toute cette histoire ? Elle vient lui dire au-revoir, mes ces mots ressemblent plus à des adieux. Le problème pour Madeline, c’est qu’elle est complètement incapable de se dire qu’elle ne reverra plus jamais ce vieil ami. Le plus vieux qu’elle ait à ses côtés, celui qui l’a le plus fait rire, et celui qui l’a le plus fait pleurer. On sait qu’on tient aux gens lorsqu’ils sont capables de nous faire sourire comme personne, mais lorsqu’ils sont aussi capables de nous blesser plus que n’importe quel autre être humain sur terre.

Mais lorsqu’elle pose ses yeux sur Asael, aujourd’hui, Madeline ne ressent pas les larmes qu’elle verse maintenant, comme celles qu’elle a versé lorsqu’il a mit Théophile dans la position du fautif. Elle le voit comme la seule personne qu’elle n’a pas envie de quitter sur ces terres, comme la seule personne qui aurait pu la retenir. Madeline, elle est loin d’imaginer que ce souvenir sera le dernier bon qu’elle partagera avec Asael, même s’il est triste à cause de leur séparation. Parce qu’elle est tout bonnement incapable d’imaginer un monde où il n’est pas, un monde où ses poumons ne respiraient pas le même air que le sien. Ce qui la fait tenir le coup, c’est de savoir qu’Asael, lui, est au parfait endroit pour le maintenir en sécurité, en vie. Elle le pense du fond du coeur et c’est pourquoi elle ne lui demande pas de partir avec elle. Pourtant, lui, il se permet de lui demander quelque chose qu’elle n’a pas pu faire d’elle-même. Quelque chose qui contredit totalement ce qu’elle a fait jusqu’à maintenant. Et les yeux qu’elle pose sur lui, lorsqu’il demande, montre bien à quel point elle est surprise. Il lui faudra de longues secondes, qui forment presque une minute, pour parvenir à sortir de son état de stupeur. Pour venir essuyer les larmes aux coins de ses yeux, puis pour sourire comme si c’était la seule chose qu’elle était capable de faire dans sa vie.

” - Si tu penses que c’est ce que je devrais faire… qu’il en soit ainsi.” Elle a mal, Madeline, parce qu’elle ne souhaite pas plancher sur du papier ses pensées, et ses sentiments. Parce qu’elle ne s’est pas dit qu’elle parlerait à ses parents ; écrire, c’est les affronter à distance. ” Mais tu dois me promettre de leur donner, uniquement lorsque tu seras sure que je serais assez loin pour qu’ils ne me retrouvent pas.”

Puisqu’elle n’a rien préparé et qu’elle n’a rien pour écrire, Madeline n’a d’autres choix que de demander à Asael de quitter ce champ pour l’emmener là où ils pourront écrire sans être vus, embêtés, par qui que ce soit. Quitter Brindille est un crève coeur qui la fait encore pleurer, mais la bête, elle, n’imagine pas que c’est la dernière fois qu’elle verra son amie. (hors rp ; je veux que Line hérite de Brindille quand Asael meurt) Et lorsque c’est le moment de plancher des mots sur un papier, Madeline est incapable d’écrire. Il lui faudra du temps, en silence, pour le faire.

Les sentiments qu’elle retranscrit à l’intérieur sont les mêmes qu’elle a expliqué à Asael. Pourtant, elle n’entre pas dans les détails. Ne parle pas de Noah, ni-même d’Abby. Elle raconte seulement le fait qu’elle n’est plus à l’aise dans cet endroit où la croyance n’est plus dominante. Qu’elle ne reconnaît pas les valeurs qu’ils lui ont inculpés dans cette nouvelle communauté ; qu’elle vit dans la peur et les larmes à longueur de temps. Et surtout, Madeline, elle les suppli de ne pas lui en vouloir. Parce qu’elle ne quitte pas Dieu, parce qu’elle ne quitte pas ce qu’elle a toujours été. Simplement parce qu’elle est à la recherche d’un endroit sain où elle pourra s'épanouir de la meilleure manière qu’il est possible. Line raconte qu’elle rejoint Théophile, explique aussi que c’est ce qu’Ange aurait fait malgré leurs dires. Que quoi qu’ils puissent en penser, son frère n’est pas un être horrible comme ils le pensent. Elle finit par leur dire qu’elle les aime, et signe la lettre de son nom complet.

” - Tu pourras la lire, avant de leur transmettre…” Qu’elle dit en pliant le papier pour le tendre à son ami. Madeline, elle tente de retenir les larmes mais elles coulent sur ses joues sans arrêt ; ça ne sert plus à rien de les essuyer. ” Tu serais que je serais toujours tienne, Asael… on sera toujours amis, toi et moi.” Elle sourit malgré ses larmes, une fois qu’il a récupéré le papier. ” Je te promets qu’une fois arrivée à destination… je te ferais parvenir l’endroit où je suis. Comme ça, tu sauras où me trouver.” Encore une fois, elle est l'instigatrice du câlin qu’elle vient lui offrir. Et alors qu’elle le tient toujours contre lui, Madeline, elle reprend. ” Si un jour tu as besoin de moi… viens. Je te viendrais toujours en aide.”
Revenir en haut Aller en bas

Asael J. Valentine
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
You make me love our life. Giphy

Ancien métier : aucun
Occupation : Culture et élevage
Statut civil : Celibataire
Lieu de naissance : Au temple

Messages : 252
Inscription : 21/08/2018
Crédits : Moi
Célébrité : Miles Heizer

You make me love our life. X0TurS60 / 500 / 50You make me love our life. BR2xH0t

You make me love our life. DQEbQJ20 / 500 / 50You make me love our life. GxoDpmC

You make me love our life. Hu1erU70 / 500 / 50You make me love our life. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
You make me love our life. Empty
21.12.19 14:10
You make me love our life.

Asael et Line




Asael avait bien remarqué que Madeline ne s'attendait pas à une telle demande de sa part, qu'elle avait été totalement déstabilisé par cette requête, mais une fois de plus, la seule chose que la jeune femme fut capable de faire, ce fut de lui offrir un sourire, qui ne le rendait pas heureux. Madeleine et lui avaient grandit ensemble, les années passant, il avait apprit à la connaître et à décrypter ses réactions. Sourire lui permettait de dissimuler ses véritables sentiments mais elle ne le trompait pas. Il avait conscience qu'il lui demandait beaucoup et qu'il lui aurait probablement été plus facile de s'en aller sans avoir à affronter ses parents pourtant, s'était à ses yeux un acte nécessaire. Il allait de soi que jamais il ne forcerait sa meilleure amie à faire quelque chose qu'elle ne désirait pas, mais il ne l'encouragerait pas non plus à s'enfuir comme une voleuse. Contrairement à elle, il avait assisté à la peine et à la souffrance que les parents de la jeune fille avait éprouvé lors de sa disparition. Il avait vu à quel point rester dans l'ignorance les avait détruit à petit feu, lui-même vivait cette angoisse permanente depuis la disparition de sa soeur Delilah. Il avait bien compris que retenir Madeline auprès de lui dans cette communauté qui les avait vu grandir alors qu'elle ne le souhaitait pas serait égoïste de sa part, cela ne servirait qu'à la rendre malheureuse et ce n'était pas ce qu'il souhaitait pour elle néanmoins elle devait au moins ça à ses parents, elle devait leur expliquer les raisons de son départ car Asael n'était pas certain qu'il survivrait à une nouvelle trahison de leur fille. Au moins, savoir qu'elle partait rejoindre des gens qu'elle aimait et qui la protégeraient les réconforteraient surement un peu...

Les deux jeunes gens avaient donc quitté la communauté pour se rendre dans ce coin de verdure d'où l'on pouvait avec émerveillement contempler l'oeuvre de Dieu le Père dans ce qu'il avait crée de plus beau. Des champs à perte de vue, et Brindille qui sautillait gaiement dans l'herbe sans avoir conscience de ce qui se tramait réellement entre les deux jeunes gens. La petite chèvre se souviendrait-elle de la jolie brune ? Lui manquerait-elle ? Elle ne pouvait pas parler mais Asael était persuadé qu'elle comprendrait et qu'elle en serait tout aussi affecté, à sa manière.
Assis à ses côtés, ses jambes ramenées vers lui, Asael perdit son regard dans l'horizon, laissant à Madeline le temps d'écrire tranquillement cette lettre qu'il lui avait demandé. Il avait conscience que ce n'était pas un exercice facile pour la jeune femme, c'est pourquoi, il préféra concentrer son regard sur le magnifique paysage qui s'étendait sous ses yeux et dont il ne se lasserait jamais de contempler la beauté. Il ne l'encouragea pas par la parole mais par sa seule présence à ses côtés, préférant garder un silence religieux pour ne pas troubler sa concentration, et priant son Seigneur afin que ce dernier guide sa main pour l'aider à trouver les mots juste. Si les premiers mots furent difficile à écrire, le stylo fini par glisser sur le papier et rapidement les feuilles blanches se retrouvèrent noircies par les pensées de Madeline qui exprimait avec sincérité les raisons de son départ. Le jeune croyant ne tourna la tête dans sa direction que lorsqu'il comprit que son amie était entrain de plier soigneusement sa lettre pour se retrouver nez-à-nez devant cette main tendue qui confiait ses dernières paroles à l'adresse de ses parents.

- J'en ferais rien,
lui répondit-il alors qu'elle l'invitait à la lire avant de la leur remettre s'il le souhaitait. Ce courrier ne m'est pas adressé, il est pour eux. S'ils veulent que je le lise je le ferais mais pas autrement

Asael n'éprouvait pas la moindre curiosité à l'égard de ce que Line avait bien pu écrire à ses parents, déjà parce que c'était personnel et qu'il n'avait aucun droit de regard sur ce qu'ils pouvaient bien se dire, de plus, Line venait de lui parler à coeur ouvert. Elle était venue le trouver pour lui confier ce qui se trouvait sensiblement dans cette lettre, à savoir son besoin de s'éloigner de cet endroit qui les avait vu grandir, de se retrouver. Tout comme Line qui ne parvenait pas à retenir ses larmes, Asael pleurait lui aussi. Il avait beau les essuyer, elles ne cessaient de s'écouler telle une rivière que l'on ne pouvait arrêter. Une fois de plus, ce fut Line qui l'étreignit en le serrant contre elle, et il eut beau avoir un petit sursaut, il se laissa faire car après tout c'était probablement la dernière fois qu'elle le serrait ainsi dans ses bras. Asael avait beau détester les contactes physiques, il sentait que ceux de Madeline, qui ne l'avait jamais laissé le repousser, allait cruellement lui manquer. A travers ses larmes, Asael se força à sourire, pour Line. Cette dernière avait beau lui assurer qu'ils seraient toujours amis, qu'elle serait toujours là pour lui et qu'elle lui communiquerait très vite ses coordonnées, Asael savait très bien que c'était la dernière fois qu'ils se voyaient, ce qu'il ignorait toutefois s'était si Madeline essayait de le convaincre lui ou si elle cherchait à se convaincre elle-même du contraire. Le jeune homme ne doutait pas un seul instant de la sincérité de ses propos mais il n'était pas aussi naïf que les gens le pensaient. Madeline allait mener une nouvelle vie, se faire de nouveaux amis et elle avait beau s'en défendre, elle finirait par l'oublier ou du moins à ne plus penser à lui. De plus, elle savait très bien qu'Asael n'était pas quelqu'un de courageux et que jamais, il ne s'aventurerait au-dehors du Temple. Madeline avait choisis de s'en aller et s'était ici que leurs chemins allaient se séparer, mais parce qu'elle avait sincèrement envie d'y croire, le blond ne chercha pas à la détromper ou à partager le véritable fond de sa pensée, il se contenta simplement d'acquiescer, après tout, cela ne pouvait faire de mal à personne n'est-ce pas ?

Il était venu le temps des adieux, et si la douleur était bien réelle, elle restait bien plus supportable et douce que la fois précédente, lorsqu'elle avait disparu sans un mot avec Theophile. Au moins, elle était venue lui dire adieu et lui expliquer les raisons de sa décision. Asael avait l'impression de perdre un peu plus de lui-même à chaque fois qu'il voyait partir les personnes qu'il aimait et si la tristesse qu'il éprouvait était réelle, ses sentiments à leur égards n'avaient pas changé, quoi qu'il en dise et à l'image de Delilah ou encore de Chogan, il allait désormais également prier pour sa seule et véritable amie qu'il ne pourrait jamais oublier et qui s'en allait vers d'autres horizons.

Le Temple allait être bien vide sans elle


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


You make me love our life. Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
You make me love our life.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 123456789... Déclaration !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: South Kelowna :: Ezekiel Temple Farm-
Sauter vers: