AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – 2019/2020
54 € 90 €
Voir le deal


 

 And now... ? [ft. Tobias]



Terrence Byers
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
And now... ? [ft. Tobias] Tumblr_owa0d6EVtN1vnzgcbo4_250

Ancien métier : Militaire à la retraite
Occupation : Sécurité et chasse
Statut civil : Irrémédiablement et définitivement conquis
Lieu de naissance : Houston (Texas)

And now... ? [ft. Tobias] Tumblr_pp0437WZY01xmmxtko1_500

Messages : 1443
Inscription : 24/11/2016
Crédits : PresleyCash (avatar)
Célébrité : Norman Reedus

And now... ? [ft. Tobias] X0TurS630 / 5030 / 50And now... ? [ft. Tobias] BR2xH0t

And now... ? [ft. Tobias] DQEbQJ235 / 5035 / 50And now... ? [ft. Tobias] GxoDpmC

And now... ? [ft. Tobias] Hu1erU739 / 5039 / 50And now... ? [ft. Tobias] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
And now... ? [ft. Tobias] Empty
16.07.19 7:48
And now... ?

   Tobias & Terry

   



   Cet endroit, elle avait été si fière de le lui montrer. Il pouvait encore entendre sa voix résonner joyeusement dans ses oreilles comme si elle était toujours là, à ses côtés :
« Moi, pendant quelques jours, j'ai pris mon campement dans cet arbre. Là au-dessus, avait-elle rajouté en pointant du doigt cette plateforme qui se trouvait au-dessus d'eux. Je ne craignais pas les virulents. Je pouvais aussi voir sans être vue toutes les personnes qui s’approchaient, je pouvais me placer à mon aise pour tirer si j’étais en danger. »

C'était ici, à cet endroit d'où la vue était imprenable, au milieu de cet écrin de verdure, qu'il avait choisi de l'enterrer. Il n'y avait pas de plus bel endroit que ce lieu qu'elle lui avait fait découvrir appréciant chaque nuance de couleur que lui offrait la nature ainsi que cette vue à couper le souffle et ce, quelle qu'en soit la saison. Il s’y rendait très souvent à pieds, parfois, comme aujourd’hui, il lui arrivait de prendre sa moto et de la camoufler en contrebas dans les fourrés avant de grimper jusqu’ici. Baissant le regard sur cette modeste tombe qu'il avait érigé pour sa fille, Terry sentit son coeur se serrer et les larmes lui monter aux yeux.
L'ancien militaire avait peu de certitude mais il avait toujours été intimement convaincu que la seule chose qui le faisait se battre pour rester en vie dans ce nouveau monde, la seule chose qui le poussait à se lever et à survivre, c'était sa fille. Et en l'occurrence, cela avait été indéniable. Tout ce qu'il avait fait, il l'avait fait pour elle. Aller vers les autres, intégrer différents groupes,... il aurait pu vivre seul mais pas elle, il s'était convaincu que lorsqu'il ne serait plus là pour la protéger, d'autres le feraient à sa place. Pas de simples étrangers, non, une famille qu'ils allaient se constituer et sur laquelle elle pourrait compter. Cette famille il avait d’abord cru l’avoir trouvé avec Khaaleb, puis Nash, et enfin ici auprès d'Imane, Kaniel, Alice, James, Nancy ainsi que Khaaleb qui avait fini par les rejoindre....
Il avait conscience qu'il ne s'était pas toujours montré très chaleureux, peut-être s'était-il même montré trop sévère, trop dur avec elle et pas assez encourageant... Il regrettait... Il aurait aimait lui dire à quel point il l'aimait plus que tout, à quel point il était fier d'elle...
Lui qui ne croyait pourtant pas en Dieu ni même à une vie après la mort, espérait que de là où elle se trouvait, elle pouvait l'entendre. Il venait se recueillir chaque jour devant cette tombe où il pouvait rester des heures durant à pleurer et à dire ce qu'il pensait ne lui avait jamais assez répété

Lorsqu'il avait cru la perdre une première fois, la retrouver, était la seule chose qui le maintenait en vie. Il ne pouvait pas songer au pire parce qu'il pensait qu'il n'y survivrait pas... il réalisait aujourd'hui qu'il se trompait.
Il se sentait éteint, mais pas suffisamment en tout cas pour se laisser mourir. Il n'y avait pourtant rien de plus facile, il aurait pu attendre qu'un mort surgisse et se laisser faire, mais ce n'était pas dans sa nature, et puis malgré tout, malgré la perte insurmontable de sa fille, Terry n'était plus tout seul. Aujourd'hui encore, la perte de Leslie était douloureuse, c'était comme si on lui arrachait continuellement les entrailles, qu'on serrait son coeur dans un étau au point de l'empêcher de respirer. Par moment, il avait l'impression qu'il ne s'en remettrait jamais, et puis un virulent surgissait, lui appelant qu’il était toujours en vie et Terry le combattait, en utilisant le couteau de sa fille.
Comme toujours lorsqu'il souffrait, Terry s'était refermé sur lui-même, s'isolant et évitant les gens un maximum, même Khaaleb. A vrai dire, tout particulièrement Khaaleb qui lui renvoyait, par sa seule présence, de manière bien trop douloureuse, ce qu'il avait perdu. Pendant un instant, il avait même songé à quitter lui aussi l'hôpital, pour reprendre la route et vivre seul, mais pourtant, à chaque fois, il revenait et trouvait refuge auprès d'Imane, car outre le fais que sa place était désormais là-bas, qu’il avait appris à aimer les gens qui y vivaient, c'était essentiellement pour elle, qu'il ne partait pas, parce qu'il ne voulait pas la perdre. La présence de la petite Aïda était aussi douloureuse que salvatrice. Douloureuse parce qu'il ne pouvait s'empêcher de penser à sa fille au même âge mais salvatrice parce que sans en avoir conscience, la fillette l'aidait à surmonter sa douleur et l'obligeait à sortir de sa réserve. Sans Imane et sans Aïda, les choses auraient été totalement différentes

Accroupit devant la modeste croix en bois sur laquelle il avait gravé au couteau le nom et le prénom de sa fille ainsi que sa date de naissance et celle de sa mort, Terry y passa doucement et respectueusement sa main, caressant le bois sur lequel il avait punaisé la photo que Leslie conservait d’eux deux. Fixant durant un temps cette photo d’un bonheur passé, son regard dévia sur le brin de fleurs sauvages qu'il avait trouvé et déposé sur la modeste tombe dans laquelle elle reposait désormais. Des bruits de pas derrière lui, le tirèrent de son recueillement le faisant se tendre instinctivement. Sans esquisser le moindre mouvement, il glissa légèrement son regard vers sa droite. A sa démarche, il savait qu'il ne s'agissait pas d'un virulent. Kaniel ? Non, ce n'était pas sa manière de marcher pas plus que ce n'était celle de Khaaleb. Imane ? Non, ces bruits de pas étaient beaucoup plus discrets que la jeune femme. Se relevant doucement il finit par se retourner complétement pour faire face à un homme auquel il lui était souvent arrivé de penser au cours de ces sortis mais qui avait totalement quitté son esprit ces dernières semaines. Whitemort qu’il s’appelait, et lui aussi avait des filles, c’était tout ce qu’il savait de cet homme qu’il ne parvenait pas à cerner. Ça et le fait qu’il était le genre d’homme à ne pas hésiter à tirer sur l’un des siens pour l’empêcher de dévoiler l’endroit où ils vivaient, cet aéroport dont lui avait parlé Noah.
Se retrouver là, seuls tous les deux, au milieu de nulle part, dans la forêt, c’était comme un nouveau point de départ, sauf que cette fois il ne le menaçait pas avec son arbalète. Lui faisait-il confiance pour autant ? Absolument pas. La seule différence entre aujourd’hui et avant, c’est qu’il n’en avait plus rien à foutre. L'observant en silence pendant un long moment, il fini par lui tourner le dos pour s'accroupir à nouveau devant le tombe de sa fille, faisant glisser un peu de terre entre ses doigts.

- Un endroit parmi tant d'autres ? Murmura-t-il finalement de sa voix cassé. Une manière détournée de lui demander ce qu'il foutait ici en faisant référence à ce que le blond lui avait répondu quand il lui avait demandé où il se rendait la première fois. Elles sont en sécurités... tes filles ?
   

   

_________________
Ce qui compte ce ne sont pas les années qu'il y a eut dans une vie, c'est la vie qu'il y a eut dans les années.
Leslie

©️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
And now... ? [ft. Tobias] 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 427
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

And now... ? [ft. Tobias] X0TurS60 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] BR2xH0t

And now... ? [ft. Tobias] DQEbQJ20 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] GxoDpmC

And now... ? [ft. Tobias] Hu1erU70 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
And now... ? [ft. Tobias] Empty
21.07.19 10:26
Ce parc est comme une sorte de point central pour Kelowna. Tobias s’en était rendu compte dès les premières fois où il avait mis les pieds dans cette ville, avec ses filles. L’endroit peut être un raccourci, ou une grosse embuscade en fonction du temps, de l’époque, et de la situation qu’on dira politique de la ville. Il peut y faire bon vivre, comme un froid de canard. On peut y sentir la vie, comme la mort. Ce que Tobias sent en l’empruntant aujourd’hui n’a rien de doux. Pourtant, on peut sentir que le froid glacial de cet hiver brut est en train de laisser place à la vie naturelle. Les arbres qui reprennent vie, les fleurs qui vont commencer à s'épanouir. Les oiseaux qui commencent bien à se faire entendre à chaque fois qu’un coup de vent entre dans les branches de arbres et les dérange.

Pourtant, aujourd’hui, tout semble tranquille. Il avait sorti sa hachette pour être prêt à se défendre contre les virulents qui montreraient le bout de leurs nez ; mais a bien vite compris qu’il n’en aurait pas besoin. A peine avait-il parcouru un tiers de la distance totale du parc, que Tobias avait baissé son arme. Sans pour autant baisser sa garde. Quelque chose d’étrange semble se produir. Quelque chose qui le pousse à penser que les virulents ne sont pas nombreux dans le coin. Est-ce qu’il y aurait des vivants derrière lesquels les hommes se seraient lancés ?

“ - Est-ce que t’as trouvé ?”

La voix sort du talkie walkie. Il répond que non, pourtant, il voudrait dire bien plus. La voix que Tobias entend, il l’entend trop souvent ces derniers temps. Même s’il ne souffre plus (physiquement) de la semi-castration que Seth lui a fait vivre, le mental n’est pas au beau fixe. Encore moins depuis que les hostilités ont été lancées contre Highgate. Tobias sait bien que d’ici trois jours ils fonceront sur cet avant-poste que le grand méchant loup veut dépouiller. Et il sait aussi qu’il n’est pas prêt de retrouver la place qu’il avait avant ; est-ce qu’il en a marre d’avoir été rétrogradé ? Bien entendu, principalement parce que celui qui lui donne les ordres aujourd’hui -et depuis quelques temps, semble bien trop s’amuser de ce revirement de situation qu’il ne peut même pas comprendre.

On l'envoie dans ce parc pour une raison particulière ; tenter de retrouver quelque chose qui a soit disant été enterré dans le coin quelques mois plus tôt. Un -plus ou moins- nouvel arrivant à l’aéroport a dit que son ancien groupe avait l’habitude de cacher des armes dans le coin. Enterrés derrière une vieille statues bien plus abîmées depuis l’apocalypse qu’avant. Autant dire que ce sale travail n’est pas confié à quelqu’un d’important, à quelqu’un d’indispensable. Tobias a du mal à se dire que de grosses semaines plus tôt, il n’aurait même pas entendu parler de cette mission. Aujourd’hui, c’est lui qu’on envoie parce que c’est lui qui a fait une erreur. Chanceux d’avoir une seconde chance.

“ - Y’a que dalle là-dedans !” C’est tout ce qu’il crache au micro du talkie-walkie après avoir trouvé la planque, après avoir creusé pour ne rien trouver.
“ - T’es sur, putain ?” Gueule le supérieur comme si ça pouvait changer quelque chose. “ Ramène ton cul, merde, fais chier ! “

Le contact est coupé alors que les yeux de Tobias sont toujours en train de regarder la seule chose qu’il y a dans cette cachette ; une grenade certainement oubliée dans la précipitation. Tobias sait déjà que le mensonge qu’il vient de dire pourrait lui coûter la vie. Mais après tout, qu’est-ce qu’une grenade, dans le fond ? Quelque chose qui peut être important. Autant pour les Protecteurs, que pour Highgate, que pour Tobias lui-même. Et sans un mot, il a raccroché sans talkie-walkie pour attraper l’arme explosive. Vérifier que tout est en ordre. Une fois qu’il est sur qu’elle n’explosera pas, il l’a rangé à sa ceinture, cachée sous sa veste. Cela suffirait le temps qu’il retourne à la voiture prise à l’aéroport, et qu’il trouve une autre cachette pour la mettre. Il ne sait pas ce qu’il va en faire. Mais cet outil de guerre lui a tapé dans l’oeil, parce qu’il sait qu’il va en avoir besoin.

Parce que ne jamais passer par le même chemin est important lorsqu’on ne veut pas se faire prendre, Tobias avait décidé de faire le tour du parc par l’autre côté pour retourner à sa voiture. Et c’est comme ça qu’il est tombé sur cette silhouette du passé à laquelle il n’avait pas pensé depuis si longtemps. Tel un fantôme, Terrence semble à moitié présent. Que ce soit physiquement, ou mentalement.

“ - Un endroit parmi tant d'autres ?”
“ - Ouai…”

Avait-il simplement soufflé parce qu’il n’était pas capable de dire autre chose. Tout ce qu’il voit, c’est cet homme, face à cette tombe qui ne semble pas vieille car l’herbe n’a pas encore eu le temps de complètement repoussé par dessus. Son coeur s’est serré sans qu’il ne le contrôle ; parce que voir Terry -qui est pourtant si fort, complètement retourné face à cette croix, c’est comme s’il se voyait lui-même au dessus de la tombe d’un proche. Et il n’y a pas beaucoup de personnes qui pourraient le mettre dans cet état-là. Ses filles, Tennessee, Esther, et surement Seth lui-même.

“ - Elles sont en sécurités... tes filles ?” La question surprend Tobias.
“ - On est jamais en sécurité dans ce monde de merde.

C’est tout ce qu’il trouve à répondre. Parce qu’il ne peut pas s’ouvrir face à cet homme -tout comme il n’a pas pu lever l’une de ses armes face à lui. Au fond, Tobias n’est pas une menace pour Terry tant que l’autre n’en devient pas une pour lui. Et ce n’est pas parce qu’il a failli l’aider à éteindre ce puissant feu, ce n’est pas parce qu’il l’a laissé partir en vie. C’est surtout parce qu’ils partagent une chose en commun : la famille. Ils sont deux pères, se comprennent malgré leurs différences.

“ - T’as retrouvé la tienne ?” Il demande, parce que ça fait plus que lui traverser l’esprit. Si le père a pu retrouver sa fille et la faire vivre jusque là, c’est une preuve que tout est possible. “ Est-ce que… c’est la sienne ?”

Sans mettre de mots sur la tombe qu’ils regardent maintenant tous les deux, Tobias la désigne d’une signe de tête. Sa gorge se noue avant-même d’avoir eu la réponse. Il sent une dose d’anxiété monter, Whitemort. Peut-être a-t-il aussi peur de la réponse, que d’entendre que c’est Leela qui se trouve six pieds sous terre. Et les questions le hantent ; quand l’a-t-il retrouvé ? où l’a-t-il sauvé ? où l’a-t-il emmené ? a-t-il pu la trouver avant sa mort ? ou n’a-t-il tout simplement pas pu la protéger ? Cent milles et une question qui hantent l’esprit d’un père, debout, derrière un autre.

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Terrence Byers
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
And now... ? [ft. Tobias] Tumblr_owa0d6EVtN1vnzgcbo4_250

Ancien métier : Militaire à la retraite
Occupation : Sécurité et chasse
Statut civil : Irrémédiablement et définitivement conquis
Lieu de naissance : Houston (Texas)

And now... ? [ft. Tobias] Tumblr_pp0437WZY01xmmxtko1_500

Messages : 1443
Inscription : 24/11/2016
Crédits : PresleyCash (avatar)
Célébrité : Norman Reedus

And now... ? [ft. Tobias] X0TurS630 / 5030 / 50And now... ? [ft. Tobias] BR2xH0t

And now... ? [ft. Tobias] DQEbQJ235 / 5035 / 50And now... ? [ft. Tobias] GxoDpmC

And now... ? [ft. Tobias] Hu1erU739 / 5039 / 50And now... ? [ft. Tobias] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
And now... ? [ft. Tobias] Empty
02.10.19 6:23
And now... ?

  Tobias & Terry

 



  La réponse de Tobias face à sa question concernant la sécurité des siens résonna cruellement en lui. Le visage tourné par-dessus de son épaule, il fixa le blond en silence avant de baisser à nouveau les yeux sur cette modeste croix en bois sous laquelle gisait à présent sa fille. Lui n'avait pas vu les choses de cette manière, il avait naïvement cru que là où ils étaient, entourés de toutes ces personnes qui au fil du temps étaient devenus des proches voir même une famille, Leslie serait toujours en sécurité. Il avait baissé sa garde et aujourd'hui elle n'était plus là. Aurait-elle été plus en sécurité dehors en ne comptant que sur eux-mêmes ? Il en doutait, seuls leur chance de survis aurait drastiquement diminué, tôt ou tard ils auraient fini par tomber. Mais quelle différence cela faisait-il aujourd'hui ? A quoi bon se battre puisque la finalité serait de toute manière la même ? Pour tenter d'offrir un lendemain meilleur à la prochaine génération ? A ceux qu'ils aimaient ? Etait-ce seulement encore possible ?
Le silence qui règne entre les deux hommes n'avait absolument rien de gênant, il semblait même naturel. Ni amis ni ennemis, ils n'étaient que deux hommes, deux pères, qui se recueillaient sur la tombe de l'une de leur fille. Quelques minutes s'écoulèrent ainsi avant que le blond ne reprenne la parole et qu'il ne pose fatalement cette question tant redoutée, tant par l'un que par l'autre à en juger par le son de la voix étranglé qui se mit à résonner derrière lui.

D'abord silencieux, Terry ne bougea pas, ne confirmant, ni ne niant ce que l'homme qui se trouvait derrière lui, avait finalement compris. A quoi pensait-il en cet instant ? Pensait-il à ses filles ? Redoutait-il lui aussi voir son pire cauchemars prendre vie ? Réfléchissait-il à cette notion de sécurité auquel il ne croyait pas quelques minutes plus tôt en reconsidérant sa position ? Après de longues minutes, Terry fini par acquiescer à ses questions d'un signe de tête. Parler de Leslie lui était devenu impossible depuis sa mort, nerveux, il plongea sa main dans la poche intérieur de sa veste pour en sortir le seul réconfort qu'il avait trouvé lorsque la douleur se faisait trop insupportable, un bouteille de whisky déjà bien entamé, qui elle aussi se trouvait désormais en fin de vie. La dévissant, il porta le goulot à ses lèvres et en bu une bonne rasade qui lui permis de reprendre contenance avant de tendre la bouteille dans la direction de Tobias pour lui permettre d'en boire une gorgée s'il le souhaitait.

Terry avait le choix entre garder le silence et en rester là, laissant Whitemort à ses interrogations, et le laissant se débrouiller pour se faire lui-même ses propres réponses, ou alors, il pouvait décider de  s'ouvrir à lui. La première solution était indéniablement la plus facile car il n'était pas certain d'être capable de ne pas craquer en évoquant sa fille mais une part de lui avait conscience qu'il ne pouvait garder ça pour lui plus longtemps. S'accroupissant devant la tombe, il tendit une main légèrement tremblante en direction de cette photo écornée qui les représentait tous les deux et qu'il avait punaisé pour y effleurer du bout des doigts ce visage qui ne sourirait plus jamais. Ses lèvres commencèrent à trembler et les larmes lui montèrent dangereusement aux yeux face à ce bonheur passé qui n'était plus. Terminant ce nectar qui lui permis de ravaler sa douleur, il balança la bouteille vide un peu plus loin derrière la modeste tombe

- Si j'avais pas baissé ma garde, si j'avais été plus vigilent, tout ça s'rait pas arrivé,
explosa-t-il furieux en balançant sa main. J'nous croyais en sécurité... mais t'as raison, fit-il en en pointant son index dans sa direction, on est en sécurité nulle part ! Alors ça sert à quoi tout ça, hein ?!

Elle lui manquait cruellement, sa disparition avait laissé un très grand vide en lui, mais c'était la première fois qu'il laissait exploser sa colère depuis son enterrement

- J'ai buté cet enfoiré mais... ça la ramènera pas et ça m'aide pas à aller mieux ! Ça fait toujours aussi mal et elle me manque.... elle est morte et j'ai rien pu faire... absolument rien
, sanglota-t-il

Il la revoyait encore s'effondrer telle une poupée de chiffon, alors que son sang giclait de sa tête pour éclabousser son visage et cette pièce aseptisé. Tout s'était passé si vite... sans réfléchir, instinctivement, en guise de réaction, il avait tiré son arme de son étui et avait fait feu immédiatement sur ce gosse qui lui avait arraché ce qu'il possédait de plus précieux sans chercher à comprendre plus loin, s'octroyant le rôle du juge, du jury et du bourreau. En avait-il été soulagé pour autant ? Absolument pas... Par moment, il avait la désagréable sensation d'être oppressé a en étouffer. A plus d'une reprise, il avait été tenté de faire comme Khaaleb, de disparaître pour ne plus jamais revenir, de rester seul, de ne plus s'attacher à quiconque pour ne plus souffrir, mais il avait bien conscience qu'en ce qui le concernait c'était déjà trop tard, car il aimait bien trop de personne pour s'en éloigner désormais. Deux êtres en particulier étaient chers à son coeur et l'avaient aidé à puiser en lui suffisamment de force pour ne pas se laisser dépérir. Imane et Aïda l'avaient aidé bien plus qu'elles n'en n'avaient probablement conscience en cette période difficile. Respirant bruyamment pour tenter de se reprendre, il passa son bras sur son visage pour y essuyer rapidement les sillons de larmes qui s'étaient formés sur son visage, le regard plongé sur ces fleurs des champs dont la tombe avait été recouverte. Il y avait le bouquet qu'il venait d'y déposer, mais pas uniquement... Il y avait la petite pâquerette offerte par Aïda ainsi qu'un autre bouquet de fleurs qui indiquait à Terrence que Khaaleb était passé la veille pour se recueillir auprès d'elle lui aussi

- Leslie méritait pas ça... elle avait encore tant de choses à découvrir.... Elle ne les vivra plus jamais...

Et cette seule perspective lui brisait le coeur. Leslie avait tout pour réussir, et tout le monde l'aimait...

- Tes filles... elles ont une passion ? La mienne, elle dessinait... elle était douée... elle aurait pu en faire sa profession mais elle voulait voyager...  c'était une survivante aguerrie que les morts n'effrayaient pas, et une archère exceptionnelle... c'était pas comme ça que ça aurait du s'passer...

Il avait tout fait pour lui donner les meilleurs prédispositions pour survivre et surtout lui survivre à lui, mais ça n'avait pas suffit...

   

 

_________________
Ce qui compte ce ne sont pas les années qu'il y a eut dans une vie, c'est la vie qu'il y a eut dans les années.
Leslie

©️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
And now... ? [ft. Tobias] 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 427
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

And now... ? [ft. Tobias] X0TurS60 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] BR2xH0t

And now... ? [ft. Tobias] DQEbQJ20 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] GxoDpmC

And now... ? [ft. Tobias] Hu1erU70 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
And now... ? [ft. Tobias] Empty
13.10.19 4:56
Attraper la bouteille de whisky que lui tend Terrence, c’est tout ce qu’il est capable de faire, Tobias. Parce que la vérité est tombée ; ils sont tous les deux devant la tombe de la gamine qui fut un temps tant recherchée. Et il a mal, Whitemort, quand il boit cet alcool pur qui arracherait la gorge à n’importe quelle personne sur terre. Mal parce que c’est fort, mal parce qu’il ne veut jamais ressentir ce que l’homme accroupi ressent. Parce qu’il ne veut jamais à avoir à creuser la tombe de ses filles. Alors il boit, même s’il ne reste pas grand chose dans la bouteille. Une gorgée qui lui fait du bien ; lui qui ne boit quasiment jamais et ce même avant l’apocalypse. Puis, il retend la bouteille à l’homme comme si c’était lui qui en avait besoin. L’alcool n’est pas un réconfort mais un ami sur qui s’appuyer. Après tout, Terrence n’a-t-il pas perdu la personne la plus importante sur Terre, à ses yeux ?

Assit sur une pierre qui se trouvait à côté ; c’est là que ce met Tobias comme s’il s’attendait, comme s’il était prêt, à écouter les mots d’un vieil ami qu’il n’aurait pas vu depuis longtemps. Comme s’il était prêt et capable d’aider son compère dans la perte qu’il connaît. Mais Tobias serait incapable de le faire, parce que lui-même perdrait la tête s’il venait à devoir creuser les trous pour enterrer ses filles. Il regarde avec attention la photo punaisée, ne peut s’empêcher de trouver des ressemblances physiques avec le père qui se trouve à ses côtés. Si un faible sourire se dessine sur les lèvres de Tobias, ce n’est pas pour se moquer. Ce n’est pas pour dire une connerie. C’est parce qu’en regardant la photo, il ne peut s’empêcher de se dire qu’ils étaient beaux, tous les deux.

Quand la bouteille vide est jetée plus loin, il jurerait avoir vu des larmes dans les yeux de l’homme qui désespère de les garder pour lui. Tobias, jamais il ne s’est senti aussi proche de quelqu’un qu’à l’instant présent. Parce qu’il trouve Terrence fort. Fort d’être encore en vie, debout, après cette perte incroyable. La pire de celles qu’il pouvait vivre dans sa vie. Quand le père de famille parle, cri son désespoir en expliquant la situation au blond, Tobias ne sait quoi faire. Ne sait que dire. Après tout, il sait qu’il n’y aurait rien à faire ou à dire pour que Terrence aille mieux. Il n’ira jamais mieux. Et Tobias est incapable de répondre aux interrogations qu’il pose parce que lui-même n’arriverait pas à avancer si ses filles devaient mourir. Il pense déjà savoir ce qui arriverait, pour être honnête.

” - Tes filles... elles ont une passion ? La mienne, elle dessinait... elle était douée… [...]”

Les mots de Terrence continuent de pleuvoir, et Tobias a l’impression de les entendre que d’une oreille. Car il vient de lui poser une colle à laquelle il ne saurait répondre. Plus le temps passe, et plus Tobias se rend compte qu’il ne fait plus attention aux petites choses de la vie. Qu’est-ce qui passionne Dixie, aujourd’hui ? Qu’est-ce qui la passionnait réellement à l’époque où tout était encore parfait ? Tobias, c’est un homme étrange. Il agit avec sa fille comme si elle n’avait pas grandi pendant deux ans lors de l’apocalypse. Agit avec elle comme si elle avait toujours tout juste douze ans. A défaut de vouloir les maintenir en vie, Tobias, il se rend compte qu’il ne les regarde plus comme de véritables personnes. Il a mal, à se dire qu’il est incapable de sortir une passion de sa fille.

” - Ce qu’elles étaient avant…” Commence-t-il à dire pour répondre aux propos de celui qui n’est ni ami, ni ennemi. Personne rare aujourd’hui. ” Ca n’a plus d’importance aujourd’hui… Comme pour ta gamine.” Là, il ose poser ses yeux sur Terrence comme s’il cherchait à voir sa réaction. ” Si tu vas pas mieux après avoir buté cet enculé… c’est parce qu’il y aura jamais rien pour compenser sa vie à elle.”

C’est comme ça qu’il voit les choses, Tobias. De sa place, là où il est impossible de le comprendre. Parce qu’il est incompris ; au sujet de ses amours, et surtout de ses emmerdes. On ne réagit pas pareil que lui en général ; plus facile de le critiquer plutôt que d’essayer de comprendre ses choix. Dans la poche de sa veste, il sort deux cigarettes et un briquet. La première finit entre ses lèvres, qu’il allume en quelques fractions de secondes. La deuxième, il la donne à Terrence ; même si ce dernier ne fume pas qui sait, la nicotine fera toujours du bien à son corps et à son coeur meurtris.

” - T’es fort, tu sais…” Qu’il souffle en même temps que la première bouffée de fumée de sa cigarette. ” Si ça devait arriver aux miennes… j’crois que j’me suiciderais après avoir buté celui, celle, ou ceux qui s’en serait prise à elles.” Tobias regarde le sol sous ses pieds comme s’il espérait du fond du coeur que cette fille sous les fleurs, soit dans un véritable repos éternel. Qu’elle n’ait pas souffert, c’est tout ce qu’on peut espérer. ” Si tu comptes vivre… fait du monde ce qu’elle aurait voulu qu’il soit.”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Terrence Byers
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
And now... ? [ft. Tobias] Tumblr_owa0d6EVtN1vnzgcbo4_250

Ancien métier : Militaire à la retraite
Occupation : Sécurité et chasse
Statut civil : Irrémédiablement et définitivement conquis
Lieu de naissance : Houston (Texas)

And now... ? [ft. Tobias] Tumblr_pp0437WZY01xmmxtko1_500

Messages : 1443
Inscription : 24/11/2016
Crédits : PresleyCash (avatar)
Célébrité : Norman Reedus

And now... ? [ft. Tobias] X0TurS630 / 5030 / 50And now... ? [ft. Tobias] BR2xH0t

And now... ? [ft. Tobias] DQEbQJ235 / 5035 / 50And now... ? [ft. Tobias] GxoDpmC

And now... ? [ft. Tobias] Hu1erU739 / 5039 / 50And now... ? [ft. Tobias] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
And now... ? [ft. Tobias] Empty
18.11.19 6:42
And now... ?

  Tobias & Terry

 



  Dos tourné à Tobias, immobile, Terrence écoutait les réponses de cet homme avec lequel il avait noué une relation qu'il serait lui-même incapable de définir. Ils ne se connaissaient pas réellement, à vrai dire, ils savaient très peu de choses l'un de l'autre et l'on ne pouvait pas prétendre que leur première rencontre s'était déroulée sous les meilleures auspices et pourtant ils étaient là aujourd'hui, à se recueillir devant la tombe de Leslie. Etrangement, c'était de cet homme qu'il ne connaissait pourtant pas, qu'il se sentait le plus proche actuellement et ce, malgré leurs différences. Pensait-il réellement ce qu'il disait ou était-ce parce que Tobias ne désirait pas parler d'elles ? A moins que ce ne fut une manière habile de dissimuler qu'il ignorait la réponse à sa question parce qu'il n'était pas très présent dans la vie de ses filles ? C'était tout à fait envisageable bien qu'il ne lui paraissait pas être ce genre d'homme. Quelle qu'en fut la raison cela ne le regardait pas, toutefois, ce qu'il lui répondit laissa Terrence songeur durant un instant. « Ce qu'elles étaient avant... Ça n’a plus d’importance aujourd’hui… Comme pour ta gamine »

Terry comprenait ce que Tobias sous-entendait par-là, car fut un temps pas si lointain, il pensait exactement pareil. Il s'était convaincu qu'il fallait avancer et laisser derrière soi le passé pour se concentrer sur la survie, d'ailleurs une partie de lui le pensait toujours, mais aujourd'hui il se sentait plus nuancé sur le sujet. Il n'était bien sûr pas question de vivre dans une dangereuse nostalgie en se remémorant continuellement ce qu'avait été leur vie avant tout cela, sans quoi on risquait très vite de devenir fou, mais aujourd'hui qu'il avait perdu sa fille, il réalisait que toutes ces petites choses avaient bien au contraire leur importance. Se rappeler qu'avant d'être des survivants, ils étaient des hommes avec leurs centres d'intérêts et leurs prédispositions dans tel ou tel domaine. Même si cela ne s'avérait pas d'une très grande utilité pour survivre de nos jours, cela faisait partie intégrante de la personne qu'elles avaient été, de leur évolution, de leur construction. Et si aujourd'hui cela pouvait paraître anodin, Terry ne voulait rien oublier, car cela avait au contraire, toute son importance parce que désormais, c'était tout ce qu'il lui restait. A travers le dessin, Leslie avait pu exprimer des choses qu'elle ne pouvait ou ne désirait, partager avec personne. Certains utilisaient des mots pour coucher leurs pensées sur le papier, elle, elle dessinait. Il y avait dans son carnet de croquis beaucoup de portraits de personnes qu'ils avaient croisé et qui avait compté pour elle, tel que Nash, Diana, Khaaleb, Elijah, Imane,.... On y trouvait également le portrait d'anciens amis, des personnes qui avaient fait partie de sa vie par le passé, et dont elle cherchait à graver les traits afin de ne jamais les oublier. Mais dans son carnet à dessin, il n'y avait pas que des portraits, il y avait également des paysages, ceux qu'ils avaient traversé au cours de leur errance avant d'atterrir à la Lyssa mais également des dessins plus personnel, au caractère plus abstraits qui n'étaient autre que le reflet de son état d'âme au moment où elle le couchait sur le papier.
Nier sa passion, l'oublier, prétendre que cela n'avait plus d'importance, c'était comme renoncer à se souvenir de la personne qu'elle avait été

La douleur qu'il ressentait au plus profond de lui était tellement dense qu'il tenta de faire quelques respirations pour essayer de se reprendre et ne pas craquer davantage mais la douleur encore vive et le tourment que lui imposait cette discussion l'en empêchèrent. Incapable de se contrôler davantage, il baissa la tête alors que de nouvelles larmes coulaient sur son visage. Face à son silence, l'homme qui se tenait à ses côtés et qui cherchait désormais à établir le contact visuel, comme pour tenter de ne pas le laisser s'enfuir dans un profond retranchement prononça une parole qui eut le mérite de le faire réagir et lever légèrement le menton, pour fixer son regard humide dans le sien. Une fois de plus, Terry ne prononça pas le moindre mot, pour la simple et bonne raison qu'il n'y avait rien à dire de plus et Tobias pouvait lire dans cette paire d'yeux d'un bleu profond qu'il partageait son avis. Il avait raison, rien ne pourrait jamais compenser sa vie qui avait été fauché aussi injustement. Acceptant la cigarette que lui tendit l'homme qui était à ses côtés tout en le remerciant d’un signe de tête, Terry du s'y reprendre à deux reprises avant de parvenir à l'allumer et de pouvoir enfin respirer une bonne bouffée libératrice de nicotine qui lui permit de ravaler sa douleur. Recrachant un nuage de fumée, il leva son regard sur l'homme qui le qualifiait de fort. Fort.... ce n'était pas réellement ainsi qu'il se voyait

- J'sais pas faire. J'y ai pensé... Y a rien de plus facile que d'se laisser bouffer, mais... j'sais pas faire, avoua-t-il de sa voix rocailleuse

Se laisser mourir, en toute franchise, il y avait songé parce qu’il se croyait incapable de lui survivre, mais il avait tort. Dans ce nouveau monde qu'était le leur, il n'y avait désormais rien de plus facile, il suffisait pour cela d'attendre que les virulents arrivent et se laisser bouffer, mais dès qu'ils étaient à proximité de lui, Terry les tuaient avant qu'ils n'aient le temps de s'approcher davantage pour l’étreindre fatalement. Les combattre, sa manière de les tuer teinter de violence et de colère, l'aidait à passer ses nerfs sur eux mais pas uniquement. Leur présence, la menace qu'ils représentaient, leurs combats, lui rappelaient qu'il était toujours en vie et qu'il ne voulait pas mourir. Des personnes comptaient sur lui, des personnes qu'il aimait et qu'il ne voulait pas perdre à leur tour. Les mots de Tobias l’avaient incontestablement touché.

Faire de ce monde ce qu’elle aurait voulu qu’il soit…

A quoi bon, puisqu’elle ne serait plus là pour le pouvoir ? Une question qui lui avait traversé l’esprit, et dont la réponse s’était imposée presque aussitôt d’elle-même alors que des visages souriant défilaient dans son esprit : Imane, Aïda, Khaaleb, James, Kaniel, Nancy, Alice, Noah,... Des personnes qu’il aimait, qu’ils avaient aimé tous les deux. Approuvant d’un signe de tête, Terry trouva un certain réconfort dans ces paroles. Il écrasant le mégot de sa cigarette avant de se relever et de faire face au blond

- Et toi ? Quel genre de monde leur construis-tu ?

(Lancé de dés et : Vous avancez dans la forêt afin de vous éloigner de trop nombreux rôdeurs qui se trouvent derrière vous. Tout semble normal .... Jusqu’à ce que vous arriviez sur une zone avec des dizaines de têtes de rôdeurs emballés sur des piques. Vous devez choisir un chemin : les infectés, ou la zone inquiétante ?)

Quel héritage, cet homme avec lequel il se sentait indéniablement lier mais qui était pourtant capable d’abattre un homme de sang-froid alors qu’ils appartenaient au même groupe, désirait-il laisser derrière lui ? Quel genre de groupe avait-il rejoint ? Etait-ce bien les Protectors comme il le soupçonnait depuis le départ ? Partageait-il leurs idéaux dictatoriales ou était-ce tout le contraire ? Il avait fixé le blond sans prononcer un seul mot, il n'y avait aucun jugement dans sa question et encore moins dans sa façon de le regarder, il n’était pas là pour ça de toute manière, il attendait simplement sa réponse lorsque son regard fut attiré par une silhouette sombre surgissant à travers les arbres rapidement suivant par deux autres silhouettes tout aussi décharnées avant que plusieurs rôdeurs n’apparaissent tour à tour. Tapant le bras de Tobias tout en faisant un signe de tête pour qu’il regarde derrière lui, il aperçut une dizaine de mordeurs foncer droit sur eux. Durant ces quelques secondes la surprise laissa place à l’instinct de défense. Armé de son arbalète et de ses couteaux, Terry se sentait capable de les affronter aux côtés de Tobias, mais son visage se décomposa en réalisant que d’autres silhouettes décharnées, dissimulées par les arbres de la forêt, continuaient d’affluer. Ils n’avaient pas à faire à quelques virulents mais bel et bien à horde qui les avait pris pour cible en faisant claquer leurs mandibules. Renonçant à les affronter, et contraint de se replier, ils filèrent droit devant eux avant que les morts ne parviennent à les encercler.

Avançant parmi les herbes hautes tout en jetant des regards par-dessus de son épaule pour évaluer la menace, ils continuèrent de s’enfoncer dans la forêt jusqu’à ce qu’ils arrivent en direction d’une clairière au milieu de laquelle se trouvait une rangée de pic dressé vers l’horizon au bout desquelles avait été empalé… des têtes de virulents.
Ralentissant son pas, ne pouvant détacher son regard de ce spectacle qui glaçait les sangs, Terry s’arrêta durant un instant pour observer ces visages blafards aux yeux vitreux qu’il ne connaissait pas. Il y avait des hommes, des femmes, des jeunes et des moins jeunes… Bon dieu mais qui était assez fêlé pour dresser ce genre de barrage ? A en juger par l’état des visages encore parfaitement identifiables, ces personnes n’étaient pas mortes depuis longtemps. Leurs chairs n’étaient pas encore entrées en décomposition quand à leurs chevelures, se soulevant légèrement au grès du vent, elles étaient encore belles et non dégarnis ou poisseuses… ceux qui avaient fait ça ne devaient pas être très loin. De nombreuses questions se bousculèrent dans son esprit. Qui étaient ces personnes ? Qui avait fait ça ? Et pourquoi ? Jetant un regard par-dessus de son épaule, il réalisa que les premiers morts arrivaient. Une décision s’imposait à présent, soit ils poursuivaient et traversaient cette frontière des plus morbides soit ils faisaient demi-tour et affrontaient les morts sans la moindre chance d’en sortir vivant. Posant un genou à terre, il observa les nombreuses empreintes de pas qui avaient foulé le sol

- J’dirais qu’il y avait une quinzaine de personnes ici il y a 3-4 heures, fit-il en se relevant tout en s’avançant pour pister les traces laissés sur le sol avant de s’arrêter et de pointer l’Est de son index. Ils ont pris cette direction.

Il était évident que cette frontière était un avertissement, une mise en garde des plus dissuasives pour quiconque déciderait de la franchir. Derrière eux, les rôdeurs continuaient leurs progressions

- J’ai une moto, de l’autre côté,
précisa-t-il en revenant vers Tobias tout en désignant d’un large mouvement de bras la vague de virulents qui déferlaient sur eux lentement mais surement, faut qu’on trouve un moyen de les contourner ou de les faire dévier.

Réfléchissant tout en faisant nerveusement bouger sa mâchoire inférieure, il se tourna pour faire face à cette frontière qui se dressait devant eux.

- Y a une rivière qui passe par là, à un ou deux kilomètres plus au sud, s’ils nous suivent ils seront emportés par le courant et on pourra revenir sur nos pas.

Joignant le geste à parole, Terry traversa la frontière mû par un mauvais pressentiment, mais de toute manière quel autre choix avaient-ils ? Ils ne pouvaient pas s’attarder ici plus longtemps et il n’avait pas de meilleure idée pour le moment ni d’autres alternatives à moins que Tobias n’ait une meilleure suggestion

   

 

_________________
Ce qui compte ce ne sont pas les années qu'il y a eut dans une vie, c'est la vie qu'il y a eut dans les années.
Leslie

©️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
And now... ? [ft. Tobias] 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 427
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

And now... ? [ft. Tobias] X0TurS60 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] BR2xH0t

And now... ? [ft. Tobias] DQEbQJ20 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] GxoDpmC

And now... ? [ft. Tobias] Hu1erU70 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
And now... ? [ft. Tobias] Empty
19.11.19 9:53
Tobias et Terrence sont complètement différents dans leur manière de voir le monde, dans leur manière de gérer les choses. Pourtant, ils se rejoignent sur le simple fait qu’être père dans ces temps maudits, c’est la misère. Survivre est déjà assez difficile lorsqu’on est seul, mais lorsqu’on doit prendre soin de la vie de quelqu’un d’autre, ça devient un véritable calvaire. Tobias, il prie pour ne jamais avoir à connaître la peine que Terrence ressent. Lui ne serait pas capable de tenir debout, lui serait incapable de trouver quelque chose à quoi se rattacher. Il sait d’avance que même ce qu’il ressent pour Tennessee ne serait pas assez grand pour l’aider à surmonter la perte de Dixie.

” - Et toi ? Quel genre de monde leur construis-tu ?”

Cette question a donné matière a réfléchir à Whitemort. D’abord, sur le monde qu’il avait pu offrir à ses filles avant que le monde parte en vrille. Sur celui qu’il leur avait offert en les faisant survivre, rien que tous les trois. Et puis, vient le tour du monde de Seth. C’est ce monde là qu’il veut leur faire fuir, et même s’il veut leur donner un avenir admirable comme Highgate peut leur offrir, c’est surtout le besoin de les éloigner de Seth qui va le faire agir. Parce qu’il ne peut pas regarder sa princesse changer au grès des saisons à l’aéroport. Tobias, et encore plus maintenant qu’il se trouve au dessus de cette tombe enfantine, sent que la mort de sa fille arrivera à cause des protecteurs.

Mais il n’a pas eu le temps de répondre, même s’il n’aurait su quoi dire, que les morts ont décidé de s’inviter à cette fête déjà bien macabre. Tobias n’a pas lâché sa cigarette au début, après la tape venant de Terrence pour poser son attention sur les virulents, il s’était redressé pour attraper sa hachette et faire tomber ceux qui arrivaient trop près d’eux. Se battre aux côtés de Terrence, ce n’est pas la première fois que ça arrive. Pourtant, aujourd’hui, il n’y aura pas de trahison. Aujourd’hui, les camps ne compte pas. Aujourd’hui, personne n’est à la recherche de sa fille. Aujourd’hui, personne ne rentre à l’abattoir. Sortir son arme à feu aurait fait venir les autres plus vite ; le silence, l’agilité et la rapidité, c’est tout ce que les vivants ont aujourd’hui de plus que les morts.

Le pire dans tout ça, ce n’est pas la clairière, ni la forêt emplie de mort qu’ils viennent de quitter. C’est la rangée de piques avec des têtes à peines abîmées, qui se dressent devant eux. Le genre de spectacle qu’aucun être humain ne voudrait voir. Le genre de choses qui vous font lever les poils sur les bras, même lorsqu’on vient de l’aéroport. Et si Tobias sait de quoi est capable le Grand Méchant Loup, il se dit que ça aurait totalement pu être le genre de protection; le genre de dissuasion, que Seth aurait pu emprunter. Mais ce qui fait réellement peur dans cette situation, c’est de savoir que ce n’est pas le chef des protecteurs qui a fait ça. Non, ceci n’a rien de la touche de Seth.

” - [...] Ils ont pris cette direction.”
” - C’est clair que j’irais pas par-là.” Avait-il simplement été capable de dire en voyant Terrence agir de la sorte, ne prenant pas le temps de se poser des questions sur où il a bien pu apprendre à traquer.
” - Y a une rivière qui passe par là, à un ou deux kilomètres plus au sud, s’ils nous suivent ils seront emportés par le courant et on pourra revenir sur nos pas.”

Tobias n’a pas pu s’empêcher de quitter les virulents des yeux (ceux qui bougent et ceux plantés), pour regarder Terrence après qu’il ait exposé son plan. Un sourcil qui se redresse sur son faciès montre qu’il est surpris de la rapidité d’esprit de son nouvel acolyte du jour. Mais, il ne dit rien. Se contente d’essayer de voir le plan de Terrence se dessiner sous ses yeux, garde dans un coin de sa tête le détail de la moto qui pourrait être intéressant. Puis, au bout de quelques secondes, il réagit à ses doigts ensanglantés qui caresse le fond de sa poche. Là, juste en dessous du paquet de cigarette. Directement, lorsqu’il comprend ce qui se trouve en dessous, caché dans sa veste, il tourne son regard vers Terrence. Enlève le paquet de clope vide, qu’il jette comme si tout le monde n’était qu’une poubelle géante. Puis, il sort du fond de sa poche une petite douzaine de pétards.

Après les avoir montrer à Terry pour qu’ils soient sur la même longueur d’onde, après tout, l’homme doit savoir que les virulents sont attirés par le bruit depuis le temps, Tobias et Terrence se sont mis d’accord. Suivre le plan de la rivière est la meilleure des choses à faire. Et pour ne pas user de balles, ni-même de leurs voix, c’est des pétards qu’ils vont se servir pour attirer la horde. D’abord, ils ont prit de l’avance. Puis, à l’aide du briquet, Tobias à allumer le premier avant de le jeter assez loin derrière lui. Quelques secondes plus tard, la première détonation se fait entendre ; directement, les morts encore debout se mettent à tous marcher dans leur direction. C’est le bruit qui les a attiré, plus que la silhouette des deux seuls vivants de la zone. Alors, il faut avancer. Commencer à se diriger vers la dite source d’eau qui fera partir tous les morts. Les pétards, ils sont allumés, et explose dès que les morts semblent trop se séparer. De cette manière, ils foncent toujours vers la cible. Et petit à petit, on peut voir que tous les virulents suivent, lorsque Tobias et Terrence se retrouvent un peu plus en hauteur qu’eux. Bientôt, au bruit des morts, ce sera celui de l’eau qu’on entendra.

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Terrence Byers
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
And now... ? [ft. Tobias] Tumblr_owa0d6EVtN1vnzgcbo4_250

Ancien métier : Militaire à la retraite
Occupation : Sécurité et chasse
Statut civil : Irrémédiablement et définitivement conquis
Lieu de naissance : Houston (Texas)

And now... ? [ft. Tobias] Tumblr_pp0437WZY01xmmxtko1_500

Messages : 1443
Inscription : 24/11/2016
Crédits : PresleyCash (avatar)
Célébrité : Norman Reedus

And now... ? [ft. Tobias] X0TurS630 / 5030 / 50And now... ? [ft. Tobias] BR2xH0t

And now... ? [ft. Tobias] DQEbQJ235 / 5035 / 50And now... ? [ft. Tobias] GxoDpmC

And now... ? [ft. Tobias] Hu1erU739 / 5039 / 50And now... ? [ft. Tobias] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
And now... ? [ft. Tobias] Empty
17.01.20 17:43
And now... ?

Tobias & Terry




Telle une marée humaine, les morts arrivèrent par vague, déferlant droit sur eux en engloutissant les obstacles qui pouvaient se dresser sur leur chemin comme si rien ne pouvait les arrêter. Les deux hommes n'avaient pas le temps de tergiverser trop longtemps, pour le moment la rivière paraissait être leur seule option. Une option qui n'était pas sans conséquence car ils avaient parfaitement conscience malgré tout, qu'en franchissant ce sinistre avertissement que représentait ces têtes empalées, qu'un autre danger tout aussi grand risquait de les attendre de l'autre côté. Nul doute que les personnes qui étaient capables de faire ce genre de chose, étaient aussi dangereuses que les morts. Pour l'heure, il fallait déjà se débarrasser de la charogne ensuite, ils aviseraient.
Harponné par le regard de Tobias, Terrence détourna ses yeux de la marée humaine qui s'avançait droit sur eux pour observer ce que le blond tenait dans le creux de sa main. Surpris, Terry relava ses yeux bleus pour croiser ceux du blond, un sourire de connivence s'affichant sur ses lèvres. Approuvant d'un signe de tête les deux hommes traversèrent la frontière et se mirent à courir fin de mettre une certaine distance entre eux et les mordeurs. S'il y avait au moins un avantage dans tout ce bazar, c'est que les morts, eux, n'accéléraient jamais leur rythme. Les virulents ne s'épuisaient pas, mais au moins, les vivants avaient la vitesse pour eux. Après avoir courut une bonne distance, les deux hommes s'arrêtèrent, jugeant l'endroit propice pour mettre à exécution la première partie de leur plan. Les virulents suffisamment loin n'étaient pas visibles, leurs silhouettes menaçantes étaient encore dissimulés par les arbres mais ils étaient là, tapis dans l'ombre et se rapprochant dangereusement, Terry pouvait les sentir. Le vent portait leurs gémissements ainsi que cette odeur pestilentiel qui les accompagnait tout le temps. Posant l'un de ses pétards sur un rocher, Tobias alluma la mèche et aussitôt les deux hommes reprirent leur course à travers la forêt. A une certaine époque, on aurait pu les prendre pour des gamins facétieux faisant exploser des pétards à l'abri des regards de peur de se faire prendre et réprimander, aujourd'hui, ces mêmes pétards leur permettaient de gagner du temps et aussi inconcevable que cela puisse paraître, ils les protégeaient. Très vite, il y eut des petites explosions qui troublèrent le calme de la forêt et attirant dans leur direction, les virulents comme du miel pour les abeilles.

Avançant d'un pas assuré, les deux hommes se retrouvèrent très vite sur une corniche d'où ils pouvaient apercevoir en contrebas, la rivière qui s'écoulait dans son lit, emportant avec la force de son courant absolument tout ce qui se trouvait sur son passage et qui lui rappela la chute qu'il y avait fait un an plutôt et sa première rencontre avec les habitants de Highgate... Il s'était passé tant de choses depuis. S'arrachant à ses souvenirs, Terry et Tobias s'échangèrent un regard avant de reprendre leur descente pour se diriger vers leur point de chute, celle qui devrait les débarrasser définitivement des bouffeurs en les emportant loin d'ici. Terry avait toujours été à l'aise dans la nature, bien plus qu'en ville à vrai dire, et c'était en grande parti dû à l'enfance que sa mère, qui faisait dans l'humanitaire, lui avait donné à lui et sa soeur à parcourir la Malaisie ou l'Afrique pour enseigner l'anglais dans les petits villages. La vie qu'ils avaient mené, les rencontres qu'ils avaient faites et les cultures dont ils s'étaient imprégnés, avaient forgé les personnes qu'ils étaient devenus. Qui plus est, grâce à Khaaleb avait été garde forestier, Terry connaissait parfaitement ces forêts et son passé dans l'armée lui avait fait gardé des réflexes qui lui avait sauvé la mise plus d'une fois en ces temps troublés, comme aujourd'hui. Une corde, relié à un piège avait été discrètement tendue sur le chemin. L'évitant soigneusement afin de ne pas déclencher son mécanisme, les deux hommes redoublèrent de vigilance. Les sens aux aguets, Terry repéra encore deux autres pièges dont un piège à ours, dissimulé sous un tas de feuilles mortes. Au cas où ils en douteraient encore, les deux hommes avaient mis les pieds sur le territoire de quelqu'un qui de toute évidence n'appréciait pas les visites. Prêt à faire usage de son arbalète au moindre signe de menace, Terrence avança, scrutant les environs avec une attention accrue.

Alors qu'ils entamaient leur descente sur une pente assez abrupte, une corne de brume se mit à retentir autour d'eux. S'arrêtant net, les deux hommes échangèrent un regard légèrement inquiet avant d'accélérer leur cadence lorsqu'une lance, sortie de nulle part, jaillit devant eux. Se décalant de justesse pour ne pas se retrouver dans sa visée, l'arme les épargna de peu et termina sa course sur le tronc d'un arbre qui se trouvait juste derrière Tobias. Pris au piège, dos à dos, prêt à défendre chèrement leurs vies, les deux hommes eurent le surprise de constater que seules des femmes, telles des amazones armées jusqu'aux dents surgirent de partour , pour les encercler.

- Lâchez vos armes !
Leur ordonna une femme qui paraissait être la doyenne de ce groupe

Les cheveux long, auburn, son visage aux traits durs et au regard implacable, dégageait beaucoup d'autorité et de froideur, sa voix était cependant plus douce que ce à quoi il s'attendait. Se sentant suffisamment en confiance pour ne pas les craindre, elle 'avança vers eux sans pour autant franchir une certaine distance de sécurité.

- Il n'y aura pas de deuxième avertissement,
les prévint-elle sur le même ton glaciale

Les autres femmes présentent, bien décidées à les contraindre d'obéir, se mirent en position, prête à tirer et à les transformer en pelote d'épingle si elles le jugeaient nécessaire. Balayant cette assemblée féminine du regard, Terry eut la désagréable impression que les événements échappaient à son contrôle, et à vrai dire, il ne s'agissait pas que d'une impression. N'ayant d'autres choix, Terrence fini par obtempérer en lâchant son arbalète à ses pieds. Si elle voulait la récupérer, elle devrait s'avancer et s'approcher de lui, suffisamment prêt en tout cas pour qu'il puisse l'attraper et la prendre en otage si cela s'avérait nécessaire. Satisfaite, le regard brun de la femme glissa sur les deux couteaux qu'il portait aux hanches avant de relever son regard sur lui. Comprenant le message, il retira les deux armes de leurs étuis et les jeta aux côtés de l'arbalète. Le regard noisette de l'inconnue se porta alors sur Tobias afin de s'assurer qu'il serait tout aussi raisonnable que son compagnon

- Vous n'avez rien à craindre de nous...


- En effet, c'est plutôt vous qui devriez vous inquiéter...


Serrant la mâchoire, Terry tenta d'ignorer la provocation et reprit la parole pour les informer du danger imminent qui se profilait et l'espérait-il, désamorcer une situation dangereusement tendue

- Une horde est à nos trousses, dans quelques minutes elle sera ici...


- Vous croyez qu'on l'ignore ?
Le coupa-t-on sèchement. Vous avez volontairement guidez cette horde sur nous avec vos pétards. Vous pensiez venger vos amis en nous attaquant ? Tout ce que vous allez y gagner c'est les rejoindre au plus vite







_________________
Ce qui compte ce ne sont pas les années qu'il y a eut dans une vie, c'est la vie qu'il y a eut dans les années.
Leslie

©️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
And now... ? [ft. Tobias] 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 427
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

And now... ? [ft. Tobias] X0TurS60 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] BR2xH0t

And now... ? [ft. Tobias] DQEbQJ20 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] GxoDpmC

And now... ? [ft. Tobias] Hu1erU70 / 500 / 50And now... ? [ft. Tobias] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
And now... ? [ft. Tobias] Empty
09.02.20 11:30
Tobias a toujours été à l’aise à la nature, et en ville. Mais il avait préféré faire sa vie loin des grandes métropoles pour pouvoir donner à sa fille et à sa femme, la meilleure vie possible. Tranquille, et sereine. Et c’est ce qu’ils avaient eu pendant des années. Deux de ses meilleurs souvenirs resteront ses heures de bûcheronnage pour couper le bois en hiver, et les parties de chasses où il apprenait à sa princesse à tenir une arme, à honorer sa proie. Une vie simple, qui pourtant était couronné par des sorties au centre ville ; combien d’heures se sont-ils perdus, tous les trois, dans des salles de cinéma ? Aujourd’hui, Tobias rêverait de retrouver un mixte des deux genres, de ne pas toujours être coincé dans l’un en rêvant de l’autre. La ville est dangereuse, aujourd’hui, pourtant, elle apporte toujours des plaisirs importants, il se souvient de la fête foraine abandonnée où il avait trouvé quelques confiserie avec Dixie. En campagne, les choses sont plus tranquilles, mais il y a moins à faire, mise à part des petits plaisirs quotidiens, qui au final, deviendraient redondant pour lui. Tobias est devenu un homme d’action qui ne pourrait plus passer des journées entières enfermé à l’intérieur. Du moins, c’est ce qu’il pense. Et quand il voit tous les pièges que Terrence capte du regard, et ces armes pointées sur eux par des femmes qui n’ont pas l’air douces et dociles,  Tobias est sur d’une chose ; aujourd’hui, il préfère la ville et les morts, plutôt que la campagne et les vivants qui s’y trouvent.

S’il n’est jamais prêt à baisser les larmes, Tobias sait qu’il n’a pas le choix. Encore moins vu la façon dont les choses tournent. Il n’a pas pu s’empêcher de grimacer d’interrogation lorsqu’elle parle de vengeance ; il n’a reconnu aucunes des têtes n’étaient connues de sa personne. Il n’en doute pas non plus pour Terrence, les choses se seraient passé différemment s’il avait reconnu des gens sur les piquets. Son Glock tombe à terre, après qu’il ai enclenché la sécurité, tout comme sa hachette d’ailleurs. Mais il tente de garder cacher la grenade accrochée à l’intérieur de sa veste ; elle pourra toujours être utile si aucune des femmes ne vient le fouiller.

” - Si j’avais voulu lancer la horde à votre cul, je serais pas resté devant comme un abruti.”

Se mettre en danger comme ils l’ont fait, ce n’est certainement pas pour attaquer un groupe dont ils n’avaient même pas connaissance. Tobias a l’instinct de tourner son visage en arrière, pour tenter de voir si Terrence, lui, connaissait ses gens. Mais à l’expression de son visage, le blond comprend bien qu’il est aussi perplexe que lui. Désarmés, et toujours menacés, les deux hommes sont à la merci de femmes qui peuvent être toutes aussi, voir plus, dangereuses qu’ils le sont eux-même.

” - Peut-être était-ce votre plan initial ?” La femme aux cheveux longs, matriarche de ce groupe, s’exprime en tournant son visage vers celui qui s’adresse directement à elle. ” Vous approchez assez de notre campement, pour exécuter les survivants ? Il y a tant d’atrocités de nos jours, que cela ne m’étonnerais pas qu’on puisse se mettre tant en danger pour venger le peu de personnes qui nous restaient.”

Dans un ordre mêlé d’un mouvement de la main, et d’un prénom féminin, une autre femme apparaît. Plus petite, aux traits plus doux et jeunes, mais qui a pourtant des yeux sombres et féroces comme ceux de la plus âgée. Elle approche, sait ce qu’elle doit faire. Au moindre mouvement des deux hommes, ils seront abattu sur le champ par les autres. Elle s’approche d’abord de Tobias, tend les mains pour le fouiller par dessus ses vêtements. Elle est assez proche pour qu’il l’attrape, qu’il s’en serve de monnaie d’échange, mais Tobias ne fait rien. Cette enfant, pas bien plus vieille que sa propre fille, à la mérite, la chance peut-être, d’être intouchable aux yeux de Tobias. Du moins, tant qu’elle n’a rien fait de mal. Et justement, elle fait quelque chose de bien ; elle ne sent pas la grenad cachée sous ses vêtements. Il est soulagé, mais ne le montre pas en continuant de la fusiller du regard. Après tout, elle est une enfant, mais reste une des leurs. Winter est la preuve que les enfants ne sont pas tous des saints ; elle peut être aussi impitoyable que lui.

” - Il n’a rien sur lui..” Dit la plus jeune.
” - Passe au suivant, dans ce cas.” Et la gamine, elle s'exécute. Contourne Tobias pour s’approcher de Terrence, tout d'abord à bonne distance, comme si elle cherchait à le cerner. ” Moi, je pense que seul un abruti sortirait avec seulement une arme et une lame. Mais ce n’est que mon humble avis…” La plus vieille cherche le blond, avec son sourire en coin. Tobias est piqué à vif, redresse le visage pour la regarder elle, aussi froidement que la plus jeune, et se contente de penser que c’est tout ce dont il a besoin pour survivre aux morts, et aux quelques vivants qui se sont mis sur sa route. ” Dites-moi seulement, si je mets vos têtes sur nos piques… d’autres viendront-ils tenter de vous venger ? Car nous finiront à court de bois avant de manquer de têtes.”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


And now... ? [ft. Tobias] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
And now... ? [ft. Tobias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: Beyond-
Sauter vers: