AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-54%
Le deal à ne pas rater :
BOSH – Aspirateur Balai sans fil et sans sac – Readyy’y 2 en 1 ...
91.09 € 199.99 €
Voir le deal


 

 I'm not asking, we're doing it.



Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 437
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

I'm not asking, we're doing it. X0TurS630 / 5030 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ227 / 5027 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU723 / 5023 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
29.07.19 9:55
Plaies physiques cicatrisées. Les plaies de l’esprit ne le seront jamais. C’est comme si tout ce qui l’entourait était à vif, lui piquant les yeux avec une telle force qu’il a du mal à poser le regard sur quoi que ce soit bien longtemps. A chaque fois qu’il bat des paupières, Tobias voit une scène qu’il a déjà vécu au cours des dernières semaine. Des derniers jours. Il se revoit avouer à Esther qu’il compte faire partir les filles de l’aéroport. Se revoit expliquer son plan bancal à Alyssa sous son regard effaré, triste, et loin d’être compréhensif. Dès qu’un bruit porteur d’écho se fait entendre, Tobias sursaute comme s’il se prenait à nouveau cette balle d’Emrick lors de l’écrasement de l’avant poste de Highgate. Ses doigts viennent toujours se poser là où est encore le pansement qui cache la plaie. Ce souvenir là n’est pas si vieux, pas trop vieux. Une nouvelle trahison à nom.

Mais la communauté voisine a prit l’habitude que ces choses arrivent. Si Tobias lui-même ne les avait pas dénoncé -en soit pour sauver sa propre vie, il n’y aurait pas eu cet affrontement. Il n’y aurait pas eu ces morts dans les deux camps, encore moins cette promesse d’en découdre de nouveau. Le plan de Seth est lancé, et il faudrait être stupide pour croire qu’il s’en serait arrêté là. L’escapade contre l’avant poste était simplement une manière subtile de voir comme les choses se déroulent là-bas. La façon dont les équipes sont envoyées, le temps qu’ils mettent à venir, et comment ils s’y prennent pour tenter de reprendre le contrôle. Seth a eu tout ce qu’il voulait ce jour-là.

“ - T’as été chanceux.” Le type qui change ses bandages le dit à chaque fois qu’ils se voient. “ J’en reviens pas qu’elle ait juste traversé ta couenne.” Il hausse les épaules en jetant les produits utilisés à la poubelle. “ Espérons que ça se soit moins bien passé pour l’autre enculé.”
“ - Ca se passera pas aussi bien pour lui la prochaine fois…”

C’est tout ce que le blond trouve à dire. Il a, depuis quelques mois maintenant, trop tendance à se taire pour penser avec plus d’intensité. Mais son silence ne fait que lever plus de questions. Alors, il reprend la parole comme si enfoncer l’ennemi était une manière de s’accrocher à son propre radeau. Mais l’embarquement de Seth n’a rien d’une équipe de sauvetage. Emrick payera le prix fort, s’ils se recroisent. Pas spécialement pour le compte des protecteurs, l’histoire est devenue personnelle. Ce connard aurait pu l’empêcher de rentrer, de retrouver ses filles, d’aider ce putain de groupe avec qui les échangent sont de plus en plus compliqués. Il a beau les trahir, les aider est une priorité.

“ - J’ai un message du doc, pour toi.” C’est la phrase qui a attiré l’attention de Tobias, alors qu’il allait sortir de l’infirmerie. “ Il dit qu’c’est la deuxième fois que t’atterris sur sa table.” Le type qui n’est qu’un sous fifre hausse les épaules parce qu’il ne se souvient pas de la première fois. “ Que la troisième, c’est les pieds d’vant qu’tu vas ressortir d’ici.”
“ - Alors y en aura pas d’autres.”

Tobias voit où le véritable médecin veut en venir, et quand il sort de l’infirmerie précaire, il se revoit se réveiller avec une testicule en moins. Cette fois-ci, la plaie est plus haute, à son flanc droit, à se demander comment la balle est passée à côté de ses instincts sans les percer. La prochaine blessure sera plus haute, plus dangereuse, mortelle. La prédilection du médecin est un nuage sombre, mais il ne fait que s’ajouter à ceux qui sont déjà au dessus de la tête de Tobias. Si la première blessure -donnée par Seth lui-même pour sa trahison pour avoir fricoter avec Highgate- était passée inaperçue auprès de ses filles et des autres, celle-ci n’a pas cette chance. Blessure au combat, l’aéroport au complet fut au courant de cette opération. Alors, il avait du affronter le regard de ses filles.

Dans un couloir près des escaliers centraux de l’aéroport, c’est le regard d’un borgne que Tobias a croisé. Ce regard de gamin à l’oeil plissé et au nez retroussé qu’il ne peut pas voir. Par un simple regard Tobias a bien comprit ce que pensait Winter ; qui ne comprend pas ce regard qui est bien là pour vous remettre à votre place. Mais le fait que le plus jeune n'a lancé aucune vacherie montre une chose à Tobias ; la balle qu’il vient de prendre a peut-être montré aux autres qu’il était bien impliqué avec les protecteurs et qu’il n’était pas dans un camp extérieur. Winter fouine, Winter n’a jamais pensé que Tobias était fidèle. Est-ce qu’il se met lui-même à douter ? En ayant le gamin ne serait-ce qu’à moitié dans sa poche, Tobias, il sait qu’il s’assure une petite stabilité qui serait bien utile maintenant. Parce qu’il est là, Whitemort, a marché jusqu’à ses quartiers alors qu’il voudrait être ailleurs. Loin de cet endroit sombre plein de pénombre et de démons à l’apparence humaine.

“ - T’es encore là…” Souffle-t-il lorsqu’enfin il ferme la porte de ses quartiers derrière lui. “ J’ai cru que tu serais déjà partie.” La blondeur des cheveux de sa fille, dans un coin de la pièce, lui a suffit pour savoir qu’elle se trouvait là. “ T’es allée chercher un truc à manger ?”

Question futile par rapport à tout ce qui se trimballe dans l’esprit de Tobias. Lorsqu’il regarde sa fille aujourd’hui il ne voit plus vraiment l’enfant qu’elle était lorsque tout a commencé. Les monstres qui se relèvent ont fait grandir cette gamine bien plus vite qu’il ne l’aurait voulu. Mais l’amour et la fierté qu’il lui porte n’ont pas faibli. Au contraire, on dit que les épreuves soudent les âmes.

“ - Ca va devoir attendre, au pire…” Dit-il sans réellement avoir laissé le temps à Dixie de répondre. “ Il faut qu’on parle, toi et moi…” Sa voix est douce, mais sérieuse, lorsqu’il s’approche de la petite table de leur quartier où il s'assoit pour allumer une cigarette. Distant, il l’est quand le sujet qu’il va aborder le tracasse. “ J’ai déjà parlé avec Alyssa….” Tobias prononce ces mots comme si ça pouvait expliquer pour cette dernière n’était pas à cette table. “ Viens-là, princesse, et dis-moi que ton sac est déjà près.”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. Cyq0

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

I'm not asking, we're doing it. Iehm

Messages : 314
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

I'm not asking, we're doing it. X0TurS617 / 5017 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ218 / 5018 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU711 / 5011 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
30.07.19 0:44
Une porte s'ouvre : celle de leur appartement. Tobias entre, l'air pensif. L’homme paraît si concentré à un objectif qui lui retourne le cerveau qu’il ne porte vraisemblablement pas attention aux agissements de sa fille. De ce fait, il ne remarque pas le tiroir que Dixie s'empresse de fermer d'un mouvement de hanche rapide et brusque. Un mouvement qui aurait été lent et silencieux si elle n'avait pas été surprise par cette arrivée soudaine. Toutes activités illicites sont suspendues.

Elle n'a rien mangé, par manque d'envie. Elle préférerait chasser dans les bois derrière la maison familiale, lorsque la neige craquait sous leurs pieds et qu'ils devaient redoubler de vigilance. Et il y avait son amie...

Les dernières demandes de Tobias résonnent curieusement, comme s'il s'apprêtait à lui faire de lourdes révélations : « On doit parler toi et moi ; j'ai discuté avec Alyssa ; approche-toi, princesse. » Dixie n'aime pas ce surnom : princesse. Ça lui donne l'impression d'être une enfant à qui on doit protection éternelle. Une enfant fragile. Dixie n'est pas habituée que son père veuille parler sérieusement. Même lorsqu'il disparaît pour des missions, elle reste sans nouvelle, il ne prévient pas et ne lui indique aucune directive, car ce n’est pas lui qui donne les ordres. La gamine doit généralement se débrouiller d’elle-même ou avec Alyssa. Si son père n’était pas si dévoué et utile, elle pourrait lui reprocher davantage ses longues escapades ; elle pourrait même soupçonner qu’il prend plaisir à s’éloigner d’elle tant son coeur d’enfant est offensé. Dixie se demande néanmoins ce qui doit être si important pour que son père juge discuter avec Alyssa en premier plutôt que elle, plutôt que les deux ensemble. Que cherche-t-il à ménager? Est-elle encore considérée trop jeune pour comprendre les rouages déterminants de cette vie d'adulte? Elle pourrait lui reprocher de ne pas faire tomber Seth pour lui voler son trône. Rancœur de gamine ; mais une tête sur les épaules pour comprendre que ça prend des alliés. Pourquoi son père n'agit-il pas? Elle reproche silencieusement beaucoup de mauvaises décisions.

Si son père s'ouvrait davantage sur ses motivations, sans doute qu'elle serait restée sage jusqu'à ce que son départ soit annoncé. Mais ce n'est plus le cas. La gamine est prête à réagir, même si elle doit dangereusement approcher Seth, même si elle doit fuir pour que son père quitte cet endroit pour tenter de la retrouver. Dixie ne veut pas s'approcher parce qu'elle ne veut pas minimiser son ressentiment. Elle veut que ce dernier soit flagrant comme un feu de détresse. La gamine n'écoutera pas sans réagir.

Elle fait quelques pas, garde une bonne distance, se balance sur ses talons qui ne font point craquer le sol tant elle est légère. Ses yeux se sont habitués à voir les cigarettes aux lèvres de son père ; son nez c'est habitué à l'odeur qui irrite ; ses poumons se sont habitués à la fumée secondaire. Sans oublier ses propres vêtements qui se sont imprégnés de l'odeur de son père et de cet endroit.

- Promets-moi que tu ne vas pas disparaître comme les dernières fois.

Une phrase simple, mais pourtant éloquente. La jeune Whitemort est visiblement contrariée, elle ressent de plus en plus le manque de la présence de son père. Une pointe de jalousie sans doute, mélangée à l'inquiétude absurde qu'il ne sache se débrouiller avec les monstres. De la jalousie parce qu'il a cette chance inestimable de sortir au-delà de l'aéroport plus souvent que la majorité. Mais son père est un bon tireur, il saura toujours se défendre et se débrouiller… sauf lorsqu'il reçoit des directives et qu'il perd toute notion du libre arbitre.

- Ça fait longtemps que tu ne m'as pas amenée chasser.

Finalement, c'est une bonne chose qu'elle ne se soit pas assise, car elle se déplace vers son lit. En-dessous, elle agrippe une bretelle et tire sur celle-ci pour faire émerger un sac qui, aurait-on cru, semblait prendre la poussière, impatient qu'on le fasse sortir de là. Elle le soulève comme s'il pesait trois tonnes de plus que sa propre corpulence. Il tombe dans un bruit sourd sur la table où elle le montre à son père, sans fierté. Oui, son sac est prêt. Seulement, son regard est rempli d’une détermination noire de reproches (à quand ce départ, papa?) Une fuite secrète dont son père pourrait être mal à l'aise si on entendait le moindre écho ; raison pour laquelle ce sac est positionné en évidence, même si quelqu’un pourrait rentrer à tout moment. Le temps presse.

- Donne-moi l'espoir que nous serons à nouveau une famille et que nous serons tous les trois en sécurité. Ensuite j’écouterai ce que tu as dit à Alyssa.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 437
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

I'm not asking, we're doing it. X0TurS630 / 5030 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ227 / 5027 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU723 / 5023 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
02.08.19 11:27
La voir se balancer sur ses talons, c’est presque révélateur d’une bêtise qu’elle a faite. Ou qu’elle n’a pas encore fait d’ailleurs. Tobias a bien vu ce mouvement mais il n’a pas eu le temps de réagir, ou n’a peut-être pas voulu relever ce détail. Trop préoccupé par le reste du monde, il ne fait plus vraiment attention aux petits problèmes que sa fille peut avoir à longueur de temps à vivre ici. Des choses qui lui paraissent si insignifiante qu’il n’imagine même pas ce dont il peut en ressortir.

“ - Promets-moi que tu ne vas pas disparaître comme les dernières fois.”

Cette phrase est tranchante. Se rend-t-elle compte du pouvoir que ses mots ont sur son père ? Tobias a été brisé de se retrouver si loin de ses filles, pendant trois semaines. Jamais il ne l’aurait fait de son propre plein gré, et jamais il ne pourrait le refaire. Encore moins dans ces conditions ; en les laissant en proie à des monstres bien plus grands et forts qu’elle. Il avait simplement baissé le regard -comme prit la main dans le sac, puis un mouvement négatif de la tête avait suffi pour toute réponse. Non, il ne compte pas disparaître encore une fois ; du moins, pas de suite. Ce n’est pas le sujet qu’il va exploiter avec elle. Tobias reste sur sa première idée ; Dixie ne soit pas savoir qu’il compte retourner chez les protecteurs après les avoir mises toutes les deux en sécurité à Highgate.

Lorsqu’il redresse le visage, elle vient de reprendre la parole. Parle de quelque chose qui le renvoie dans le lointain souvenir ; des parties de chasses où il adorait se perdre avec sa fille. Il se souvient des premiers bonds qu’elle avait fait -bébé- lorsqu’elle avait entendu pour la première fois des coups de feu. De ses grands yeux écarquillés comme si c’était le monde qui était tombé. Et aujourd’hui, il la regarde ; ses yeux bleus entourés de ces longs cheveux blonds qui sont tant semblables à ceux de ses parents. Plus les mois passent, et plus il voir les ressemblances frappantes entre sa femme et sa fille. Plus les changements opèrent, plus il a mal lorsqu’il la regarde.

Tobias n’as pas oublié la dernière fois où il a vu le visage de sa femme. C’est peut-être ça qui fait autant mal après tout ce temps ; il n’a pas été capable de passer outre le moment où il a du lui éclater le crâne pour qu’elle ne se relève pas. Ses sentiments, et sa trahison envers Tennessee, n’y sont pas pour rien non plus. Au contraire. Pourquoi a-t-il tant l’impression de trahir Dixie, lorsqu’il était avec elle ? Parce que plus il voit sa fille, plus il voit sa femme. Meurtris, il le sera toujours malgré les sentiments qu’il peut avoir pour une autre. Il veut tourner la page de l’aéroport alors qu’il n’est pas complètement prêt à tourner la page de ce mariage mort il y a bien fort longtemps.

“ - Ca fait longtemps que je n’y suis pas allé non plus…” Il admet sans quitter les yeux de la jeune femme. Depuis combien de temps n’est-il pas simplement sorti pour profiter de l’extérieur ? “ Qu’est-ce que tu fais ?”

Il demande, mais n’a aucune réponse jusqu’à ce qu’il la voit tirer sur la bretelle cachée. Si Tobias aurait préféré une simple réponse avec des mots, il a l’impression de rebondir à la place du sac lorsqu’elle le laisse tomber sur la table. L’homme a regardé le tissu rempli des affaires nécessaires à sa fille, puis lui a jeté un regard presque blasé de l’avoir sous les yeux. Une preuve de plus qu’ils sont tous les trois près à partir. Quand sa plaie sera guérie et qu’il n’aura plus besoin de changer de pansement tous les jours ; c’est à ce moment-là qu’ils partiront pour de nouvelles aventures.

“ - De l’espoir ?” Il répète après elle. Mais ce mot doit lui brûler bien plus la gorge à lui qu’à elle. “ C’est la réalité. Bientôt, on sera en sécurité…” La vérité à moitié dévoilées. “ Tous les trois.”

Mensonge. Tobias ne se serait pas cru capable de prononcer ces mots en la regardant droit dans les yeux, et c’est pourtant ce qu’il a fait. Il n’a pas détourné le regard parce qu’elle aurait senti le mensonge venir. Dixie est intelligente -peut-être même un peu trop pour son âge des fois. Du moins, c’est ce derrière quoi Tobias se cache lorsqu’il lui arrive d’être coincé à cause de la maturité de sa fille. Elle a grandit vite, bien trop vite dans ce monde apocalyptique.

“ - Est-ce que tu savais, qu’elle tenterait de se rendre là-bas d’elle-même ?” Tobias est obligé de demander, même s’il se doute que sa fille ne balancera pas sa soeur de coeur. “ Elle aurait pu se faire prendre, et ça aurait pu être un véritable carnage…”

Il parle de ça en imaginant ce qui aurait pu arriver si Alyssa s’était rendue là-bas seule. S’il ne l’avait pas retrouvé avant que les choses ne prennent une mauvaise tournure. Mais ce jour-là, il fut bien heureux que Dixie ne soit pas présente avec eux. Il a pu parler à la plus âgée de deux filles avec un coeur plus ouvert ; cela n’est pourtant pas la preuve qu’il a plus confiance en Alyssa qu’en Dixie. Il voit simplement l’une comme une adulte, et l’autre comme une enfant.

“ - Ca aurait pu tout foutre en l’air.” Il recrache la fumée de sa cigarette en faisant tomber la cendre dans le cendrier posé à côté du sac imposant de Dixie. “ Mais c’est pas grave...” Tobias baisse les yeux, pensant le faire une fraction de seconde alors qu’il ne parvient pas à redresser son regard pour le poser sur sa fille. “ Tu vas être tranquille là-bas, pas vrai ? “

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. Cyq0

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

I'm not asking, we're doing it. Iehm

Messages : 314
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

I'm not asking, we're doing it. X0TurS617 / 5017 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ218 / 5018 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU711 / 5011 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
03.08.19 0:51
« Ça aurait tout foutu en l'air. » La plus jeune bloque sur cette révélation, sur le plan concret inavoué de son père. Sur cette chose qui aurait été « foutue en l'air », non sur les agissements de Alyssa. Ne voit-il pas que Alyssa est épuisée d'être parmi ces gens?

On pourrait croire que, parce que Dixie est plus jeune, son adaptation est plus difficile, mais ce n'est pas le cas. Dixie, silencieuse et petite, s'éclipse aisément pour éviter des situations, se sauver de tâches qui la répugnent. Souvent, par sa jeunesse, les hommes l'ignorent, car elle est insignifiante, mais les mères émues lui donnent parfois à manger. Elle n'a pas honte de recevoir cette nourriture. Mais pour Alyssa, la vie doit être pénible. Et il arrive que Dixie souhaite se glisser dans le lit de sa sœur de cœur simplement pour qu'elles soient unies loin des cauchemars. Chose qu'elle ferait loin des yeux à son père. Alyssa n'aurait rien gâché si elle avait choisi de partir ; elle l'aurait fait pour une meilleure vie. Et elle l'aurait fait parce que Tobias était trop lent à prendre les choses en main pour les protéger. Que Dixie puisse l'avoir su ou non, ça n'a aucune importance. Si Alyssa était prête, c'était assurément pour une bonne raison. Et Dixie se convainc que Alyssa aurait trouvé une nouvelle solution pour les aider. Autrement, Dixie aurait certainement été vexée d'être abandonnée, autant par son père que sa soeur. Si Tobias prenait le temps d'écouter leurs opinions, peut-être aurait un œil renouvelé sur la situation, qu'il envisagerait les choses autrement. Mais Dixie est perçue comme une petite fille.

- Je crois en toi papa. Nous formerons à nouveau une famille.

Elle insiste, avec précision, même si elle ne parvient pas correctement à percevoir si son père lui ment impunément. Elle insiste néanmoins pour lui faire comprendre son état d'esprit.

Voilà pourquoi elle sait se montrer patiente. Qu'elle sait que, malgré tout, son père les protégera. Alors pour prouver ses dires, et malgré sa tête de mule, elle s'approche. Lorsqu'elle se penche vers lui, c'est pour enlacer son cou malgré la forte odeur de nicotine. Très fort, ses bras étreignent Tobias. Elle aime son père de tout son cœur. Et son cœur est à la fois solide, fragile et sauvage. Une pression qu'elle maintient, les yeux fermés, la joue contre l'épaule de papa. Elle veut le rassurer, lui faire comprendre que Alyssa aussi l'aime malgré un puissant désir de partir. Un câlin qui se veut aussi une distraction, parce que Dixie est une enfant pleine de surprises. Elle veut assurer les arrières de sa sœur pour changer le mal de place, mais aussi pour aider son père dans sa quête de gagner la confiance du chef… sans recevoir des coups, sans avoir les traits abattus constamment. Alors Dixie, elle monte un mensonge à son tour, mais avec des traits relativement sérieux.

- Papa, commence la gamine en se reculant. Je dois te dire quelque chose.

Elle vient s'asseoir sur l'autre chaise, une jambe repliée, l'air innocent et piteux, comme si elle avait fait une terrible bêtise.

- J'ai eu peur d'en parler à Alyssa… mais j'ai rencontré un garçon ici. Il…

Elle joue de ses doigts sur la manche de son propre chandail, comme si elle cherchait ses mots, mais là petite sait déjà avec exactitude ce qu'elle va prononcer ; ses yeux brillent de larmes, soit parce qu'elle croit elle-même son mensonge, soit parce qu'elle a terriblement mal de mentir à papa :

- Il m'a fait des promesses et a voulu me convaincre de partir d'ici avec lui.

Elle détourne le regard, presque destinée à le faire à ce moment-là, précisément. Mais elle semble si dépassée, pareillement aux autres fois où son père était vital à son bonheur, vital à sa sécurité. Une vraie boule d'angoisse se forme dans son ventre. En même temps, c'est dur de jouer avec la vie d'un innocent, une personne devenue son ami. Elle le fera pour faire oublier à son père que Alyssa voulait partir. Elle le fera pour aider doucement son père à avoir une ouverture.

- Papa… j'ai besoin que tu me dises quoi faire.

[ Dans le cas où il ne ferait rien, elle est prête. ] Elle relève ses billes bleues vers lui. Soit elle dénoncera ce garçon, le fera pour attiser la sympathie et montrer que la famille Whitemort mérite sa place… avant de filer en douce. Soit Tobias le mettra aux pieds de Seth pour montrer sa vigilance aux allégeances : si ce garçon incite sa fille à partir, c'est qu'il représente une menace pour la sécurité des protecteurs. N'est-ce pas exactement ce que souhaite faire Tobias avec ses propres filles? Ce n'est pas là un allié dont son père a besoin, mais c'est un atout considérable. Elle essuie un œil de sa manche, car les larmes ne coulaient pas. Et Dixie se doute d'une chose : son père n'osera jamais la laisser partir avec un inconnu... à moins qu'elle ne fasse germer un nouveau plan secret dans la tête de l'homme.

- Parce qu'il me plaît beaucoup et je sais que je pourrais avoir envie de partir avec lui si la pression devient trop grande ici. J'aimerais être tranquille loin d'ici.

Cette fois, elle regarde la clope comme si c'était l'élément gênant de la discussion, comme si c'était cette odeur qui faisait rougir ses yeux sensibles.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 437
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

I'm not asking, we're doing it. X0TurS630 / 5030 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ227 / 5027 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU723 / 5023 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
05.08.19 19:02
Elle croit en lui, et c’est peut-être la pire des bénédictions qu’il ait reçu ces dernières années. Parce que trahir Tennessee et Highgate l’a brisé, il sait qu’il ne pourra pas se relever après avoir trahi sa fille. La laisser là-bas seule avec Alyssa n’est peut-être pas la meilleure idée, mais c’est la seule qu’il a réussi à trouver pour les éloigner de toutes ces merdes que l’on trouve à l’aéroport. Au final, il se sacrifie quitte à tout perdre, pour qu’elles puissent avoir un avenir qu’ils ne peuvent leur offrir dans cet endroit. Il se tente de se convaincre de ça, Tobias, parce qu’il ne pourra jamais se faire à l’idée de ce qu’il est sur le point de faire. Est-ce qu’il a l’air de la regarder comme s’il avait peur de l’oublier ? De la perdre ? Parce que c’est ce qui risque d’arriver. Ils sont une famille, et pourtant, n’auront jamais autant été séparés. Par les mots, par les actes, et par la distance. Une peine, condamnation à mort.

Elle recule et une nouvelle fois, ce n’est pas bon signe. Tobias avait redressé le visage vers elle, alors qu’il avait encore une fois regardé le cendrier. Prêt à écouter ce qu’elle a à dire. S’attendant au pire sans jamais pouvoir ne serait-ce qu’imaginer quelque chose qui s’approche de la vérité. Lorsqu’elle s'assoit, elle ne paraît pas beaucoup changer de taille ; elle a tellement grandis qu’il en oublierait presque l’âge quel a aujourd’hui. Ces discussions qu’ils auraient du avoir depuis longtemps ne lui traversent même pas l’esprit. Parce que Tobias ne voit pas le monde comme une enfant, même aussi mature qu’elle soit, il est incapable de deviner les problèmes et pensées qu’elle peut avoir.

“ - J'ai eu peur d'en parler à Alyssa… mais j'ai rencontré un garçon ici. Il…” Son sourcil droit s’est levé bien plus haut qu’il ne l’avait jamais fait. “ Il m'a fait des promesses et a voulu me convaincre de partir d'ici avec lui.” La bouffée de tabac qui est entrée dans sa gorge semble bloquer dans ses poumons. Le regard de Tobias n’arrive pas à s’enlever de la vision de sa fille, sans même déceler le stress qui la hante lorsqu'elle trifouille son chandail. “ Papa… j'ai besoin que tu me dises quoi faire. “ Elle semble avoir peur de ce qui pourrait arriver, de ce qu’elle pourrait faire, mais lui est encore incapable de voir. De ressentir. “ Parce qu'il me plaît beaucoup et je sais que je pourrais avoir envie de partir avec lui…”

Tobias n’entend pas le reste de sa phrase car tout ce qu’il retenait dans ses poumons vient de s’échapper. Et pas de la meilleure façon possible ; Whitemort se met à tousser comme s’il avait avalé le plus piquant de tous les piments. Une toux si intense qu’il en vient même à lâcher sa clope qui termine dans le cendrier par miracle. Une toux qui le pousse à se lever et à directement chercher la bouteille d’eau posée près du lit où il dort. Tobias en boit une gorgée comme si ça allait calmer le feu qui le hante, ferme ses yeux alors que ces derniers se sont embués et mis à rougir sous la pression que son corps a ressenti lors de cette toux. Il se remet. Lui n’accuse pas la cigarette.

“ - T’es sérieuse ?” C’est tout ce qu’il arrive à dire avant de pouvoir se retourner pour la regarder. Il ne sait pas quoi voir ; sa petite fille, une adolescente, ou une jeune femme ? “ Je t’assure que t’as intérêt à ce que ce soit une blague, Dixie, parce que j’rigole pas avec ces choses là.”

Est-ce qu’il parle de la fuite, de l’abandon qu’elle pourrait faire en les laissant derrière, ou tout simplement de cette relation dont il n’avait pas la moindre connaissance ? Subitement, Tobias se met à repenser à ce qu’a pu lui dire Esther lorsqu’ils se sont vus la dernière fois ; ta fille est grande. Dixie a grandit bien trop vite, il ne s’en est même pas rendu compte. Peut-être qu’il n’a pas eu envie de le voir non plus. Après tout, ça n’a pas été facile non plus avec toutes ces absences. Que ce soit pour le compte de Seth, ou lorsqu’il s’est retrouvé enfermé à Highgate ; il a manqué tellement de choses.

“ - Vaut mieux pour toi que le nom de ce type comme pas par un W, et qu’il soit pas borgne, Dixie…” Sa voix est menaçante ; mais sur le niveau d’un père à sa fille. L'inquiétude et la colère le prennent à moindre mesure. “ Quoi que ça faciliterait les choses. Histoire de donner son cul à Seth, pour lui apprendre les bonnes manières..” Tobias se rapproche de la table, attrape sa cigarette et vient une nouvelle fois tirer dessus. Si elle était éteinte, il en aurait rallumé une. Voit-elle, comprend-t-elle dans quel état elle vient de mettre son père ? “ Tu sais ce qu’on fait aux gens ici, qui veulent se barrer ?”

Tobias connaît le genre de punition qu’adore donner Seth. Il sait qu’il a été chanceux d’avoir seulement cette partie de lui en moins. Certain n’auront plus jamais la possibilité de se défendre ; doigts coupés ou complètement broyés, jambes abimés si on a de la chance.

“ - Putain, c’est avec ta mère que t’aurais du parler de tout ça…” Il soupire, passe le dos de sa main sur son front pour chasser la sueur qu’elle vient de faire apparaître en quelques secondes. Il se mélange. Trop de discussion à aborder en si peu de temps. “ Mais j’veux pas le savoir… tu peux pas partir comme ça avec un attardé ! Tu comptes faire quoi après, hein ?”

Son corps bat à en rompre sa poitrine. Il panique, et Tobias ne sait pas s’il doit pleurer ou rire de la situation. Dixie a été assez intelligente -ou manipulatrice, pour en parler maintenant. Dans quel état il n’aurait pas été s’il s’était rendu compte qu’elle était partie du jour au lendemain. Sans Alyssa, sans lui. Il est le traître et c’est lui qui se plaint d’avoir mal des pensées de sa princesse.

“ - Je t’ai dis qu’on allait partir, et c’est pas suffisant ?” Il demande, piétine parce qu’il est incapable de se rasseoir maintenant. “ T’as envie de revivre dans la rue ? Ca t’as pas suffit, sérieux ?”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. Cyq0

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

I'm not asking, we're doing it. Iehm

Messages : 314
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

I'm not asking, we're doing it. X0TurS617 / 5017 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ218 / 5018 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU711 / 5011 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
06.08.19 0:08
L’effet voulu est obtenu. L’homme réagit plus qu’il n’aurait pu le faire ces dernières semaines. Les yeux de Dixie sont rivés sur le paternel, le regardent s’étouffer avec la nicotine, se lever brusquement pour retrouver ses esprits. Une pointe de fierté malicieuse brille dans les yeux de la petite, derrière les larmes à moitié sincères. Son père tient toujours à elle. Oui, elle semblait en douter depuis un moment. Elle savoure l’expression qu’elle analyse, profite de ces quelques secondes où il ne pense qu’à elle, qu’il est ancré dans le moment présent sans réfléchir à une quelconque mission pour Seth. Elle est rassurée, dans un sens, même si elle ne s’y prend pas de la meilleure façon. Elle déteste se faire appeler princesse, déteste être la gamine qu’on doit protéger, mais elle ne crachera jamais sur l’amour que son père peut lui offrir ; même qu’elle ne peut vivre sans ça, qu’elle le réclamera toujours ardemment. Surtout que Tobias doit en offrir deux pour deux ; puisque sa mère est morte.

Sur le moment, elle ne semble pas réagir lorsqu’il parle d’un borgne. Les traits de son visage pourraient même donner l’impression qu’elle grimace. Mais lorsqu’elle comprend, elle secoue négativement la tête. Winter, sérieusement? Éprise d’un frisson, elle roule vaguement des épaules. Une preuve à peine perceptible que les hommes ne sont pas sa priorité dans la vie, jeune fille encore innocente. Son mensonge, au moins, était ficelé, mieux pensé, aucune trace d’incertitude ou de dégoût. Elle ne pense pas à Winter de cette façon. Si elle pense à Winter, c’est sa main qui lui démange lorsqu’il ose toucher ses cheveux ne serait-ce que du bout des doigts. Elle pourrait le frapper pour ça. C’est d’ailleurs d’un ton un peu offusqué et brusque qu’elle répond :

- Non.

Mais le dégoût sur le visage de Dixie semble d’autant plus prononcé lorsque Tobias approche, l’air soudainement hébété. Est-ce que son père fait un malaise, va-t-il perdre connaissance? Dixie, les yeux toujours posés sur lui, devient inconfortable sur sa chaise. Elle redoute de le voir tomber sur cette table, emportant l’énorme sac avec lui dans la chute. Elle n’est pas prête à ça. Les mots qui suivent créent un instant de panique, lui rappellent qu’elle ne souhaite pas avoir 16 ans, jamais. Le père dit : « Putain, c’est avec ta mère que t’aurais dû parler de tout ça… » Pas ça, par pitié… Elle voudrait boucher ses oreilles, voudrait se cacher sous la couverture. Elle préférerait de loin entendre ces choses - cet apprentissage qui pointe le bout de son nez - de la bouche de Alyssa. Trop bizarre venant de son père. Que pourrait-il trouver à dire exactement? Elle espère qu’il fera comme d’habitude, lorsque les sujets sont trop sérieux : garder le silence et attendre que le sujet soit oublié ; du moins, oublié en surface, alors qu’il se plonge dans le déni. La colère revient ; les avertissements concernant la puberté et la sexualité disparaissent. Elle est soulagée, ses épaules retombent légèrement.

Elle enchaîne aussitôt :

- Je ne rigole pas. J’ai une vie aussi papa, le monde n’arrête pas de tourner lorsque tu n’es pas là. J’apprends à faire autre chose qu’attendre, même si ça implique de rencontrer un garçon.

Tobias sera bien heureux qu’elle omette, pour le moment, de mentionner qu’elle peut laisser entrer de nouveaux hommes dans sa vie, maintenant qu’il est constamment absent. Et elle ne reproche pas encore : tu le saurais, si tu avais été là. Elle garde cette bombe, au cas où. Elle avoue ces mots avec délicatesse, mais avec une sincérité qu’elle parvient rarement à résorber. Comme elle se montre rude - et particulièrement franche - elle baisse les yeux sur la table, cette fois plus consciente qu’elle pourrait réellement le blesser par ses paroles crues. Et malgré son petit côté farouche, le fait de baisser les yeux prouve d’une certaine façon qu’elle est sensible aux reproches de son père. Elle est encore jeune, malgré ce qu’elle démontre. Et ça fait mal d’être coincée dans une semi vérité pour le bien de cette famille. Mais l’effet escompté était là : montrer à son père qu’elle existe, qu’il doit redoubler d’efforts, qu’il doit à tout prix les faire sortir. Sinon, il perdra ses deux filles simultanément, chacune en fuite vers une destination inconnue pour fuir l’aéroport.

- Cet attardé, papa, était là pour moi quand tu n’étais pas là.

Elle se retourne sur sa chaise, croise à nouveau le regard de son père. Elle le voit transpirer, le voit paniquer. Intérieurement, elle veut l’énerver davantage, soit pour l’obliger à passer à l’acte, soit pour le tourmenter pendant qu’elle passait des nuits à s’inquiéter de son sort : avec raison vue son état.

- Non, le dire n’est pas suffisant. On attend un miracle ou une tragédie pour agir? On va sortir les pieds devant si ça continue.

Il est dur pour elle d'envisager les représailles dont son père la met en garde ; son courage est parfois aveugle. Sans le savoir, la petite utilise des mots que Tobias a sûrement un jour entendus, récemment par ailleurs, peut-être même aujourd’hui... Une expression qu’elle ne devrait pas connaître d’ailleurs, mais qu’elle a entendue dans les couloirs, parce que les hommes parlent de leurs périples, parlent des morts, des meurtres, des macchabées qui se lèvent, et ce, sans pudeur. Dixie, elle écoute, elle reproduit. Elle parle de mort avec bien trop de facilité pour une fille de son âge. Cette communauté - cette prison plutôt - obscurcit son âme. À cet instant, elle prend un coup de vieux, mais aussitôt les paroles prononcées, elle retrouve les traits angéliques et doux de sa mère.

- Dis-moi ce que je dois faire, ce que tu comptes faire de moi. La rue sera toujours mieux qu'ici.

La petite, elle insiste, à la fois pour sa question, à la fois pour les informations que Tobias voulait lui transmettre. Qu'est-ce que Alyssa ça sait qu'elle ignore? Par où commencer? Elle attend des instructions que son père ne lui offrira jamais. Elle veut ce droit... celui de partager les informations des adultes. Avec la crainte qu'elle quitte avec ce garçon, peut-être évitera-t-il de tourner autour du pot pour mettre les mots justes sur ses actions, pour une fois. Dixie pourrait presque se féliciter d'avoir attendu une ouverture pour balancer son mensonge. À la fois intelligente et aidée par le hasard.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 437
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

I'm not asking, we're doing it. X0TurS630 / 5030 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ227 / 5027 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU723 / 5023 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
11.08.19 10:43
Un homme qui a su aimer, qui n’a su que toucher deux femmes dans sa vie, n’est certainement pas le bon pour donner des conseils et une bonne leçon sur la vie à une jeune femme. C’est profondément ce qu’il pense, Tobias. Avec sa femme, les choses avaient été mises claires dès le début ; elle s’occuperait de toute cette partie là de la vie de Dixie. Jamais avant il n’avait pris autant conscience de ce que la mort de sa femme pouvait impliquer pour le développement de sa princesse. Au final, ce genre de conversation qu’il voudrait à voir n’a rien avoir avec la sexualité. Parce que lui ne pourrait parler que de sentiments ; c’est la seule chose qu’il a su exploiter et comprendre dans sa vie. Il interdirait à sa fille de toucher un homme -ou une femme- jusqu’à ce qu’elle soit réellement assez grande pour comprendre ce que ça implique. Lui et sa femme ne l’ont été que plus tard. Quinze ans ; le monde ne tourne déjà plus rond, mais Tobias ne se souvient pas d’avoir été aussi précoce.

Whitemort est si perturbé qu’il n’a même pas fait attention au fait qu’il l’ait mentionné. Depuis combien de temps n’a-t-il pas été capable de parler de sa femme, devant Dixie ?

“ - Je ne rigole pas. J’ai une vie aussi papa, le monde n’arrête pas de tourner lorsque tu n’es pas là. J’apprends à faire autre chose qu’attendre, même si ça implique de rencontrer un garçon.”
“ - Et ça doit nécessairement impliquer le fait de partir sans nous aussi ?”

Les mots sont sortis si vite de sa bouche, qu’il n’a fait attention à la première partie de la phrase de Dixie qu’après. Alors, il n’a pu s’empêcher de la regarder en plissant légèrement la paupière. Que va-t-elle penser de l’expression qu’il a eu sur le visage ? Parce qu’au fond, il est attristé de se rendre un peu plus compte du fossé qu’il a lui-même créé avec ses filles. Ses absences beaucoup trop nombreuses, beaucoup trop longues. Ces quêtes stupides pour l’homme à la batte qui ne mènent qu’à un bain de sang. Aujourd’hui plus que jamais il a l’impression d’avoir perdu quelque chose. La petite fille qu’il idéalise tant dans sa tête n’est plus là désormais ; place à l’adolescence merdique.

Elle a raison, Dixie ; qu’est-ce qu’ils attendent pour agir ? Rien de plus qui n’est déjà tombé, sauf le bon moment, la bonne occasion. Parce que la tragédie a déjà commencé sans qu’aucune des deux ne s’en soient rendus compte. C’est principalement ce dont ils ont parlé avec Alyssa ; la menace plus que présente et oppressante maintenant que Tobias a déjà ressenti les premières vibrations du choc qu’il a commis en s’alliant à Highgate. Mais est-ce que cette alliance tient toujours, d’ailleurs ? Parce que c’est sur ça que tout repose ; une confiance aveugle qu’il a en cette femme qu’il a déjà trahi. Tout repose sur le simple fait qu’elle prendra soin des filles pendant que lui restera à l’aéroport pour s’occuper des choses là-bas. Dans l’ombre. En sachant qu’il pourrait crever à tout instant. Mais au final, n’est-ce pas la meilleure des façons de mourir ? Partir, pour sauver les gens qu’on aime.

“ - Dis-moi ce que je dois faire, ce que tu comptes faire de moi. La rue sera toujours mieux qu'ici.”

Cette douceur. Il pourrait croire entendre sa femme parler, lorsqu’elle était à la maison. En dehors, elle était bien trop dur avec le reste du monde pour être si tendre. Et lui, à l’instant présent, ça l’oblige à fermer les yeux. A soupirer, laisser ses épaules se détendre pour retourner s’asseoir sur cette chaise. Écraser sa cigarette, et en rallumer une. Parce qu’il va répondre à ses interrogations, même les plus silencieuses. Mais surtout, parce qu’il sait qu’il va omettre le plus précieux des détails.

“ - On attend plus rien du tout…” Il souffle, comme si ces mots étaient durs à prononcer. En fait, il n’ose même pas la regarder. Alors, il garde la tête baissée, les yeux fermés. “ Ca va se faire… d’ici quelques jours, on va le faire.” Une date vient de tomber. Pas précises, mais pourtant proche. D’ici quelques matins, les filles se feront réveiller tôt pour prendre leur sac et partir. “ C’est ce dont on parlait avec Alyssa. Parce que les choses ont changés…”

Lorsqu’il redresse son regard sérieux sur sa fille, Tobias sent que des mots ont envie de sortir mais qu’il est incapable de les prononcer. Comment expliquer à sa fille qu’il a déjà trahi Highgate, et qu’il a déjà reçu le premier avertissement de Seth en lui coupant un morceau de son corps ? Parce que Seth ne donne pas d’avertissement, d’habitude. Personne n’a le droit à l’erreur dans cet endroit de malheur. Et lui va traverser une nouvelle fois la ligne de la trahison ; sauf que Tobias ne peut pas sauver tout le monde. Ses filles, et Highgate d’un côté, Seth de l’autre. Un monde coupé en deux.

“ - On a plus le choix de partir. Tu comprends c’que ça veut dire ?” Pendant quelques instants, Whitemort attend, comme s’il voulait un signe physique de la part de sa fille pour montrer qu’ils sont sur la même longueur d’onde. “ On va mourir, si on reste plus longtemps là.”

Son coeur bat plus fort. Il ne manque pas un battement, non. Il bat avec plus de férocité, une unique fois, comme s’il voulait faire à comprendre à Tobias que c’est ce qu’il ressentira, une dernière fois, au moment où la batte de Seth atterrira sur son crâne pour être massacré. Il n’a pas envie de voir ses visions cauchemardesques devenir réelles. N’a pas envie de voir Dixie, Alyssa, Tennessee, ni-même Noah se faire massacrer à cause de l’aide qu’il a donné au Grand Méchant Loup. Tobias voudrait que tout le monde s’en sorte en vie. Mais le plus important, c’est le petit bout de femme face à lui.

“ - Tu te souviens de Tennessee ?” Bien sur que oui. Il demande, comme s’il avait besoin de s’expliquer, mais ce nom lui brûle la gorge comme s’il avouait une liaison extraconjugale face à sa femme. “ Elle va nous attendre là-bas. Et va falloir qu’on les aide… Parce qu’on peut pas marcher sûr Highgate, tu comprends ? J’peux pas laisser Seth massacrer cette communauté.”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. Cyq0

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

I'm not asking, we're doing it. Iehm

Messages : 314
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

I'm not asking, we're doing it. X0TurS617 / 5017 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ218 / 5018 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU711 / 5011 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
11.08.19 16:21
- T’es toujours mon père.

Dixie est pleinement consciente des mots qu’elle utilise, même si parfois ils sortent rapidement de sa bouche. Une fois entendus, elle les assimile, les digère à nouveau, puis les comprend. Même si elle ne s’excuse pas toujours, elle sait que certaines paroles blessent. Dire à son père qu’elle voulait partir sans lui n’était pas agréable. D’ailleurs, elle ne le pensait pas vraiment. Elle ne supporte plus de le voir partir. Mais elle n’avait pas le choix. Parfois il faut agir sans attendre. Les enfants aussi ont la possibilité d’enseigner des leçons de vie à leurs parents - son père, dans ce cas-ci.  

« T’es toujours mon père. » Un long silence succède à cet aveu, comme si c’était une autorisation, comme s’il avait demandé la permission en venant dans cette pièce aujourd’hui. Est-ce le cas? Se croit-il indigne d’être le père de deux jeunes filles laissées pour compte? Loin d’être indigne, il est seulement différent des autres pères. Il apprend à jouer le rôle de mère en gardant ses distances. Et contrairement à beaucoup de pères, il est parvenu à garder ses enfants en vie. Un luxe que peu de parents possèdent encore. C’est ce que Dixie présume. Parce qu’il ne parle jamais de maman avec elle. Et ça lui fend le coeur lorsqu’il le fait. Elle sait qu’il regrette de penser à elle, sait qu’il parle trop vite et s’en mords les doigts quand il la mentionne. C’est toujours par erreur, jamais volontairement. Pourtant, c’est ce que Dixie a toujours voulu. Une conversation à coeur ouvert avec son père. « T’es toujours mon père. » Il n’a pas besoin de formuler la question. Elle l’a dit, maintenant il le sait.

- Peu importe ce qui est arrivé.

Son père restera son père, même s’il n’est peut-être plus entier. Elle ne précise pas ce que ça veut dire, si ça implique une quelconque blessure, si ça implique une quelconque absence, si ça implique un quelconque choix. Elle ne précise pas ce qu’elle pourrait éventuellement savoir. Les murmures dans les couloirs ne sont pas toujours véridiques. Quelles blessures son père a-t-il enduré pour sa famille? À quel point les endosse-t-il à lui seul? Peu importe de quoi il s’agit, la petite ne le prendra pas en pitié, ne fera pas une scène pour le blâmer, ne l’obligera pas à parler et ne cherchera pas à savoir si les rumeurs entendues son vrai. Elle voudrait tout savoir, bien sûr, voudrait qu’il soit honnête, mais accepte que certaines blessures soient impossibles à avouer ; par honte, peut-être. De ça, elle peut facilement s’en faire une idée, peut agir ultérieurement pour rehausser l’image de la famille. Carrément qu’elle se souvient de Tennessee ; elle soupçonne même ce garçon - qu’elle mentionne à l’instant à son père - d’avoir parlé de cette fille à Seth pour que son père soit puni.

- Vaguement. Pourquoi? demande-t-elle en amoindrissant volontairement le souvenir qu’elle peut avoir de cette femme.

Il explique brièvement. Elle reste de marbre, le temps d’un instant.

- On est une famille, mais on est aussi une équipe. Alyssa et moi, on fera ce qu’on doit faire, comme toujours.

Ses pommettes laissent entrevoir la naissance d’un sourire enfantin sur son visage. Une équipe ça travaille à l'unisson, quoique son père puisse en penser. Et s’il se refuse à lui dire tout ce qui le consume de l’intérieur, elle obtiendra les informations par Alyssa d’une manière ou d’une autre, désormais qu’elle sait qu’ils ont déjà eu cette conversation. Elle peut se montrer casse-pied lorsqu’elle le souhaite. Il peut compter sur elles. Là où elle veut en venir…

- Je suis beaucoup plus utile que tu le penses, papa. Tu peux continuer de me traiter comme une enfant de 8 ans, mais déjà à cet âge tu me voyais un peu plus comme une adulte. Je pouvais tenir une arme. Aujourd’hui je tiens la chandelle.

Voilà une expression qui parvient à l’amuser malgré la situation. C’est la première fois qu’elle peut l’utiliser dans un contexte qui correspond. Elle l’avait lue dans l’un des nombreux livres qu’elle a rangés en compagnie de Esther.

La petite sait que son père reste vague sur ses intentions. Si c'est ce qu'il désire... Elle se lève, quitte la table, remet le sac-à-dos à l'emplacement initiale sous son lit où il prendra la poussière. Quelques jours. Son père exécutera « ce plan » dans quelques jours. Elle y veillera personnellement s'il le faut. Mais parce qu'elle considère qu'ils forment une équipe, dans cette famille, elle va s'assurer que son père soit entièrement franc avec elle. La crise à demi disparue, elle retrouve un peu de son enthousiasme habituelle grâce aux révélations de son père. Comme quoi elle peut être plus à l'écoute qu'il ne l'imagine.

La gamine revient vers son père, souhaite sortir un peu dans les couloirs pour qu'il ne trouve pas lui-même le chemin de la porte pour fuir cette conversation qu'elle sait déjà presque finie. Elle refuse que son père se taise, refuse qu'il la mette à l'écart, refuse qu'il s'absente encore pendant des heures. Ça lui manque, ces moments de chasse, où les discussions étaient fluides, faciles, complices. Aujourd'hui, elle a l'impression qu'il préfère vivre ça avec d'autres. Si elle montre l'exemple, redeviendra-t-il un peu normal? Un rêve d'enfant brisé, l'un des rares auquel elle garde un semblant d'espoir.

- Moi aussi, j'ai des choses à dire, si tu es prêt à les entendre.

Elle tend la main pour l'inviter.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 437
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

I'm not asking, we're doing it. X0TurS630 / 5030 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ227 / 5027 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU723 / 5023 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
31.08.19 7:53
Tobias sait que rien ne changera le lien qui l'unit à sa fille, et pourtant, toutes les choses qui se passent depuis le début de l’apocalypse ne font que les éloigner un peu plus à chaque fois. Au fond, il est toujours son père, mais dans ce monde noir d'hémoglobine, la mort n’en a rien à faire de ce qu’ils peuvent être l’un pour l’autre. Tout ça ne compte que pour eux au final. Et ce qui compte pour lui, c’est que Dixie soutienne ses paroles. Qu’elle dise haut et fort, de façon claire et précise, qu’elle fera ce qu’il faut -comme d’habitude- pour survivre et aider sa famille. Elle est grande, sa fille, et à cet instant Tobias n’avait pas pu s’empêcher de redresser le visage pour la regarder. Il n’arrive pas à se détacher de cette petit fille de treize ans qu’elle était, lorsque tout a commencé. C’est lorsqu’il la regarde elle qu’il se rend compte que le temps a passé ; déjà deux ans dans ce monde de fou.

” - Je sais que tu es grande…” Tobias souffle cette phrase sans même penser à cette tournure de phrase au sujet de la chandelle. ” C’est pas parce que j’ai pas confiance en toi que je veux que tu restes en retrait. C’est parce que j’ai envie que tu restes en vie.”

N’est-ce pas tout ce pour quoi il s’est battu, depuis que les morts sont arrivés près de Montréal ? Tout était allé si vite à cette époque, que le temps aujourd’hui semble découler à une vitesse inférieure. Les jours paraissent des semaines, les semaines semblent des mois, et des mois deviennent des années entière. C’est les gens qu’on croise, et ceux qui disparaissent, qui montrent à quel point le temps passe. Parce qu’il est dévastateur, parce qu’il est immonde, le temps. Il prend sans laisser aux gens le temps de s’habituer. Et même si Tobias a toute confiance en ses filles -après tout, n’ont-ils pas vécu un ans tous les trois?- il lui est encore très difficile d’admettre qu’elles peuvent agir autrement que comme il le leur impose. Il voudrait les voir devenir vieilles et mourir d’ennuis. Ne veut pas creuser une tombe pour les enfermer à jamais ; il mourrait de ce désastre.

Le père de famille l’a regardé se lever, ranger ses affaires, cacher les preuves d’un délit qui n’est même pas encore commis. Que penserait Seth, si jamais il découvrait les trois sac à dos déjà préparés, à l’intérieur de ces quartiers ? Tobias sait qu’il perdrait bien plus qu’un morceau de lui-même dans ces cas là. Il a bien compris que la punition ultime serait de regarder ses filles mourir par un coup de batte de baseball entourée de fil de barbelé. Jamais cette vision ne doit arriver, et grâce à Dixie qui reprend la parole, il parvient à effacer ces images qui se collent à ses rétines à chaque fois qu’il a le malheur d’y penser. Le sang des Whitemort ne devra plus recouvrir le sol.

” - Moi aussi, j'ai des choses à dire, si tu es prêt à les entendre.” Elle tend la main, et lui la regarde comme s’il ne comprenait pas où elle veut en venir.
” - Si tu as des choses à me dire…” Tobias sait qu’il a creusé lui-même un fossé entre sa princesse et lui, mais ne se rend pas compte qu’il continue à le faire. ” Fais-le ici.”

Ce n’est pas parce qu’il n’a pas confiance en elle, qu’il ne veut pas la suivre. C’est parce qu’à l’extérieur de cette pièce, tous les murs ont des oreilles. Il n’aime pas être entendu par les autres parce que quoi qu’il se dise dans cette conversation, ça finit toujours par remonter aux oreilles de Seth. Pourtant, il voit dans le regard de Dixie que c’est le dernier moment de le faire. Il a peur, Tobias, peur de ne pas avoir le temps de les faire sortir de là. Pourtant, il finit par attraper la main de sa fille, jusqu’à ce qu’ils quittent ces quartiers. Car lorsque la porte se ferme à clé derrière eux, il lâche les doigts de sa princesse automatiquement. Parce que Tobias ne fait jamais vraiment preuve de douceur envers les autres ; c’est la carapace qu’il s’est créé pour être distant avec tous les autres. Peut-être que ça va blesser Dixie, autant que ça lui fait mal à lui d’avoir lâché ces doigts enfantins. C’est à cause de ça qu’il ne la regarde pas de suite, qu’il attend de faire quelques pas dans la direction qu’elle prend, pour lui-même faire entendre sa voix le premier. Est-ce qu’il a peur de ce qu’elle pourrait lui dire ? Après tout ; Dixie n’arrête pas avec les mauvaises surprises.

” - Où est-ce que tu m’emmènes, princesse ?”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. Cyq0

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

I'm not asking, we're doing it. Iehm

Messages : 314
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

I'm not asking, we're doing it. X0TurS617 / 5017 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ218 / 5018 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU711 / 5011 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
01.09.19 8:45
Son regard d'enfant devient meurtrier lorsqu'il insiste pour rester dans la pièce. Quant à elle, elle reste muette. À lui de voir. À force d'acharnement, ils rejoignent finalement le couloir. Mais les doigts de Tobias quittent rapidement les siens. Effectivement, c'est préférable.

- Je vais te prouver que je sais me débrouiller.

Elle pourrait tant prouver de choses pour démontrer qu'elle sait rester en vie. La gamine glisse entre ses mèches blondes ses doigts afin d'y semer la pagaille. En moins de deux, elle se donne un air désinvolte, mais elle ressemble davantage à une enfant négligée. À eux seuls, ses habits ne pourraient témoigner d'une situation aisée dans l'aéroport. Au bout du couloir, où ils se retrouvent au sommet d'une passerelle, elle se met face à son père. Son minois faussement angélique se dresse vers cet homme.

- Comment tu me trouves?

Une question qui n'est pas une question. La gamine lui donne simplement un avant-goût de ce qu'elle souhaite lui montrer. Elle mime une très légère révérence, puis s'engouffre dans l'escalier qui mène à la zone de rassemblement qu'ils surplombent de la passerelle.

Pour agrémenter son apparence, nulle besoin d'obliger ses yeux à pleurer. Sa précédente conversation avec son père est parvenue à faire rougir ses yeux et ses joues. La première impression qu'on a, lorsqu'on pose un regard peu attentif sur la petite, c'est qu'elle est livrée à elle-même sans personne pour lui offrir de l'amour. La gamine ose un regard vers le paternel avant de s'asseoir à côté d'un couple. L'orpheline qu'elle projette réussit bientôt à attirer leur attention. Dans un premier temps, ils cherchent attentivement des parents aux alentours sans s'adresser à elle. Quelques minutes s'écoulent. Ils s'échangent quelques paroles discrètes. L'homme, un sbire, vient tendre à l'enfant un peu de nourriture sans se faire remarquer. Une assiette plutôt consistante que l'homme n'aura jamais terminé. Un nouveau regard vers le paternel, elle croque dans une pomme.

Elle pourrait refaire la même la même chose avec une personne plus éloignée, mais l'idée est comprise.

Elle attend un petit moment avant de revenir à l'étage. Sans s'approcher de Tobias, elle poursuit sa route vers une grande fenêtre. Elle s'assoit sur le rebord de cette dernière. La nourriture descend à vue d'œil parce la gamine ne se prive pas de manger. Voilà un repas mérité.

Ils sont seuls à cet endroit, ont encore la possibilité d'avoir un regard sur les gens en bas.

- J'ai joué la comédie.

Elle prononce ces mots à son père aussi simplement qu'elle lui dirait bonjour. Comprend-il certaines allusions? D'une main, elle essaie de replacer ses cheveux frivoles. Elle la ressent de plus en plus grande la boule à son estomac cette fois. Jouer la comédie lui rappelle constamment qu'elle n'est pas elle-même et qu'elle déteste cet endroit. Si seulement son père savait se décider entre ici et là-bas, qu'elle puisse découvrir qui elle est réellement. Et si elle n'est pas confortable là-bas? Devra-t-elle aussi user de son imagination débordante pour embêter les enfants et obtenir la charité? Elle se fiche complètement de passer inaperçue, mais si elle doit mettre son énergie dans quelque chose, au moins que ce soit un peu plus utile que ça.

- Si je voulais que tu viennes ici avec moi…

Elle se gratte le bout du nez. Son regard plonge vers l'étage plus bas où un groupe d'adolescents s'installent pour une pause. Heureusement, la rambarde semble créer une frontière entre eux et les Whitemort. Pendant quelques secondes, elle observe ce garçon avec qui une curieuse amitié est née. Elle se sent trahie, pour des raisons obscures.

- Celui à gauche.

Elle veut que son père puisse mettre un visuel sur ce fameux garçon qui l'a - vraisemblablement - invitée à quitter cette communauté. Mensonge. Il n'a jamais rien proposé. Mais elle le dénonce quand même. Et la gamine rive avec attention ses prunelles sur son père. À cet instant précis, elle tente d'entrer dans la tête à son père. Elle laisse les informations germer, créer un fil conducteur dans l'esprit de l'homme. Bordel qu'elle aimerait savoir ce qu'il imagine, ce qu'il pense comprendre. Deux informations opposées. Elle joue la comédie. Elle sous-entend vouloir fuir avec ce garçon. Départagera-t-il ces deux données? En formera-t-il une nouvelle en mixant les deux?

Toujours assise sur ce rebord de fenêtre, elle ramène ses genoux contre elle, les encercle, y pose sa petite tête blonde.

- Papa?

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 437
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

I'm not asking, we're doing it. X0TurS630 / 5030 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ227 / 5027 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU723 / 5023 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
17.09.19 12:12
La petite comédie de Dixie ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd. Et même s’il n’avait pas besoin de ça pour savoir que sa fille saurait se débrouiller, il ne peut qu’être soulagé de voir de ses propres yeux qu’elle est encore capable de tirer les ficelles d’une situation pour la tourner à son avantage. Tobias est bien heureux que la fille soit invisible aux yeux des autres ; seulement lorsqu’elle le décide. Parce que ça veut dire qu’au fond, elle serait capable de se débrouiller sans lui. Sans Alyssa, et toutes les personnes qui sont censés la protéger. Est-ce que ça lui provoque un pincement au coeur ? Bien entendu, quel père ne réagirait pas en sachant que sa fille est assez grande pour vivre sans lui.

” - J'ai joué la comédie.”
” - T’as toujours su en jouer…”

Les mots de Tobias n’enlèvent rien à la prestation de Dixie. C’est simplement un constat qu’il oublie bien trop souvent dans ce monde de tarré. La petite fille qu’elle était à l’époque où ils vivaient tous encore une vie normale ; elle n’a pas disparue. Elle a seulement grandit pour devenir celle qu’il voit aujourd’hui à ses côtés, en train de manger ce repas qui ne lui appartient pas de base.

Le pire dans cette situation c’est qu’il sait qu’il pourrait lui dire la vérité ; elle est assez grande pour tout savoir. Le problème, c’est qu’il sait aussi qu’elle peut avoir des réactions plus enfantines (comme tous enfants de son âge), et que ça pourrait mettre à mal ses plans. Parce que même si elle parvient à se faire passer pour orpheline ici ; ce n’est pas le lieux dans lequel il veut qu’elle grandisse. Il ne veut pas la voir apprendre à s'épanouir ici. L’aéroport n’est définitivement pas l’endroit où ils doivent se trouver, et le garçon d’en-dessous qu’elle décrit à gauche, c’est une preuve supplémentaire.

” - Papa ?”
” - T’as dit qu’il avait quel âge ?”

Ses mains sont autour de cette rambarde de fer froid qui les empêche de tomber sans qu’on les y aide. Il sert l’objet comme si ça lui permettait de s’accrocher à la réalité ; de ne pas partir en vrille dans ses pensées au point de descendre attraper ce gamin et le remettre à sa place pour avoir osé lancer l’idée de partir de l’aéroport avec Dixie. A ce moment-là, sans que ses yeux ne quittent les gamins du dessous, il se dit qu’il aurait préféré que ce soit Winter, au final -peu importe la réaction précédente de la plus jeune. Avec le borgne, une chose aurait été sûre ; jamais elle ne se serait mise à dos Seth et le reste de son équipe. Il soupire, ferme les yeux et serre a mâchoire lorsqu’il a la réponse, même approximative. Dixie n’aurait pas pu passer à côté de cette réponse.

” - Je crois me souvenir que ta mère t’a déjà dit de jamais être amie avec des garçons plus vieux que toi, nan ?” Trop de fois où les allusions à cette femme se suivent en si peu de temps. Il en est touché, et l’humidité de ses yeux n’a rien à voir avec la colère qui lui prend au point de réellement vouloir descendre pour remettre ce gamin à sa place. ” On a pas les mêmes aspirations à ton âge qu’au sien, crois-moi.” Il ne parle pas en connaissance de cause ; la mère de Dixie a été la seule femme de sa vie, jusqu’à ce qu’il rencontre Tennessee. ” Si tu veux t’enfuir de là…” A cette phrase, sa voix est bien moins audible que les autres. Tobias a même jeté un coup d’oeil aux alentours avant de parler, s’obligeant à lâcher la barre de ses doigts et l’adolescent des yeux. ” c’est certainement pas son cas.”

Et lui, n’est-ce pas par amour qu’il veut quitter cet endroit, et ces gens malsains ? Par amour pour ses deux filles qu’il veut voir protégées de toutes ces horreurs. Mais peut-être aussi un peu par amour, pour Chiquita. Parce qu’elle ne mérite pas de mourir, comme ses compagnons, juste parce qu’ils ont osé dire non aux Protecteurs. Tobias, il a une sueur froide lorsqu’il repose son attention sur elle.

” - Qu’est-ce que tu cherches à faire, Dixie ?” Le père demande à la fille comme si ce n’était pas évident. ” Je t’ai dis que ça allait se faire… qu’est-ce que tu veux de plus ?”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. Cyq0

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

I'm not asking, we're doing it. Iehm

Messages : 314
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

I'm not asking, we're doing it. X0TurS617 / 5017 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ218 / 5018 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU711 / 5011 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
02.10.19 19:47
- Un père, voilà ce que je veux de plus.

Elle a dit qu'elle le considérait toujours comme son père, mais ça ne veut pas dire qu'elle ait l'impression qu'il agisse comme tel. La blondinette est directe, ne prend aucun détour pour répondre à la question du paternel. À son âge, on mâche moins les mots, on demande ce qu'on veut sans se soucier du reste. À son âge, les exigences sont des flèches empoisonnées pour des parents. La maturité n'est pas encore complètement installée, on prend moins conscience des enjeux. Dixie est entre deux eaux ; elle parvient encore à parler honnêtement, sans filtre, tout en possédant la maturité nécessaire pour piquer là où ça fait mal. Elle veut son père à ses côtés, avec tout l'égoïsme qu'elle possède. Marre de le voir partir pour des missions, marre de ne recevoir que quelques coups d'oeil dans les couloirs. Si l'idée de retourner à la maison n'a jamais effleuré son esprit, elle veut chasser à nouveau avec son père. Elle veut partager ses journées avec lui. Au lieu de ça, elle se retrouve à feindre pour manger, à mentir pour le faire réagir.

Répondre à sa question vient de faire monter une vague de colère dans son petit corps frêle.

- Qu'est-ce que ça peut faire, l'âge qu'il a? Au moins j'ai un ami.

Elle voulait lui avouer qu'elle mentait à son sujet, simplement pour lui prouver qu'elle venait de le duper, qu'ils pouvaient ensemble feindre ce mensonge pour s'en sortir. Mais une pensée malsaine s'est immiscée dans sa tête, a complètement modifié sa manière de penser pour lui faire dire autre chose : pour provoquer. Son père prétend avoir tout dit, mais il ment. Dixie a toujours été en mesure de faire parler son père en faisant les yeux doux. Pourquoi est-ce que cela ne fonctionne plus? Elle devient imprévisible lorsqu'elle se fâche. Une enfant qui ne comprend pas encore tous les enjeux des adultes même si elle les voit. Son esprit imaginatif aspire à de nombreuses solutions aux problèmes, n'anticipe pas tous les dangers extérieurs. Mais surtout, elle ne prend pas en considération les émotions de son père vis-à-vis une autre femme, car elle reste convaincu qu'il ne peut aimer personne d'autre que sa défunte mère, Alyssa et elle. Parce que pour Dixie, c'est le cas. Elle n'aime personne hormis sa famille, présentement. Le type qu'elle désigne plus bas, elle est prête à le jeter en pâture pour aider son père. Pourquoi ne peut-il pas voir ça, pourquoi est-il aveugle à ce point?

Elle devient rouge de colère. Cette fois, c'est naturel. Ce n'est pas les larmes de crocodile qui brillaient dans ses yeux tandis qu'elle jouait la comédie dans leurs quartiers.

- T'as pas le droit de juger mes amis. J'en aurais beaucoup à dire sur les tiens, moi.

" Des amis " ; elle sait bien que les hommes de main sont parfois une corvée ou un poids pour son père, mais c'est hors de son contrôle de lui balancer ces conneries. Elle est restée douce jusqu'à maintenant, mais elle a un surplus d'émotions à extérioriser. Ne voit-il pas qu'elle veut juste passer du temps avec lui, veut juste discuter avec lui? Dixie se redresse brusquement. Elle n'a pas du tout aimé le ton réprobateur de Tobias. Mais au moment de se redresser, le plateau tombe au sol dans un fracas. Ça n'intéresse personne, ce bruit soudain, car les gens relèvent à peine les yeux. Mais le garçon, tout en bas, braque longuement son regard sur les Whitemort. Il a reconnu la gamine, donc ne peut s'empêcher d'examiner la scène. Sans connaître l'exactitude de cette conversation, le jeune homme ne peut atténuer les reproches présents sur son visage à l'attention du père. Discrètement, elle aperçoit le regard du jeune dans leur direction. Alors sagement, elle répond à papa :

- 19 ans je crois ; mais je crois que je devais aller dormir. C'est sûrement l'heure de la sieste pour les enfants.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 437
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

I'm not asking, we're doing it. X0TurS630 / 5030 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ227 / 5027 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU723 / 5023 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
13.10.19 5:27
Dixie se rend-t-elle compte d’à quel point ses mots sont blessants ? Un père, voilà ce que je veux de plus. Petit bout de femme qui lui brise le coeur comme si elle avait pu mettre sa bain dans sa poitrine pour lui arracher cet organe vital, important, despotique par tout ce qu’il peut faire ressentir. Elle ne se rend pas compte de tout ce qui a été fait, de tout ce qui est fait, pour elle. Parce qu’elle voit le monde avec ses yeux d’enfants ? Pourtant, elle paraît parfois si grande et mature. La preuve est faite qu’elle ne se rend pas toujours compte de ce qu’elle fait ou de ce qu’elle dit. Mais ça n’empêche pas ses mots d’être un poison qui touche son père en plein coeur. Elle le prend à pleine main et elle le brise. Dans ses yeux d’enfants, Tobias a l’impression de voir une femme qui grandit. Mais qui redevient vite enfant lorsqu’elle lance des piques sans queue ni tête. Des mots qui font mal et qu’elle ne comprend même pas. Tobias est-il si semblable aux autres hommes de l’aéroport ?

” - T'as pas le droit de juger mes amis. J'en aurais beaucoup à dire sur les tiens, moi.”
” - Tu vas trop loin, Dixie…”

C’est tout ce qu’il avait été capable de murmurer tellement elle le met hors de lui. Tobias sent le bout de ses doigts lui piquer ; lui demander d’agir. Ses nerfs se mettre en pelote de laine jusqu’à faire un noeud qui commence à lui tordre l’estomac. Il sent les muscles de ses épaules se tendre ; signe significatif qu’il est sur le point de péter un cable. Pourquoi ne parvient-elle pas à se taire ? Pourquoi continue-t-elle sur ce chemin visqueux qui risque tous les deux de les faire glisser de l’endroit sécurisé où ils se trouvent ? Parce que Dixie, elle semble oublier comment ils en sont arrivés là. Tobias a l’impression que parfois, elle oublie ce que c’est de vivre dehors. La dureté de la vie de leur maison familiale jusqu’ici ; le chemin n’a pas été tout rose. On dirait qu’elle oublie que s’ils se sont arrêtés à l’aéroport la première fois, c’est que c’était cent fois mieux qu’à l’extérieur.

Il sursaute lorsque le plateau tombe parce qu’elle s’est redressée brusquement. Il n’aime pas du tout le regard qu’elle est en train de lui lancer, et même si tout le monde n’a pas les yeux vissés sur eux, Tobias, il a l’impression d’être au centre de l’attention. Que les murs ont plus que jamais des oreilles. Fâcheuse impression de ne pas devoir être là. Son coeur bat à mille à l’heure et ses yeux sont devenus bien plus humides que d’habitude ; s’il avait eu une cigarette entre les lèvres, il aurait pu prendre la fumée comme excuse. Mais là, quiconque croirait à ses excuses serait débile. Son facier prouve bien qu’il est touché bien plus qu’il ne voudrait l’avouer par les mots de Dixie.

” - 19 ans je crois ; mais je crois que je devais aller dormir. C'est sûrement l'heure de la sieste pour les enfants.”
” - Ouai, t’as raison !”” Sa voix à lui explose un peu plus fort, à cause de tout le ressenti qu’il retient pour lui. Une bombe à retardement. ” Les gamins ont besoin d’une sieste pour éviter le genre de crise de nerf que t’es en train d’me faire.” Ses poings se serrent comme s’il cherchait à se contrôler. A contrôler la colère et les blessures qu’elle a fait naître en quelques phrases. ” Je te préviens, Dixie, si j’apprends que t’as essayé de t’enfuir avec lui…”

La menace reste en suspent, silencieuse. Dans le regard de son père, Dixie doit voir qu’il ne plaisante pas. Qu’il n’a pas d’idée précise de ce qu’il lui ferait dans ce cas là. Mais l’inquiétude d’un père pour sa fille peut lui faire péter des câbles. Peu lui faire dire des choses qu’il ne pense pas au départ. Et si Tobias tournait la tête, pour voir en bas ce gamin en train de les regarder, nul doute que ses poings iraient s’abattre sur l’adolescent. Même s’il aurait des remords par la suite, le stress arrive à un point où il n’arrive plus à le contrôler. Dans un soupire, Tobias ferme ses paupières quelques secondes pour tenter de se calmer, de ne pas attirer plus l’attention sur eux. Puis, il les ouvre de nouveau, essayer de garder son calme, il reprend la parole mais sa voix est moins en colère cette fois.

” - Maintenant, tu vas récupérer ce plateau…” Dit-il les dents serrées. Il a autant mal des propos blessants de sa propre fille chérie, que de ce qu’il a pu lui dire après. ” Et aller le ranger à sa place. Tout de suite. A moins que tu espère encore que je passe derrière toi pour régler tes conneries ?”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. Cyq0

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

I'm not asking, we're doing it. Iehm

Messages : 314
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

I'm not asking, we're doing it. X0TurS617 / 5017 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ218 / 5018 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU711 / 5011 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
16.10.19 22:18
Tu vas trop loin Dixie. Un ton de voix à la fois menaçant, à la fois suppliant à ses oreilles qui se veulent volontairement sourdes. À cet instant, elle a franchi une ligne de trop, une ligne obscure, signe que Tobias a raison de vouloir sortir ses filles d'ici, de cet enfer sur Terre. Dixie était prête à écouter son père, voulait s'abreuver de tout ce qu'il pouvait dire, mais le vent a tourné. Son père semble vouloir la gronder, par ce ton sévère que prennent les pères pour imposer leur autorité. Elle n'aime pas ce ton. Ce ton lui fait peur. Mais elle veut continuer de tenir tête parce qu'elle est furieuse. Elle n'a jamais eu peur de son père, sauf lorsqu'il a tué maman. Elle a froid dans le dos, pourtant elle a toujours aimé le froid. Là ce sont des frissons à l'image d'araignées qui menacent de manger sa chair.

Son père, il préfère rétorquer ; il ne possède pas l'autorité de maman. Elle a toujours préféré son père car il n'avait pas besoin d'être dur pour qu'elle obtempère. D'un simple regard, elle ne voulait pas le décevoir. Elle savait si elle allait trop loin, donc faisait attention. L'ambiance à l'aéroport gâche tout, l'éloigne du dernier vrai membre de sa famille. Sa lèvre inférieure tremble. Elle la mord. La confrontation se transforme en menace, elle est sous le choc. Petite idiote lorsqu'elle devient une gamine immature. Son père ose la menacer? Elle perd la voix momentanément. Un gouffre profond dans ses entrailles. Le père fait finalement pleurer l'enfant qui essuie son visage aussitôt.

- Sinon quoi? Tu vas m'abandonner?

Elle ne saurait toucher davantage à la vérité sans le savoir. Elle met le doigt sur l'élément perturbateur. Elle respire plus fort ; sa colère domine sur la tristesse. Sa poitrine se soulève douloureusement. Si elle continue, elle va hyper-ventiler. À croire que c'est l'objectif qu'elle convoite, comme si elle forçait elle-même sa respiration à être si brute et profonde.

- Sinon quoi?

Elle insiste. Elle veut savoir. Pourquoi est-ce qu'il n'a pas pris le temps de lui exposer clairement le fond de sa pensée? Pour une fois, ils passaient du temps ensemble, du temps de qualité malgré cette incertitude de partir tous ensemble avec Alyssa. Sinon quoi… elle ne veut pas être abandonnée. Son père la tient à l'écart, hausse le ton, menace son cœur confus. Il veut la protéger, mais il la plonge dans un état lamentable.

Cette fois, il attend qu'elle ramasse le plateau, qu'elle se résigne à jouer les enfants dociles. Sa poitrine est de plus en plus compressée, même si elle ne comprend pas encore les émotions qui peuvent causer une sensation si étrange, si poignante. Elle est happée par son propre ressentiment.

- Non.

Non elle ne ramassera pas ce plateau.

- C'est maman qui s'occupait de mes conneries. Elle n'est plus là pour réparer tes erreurs non plus.

Maman ramenait les revenus... mais papa faisait le plus important. Paroles tranchantes, voix douce et triste. Elle sait pertinemment que son point faible, c'est maman. Elle ne pouvait jamais parler d'elle avec lui.

Plutôt que de ramasser le plateau, elle accentue son mauvais comportement par un coup de pied sur celui-ci. Il glisse, se faufile sous la rambarde, tombe en chute libre. Comme eux, sans ceinture de sécurité. Le plateau tombe, rebondit à l'étage inférieur dans un fracas bien audible. Elle provoque, mais elle a si peur de lui soudainement. Et Tobias a une réputation à maintenir ici. Va-t-il la punir devant ces gens pour montrer qu'on ne plaisante pas? Dixie va trop loin, lui-même s'en est rendu compte. Ses pensées s'activent rapidement. Doit-elle rebrousser chemin vers leurs appartements? Doit-elle s'éloigner de lui avant que ça ne devienne violent? Son cœur à elle lui dicte de rester en place pour le défier, mais elle est choquée de son propre comportement. Sa mère lui manque tellement, davantage depuis que les absences de Tobias augmentent, en fréquence et en durée. Est-ce qu'elle pleure encore? Parce qu'elle est en colère, elle ne parvient pas à lui dire toute la vérité. Elle garde ses secrets, ses angoisses, ses joies. Tout ce qu'elle était capable de partager à son père. Avant.

Sinon quoi...

- Seth, lui, au moins, il met ses menaces à exécution.

Ça... elle le regrette aussitôt. La parole de trop, qui parvient même à fendre son coeur en deux. Il n'est pas émietté, son corps, il est tranché net.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 437
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

I'm not asking, we're doing it. X0TurS630 / 5030 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ227 / 5027 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU723 / 5023 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
06.11.19 4:42
” - Sinon quoi, tu vas m’abandonner ?”

A ces mots mots, Tobias a été incapable de répondre. Ses dents s’étaient mises à trembler jusqu’à ce qu’il sert la mâchoire, jusqu’à ce qu’il fasse tout son possible pour ne rien faire paraître. Il a mal, de ces mots et de ses maux. Même ses yeux se sont mis à pétiller à cause de larmes violentes qu’il n’a pas su maîtriser. Pourquoi a-t-elle toujours ces mots à la bouche ? Pourquoi met-elle toujours le doigt sur le problème ? Et Tobias, il se maudit un peu plus de mentir. Parce qu’il a seulement été capable de murmurer un non presque silencieux ; un mime des lèvres. Comme s’il n’avait pas eu la force de contredire ce destin qu’elle se dessine, alors que lui-même sait la vérité. Il ne l’abandonne pas ; elle verra les choses ainsi, Dixie, mais lui voit seulement toute la protection que peut lui apporter Highgate et le fait d’être loin d’ici. Cet endroit change sa fille, sinon, elle n’aurait jamais eu la désobéissance de pousser ce plateau pour qu’il tombe en un fracas bruyant par ses échos. Il avait froncé les sourcils lorsqu’elle avait simplement répondu la même chose que lui. Non. Et ses yeux s’étaient agrandis lorsqu’elle s’est mise à parler de sa mère. Mais c’est le plateau qui tombe qui le fait réagir.

” - Seth, lui, au moins, il met ses menaces à exécution.”
” - T’as raison…”

Qu’il a soufflé sans trouver d’autres mots à dire. Le moindre de ses muscles est tendu pour la simple et bonne raison qu’il tente de se contenir. Dixie vient d’user de trop de mots qui font mal, trop de mots qui blesse, pour qu’il puisse réellement échanger avec elle. C’est toute la noirceur qui l’habite depuis qu’il vit à l’aéroport, qu’il tente de maîtriser à cet instant. Car une chose est sûre, si ce n’était pas sa propre fille qui se trouve face à lui, elle aurait déjà pris des coups sans s’occuper de son statut de femme ou pas. Mais justement, c’est sa fille. Et parce que c’est sa fille, il parvient à parler sa frapper. Pourtant, ce n’est pas de l’amour qu’on peut entendre dans sa voix ; la colère et la tristesse ne font pas bon ménage. Ni chez lui, ni chez personne d’ailleurs. Elle a ouvert la porte au monstre.

” - Mais t’as tort sur une chose, ta mère, elle a jamais nettoyé une seule de mes conneries.” Il était jeune, lorsqu’il s’est marié. Lorsqu’il a eu sa fille unique. Il n’a connu qu’une femme dans sa vie, et sa mort le dévaste encore aujourd’hui. C’est ce sujet plus qu’un autre qui le fait réagir. ” Et elle a certainement nettoyé moins des tiennes que moi, tu peux m’croire.”

Pourquoi est-ce qu’il a l’impression d’insulter sa femme, en parlant d’elle ainsi ? Il est celui qui a choisit ce mode de vie, père au foyer, tout le monde ne voit pas ce destin comme le plus parfait. Il a choisi sa vie antérieure, comme il a choisit celle-ci. Si un choix était judicieux, pas le deuxième. Mais c’est le premier qui est au centre de l’attention, de la dispute, et surtout, du coeur de Tobias. Lui qui, depuis le début de sa relation avec Tennessee, a encore plus de mal avec le souvenir de sa défunte femme, se voit dévaster par les propos de sa fille ; qu’elle ne mesure vraisemblablement pas.

” - Elle est morte !” Qu’il se met à dire, plus fort, plus en colère aussi. ” Ta mère, ma femme, elle est morte ! Et si j’avais pas fais c’que j’ai fais…” C’est la première fois qu’il parle de ça, la première, donc, il lui est impossible de mettre des mots sur ce souvenir affreux et douloureux. ” Tu s’rais morte aussi ! Et Alyssa aussi. Est-ce qu’il faut que je te rappel, qu’elle non plus, voulait pas d’Alyssa?” Il parle moins fort, surtout parce que ses dents sont serrées à cause de la colère. ” C’était ma femme…” C’est aussi la première fois qu’il use de ce temps pour la qualifier d’épouse. ” Mais arrête de la mettre sur un piédestal, Dixie…”

Mais comme ce n’est pas le seul problème, le seul maux, Tobias, il s’approche de sa fille. Peut-être un peu trop vite, un peu trop brusque. Il lui fait peur, va-t-elle reculer ? Au fond, il n’y fait pas attention. Il se contente de l’attraper par le bras, et de la tirer vers la barrière de sécurité. Par pour l’y jeter, mais pour l’y presser. Pour qu’elle voit, d’un seul coup d’oeil, tous les gens qui sont en bas. Ceux qui les regardent du coin de l’oeil en faisant mine de rien, ceux qui les regardent sans se cacher, et ceux qui n’y font pas attention -plus nombreux. Sans lâcher son bras, il approche son visage de sien pour pouvoir murmurer des mots à l’oreille de sa fille. S’il ne se laisse pas faire, il compte la remettre sur le droit chemin. Et ce chemin, il est tout tracé par Seth sans qu’il en ai conscience ; elle a parlé de lui en disant qu’il était sérieux avec ses menaces mises à exécutions ; Tobias l’est aussi.

” - Tu vois, tous ces gens… ces gens qui vont mourir pour que toi, tu puisses vivre.” Tobias, déjà, sait que la plupart des protecteurs vont tomber sous les balles. Il ne peut pas laisser arriver ça à Seth, mais il n’a pas la même bienveillance pour tous les autres. Dommages collatéraux. ” Alors tu devrais te taire, Dixie… parce que si j’étais pas aussi sérieux que ton grand Seth, ta vie vaudrait pas autant que les leurs réunies.” Tobias, il a mal en disant ces mots. Mais il veut faire comprendre à sa fille qu’elle a été trop loin, et que c’est inacceptable ; quitte à regretter ses actes et ses mots par la suite. ” Ta mère, elle en aurait pas fait autant.” Ces mots, ils n’ont pas été murmuré à son oreille. D’ailleurs, il s’est écarté, en lâchant le bras de sa fille. A attendu qu’elle tourne son regard vers lui pour conclure. ” Alors va me ramasser ce putain de plateau, Dixie. S’il te plait.”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. Cyq0

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

I'm not asking, we're doing it. Iehm

Messages : 314
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

I'm not asking, we're doing it. X0TurS617 / 5017 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ218 / 5018 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU711 / 5011 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
09.11.19 23:41
La gamine reste stupéfaite lorsque Tobias prend finalement la parole, car il ose enfin parler de maman, de sa défunte femme. Dixie aurait préféré qu’ils discutent d’elle dans d’autres circonstances parce que le pansement qu’ils ont mis sur leur coeur n’est qu’une fausse illusion de guérison. Ils ne prennent pas le temps de s’asseoir pour régler les vrais problèmes. En général, ils mettent ça sur la faute de la survie, du fait que discuter n’est pas une priorité, que des tâches plus importantes importent. S’il faut provoquer papa pour obtenir ne serait-ce que quelques paroles concernant maman, elle devra s’en accommoder. La petite sait que son père a raison sur plusieurs points. Elle le savait avant de répliquer pour l’importuner. Dixie est parfaitement consciente que son père assurait ses arrières, qu’il nettoyait sa merde pour qu’elle puisse grandir sans qu’on ne la poignarde dans le dos. Cet homme lui a enseigné beaucoup de choses, notamment les responsabilités qui font grandir, qui aident à l’autonomie. Sans papa, elle n’aurait aucune notion de survie, elle ne saurait chasser. Sans papa, jamais elle n’aurait acquis son indépendance. Elle voulait tout faire d’elle-même. Dixie, elle prend des initiatives, pas toujours les bonnes, mais ça ne vient pas de maman, ce trait de caractère. Papa a fabriqué ce trait de caractère pour elle, à l'image de la personnalité plus forte de maman. Sûrement pour ça que la chimie entre le père et sa fille a toujours été excellente, leur sens de l’initiative est pourri, mais ils se complètent en ce qui concerne la prise de décision. Il préfère seconder, elle préfère s’imposer.

- Elle est morte!
- Je sais, souffle-t-elle, surprise par l’effet que ça lui fait de l’entendre de la bouche de l’être qu’elle aime le plus au monde.
- Et si j’avais pas fais c’que j’ai fais…

Dixie ne sait plus si elle est en colère ou si les paroles de Tobias l’ont assommée, mais elle le supplie du regard pour qu’il arrête d’en ajouter des couches. Dans la tête de cette enfant, puisqu’elle est jeune et insouciante, il est normal qu’elle puisse frapper papa là où ça fait mal, parce qu’elle est en pleine crise d'adolescence et que les émotions doivent sortir. Au contraire, elle ne supporte pas que son père puisse lui renvoyer la pareille. Elle voudrait se boucher les oreilles, secouer la tête et taper du pied, mais elle se retient, trop secouée sans doute. Mais elle le dévisage dangereusement. « Tu s’rais morte aussi. » Ça continue. Elle supporte uniquement parce que ça concerne maman.

Ça l’aura au moins fait taire, qu’il parle de maman, car elle a écouté, voilà tout ce qu’elle voulait depuis des mois : quelques mots à son sujet. Oui, elle met maman sur un piédestal, car la petite est consciente qu’elle oubliera son image plus vite que Tobias ne l’oubliera, surtout après de longues années de vie commune. Maman deviendra rapidement une inconnue à ses yeux. Elle n’a pas le choix d’idéaliser la femme qui l’a mise au monde pour se solidifier. Dixie devra grandir sans que cette femme ne soit remplacée pour qu’elle puisse enfin devenir une adulte. Alors personne ne peut arriver à la cheville de maman, hormis Dixie.

La fille est profondément confuse. Son père s’approche d’un pas décidé. C’est la première fois qu’il se comporte de cette façon avec elle. Ça, elle n’apprécie pas. Elle aurait reculé, s’il ne l’avait pas aussitôt agrippé par le bras pour la déplacer. Le murmure de Tobias à son oreille accentue la présence des nombreuses araignées qui grignotent sa peau dans une lente agonie. Elle frisonne, mais c’est désagréable. « Lâche-moi », qu’elle souffle d’une voix à peine audible, essayant d’ignorer cette voix si près de son visage. Elle n’est pas du tout à l’aise. Il mentionne les gens, mentionne Seth, mentionne une dernière fois maman. Elle n’a pas le choix d’écouter, surtout dans cette position, surtout avec cette proximité. Quel soulagement lorsque la pression s’estompe. La poigne n’était pas douloureuse, car la torture était principalement psychologique.

- Je te déteste, qu’elle dit finalement.

Elle n'ira pas ramasser ce plateau, c'est assez clair dans sa manière de montrer combien elle le déteste. Elle masse son bras afin d’effacer la sensation des doigts de son père à cet endroit. « Je te déteste. » Une phrase qui pourtant dit tout le contraire de ce qu’elle ressent. Elle aime son père, mais déteste la relation qui se dégrade à vue d'oeil. Cet endroit est corrosif.

- Je te préviens, papa. Si je descends, je ne remonte pas.

Son ami, il est à l'autre étage. Quelques marches le séparent de lui. Si elle descend, ce ne sera pas pour ranger ce plateau. Elle ira pour rejoindre Syd, elle lui demandera de partir à ses côtés. C'est aussi simple que ça. Sa valise est déjà prête, de toute façon. Dixie est mentalement prête à quitter l'aéroport pour une nouvelle vie. Et si Tobias pense l'aider en usant de la force... il a raison. Alors plutôt que de descendre, elle boude. Elle lui tourne le dos et entame une marche dans ce couloir qu'ils viennent d'emprunter, car elle compte bien regagner la chambre. Mais elle se heurte à une porte verrouillée. Elle secoue la poignée, frustrée de ne pouvoir rentrer dans cette chambre à sa guise. « Je te déteste. » Une phrase qui quitte à nouveau ses lèvres au moment où elle tape la porte de sa paume. Deux fois qu'elle tape, comme si un être magique allait venir l'ouvrir de l'intérieur. Elle a mal à son petit coeur.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 437
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

I'm not asking, we're doing it. X0TurS630 / 5030 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ227 / 5027 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU723 / 5023 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
19.11.19 7:56
C’est comme ressentir un bain glacé alors qu’on se pense bouillant. Des milliers de piques qui vous traversent la peau sans pouvoir les enlever. Sans même pouvoir sentir autre chose que le poison qui s’injecte petit à petit dans votre corps. Cette altercation avec sa fille le brise de l’intérieur. Parler de sa femme le piétine. ” Je te déteste. Il aurait pu mourir sur le coup que ça aurait été la même chose. Et il n’aurait pas été reposé dans son esprit, comme s’il avait prit une balle venant de la fenêtre, dans cette maison bleue où il a passait la nuit avec Tennessee. Jamais encore il ne s’est senti aussi mal de sa vie ; même la première fois où il a tué un homme, Tobias n’avait pas ressenti ce genre de chose. Est-ce qu’elle a pu le voir dans les yeux de son père, Dixie ?

” - Je te préviens, papa. Si je descends, je ne remonte pas.”

C’est la parole de trop qui éteint complètement l'interrupteur dans sa tête. Tobias, il s’est contenté de regarder sa fille partir, sans pouvoir bouger le moindre muscle pour la rattraper. Sans pouvoir ouvrir la bouche pour lui interdire de partir. C’est bien l’une des premières fois de sa vie où il est incapable de faire quelque chose ; incapable de réagir à une simple action d’adolescente. Mais Tobias, il sait bien que seules les personnes les plus proches de vous ont le pouvoir de vous blesser. Que seules ces personnes peuvent réellement vous détruire. Avec la vie qu’ils mènent tous aujourd’hui, il y a certaines personnes, comme Whitemort, qui savent que la mort n’est pas la pire des choses. Mourir, c’est facile. C’est difficile pour les gens qui restent derrière. Et mourir aurait été certainement plus facile qu’entendre les mots, que voir le regard que sa fille a pu porter aujourd’hui sur lui.

” - Ranges-moi tes putains de conneries !”

C’est les premiers mots qu’il a réussi à sortir, mais pas les premiers mouvements de ses muscles. Parce que si Tobias avait directement rejoint Dixie dans ce couloir pour leur chambre, il aurait été trop loin. Non, ça n’aurait pu être possible, et il a trouvé la solution parfaite pour faire taire ses nerfs à vifs. Descendre les escaliers pour atteindre ce plateau qui est tombé en faisant trop de bruit. L’attraper, et au lieu de le ranger, directement se diriger vers la table où le jeune dont a tant parlé sa fille se trouve assis. Et c’est vers lui qu’il a directement lancé le plateau pour qu’il glisse jusqu’aux coudes du gamin, grâce à la table lisse. Il avait aussi pointé vers Syd un doigt menaçant, un regard noir qui aurait pu lancer des balles si ses yeux avaient été des revolvers. Et dans sa phrase, il ne parlait pas spécialement du plateau -même s’il ne comptait pas lui-même aller le ranger. Tobias, silencieusement, entre les lignes, il parlait aussi de ses conneries dites à Dixie. Que le gamin reste à sa place où Tobias s’occupera de son cas avant celui des autres.

Whitemort, il était reparti en montant les marches, le coeur aussi lourd mais les épaules moins tendues. Mais les mots de sa fille ne cesse de résonner à ses oreilles, même lorsqu’en traversant le dit couloir, il la voit toujours contre cette porte. Sans avoir pu entendre ses coups, sans avoir pu entendre le moindre de ces mots pendant les coups contre la porte. Fermée à clé, sans Alyssa à l’intérieur, elle ne s’ouvrira pas. S’il s’arrête à côté de la porte, et qu’il sort de sa poche le dit trousseau de clés, Tobias attend en silence que sa fille veuille se décaler pour qu’il ouvre. Comme pour lui montrer que, malgré son ressenti qu’elle a si bien décrit tout à l’heure, il reste là. A aider. Trouver une solution, même infime, pour qu’elle obtienne ce qu’elle désire. Et ce n’est que lorsque Dixie a bougé, qu’il vient glisser la clé dans la serrure pour la déverrouiller. Seulement là, il ne parle toujours pas. Il récupère la clé, la glisse à sa place initiale, puis vient presque automatiquement passer ses doigts sur sa barbe. Comme pour réfléchir aux mots qu’il allait prononcer, à ce qui allait découler de tout ça.

” - T’as très clairement fait comprendre ton point de vue, “ Commence-t-il à dire en repensant aux mots de sa fille. Tu m’abandonnes. ” Mais je reste ton père, et tu vas m’écouter.” Si la colère n’est plus dans sa voix, contrairement à la lassitude à cause de ses blessures, Dixie est assez grande pour comprendre que cette chance est la dernière avant que les choses ne dérapent complètement. ” Tu vas rentrer dans cette chambre, et y rester. Y a que comme ça que tu auras ce que tu veux.”

Il veut mettre un terme à la conversation, alors il ouvre la porte. N’a pas envie d’entendre la voix de sa fille, même si c’est pour être d’accord avec lui. D’un signe de tête il lui dit d’entrer, il va la pousser avec sa main si c’est nécessaire. Mais il ne fermera pas la porte à clé, Tobias. Elle veut être grande, qu’elle le soit. Il voudrait pouvoir avoir totale confiance et se dire qu’elle ne partira pas. Mais il laisse la porte sans la fermer à clé. Une manière de faire un choix, une manière de l’énerver encore plus. Mais tout le monde a raison ; ses filles grandissent. Dixie en fait la preuve aujourd’hui.

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
I'm not asking, we're doing it. Cyq0

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

I'm not asking, we're doing it. Iehm

Messages : 314
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

I'm not asking, we're doing it. X0TurS617 / 5017 / 50I'm not asking, we're doing it. BR2xH0t

I'm not asking, we're doing it. DQEbQJ218 / 5018 / 50I'm not asking, we're doing it. GxoDpmC

I'm not asking, we're doing it. Hu1erU711 / 5011 / 50I'm not asking, we're doing it. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm not asking, we're doing it. Empty
20.11.19 0:28
Elle ne prend aucunement conscience qu'il est parti ramassé le plateau, qu'il est parti confronté Syd ; pourtant, c'est une scène qu'elle aurait rêvé de voir, autant pour le plateau que pour son ami. Elle s'est tenue debout jusqu'au bout. Pour ça, elle peut être fière, même si c'est une moindre victoire face à celle de son père. A-t-il seulement conscience du pouvoir qu'il exerce sur elle? Aussitôt qu'elle l'entend arriver, elle se ferme comme une huître. Son père attend sur son flanc. Elle trouve le temps interminable. Elle fixe la porte. Pourquoi est-ce si long avant qu'il ne l'ouvre? Enfin, elle entend le tintement de la clé. « T’as très clairement fait comprendre ton point de vue. » Il est très loin du compte. « [...] tu vas m’écouter. » Elle écoute, certes, mais est-ce qu'elle obéit? Ça, c'est un autre combat. « Tu vas rentrer dans cette chambre, et y rester. » Les options s'amenuisent de minute en minute de toute manière. Elle n'a jamais eu l'intention de partir sans son père, même si ça faisait partie des menaces, de ce jeu débile auquel elle jouait. Elle est intelligente, mais également impulsive et irrespectueuse. Au final, qu'est-ce que sa sœur de cœur sait qu'elle ignore encore? Dixie se sent comme une enfant vulnérable qui n'a aucun contrôle sur sa vie ou son avenir. Elle voudrait idéaliser Highgate autant que Alyssa, mais le côté de sa personnalité qui souhaite se rebeller est entre deux eaux. Elle est motivée et confiante de changer son mode de vie, mais elle refuse que ça se fasse dans son dos. Elle déteste profondément avoir quinze ans. C'est un âge difficile à vivre qui lui donne envie de pleurer.

« Est-ce que tu me déteste? » La question tombe du ciel. À peine vient-elle de pénétrer la pièce qu'elle se retourne pour lui faire face, relevant ses billes bleues vers son visage mécontent. De la façon dont il reste dans l'embrasure, elle sait qu'il ne restera pas, qu'elle se retrouvera à nouveau en tête à tête avec ses propres pensées. Dixie se donne l'autorisation de dire à son père qu'elle le déteste, car c'est dit sur un coup de tête, mais l'inverse serait irrémédiablement impardonnable. Elle regarde son père avec haine, mais le supplie néanmoins du regard ; ne me déteste pas, voudrait-elle prononcer sans le faire, mais la petite est plus orgueilleuse qu'elle ne le croit. Elle se déteste tout autant de réagir de cette façon, car elle se sait immature et stupide. Malgré tout, malgré la peur, la haine et les tourments, ça n'a pas été si déplaisant, finalement, d'être grondée par papa. Pour une fois, elle a vu qu'il avait le tempérament pour prendre les choses en main. C'est la donnée qui lui permet de recommencer à avoir foi en ce plan que papa prépare. Mais ça, elle ne l'avouera pas. Elle continuera de jouer la comédie. « Laisse tomber, ça n'a pas d'importance de toute façon. Mon sac est prêt, et moi je suis prête à être abandonnée. »

Elle se retourne pour vaquer à ses occupations, comme si jamais son père n'était venu dans cette pièce dans l'idée de lui partager une partie du plan. Dixie trouve que les propos échangés n'ont apporté aucune solidification à ce plan. Tout ce qu'elle a récolté, c'est le sentiment de s'être éloigné de son père. Mais il prendra les choses en main, comme toujours. Peut-être plus rapidement maintenant qu'elle a fait sa crise. En tout cas, elle l'espère. Toujours dos à la porte, elle attend assez longtemps pour s'assurer que son père n'est plus dans les parages. Même que, au bout d'un certain temps, elle vient vérifier par elle-même. La porte n'a pas été verrouillée, donc elle regarde dans le couloir. Plus de papa. Elle retourne à la commode où elle se trouvait avant son arrivée pour y dénicher un talkie qu'elle règle à son canal préféré. « C'est Summer, tu m'entends? J'ai besoin de soleil. Il faut que je sorte d'urgence. » Encore une chose qu'elle demande sur un coup de tête. Son doigt relâche la pression de l'émetteur. Pour une enfant, tout est une urgence quand on ne sait attendre. Elle se laisse choir sur le rebord de son lit. Elle a clairement besoin d'un regain d'énergie. Elle a besoin d'un avant-goût avant le grand voyage vers la nouvelle communauté. Autrement, elle se montrera impatiente et son père ne pourra plus rien contrôler. Comme elle ne se souvient pas de sa dernière sortie, la demande lui semble être une expérience à ne pas louper. L'interdit d'un moment.

FIN

:ll:  :l:  :llll:

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


I'm not asking, we're doing it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
I'm not asking, we're doing it.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: North Kelowna :: International Airport-
Sauter vers: