AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -23%
TV QLED Samsung QE65Q65R 2019
Voir le deal
999 €


 

 All of us start from zero



Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

All of us start from zero  190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

All of us start from zero  X0TurS621 / 5021 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ218 / 5018 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU722 / 5022 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
20.08.19 0:41
L’ivresse des sens est un chant de sirène. Un regard vers le paysage désolé, immédiatement il est attiré, souhaite s’enfoncer dans les décombres pour aller à l’encontre de choses que son corps n’a encore jamais subies, que sa rétine n’a encore jamais imprimées. Théophile s’est assuré de déposer sa soeur à Highgate avec Noah. Comme toujours, néanmoins, le besoin de s’éloigner des contraintes et des communautés était trop puissant. Il pourrait apprécier la vie, entouré de ces gens, mais aurait peur de regretter de ne pas vivre pleinement. Il doit se faire une raison : tous les groupes ne sont pas programmés comme le Temple. Près de vingt-deux années à subir le Temple, des mois à découvrir de nouvelles choses, c’est pas assez. Comme une drogue, il en veut plus, peut-être trop. Il reviendra, pour Line et Noah, mais pas aujourd'hui, pas maintenant.

Il doit penser à lui avant de penser aux autres. Mais aujourd'hui, il n'y arrive pas. Toutes ses pensées sont tournées vers Madeline, sa petite soeur. À nouveau, il vient « d'abandonner » son sang, même si c'est pour un endroit plus sécuritaire, mieux adapté à l'évolution qu'elle mérite. Quand on y pense, elle n'est pas réellement seule, elle sera bien entourée, que ce soit par Noah ou Abygaelle. Puisqu'il pense à elle, à ses yeux foncés et son caractère irremplaçable, il se met en quête de trouver un endroit qu'il pourra lui faire découvrir afin que ses yeux s'émerveillent. Il veut qu'elle puisse prendre goût, comme lui, à admirer ce monde dont ils ont si longtemps été privés. C'est pour elle, mais ça compte tellement pour lui. Ça pourrait même en devenir une obsession. Il a besoin que Madeline puisse être capable de vivre des choses loin des communautés, de temps en temps.

Un bruit suspect.
Il attrape son arme à sa ceinture, regarde dans le viseur.
Un mort en approche, il appuie sur la gâchette.
Rien. Un déclic vide.

- Tu déconnes? bien sûr qu'il pose la question à son arme, personne d'autre ne peut répondre.

L'arme est brisée, ne sert à rien. Il va devoir s'en procurer une nouvelle. Merde. S'il avait su, il serait resté plus longtemps à Highgate, aurait demandé une avance à Noah histoire de se dépanner un certain temps. Il ne va pas s'encombrer de ça plus longtemps, surtout à l'approche de ce virulent qui titube brusquement, avec des mouvements anormalement secs. Théo, il vient discrètement déposer l'arme sous un balcon à proximité. Un peu d'action ne lui fera pas de mal, au final. S'il ne se libère pas de ça à l'occasion, elle pèse lourd sur ses épaules. Sa vision doit néanmoins s’accommoder. Le soleil disparaît à l'horizon. Et le virulent approche vite, trop vite, trop affamé. Il est désarticulé, mais parvient à enchaîner les pas dans une sérénade grinçante : les muscles encore intacts qui s'entrechoquent.

L'homme était tellement perdu, cherchant à comprendre cette monstruosité, qu'il ne pensait pas si rapide de loin, qu'il n'a pas eu le temps de sortir une quelconque arme pour se défendre. Il a déjà été imprudent, à de nombreuses reprises, mais là il bat des records. La chose le percute violemment. Il perd pied, défonce une vitrine avec son dos. Les deux corps basculent. Théo grimace douloureusement. Il a senti le verre brisé pincer la peau de son dos, même au travers des vêtements. Le virulent est sur lui, les bras agités, la mâchoire prête à broyer un crâne bien solide, mais si juteux à l'intérieur. Il aurait pu se défendre, Théo, mais c'est le bruit de deux nouveaux virulents qui l'oblige à regarder dans la direction concernée. Ils sont sous stéroïdes ou quoi? Heureusement que Théo est fort des bras, parce que la chose aurait remporté ce combat haut la main depuis maintenant 30 secondes.

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Teresa Spencer
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  Tumblr_inline_p5kxt4RfRC1tw2m0e_250

Ancien métier : Étudiante en histoire de l'art
Occupation : Survivre (retrouver Théo ->)
Statut civil : Seule
Lieu de naissance : Seattle, USA

All of us start from zero  Tumblr_inline_phstcq63Oe1tq4j4w_500

Messages : 255
Inscription : 15/04/2019
Crédits : Ava: SneakySkunk ♥ Signa: ANESIDORA
Célébrité : Alycia Debnam-Carey

All of us start from zero  X0TurS626 / 5026 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ232 / 5032 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU719 / 5019 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
26.08.19 10:20
All of us start from zero
You told me to love you, and I did. Tied my soul into a knot. And got me to submit. So when I got away, I only kept my scars. The other me is gone. Now I don't know where I belong

▼▲▼

La vie de Teresa commençait à perdre son sens. Elle était perdue. Ce n’était pas ce qui était prévu. Ce n’était pas comme ça que sa rébellion devait se terminer. Elle n’était pas supposée avoir servie à rien. À présent, il était clair qu’elle avait fait une bêtise. Il était évident qu’elle avait été naïve et qu’elle s’était fait avoir. Jamais, il n’avait eu l’intention de l’attendre. Jamais, il n’avait voulu d’elle. Jamais, il n’avait voulu qu’elle le suive. Elle se sentait tellement idiote. Elle avait tout balancer pour retrouver un garçon qu’elle connaissait à peine et qui lui avait menti. Elle s’était fait des histoires dignes des comédies romantiques Hollywoodiennes. Après moults aventures, après avoir traversé des villes entières infestées de virulents, après avoir combattue, s’être blessée, il l’attendrait bien sagement sous un pommier en fleurs éclairé par un rayon de soleil et des oiseaux chantant au-dessus de sa tête. N’avait-elle pas encore compris que dans un monde post-apocalyptique, tout ça n’existait plus? Que ce n’était même pas la peine de rêver à une fin heureuse? Elle aurait dû écouter son frère. Elle aurait dû rester avec eux. Au moins, elle n’aurait pas été seule. Au moins, elle aurait été en sécurité. Au moins, elle aurait su où elle se dirigeait.

Voilà cinq jours que Teresa avait quitté le Temple et ses environs. Pas question de rester là. Elle n’y était restée que quelques heures, mais elle n’avait pas été très à l’aise après ce qu’elle avait vu et entendu. Elle ne savait plus quoi penser de Théophile, n’empêche que ses paroles sur les fidèles et de sa jeunesse lui restaient en tête. De toute façon, jamais elle n’aurait été acceptée derrière les remparts. Elle marchait donc un peu au hasard depuis. Elle ne cessait de regarder la carte offerte par le Foster. Cette carte qui n’était qu’un papier de mensonge, mais dont elle n’arrivait pas à se défaire. Elle avait bien voulu la brûler sous le coup de la colère, mais elle avait très vite changé d’avis et éteint la petite flamme orangée dans le coin gauche. Un mince espoir subsistait. Elle le détestait, mais il était le seul garçon qui lui avait fait autant d’effet. C’était la seule chose qu’elle possédait de lui. Cette écriture à présent familière était un petit morceau de lui. Et puis, elle restait utile et elle en aurait besoin pour la suite. Elle n’avait aucune idée de sa prochaine destination. Et elle s’en fichait. Depuis trois jours, elle se fichait un peu de tout à vrai dire. Elle n’avait plus l’adrénaline d’être partie seule à l’aventure et d’avoir un but à atteindre. La fatigue du dernier mois l’avait vite rattrapée et la déception l’avait achevé. Le stress de l’inconnu s’était insinué en elle. Elle était restée une journée entière au même endroit sans bouger, entre deux quartiers de la ville. À fixer le vide ou à dormir. À se poser des questions, à se remettre en question. Elle ne savait pas où aller. Retrouver son groupe était hors de question, elle avait sa fierté et la confiance n’était pas revenue comme par magie. L’idée de rester seule ne lui plaisait pas. Jusqu’à maintenant, elle s’était bien débrouillée, mais c’était en sachant qu’elle allait rejoindre quelqu’un. Elle n’avait nullement l’intention de vivre en solitaire pour toujours. Après être restée recroquevillé sur elle-même à se morfondre et à se traiter de tous les noms, Tea avait décidé de se retrousser les manches. Elle se savait beaucoup plus forte que ça. Elle n’était plus la petite fille qui devait sans cesse s’appuyer sur les autres pour survivre. Elle était capable de prendre ses propres décisions. La preuve, elle ne serait pas là en ce moment si ce n’était pas le cas. Pendant son périple, elle avait rencontré un tas de survivants. Ces derniers lui avaient dit que des groupes existaient et s’étaient formés pour s’entraider pendant l’infestation. Elle allait tenter d’en rejoindre un, c’était décidé.

C’est une Teresa déterminée qui se dirigeait vers le nord de la ville. Il y avait là une importante communauté qui devrait être en mesure de l’accepter. Encore une longue route à faire, mais au moins elle était certaine qu’elle ne s’y rendait pas pour rien. Comme à chaque tombée de la nuit, la brunette s’était trouvée un petit emplacement pour y passer la nuit. Assise en indien sur son sac de couchage, elle observait sa carte illuminée par sa lampe frontale. Elle portait un jujube au sucre à sa bouche lorsqu’elle entendit des bruits suspects. Elle tendit l’oreille et plissa les yeux comme si ça l’aiderait à mieux entendre. Ça ressemblait à une confrontation. Puis, le bruit d’un verre cassé la fit sursauter. Elle se leva et s’empara de son revolver. Elle s’assura que son poignard était bien à sa cheville. D’un pas rapide, elle se dirigea vers le combat. Ses yeux s’agrandirent et elle pinça les lèvres en apercevant trois virulents assez costauds et plus rapides de ce qu’elle avait vu auparavant, s’en prendre à un survivant. "Hey les vermines!" Appela-t-elle les infectés pour détourner leur attention. Deux d’entre eux se retournèrent vers elle. Elle déglutit. Elle était plus courageuse, certes, n’empêche qu’elle ressentait toujours une certaine peur lorsqu’elle se retrouvait en présence de ces monstres. Mais, maintenant, elle ne se cachait plus. Elle attaquait. "Attrapez!" Elle lança son poignard au survivant. Il lui semblait qu’il s’agissait d’un homme, mais il faisait plutôt sombre et elle n’arrivait pas à bien distinguer la silhouette. Elle pointa alors son arme à feu vers l’une des crapules et tira. Une fois. Deux fois. Trois fois. Elle atteignit sa cible dans le torse, mais ça ne semblait pas le ralentir. "Bordel!" C’était pas possible, ils avaient évolué ou quoi? Elle tira à nouveau cette fois vers la tête, mais la balle se dirigea plutôt vers l’autre victime et le frôla de justesse. Pas le temps de s’excuser, elle tira encore une fois et réussit à atteindre la tête et cela semblait l’ébranler. Le zombie avait arrêté de marcher, mais il refusait de tomber. Même qu’il semblait encore plus enragé et sonné à la fois. Elle s’empara d’un morceau de verre pointu et profita de l’hésitation de la créature pour lui planter directement dans la tête dans un cri de rage qui faisait plus que du bien. La peau du virulent était plus solide et elle dû appuyer très fort pour le mettre hors d’était de nuire. Avant de tomber pour de bon, il réussi tout de même à la repousser fortement au sol, tout prêt de son compagnon qui s’avança dangereusement vers elle. Sur le dos, elle réussit à tirer un peu au hasard, mais rien n’arrêta la bête qui d’un coup bien calculé, frappa l’arme et l’envoya valser plus loin. "Dégage saloperie!" Elle donna un coup de pied dans les genoux de la chose, mais ça n’eut aucun effet. Les yeux en colère de la jeune fille changèrent instantanément. C’était maintenant de la peur pure qui pouvait s’y lire. Elle n’était pas assez forte pour le faire reculer.
CODAGE PAR AMATIS


_________________
My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel.  My heart is filled with songs of forever, Of a city that endures, where all is made new. I know I don’t belong here; I’ll never Call this place my home, I’m just passing through.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

All of us start from zero  190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

All of us start from zero  X0TurS621 / 5021 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ218 / 5018 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU722 / 5022 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
28.08.19 1:41
Généralement, il ne s'attarde jamais au visage putréfié des virulents. Se faire à l'idée que ces corps qui déambulent sont des coquilles vides lui retire un poids des épaules. Il est pourtant obligé de s'attarder au visage de celui penché au-dessus de lui ; une haleine de chacal, des dents toujours présentes, pourries, claquantes, enragées, affamées. Il ne doit pas perdre de vue son objectif : revoir Madeline. Pendant une seconde - voire deux - il perd la notion du temps, sent le sang affluer à son cerveau. C'est l'adrénaline qui s'éparpille dans chaque cellule de son corps, qui le rend à la fois faible et fort. La peur, mais aussi l'envie de survivre.

Un poignard tombe près de lui ; on le prévient aussitôt. Il essaie de tendre le bras pour attraper l’arme, mais le monstre est trop lourd pour qu’il y parvienne. Un projectile manque l'écorcher vif. Une intervention complètement inutile, pense-t-il sous le coup de la colère. Des actions qui manquent de précision. Des bruits qui attisent la colère et la faim des monstres. Théophile se tortille contre le verre qui déchire par minuscules incisions son vêtement, puis sa peau. Où trouve-t-il la force de soulever tout le poids d'un mort afin que ce dernier ne l'écrase pas? Ce truc pèse une tonne! Enfin, après plusieurs essais, il trouve l’arme lancée à la volée à proximité de ses doigts. Il récupère l'objet, l'empoigne solidement. La lame s'enfonce durement dans le crâne du macchabée qui s'écrase au sol. En voilà un hors d'état de nuire.

Théo, il prend appuie sur le sol pour se lever, s'écorchant la paume au passage. Il n'y pense pas. Des blessures, il en aura toujours. Il reprend son souffle, passe le revers de sa main sur son front. Même si une personne est en détresse, il doit retrouver l'usage de ses pensées, sinon il risquera de s'effondrer après la première enjambée. Puisque le temps presse, il inspire, deux fois, profondément. L'oxygène revient au cerveau. Ce garçon aime l'action, devient euphorique lorsque son corps est bercé par l'adrénaline, mais il est loin d'être insensible. Les attaques de virulents, ce n'est pas ce qu'il préfère. Lorsqu'il doit en tuer plus d'une dizaine, la nausée vient facilement lui couper l'appétit pendant minimum deux jours. Il pense que c'est de là qu'est né son envie de fumer. Ça ouvre l'appétit. Après ces inspirations, il retrouve son aplomb, n'attend pas davantage maintenant que le second virulent est tombé. Cette fille est venue l'aider ; il restera pas à l'écart, les bras croisés. Il fonce, Théo.

Le jeune Foster, il assiste à la scène. Il fait noir, mais pas complètement. Lorsqu’il marche, ses semelles font craquer le verre. Cependant, le monstre est trop concentré pour lui accorder la moindre attention. Tant mieux, cela permet au garçon d’avancer sans restreindre ses mouvements. Cette joie est bien vite chassée lorsqu’il se penche pour récupérer l’arme à feu expulsée violemment des mains de la fille. Il grimace, sent la peau tendue de son dos scinder. Cette douleur spontanée le pousse à la folie. D’un mouvement déterminé, il est déjà en marche vers cette chose. Sans même user du poignard lancé plus tôt, il s’arrête à quelques centimètres du monstre, plaque le canon contre la tempe. Le virulent n’a pas la moindre idée de ce qui l’attend ; bientôt, il ne pourra plus fantasmer sur le goût savoureux de la chair fraîche. Théo, il n’hésite pas. Son index appuie sur la détente. La tête explose. Le corps s’affale.

Terrassé, le monstre.
Teresa, ébranlée.

- Teresa?

Le canon de l'arme est encore chaud lorsque Théo vise le sol avec ce-dernier, un réflexe lorsqu'il voit cette innocente, les traits déformés par la peur. C'est ce qu'on lui a appris : ne jamais pointer une arme vers quelqu'un, les accidents surviennent facilement. Cet incompréhension, cette peur. Il a déjà vu ce regard, sur ce même visage, mais dans d'autres circonstances. Comment est-elle arrivée jusqu'ici? Où sont son frère et ses camarades de voyage? Le torse de Théo se soulève lourdement sous l'effort, mais sa respiration semble déjà retrouver un rythme raisonnable. Son doigt a depuis longtemps quitté le gâchette, il tient désormais l'arme directement par le canon. Le poignard de la fille a rejoint sa ceinture. Mieux vaut qu'il le garde encore quelques minutes.

Il s'accroupit devant elle, cherche à croiser une once de lucidité dans les yeux de Teresa. Est-elle avec lui, dans ce moment présent, dans cet endroit? La peur chasse vite toute logique. L'adrénaline, lorsqu'elle retombe, crée souvent un effet de distorsion de la réalité. Même lui, accro à cette sensation, a souvent été victime des effets incontrôlés de l’euphorie, perdant complètement tous ses repères. Heureusement qu'il avait Noah. Ses yeux trouvent enfin les siens. Théo, il n'est pas en colère qu'elle soit si loin des siens, mais il ne comprend pas la raison de sa présence. L'interrogation est visible sur son visage luisant de sueur et de saleté.

- Tu peux te lever?

C'est pas le moment de poser des questions plus indiscrètes. Vaut mieux s'assurer qu'un autre virulent n'est pas à proximité. Un sourire, sur les lèvres de l'homme, lorsqu'il tend une main pour l'inviter à se lever. Mais lui, il se doute pas une seconde que cette fille a un jour rencontré sa tendre soeur Madeline.

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Teresa Spencer
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  Tumblr_inline_p5kxt4RfRC1tw2m0e_250

Ancien métier : Étudiante en histoire de l'art
Occupation : Survivre (retrouver Théo ->)
Statut civil : Seule
Lieu de naissance : Seattle, USA

All of us start from zero  Tumblr_inline_phstcq63Oe1tq4j4w_500

Messages : 255
Inscription : 15/04/2019
Crédits : Ava: SneakySkunk ♥ Signa: ANESIDORA
Célébrité : Alycia Debnam-Carey

All of us start from zero  X0TurS626 / 5026 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ232 / 5032 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU719 / 5019 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
29.08.19 9:01
All of us start from zero
You told me to love you, and I did. Tied my soul into a knot. And got me to submit. So when I got away, I only kept my scars. The other me is gone. Now I don't know where I belong

▼▲▼

Jusqu’à maintenant, Teresa avait réussi à contourner les virulents et n’avait eu aucune confrontation contre l’un d’eux depuis qu’elle avait quitté son frère. Ce n’était pas ce qu’elle préférait dans ce monde apocalyptique et elle préférait nettement les éviter, mais elle n’avait pas pu ignorer le combat qui se déroulait tout juste à côté de son petit campement. Elle avait pris son courage à deux mains et avait porté secours au pauvre survivant qui avait trois créatures dans les pattes. Il semblait en bien mauvaise posture et elle avait réagi rapidement. Avant elle observait et analysait avant d’attaquer, mais plus maintenant. Elle fonçait. Elle lui avait lancé son poignard afin qu’il aille une arme pour se défendre, puis elle avait interpellé les virulents pour qu’ils le laissent tranquille. Deux d’entre eux s’étaient aussitôt retournés vers elle. Tea avait levé son arme et tiré sans réfléchir. Les dents serrées, la détermination dans le regard et la rage qui déformait ses traits doux, elle avait fait comme on lui avait montré. Viser, engager, tirer, recommencer. Elle n’atteignit pas sa cible à tous les coups, mais elle ne lâchait pas, elle ne bronchait pas. Elle voulait juste les mettre au sol, mais ils étaient beaucoup plus résistants que les autres qu’elle avait déjà affronté. Surtout à la noirceur. Ils étaient vifs et rigoureux. Elle semblait y déceler une certaine intelligence dans leurs yeux éteints. Elle redoubla d’effort, mais sa cible était redoutable. Seule une balle dans le front de la chose réussit à le ralentir sans le mettre hors d’état de nuire. La panique avait commencé à s’infiltrer en elle. Elle ne savait plus combien de balles il restait dans le chargeur et elle commençait à être à court de moyen. Elle jeta un rapide coup d’œil vers l’autre survivant qui avait réussi à prendre le dessus sur son assaillant. Elle marcha sur un morceau de verre bien pointu et elle vit là une bonne opportunité d’en finir avec la créature sonnée. Le verre se planta difficilement dans le crane de la chose. Du sang gicla sur elle et la créature émit un son affreux qui la fit frissonner. Elle s’effondra au sol non sans avoir frapper Teresa avec force dans un dernier gain d’énergie. La jeune fille ne s’était pas attendue à cela et la chute fût violente. Elle lui arracha une grimace de douleur, mais elle ne pouvait pas s’y attarder plus longtemps, le deuxième virulent était déjà sur elle. Affaiblie par sa blessure et la fatigue accumulée, elle déglutit. Elle avait perdu son arme, elle était à présent une proie facile, à la merci de cette puanteur. Elle regarda autour d’elle, mais il n’y avait rien qui puisse l’aider à portée de main. Affronter un virulent comportait toujours des risques, même le plus fort et le plus vigoureux des survivants mettait sa vie en danger lorsqu’il se battait contre les zombies. C’était difficile de savoir comment les créatures allaient réagir ou s’il n’y en avait pas un qui allait surgir par surprise dans notre dos. Ils étaient fourbes et une morsure était si vite arrivée. Elle reculait à l’aide de ses bras à mesure qu’il avançait en tentant de deviner sa prochaine attaque pour l’éviter, mais ces infestés n’avaient rien à voir avec les autres. Ils étaient plus dangereux, plus solides, plus rapides, plus laids aussi. Il semblait vouloir lui sauter dessus, mais avant qu’il ne lui tombe dessus, sa tête explosa. Tea avait crié d’horreur sur le coup de l’émotion après avoir reçu une abondance de sang noir dans le visage. Mais c’était terminé.

Aussitôt, elle essuya vigoureusement sa figure pour enlever toutes traces de liquide de pestiféré, tout en crachant. Son cœur battait rapidement mais il manqua de s’arrêter lorsqu’elle reconnu l’homme. Ses yeux s’écarquillèrent de surprise et sa voix resta pris dans sa gorge. Theo Elle n’arrivait pas à le croire. Elle l’avait tant cherché, tant attendu et il était là, devant elle. Exactement comme dans ses souvenirs. Il l’avait sauvé, encore une fois. Teresa ne bougea pas lorsqu’il s’accroupie à sa hauteur cherchant son regard qu’elle refusait de lui donner. Encore terrorisée par son combat avec les virulents, encore plus estomaquée qu’il se retrouve devant elle, elle fixait le vide. Elle aurait dû être au comble du bonheur. C’était bien pour lui qu’elle avait fait tout ce chemin, non? Pourtant, elle n’arrivait pas à mettre un mot sur ce qu’elle ressentait. C’était un mélange de toutes sortes d’émotions. Lorsqu’il lui demanda si elle pouvait se lever d’une voix douce, elle cligna des yeux comme si elle prenait enfin conscience de ce qui se passait. Il lui offrit un sourire rassurant. Celui-là même qui l’avait fait craquer la première fois qu’elle l’avait vu. Elle avait envie de prendre cette main, peut-être même de le prendre dans ses bras. Pourtant…D’un geste vif de la main, elle repoussa celle que le Foster lui présentait et se leva d’elle-même, non sans pincer les lèvres pour contenir sa douleur. "Va te faire foutre." Et elle parti vers son campement de fortune en lui donnant un coup de coude dans le torse pour passer.

CODAGE PAR AMATIS


_________________
My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel.  My heart is filled with songs of forever, Of a city that endures, where all is made new. I know I don’t belong here; I’ll never Call this place my home, I’m just passing through.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

All of us start from zero  190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

All of us start from zero  X0TurS621 / 5021 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ218 / 5018 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU722 / 5022 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
31.08.19 9:01
- Wow.

Va te faire foutre. Elle le cloue sur place : bouche-bée. Un : va te faire foutre, qui vient des profondeurs de ses entrailles. Un souffle expiré douloureusement de la bouche de la fille. Ça n'arrive pas souvent qu’il ne parvienne à réagir instinctivement pour dire quelque chose, partager le fond de sa pensée, comme de dire la première blague qui lui passe par la tête. C'est naturel pour lui, de vouloir détendre l'atmosphère, de ne pas prendre toutes les situations au sérieux même s'il est capable d'être réellement présent pour autrui. Quel aplomb, soudainement. C'aurait été une autre demoiselle, il n'aurait pas tilté, mais cette demoiselle c'est Teresa. Teresa, la fille jetée en pâture dans une maison abandonnée bondée d'immondices.

Son sourire devient plus sérieux, comme si sa propre soeur s’était blessée et qu’elle avait besoin qu’on prenne soin d’elle. De manière à effacer complètement ce sourire amical de ses lèvres, Théo passe une main sur cette barbe rugueuse qui prend naissance à son visage. Toujours accroupi, il l'observe du coin de l'œil : elle se lève, repousse son aide, s'éloigne. Quelque chose cloche. Il n'aurait autrefois pas été en mesure de faire la différence. S'il n'avait pas été témoin des nombreux silences de Teresa, de ses regards inquiets et incertains, de sa soumission, mais aussi de sa peur-panique, jamais il n'aurait pu remarqué cette once de changement dans sa manière d'agir, d'être. Il y a anguille sous roche. Il n'a certes jamais fait suite à l'élan d'affection offert par Teresa, le jour de son départ, mais il n'a pas l'impression que ce soit l'élément perturbateur : il serait un peu tard pour réagir ainsi.

Vivement redressé, il a emboîté son pas pour finalement la rattraper.  Il s'est empressé de la retenir, ses doigts repliés à son coude. Il a tous les droits de se montrer aussi familier ; n’a-t-elle pas déjà fait davantage sans chercher à savoir s’il était consentant à l’embrasser?

- Qu'est-ce qui s'est passé?

L'homme ne l'invite pas à répondre. L'homme l'oblige à répondre.

La fille ne voulait pas quitter son frère, ne voulait pas suivre Théophile dans son besoin de partir. Cramponnée à ses positions, elle est volontairement restée derrière, consciente que ce groupe pouvait, à tout instant, la blesser, encore. Quelque chose a poussé Teresa à partir, à se trouver devant lui ce soir. Un déclencheur a obligé la fille à aller à l'encontre de sa décision, tout comme la mort de Ange a permis à Théo de s'envoler. Quel a été ce déclencheur pour Teresa? Ce groupe n'était pas le pire, mais n'était pas le plus sécuritaire non plus. Malgré sa proposition, jamais il n’a imaginé qu’elle puisse le suivre. Qu'elle soit partie uniquement pour lui n'est même pas une hypothèse à son sens.

Les doigts de Théo ne s'adoucissent pas, toujours pressés à ce coude. Même que les doigts semblent plus solides à mesure que les réflexions de l'homme s'enchaînent : il se punirait de ne pas avoir insisté davantage à son départ si Teresa a été blessée. Mais il est loin de se douter de son cheminement vers le Temple, loin de se douter que ses doigts ont maintes fois caressé le papier de la carte, loin de se douter qu'elle a rencontré son sang : Madeline, loin de se douter qu'elle a découvert des choses sur lui.  Bien évidemment, sa main est ferme. Il ne permettra pas à la fille de fuir sa question. Il ne sait que trop bien à quel point le silence est douloureux et néfaste. Et à cause de cette précédente attaque, il est remonté, quasiment prêt à entendre le pire.

- Pourquoi t'es ici? une nouvelle question, il insiste.

Théo ne bougera pas de là s'il n'obtient aucune réponse. Il n'entend aucun grognement en approche, alors il n'est pas pressé de se cacher. Si d'autres virulents avaient été dans les environs, les nombreux coup de feu les auraient inévitablement alertés. Ils seraient déjà entourés.

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Teresa Spencer
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  Tumblr_inline_p5kxt4RfRC1tw2m0e_250

Ancien métier : Étudiante en histoire de l'art
Occupation : Survivre (retrouver Théo ->)
Statut civil : Seule
Lieu de naissance : Seattle, USA

All of us start from zero  Tumblr_inline_phstcq63Oe1tq4j4w_500

Messages : 255
Inscription : 15/04/2019
Crédits : Ava: SneakySkunk ♥ Signa: ANESIDORA
Célébrité : Alycia Debnam-Carey

All of us start from zero  X0TurS626 / 5026 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ232 / 5032 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU719 / 5019 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
17.09.19 13:33
All of us start from zero
You told me to love you, and I did. Tied my soul into a knot. And got me to submit. So when I got away, I only kept my scars. The other me is gone. Now I don't know where I belong

▼▲▼

Elle aurait dû être heureuse. Elle aurait dû être soulagée. Elle l’avait retrouvé. Elle n’avait pas fait tout ce chemin en vain. Elle n’avait pas laissé la sécurité d’être avec son frère et ses amis pour rien. Elle avait atteint son objectif. Il était là devant elle. Bien vivant alors qu’elle avait eu des doutes lorsqu’elle ne l’avait pas vu près du temple comme convenu et que sa sœur Madeline n’avait pas eu de ses nouvelles. Il avait bien une nouvelle cicatrice sur la joue et une barbe de plusieurs jours, mais Theo n’avait pas changé. Il était toujours le même. Fougueux, charmant, sans peurs. Elle aurait dû pousser un cri de joie, prendre la main qu’il lui tendait et lui sauter au cou. Peut-être verser quelques larmes de joie de savoir qu’elle ne serait plus seule et qu’il serait avec elle. Pourtant, Teresa avait réagi autrement. Certes, le soulagement et la joie avaient été les premiers sentiments qu’elle avait ressentis lorsqu’elle avait découvert l’identité de l’autre survivant, mais la colère les avait bien vite remplacés. La colère d’avoir eu l’impression qu’il s’était joué d’elle, la colère d’avoir appris qu’il avait tué sa sœur, la colère de lui avoir fait confiance, la colère parce qu’il lui avait menti, la colère d’avoir été naïve et de l’avoir cru. Elle l’avait repoussé avec grande violence, elle-même surprise par sa réaction. Puis, sans un regard, elle l’avait ignoré se doutant bien qu’il n’en resterait pas là. Elle n’était pas n’importe qui. Elle n’était pas l’une de ces personnes rencontrées au hasard et dont Théo pouvait quitter sans plus de cérémonie. Non, elle était la fille qu’il avait sauvé deux mois plus tôt, celle qui l’avait embrassé dans un élan de confiance, celle qui avait refusé de le suivre pour échapper aux idées douteuses de son frère.

Teresa avait douloureusement envie de le prendre dans ses bras pour retrouver cette chaleur et cette proximité qui lui avaient insufflés tant de sécurité, mais c’était différent maintenant. Tout était différent. Elle n’était plus la même, elle avait appris des choses le concernant, elle n’était plus certaine de rien. Elle n’était plus certaine de ses sentiments à son égard. La jeune fille l’avait idéalisé tout au long de son périple, rêvant tous les soirs de leurs retrouvailles et de sa réaction lorsqu’il l’apercevrait. Rêvant de sa chaleur et de sa douceur alors qu’il la réconfortait. Elle s’était imaginée qu’il serait agréablement surpris mais qu’il l’accepterait avec beaucoup de plaisir. Qu’il serait heureux qu’elle ait changé d’avis. Si Théo était effectivement surpris de l’avoir devant lui, on ne pouvait pas dire qu’il était heureux. Son ton était sec et il l’avait attrapé fermement par le coude. Par réflexes, Tea avait tenté de se libérer, mais il avait accentué son emprise. Elle était surprise par sa dureté, comme s’il lui reprochait de s’être aventurée si loin de son frère. Comme si elle n’avait pas le droit d’être là. Il l’a fixait et elle se sentait toute petite. L’ancienne Teresa aurait craqué, mais pas celle-ci. Ses lèvres étaient pincées et ses yeux bleus le défiaient. Pas question de se défiler.

"Je suis partie, c’est tout." Lui répondit-elle d’une voix plutôt calme alors que l’énervement était à son comble en elle. Elle savait que ce n’était pas suffisant et qu’il voudrait en savoir davantage. Ils s’étaient côtoyés que quelques semaines à peine, mais il l’avait très vite cernée. Elle essaya de nouveau de se défaire, mais il ne la lâcha pas.  Il insista et posa une nouvelle question qui était la goutte. "Pourquoi je suis ici? Mais tu te fous de ma gueule! Pourquoi tu penses?" Avec rage, elle réussi à se défaire de sa prise et sortie la carte de sa poche. "C’est toi qui m’a donné cette carte, tu te rappelles?" Elle secoua le plan déchiré, brûlé, chiffonné et marqué devant lui. "Tu m’as dit que tu serais près du Temple, si je changeais d’avis! Et bien me voilà." Elle se rappelait ce moment comme si c’était hier. Elle n’avait pas cessé de se rejouer la scène depuis qu’il était parti. Elle se répétait constamment les paroles du garçon dans sa tête. Ne te laisse pas écraser par eux. Elle avait pris du temps à comprendre et à prendre son destin en main, mais c’était fait à présent. Elle avait suivi son conseil, elle avait suivi ses pas et ses directives. Elle avait fait ce don il l’avait encouragé à faire. Alors, pourquoi n’était-il pas plus heureux de la voir?

CODAGE PAR AMATIS


_________________
My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel.  My heart is filled with songs of forever, Of a city that endures, where all is made new. I know I don’t belong here; I’ll never Call this place my home, I’m just passing through.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

All of us start from zero  190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

All of us start from zero  X0TurS621 / 5021 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ218 / 5018 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU722 / 5022 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
18.09.19 8:59
Je suis partie, c’est tout. Elle bloque, ne veut pas s’ouvrir à lui. Pourquoi tu penses? Il n’en sait rien, sinon il ne poserait pas la question. La détermination dont elle fait preuve pourrait terrasser n’importe quel arbre ; oui, elle est déterminée à lui faire comprendre pourquoi elle est dans cet état, pourquoi elle est là. C'est tout ce qui l'attend.

Teresa est blessée car il n'était pas au Temple. La fille tremble de colère en secouant cette carte sous son nez. Sa voix est comme un marteau, pertinent et douloureux. Et bon sang qu'il en a manié des marteaux pour maintenir en place des structures. Il comprend que les fondements qui constituent la fille sont affaiblis. Il comprend qu'elle cherche à bâtir son univers. Elle est bouleversée, sûrement autant que cette nuit dans la cabane, à la différence que l'émotion n'est pas la même. Les paroles de Teresa résonnent à l'intérieur de l'homme, assez pour qu'il la laisse s'exprimer sans lui couper la parole. Si elle en ressent le besoin, qu'elle se défoule! Ça ne peut que la libérer d'un poids. Théo est incapable de la quitter des yeux lorsqu'elle s'emporte ainsi, cherchant toujours à capter la lueur qui brille dans ses prunelles malgré la faible luminosité. Avec avidité et curiosité, il observe cette nouvelle, et si spontanée, Teresa. Ce serait mentir de dire qu'il n'est pas étonné. L’explication est simple : elle le cherchait, mais ne l'a pas trouvé. La carte ressemble à un bout de chiffon malmené. Mais c'est seulement un bout de papier…

- Laisse tomber ça.

Son regard ne s'attarde pas à la carte autant qu'à son visage empreint de rancoeur. Il n'aime pas que ce bout de papier le sépare d'elle. Donc, d'un geste décidé, il attrape le bout de papier qu'il ne craint pas froisser, impatient de l'en priver. Il ne pensait pas qu'à la suite de sa proposition elle transformerait cela en quête personnelle au point de ne penser à autre chose. Son monde ne doit pas seulement tourner autour de ça, de lui. Elle mérite tellement mieux qu'une promesse, qu'un itinéraire sur un bout de papier. Si d'un côté il est attendri par le courage de le fille à suivre ses pas, il est frustré qu'elle se soit entêtée à le rechercher après avoir constaté qu'il n'était pas au lieu du rendez-vous. Et s'il était mort entretemps? Quand se serait-elle résolue à tourner la page? C'est donc dans un geste brusque qu'il balaie cette carte.

- Ça suffit maintenant, tu m'entends?

Il pourrait presque sembler autoritaire et hostile lorsqu'il passe ses paumes contre la gorge de la fille pour l'obliger à plonger ses yeux dans les siens. Il n'est peut-être pas toujours doux et délicat, mais il n'est pas moins attentif ou réceptif quand une personne à besoin de souffler. Ses pouces caressent sa mâchoire qu'ils dessinent par automatisme. Ces mêmes pouces qui dirigent son visage pour qu'elle ne détourne pas les yeux et qu’elle l’écoute.

- Je suis là.

Aussi simple que ça. Trois mots qu'il veut qu'elle entende à cet instant. Il incline son visage, cherche à capter toute son attention parce qu'elle semble nettement décidée à le repousser ou à l'ignorer ; cette petite rébellion pourrait presque le faire sourire. L'envie de l'injurier semble effleurer la fille en surface, mais pourquoi lui reprocher ce besoin de s’exprimer? Son frère l'a trop longtemps contenue. Théo n'a pas dit davantage, même s'il aurait pu préciser que, après deux mois, elle n'avait aucune raison d'être offusquée qu'il ne soit pas au Temple. Elle a refusé de le suivre. Ce n'est pas un crime de n'avoir attendu au seul endroit où il n'est pas le bienvenu. Pour elle, ç'aurait pu être sécuritaire. Mais elle est déjà bien assez tiraillée ; il ne ressent pas l'envie de se moquer et de remuer le couteau dans la plaie. Il comprend mieux pourquoi elle est là… mais elle aurait pu le faire bien plus tôt. C’est le déclencheur qu’il veut connaître.

- Pourquoi tu es partie? Il est arrivé quelque chose à ton frère? Ils t'ont fait mal? Qu'est-ce qui t'a fait changer d'avis?

Loin de lui l’idée qu’elle puisse être inquiète en sa présence ; est-elle seulement entrée dans le Temple ; a-t-elle croisé des membres de sa famille? Elle ne semble pas du tout à l’aise en sa présence, mais ça ne l’empêche aucunement de la maintenir en place à l’aide de ses bras tendus. Des bras qui, solidement, imposent un mètre de distance entre eux même si ses doigts s’attardent contre sa peau. Leurs rapports ne sont jamais vraiment allés plus loin que ça, pourquoi voudrait-il la mettre inconfortable en étant plus près? Cette fois, il ne la prendra pas dans ses bras. Elle a juste besoin de lui dire ce qui la ronge et qu’elle n’avoue pas. Elle doit prendre le temps de se calmer. Aussi, ça secoue plus qu’on ne le croit d’affronter des virulents, même pour lui. Il est possible que son coeur soit encore affolé. Alors, il continue d’insister sans atténuer sa présence en face d’elle.

- T’as raison, j’étais pas là. J’ai pas eu le choix de partir, ok? Je vais pas te dire que t’as fait le mauvais choix en allant là-bas. Ça t’appartient, ça. Tess, t’as pas besoin de l’accord de qui que ce soit pour prendre une décision. Et ça me fait plaisir de te voir. Mais tu ne te défileras pas aussi facilement, alors réponds à mes questions.

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Teresa Spencer
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  Tumblr_inline_p5kxt4RfRC1tw2m0e_250

Ancien métier : Étudiante en histoire de l'art
Occupation : Survivre (retrouver Théo ->)
Statut civil : Seule
Lieu de naissance : Seattle, USA

All of us start from zero  Tumblr_inline_phstcq63Oe1tq4j4w_500

Messages : 255
Inscription : 15/04/2019
Crédits : Ava: SneakySkunk ♥ Signa: ANESIDORA
Célébrité : Alycia Debnam-Carey

All of us start from zero  X0TurS626 / 5026 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ232 / 5032 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU719 / 5019 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
17.10.19 10:45
All of us start from zero
You told me to love you, and I did. Tied my soul into a knot. And got me to submit. So when I got away, I only kept my scars. The other me is gone. Now I don't know where I belong

▼▲▼

Alors que Teresa s’était faite à l’idée qu’elle ne le reverrait jamais, Théophile était réapparu. Loin de l’endroit indiqué sur la carte. C’était toute une surprise à laquelle elle ne s’était pas attendue. Elle était submergée d’une multitude d’émotions, mais c’était la colère qui avait pris le dessus. Jusqu’à ce qu’elle lui demande pourquoi il pensait qu’elle était là. Pour elle, c’était évident et elle aurait pensé que ça aurait été le cas pour lui aussi. Mais, c’était de l’incompréhension qu’elle voyait dans son regard et aussitôt elle déglutit. Elle se recula de quelques pas. Les voilà qu’ils revenaient. Ces sentiments qui ne l’avaient pas quitté tout au long de sa petite aventure. La peur, les regrets, la panique, les questions remontaient à la surface.  Il ne se doutait pas de l’effet qu’il avait eu sur elle. Le baiser qu’elle lui avait dérobé n’avait probablement pas été un bon indicateur. Elle avait fait une connerie. Elle en était certaine à présent. Elle s’était emballée trop vite. Peut-être avait-elle pris trop de temps à se décider et Théo l’avait oublié. Il était passé à autre chose et il se fichait bien d’elle à présent. Elle se sentait coincée. Quelle débile! L’une des seules folies qu’elle s’était permis était en train de se transformer en cauchemar. Elle n’aurait pas dû partir. Elle n’aurait pas dû croire que le gazon était plus vert ailleurs. Elle n’aurait pas du partir à sa recherche.

Elle voulait fuir, courir le plus loin possible de lui. Elle avait honte d’avoir cru. D’avoir espéré. Alors qu’au final, elle avait peut-être rêvé de cette promesse silencieuse lorsqu’il lui avait offert la carte. Peut-être qu’il n’aurait pas pensé qu’elle franchirait le pas et qu’elle oserait défier son frère et qu’il avait seulement voulu être gentil. La panique pouvait se lire dans ses yeux et encore plus lorsqu’il lui ôta le bout de papier des mains. "Pourquoi t’as fait ça!!" Machinalement, elle avait fait un geste pour le rattraper. Son cœur se déchira lorsqu’il le froissa sans ménagement. Cette carte avait été ce qu’elle avait eu de plus précieux pendant son périple. C’était à elle qu’elle s’était accrochée lorsqu’elle avait eu envie de rebrousser chemin, c’était elle qui l’avait amené jusqu’ici, elle qui lui avait donné le courage de quitter ceux qui la protégeaient depuis deux ans, elle qui lui promettait une nouvelle vie. C’était ridicule d’être aussi dévastée par la perte de l’objet puisqu’au bout du compte, elle avait joué son rôle à la perfection. Elle l’avait amené à Théophile. Pourtant, ça l’horrifiait de la voir dans cet état. Elle était illisible à présent. Le symbole de son aventure était désormais détruit. Teresa se sentait perdue tout d’un coup. Elle n’arrivait pas à quitter le papier chiffonné des yeux. Théo dû l’obliger à le regarder en posant ses mains autour de sa gorge, tandis que ses pouces lui caressaient les joues dans un geste doux qui contrastait avec le ton utilisé plus tôt. Elle avait sursauté à son contact tentant même de se défaire, mais rapidement, elle se perdit dans ses iris bleues. Malgré toute la colère ou la peur qu’elle ressentait vis-à-vis de lui, elle ne pouvait rien contre ce regard qui la transperçait toutes les fois. Elle ferma les yeux lorsqu’il lui souffla qu’il était là. Oui, elle n’en doutait plus à présent. La chaleur de ses mains sur sa peau le confirmait. Son cœur continuait de battre rapidement, mais elle s’était calmée. Elle était toujours à fleur de peau, mais elle se maîtrisait. Elle rouvrit les paupières quelques secondes plus tard et hésita à le regarder. Il profita de l’accalmie pour reprendre ses questions et la jeune fille se braqua à nouveau, mais il avait droit aux réponses. "Non. J’avais juste plus confiance en eux. " Cette raison expliquait tout, même si elle n’allait pas satisfaire le garçon.

Mais ne comprenait-il pas que c’était lui le déclencheur? Qu’elle n’avait pas cessé de penser à lui et qu’elle avait ressassé ses paroles des dizaines de fois avant qu’elle ne prenne son courage et qu’elle tourne le dos à son frère. Que d’avoir croisé son chemin avait tout changé en elle? Pas seulement parce qu’elle ressentait des papillons dans son ventre quand elle l’apercevait, mais que c’était lui qui lui avait fait comprendre qu’elle était plus qu’une sœur à écraser? Qu’elle était plus forte qu’elle ne le pensait? Qu’il était temps qu’elle se fasse confiance et qu’elle cesse de se fier aux autres? Bien sûr, elle aurait pu aller n’importe où, mais c’était vers lui qu’elle avait décidé de se rendre. Il semblait la trouver stupide de s’être rendue jusqu’au Temple et d’avoir espéré qu’il y serait toujours, après deux mois. Maintenant qu’elle y pensait, c’était vrai que ça n’avait aucun sens. Son côté rêveur lui avait encore joué des tours. Elle se détacha du garçon soupirant sous le surnom « Tess », il était le seul à l’appeler ainsi. Ses émotions revinrent à la charge. "Écoute, laisse tomber. Je ne sais pas à quoi j’ai pensé d’accord? C’est pas de ta faute. J’ai eu envie de partir et j’avais que le Temple comme point de départ…Je suis désolée." Elle ne voulait surtout pas lui mettre le poids de ses bêtises sur les épaules. Comme il venait de lui dire, elle était capable de prendre ses propres décisions. Jamais, il ne l’avait obligé à quoi que ce soit. C’était elle qui s’était fait des histoires. Comme toujours.

CODAGE PAR AMATIS


_________________
My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel.  My heart is filled with songs of forever, Of a city that endures, where all is made new. I know I don’t belong here; I’ll never Call this place my home, I’m just passing through.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

All of us start from zero  190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

All of us start from zero  X0TurS621 / 5021 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ218 / 5018 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU722 / 5022 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
21.10.19 20:54
L’objectif de Teresa était de le trouver : chose faite. Elle recule d’un pas pour rompre le contact de ses mains sur sa peau. Mais elle ne s’éloigne pas davantage.

- Écoute, laisse tomber. Je ne sais pas à quoi j’ai pensé d’accord? C’est pas de ta faute. J’ai eu envie de partir et j’avais que le Temple comme point de départ…Je suis désolée.
- T’as tort, ose-t-il contredire au bout de deux secondes de silence. C’est ma faute, précise-t-il comme s’il mettait lui-même des mots sur les pensées voilées de la fille.

Elle n’avouera pas qu’elle le considère réellement comme celui qui est entré dans sa tête. Mais il est comme ça, Théo. Il entre dans la tête des gens, cherche à les faire changer d'avis sur absolument tout pour qu'ils adhèrent à son raisonnement parfois excentrique - et stupide. Il s’emporte vite, jubile, prend des décisions hâtives sans réfléchir. Il sait au fond de lui qu’il est sûrement coupable de son état.

Toutes les raisons sont justifiables pour qu’elle le déteste, à cet instant. Elle s’est sentie seule et vulnérable. Bien sûr, il n’est pas dans sa tête, donc il ne peut comprendre l’étendue des dommages engendrés par son départ. Mais il comprend qu’elle est “ triste “ d’avoir cherché quelque chose en vain. Théo, il se passe une main sur la barbe, puis regarde autour de lui. Cette fois, ce n’est pas le groupe de son frère qui la met dans un état de détresse, c’est lui. Lui qui la prive de ses espoirs. Enfin, elle a trouvé l’objet de sa quête, mais il n’est pas le héro qu’elle espérait tant trouver. Théo, il n’aime pas spécialement décevoir les gens, alors quand ça arrive, il est en colère contre lui-même. Et s’il regarde autour de lui, c’est pour se dire qu’il ne peut laisser la fille filer dans ce décor sombre et abîmé. Ses prunelles bleues reviennent sur leur cible : Teresa. Il redécouvre la fille dans ce nouvel environnement, dans ce nouvel état d’esprit. Il réfléchit à ce qu’il pourrait lui apporter de plus.

- T’as sûrement tes affaires pas loin? commence-t-il. Allons les chercher, tu vas venir avec moi. Et avant que tu ne refuses, sache que t’as pas trop le choix. Je te laisse pas seule cette nuit.

Ni la prochaine, se retient-il d’ajouter. Ni la suivante, pourrait-il préciser. Mais selon sa manière de pensée, il réfléchit une journée à la fois. Ce soir, elle ne restera pas seule. Elle viendra avec lui. Les bruits perpétrés par l’attaque ont sûrement attiré d’autres morts dans les environs. Lui qui rêvait d’une virée nocturne pour explorer cette partie de la ville retardera son excursion. Il pense surtout à la mettre en sécurité, autant qu’il remet le cran de sûreté sur l’arme de Teresa avant de le lui tendre pour qu’elle le récupère. Une simple précaution qui pourrait éviter une quelconque bavure en cas d’accident. Si elle juge être apte à se défendre et parcourir les rues seules, pourquoi la priverait-il de son moyen de protection? Il rompt ensuite le vide entre eux. Glissant une main dans son dos douloureux suite à sa chute - aux nombreux débris de verre qui se sont logés dans sa peau -, il attrape le poignard de la fille à sa propre ceinture, là où il l'avait rangé. Il le soupèse légèrement au creux de sa paume lorsqu’arrive le moment de lui retourner son bien. Mais même s’il lui tend l’objet, il continue de le tenir, comme s’il voulait que sa main entre en contact avec la sienne lorsqu’elle le récupérera.

- Ça va aller? demande-t-il d’une voix réellement concernée.

Cette fois, il parle de maintenant, pas d’hier, pas du mois dernier. Impossible de pas entendre sa question tant le silence pèse lourd autour d’eux désormais. Théo pourrait même entendre la respiration de Teresa dans cet environnement reculé. Il n’a pas envie de lui faire du mal, pourtant il semble lui en faire. Théo lui fait du mal, non pas physiquement, mais à un tout autre niveau. Il a joué avec les sentiments de Teresa d’une manière qui lui échappe complètement. Quand il plonge dans les yeux de Teresa, il se voit comme un connard. Mais il ne sait pas comment corriger ça. Son esprit semble tellement égoïste, impulsif, qu’il ne voit pas toujours les conséquences de ses choix et de ses actes. La première fois, il a répondu à son baiser sans savoir qu’il réveillerait quelque chose de plus grand. Et jamais il ne s’est retrouvé seul face à elle, sans la moindre perturbation autour, sans le moindre empressement. Comme elle s’éloigne à chaque fois, il serait important de se demander si elle n’est pas intimidée, s’il ne lui fait pas peur. Elle a connu le Théo qui accompagnait le groupe à son frère, mais il serait tout à fait normal qu’elle n’ait aucune confiance en lui actuellement. Il en vient même à croire qu’elle est distante parce qu'elle lui cache des choses.

Cette fois, c’est lui qui s’éloigne, prêt à lui emboîter le pas pour aller récupérer ses effets personnels. C’est elle qui le guidera.

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Teresa Spencer
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  Tumblr_inline_p5kxt4RfRC1tw2m0e_250

Ancien métier : Étudiante en histoire de l'art
Occupation : Survivre (retrouver Théo ->)
Statut civil : Seule
Lieu de naissance : Seattle, USA

All of us start from zero  Tumblr_inline_phstcq63Oe1tq4j4w_500

Messages : 255
Inscription : 15/04/2019
Crédits : Ava: SneakySkunk ♥ Signa: ANESIDORA
Célébrité : Alycia Debnam-Carey

All of us start from zero  X0TurS626 / 5026 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ232 / 5032 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU719 / 5019 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
28.10.19 15:43
All of us start from zero
You told me to love you, and I did. Tied my soul into a knot. And got me to submit. So when I got away, I only kept my scars. The other me is gone. Now I don't know where I belong

▼▲▼

D’accord. Peut-être que c’était un peu de la faute de Théophile si elle était là, si loin de l’endroit où ils s’étaient quittés il y avait près de deux mois. Sans lui, sans sa rencontre, jamais elle n’aurait eu l’audace de quitter son groupe et son frère. Sans lui, elle ne serait pas partie seule vers un endroit inconnu. Sans lui, elle n’aurait pas suivi cette carte et ne se serait jamais rendue jusqu’au Temple. Parce qu’avant lui, elle ne s’en serait pas cru capable. Il avait éveillé en elle une force jusque-là insoupçonnée. Il lui avait montré qui elle était vraiment et ce dont elle était capable. Il lui avait dit les mots justes. Les mots qu’elle avait besoin d’entendre pour sortir de sa coquille. Jamais on ne l’avait encouragé à s’affirmer et à prendre les choses en main. Elle avait toujours été écrasé sous prétexte qu’elle était jeune, inexpérimentée, douce et naïve. Il avait été le premier à voir au-delà de tout ça, à voir qu’elle était une personne à part entière et qu’elle était capable de prendre des décisions. Qu’elle était capable d’avancer. Bien sûr, l’attirance qu’elle éprouvait pour lui n’était pas négligeable dans sa décision de tout laisser tomber pour le retrouver, mais c’était aussi plus que ça. Elle avait eu besoin de ce petit coup de pouce pour éclore. Pour avoir confiance en elle et partir à l’aventure. Elle ne l’avait pas cru au départ, croyant qu’il voulait seulement se montrer gentil, mais à force de se répéter ses paroles, elle avait fini par y croire. Elle avait enfin ouvert les yeux sur les agissements de ses compagnons et elle avait décidé d’agir. De penser à elle et de prendre sa vie en main et de ne pas la laisser entre celles de personnes qu’elle aimait, mais en qui elle ne se sentait plus en sécurité. L’homme était probablement responsable du réveil de la belle et de sa venue jusqu’à lui, mais certainement pas de sa rêverie. Il lui avait proposé de l’accompagner, elle avait refusé. Il était normal qu’il soit passé à autre et qu’il ne l’aille pas attendue pendant des mois. Dans ce monde, il fallait continuer d’avancer et ne pas se retourner. Sinon, on se faisait bouffer. Bien sûr, Tea avait été déçue. Elle s’était fait des scénarios, elle avait mis le garçon sur un piédestal. Elle avait espéré, rêvé, imaginé. C’était ce qui lui avait permis de ne pas faire marche arrière et de ne pas abandonner. Et elle avait bien fait. Parce qu’elle l’avait retrouvé. Pas dans les circonstances souhaitées, mais elle l’avait en chair et en os devant elle. Au moins, elle avait pu le revoir. Lui montrer qu’elle n’était plus la petite chose apeurée qu’il avait connu, qu’elle avait suivi ses conseils. Peut-être que c’était pour ça qu’elle voulait tant le retrouver. Pour lui prouver que son court passage dans sa vie avait eu un grand effet sur elle.

Elle aurait voulu ne pas réagir de la sorte et faire comme si elle se foutait bien de lui, mais Teresa n’avait jamais été très douée pour cacher ses émotions. Tout passait par son regard et à ce moment, on pouvait y lire de la tristesse et de la déception. Elle ne savait pas pourquoi elle était si émotive, alors qu’il ne lui avait jamais rien promis. La carte, qui était maintenant en lambeaux, n’était rien d’autre que ça. Elle s’était tellement raccrochée à elle qu’elle en avait fait le symbole de sa quête. Elle avait cru à une promesse silencieuse. Si ça avait été le cas, elle avait malheureusement eu une date d’expiration. Elle soupira, le cœur gros. Elle ne savait pas quoi ajouter. Elle avait l’impression que Théophile s’en mettait beaucoup sur les épaules, mais ce n’était pas ce qu’elle souhaitait. Elle ne voulait pas qu’il se sente obligé de s’occuper d’elle sous prétexte que c’était de sa faute si elle était là. "Mon campement est par là-bas, mais t’es pas obligé de…je veux dire, je peux rester seule."Elle allait comprendre s’il décidait de poursuivre sa route seul. Il était un solitaire. C’était l’une des premières choses qu’il lui avait dites. La voix du garçon était pourtant sans équivoque et elle n’insista pas, une part d’elle étant soulagée qu’il ne la laisse pas. Il lui remit ensuite son arme qu’il avait gardé jusque-là, en prenant soin de remettre le cran de sureté. Elle lui sourit en pinçant les lèvres pour le remercier, sans le regarder. Elle n’osait pas. Elle avait l’impression d’être un frein à ses aventures. Encore. Elle mit son revolver à sa ceinture. Il lui tendit ensuite son poignard et lorsqu’elle le prit dans sa main, il ne retira pas la sienne. Leur peau se frôla et un frisson parcourra son échine. Elle leva alors ses yeux vers lui en rompant leur lien."Oui…je crois. " Elle ne savait pas. Tout était mélangé dans sa tête. La fatigue n’aidait pas à mettre de l’ordre sur ce qu’elle ressentait. "J’ai sûrement un truc pour soigner ton dos dans mon sac." Ajouta-t-elle pour ne pas qu’il la questionne d’avantage. Elle l’avait bien vu grimacer et porter sa main à son dos alors qu’il attendait qu’elle lui montre le chemin.

Elle tourna le dos et l’invita à le suivre, mais après quelques pas, elle s’arrêta. Théo? Elle se mordit la lèvre inférieure alors qu’une bataille intérieure se jouait en elle. Elle se retourna vers lui pour lui faire face. "C’est vrai que tu as tué ta sœur?"

CODAGE PAR AMATIS


_________________
My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel.  My heart is filled with songs of forever, Of a city that endures, where all is made new. I know I don’t belong here; I’ll never Call this place my home, I’m just passing through.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

All of us start from zero  190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

All of us start from zero  X0TurS621 / 5021 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ218 / 5018 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU722 / 5022 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
30.10.19 9:16
Oui je crois. Il peut lui laisser le bénéfice du doute et imaginer qu'elle va bien. Si elle pense pouvoir suivre le rythme, c'est à sa discrétion. Il lui laissera son espace si elle devait au contraire lui dire qu'elle ne va pas bien. J’ai sûrement un truc pour soigner ton dos dans mon sac. Ça ne lui ferait pas de mal d'être soigné, qu'il se dit. Il emboîte son pas pour finalement marcher à ses côtés. As-tu tué ta sœur? Une question spontanée à laquelle il ne s'attendait pas.

Théophile avait une démarche normale, quoique essoufflée à cause de la bataille, avant qu'elle ne lâche la pire bombe qui soit. Ce chemin est dangereux, Teresa, aimerait lui dire le garçon. Théo a parfaitement compris la question puisque sa cadence diminue considérablement. Mais lui n'a pas l'intention de s'arrêter là, il poursuit sa route. Il cherche les bons mots, mais il ne trouve pas ces " bons mots ". Ce détail n'avait jamais été mentionné du temps qu'il fréquentait le groupe du frère à Teresa. Angeline est un sujet délicat, une émotion qui le prend aux tripes et qui lui donne la nausée. La revoir claquer des dents est un énorme cauchemar duquel il ne parvient pas à se détacher. De même, il ne s'est jamais confié à ce sujet ni à Madeline ni à Noah, même si désormais ils savent ce qui est arrivé à cause de ce petit crétin d'Asael. Théo se gratte la tempe. Par cette question personnelle, il sait que Teresa a fait bien plus que seulement se rendre au Temple. Elle a parlé à ces gens de son passé, dont plusieurs refuseraient son retour. Toute sa vie, il a vécu avec des personnes qui ne sauraient lui pardonner. C'est un sentiment frustrant. Qu'a-t-il bâti avec eux finalement, seulement des murs? Beaucoup le détesteraient si on apprenait ce qui est arrivé lors de l'évacuation de Madeline hors du Temple. Mais ça, ce n'est pas le sujet principal. Teresa veut parler de sa sœur Angeline.

- Qu'est-ce que tu penses savoir exactement?

Serait-il un peu vexé?

- Ne pose pas de questions si tu ne veux pas la réponse, Tessa.

Jamais personne ne lui avait encore posé la question directement. Toujours des messes basses, toujours des suppositions, toujours des regards, toujours le silence. Même Asael s'était contenté de jouer les langues de vipère. L'homme continue de marcher en direction de son campement sans vraiment s'arrêter. Son pas est moins rapide, mais il poursuit sa route pour ne pas être tenté de se planter devant elle. Il sait qu'il pourrait devenir méchant, méchant comme il aurait voulu l'être avec Asael, le dénonciateur. La surprise l'avait privé de toutes réactions. Théo ne veut pas se montrer hostile envers Teresa, car cette histoire ne la regarde pas. Elle ne mérite pas qu'il se défoule sur elle à défaut de n'avoir pu le faire plus tôt. Mais elle le pique là où ça fait mal. Et le piquer là où ça fait mal pourrait réveiller des émotions qu'elle n'est peut-être pas prête d'encaisser. Elle a beaucoup de chance qu'il prenne ses distances de quelques pas.

- C'est là? qu'il lâche d'un ton sec en voyant des effets, sûrement ceux de Teresa, rassemblés au même endroit.

Un sac de couchage en travers, un sac de jujube entamé, une lampe frontale tombée. Elle s'était précipitamment élancée vers le bruit lors de la confrontation. Du moins, c'est ce que croit comprendre le garçon en observant l'endroit à l'abri des regards. Il jauge visuellement le nombre de choses qu'ils devront transporter jusqu'au campement de Théo. Il semble déjà pressé de partir de là. Mais il finit quand même par tourner son visage vers elle. Ça le démange de l'intérieur depuis qu'elle a posé la question. Il ne pense qu'à ça, incapable de simplement se changer les idées. Ce monde l'a obligé à tuer, oui.

- Tu t'attendais à quoi exactement, en me cherchant? Vraiment, Tessa? questionne-t-il d'une voix plus blessée et froide qu'il ne le voudrait.

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Teresa Spencer
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  Tumblr_inline_p5kxt4RfRC1tw2m0e_250

Ancien métier : Étudiante en histoire de l'art
Occupation : Survivre (retrouver Théo ->)
Statut civil : Seule
Lieu de naissance : Seattle, USA

All of us start from zero  Tumblr_inline_phstcq63Oe1tq4j4w_500

Messages : 255
Inscription : 15/04/2019
Crédits : Ava: SneakySkunk ♥ Signa: ANESIDORA
Célébrité : Alycia Debnam-Carey

All of us start from zero  X0TurS626 / 5026 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ232 / 5032 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU719 / 5019 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
04.11.19 9:53
All of us start from zero
You told me to love you, and I did. Tied my soul into a knot. And got me to submit. So when I got away, I only kept my scars. The other me is gone. Now I don't know where I belong

▼▲▼

Dès que les mots avaient franchi ses lèvres, Teresa savait que c’était une erreur. La réaction de Théophile le confirma aussitôt. Elle avait touché une corde sensible. Une corde dont elle n’était pas supposée connaître l’existence. Une corde qui aurait dû rester cachée et ne jamais être mentionnée. Elle regretta aussitôt. Ils avaient fait une mini trêve et voilà qu’elle venait tout gâcher. Il lui demanda ce qu’elle pensait savoir et en fait, elle ne connaissait rien. Elle ne savait même pas le prénom de l’autre sœur. Elle connaissait juste les paroles d’Asael qui s’accrochaient à ses oreilles. Ce qu’il ajouta la figea. Il n’avait pas nié. C’était donc vrai. Elle ne savait pas comment réagir. Elle aurait voulu connaître les circonstances, mais il ne lui aurait pas donné. "Okay." Un simple petit mot pour lui signifier qu’elle avait compris et qu’elle n’insisterait pas. Curieusement, elle ne ressentait aucune peur ou dégoût à son égard.  Son avis sur lui ne changea pas, même si cette information était difficile à avaler. Elle voyait bien que ça le tourmentait et qu’il n’était pas en paix avec tout ça. Elle aurait voulu dire quelque chose, mais elle risquait de l’énerver davantage. Elle le suivit donc sans un mot et hocha la tête pour confirmer que c’était bien son campement de fortune qui était tel qu’elle l’avait laissé avec empressement quelques minutes plus tôt.

Il se tourna ensuite vers elle, ses yeux perçants son corps. Cette fois, c’était lui qui versa une douche d’eau froide sur elle. La question en tant que telle était anodine, seulement, Tea n’avait pas de réponse précise à lui offrir. Elle se sentit aussitôt nerveuse. "J’en…j’en sais rien! Je…je voulais juste…Je croyais…" Qu’est-ce qu’elle voulait? Qu’est-ce qu’elle croyait? C’était le fouillis complet dans sa tête. Elle avait envie de craquer. Elle avait envie de crier. Elle avait envie de fuir. Elle avait envie d’abandonner. Elle avait serré les poings jusqu’à en faire une marque rougeâtre à l’intérieure de ses paumes. La partie farouche voulait lui dire d’aller se faire voir et qu’elle était capable de vivre seule. La partie désemparée voulait lui dire qu’elle voulait le retrouver parce qu’elle se sentait bien avec lui. La partie résignée voulait lui dire qu’elle avait fait une erreur et qu’elle regrettait. La partie en colère voulait le frapper et lui faire mal. La partie déçue voulait lui dire qu’elle s’était attendue à une autre réaction de la part du garçon. Elle desserra les mains et après un long soupir. Elle reprit la parole. Le calme avait finalement remporté la mise. "Tu m’as dit des choses qui m’ont fait du bien et qui m’ont ouvert les yeux. Tu es le premier qui a vu que j’étais forte et que je n’avais pas à dépendre autant des autres. Je t’ai cherché parce que…parce que…" Quelques larmes avaient réussi à se faire un chemin jusqu’à l’extérieur de ses paupières. "Parce que je voulais que tu vois que je t’avais écouté et j’ai cru que…je serais en sécurité à tes côtés." Elle essuya ses sanglots du revers de la main. "Mais, je me trompais, il faut croire. " La dernière phrase se coinça entre ses lèvres. Ses épaules s’étaient affaissées. Elle avait fait un pari et elle l’avait perdu. Son frère avait eu raison, Theo ne voulait pas d’elle. Il lui avait dit et elle ne l’avait pas écouté. Elle avait cru si fort que l’homme n’était pas comme les autres et qu’il tenait à elle. C’était difficile d’admettre qu’il n’en était rien. Elle renifla et prit une grande respiration. Elle devait se montrer plus mature et cesser de jouer les gamines. Dans ce monde, on n’avait pas non plus le temps de se morfondre trop longtemps. Il fallait vite remonter la pente, trouver un plan B. "Je partirai demain. Je ne veux pas être un poids pour toi, Théo. " Ce sentiment d’être une épine dans le pied, elle le connaissait trop bien et elle n’avait jamais aimé cette position. Elle ne voulait pas être un frein à quiconque. Elle se pencha et ramassa ses effets en silence. Elle rangea dans son fourre-tout ses friandises, sa lampe-frontale et son sac de couchage qu’elle ne prit pas le temps de plier et le mit en boule à l’intérieur. Elle s’empara de son carnet à dessins dont plusieurs des pages contenaient le portrait de Théophile. Elle le serra dans ses mains se demandant pendant quelques instants si elle ne devrait pas le brûler. Elle l’enfonça finalement dans son sac et se leva. Elle effaça rapidement les traces de son campement. "Le tiens est où?" Elle avait le cœur gros, mais elle ne voulait pas le montrer. Elle essayait d’être forte, comme il lui avait dit de l’être.


CODAGE PAR AMATIS


_________________
My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel.  My heart is filled with songs of forever, Of a city that endures, where all is made new. I know I don’t belong here; I’ll never Call this place my home, I’m just passing through.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

All of us start from zero  190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

All of us start from zero  X0TurS621 / 5021 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ218 / 5018 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU722 / 5022 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
09.11.19 11:51
Tu m’as dit des choses qui m’ont fait du bien. Il écoute attentivement la suite, les yeux désormais entièrement posés sur elle. Exprime-toi, Teresa, qu'il pense. « Je pensais ce que j'ai dit », souffle-t-il au moment où elle prend une respiration. Il n’est pas déçu du choix de la fille, car il aime qu’on le suive, qu’on emprunte le chemin inconnu qu’il défriche. Il n’est pas en colère qu’elle soit là, qu’elle tente de découvrir le monde avec ses yeux à elle, des yeux intrigués, des yeux perçants. Mais elle n’est clairement pas en sécurité avec lui, sur ce point, elle a parfaitement raison. Elle a raison, mais c’est sûrement pour cette raison que c’est si douloureux à entendre. On aime prendre soin de ceux qu'on apprécie. Théo aime prendre des risques insensés, des risques qui lui permettent de se sentir vivant. N’est-elle pas comme lui, au fond? Opprimée, dirigée par le besoin de trouver le bonheur ailleurs? Elle voulait le trouver avec lui. Elle n’est pas en sécurité, parce que le monde est dangereux. Elle doit être indépendante. Elle doit pouvoir se défendre elle-même. Elle ne sera jamais en sécurité, mais il la protégera. De lui, elle ne craint rien. Ce sont les choix de Théo les plus nocifs. Teresa n’est pas une inconnue. Teresa, c’est une fille avec beaucoup de potentiel. Il l’a vu, il l’a su. Ça lui plaît, de devoir découvrir les forces qu’elle cache, de découvrir les faiblesses qu’il ne connaît pas encore, mais qu’elle peut assurément surmonter. Il veut découvrir la Teresa sans son frère.

« Je ne te forcerai ni à rester ni à partir. C’est ta décision, pas la mienne. » Sauf ce soir, qu'il ne précise pas. Il est possible qu'il change d'avis et qu'il veuille qu'elle reste. C'est l'homme vexé qui s'exprime. Il prend une grande respiration pour changer de ton.

« Tess... », sa mâchoire tique alors qu'il s'approche d'elle, encore. D'abord, il la débarrasse de son sac. Il peut bien transporter ça pour elle, quitte à la faire changer de campement. « C’est pas tellement loin », qu’il répond dans un premier temps, mais ce n'est pas pour ça qu'il s'est approché. « Qui t'a parlé de ma soeur? Pourquoi me poser la question, t'as peur qu'il t'arrive la même chose? » Théo, il est sérieux. Son regard est lourd, profond. Il observe Teresa comme jamais il n'a fixé quelqu'un. Les occasions de parler d'Ange sont rares, quasi inexistantes. Il est curieux de savoir l'effet que cette vérité provoque chez quelqu'un. Pense-t-elle qu'il pourrait la tuer? Que sait-elle exactement. Il est furieux qu'elle aborde le sujet, mais il n'a pas honte d'avoir aimé sa soeur au point de l'achever pour la libéré. Les gens du Temple ne voit pas le monde de la même manière que lui. « Oui, j'ai mis fin à ses jours. »

L'homme pourrait la prendre dans ses bras pour la rassurer, pourrait poser des questions plus tranchantes pour lui soutirer des informations. Ce serait tellement facile et gratuit. Théo pourrait être opportuniste avec des gens malhonnêtes, pourrait devenir sournois pour assouvir une vengeance, mais il évite de blesser volontairement les gens qu’il apprécie. Il ne connaît pas assez Teresa pour la provoquer de la bonne façon, pour la secouer comme il aime si souvent le faire avec les autres. Sans doute parce qu’il a été témoin des faiblesses de Teresa, témoin de sa fragilité et de sa pureté. Malgré une folle envie de goûter aux vices de ce monde, Théo a toujours su se montrer très attentif aux besoins des autres. Les besoins de ses proches passaient avant les siens. Leur bonheur était son quotidien. Il pourrait céder, pourrait rompre l'espace un peu plus, pourrait replacer une mèche de cheveu derrière son oreille pour montrer qu'il est attentif à ses réactions, mais ce serait nettement inapproprié, avec elle. Mais elle sait comment capter son attention, sait comment lui donner envie de se contrôler. « Tu penses que tu n'es pas en sécurité parce que je l'ai tuée? » Il a chaud, Théo. Teresa lui donne chaud, par cette question qui le secoue, une question à laquelle il ne s'attendait vraiment pas. Il se passe toutes sortes de choses dans sa tête.

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Teresa Spencer
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  Tumblr_inline_p5kxt4RfRC1tw2m0e_250

Ancien métier : Étudiante en histoire de l'art
Occupation : Survivre (retrouver Théo ->)
Statut civil : Seule
Lieu de naissance : Seattle, USA

All of us start from zero  Tumblr_inline_phstcq63Oe1tq4j4w_500

Messages : 255
Inscription : 15/04/2019
Crédits : Ava: SneakySkunk ♥ Signa: ANESIDORA
Célébrité : Alycia Debnam-Carey

All of us start from zero  X0TurS626 / 5026 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ232 / 5032 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU719 / 5019 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
19.11.19 15:35
All of us start from zero
You told me to love you, and I did. Tied my soul into a knot. And got me to submit. So when I got away, I only kept my scars. The other me is gone. Now I don't know where I belong

▼▲▼

Une part d’elle aurait aimé qu’il insiste pour qu’elle reste avec lui, mais elle n’était pas surprise par ses paroles. Jamais, il n’allait la forcer à quoi que ce soit. Jamais, il n’allait insister. Il ne l’avait pas fait la première fois sous sa tente lorsqu’il lui avait proposé de partir avec lui, il ne le ferait pas non plus cette fois-ci. Il ne voulait rien imposer. Il voulait qu’elle fasse ses propres choix, comme celui de venir seule jusqu’ici. C’était lui qui ne voulait pas être un frein à la nouvelle Teresa. Il ne voulait pas qu’elle s’appuie sur lui comme elle l’avait fait trop souvent avec son frère. Il voulait qu’elle garde cette indépendance, pas qu’elle offre son sort à une autre personne. C’était vrai en fin de compte qu’elle n’avait pas besoin de personne pour survivre, elle avait bien réussi jusqu’ici. Mais, c’était à cause de Théo qu’elle était là et qu’ils avaient cette conversation. Sans lui, elle serait encore malheureuse avec son groupe. Elle serait encore traitée comme une enfant sans opinion. Tea savait qu’avec l’homme qui se trouvait devant, elle serait écoutée. Elle serait prise en considération. Elle ne serait plus une petite poupée fragile qu’on pouvait trainer à sa guise sans aucune résistance. Et elle le remerciait pour ça. La jeune fille était enfin consciente de ses forces. Mais d’un autre côté, repartir de son côté, elle le vivrait comme un échec. Elle n’avait pas fait tout ce chemin pour lui faire un simple coucou et repartir. Tea voulait faire une partie de l’aventure avec lui. Elle voulait le suivre. Il pouvait penser ce qu’il voulait, elle était en sécurité avec lui. Jamais, il ne la laisserait tomber. Elle pouvait mettre sa main au feu. Elle devait seulement avoir un signe de sa part qu’elle ne serait pas une plaie à sa vie. Une autre petite sœur à protéger. Elle ne voulait pas s’imposer. Mais, cette nuit, elle ne voulait pas être seule.

Elle avait ramassé ses effets personnels qui ne tenaient qu’à un simple sac à dos et il lui avait pris des mains pour le transporter à sa place. Elle n’avait pas tenté de le retenir, trop préoccupée par sa proximité alors qu’il lui signalait que son campement n’était pas très loin. Elle pouvait sentir le souffle chaud de l’homme sur sa peau. Son cœur battait rapidement, mais elle manqua s’étouffer à la question du garçon. Elle pensait que le sujet était clos et qu’il ne souhaitait pas en discuter. Elle releva ses yeux verts vers lui, les lèvres serrées. "J’ai…J’ai rencontré ta sœur, Line, au Temple et il y avait ce garçon bizarre avec elle. Asael. C’est lui qui m’a dit pour ta sœur. Ton autre sœur. Je ne sais même pas son prénom. J-je…suis désolée." Elle avait honte, mais elle ne rompit pas le contact visuel pour autant. Elle voulait qu’il sache qu’elle regrettait de s’être immiscée ainsi dans son intimité, dans ses secrets. Elle se serait aussi braquée comme il l’avait fait, s’il avait découvert un sombre secret et l’interrogeait sans gêne. Les paroles d’Asael restaient dans un coin de sa tête, mais elle refusait d’y croire. Elle savait comment Théophile avait en horreur tout ce qui concernait le Temple d’Ezekiel. Ce ton, cette colère, ces vociférations, ça ne s’inventait pas. Jamais, il le lui aurait donné cette carte pour qu’elle s’y rendre et qu’elle devienne l’une des leurs. La question lui brûlait la langue. Elle aimerait avoir la confirmation qu’il avait vraiment voulu qu’elle le suive, mais elle n’osait plus aborder des sujets délicats. Pas maintenant. "Et non, je n’ai pas peur. Si tu avais voulu me faire du mal, tu l’aurais déjà fait." Il y avait un peu de rage dans sa voix, comme s’il mettait en doute sa confiance. Même après tout ce qu’elle venait de traverser pour le revoir. Elle était sortie de leur bulle délicate et s’était dirigée d’un pas vif vers le campement du garçon. Elle était énervée et elle ne savait pas exactement pourquoi. Trop de chose en même temps, sans doute. La déception, l’affrontement, le soulagement, la fatigue, la colère. Puis, les paroles funestes tombèrent et Tea s’arrêta net, sans toutefois se retourner. Laisser le temps à l’information d’être bien intégrée. Elle avait eu des doutes, mais en avoir la confirmation était toujours surprenante, même dérangeante. Une vague affolée l’avait traversé, mais ce n’était pas de la peur ou du dégoût qu’elle ressentait. C’était de la compassion. Elle se retourna vers lui. "Je me sens en sécurité avec toi, Théo. Pourquoi tu penses que j’ai voulu te retrouver?" Elle avait retrouvé son calme avec l’envie folle de prendre sa main dans la sienne. Mais, elle n’avait jamais été très tactile et très douée dans ce genre de situation. Elle s’était néanmoins rapprochée de lui. "Et ça ne change rien. Tu devais avoir tes raisons. "Conclut-elle. Elle mourrait d’envie de les connaitre, mais elle sentait que c’était dur pour lui de se confier ainsi. À une quasi-inconnue qui plus est. Elle espérait être encore là quand il voudrait plus en parler.


CODAGE PAR AMATIS


_________________
My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel.  My heart is filled with songs of forever, Of a city that endures, where all is made new. I know I don’t belong here; I’ll never Call this place my home, I’m just passing through.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

All of us start from zero  190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

All of us start from zero  X0TurS621 / 5021 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ218 / 5018 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU722 / 5022 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
19.11.19 21:58
Asael. Théophile n’est pas surpris d’entendre ce prénom dans la bouche de Teresa. Ce petit crétin le dénonce à qui veut bien l'écouter. Mais il se mentirait à lui-même s'il prétendait ne pas ressentir une pointe de tristesse à l'idée que Teresa et Madeline se soient rencontrées sans qu'il n'ait fait les présentations en bonne et due forme. Teresa fait partie de ces personnes qu'il se sent fier de connaître. Mais ça lui donne une vague idée temporelle du chemin parcouru par Teresa ; elle est restée plusieurs jours seule. Cette fois, oui, il se sent coupable de l'avoir incitée à affronter le monde. Elle déambulait, s'accrochant à des fabulations, tandis qu'il retournait au Temple pour y sortir sa soeur. Il se rassure néanmoins en se disant qu'elle était clairement mieux dehors qu'au Temple. « Elle n'y est plus, Line. J'y suis retourné... il y a quelques jours. Je pouvais pas supporter de la savoir là... Je n'aurais pas dû te donner cette foutue carte. » À la mention de Line, il semble s'adoucir, même si cette carte commence vraiment à le rendre irritable. Elles remontent, les émotions, finalement. Il se passe une main au visage. « Non, c'est faux, je suis content de l'avoir fait, j'avais vraiment très envie de revoir, Tess. » Il regrette simplement d'avoir indiqué le Temple plutôt qu'une destination où elle aurait vraiment pu le trouver.

Le sac est balancé sur son épaule, mais le poids n’est pas dirigé vers son dos. Sur ses épaules, il ne pèse pas plus lourd qu’une plume. « Tu devais avoir tes raisons ». Bien sûr qu’il avait ses raisons. Il baisse les yeux un bref instant, comme s’il plongeait sommairement dans ses pensées. Théo n’aurait jamais achevé sa soeur si elle n’était pas déjà morte, il l’aimait bien trop. En tant que frère, il considère qu’il a échoué. Son rôle était de protéger les jumelles, de leur faire comprendre qu’il serait éternellement là pour elles. Le pire, c'est que tuer sa petite soeur, il le referait mille fois pour lui éviter d’être souillée par ces illuminés, mais il regrette de ne pas l’avoir sauvée de la maladie, des heures de souffrance. Maintenant qu’il comprend que la maladie n’épargne personne, il regrette de n’avoir su plus tôt, car il aurait certainement achevé la gamine sur son lit de mort, bien avant qu’elle ne se transforme. « Elle s’appelait Angeline. » Il n'oubliera jamais ce nom, ne gardera jamais ce nom caché au placard. Angeline mérite tellement mieux.

« Te sens pas mal de poser la question même si tu crois que ça me met en colère. On a tous perdu des gens qu’on aimait, Tess, toi la première. » À ce sujet, il est nettement mieux informé qu’elle ne peut l’être. Il évite pourtant de mentionner ce qu’il sait. Il ne voit pas l’intérêt de le faire maintenant. Que peut-on changer du passé? Pas grand-chose.  Du temps qu’il parcourait les routes avec eux, qu’elle était souvent mise à l’écart, Théo parlait avec son frère. Et ce dernier ne lésinait pas sur les détails. Très sincèrement, il ne s’était jamais attardé aux propos racontés entre deux mésaventures. Il sait que les parents des Spencers sont décédés. Et il sait aussi que le frère a pris les choses en main lors du jour fatidique. Mais Théo ne connaît qu’une seule version. N’est-ce pas ironique? Il est autant humain qu'elle peut être humaine. Il ne va pas se mettre à pleurer parce que sa sœur lui manque, parce qu'il ne parvient pas à oublier le dernier son poussé par ses lèvres. Il donne un petit coup d'épaule amical à Teresa une fois assez près d'elle, sans immédiatement se décaler. Il ne se serait pas permis ce geste si elle l'avait regardé avec dégoût plutôt que compassion. « Pour être honnête, je suis content que tu n'y sois pas restée, au Temple. T'as pas ta place là-bas. » Il avait peur de la brusquer, pensait qu'elle ne pouvait plus le supporter à cause des agissements de son frère, mais elle vient de lui prouver le contraire en quelques secondes. Sa compréhension la rend forte. Et pour l'instant, elle ne remet pas sa décision en question. Hormis Noah, il s'est rarement attaché aux gens en dehors du Temple.

Cette fois, il ne la fait pas attendre davantage. Il relève la tête, analyse visuellement le chemin à prendre pour s'assurer qu'il n'y a pas de virulents à l'horizon. Il effleure doucement son poignet pour lui donner le signal afin qu'elle le suive jusqu'au campement. Il aurait pu péter les plombs si elle n'avait pas anticiper ses réactions, pour ça, il est reconnaissant. Il n'a pas spécialement honte, mais ça l'affecte malgré tout d'être jugé par tous ceux qui ont longtemps partagé sa vie. Il était isolé du monde, Théo. Durant le trajet, il semble nettement plus concentré étant donné qu'il est accompagné. Le petit campement provisoire de Théo consiste en un ancien bureau de poste. Il s'est installé à l'intérieur, à l'abri des regards, dans un endroit facile à défendre si besoin. Il dépose le sac de Teresa sur un bureau, à portée de main. Il prend le temps de placer un panneau de bois devant la porte pour bloquer, en apparence, l'entrée. Il tâte ses poches à la recherche de son briquet, mais ce dernier est sûrement tombé durant l'attaque. Il va occuper un peu Teresa, après tout, elle veut apprendre la vie à la dure, semblerait-il. Il va s'assurer qu'elle se rende utile. « T'as du feu? On va s'éclairer et se réchauffer. »

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Teresa Spencer
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  Tumblr_inline_p5kxt4RfRC1tw2m0e_250

Ancien métier : Étudiante en histoire de l'art
Occupation : Survivre (retrouver Théo ->)
Statut civil : Seule
Lieu de naissance : Seattle, USA

All of us start from zero  Tumblr_inline_phstcq63Oe1tq4j4w_500

Messages : 255
Inscription : 15/04/2019
Crédits : Ava: SneakySkunk ♥ Signa: ANESIDORA
Célébrité : Alycia Debnam-Carey

All of us start from zero  X0TurS626 / 5026 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ232 / 5032 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU719 / 5019 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
16.12.19 11:49
All of us start from zero
You told me to love you, and I did. Tied my soul into a knot. And got me to submit. So when I got away, I only kept my scars. The other me is gone. Now I don't know where I belong

▼▲▼

À quelques jours près. Elle l’avait raté d’un jour ou deux, peut-être même que quelques heures. Il y avait cinq jours qu’elle était arrivée au Temple indiqué et encerclé en rouge sur sa carte. Cinq jours où elle avait fait la rencontre de la sœur de Théophile qui lui avait bien dit qu’elle se trompait et que jamais il ne reviendrait dans le lieu qui l’avait vu grandir. Peut-être que Madeline mentait à cause de la présence d’Asael et qu’elle attendait son frère pour préparer sa fuite, mais dans ce cas, elle n’aurait sans doute pas dit à la visiteuse de partir. Tea aurait retrouvé Théo dans une toute autre situation. Elle avait levé les yeux vers son ami, il semblait soulagé de savoir sa sœur ailleurs, loin de ces croyants et de leur menace silencieuse. Elle lui sourit lorsqu’il lui affirma qu’il avait eu très envie de la revoir, même s’il détestait la carte et ce qu’elle avait représenté. La brunette avait enfin la confirmation qu’elle attendait tant. Il était heureux de la revoir. Elle n’avait pas fait tout ce chemin en vain. La pression se volatilisa et elle se sentait moins comme une intruse. Il ne regrettait pas sa présence, malgré les signaux donnés un peu plus tôt. Il faut dire que leurs retrouvailles n’avaient pas été de tout repos et qu’elles avaient fait passer la jeune femme par toute la gamme des émotions. Un peu par sa faute et la façon dont elle l’avait salué au départ. Ça les avait énervés tous les deux et leurs sentiments étaient ressortis un peu mélangés. Ça avait mal commencé, mais après une bonne discussion, les choses semblaient s’être replacées. Elle avait compris qu’il avait été surpris et qu’il ne s’attendait plus à la revoir. Il avait compris qu’elle avait tout laissé tomber pour le retrouver. À présent, ils pouvaient commencer un nouveau départ. Recommencer à apprendre à se connaitre dans un tout autre contexte, sans obstacle, sans se sentir constamment observés. Elle savait qu’elle avait fait le bon choix, même si les regrets avaient été très présent tout au long de son périple.

"C’est un très joli prénom." Répondit-elle simplement, heureuse qu’il s’ouvre doucement à elle, même si ses paroles suivantes lui retournèrent l’estomac. Il devait parler de ses parents et de sa mère infectée qui avait tué son père. Son frère avait dû lui en parler, parce qu’elle ne les mentionnait jamais. Il lui semblait que ça faisait un moment qu’elle n’avait pas pensé à eux. Elle s’y refusait pour ne pas craquer, mais une fois de temps en temps, elle sortait sa photo prise juste avant de partir de la maison familiale. Elle ne voulait pas les oublier. "D’accord, parce que j’ai un tas de questions, tu sais. " Elle ricana doucement. "Mais, pas ce soir." C’était assez pour aujourd’hui. Elle était fatiguée. Il la poussa gentiment d’un coup d’épaule taquin et elle afficha un air faussement outré avant de lui envoyer un sourire. "T’inquiète pas, je n’avais pas l’intention d’y rester. Même si Asael a supposé que tu m’avais envoyé là-bas pour que je j’y trouve refuge et que j’étais digne de dédier ma vie à Dieu ou un truc du genre." Elle leva le visage pour guetter la réaction de l’homme. "Je me suis retenue de rire, je t’assure." Certes, en arrivant là-bas, Teresa partait avec une mauvaise impression de la communauté religieuse. Elle n’avait pas oublié ce que l’ancien membre lui avait raconté. Bien qu’elle eût été impressionnée par l’organisation et la beauté des lieux, elle savait qu’elle n’appartenait pas à ce monde. Elle n’avait jamais vraiment cru en Dieu.

Arrivés près du campement, Théo lui fit signe de se taire pendant qu’il vérifiait les alentours. Il ne fallait pas oublier dans quel monde ils habitaient. C’était bien beau les retrouvailles, les explications et les pardons, mais ils n’étaient jamais à l’abri d’un ennemi. Elle le suivit en silence, les yeux grands ouverts, tous les sens aux aguets et son pistolet dans les mains. Elle se sentait un peu moins nerveuse que ces dernières semaines passées seules. Essayer de dormir en ayant sans cesse l’impression d’avoir des yeux qui l’observaient ou la crainte de se faire attaquer par des virulents ou un groupe mal intentionné n’était pas évident. Elle ne pouvait pas dire qu’elle avait eu une bonne nuit de sommeil depuis son départ. Ce soir allait probablement être différent. Ils entrèrent dans un ancien bureau de poste et Théo s’empressa de barricader l’entrée. C’était pas mal, mieux que son petit campement à l’extérieur et caché dans les arbres. Elle remarqua le sac du garçon, le même qu’il avait à leur première rencontre, un sac de couchage et une poubelle métallique qui semblait servir de foyer de fortune. "Je dois avoir des allumettes dans mon sac. " Elle se dirigea vers la table où il avait été déposé et ouvrit la petite poche à l’avant. Elle sortit un petit paquet et le tendit au Foster. "Il y a assez de bois? Et tu crois que ta poubelle va survivre à un nouveau feu? "


CODAGE PAR AMATIS


_________________
My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel.  My heart is filled with songs of forever, Of a city that endures, where all is made new. I know I don’t belong here; I’ll never Call this place my home, I’m just passing through.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

All of us start from zero  190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

All of us start from zero  X0TurS621 / 5021 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ218 / 5018 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU722 / 5022 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
08.01.20 23:27
Elle entre silencieusement, concentrée à examiner elle-même l’endroit, qu’importe qu’il vienne de le faire ou non. Cette constatation subtile lui décroche un sourire à peine perceptible tandis qu’il l’observe discrètement. Il sait que l’endroit est sécuritaire, mais ça lui plaît de savoir que Teresa se protège malgré tout. Elle tient son arme avec attention et détermination.

« Il y a assez de bois? Et tu crois que ta poubelle va survivre à un nouveau feu? » Un rire bref et sincère quitte ses lèvres alors qu’il s’empare du paquet d’allumettes. « C’est vraiment de ça que tu t’inquiètes en premier? » qu’il demande comme si la question était amusante ou insolite. Elle aurait pu s’informer des lieux, de l’endroit où elle dormira, du temps qu’elle y restera, mais elle s’inquiète surtout de la poubelle. Théo hausse les épaules, fait glisser l’embout de l’allumette sur le carton pour animer la flamme. « Si on manque de bois, j’irai en chercher, mais c’est pas ce qui manque dans le coin. La poubelle devrait survivre assez longtemps, t’en fais pas. » Il laisse tomber l’allumette qui vient embraser un morceau de papier. La poubelle était déjà remplie, prête à festoyer. Du bois, il y en a d’empiler dans un coin. Ils n’auront pas froid.

« Tu veux manger un truc? » Après une bagarre, ça donne de l'énergie. Le garçon ne manque pas de nourriture. Il a des cannes à profusion. Du moins, il en possède plusieurs, pour quelques jours, mais pour lui, c’est une énorme quantité étant donné qu’il réfléchit au jour le jour sans savoir s’il pourra manger quelque chose. Il se retourne, laisse les flammes prendre de l’ampleur dans leur habitat. Il déplace quelques cannes pour finalement en choisir une. « Ce sera mieux que les bonbons », plaisante-t-il. Il n’a pas manqué d’apercevoir ce que Teresa mangeait à son campement lorsqu’ils ont rassemblé ses effets personnels. « Ce sera... » Il tend la conserve à la lueur du feu pour mieux voir l’étiquette. « Des raviolis. J'espère que t'aime ça. » Il semble satisfait. Et sans lui demander son avis, il s’empare d’un ouvre-canne pour finalement déverser le contenu du repas dans une casserole qu’il pourra mettre à réchauffer. Il s’est équipé avec ce qu’il trouvait dans le coin, mais tout ça, il ne le gardera pas. Teresa pourra s’en proclamer nouvelle propriétaire si elle le souhaite. Il préfère voyager léger. Avec une grippe suspendue au-dessus de la poubelle, il n’a pas besoin de tenir la casserole vieille, usée, noircie, mais pratique.

Il ouvre une chaise de camping à Teresa pour qu’elle s’installe. Puisqu’il n’en possède qu’une, trouvée dans l’arrière-boutique, il se contente de quelques couvertures posées au sol. « Installe-toi », qu’il souffle à la fille. Elle va devoir se mettre à son aise, car elle devra, de toute manière, passer la soirée et la nuit avec lui. C’est plus douillet qu’on y pense. Une fois, Théo a dormi sur le toit d’un immeuble, réveillé par l’éblouissement du soleil. Lorsqu’il ne trouve aucun endroit pour dormir, il doit improviser. Le confort est un luxe. Un luxe mérité.

« Je t’ai vu mettre un carnet dans ton sac. Tu l’avais avant aussi. Tu fais quoi dedans? » Une manière comme une autre d’apprendre des choses sur Teresa. Ce n’est pas la première fois qu’il aperçoit ce carnet, mais c’est la première fois qu’il s’interroge sur son contenu. Avant, il n’avait pas le temps pour ça. Acceptera-t-elle de lui partager cette information? Elle le questionne depuis tout à l’heure, alors il peut se permettre quelques écarts également.

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Teresa Spencer
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  Tumblr_inline_p5kxt4RfRC1tw2m0e_250

Ancien métier : Étudiante en histoire de l'art
Occupation : Survivre (retrouver Théo ->)
Statut civil : Seule
Lieu de naissance : Seattle, USA

All of us start from zero  Tumblr_inline_phstcq63Oe1tq4j4w_500

Messages : 255
Inscription : 15/04/2019
Crédits : Ava: SneakySkunk ♥ Signa: ANESIDORA
Célébrité : Alycia Debnam-Carey

All of us start from zero  X0TurS626 / 5026 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ232 / 5032 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU719 / 5019 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
12.02.20 8:06
All of us start from zero
You told me to love you, and I did. Tied my soul into a knot. And got me to submit. So when I got away, I only kept my scars. The other me is gone. Now I don't know where I belong

▼▲▼

Bien sûr qu’elle s’inquiétait de la poubelle avant toute chose. Teresa ne tenait pas à mourir brulée vive parce que le récipient n’avait pas tenu le coup. Elle se doutait bien que tout le reste était sécuritaire et que Théophile avait pris toutes les précautions nécessaires. C’était évident que ça faisait quelques jours qu’il dormait dans cet ancien bureau de poste. Il était bien installé et il semblait ne manquer de rien. Néanmoins, elle admettait que la question pouvait sembler un peu insignifiante par rapport à tout le reste. "Bah quoi? Je ne tiens pas à cramer!" Répondit-elle d’un ton désinvolte, un sourire coquin sur le coin des lèvres. Elle avisa l’amoncellement de bois qu’il lui pointait alors qu’un soupir satisfait s’échappa de sa bouche. Ils n’allaient manquer de rien. Elle regarda le feu se former dans la poubelle et avança ses mains par-dessus pour s’imprégner de sa chaleur. Elle fixa les flammes dont les tisons s’échappaient par une petite ouverture faite manuellement au toit. Juste à la pensée qu’elle allait dormir entre quatre murs solides la rendait sereine. Il y avait longtemps que ce n’était pas arrivé. Elle sentait qu’elle allait dormir à poings fermés cette nuit-là. Elle était exténuée. Par son périple, mais aussi par le trop plein d’émotion qu’elle venait de vivre. Elle allait pouvoir faire le vide et ne penser à rien. Ne pas avoir peur d’une attaque sournoise d’un virulent ou d’un vol perfide d’un survivant.

L’air se réchauffait déjà lorsque la voix de Théo la sortie de ses pensées pour lui demander si elle avait faim. "C’est très nourrissant des bonbons!" Elle sourit. Elle avait dû se contenter de ses précieuses friandises depuis quelques jours ne trouvant rien d’autre sur son chemin. Son dernier vrai repas était une soupe en conserve qu’elle avait partagée avec un couple rencontré avant son arrivée au Temple. Elle avait choppé une pomme et une carotte dans un marché juste après avoir quitté Asael et Line, mais sinon elle se nourrissait des confiseries acidulées. Ses yeux s’étaient ouverts grands d’appétit en apercevant la petite réserve de nourriture de Théo, tellement que son ventre émit un petit gargouillis. Elle avait déjà l’eau à la bouche lorsqu’il ouvrit la canne de raviolis et qu’il vida le contenu dans une vieille casserole qui avait connu des jours meilleurs. "Mes préférés!" . Elle n’avait pas développé son goût pour ce repas particulier à cause de l’apocalypse, elle adorait les raviolis en conserve depuis qu’elle était petite, au grand dam de sa mère. Elle était touchée qu'il s'en souvienne. Elle prit place sur la chaise que lui présentait le garçon, se penchant légèrement vers la petite marmite pour observer son contenu cuire et sentir l’odeur rassurante de son repas à venir. Elle ne pouvait s’empêcher de sourire parce qu’elle était tout simplement bien. Il avait pensé à tout. Elle n’osait pas aborder des questions plus sérieuses, comme ce qu’il comptait faire par la suite, s’ils allaient se séparer, où avait-il l’intention de se rendre. Elle se doutait bien qu’il n’allait pas rester dans sa petite chaumière de fortune encore bien longtemps. Il n’était pas du genre à s’enraciner à une seule place. Il bougeait constamment. Elle ne savait pas s’il voulait qu’elle reste avec lui pour le moment ou s’il préférait continuer seul. Tout ça pouvait attendre au lendemain.

L’homme l’a pris de court lorsqu’il la questionna sur son carnet de dessins. Elle retint momentanément son souffle comme prise en flagrant délit d’un interdit. Machinalement, elle met la main dans son sac posé au sol près de la chaise. Elle en ressort le-dit bloc-notes à la couverture toute arrachée. Elle se mordit les lèvres. Ce calepin contenait tous ses croquis produits durant ces deux dernières années de fuite et de changements. Il y avait un peu de tout à l’intérieur. Son frère et ses acolytes, des paysages misérables, des bâtiments délabrés, des gens rencontrés ici et là. Ses parents pour ne pas les oublier et des portraits de Théophile. Plusieurs. Elle ne savait pas si elle devait lui montrer. D’un côté, ça le concernait directement, de l’autre, ça la rendait mal à l’aise. Elle ne voulait pas qu’il croit qu’elle faisait une obsession sur lui. "Ce sont….mes croquis. J’étudiais en art avant, comme tu le sais. Et on m’a toujours dit que j’avais un certain talent pour le dessin." Elle serra le calepin contre sa poitrine. C’était probablement ce qu’elle avait de plus précieux. Le seul objet dont elle n’allait jamais se séparer. Il contenait ses souvenirs, sa vision des choses. C’était assez intime. "Tu…tu veux…voir?" C’était sorti de sa bouche sans qu’elle ne réfléchisse vraiment. En d’autres circonstances, elle aurait sans doute gardé farouchement son carnet contre elle et aurait refusé de lui en parler, mais il s’était beaucoup ouvert ce soir-là avec elle. Teresa lui avait posé des questions personnelles, qui ne lui avaient pas plu, mais il n’en avait esquivé aucune. À elle de se dévoiler un peu plus, même si ça la gênait plus que tout. Elle lui tendit le livre sans pouvoir empêcher ses joues de prendre une teinte de rouge.



CODAGE PAR AMATIS


_________________
My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel.  My heart is filled with songs of forever, Of a city that endures, where all is made new. I know I don’t belong here; I’ll never Call this place my home, I’m just passing through.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

All of us start from zero  190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

All of us start from zero  X0TurS621 / 5021 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ218 / 5018 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU722 / 5022 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
15.02.20 12:14
Lorsqu'elle s'exclame que les raviolis sont ses mets préférés, il ne retient pas son sourire. En réalité, c'était la réaction qu'il souhaitait obtenir, comme s'il ressentait le soudain besoin de lui faire plaisir, de la voir pétillante. Les « mets préférés » étant d'ailleurs désormais restreints à une infime variété. Il l'observera manger chaque bouchée jusqu'à la dernière, tandis qu'elle savourera autre chose que des bonbons. Il a déjà hâte que ce soit prêt pour qu'elle se régale.

Teresa lui demande si il souhaite voir le contenu du calepin. L'intérêt qu'il démontre pourrait être palpable. Si elle ne l'avait pas proposé d'elle-même, sans doute aurait-il insisté ou probablement attrapé le calepin à son insu. Peut-être.

Évidemment, qu’il répond sans l’ombre d’une hésitation.

De son propre chef, elle tend le précieux objet dans sa direction. Théo n’a pas le choix de se déplacer légèrement pour être en mesure de tendre le bras à son tour afin de s’emparer de son coffre aux trésors. Il est comme un gamin à qui on s'apprête à révéler de nombreux secrets, donc ça le met soudainement de très bonne humeur. Il ne s'en cache pas.

T’as peur que j’vois quelque chose en particulier? demande-t-il sans réfléchir, les lèvres étirées.

Il s'assied de nouveau correctement sur les couvertures posées au sol. La question était spontanée. Il a senti qu’elle était soucieuse qu’il puisse voir les nombreux croquis qui décorent ces pages. Toutefois, il n’imagine pas la gêner davantage en mentionnant avoir remarqué ce changement d’attitude. Pourtant, ce n’est qu’une fois la question posée qu’il prend le temps d’apprécier les rougeurs à ses pommettes, incapable de détourner les yeux, tenant toujours le calepin entre ses doigts. C'est plus fort que lui, il fait tenir le suspense quelques secondes avant de l'ouvrir.

T’as raison de flipper, je suis un juge impitoyable, se moque-t-il d’une voix faussement sérieuse.

Il lui offre un clin d’oeil espiègle, mais plonge aussitôt dans la contemplation des coups de crayon sur le papier dès la première page tournée. Il ne regarde pas uniquement parce que sa curiosité le pousse à le faire. Il regarde également pour entrevoir une partie de Teresa entreposée entre ces pages jaunies, une part d’elle peu souvent exprimée, mais qu’elle illustre à merveille. Elle projette sa vision des choses d'un point de vue qui n'est pas celui de Théo. Ses doigts ont glissé sur la texture du papier, aux extrémités légèrement abîmées. Il a tourné les quelques premières pages, silencieux et concentré. Ça lui fait bizarre de revoir ces visages croisés sur la route. Même si une partie de lui à détester le groupe, le frangin détestable et ses potes, il n'y a pas eu que du mauvais. Pendant un temps, il s'est plu avec eux, même si Teresa, à cette époque, était plutôt réservée et mal à l'aise. Avait-elle l'impression qu'il se conduisait de manière immature?

Puis, il aperçoit son propre portrait, représenté par de nombreuses caractéristiques qui le définissent. Il reste bloqué plus longtemps sur cette page que les autres. Il est agréablement surpris de se retrouver à l'intérieur. Il est rare qu'il puisse se voir dans les yeux d'un autre.

Sa voix inonde enfin le silence qui s’était peu à peu installé.

Je me souviens de ça.

La chaleur dégagée par le feu le ramène brièvement en arrière, lors de cette journée chaude et ensoleillée, alors qu’il ne faisait rien d’autre que tailler un morceau de bois avec son poignard dans l’attente que la nuit tombe. Elle a imprimé ce souvenir sur le papier de manière si naturelle. Il n’avait même pas remarqué, ce jour-là, qu’il était observé. Pourtant, c’est comme si c’était hier.

Mais Théo étant Théo, il tourne ses yeux vers elle.

Ce que tu regardais te plaisait?

Mais il enchaîne, sérieusement :

L'art ne devrait pas s'oublier. Ces personnes avaient raison, tu as du talent.

Pas seulement pour les portraits, mais également pour les paysages. Et Théo a assurément un faible pour les bâtisses qu'elle a reproduites, car lui a passé une bonne partie de son temps à construire les maquettes qu'on lui proposait, à manipuler le bois pour divers projets. S'il s'est déjà amusé à gribouiller dans le but d'imaginer les fondements d'une structure, il n'a assurément pas le talent de Teresa, ni même sa vision artistique.

Finalement, il se lève sans immédiatement parcourir toutes les pages, comme s'il désirait poursuivre cette contemplation un peu plus tard. Il dépose le carnet de dessins sur les cuisses de Teresa pour libérer la casserole du feu, elle commençait à s'impatienter. Il trouve deux récipients quelconque pour séparer la nourriture.

Pendant que t'es ici, on devrait fouiller. Tu trouveras sûrement des cahiers et des crayons. Disons que quand j'me suis installé, ce n'était pas ma priorité. J'ai pas vraiment regardé pour ça.

Il tend la nourriture fumante à Teresa.

Au moins, si t'as envie d'un portrait récent, t'as un modèle sous la main, ajoute-t-il, un brin taquin, mais très sincère. Mange, on regardera c'qu'on peut trouver ensuite.

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Teresa Spencer
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All of us start from zero  Tumblr_inline_p5kxt4RfRC1tw2m0e_250

Ancien métier : Étudiante en histoire de l'art
Occupation : Survivre (retrouver Théo ->)
Statut civil : Seule
Lieu de naissance : Seattle, USA

All of us start from zero  Tumblr_inline_phstcq63Oe1tq4j4w_500

Messages : 255
Inscription : 15/04/2019
Crédits : Ava: SneakySkunk ♥ Signa: ANESIDORA
Célébrité : Alycia Debnam-Carey

All of us start from zero  X0TurS626 / 5026 / 50All of us start from zero  BR2xH0t

All of us start from zero  DQEbQJ232 / 5032 / 50All of us start from zero  GxoDpmC

All of us start from zero  Hu1erU719 / 5019 / 50All of us start from zero  LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All of us start from zero  Empty
28.02.20 13:46
All of us start from zero
You told me to love you, and I did. Tied my soul into a knot. And got me to submit. So when I got away, I only kept my scars. The other me is gone. Now I don't know where I belong

▼▲▼

Son geste la surprenait. Teresa n’aimait pas montrer ses dessins, même à l’école quand il s’agissait d’un travail à remettre. C’était une part d’elle qui se transposait à travers son crayon. Chaque trait représentait sa vision de son modèle. Chaque moment croqué sur le vif représentait quelque chose d’important pour elle. Quelque chose qui l’animait, qui l’inspirait, qu’elle trouvait beau et inspirant. Il s’agissait d’image qu’elle ne voulait pas oublier et qu’elle aimait se remémorer lorsqu’elle avait un coup de barre. Il s’agissait d’un carnet très personnel et intime qui laissait entrevoir une partie d’elle qu’elle ne laissait pas paraître de l’extérieur. Parfois, c’était empreint de force, parfois, au contraire, on y voyait une certaine fragilité. Lorsqu’on regardait l’une de ses œuvres, Teresa sentait qu’une partie d’elle était mise à nue. Prude de nature, elle n’aimait pas se dévoiler de la sorte. Elle n’était jamais totalement satisfaite d’une œuvre et y trouvait toujours des défauts. Elle recevait habituellement des bons commentaires, mais Tea était très dure envers elle-même quand ça concernait son art. C’était un domaine dans lequel elle était douée, peut-être même le seul, et elle souhaitait que ce soit parfait. Elle préférait généralement garder tout ça pour elle. Mais Théo, c’était complètement différent. Elle voulait partager tout ça avec lui. Elle souhaitait qu’il l’a découvre sous un autre angle. Qu’il découvre l’artiste. Elle n’arrivait pas à expliquer ses sentiments à son égard. Elle le connaissait à peine et pourtant, il avait changé quelque chose en elle. Il avait fait plus que de nombreuses personnes qu’elle avait connues toute sa vie.

Teresa lui tendit son carnet avec confiance, même si sa nervosité avait été trahit par ses joues rouges. Elle ne répondit pas lorsqu’il lui demanda si elle avait peur qu’il voit quelque chose en particulier, parce qu’elle avait justement la trouille. Elle appréhendait le moment où il tomberait sur ses portraits. Elle replia ses jambes contre sa poitrine et accota son menton sur ses genoux pour se faire toute petite sur sa chaise. Il s’installa confortablement sur ses couvertures et accrocha son regard au sien. Pendant quelques secondes, le temps avait semblé s’arrêté et Teresa avait souri à son tour, son visage entier prenant alors une teinte violacé. Il ouvrit finalement le calepin et elle l’observa. Il prenait le temps d’examiner chaque dessin, chaque détail, touchant la texture rugueuse du papier jaunit par le temps avec ses longs doigts. Teresa rongea l’ongle de son pouce alors qu’il continuait la contemplation de son sanctuaire. Chaque fois qu’il tournait une feuille, elle chercha à capter son ressenti, mais l’homme restait neutre et concentré. Elle vit toutefois froncer les sourcils lorsqu’il regarda les portraits des membres de son ancien groupe. Il ne s’attarda pas trop longtemps sur ses pages qui pourtant étaient nombreuses puisqu’elle avait été avec pendant près de deux ans. Elle retint son souffle lorsqu’il fixa l’esquisse d’un chien errant. Les prochaines feuilles étaient consacrées au garçon. Elle avait peur de sa réaction. Peur qu’il la prenne pour une cinglée et une obsédée, peur qu’il n’aime pas ce qu’il verrait. Il tomba finalement nez à nez avec son visage et elle enfouie son nez dans ses bras guettant son visage, qui encore là, n’émit aucun signe visible. Il semblait surpris, mais aussi intéressé, intrigué d’apparaître dans ce carnet. Elle lui sourit alors qu’il se souvient du moment du premier dessin croqué par la pointe de son crayon. Elle l’avait trouvé très beau à ce moment-là. Dans son élément, concentré sur sa tâche. Elle ne peut s’empêcher de se renfrogner à son commentaire. Avec le temps, il devait bien se douter que la belle n’était pas insensible à son charme. Son regard passa ensuite vers les paysages et les bâtiments qui captèrent autant son attention. Elle était soulagée qu’il ne fasse pas de remarques à voix haute, ça l’aurait beaucoup intimidée et elle se serait sans doute remise en question.

Elle était heureuse d’avoir pu partager tout ça avec lui et lorsqu’il se leva pour lui redonner son précieux, elle déplia les jambes. "Merci. " Répondit-elle simplement. Elle le savait sincère et elle se sentit plus légère. Elle le rangea avec précaution dans son sac. Il venait de prendre une toute autre signification. Il n’avait pas tout vu, mais elle n’aurait aucune objection à ce qu’il continue à un autre moment. Théophile retira la casserole du feu et la jeune fille s’en frotta les mains de bonheur. Elle avait tellement hâte de manger ses raviolis. Son visuel balaya la salle du regard et s’arrêta sur les différents bureaux et armoires. Si elle était chanceuse, elle allait y trouver plein de papeterie et elle pourrait se remettre à dessiner. Son dernier crayon était si petit qu’elle avait bien du mal à le tenir, rendant l’action très difficile. Mais, elle regarderait après avoir manger. Là, elle avait trop faim pour faire quoi que ce soit d’autre. Son estomac et ses papilles gustatives réclamaient ces raviolis! Elle attrapa le récipient contenant sa portion avec vigueur. Elle fouilla dans son sac et attrapa une fourchette en métal, la même qu’elle avait apporté de chez elle. Elle attrapa les pâtes et les fourra dans sa bouche. Elle ferma les yeux en savourant chaque bouchée. "Putain que ça fait du bien!" Dit-elle avec trop d'enthousiasme. Elle termina son plat en moins de cinq minutes. "Un déliiiiiice." Repue, Elle posa son plat au sol et tourna la tête vers Théo. "Au fait, ça va ton dos ? Tu veux que je regarde?"




CODAGE PAR AMATIS


_________________
My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel.  My heart is filled with songs of forever, Of a city that endures, where all is made new. I know I don’t belong here; I’ll never Call this place my home, I’m just passing through.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


All of us start from zero  Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
All of us start from zero
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: North Kelowna-
Sauter vers: