AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -36%
Nike Air Max 270 React – Chaussure pour Homme
Voir le deal
102 €


 

 I'm drowning



James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
I'm drowning Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

I'm drowning 1543102557-cat-james

Messages : 543
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

I'm drowning X0TurS621 / 5021 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ229 / 5029 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU723 / 5023 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
24.08.19 6:55
Son visage, il me hante. Son regard me fixe, depuis sa tanière, toujours de cette même haine. De cette colère perpétuelle. Et dans mon coeur, je sens la rage grandir. Dans ma gorge, je retiens des cris, contre cette femme qui refuse de voir qui je suis. Qui refuse de comprendre. Contre cette soeur qui m'infantilise toujours. J'ai envie de crier, de hurler, c'est impossible. Je ne suis pas seul. Alors, je me contente de gronder dans ma tête. Pour qui se prend-t-elle ? Se croit-elle supérieure ? Cathleen... Tu m'as ligoté à une chaise. Gardé emprisonné pendant plus de vingt-quatre heure. Depuis quand allons-nous si loin ? Depuis quand me traite-tu comme un traître ? Tu as toujours voulu me protéger... et à présent, je suis un paria à tes yeux. Tu crois que je pourrais faire quoique ce soit contre Highgate... Tu ne me connais plus, ma soeur. Elle a oublié qui est son frère. Et j'ai cette colère qui monte en moi, réveillant mon agressivité, cette impulsivité qui m'a toujours causé des problèmes, gamin. Aujourd'hui, je parvenais enfin à l'oublier. Mais elle l'a éveillée... J'ai besoin d'évacuer ma colère.
Un grognement s'échappe de ma gorge lorsque les bleus se rappellent à moi. Je relève mon attention dans ce sombre couloir de l'hôpital, du coin de l'oeil, je perçois son visage. Elijah.

Nancy et lui m'ont retrouvé, ils sont sorti pour moi. Elijah est sorti. Lui qui jamais ne met un pied hors de l'hôpital, il n'a pas hésité. Et tous les deux, ils sont partis à ma recherche. Nous sommes enfin arrivés à l'hôpital. Et dès que nous avons passé les portes, dépassé les obstacles et barrières que nous érigeons pour décourager les visiteurs indésirables, je me suis arrêté. Mes côtes me font souffrir, Sven n'y est pas allé de main morte lorsque ma soeur s'est éclipsée. Pour une quinzaine de minutes seulement, j'ignore ce qu'elle est allée faire à l'extérieur. Mais lui... il s'est acharné sur moi. J'ai arrêté de compter les coups, toujours ligoté à ma chaise, mais j'ai senti sa colère à chaque impacte. Il m'en veut. L'ancien journaliste a toujours été facile à énerver, rien d'étonnant à ce qu'il me roue de coups. Et qu'il le fasse en l'absence de sa supérieure. Et lorsqu'elle est revenue, je n'ai rien dit. Comme s'il ne s'était rien passé. J'ai maintenu leurs regards, inflexible. Contenant un geignement de douleur.
Une main sur le flanc, l'autre contre le mur, j'essaye de me tenir droit. Et je souris à mon ami. Nancy n'est plus avec nous, elle s'est précipitée vers le réfectoire pour annoncer la nouvelle de mon retour. Les gars qui étaient avec moi ont dû rentrer, depuis le temps.
Je relève le regard vers Elijah, sourit encore. Alors que la colère brûle en moi, que mon visage gonfle sûrement du coup de ma soeur. Le sang sur ma lèvre ouverte est sec, à présent.

- Merci.

J'inspire, je sais ce qui lui a coûté pour prendre cette décision. Sortir hors de l'hôpital, pour moi. Et ça me touche, bien plus que je ne le montre.

- J'suis désolé que tu aies dû sortir pour venir chercher mon cul, mais j'suis content que vous l'ayez fait. Merci, vraiment. Merci.

Il ne sait pas encore. Pourquoi j'ai été si long à revenir, pourquoi je n'étais pas avec les autres. Je sens encore les liens sur mes poignets, sans doute blessés par les cordes. Je n'ai cessé de tenter de m'en défaire, en vain. Ce n'est que lorsque ma soeur a été persuadée qu'ils ne craignaient rien de moi, qu'elle m'a libérée. M'ont-ils suivi ? J'ai tout fait pour les semer...
Devrais-je en parler ? A Terrence, peut-être ? Il saurait quoi faire pour nous mettre en sécurité. Je pourrais lui parler de la Highgate, de leurs procédures. Je pense tout de même que nous ne craignons rien. Nous avons fait un pacte, Cat et moi. Derrière le tout-terrain planté sur son flanc, dans la troisième rue. Sous cette dalle au coin de la rue. Nous échangerons des messages. Je lui donnerai des informations, elle m'en rendra. Sur les groupes en ville, sur quoique ce soit d'utile pour nos propres communautés. Elle m'a promis qu'elle n'engagerait rien contre le Lyssa Squad. Je la crois. Je n'en parlerai pas à l'ancien militaire ni à personne. Mais Elijah... Mon regard se tourne à nouveau vers lui. Il ne sait pas encore ce qui m'a retenu si longtemps. Et je le connais, s'il a le moindre doute sur ma version, il insistera.

- Je vais aller à l'infirmerie. Tu sais, tu n'es pas obligé de m'y accompagner.

J'espère qu'il ne le fera pas. Mon poing se serre, ma colère ne s'est pas encore évacuée. Je me force à sourire, je me force à me tenir droit alors que la douleur de mes côtes me tient éveillé. J'ai besoin de me retrouver seul, pour laisser cette haine s'exprimer. Contre un mur, contre quoique ce soit. Mais surtout, pas contre lui. Parce que ces dernières semaines, il a vu le meilleur de moi. Nous nous sommes rapprochés à un point que je n'imaginais pas... De tous, il est le seul devant qui je refuse d'être encore cet abruti aux accès violents de colère...

- Je t'assure, ça va aller.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
I'm drowning Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Calgary, Canada

I'm drowning Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 354
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

I'm drowning X0TurS619 / 5019 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ224 / 5024 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU712 / 5012 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
24.08.19 16:20
James & Elijah



I’m drowning

Enfin arrivés à l’hôpital, j’ai cru que ce cauchemar ne se terminerait jamais. La vision des portes du bâtiment ne m’a jamais autant rendu heureux, surtout en sachant que James est à mes côtés, sauf. Dans un piteux état, certes, mais bien vivant, et c’est tout ce qui compte. Sentir la sécurité de cet endroit que nous appelons notre chez-nous depuis déjà longtemps me fait un bien fou. Je déteste sortir, je déteste l’angoisse que ça me procure, j’ai détesté craindre pour la vie de James, j’ai détesté la peur que j’ai ressenti en découvrant ce corps qui n’était pas le sien, j’ai détesté tout ce qui a composé cette escapade, sauf le moment où je l’ai vu, où je l’ai serré entre mes bras et que j’ai senti son cœur battre. C’était tout ce qu’il me fallait, la seule chose qui me donnait la force de continuer là dehors. J’ai à peine entendu ses maigres explications, j’ai à peine entendu Nancy nous dire les indications pour le retour, j’ai à peine entendu les râlements des virulents, tout ce qui comptait, c’était son regard, face à moi, rien d’autre. Le chemin a été long, une éternité, mais nous l’avons fait.

Nos regards se croisent alors que nous longeons les couloirs de l’hôpital, en silence. Je ne sais pas quoi dire après toutes ces émotions, mais les paroles n’ont jamais été importantes entre nous. Même en silence, on se suffit. Je le vois pourtant se tenir les côtes, faire comme s’il allait bien, mais je vois aussi cette légère grimace sur le coin de ses lèvres à chaque pas qu’il fait, ce rictus sur le bord de l’œil pour étouffer sa douleur. Il a mal, mais il ne veut pas le montrer. Il me remercie, plusieurs fois, pour ce que j’ai fait, ce que nous avons fait, avec Nancy et je me contente d’hocher la tête. J’ai détesté le faire, mais je recommencerais n’importe quand s’il le fallait. Il n’a d’ailleurs pas besoin de me remercier, le simple fait de le voir à nouveau en sécurité ici me suffit, proche de moi.

Nos regards se croisent une nouvelle fois et je sens qu’il va me repousser, comme il le fait toujours lorsqu’il se sent en infériorité, blessé. Et ça n’y manque pas. Il tente de me dissuader de le suivre et je le fixe, en silence. Car je le connais. S’il veut m’éloigner, c’est qu’il sait qu’il va faire quelque chose que je ne dois pas voir et je refuse qu’il le fasse. Je ne dis pourtant rien à ses premières paroles, continue de marcher lentement à ses côtés. Mais lorsqu’il reprend la parole pour tenter une nouvelle fois de me rassurer sur son état, je soupire longuement et me décide à parler. « J’te laisserai pas James. J’sais pas exactement ce qu’il s’est passé là-dehors, mais pour le moment, être seul est vraiment le dernier truc dont t’aies besoin. » J’hausse une fois les épaules. « Si t’es pas content avec ça et que tu risques de crier, de m’insulter, fais-le, je m’en fiche. » S’il a mal, qu’il le fasse sortir, s’il est en colère, qu’il le fasse sortir, s’il est triste, qu’il le fasse sortir. « Tu me feras pas partir. » Mon regard s’accroche au sien quelques secondes avant que je ne tourne la tête. « J’te l’ai déjà dit. Tu veux faire le fier et le fort devant les autres, ok, mais pas devant moi. » Je le connais bien trop pour le laisser faire ça. « On a vécu les pires merdes depuis l’infection, t’as le droit de vouloir relâcher la pression, peu importe de quelle manière. » Et je serai là pour l’assumer s’il le faut, mais aucun moyen que je le laisse. « Alors tu vas me laisser t’accompagner à l’infirmerie, ou même si tu veux pas y aller, je t’accompagne à ta chambre. » Car il a peut-être simplement envie de se laisser tomber sur un matelas. « Mais j’te laisserai pas. » Une nouvelle fois, je cherche son regard, pour lui montrer que peu importe ce qu’il fera, je serai là.

On passe devant le réfectoire et je tourne la tête en cette direction tout en sentant une boule se former dans mon estomac. Il faudra que je lui annonce pour Leslie aussi. Mais pas tout de suite, il vient à peine d’arriver, ce n’est pas le bon moment.
 

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
I'm drowning Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

I'm drowning 1543102557-cat-james

Messages : 543
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

I'm drowning X0TurS621 / 5021 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ229 / 5029 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU723 / 5023 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
27.08.19 15:57
Elijah me connait. Depuis quand suis-je si naïf ? Elijah connait mon fonctionnement. Avant, il était celui à qui je racontais mes faiblesses. Mes manies. Il sait qui je suis... Comment ai-je pu croire qu'il me laisserait filer ? Elijah soupire. Parle enfin. Je me tiens toujours les côtes, je le vois parfois avoir un geste dans ma direction alors que mon pied manque de glisser. Je me sens faible. Je n'ai pas dormi, ils ne m'en ont pas laissé l'occasion. Chacun étant venu demander son dû. Lorsqu'elle était là ou non. Ils me tiennent pour un traître... Eux ne me connaissent plus. Ne m'ont probablement jamais connu. Alors, lorsque j'écoute la voix de mon ami à mes côtés, je m'empourpre. Un mélange de colère et de honte. J'aurais dû le savoir, Elijah ne me laissera pas seul. Pas après tout ça. J'ai beau essayer, je ne parviens pas à dissimuler mes blessures. Je ne peux me les avoir infligé seul par une chute idiote... Il sait. Il le voit sûrement, que quelque chose s'est passé. Sur mon visage. Je n'aurais pas pu disparaître si longtemps, autrement, et revenir ainsi blessé. Il hausse les épaules, une fois. Je souris lorsque j'entend la suite de sa prévention, avant de soupirer à mon tour, longuement. Je ne dis rien, il continue.

- Tu me feras pas partir.

Du coin de l'oeil, je parviens à croiser son regard. Il tourne la tête, je fixe le sol, concentré sur mes pas. Et ses mots. Il m'a cerné, depuis si longtemps. Faire le fier... le fort... Je refuse que les autres voient ces faiblesses qui m'habitent. Si longtemps, on ne m'a caractérisé que par elles. Avant que je ne décide de les dissimuler. Cette impulsivité, cette hyperactivité. Ma colère. Les cris du coeur. Elijah me prévient, ne fais pas le fier devant moi. Je ne dis toujours rien... conscient d'avoir tord. Et qu'il a raison. De nous deux, il a toujours été le plus sage. Celui qui sait quoi dire, celui qui sait quoi faire. Avec moi, en tout cas. Je n'ai jamais compris comment. Ni pourquoi.
Elijah parle toujours, je reste muet. Et lorsqu'il a fini, il recherche mon regard. Attiré par lui, je plonge mes yeux dans les siens. Et je sais, qu'il ne me quittera pas. Pas tant qu'il ne sera pas certain de mon état. Il est venu me chercher... dehors. Pourquoi, Elijah ?

- D'accord.

Je ne parviens pas à en exprimer davantage, incapable de mettre des mots sur mes émotions. Car seule la colère m'habite. La fatigue me dévore de l'intérieur, la douleur se propage plus vite encore lorsque mon corps avance. J'ai envie de m'effondrer. De m'étendre sur mon lit, de rester là autant d'heures que sur cette chaise. Seul. Ce dernier souhait ne se réalisera probablement pas, mon ami ne l'entend pas de cette oreille. L'on passe soudain devant le réfectoire, Elijah détourne la tête. Je l'observe quelques instants, retenant un gémissement lorsque je fais le mauvais mouvement. La douleur électrique s'insinue dans la moindre particule de mon corps.

- Puisque je n'peux pas te faire changer d'avis, faut passer par l'infirmerie. Faut que j'prenne...

Je prend un instant. Nous devons rationner les anti-douleurs, ne pas les gâcher. J'inspire profondément. Nous avançons toujours, le réfectoire s'éloigne derrière nous. Personne ne nous a vu. Je n'ai pas envie de croiser leurs regards rassurés... désolés. Je veux être seul.

- Putain...

Celui-là, de gémissement, je ne parviens pas à le dissimuler. Mon corps me fait mal. Je lui rendrais bien ses coups, à Sven... Pour rassurer Elijah, je tourne mon regard dans sa direction, lui sourit. Et pourtant, la colère est si proche. Mon poing se resserre plus fort encore contre le mur auquel je m'accroche.

- Faudrait que j'fasse plus attention, la prochaine fois. Tu m'aides à rejoindre ma chambre ? J'irai plus tard à l'infirmerie. Faut que j'me pose...

Je ne compte pas prendre de médicaments. La douleur attisera ma haine.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
I'm drowning Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Calgary, Canada

I'm drowning Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 354
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

I'm drowning X0TurS619 / 5019 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ224 / 5024 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU712 / 5012 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
14.09.19 14:59
James & Elijah



I’m drowning


« D’accord ». Il accepte donc son sort. Sûrement sans plaisir, sans volonté, mais il n’en a pas le choix, il le sait. Je l’ai prévenu. James est la dernière personne qu’il me reste de mon passé, la dernière chose qui me rattache à tout ce que j’ai vécu jusqu’à maintenant et ce n’est pas maintenant que je vais le laisser filer. Je tiens à lui comme s’il avait toujours fait partie de ma famille. Si je devais le perdre, je ne m’en remettrais pas. Mais il m’écoute. Je dois bien être la seule personne de son âge à qui il obéit de cette manière. La seule personne tout court, d’ailleurs. Certains de nos aînés ont un pouvoir différent sur lui. Cependant James aime faire ce qu’il a envie et ne pas écouter ce qu’on lui dit, peu importe qui se trouve en face. Mais avec moi, c’est différent. La preuve, le simple fait de lui indiquer fermement qu’il ne pourra pas se débarrasser de moi suffit à le faire se taire. Il ne cherche plus les limites, il les connaît depuis longtemps avec moi.

Il marche douloureusement. Chaque pas semble une torture et je ne compte plus le nombre de fois où je fais un mouvement vers lui, prêt à le rattraper. Je ne le touche pas, sachant pertinemment qu’il n’aime pas ça, qu’il veut marcher seul, montrer qu’il le peut. Mais lorsqu’il gémit, tente tant bien que mal de cacher sa douleur derrière un sourire, je ne souris pas en retour. Je m’inquiète pour lui, pour la raison de ses blessures, le motif de sa disparition. Quelque chose s’est passé et le fait qu’il n’en parle pas me montre bien que c’est grave. S’il s’était fait coincer par des infectés, il me l’aurait dit. Mais il n’en parle pas. Je soupire même, une fois. J’aimerais l’aider mais je ne sais pas comment.

Pourtant, à ma grande surprise, James me demande de l’aider, chose qu’il ne fait jamais. Je suis partagé entre la fierté d’avoir ce privilège et l’angoisse qui augmente petit à petit. Quelque chose cloche. Mais une fois de plus, je ne dis rien. Je lui adresse enfin un léger sourire, pour soulever le fait qu’il ose me demander de l’aide et doucement, je viens attraper son bras pour le glisser autour de mes épaules. Je ne sais pas exactement où il a mal et j’ai peur d’appuyer là où il ne faudrait pas, mais je me dis qu’il vaut mieux lui faire mal quelques minutes que de le laisser se démerder et qu’il souffre bien plus longtemps que ça.

Ses poings sont serrés, ses muscles sont tendus et je sais que c’est pour deux raisons bien distinctes. Il a mal et il est en colère. Ma main vient attraper le bras qui se trouve autour de moi, pour l’inciter à se détendre, lui faire comprendre que je suis là. « Allons à ta chambre. Faut que tu te poses oui. » Après tout ce temps dehors, l’épreuve qu’il a endurée, il doit être crevé. Je l’aide à marcher, doucement, calmement, le laissant poser ses pieds à son rythme, suivant simplement la cadence qui lui convient.

On marche ainsi comme ça durant de longues minutes, en silence, s’adressant parfois des sourires discrets jusqu’à ce que sa chambre se présente à nous. Je le lâche enfin, laisse retomber son bras pour ouvrir la porte et m’y engouffrer avec lui. Enfin seulement, je lui reprends le bras pour l’aider à s’installer dans son lit. Délicatement, je l’accompagne pour qu’il se retrouve en position plus ou moins couchée et je m’assieds à ses côtés pour entreprendre de lui enlever ses chaussures. « T’aimerais enlever ton pull aussi, ou te changer ? » Ses habits sont sales, usés de son périple. Il serait certainement mieux une fois changé. Mais je peux comprendre qu’il n’ait peut-être pas envie de faire ça maintenant et de d’abord se reposer un peu. « Et je peux passer à l’infirmerie à ta place. » Tant qu’il ne bouge pas.
 

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
I'm drowning Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

I'm drowning 1543102557-cat-james

Messages : 543
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

I'm drowning X0TurS621 / 5021 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ229 / 5029 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU723 / 5023 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
27.09.19 16:14
La douleur irradie sous ma peau, la fatigue fait trembler mes jambes sous le poids incommensurable de mon corps. Et le silence que fait durer Elijah me transperce alors que je croise son visage, ses lèvres. Dénudées de tout sourire. Je l'observe et attend sa décision, même si je la connais. Il va m'accompagner jusque dans ma chambre. Et c'est ce qu'il fait, m'adressant enfin un léger sourire. Doux, il attrape mon bras, le glisse autour de ses épaules. Je me laisse faire, incapable de refuser son aide à présent. Je m'avoue vaincu, je suis incapable de me débrouiller seul, cette fois-ci. J'ai besoin de lui... Je grimace lorsque l'on fait un premier pas, ma main libre vient attraper le mur en second soutien et nous avançons en silence dans les couloirs sombres de l'hôpital. Mes poings toujours serrés, je ferme les yeux et me laisse guider. Sentant plus encore mes dents grincer sous la douleur lancinante de ma lèvre. La colère bouillonne toujours en moi, je la sens, là, si proche. Prête à exploser. Et soudain, sa main sur mon bras me réveille, me fait rouvrir les yeux. Je l'observe alors que nous marchons, quelques instants, sourcils froncés. Rien en moi ne se calme, pourtant, le regarder, sentir sa présence, semble me rassurer... Un long soupire m'échappe. On continue de marcher, lentement. Il attend parfois, que je prenne mon rythme. Mes côtes se rappellent à moi et je sens mes tempes tambouriner contre mon crâne. Les minutes s'écoulent, je respire mal, mon oeil me brûle.

Finalement, ma chambre. Il me lâche, je me retiens dos au mur. J'inspire, puis expire longuement. Il ouvre la porte, l'on s'y engouffre ensemble. Et enfin à l'intérieur, Elijah m'aide à m'installer dans le lit. Je me laisse faire. Et lorsqu'il entreprend de enlever mes chaussures, je le regarde. Il finit par briser le silence qui s'est alors installé entre nous, un silence bien trop pesant. Elijah est prévenant, prêt à tout pour m'aider. Et je le sens, pour découvrir ce qui m'est réellement arrivé. Aux autres, je peux raconter des histoires, vendre un truc avec des virulents ou l'attaque d'un autre groupe. Mon passé, je n'en fais jamais allusion et j'insinue encore moins de choses à propos de ma soeur. Seul Elijah peut se douter de quelque chose... Et il doute, je le vois. J'inspire.

- Peut-être après...

Pourquoi déjà ne voulais-je pas prendre d'anti-douleur ? Pour rationner. Quelle connerie... Elles sont bien brisées, ces côtes. Je le sens. Ma main glisse contre ma peau, trouve les fautives de mes gémissements plaintifs. Je grimace, reste ainsi allongé dans le lit alors que mon ami est là, assis à côté de moi. Nos regards se croisent, je ne parviens plus à sourire. Et après une longue hésitation, je cède. Et merde.

- J'crois bien que j'aurais besoin d'anti-douleur... j'en garde dans un tiroir, dans mon infirmerie. Le bloc à droite quand tu rentres, tiroir du haut. Tu crois que tu pourrais aller m'en prendre un ou deux ?

Je grimace une fois de plus alors que je bouge un peu pour me redresser, en vain. Je reste allongé, le feu brûlant mon corps. Je rêve d'un médicament, mais aussi de pouvoir me retrouver quelques minutes seul... Lorsqu'Elijah quitte la pièce, referme la porte derrière lui, un râle s'échappe de ma gorge. Dans ma langue natale, je jure. Et usant de mes dernières forces, j'arque mes muscles endoloris et me relève sur ce lit trop dur. Dos courbé, je sens la morsure des côtes brisées dans mon corps lorsque mon regard tombe enfin dans le reflet que me renvoie le long miroir au fond de la pièce. Sale, visage terne. J'aurais presque l'allure d'un rôdeur si je n'étais pas certain d'être encore en vie. Je comprend alors la remarque de mon ami sur mes vêtements et le fait de me changer. A vrai dire, j'aurais même besoin d'une douche glacée. C'est un luxe que l'on s'offre que rarement, ces temps-ci. J'inspire longuement, me glisse au bord du lit. Doucement, j'entreprend d'ôter ma veste, celle de mon père. J'y parviens après plusieurs minutes, la dépose soigneusement sur le lit. L'étape suivant me donne plus de mal, je jure plus fort, grogne même. Et enfin j'enlève le t-shirt, le laisse tomber sur le sol. Regard attiré par mon reflet, je crois déceler de larges bleus sous l'épiderme de mon dos. M'aidant du lit, je me relève et me traine jusqu'au miroir.

Les marques sont énormes, deviendront plus sombres. Je la sens, ma mâchoire se crispée sous la colère. Je sens mon souffle s'accélérer, mon coeur battre contre mon torse. Mes doigts glissent doucement sur ma peau, caressent mes blessures. J'enrage. Mon sang bouillonne et je ne vois que son visage, son regard. Nu de toute émotion. Ma soeur. Elle est ma soeur... et elle m'a ligoté. Elle est ma soeur... et elle m'a interrogé. Elle est ma soeur... et je lui voue une haine sans mesure.
Mon poing entre en collision avec le mur. J'explose. L'éclair qui s'insinue dans mon bras m'importe peu, la goutte de sang qui s'échappe d'une plaie, s'écrasant sur le sol, m'importe peu. La colère me consume. Seule ma soeur m'importe, son visage. Notre haine. Et toujours ce conflit qui creuse ce fossé entre nous.

- Putain Cat...

Un murmure. Je fixe le sol, mes jambes tremblent. Et je m'effondre devant le miroir, sur le bord de mon lit.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
I'm drowning Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Calgary, Canada

I'm drowning Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 354
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

I'm drowning X0TurS619 / 5019 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ224 / 5024 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU712 / 5012 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
08.10.19 14:26
James & Elijah



I’m drowning


Il ne veut pas se changer, comme je le pensais. Et sincèrement, je peux le comprendre. A le voir marcher, je comprends que chaque muscle le fait souffrir et que se changer doit lui demander un effort surhumain. Ca sera donc pour plus tard, lorsqu'il aura digéré son épreuve et repris quelques forces. Il se tâte d'ailleurs, grimace et je fais comme si je ne voyais pas ces détails. Il ne veut pas me raconter, très bien. Il accepte même les médicaments et à nouveau, la peur revient de plein fouet. Lui qui d'habitude ne veut rien, pour en laisser aux autres, garder pour quand ça nous sera réellement utile, pour une fois, il en veut. James va très mal.

J'hoche la tête pour lui signifier avoir compris, approuver et je me lève de son lit avant de filer, fermant la porte derrière moi. Je n'ai pas envie de le laisser seul longtemps, je le connais bien trop. Il est en colère et dans cet état, il pourrait faire des bêtises. Alors je marche vite, piétine jusqu'à l'infirmerie, ne réponds à peine aux salutations des autres de la communauté. James a besoin de moi avant tous les autres, je suis parti dans mon monde, le reste n'existe plus.

Dans l'infirmerie, je cherche le tiroir qu'il m'a indiqué et après quelques secondes de recherche, le trouve. Tout est là. Je lui prends trois anti-douleur ; un pour tout de suite, un pour demain et le dernier, en cas de besoin, si demain il n'arrive toujours pas à se lever ou que sais-je. Et je ne traîne pas. Je passe à la cuisine lui prendre de l'eau car je n'ai pas fait attention à ce qu'il avait dans sa chambre et une fois un verre en main, je retourne vers lui.

Près de sa chambre, j'entends un boum et mon sang se glace. Qu'a-t-il fait ? J'accélère, ouvre doucement la porte, prêt au pire. Mais il est debout, face au miroir, le poing dans le mur. Sur le coup, je ne sais pas comment réagir. Si je dois intervenir, attendre un peu, m'énerver de le voir debout. Sauf qu'au lieu de réagir, je reste planté là, les yeux parcourant sa peau. J'ai de la peine à discerner ses courbes au milieu des blessures. J'avale difficilement ma salive face à ce constat, face à tant de douleur. Pourquoi m'a-t-il caché tout ça ? Je l'imaginais mal, mais à ce point ? Mes yeux glissent sur son dos, parcours cette peau qui me fait ressentir cette sensation si étrange, à la fois de légèreté et de douleur.

Mais James n'en a pas fini. Il est rempli de haine, bouillonne et alors que je le pense à bout, il murmure quelque chose qui me fait hausser le sourcil. Ce prénom, sa soeur. La raison de tous ces maux ? Je n'ai pourtant pas le temps de réagir qu'il s'effondre. Alors je dépose le verre au sol, accours, l'attrape, le relève pour une nouvelle fois l'installer difficilement sur le lit. Je secoue négativement la tête, dépité de le voir dans cet état. Je ne l'ai jamais vu ainsi.

Une fois installé et son regard retrouvé, je lui tends l'un des anti-douleur rapportés et le verre d'eau déposé avant sa chute. « Prends ça. » Et qu'il ne fasse pas d'histoire. Je le laisse l'avaler, hésite un instant avant de m'installer à ses côtés et, la boule au ventre, je me risque à poser la question. « Cat ? » Car c'est tout ce qu'il a dit. Cette soeur à qui il tenait autrefois comme à la prunelle de ses yeux mais qui aujourd'hui semble être la source de cette histoire. Peut-être que je me trompe, peut-être que ce n'est qu'un hasard ou qu'il n'a même pas prononcé son nom, mais le doute est là, la peur aussi et je me dois de lui poser la question.
 

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
I'm drowning Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

I'm drowning 1543102557-cat-james

Messages : 543
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

I'm drowning X0TurS621 / 5021 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ229 / 5029 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU723 / 5023 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
15.10.19 14:04
Ses mains chaudes glissent contre ma peau, le poids de mon corps succombe à la gravité. Ma tête dodeline, mes cervicales incapables de la soutenir sur ces épaules devenues bien trop lourdes. Je peux sentir son odeur, si proche de moi. Et ses muscles qui se tendent, pour me soulever. Pour me porter une nouvelle fois jusqu'au lit, m'y installer. Encore. Je me sens fatigué, éreinté, comme assailli d'un millier d'aiguilles douloureuses. Comment est-ce possible de se sentir si mal ? Ils m'ont tenu éveillé, m'ont questionné, chacun leur tour. Elle était là, parfois pas. Et ce sont ces instants qui furent les plus durs. Parce qu'elle, ne me fera jamais de mal... Les autres ne s'en sont pas gêné. Ils ne me voient plus que comme l'ennemi. Le traître. Est-ce mes côtes qui me font le plus de mal ? Probablement pas. Leurs regards emplis de cette haine terrible me hantent davantage... Je rêve de leur retourner leurs coups. De hurler, non plus de douleur. Mais de rage. Je voudrais me venger... Mais à quoi bon. Ils ne comprendront pas. Ils ne comprendront jamais mes raisons, mes motivations. Et c'est bien pour cela que je suis parti sans le moindre mot, ils ne m'auraient pas laissé faire.

Je détourne le regard, fuis celui de mon ami. Du coin de l'oeil, je le vois secouer la tête. Que pense-t-il de moi... Je hais la pitié. J'ai toujours eu ce sentiment en horreur, parce qu'on me l'a bien trop souvent servi. Le pauvre enfant, il a perdu ses parents et est devenu sourd. Le pauvre enfant, il a dû quitter son pays pour vivre à des milliers de kilomètres de chez lui. Le pauvre enfant... comment va-t-il s'en sortir après ce drame... La pitié me dégoute. Elijah, as-tu pitié de moi ? Je ferme les yeux. Ne sois pas bête, James. Ton ami n'a pas pitié de toi. Il a peur, pour toi. Elijah n'a jamais eu pitié, il comprenait ton sentiment face à celui-ci, il savait. Il a peur... Je l'espère. Parce qu'il est tout ce qu'il reste du passé, de cette ancienne vie encore heureuse, sans la peur de la mort. J'ignorerai que faire s'il succombait à la pitié lorsqu'il me regarde. Elijah, que pense-tu de moi ? M'as-tu vu cogner la pierre ?

Dans un grognement de douleur, je parviens à orienter ma tête de manière à trouver son regard. Et je le fixe, intensément. Sans relâche. Il me tend un anti-douleur, je l'attrape d'une main que j'empêche de trembler, le glisse sur ma langue. Je m'empare du verre d'eau qu'il me tend, m'exécute. La douleur est trop forte, les battements de mon coeur explosent mes tempes. Juste un, pour repousser quelques instants la douleur. Un seul. Ensuite, je rationnerai. Il reprend le verre, le dépose quelque part, ce que j'imagine, au bruit du verre contre le sol. Mes yeux sont si lourds. Je les rouvre lorsque je sens Elijah se glisser à côté de moi. Et il prononce son nom d'une interrogation presque inaudible, brisant le silence. Il m'a vu, m'a entendu. Et alors, je détourne mon visage du sien, fixe le mur blanc à ma droite. Mon poing se resserre. Je ne peux plus mentir...

- Cat.

Prononcer son nom est comme un électrochoc, me rappelant ces heures passées ligoté à cette chaise. Comment peut-on en arriver là ?

- C'est plus la peine que j'essaye de mentir, n'est-ce pas ?

J'entend son souffle proche de moi, je sens son bras contre le mien. Et je souris, difficilement. Ma lèvre brûle, j'ai encore le goût de sang dans ma bouche. Et mon oeil, lui, se referme à mesure que le bleu enfle.

- Ce n'est pas elle qui...

Un mouvement m'arrache un grognement, interrompt ma phrase.

- ... qui m'a fait ça.

Elle s'est arrangée pour que les autres le fassent à sa place, me rappelant ce qui pouvait m'arriver si jamais je les trahissais plus qu'aujourd'hui. Est-ce seulement vrai ? Je n'ai pas joué au pauvre captif, j'ai encaissé les coups, ne lâchant rien. Persuadé que je ne craignais rien. Elle a passé bien trop de temps à me garder en vie pour me laisser crever sous ses yeux et sa responsabilité. Pourtant, ils m'ont maltraité, alors qu'elle détournait le dos. Et à chaque fois qu'elle revenait, je relevais le menton, con que je suis. Qu'elle ne voit pas ma faiblesse, qu'elle ne voit qu'une force sans mesures. Je n'ai pas pleurniché ni même pointé les fautifs du doigt. Je me suis contenté de soutenir son regard.

- Mais elle était là. Ils me sont tombé dessus alors que je m'étais séparé des gars... Je ne les ai pas vu arriver, ils me sont tombé dessus. Des gens de mon ancien groupe, Highgate. Cat était là. Je l'ai vue, au fond de la rue, quand on m'a assommé...

Incontrôlable, un rire s'échappe de ma gorge et la douleur s'intensifie dans mon dos. Ce rire secouant ma poitrine douloureuse.

- La lèvre, c'est elle. Elle m'a mis une claque.

Le rire s'évapore, la colère revient. Et mes poings se resserrent plus fort sur le drap trop blanc de l'ancienne chambre d'hôpital.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
I'm drowning Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Calgary, Canada

I'm drowning Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 354
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

I'm drowning X0TurS619 / 5019 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ224 / 5024 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU712 / 5012 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
01.11.19 6:50
James & Elijah



I’m drowning


Son regard lâche le mien pour contempler le mur. Il est gêné, James. Il transpire la honte dans tout son corps. Elle surpasserait même cette colère qui bout en lui comme un volcan menaçant d’exploser. James va mal, James est en colère, James est perdu, et ça se voit. Mais il ouvre la bouche, comprenant que le silence n’est plus le bienvenu. Le temps des explications a sonné, c’est tout ce que j’attends. Un léger sourire tendu se faufile sur mes lèvres alors qu’il parle. « Je comprends déjà pas pourquoi t’as voulu essayer, de base. » Je lis en toi comme dans un livre ouvert, James. Tu devrais le savoir depuis le temps.

Il reprend la parole, se lance enfin dans de vraies explications et je l’écoute, silencieusement, une petite boule se formant au creux de mon ventre au fur et à mesure que la situation s’éclaire. Il parle d’Highgate, cette fameuse communauté dont Terry nous avait déjà parlé. Je les pensais de bonnes personnes. A l’entendre, on pouvait leur faire confiance et compter sur une alliance de taille. Était-ce faux ? Ce groupe serait-il finalement dangereux et à éviter ? Si James pouvait être en danger chaque fois que l’on traiterait avec eux, il n’est pas question que nous ayons affaire à eux. Cet incident ne doit plus jamais se produire, ni avec lui, ni avec aucun d’entre nous.

Je soupire alors que l’horreur de son récit se termine. Sa lèvre, c’est l’œuvre de Cat et rien que pour ça, je la déteste. Je n’ai pas eu beaucoup d’occasions de rencontrer sa sœur, mais les fois où elle était à la maison, Cat ne me paraissait pas comme une fille dangereuse, en tout cas pas au point de faire du mal à son propre frère. Mais dans un monde pareil, où tout bascule en cauchemar, la famille n’est-elle pas censée représenter ce qu’il y a de plus cher ? N’aurait-elle pas dû chercher à le retrouver pour le garder auprès d’elle, ne plus jamais le quitter ? Que s’est-il réellement passé dans son parcours pour qu’elle en arrive à un tel point ? Comment peut-on vouloir laisser son frère se faire tabasser et même lui mettre une claque ? Toute cette histoire me dépasse. Le monde est devenu assez horrible pour qu’on n’ait pas en plus à se haïr entre proches. Nous devrions d’ailleurs tous nous unir, les survivants, pour lutter contre ce qui nous pose vraiment problème, à savoir, les virulents.

Il se met à rire, sûrement dû à la retombée d’adrénaline, le stress. Simplement les nerfs qui lâchent. Il s’arrête après ses paroles et je le vois serrer le drap de son lit entre ses poings. La colère refait surface et j’ai mal de le voir ainsi. Alors doucement, ma main vient chercher la sienne pour le faire desserrer sa prise. Et je me tourne vers lui, mon autre main venant se promener le long de son bras, cherchant à le détendre. Tous ses muscles sont tendus, cette musculature qui dans d’autres circonstances me feraient ressentir bien d’autres sensations. « James… Je suis désolé pour ce que Cat t’a fait subir. Je suis désolé qu’elle en soit arrivée à point où la seule solution qui se présentait à elle était celle-ci. Je suis désolé que tu souffres autant. » Je soupire lentement, une seconde fois, cherche le regard de mon ami. « Tu n’aurais jamais dû traverser une telle épreuve, encore moins seul. Personne ne devrait le faire. » Les caresses se prolongent le long de son biceps. « Et tu le sais que même les pires atrocités, tu peux me les dire… On se connait depuis longtemps, j’ai pas peur de partager ton fardeau… »


_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
I'm drowning Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

I'm drowning 1543102557-cat-james

Messages : 543
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

I'm drowning X0TurS621 / 5021 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ229 / 5029 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU723 / 5023 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
14.11.19 4:15
Lorsque le silence retombe, mes yeux fixent toujours le mur tellement blanc. Je sens son bras, contre le mien, mes poings toujours serrés de cette colère qui m'habite. Je sens son souffle dans ma nuque et la douleur sur mon visage. Une douleur lancinante, brûlante. Comme un feu constant, comme des battements violents qui ne cessent de bondir sous ma peau. Mon oeil tuméfié s'est fermé, il brûle, lui aussi. Distraitement, je passe ma langue sur ma lèvre, pour en enlever les restes de sang sec. Le goût de fer se répand dans ma bouche, tirant une grimace sur mon visage.
Sa main glisse dans la mienne, s'en empare. Il me desserre le poing, je me détend un peu. Pour lui, parce qu'il n'y est pour rien. Pourtant, ma haine est toujours là, à gronder dans mon estomac meurtri de bleus. Je frissonne lorsqu'il fait promener son autre main le long de mon bras et ma tête tourne, battant toujours de douleur. Un instant, je ferme les yeux et me concentre sur le contact de ses doigts contre ma peau et je surprend des pensées troublantes, des sensations que provoque Elijah. Entre la souffrance des plaies, ce je ne sais quoi me donne un autre goût. Pas amer, ni âpre. Non, quelque chose... d'autre. Un sentiment oublié. Et, soudain, sa voix s'élève doucement à côté de moi. Comme attiré, je tourne mon visage, quitte le mur de mon regard, pour croiser celui d'Elijah qui m'observe. Dans ses yeux, je peux y lire une inquiétude grandissante. Mais plus étrange encore, un soulagement auquel je n'aurais pu m'attendre. Tellement sincère...
Il parle, Elijah, sa voix me fait du bien. Un souvenir agréable du passé, un homme qui, comme moi, ne demande que la paix. Et la possibilité de vivre. Un homme auquel je tiens plus qu'aux autres, parce que c'est Elijah. Il continue de caresser mon bras, doux, glisse sa main plus haut. Et moi, je ne bouge pas, je l'observe, silencieux. Et l'écoute. Incapable de bouger la moindre parcelle de mon corps. Mes poings se détendent doucement, s'étalent sur les draps. Je suis toujours en colère, seulement, Elijah parvient à calmer ces pulsions destructrices qui bouillonnent en moi. Plus je l'observe, plus une certitude s'empare de moi. Il n'est plus qu'un souvenir enveloppé d'une brume dans ma tête, non, Elijah est un lien. Entre passé et présent. Et je le sais, il fera mon avenir. Tous ici, feront mon avenir... Mais Elijah, lui, est particulier. Il me connait d'avant et de maintenant, il a vu tout ce que je suis et ce que je peux être, il sait tout de moi.

J'entrouvre mes lèvres, aucun son ne sort. Et le silence reprend sa place, les doigts d'Elijah parcourant toujours ma peau. Moi, je le fixe de mon oeil, la douleur battant mes tempes. J'ai envie de tout lui raconter, de lui confier mes peurs et mes peines, pourtant, je me retiens encore. Je n'ai jamais aimé ça, parler de ces choses qui grouillent dans ma tête, partager mes sentiments. Je ne suis pas ce genre de personne, je ne suis pas un sentimental. Mais plus je l'observe, plus je ressens ce besoin...

- Tu n'y es pour rien, faut pas être désolé.

Ce sont les seuls mots qui parviennent à sortir. Des mots absurdes.

- Elijah, je...

J'inspire profondément, mes côtes bougent dans mon corps. Et mon oeil brûle plus encore que tout à l'heure. A cet instant, je donnerai n'importe quoi pour m'endormir, je tenterai tout pour ne plus rien ressentir. Physiquement, d'abord. Puis dans mon esprit. Je ne veux plus penser, c'est trop dur. Penser à ma soeur, à notre histoire, à nos disputes. A nos parents... Que diraient-ils ? Que penseraient-ils ? Jamais maman nous aurait laissé nous disputer ainsi... Papa encore moins. Je lâche un juron lorsque je tente de remettre mon corps meurtri dans une meilleure position, ferme mon oeil quelques instants. Avant de le rouvrir et à nouveau le planter dans le regard de mon ami, toujours là à m'observer.

- Ils se sont défoulés sur moi. Trois mecs, ils voulaient des infos. Et se venger de ma soit disante trahison... L'un d'eux vous a tous menacé... sans savoir qui vous étiez...

Je grimace lorsque je repense aux expressions de son visage, de la haine pure. Pourquoi ne m'étais-je jamais rendu compte de la violence de cet homme ? Peut-être parce que nous étions amis... Ses paroles ont été dures. Trahison, paria. Et son empressement à connaître l'identité de mon nouveau groupe...

- Cat était sympa, en comparaison.

Je ris, nerveusement, encore.

- J'suis même pas sûr qu'elle se soit rendue compte que ces mecs me frappaient. Ces cons le faisaient toujours quand elle s'absentait... c'est malin de leur part. Et moi...

Quelques secondes, je me stoppe net, grimace. Je prend sur moi, tente d'éloigner la douleur, en vain. Et je reprend la parole, riant toujours à demi.

- Moi j'avais pas envie de lui donner la satisfaction d'encore venir à mon secours, alors j'ai rien dit. Comme l'abruti que j'suis...

C'était con. Pourtant, entre nous, c'est un réflexe. Nous ne voulons pas montrer nos faiblesses à l'autre, nous ne voulons pas lui donner l'impression qu'il peut nous secourir. Une sorte de compétition malsaine qui dure depuis bien trop longtemps déjà. J'inspire profondément, je parviens à relever ma main et, doucement, je viens la déposer sur la bras d'Elijah. Je le regarde.

- Pourquoi t'es sorti ? Je... je veux dire, pourquoi vous n'avez pas demandé à Kaniel ou Terrence de venir ? C'était con... et dangereux.

Maintenant son regard de mon oeil, je fronce difficilement mes sourcils.

- Tu ne sors jamais.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
I'm drowning Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Calgary, Canada

I'm drowning Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 354
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

I'm drowning X0TurS619 / 5019 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ224 / 5024 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU712 / 5012 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
23.11.19 19:25
James & Elijah



I’m drowning

Mes doigts se baladent encore sur sa peau, lui arrachant parfois quelques frissons discrets que je pourrais voir si je n’étais pas obnubilé par son visage, son regard. A la recherche de cette petite flamme au creux de son iris qui arrive malgré moi à raviver ce feu au fond de moi. James a une aura, un pouvoir sur les autres dont il n’est pas conscient, et c’est ce qui fait toute sa beauté. Avec lui je n’ai pas de peine à parler, j’apprécie même le faire, moi si discret, peu intéressé par ce qui ne tourne pas dans mon propre petit univers. Cet univers dans lequel j’ai tendance à m’enfermer sans m’en rendre compte mais dans lequel je serais également prêt à y accueillir mon ami. Lui aussi représente mon passé, lui aussi fait ce lien entre cette horreur qui nous entoure aujourd’hui et ce bonheur passé. Alors pour lui, je serais prêt. Pour cette aura, pour lui.

Mais pour le moment, je me contente de cette petite bulle qui s’est formée autour de nous, dans laquelle je me sens en sécurité, près de lui, mes doigts contre sa peau, mon corps si proche du sien. J’ai l’impression que rien ne peut nous arriver, en cet instant précis. Sauf que James, lui, ne le pense peut-être pas, pas après ce qu’il lui est arrivé. Je l’écoute d’ailleurs, son récit, réagis à la moindre de ses phrases, m’offusque d’apprendre que des gens aient pu se défouler sur lui, menacer la Lyssa, et Cat… James a voulu faire le fort, comme toujours, cette fois-ci à juste titre peut-être, mais une fierté qui aurait pu lui coûter la vie. Et rien qu’à cette idée, je sens mon estomac se serrer.

J’aimerais lui répondre quelque chose mais James ne m’en laisse pas le temps. Doucement, sa main se déplace pour venir se poser sur mon bras, et j’en frissonne. Une chair de poule trahissant ce que je tente de retenir en moi, de mettre de côté. Et puis il me pose cette question que j’espérais ne pas entendre. Cette raison de ma sortie, le pourquoi de mon inconscience, moi pourtant si apeuré par l’extérieur. Alors mon regard fuit un instant le sien, la chaleur vient empourprer mes joues. « C’était con oui… » Très con… Mettre ma vie et surtout celle de Nancy en danger pour suivre ce que mon cœur me hurlait était inconscient. « Mais… quand les autres sont revenus et qu’ils ont annoncé que t’étais encore dehors, je…. » Lentement, mon regard remonte vers le sien, une seconde, avant de refuir vers le mur en face. « … j’me suis imaginé tout ce qu’il aurait pu t’arriver et j’ai pas réfléchi. » L’émotion remonte, la peur de ces derniers jours refait surface et ma voix se casse. « J’avais besoin de savoir que t’étais en vie. Tu pouvais pas avoir succombé… pas toi… » Mon iris se plante dans la sienne alors que l’émotion est à son comble. « Et puis Nancy est arrivée, on a pas pris le temps de chercher plus longtemps et on est partis à ta recherche. »

Comme un besoin soudain de le sentir encore plus près de moi, mon autre main vient se poser sur le bord de sa nuque alors que mon cœur s’accélère face à ces souvenirs douloureux. Il sursaute, sûrement de douleur et je m’empresse de retirer ma main, m’excusant platement. « Comme j’t’ai dit, t’as toujours voulu faire le fort, que ce soit devant les autres, Cat, ou même moi… Et savoir que t’étais certainement en danger là-dehors, ça a créé quelque chose de nouveau en moi… » Mon regard se baisse encore. « Si y’avait la moindre chance que tu sois encore en vie, il fallait que je le sache, et j’pouvais pas attendre que quelqu’un le fasse pour moi. » Je reste ainsi un instant, honteux de mon comportement, perdu face à ce mélange de sentiment  dans mes tripes. « Mais pour ce que tu disais, ça m’étonne pas que t’aie pas voulu lui donner satisfaction, comme tu dis. Et c’est pour ce genre de raisons que j’ai eu peur pour toi, James. » Un coup d’œil vers lui. « J’sais que parfois t’es… instable, même si dans cette situation-là, je peux comprendre tes raisons. Mais j’ai eu peur pour toi… » Ma main se repose contre sa peau. « Tellement peur… »

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
I'm drowning Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

I'm drowning 1543102557-cat-james

Messages : 543
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

I'm drowning X0TurS621 / 5021 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ229 / 5029 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU723 / 5023 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
03.12.19 12:27
Ce contact de ma main sur son bras me rassure étrangement, provoque des frissons dans ma nuque dont j'avais oublié le goût. Est-ce le médicament qui fait enfin effet ? J'ai toujours tellement mal... Mes côtes, mon oeil, ma lèvre. Tout me fait mal. Le pire reste au coeur... Mon égo en a pris un coup. Pourtant, je m'accroche à cette question posée à mon ami, cette question qui me brûlait les lèvres, pour ne plus penser à ces dernières vingt-quatre heures... Pourquoi es-tu venu me chercher, toi qui ne sors jamais. Elijah fuit mon regard, un instant. Il rougit. Et répond de quatre simples mots. C'était con oui. Et reprend après un court silence, je l'écoute, attentivement. De toute manière, je suis bien incapable de faire quoique ce soit d'autre que de l'écouter ou de le regarder. Ce que je fais, sans relâcher mon attention un instant. Mon oeil fixe son visage, j'observe la moindre de ses réactions, mes sourcils toujours ainsi froncés. Il hésite, Elijah. Il prend des pauses, et je sens mon coeur accélérer. Il me regarde un instant, fuit à nouveau. Et continue sa réponse, lente à sortir. Il n'a pas réfléchi... Sa voix se brise lorsqu'il reprend la parole et ses mots me touchent en plein coeur. Enfin, il me regarde pleinement, je lis l'émotion dans son regard et sens la mienne me gagner, enserrer ma gorge, atteindre le coin de mes yeux. Je me laisse faire lorsqu'il glisse son autre main au bord de ma nuque, mon coeur accélère. Mais je sursaute, la douleur fusant dans mon corps lorsqu'il bouge par mégarde ma nuque, provoquant une réaction en chaine sur ma colonne douloureuse. Je grimace, mais tente de garder l'ombre d'un sourire rassurant sur mes lèvres. Il retire sa main, je le regrette. Et Elijah continue de parler, je garde le silence. Et je comprend mieux encore qu'il me connait plus que je ne me connais. Il sait que je fais le fort, il sait que je veux impressionner les autres. Qu'ils me considèrent parfois pour ce que je ne suis pas. Je fais le fier. Il le sait.

- ... Et savoir que t’étais certainement en danger là-dehors, ça a créé quelque chose de nouveau en moi...

Mon coeur rate un battement. J'ouvre mon oeil comme je peux, pour mieux regarder mon ami à mes côtés. Lui, il baisse son regard. Encore. Les mots qui suivent trouvent leur place, dans mon âme. Je reste muet, pourtant, je n'ai jamais été aussi éveillé. J'oublie la douleur, bois ses paroles, surpris, découvrant à mon tour un sentiment qui m'échappait. Un sentiment oublié que je ne parvenais plus à identifier... Et je ris doucement lorsqu'il me dit que je suis parfois instable... il n'a pas tord. Sa main se repose sur ma peau lorsqu'il prononce ses derniers mots, avant de laisser place au silence. Je l'observe, ferme mon oeil quelques secondes, m'imprègne du contact de sa main contre ma peau, avant de le rouvrir.

- J'ai pensé à toi, là-bas.

Ma tête bourdonne, mes tempes frappent toujours fort. La douleur lentement s'évade, devient un battement lointain. L'anti-douleur n'éloignera pas tout...

- Enfin, à vous tous mais...

Je grimace.

- ... j'ai beaucoup pensé à toi.

Doucement, j'identifie des sentiments qui commençaient à m'être étrangers. Et d'un effort surhumain, je brise le contact de ma main sur son bras, la dépose sur le matelas dans l'espoir de me relever. Je le vois, m'observer et tendre sa main pour m'aider. Pourtant, il me laisse faire. Et de mes deux mains, je parviens à me hisser, à m'assoir, dos contre le mur non sans douleurs et grimaces étirant mon visage. D'un dernier effort je glisse pour être assis proche d'Elijah, nos épaules se touchant l'une l'autre. Je tourne mon visage, retient une nouvelle grimace, et plonge mon oeil dans le regard de mon ami.

- Désolé pour tout ça. Pour la peur, pour...

Mon oeil se ferme, le sommeil m'atteint. J'ai beau me battre, je sens ma tête succomber à la gravité, ma voix s'éteindre doucement. Ma tête vient se cogner contre l'épaule d'Elijah et quelque secondes, je m'endors. Pour me réveiller en sursaut. Il ne faut pas que je dorme, c'est important. Ce moment est important, je le sens, je le sais. Quelque chose se passe et malgré que je ne sois pas assez lucide pour totalement m'en rendre compte, je le sens. Je ne relève pas la tête, trop lourde. Elle reste là, sur l'épaule d'Elijah.

- Peut-être que je n'aurais pas dû me relever...

Ma main glisse vers celle de mon ami, la prend dans la mienne. Lorsque je baisse mon regard, j'entrevois les blessures qu'ont fait les liens qui me retenaient fermement à cette chaise. Ils me brûlent, eux aussi. J'ai tant tiré dessus, à m'en faire saigner. Le sang séché est toujours visible dans les plaies. Usant de mes dernières forces, je parviens à relevé ma tête, à présent à quelques centimètres du visage de Elijah. Je le regarde, profite un court instant du silence pour reprendre mon souffle.

- J'ai eu peur de ne plus te revoir...

Que se passe-t-il... Je ne suis pas comme ça. Je ne parle pas, je ne me confie pas. Le comique de service, celui qui rit et ignore la réalité. Celui qui fuit ses responsabilités. Les médicaments me font un drôle d'effet... et je continue de le regarder, intensément.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
I'm drowning Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Calgary, Canada

I'm drowning Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 354
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

I'm drowning X0TurS619 / 5019 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ224 / 5024 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU712 / 5012 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
05.01.20 5:12
James & Elijah



I’m drowning

Les mots sortent, sont libérateurs, mais si inhabituels au creux de ma bouche. Je ne fais pas partie de ceux qui gardent tout pour eux, non, quand j’ai quelque chose à dire, je le dis. Je fais plutôt partie de ceux qui ont du mal à sortir de leur bulle et se rendre compte que le monde tourne encore autour d’eux. Je ne suis pas égoïste, juste distrait. Alors ce genre d’émotions, généralement, ce n’est pas que je ne les ressens pas, que je les évite, c’est simplement qu’elles m’échappent, me glissent entre les doigts sans que je ne puisse les identifier, les comprendre. Mais pas cette fois. Je le sens, mon cœur, alors qu’il bat à mille à l’heure. Je le sens ce besoin constant de savoir que James va bien, qu’il est toujours là, auprès de moi. Et cette envie constante de le sentir là.

C’est également pour ça que mon cœur rate une nouvelle fois un battement lorsque sa voix se fait encore entendre, pour me dire qu’il a pensé à moi. Une douce chaleur s’immisce au fond de moi, réchauffe mon cœur tant meurtri par ces dernières années, agrandit ce sentiment nouveau, ou plutôt, oublié. J’avais oublié ce que c’était que de se sentir important pour quelqu’un, de sentir qu’on vaut le monde aux yeux d’un autre. J’avais oublié et James est là pour me le rappeler. Chaque jour.

Mais le cœur à beau être léger, lorsque James tente de se redresser, que je vois à quel point il peine, à quel point il semble souffrir, tout s’alourdit à nouveau, s’assombrit. J’ai envie de l’aider, mais je ne sais pas comment le faire. Je vais lui faire mal, et il veut sûrement y parvenir seul. Il y arrive pourtant, s’installe comme il le peut à mes côtés, nos épaules se frôlant. Mon regard est immédiatement attiré par le sien lorsqu’il parle. Je grimace en le voyant sombrer une première fois. Il est exténué, il ne devrait pas être relevé, il devrait dormir. Mais le temps m’a bien appris que James n’en fera toujours qu’à sa tête. Celle-ci vient d’ailleurs s’échouer contre mon épaule et je ne bouge plus, de peur de lui faire mal, encore. S’il s’endort réellement là, ce n’est pas grave, je ne bougerai pas. Il a besoin de dormir, je peux bien servir ainsi un moment. Sauf qu’il ne dort pas, James. Il reprend même la parole et j’ai un petit sourire. « Peut-être pas non. » Et mon sourire se perd lorsque sa main vient se glisser dans la mienne, que mon regard se baisse pour voir nos doigts entrelacés. Et une nouvelle fois, je n’ose plus bouger, comme si le simple fait de me mouvoir allait détruire ce moment, qu’au moindre mouvement, James disparaîtrait dans un nuage de fumée comme dans mes mauvais rêves. Pourtant, James est bien là, machinalement, mes doigts se resserrent contre les siens et James ne disparaît pas. Les stigmates de sa capture sont bien visibles le long de ses poignets et doucement, mon pouce remonte le long de sa main pour venir caresser sa peau blessée, sensible.

Et notre moment ne s’arrête pas là puisque James relève sa tête dans un mouvement qui lui parait surhumain. Et naturellement, mon regard se relève pour chercher une nouvelle fois le sien. Je le trouve, sans peine, puisque ses yeux sont déjà plantés vers moi. Le monde disparaît, comme dans ma bulle, ses deux billes m’hypnotisent autant qu’un serpent serait charmé par le son d’une flûte. Mes iris suivent chaque mouvement des siennes. Nos souffles se croisent, la distance si peu présente me parait pourtant encore trop grande.  Je n’ose parler, je n’ose bouger, pas peur encore de tout faire disparaître. Pourtant il parle, James, pour me faire une fois de plus rater un battement, s’emballer mon palpitant. Il est bien réel, il n’est pas un rêve et ma main lâche la sienne pour remonter le long de sa nuque, caressant au passage sa peau, venant délicatement se poser proche de son oreille. « Ne pars plus jamais, dans ce cas… » Une requête plus qu’un conseil, une envie plus qu’une mise en garde. Je ne veux plus jamais vivre ça. Et alors que la distance me parait bien trop grande entre nous, mon front vient s’écraser contre le sien. « Plus jamais James…. » Un dernier regard de ma part avant que je ne me penche pour déposer mes lèvres contre les siennes.

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
I'm drowning Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

I'm drowning 1543102557-cat-james

Messages : 543
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

I'm drowning X0TurS621 / 5021 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ229 / 5029 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU723 / 5023 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
02.02.20 16:10
J'inspire profondément lorsque ses doigts se resserrent sur les miens, mes paupières se referment seules. Pourtant, je suis bien éveillé. Ou tout du moins, je lutte contre le sommeil qui tente de m'emporter à chaque seconde. Je rouvre les yeux, les fixe à nouveau dans ceux, hypnotiques, d'Elijah. La fatigue m'écrase de tout son poids, mais je refuse de succomber. Le moment est trop important... je me sens bien. Etrangement bien, alors que la douleur frappe encore mon corps de l'intérieur, malgré les anti-douleurs qui font enfin effet. Je le sens, son pouce, remonter le long de ma main, pour caresser ma peau. Je frissonne, lorsque je sens qu'il parvient sur les blessures de mes poignets. Il caresse, doucement, veillant à ne pas me blesser plus encore. Et moi je lutte pour qu'il ne remarque pas que ces traits de feu me font souffrir. Je devrais nettoyer tout ça, le sang sur mes poignets, celui sur ma lèvre, sec. Je passe ma langue sur la plaie de ma lèvre, essaye en vain de faire disparaître le sang. J'entend le coeur d'Elijah battre... Je ne l'ai pas quitté des yeux. Pas une seconde. Lui, me fixe aussi. Tout a disparu, seul lui compte. Sa présence rassurante, sa main enlacée à la mienne, son regard dans le mien. Quelque chose dans l'air change, l'atmosphère s'électrise, nos deux âmes semblent s'accrocher l'une à l'autre. Nos souffles se mélangent et plus un mot n'est prononcé. J'ai peur d'en avoir trop dit, trop fait, j'ai peur qu'il me laisse. Et pourtant, lorsque j'écoute mon instinct, que j'observe les signes, il est pour moi absurde cette idée qu'Elijah me fuit. Son regard sur moi a changé...
Sa main relâche la mienne, remonte le long de ma nuque. Je suis incapable de quoique ce soit, incapable de l'en empêcher... je n'en ai pas envie. Sa main se stoppe proche de mon oreille, je frissonne. Il prononce enfin des mots, à quelques centimètres de mon visage. Des mots qui se plantent dans mon âme, se frayent un passage à mon coeur. Cette demande est davantage que ce qu'elle ne parait, je le sais, je le sens. Son front vient alors s'écraser contre le mien, doucement, alors qu'il laisse échapper un dernier murmure...

Ses lèvres se déposent contre les miennes.
Quelques secondes, la surprise se peint sur mon visage, la douleur de sa lèvre contre la mienne, blessée, provoque un électrochoc dans mon corps. Et, si vite, j'oublie tout. Les maux, l'étonnement, tout. Et je me laisse glisser dans ce moment, je goûte à cette sensation divine du contact de nos lèvres. Est-ce les médicaments ou mon coeur qui frappe contre ma poitrine ? Les deux ? Je me laisse aller. L'adrénaline dans mes veines s'éveille, je semble retrouver mes esprits, comme par magie. Ce contact de sa main dans ma nuque, de ce baiser, eux seuls me tiennent raccrochés à la réalité. Tout cela aurait pu n'être qu'un rêve d'un blessé shooté aux médicaments, après la douleur. Je ne distingue plus le faux du vrai. Pourtant, tout ça m'a l'air si réel... Alors, pour m'en assurer, je ferme les yeux, puis les rouvre. Elijah est toujours là, ses lèvres contre les miennes. Et lorsqu'il se retire doucement, j'ai un pincement au coeur. Pourquoi t'arrêtes-tu ? Je ne veux plus des mots, c'est trop d'efforts. Et je ne veux pas parler d'elle... Alors que je te regarde, Elijah, j'ai l'impression de te redécouvrir comme pour la première fois, toi qui est mon ami, depuis toujours. Toi qui me connais, mieux que personne. Toi qui sait qui je suis. Reviens...

Nos regards se croisent alors que je me penche vers lui, en quête d'un nouveau baiser. Je veux me plonger dans ce moment, y goûter plus longtemps. Parce qu'enfin, je découvre ces palpitations qui ne cessaient dans mon coeur, des palpitations que je ne parvenais plus à identifier. Maintenant, je sais. Et j'en veux plus. Alors que nos lèvres se frôlent à nouveau pour se retrouver, je pousse un grognement et me retire. La plaie ouverte de ma lèvre se rappelle à moi, se rouvre, tirée par la croute de sang, se remet à saigner. Je tente de stopper les quelques gouttes qui perlent en les léchant de ma langue. Mon corps, si lourd, ne parvient plus à bouger. J'aimerais l'enlacer, j'aimerais le contempler. Et me voilà qui ne parviens plus qu'à tenir ma tête en équilibre précaire sur mes épaules, pour l'observer quelques minutes encore dans un silence salvateur. Il est différent. Tout semble différent, aujourd'hui. Notre relation aussi et les sentiments que j'éprouve pour lui, lui qui est mon passé et mon présent. Et aujourd'hui, mon avenir...

- Je...

La tête tourne, le monde se drape d'un voile. Je n'ai pas dormi depuis plus de quarante-huit heures. J'ai besoin de dormir...

- Pardonne-moi, je suis... si fatigué.

Abruti. Abruti abruti abruti. Il t'embrasse, t'enlace, et toi, tu es fatigué. Toi, tu t'endors sur son épaule, là où tu repose ta tête si lourde qui ne supporte plus d'être en équilibre. Tu manque de mots, James, tu ne sais pas quoi dire et pourtant, tu sens que le moment est important. Tu n'arrêtes pas de te le répéter. Tout ça est trop important pour le laisser... Mes yeux se ferment encore. Je les rouvre, au prix d'un effort sur-humain.

- Reste avec moi...

Ces trois mots résonnent presque comme une supplication. Je n'ai plus envie d'être seul.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
I'm drowning Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Calgary, Canada

I'm drowning Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 354
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

I'm drowning X0TurS619 / 5019 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ224 / 5024 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU712 / 5012 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
17.04.20 5:28
James & Elijah



I’m drowning
Le temps s’arrête alors que nos lèvres se touchent. La terre tourbillonne autour de nous, les gens continuent ce qu’ils font, les virulents grognent toujours là-dehors, mais dans mon cœur, tout est calme, tout est beau, tout semble enfin se taire, trouver sa place. Comme si la pièce manquante à mon puzzle venait enfin de se trouver, le contact de nos lèvres semble finaliser tout ce qui n’était pas terminé dans ma vie. Tout me parait à présent si futile comparé à ce qu’il se passe. James et mon ami depuis bien des années et aujourd’hui, il est bien plus que ça. Le traiter de simple ami serait minimiser par mille l’importance qu’il a à mes yeux. James est tout ce qu’il me reste du passé, le seul contact que j’ai avec ce que j’étais autrefois et c’est pour le moment tout ce qui compte. Alors ce courage que j’ai eu, à l’instant, celui d’enfin oser poser mes lèvres contre les siennes, d’enfin sceller ce qui brûlait au creux de nous ne me parait même plus comme un acte de courage. Simplement, d’une nécessité. Car j’ai besoin de James autant que j’ai besoin de respirer, de manger, de dormir. J’ai besoin de savoir qu’il va bien, besoin de savoir qu’il se trouve non loin de moi, besoin de savoir qu’il ne me quittera pas. James est devenu mon tout. Mon passé, mon présent et mon futur, qu’il soit proche ou lointain. Il me redonne cet espoir d’avenir, cette impression que la vie ne se résume plus à simplement se lever et lutter pour rester en vie. Nous sommes capables de bien plus. Nos habitudes du passé sont encore possibles. Nous pouvons encore aimer. Et oh que j’aime James, au fond de moi, dans le creux de mes entrailles. Je l’aime plus que tout le reste.

Alors ce baiser, je le laisse durer autant longtemps que possible, profitant de cette sensation qu’il me procure. Sentir James contre moi réveille des impressions oubliées et j’en veux plus, toujours plus. J’aimerais que ça ne se termine jamais. Seulement, je sais que James a mal depuis son retour, que ses blessures sont bien réelles, elles. Alors par respect pour lui, je mets fin à ce baiser. Ce n’est que pour mieux le contempler. Car nos yeux sont accrochés l’un à l’autre comme deux papillons de nuit attirés par la lumière. Plus rien n’existe, il n’y a que nous. Je souris légèrement, sentant ce sentiment oublié se propager en moi. Celui de l’amour, celui du bonheur.

Et le bonheur se vit à deux. C’est pourquoi James se penche pour quémander un nouveau baiser que j’accueille avec plaisir. De nouvelles étincelles éclatent dans ma tête et ma main remonte le long de son visage pour venir s’installer derrière sa tête. J’aimerais toujours plus, le sentir encore plus contre moi, mais j’ai peur de lui faire mal.

C’est d’ailleurs un grognement de sa part qui nous sépare et je lâche tout. Sa main, sa tête. Il me paraît soudainement si loin et moi si vide. Mais sa lèvre saigne à nouveau. L’inquiétude repointe le bout de son nez, l’extérieur reprend possession de notre bulle et le bonheur s’estompe. La peur revient. Il parle, s’excuse de sa fatigue et je ne réagis pas. Incapable de répondre à de telles sottises. Comme si j’allais lui en vouloir d’être fatigué, après tout ce qu’il a vécu. Et puis… il me demande de rester. Ces trois mots restent pendus à mes lèvres, à mon cœur. Une demande qui ramène mon bonheur dans ma tête. Alors sans hésiter, je dépose un baiser sur sa joue, murmure à son oreille. « Bien sûr que je reste. » Une évidence.

Sauf que James ne tient plus debout. Alors je lui attrape les épaules pour l’aider à s’installer dans le lit. Il est temps qu’il dorme, enfin. Même si j’aimerais que ce moment ne s’arrête jamais, je sais que James ne disparaîtra pas pour le moment. Tant que je ne le quitterai pas, il restera auprès de moi. Et je compte bien ne plus le quitter. Je m’installe d’ailleurs à ses côtés une fois l’avoir aidé à se coucher. Ma main vient se poser contre sa joue alors que mon regard refuse de quitter le sien. De mon autre main, j’attrape le bas de mon t-shirt pour le relever jusqu’à ses lèvres et essuyer le sang qui gentiment commence à sécher. « Demain, on s’occupera de ces blessures… » Il faudra les laver, les panser. Mais ce n’est pas le moment d’y penser. Mes doigts caressent doucement sa peau et je relâche mon t-shirt pour venir rechercher le contact de mes lèvres contre les siennes. Pour un instant, quelques secondes. Juste de quoi retrouver cette sensation de bonheur. Et puis je me sépare de lui sans lâcher son visage. « Maintenant dors, je te surveille… »


_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
I'm drowning Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

I'm drowning 1543102557-cat-james

Messages : 543
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

I'm drowning X0TurS621 / 5021 / 50I'm drowning BR2xH0t

I'm drowning DQEbQJ229 / 5029 / 50I'm drowning GxoDpmC

I'm drowning Hu1erU723 / 5023 / 50I'm drowning LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
I'm drowning Empty
17.04.20 6:30
Les champs sont en fleur. Le soleil décline à l'horizon et braque ses rayons sur les feuilles d'un vert éclatant des longues tiges de tournesols. Et les fleurs jaunes tournent leur regard vers l'astre qui les éclaire de sa lumière divine. La brise se lève, douce, agréable. Et moi, je me tiens là, au milieu du champ de tournesols dorés. La douleur s'est estompée, je ne ressens que le soulagement d'être enfin rentré, je suis à la maison. Et lorsque je relève le menton vers le ciel d'un bleu d'azur, je soupire et souris. Je suis à la maison. Plus aucune côte douloureuse, mes poignets et mes chevilles ne brûlent plus, mon visage n'est plus gonflé. Je me sens bien... Je me sens vivant. Le champ de tournesol est si calme, le silence m'apaise. Et lorsque cette main se glisse dans la mienne, douce, je sursaute. Et me réveille.
Violent retour à la réalité, je retombe dans cette chambre d'hôpital aux murs blancs sales, aux lits inconfortables, à l'odeur renfermée. Ce n'est pas un champ de tournesols. Et je croise son regard qui ne me quitte pas, ce regard doux, apaisant. C'est la maison. Elijah. Il me regarde et me répond l'évidence qui pourtant pour moi ne l'était pas tant que ça. Je veux qu'il reste... Il reste. Et alors, je souris, déformant mon visage tuméfié avant de me laisser guider de ses mains attentionnées. Lorsqu'il m'attrape les épaules pour m'installer dans le lit, je me laisse faire, comme une poupée de chiffon. D'un dernier effort, je roule ma tête sur le côté, le temps de voir Elijah se coucher à mes côtés. Il est là. Il reste là, avec moi, et je me sens terriblement bien dans cet océan d'anti-douleurs qui commencent à emporter ma raison.
La terre tourne. Et toi, Elijah, tu es mon phare. Ne pars pas, reste là. Avec moi. Restons ici jusqu'à la fin, juste toi et moi. Nous deux seulement, face au reste. Oublions-les tous, restons là. Là dehors, c'est la mort et les morts marchent. Mais pire que tout, craignons les vivants... Alors restons là, Elijah. Je t'en supplie... fais que cet instant dure pour toujours. Je ne veux pas me réveiller de ce rêve...

Le contact de sa main sur ma joue me tire une nouvelle fois de ce rêve. Braquant mes yeux sur lui, je suis incapable du moindre mouvement, mon corps entier est devenu si lourd... Nos regards se confondent l'un dans l'autre et lorsqu'il nettoie le sang de ma lèvre, je ne bouge pas. Il parle, je l'entend à peine, je sens que mon esprit vacille et sombre enfin doucement dans un sommeil profond. Je vois ses lèvres bouger, puis soudain, il se penche une dernière fois, dépose à nouveau ses lèvres sur les miennes. Et je ne sens plus rien, plus aucune douleur.
Je suis si fatigué...
Les secondes sont trop courtes, Elijah se retire. Nos visages pourtant à quelques centimètres l'un de l'autre, j'aimerais le prendre dans mes bras, le serrer contre mon coeur pour ne jamais plus le relâcher. Je veux me plonger dans une étreinte éternelle, avec lui comme seul désir. Toutes ces émotions qui me prennent... Des sentiments que je ne parvenais plus à identifier, que je n'ai plus ressenti depuis... depuis Dale. Un ras de marée m'emporte, mon coeur explose et je ne regarde que lui de cet oeil unique, l'autre déjà refermé. Demain, il sera plus affreux encore à voir...
La fatigue est si lourde...
Et soudain, sa voix me reprend une ultime fois, sa main toujours douce contre ma joue. Il est là...
Mon esprit s'embrume, mon oeil se voile et doucement je me laisse emporter par le sommeil, je suis en sécurité. Il est là, plus rien ne m'atteindra...
Maintenant, dors. Je te surveille.
Comme si mon corps et mon esprit attendaient sa permission, il lâche prise. Et je pars....

Il est là.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


I'm drowning Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
I'm drowning
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: Downtown :: General Hospital-
Sauter vers: