AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-53%
Le deal à ne pas rater :
GACHI Batterie Externe 26800mAh
24.94 € 52.99 €
Voir le deal


 

 All my friends are heathens, take it slow



Dyan Pratt
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Ancien métier : Saisonnier agricole - terroriste pro écologique.
Statut civil : Célibataire, détruit une fois par l'amour sans être capable de remonter la pente.
Lieu de naissance : Fort St. John

All my friends are heathens, take it slow 1565453127-ezgif-3-236b55dcf9b8

Messages : 30
Inscription : 11/08/2019
Crédits : Heaven
Célébrité : Jake Abel

All my friends are heathens, take it slow X0TurS617 / 5017 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ225 / 5025 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU721 / 5021 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
25.08.19 11:05
Venir sur le territoire du Temple d’Ezekiel était quelque chose qu’il faisait souvent, déjà bien avant le mois de mai. En l'occurrence, aujourd’hui, on ne voit plus vraiment la différence entre ce lieu et l’aéroport. Ce n’est pas plus mal pour être honnête ; l’instabilité des religieux n’était en rien une aide. On croirait qu’ils se sont fait à l’idée d’être sous l’influence de Seth, et Dyan ne peut qu’être soulagé et content du résultat. Il vient ici lorsque le grand chef est à son trône, pouvant s’occuper lui-même de diriger les lieux. Alors, le blond profite du temps au Temple comme de courtes vacances où il peut sentir, voir autre chose que le béton qui créer le quartier général des protecteurs.

Le soleil qui pointe ses premières réelles chaleur qu’il faut savoir apprécier. Le travail de la terre qui reprend bien sa route pour les prochaines saisons qui vont faire fleurir et naître tout un tas de légumes, d’herbes, et de fruits qui pourront ravir tous ceux qui auront le droit d’y goûter. Si Dyan n’est pas spécialement bien heureux de la façon dont les choses sont gérés ici, il vient quand même y mettre son grain de sel. Il a besoin de voir et de sentir les choses, fait autre chose que faire tomber les punitions de Seth. Alors, lorsqu’il vient ici, ce n’est pas avec les autres protecteurs qu’on le trouve. Dyan est du genre à prendre les outils et à aller travailler la terre comme les autres Templiers.

Se salir les mains n’a jamais été un problème ; au contraire. Que ce soit avec la terre, avec des produits chimiques, ou même avec le sang de ses victimes. Dyan n’a jamais été le genre d’homme à reculer devant une tâche à faire ; toujours le premier à prendre les armes pour accomplir une mission. Dans ce monde, il est pourtant bien plus à l’aise enfermé entre quatre murs ; là où la mort ne peut l’attendre. Intellectuel, il a les muscles pour abattre un homme mais certainement pas ceux qui lui permettraient de survivre seul dehors. Affronter les morts n’est pas non plus un problème, il préfère seulement la tranquillité qu’on peut ressentir à l’aéroport ou au Temple d’Ezekiel.

” - Un peu d’eau?”

Une femme dont la tête est cachée du soleil par un chapeau lui tend une bouteille de verre dont le liquide à l’intérieur est transparent et froid. Ils ont tous les deux échangés un regard que Dyan a soutenu sans pour autant être mauvais. Les habitants du Temple n’ont pas spécialement la main tendue vers le groupe de l’aéroport. Ils obéissent, font parti du tas de la population des protecteurs, mais restent tout de même une petite communauté soudée. Dyan prend à chaque fois conscience de ce que ça implique pour eux, d’être un peu plus leste avec lui. Il ne partage pas leurs croyances, mais il est certainement un des seuls à passer son temps dans les champs pour leur donner un coup de main. Pour apprendre leur façon, et parfois leur donner quelques conseils en matière d’agriculture. Alors, il avait lentement levé sa main pour attraper la bouteille. La femme était restée là, un léger sourire aux lèvres en le regardant boire une bonne quantité d’eau.

Ca lui fait du bien par où ça passe, et il rend la bouteille après avoir remercié d’une voix faible cette femme, qui repart vers celles qui l’ont accompagné jusqu’ici pour apporter de l’eau fraîche à tous ceux qui travaillent dans le champ. Reprenant son outil en main, Dyan a recommencé à taper la terre de ce bout tranchant pour y couper toutes les mauvaises herbes qui dépassent des plantations déjà faite en amont. Bientôt, les petites pousses qu’ils protègent tous en ce moment deviendront de véritable plantes qui pourront nourrir bien plus que toutes les personnes qui se trouvent au Temple. Avec un peu d’espoir, les réserves seront bien meilleures que celles de l’an passé.
Revenir en haut Aller en bas

Romy Harlow
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5yfzhPZHe1t4z43x_250

Ancien métier : Photographe et réalisatrice de documentaires
Occupation : travaille en cuisine, occupation qu'elle exècre
Statut civil : célibataire toujours éprise
Lieu de naissance : Fort St John

All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5ygesKXbu1t4z43x_250

Messages : 48
Inscription : 04/08/2019
Crédits : doom days (avatar) | tumblr (gifs)
Célébrité : Kaya Scodelario

All my friends are heathens, take it slow X0TurS622 / 5022 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ233 / 5033 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU724 / 5024 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
25.08.19 12:38
Je les détestais tous. Ils agissaient comme si tout était normal. Comme si chaque chose et chaque personne avait sa place. C'était faux. Je n'avais aucunement ma place en cuisine. J'aurais bien plus apprécié aider les hommes pour les expéditions ou même prendre part à la sécurité. Seulement, il me manquait un élément indispensable pour cela : un pénis. Toute ma vie j'avais haï le patriarcat. Avec l'arrivée de l'apocalypse, j'avais naïvement pensé qu'il disparaissait avec l'humanité. Je m'étais trompé. J'avais rejoint un vrai cauchemar. Par moment, je haïssais cette décision que j'avais prise. De rejoindre Kelowna pour être en sûreté au Temple. A quoi bon survivre si j'étais dans un environnement qui me rendait malheureuse? Justement. Ce n'était pas pour moi que je mentais tous les jours et suivais les ordres. C'était pour Sophie. Son bien-être était plus important que moi. J'étais prête à me sacrifier pour elle. Si une part de ce sacrifice signifiait vivre dans une société patriarcale, qui était également une putain de secte, alors qu'il en soit ainsi.

Ce n'était pas tout à fait juste de dire que je les détestais tous. Disons qu'un faible pourcentage était sympathique et décent. Comme la petite Autumn. Même si l'influence du Temple sur elle m'inquiétait, je l'aimais bien. Elle était en sûreté ici et je préférais la savoir sous l'influence d'une religion que parmi les infectés qui rampaient à l'extérieur des murs. Si je venais à quitter le Temple, pour sûre que j'aurais un pincement au cœur en la voyant pour la toute dernière fois. Mais peut-être il y avait-il un espoir. Un espoir de fuir et un espoir de rester proche du Temple dans le cas où tout partirait en vrille à nouveau. L'aéroport. Je savais que ce groupe de survivant pouvait être dangereux et pour cause, ils avaient asservi le Temple, ce qui n'avait pas représenté un drame à mes yeux. Bien au contraire. Cependant, j'avais encore beaucoup à apprendre sur eux pour réellement envisager de les rejoindre sur place, à condition bien sûr qu'ils m'acceptent parmi eux. Ils venaient au Temple régulièrement. Si habituellement travailler en cuisine me servait plutôt bien pour écouter les commérages des habitants de la ferme, cela avait l'effet inverse avec les protecteurs. Bon nombre de fois j'avais été coincé dans cette satanée cuisine sans pouvoir observer ou même imprimer tous les visages inconnus dans ma mémoire. C'est pourquoi, quand l'une de mes collègues demanda de l'aide pour apporter de l'eau à ceux qui travaillaient la terre, je me portai volontaire. Toute occasion de sortir de la cuisine était bonne à prendre. Avec un peu de chance, je croiserais un ou plusieurs protecteurs. Même si cela ne durait que quelques secondes, la moindre observation pourrait m'être utile.

J'avais suivi les autres femmes jusqu'au champ, offrant mon plus beau sourire possible alors que j'aurais préféré faire un doigt d'honneur à bon nombre de personnes. Une fois arrivée, nous ne perdîmes pas de temps et offrîmes les bouteilles d'eau. Certains hommes étaient couverts de sueurs mais je ne les blâmais pas, il fallait du courage pour travailler sous cette chaleur. C'est pourquoi je ne m'attendais plus à voir un protecteur. S'ils étaient présents, ils devaient être à l'abris d'un travail éreintant. J'étais un peu déçue, toujours les même visages ennuyeux du Temple. Enfin, ça c'est ce que je croyais jusqu'à ce que mon regard ne se pose sur une silhouette à la fois inconnue et étrangement familière, ce qui était un sentiment très déconcertant. Je plissais les yeux pour mieux voir à travers la luminosité aveuglante du soleil et découvrir ce visage qui m'intriguait.

Ce fut comme un coup en plein ventre. Non, en plein cœur. Je sentis la peur s'insinuer en moi, lourde et intenable. Ma respiration se fit plus courte et je me sentis incapable du moindre mouvement. Ce qui me sortit de ma torpeur fut la voix du travailleur :

- Oh, Romy! Je te parle. Tout va bien?

Ma peur s'intensifia maintenant que mon nom avait été prononcé haut et fort, tournant des visages dans notre direction. Je me sortis de ma torpeur et posai un regard apeuré vers mon interlocuteur, ne pouvant supporter davantage la réalité. Je marmonnai quelques excuses, prétendant devoir repartir à cause de la chaleur. Alors, je fuyai. A grands pas, je m'éloignai, ignorant les appels de certaines collègues qui s'inquiétaient. Je devais absolument partir. Non, je devais fuir. Fuir Dyan. L'homme que j'aimais. L'homme que j'avais envoyé en prison.
Revenir en haut Aller en bas

Dyan Pratt
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Ancien métier : Saisonnier agricole - terroriste pro écologique.
Statut civil : Célibataire, détruit une fois par l'amour sans être capable de remonter la pente.
Lieu de naissance : Fort St. John

All my friends are heathens, take it slow 1565453127-ezgif-3-236b55dcf9b8

Messages : 30
Inscription : 11/08/2019
Crédits : Heaven
Célébrité : Jake Abel

All my friends are heathens, take it slow X0TurS617 / 5017 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ225 / 5025 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU721 / 5021 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
28.08.19 7:16
Un prénom qui l’a complètement et totalement paralysé. Qu’il a capté à la seconde où il a été prononcé. Dyan sait que ça pourrait être commun, surtout celui de Romy même s’il ne l’a connu que sur une unique personne dans sa vie. Mais l’apocalypse change la façon de voir le monde de certain ; avec tous les millions de morts qu’il y a eu à travers le monde, il a très peu de chance que ce soit elle qui se trouve derrière lui. Il lui a fallu un peu de temps pour redresser le visage et pour se tourner. Pour d’abord chercher la personne qui a prononcé cette question, puis pour tenter de trouver celle qui répond à ce prénom. Mais la seule chose qu’il voit, au final, la seule chose que captent ses yeux, c’est cette silhouette qui part en courant. S’il avait pu se dire que la fille était partie pour une autre raison, Dyan a été assez bête pour lâcher son outil de travail et pour se mettre à courir. Pour tenter de la rattraper, pour vérifier de ses yeux que c’est bien à cause de ce prénom qu’elle est partie.

Il aurait dû la reconnaître ; même de dos. Avec ses cheveux qui bougent à cause de sa course. Mais Dyan est le genre d’homme à avoir tellement pensé à cette femme qui l’a brisé, qu’il serait incapable de la reconnaître dans l’avoir face à lui. Alors il a couru, s’est même dépêché un peu plus, comme si des rôdeurs étaient à ses trousses. La chaleur, et la fatigue ressentie, auraient pu permettre à la fille d’échapper à cette course. Mais le besoin de savoir lui a donné la force qui lui manquait. Il a finit par la rattraper avant-même qu’elle puisse atteindre le centre du Temple où elle aurait pu se cacher avec facilité -après tout, ne connaît-elle pas tous les recoins de cet endroit ?

D’abord, il parvient à attraper son poignet. Et c’est tout ce qui lui aura fallut pour sentir un coup d’électricité frapper ses doigts. Par ce simple toucher, Dyan a su que c’était elle. Elle qui lui a fait tant de bien et tant de mal à la fois. Elle qu’il n’est jamais parvenu à oublier même avec toute la bonne volonté du monde. A cet instant précis il a su que jamais son frère ne devrait la voir, parce que ce serait la dernière fois que lui-même pourrait avoir ce plaisir. La vengeance aurait dû être tombée en même temps que l’apocalypse. Dyan a réussi à surmonter sa soi-disant mort, à Romy, parce qu’elle était naturelle. Il connaît la colère de son frère pour la brune ; sait ce qu’il adviendra s’ils devaient venir à se croiser. Mais tout se passe si vite dans sa tête, qu’il coupe net sa course. La sienne, et celle de la fille, qui par ce mouvement sec n’a pas eu d’autres choix que de se retourner.

” - Toi…”

C’est tout ce qu’il a été capable de dire lorsque ses yeux rencontrent ceux de Romy. A cet instant même où la chose est sûre -la traîtresse est bien en vie-, Dyan lâche son poignet comme s’il avait été contaminé par le pire des produits créé par l’homme. Vient même se frotter la paume contre son t-shirt, comme si ça pouvait servir à enlever des particules invisibles. Si dans ses yeux on avait pu voir de la curiosité et de la peur, pendant cette course, maintenant que la vérité est tombée, c’est de la colère qu’on peut y voir. De la colère contre elle, mais encore plus contre lui-même de toujours l’aimer à ce point. Au point d’être heureux de la voir en vie malgré tout ça.

Il aurait voulu soupirer, Dyan, mais il en est incapable. L’air semble s’emmagasiner à l’intérieur de ses poumons sans pouvoir sortir. Et il ne parvient à respirer que lorsqu’il lâche prise. Au diable le Temple, au diable les champs ; au diable Romy. Il respire brusquement lorsqu’il vient plaquer ses mains sur les épaules de la femme pour la pousser fort ; si fort qu’elle va tomber au sol. C’est la première fois qu’il la revoit, qu’il la touche depuis la dernière fois. Il était libre, à cet époque. Pas encore condamné mais avec les menottes aux poignets. Depuis le procès, il n’y a rien eu entre eux. Il la voit à terre, et ne s’arrête pas. Il la contourne, veut s’enfuir à son tour. Mais lui ne court pas, et risque de ne pas aller bien loin au final. Parce que Romy a toujours été le point sensible de son histoire.
Revenir en haut Aller en bas

Romy Harlow
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5yfzhPZHe1t4z43x_250

Ancien métier : Photographe et réalisatrice de documentaires
Occupation : travaille en cuisine, occupation qu'elle exècre
Statut civil : célibataire toujours éprise
Lieu de naissance : Fort St John

All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5ygesKXbu1t4z43x_250

Messages : 48
Inscription : 04/08/2019
Crédits : doom days (avatar) | tumblr (gifs)
Célébrité : Kaya Scodelario

All my friends are heathens, take it slow X0TurS622 / 5022 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ233 / 5033 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU724 / 5024 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
05.09.19 14:04
L'adrénaline montait en moi et me pressait de fuir le plus vite possible. Je voulais mettre de la distance entre lui et moi. Non, je devais mettre de la distance. C'était une nécessité. Mon instinct de survie commandait mon corps et j'en venais à accélérer le pas, finissant par courir alors que j'entendais des pas rapides se rapprocher. Au sein même du Temple, cet endroit qui m'assurait une protection depuis plusieurs semaines, j'étais devenue une proie. Ce n'était pas fuir une simple confrontation, fuir une violente dispute qui me ruinerait le moral des jours entiers. C'était bien plus que ça. C'était fuir une possible mise à mort. J'ignorais si Dyan était capable de me tuer pour se venger. J'ignorais tout de l'homme qu'il était devenu avec l'apocalypse. Nous avions tous changés. Nous nous étions adaptés à ce nouveau monde où tuer devenait désormais une nécessité. Moi-même, je n'avais pas tué que des virulents. La différence entre lui et moi, c'est qu'il avait tué bien avant la fin du monde. Maintenant que je l'avais trahi, comment pouvais-je deviner sa réaction à ma présence?

Une main fit son emprise autour mon poignée, comme une brûlure. Stoppée dans ma course, un geste sec m'obligea à me retourner, faisant face à l'homme qui était la source de mes tourments. Je l'observais sans savoir ce que je ressentais le plus. Du soulagement? De la peur? Il était vivant, il avait survécu. La prison dans laquelle je l'avais envoyé n'était pas devenue sa dernière demeure contrairement à ce que j'avais imaginé. Il était en vie et la mienne était en danger.

- Dyan je... murmurais-je avant qu'il ne lâche mon poignet avec dégoût, me faisant l'effet d'un poignard en plein cœur.

Jamais il n'avait posé ses yeux sur moi d'une telle manière. Même après mon témoignage qui lui avait coûté la liberté. Il avait tout simplement refusé de croiser mon regard. Ignorer mon existence, comme rayée de sa vie. Cette ignorance dont il avait fait preuve et qui m'avait tant meurtri à l'époque me semblait désormais bien plus agréable que le regard qu'il me lançait à présent. Cela me rendait folle. Je devrais être celle qui est en colère. Je devrais être fière de l'avoir envoyé derrière les barreaux. Et pourtant, à cet instant, j'attendais désespérément qu'il me pardonne. Qu'il me prenne dans ses bras comme si rien n'était arrivé. Comme une addiction dont j'ignorais comment me débarrasser.

J'étais sur mes gardes, qu'allait-il faire? Me hurler dessus? M'ignorer à nouveau? M’exécuter? En l'espace de quelques secondes, je me retrouvais violemment contre le sol, mes coudes s'éraflant sur des cailloux, faisant naître une nouvelle douleur parmi tant d'autres. Instinctivement, je levai un bras, comme un bouclier, m'attendant à un nouveau coup. Mais il en avait fini avec moi. Dyan s'éloignait à son tour, me laissant sur le sol sous le regards de plusieurs travailleurs qui s'étaient approchés. Pourquoi s'enfuyait-il? Pourquoi retarder l'échéance? Je me levai en vitesse et me tournai dans sa direction avant d'hurler :

- Où vas-tu?! Je suis là alors profites-en! Vas-y, tue moi!


Des voix autour de nous prononcèrent le mot "folle". Oui, je l'étais probablement. Je jouais avec le feu à cet instant précis mais moi aussi j'étais en colère, il n'était pas le seul. Et mieux que quiconque, il savait que cette émotion faisait apparaître mon comportement autodestructeur. Je n'en avais pas toujours conscience. Je me laissais tout simplement porter par mes émotions, impulsive depuis toujours.

- Ce ne serait pas la première fois que tu fais ça, n'est-ce pas? ajoutai-je d'une voix qui trahissait mes émotions.

_________________


all of these thousand miles
Too far away to feel you, But I can't forget your skin. Wonder what you're up to, What state of mind you're in. Are you thinking 'bout the last time Your lips all over me? 'Cause I'd play it in a rewind. Where you are I wanna be ⊹ CODE BY LIZZOU






Revenir en haut Aller en bas

Dyan Pratt
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Ancien métier : Saisonnier agricole - terroriste pro écologique.
Statut civil : Célibataire, détruit une fois par l'amour sans être capable de remonter la pente.
Lieu de naissance : Fort St. John

All my friends are heathens, take it slow 1565453127-ezgif-3-236b55dcf9b8

Messages : 30
Inscription : 11/08/2019
Crédits : Heaven
Célébrité : Jake Abel

All my friends are heathens, take it slow X0TurS617 / 5017 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ225 / 5025 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU721 / 5021 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
17.09.19 13:15
Dyan était en train de partir, de fuir peut-être un peu, lorsqu’il a entendu sa voix forte dans son dos. D’une voix criée est presque incontrôlée. Là voilà, la Romy qui ne se contrôle pas. Qui agit en fonction du reste sans réfléchir, sans peser le pour et le contre. Parce qu’il sait, qu’elle ne sait pas de quoi il est capable en réalité. Incontrôlable et incompris, Dyan n’a jamais été le genre de personne en qui on pouvait se confier. Pourtant, il paraît toujours si prêt à aider, avec un sourire angélique. Quelqu’un de bien qui use de mauvaises façons pour arriver à ses fins. N’est-ce pas au fond tout ce qui le rapproche de son boss, et ami, Seth ? Les protecteurs semblent être des monstres, mais les idées à la tête de tout ça sont de bonnes choses. Mal amenées dirons certain, d’une juste manière dirons d’autre. Dyan fait parti de ces gens qui n’ont pas peur de se salir les mains, et encore pire, qui pensent que c’est la seule façon d’atteindre leur but ultime.

S’il avait ralenti à l’entente de ses mots, ce n’est que lorsque Romy ose dire cette dernière phrase qu’il s’arrête complètement. Il sait parfaitement ce qu’elle tente de faire ; le faire réagir, voir ce qui va se passer pour savoir si oui ou non elle est en sécurité. Pourquoi est-il tant en colère, au juste ? Simplement qu’elle soit là, face à lui. Qu’il ait été obligé de poser ses yeux sur elle, sa main sur sa peau. N’aurait-elle pas pu partir survivre loin d’ici ? Quitte à ce qu’elle soit en vie, autant que ce soit loin de lui. La trahison de cette fille qu’il a tant aimé, est encore coincée au fond de sa gorge.

” - Mais putain, t’es déjà morte pour moi!”

Dyan n’a pas peur de parler, ni peur d’être entendu par les autres. Il n’a rien à cacher et n’a jamais du le faire. Que les autres entendent ! Tout le monde saura de quoi il est capable ; peut-être que certain auront encore plus peur de lui, peut-être que d’autres se diront qu’il cherche à se fare repentir en travaillant à leur côté. Mais deux seules personnes sauront ce qu’il fait réellement ; il continue à fuir. Parle pour blesser et pour ne pas la toucher physiquement par des coups. Dyan parle pour faire sortir le venin, pour lui faire mal comme elle a pu le faire à l’époque ; la prison n’était pas le pire. Ce qu’il a le moins bien vécu, c’est le fait qu’elle l’ait trahi dans leur relation personnelle.

” - Et ouai, j’ai buté des gens…” Qu’il reprend, qu’il dit à voix haut pour être sur que tout le monde a bien compris le sujet de cette dispute. ” Mais tu sais quoi ? Au final, j’ai eu ce que je voulais…” Dyan lève la main en l’air comme s’il tenait un plateau sur sa paume ; il présente la vérité à tout le monde d’une manière théâtrale. ” Y a plus aucun pecno pour détruire mon monde.”

Même s’il est en colère, on peut très clairement voir que Dyan sourit. Parce que le monde d’aujourd’hui lui plait ; plus dur pour les gens -bien que parfois trop, mais bien meilleure pour les la faune et la flore de leur planète commune et unique. N’est-ce pas ce pour quoi il s’est toujours battu, au fond ? Dyan est persuadé que d’ici une centaine d’années, les traces de l’Homme des Temps Modern seront effacées. Que la nature aura repris correctement ses droits et que les plants et les animaux ne seront plus en voie d'extinction ; même si l’homme doit périr, qu’il le fasse.

” - J’suis quand même un peu déçu de pas avoir participé à la création du virus qui aura buté tout ton p’tit monde, Romy.” Pour la première fois, il prononce son prénom, et ça lui arrache la gorge comme s’il avait avalé plusieurs centaines de petits éclats de verre. Il n’aurait jamais pensé devoir reparler de tout ça, d’elle, dans sa vie. ” Mais j’vais rien te faire… j’vais laisser mon frère se charger de ça.” Il hausse les épaules comme si c’était ce qu’il comptait faire ; comme s’il ne défendrait pas Romy face à son propre sang. ” Tu sais aussi bien que moi qu’il sera content d’apprendre où t’es.”
Revenir en haut Aller en bas

Romy Harlow
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5yfzhPZHe1t4z43x_250

Ancien métier : Photographe et réalisatrice de documentaires
Occupation : travaille en cuisine, occupation qu'elle exècre
Statut civil : célibataire toujours éprise
Lieu de naissance : Fort St John

All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5ygesKXbu1t4z43x_250

Messages : 48
Inscription : 04/08/2019
Crédits : doom days (avatar) | tumblr (gifs)
Célébrité : Kaya Scodelario

All my friends are heathens, take it slow X0TurS622 / 5022 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ233 / 5033 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU724 / 5024 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
08.10.19 11:49
Déjà morte pour lui. Ces mots raisonnèrent avec violence dans mon esprit et j'essayai alors de contenir cette douleur qui me submergea comme une énorme vague. Je ne voulais pas le laisser voir ma peine, ma vulnérabilité. Je ne voulais pas être faible face à lui. Mais à quoi bon essayer? S'il y avait bien une personne qui pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert, c'était Dyan. J'aurais pu tromper et manipuler n'importe quel autre homme. Il était l'exception à la règle, mon talon d’Achille. Il devait se douter que ces mots me feraient du mal et il les utilisait comme armes. Voilà pourquoi je n'aurais pas essayé de reprendre contact avec lui si j'en avais eu l'occasion dans une autre vie. Pas parce que la relation que nous avions été à bien des égards une relation toxique et nocive mais parce que je ne voulais pas savoir ce qu'il pensait de moi. Je ne voulais pas qu'il mette des mots sur la situation. Je savais qu'il ne me pardonnerait pas, je n'étais pas naïve sur ce point, mais je ne voulais pas savoir l'étendue de sa haine à mon encontre. C'était bien trop douloureux.

Alors, j'encaissai. Je le laissai s'adresser à moi et le reste de son audience. Oui, ce nouveau monde lui plaisait, lui semblait bien meilleur que le précédent alors même qu'il était un cauchemar pour beaucoup d'entre nous. Son seul regret, ne pas avoir été la cause de ce virus. Ce virus qui avait détruit mon monde et le vengeait de ce que je lui avais fait subir. Une nouvelle fois, je combattais mes sentiments. J'essayai de mettre un frein à ma douleur avant qu'elle ne me submerge à nouveau et fasse monter cette fois-ci des larmes, le plus grand signe de vulnérabilité à mes yeux.

Mais c'est la peur qui reprit le contrôle de mon corps lorsqu'il mentionna son frère. Cela me donna l'effet d'un seau d'eau remplie de glace versé sur moi. Le frère de Dyan me haïssait plus encore que quiconque. Je croyais savoir ce dont il était capable. Si les rôdeurs ne se chargeaient pas de moi, ce serait cet homme qui en prendrait soin. C'était sûr et certain.

Pourtant, malgré ma terreur, je repris la parole. Pourquoi? Je n'en étais pas sûre. Reprendre le contrôle sur la situation, peut-être. Faire durer cette confrontation pour parvenir à m'expliquer. Mais à quoi bon? Au tribunal, il avait tout appris de mes motivations. Pourtant, je parlais.

- Trop lâche pour le faire toi-même. Se cacher derrière des explosifs pour ne pas voir la souffrance qu'on impose. J'aurais dû le savoir que tu ne te salissais pas les mains.

Oui, je cherchais à le blesser comme il m'avait blessé. Cette rancœur que j'avais contre lui grandissait progressivement en moi et je ne pouvais plus la contenir. Si j'avais des choses à dire, c'était maintenant. Avant qu'il ne soit trop tard. Avant que je ne croise son frère.

- Tu m'as trahi, toi aussi. Tu m'as menti pendant des mois en sachant pertinemment quelle aurait été ma réaction. A quoi tu t'attendais? Qu'en découvrant tes petites activités je ferme ma gueule et te laisser tuer encore des centaines d'innocents juste parce que la société refuse de t'écouter? C'est ça? Grandis un peu.

Il devait entendre mon point de vue, qu'il y adhère ou non.

- Si c'était à refaire, je n'hésiterais pas à te balancer à nouveau. Tu méritais d'être derrière les barreaux, terminai-je d'une voix fébrile. Peu importe combien je t'aimais.

J'aurais pu utiliser le présent. J'aurais pu ne pas mentir.

_________________


all of these thousand miles
Too far away to feel you, But I can't forget your skin. Wonder what you're up to, What state of mind you're in. Are you thinking 'bout the last time Your lips all over me? 'Cause I'd play it in a rewind. Where you are I wanna be ⊹ CODE BY LIZZOU






Revenir en haut Aller en bas

Dyan Pratt
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Ancien métier : Saisonnier agricole - terroriste pro écologique.
Statut civil : Célibataire, détruit une fois par l'amour sans être capable de remonter la pente.
Lieu de naissance : Fort St. John

All my friends are heathens, take it slow 1565453127-ezgif-3-236b55dcf9b8

Messages : 30
Inscription : 11/08/2019
Crédits : Heaven
Célébrité : Jake Abel

All my friends are heathens, take it slow X0TurS617 / 5017 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ225 / 5025 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU721 / 5021 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
16.10.19 4:59
Dyan sait reconnaître quand c’est le bonheur, la tristesse ou la terreur qui fait réagir Romy. Il a toujours su le faire comme on lirait facilement un livre ouvert. Si par le passé il aurait accouru au moindre problème de la fille, aujourd’hui, il ne fait que la regarder comme s’il n’en avait rien à faire. Comme s’il n’était pas lui-même blessé de ce qu’ils pouvaient se lancer au visage l’un de l’autre, comme s’il n’avait pas peur que son frère prenne les devant. Mais elle touche des cordes sensibles, Romy, et si fut un temps se sont les yeux des magistrats et des familles des victimes qui l’ont fait se taire, aujourd’hui, ce ne sont pas les regards des Templiers qui vont le faire plier. Il était certainement plus bon qu’il ne l’est maintenant, Dyan. Parce qu’il ne voulait pas de mal, à proprement parler, aux autres. Aujourd’hui, les Hommes ne semblent qu’être mains d’oeuvres à ses yeux. Comme pour le reste des protecteurs, d’ailleurs. Ce qu’il ressent est bien caché au fond de son âme.

” - [...] Si c'était à refaire, je n'hésiterais pas à te balancer à nouveau. Tu méritais d'être derrière les barreaux.” Dyan a écouté ce qu’elle avait à dire, une paupière bugant pendant que l’autre n’arrive pas à se fermer pour voir la fille disparaître. ” Peu importe combien je t'aimais.”

C’est le temps employé dans cette phrase, qui le fait réagir. Qui fait reprendre un rythme plus élevé à son coeur, qui donne de l’adrénaline à chacun de ses muscles. En réalité, à tous ses muscles sauf à son cerveau, car Dyan n’a pas la moindre idée de ce qui c’est passé dans sa tête. Comme une perte de mémoire, un trou noir, sur une petite durée ; quelques fractions de secondes qui lui ont suffi pour bouger. Pour avancer vers Romy, pour l’attraper par les cheveux sans même lui laisser le temps de réagir. Qui viendra l’aider, au final ? Les croyants qui font parti de son propre groupe sans le vouloir ? Ces gens qui ont peur de mourir, qui ont peur d’à peu près tout. S’il y en a un qui bouge, Dyan n’hésitera pas à leur faire du mal. Comme il fait certainement mal à Romy lorsqu’il la tire par les cheveux pour l’obliger à avancer. Au départ, il la tire. La pousse ensuite sans lâcher ses cheveux, peu importe ce qu’elle peut dire, ce qu’il n’entend pas pour être honnête. Il veut l’emmener vers les bâtiments ; pour la punir, pour la faire taire tout du moins. Mais il s’arrête au deux tiers du trajet.

” - Tais-toi, tais-toi!” Qu’il cri, comme s’il avait l’impression d’encore entendre ses reproches. Ses vérités. La vérité. Il peut se cacher derrière ses principes, mais Romy n’est pas une menteuse. ” Moi, un lâche ?”

Un rire s’échappe de sa gorge, mais c’est un rire jaune. Un rire qui montre qu’il ne s’amuse pas vraiment. D’un coup derrière les genoux de Romy -sans forcer comme si c’était un homme de cent kilos, il l’oblige à se mettre à genoux. D’abord, comme si c’était son dernier instant. Puis, lorsque ses doigts lâches ces cheveux bruns dont il a rêvé tant de fois -et qu’il en arrache quelques uns à cause de sa brusquerie, Dyan la pousse une nouvelle fois pour qu’elle tombe à terre. En une fraction de seconde, ils disparaissent tous les deux de la vision des autres ; cachés par les herbes et hautes fleurs qu’on trouve en s’approchant des bâtiments. A califourchons, il l’empêche de se relever, de tenter de partir même si elle en avait envie. Et sa main droite, elle vient encadrer a mâchoire de Romy en l’empêchant de détourner le regard. Elle n’a pas d’autre choix que de le regarder dans les yeux.

” - J’ai pris pour tout le monde, et tu vas dire m’dire que je suis un lâche ?” Il sert ses doigts, quitte à sentir la forme des dents de Romy à travers ses joues. ” C’était lâche, d’arriver ici, et de faire de vous tous nos petits larbins ?” S’il est en colère, c’est parce que lui, se rend compte en la voyant, qu’il ne pourra jamais cesser de l’aimer, quoi qu’il en dise. ” Tu veux que j’te montre c’est quoi la prochaine étape ? Parce que l’travail des champs, crois-moi, c’est pas le pire qui pourrais t’arriver…” Ce n'est pas la colère qui fait monter les larmes qu'on peut voir dans ses yeux. Romy, elle sait toucher les cordes sensibles.
Revenir en haut Aller en bas

Romy Harlow
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5yfzhPZHe1t4z43x_250

Ancien métier : Photographe et réalisatrice de documentaires
Occupation : travaille en cuisine, occupation qu'elle exècre
Statut civil : célibataire toujours éprise
Lieu de naissance : Fort St John

All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5ygesKXbu1t4z43x_250

Messages : 48
Inscription : 04/08/2019
Crédits : doom days (avatar) | tumblr (gifs)
Célébrité : Kaya Scodelario

All my friends are heathens, take it slow X0TurS622 / 5022 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ233 / 5033 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU724 / 5024 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
19.10.19 14:28
Mon cœur s'accéléra quand je vis Dyan s'approcher à nouveau de moi et je fis un pas en arrière en voyant la fureur qui déformait ses traits. Sa main agrippa brutalement ma chevelure. La peur et la douleur m'envahirent à nouveau et me firent pousser un cri. D'autres suivaient alors qu'il me traînait de force je ne sais où, les témoins de la scène n'osant me venir en aide. Je les maudissais à ce moment même mais une voix dans ma tête me disait également que je n'aurais probablement rien fait si j'avais été à leur place. Dyan n'hésiterait pas à les blesser eux aussi, peut-être encore plus que ce qu'il me faisait subir. J'étais seule contre mon tortionnaire.

Plus que la douleur physique, le choc de son geste raisonnait encore en moi, me rendant tremblante de terreur. J'avais connu beaucoup de violence dans ma vie, mais jamais de la part de Dyan. A une autre époque, il n'en aurait jamais été capable sur ma personne. A une autre époque, je me sentais en sécurité dans ses bras, plus encore que n'importe où ailleurs. Il était mon havre de paix dans ce monde destructeur. Désormais, à cet instant présent, il n'y avait personne d'autre qui me terrorisait le plus. L'ange s'était transformé en démon et c'était là une réalité que je n'arrivais pas encore à croire mais qui m'était imposée avec une force inouïe. Sans pouvoir détourner les yeux, je découvrais un nouvel homme. Un homme qui me terrifiait.

Je sursautai lorsqu'il se mit à me hurler dessus, m'ordonnant de me taire. J'obéissais mais les larmes qui inondaient mon visage depuis plusieurs secondes déjà déclenchaient des sanglots que j'essayais de contenir, par peur de l'énerver plus encore. Un coup derrière mes jambes me fit tomber à genoux sur le sol et ma peur ne fit que prendre plus d'ampleur encore. Qu'allait-il me faire subir? Allait-il me tuer? Allait-il me délivrer de cette souffrance? Il me lâcha enfin les cheveux mais je ne me permis pas d'être soulagée pour autant car bientôt, il me poussa à nouveau contre le sol et, à califourchon, m'empêcha de me relever alors même que j'essayais de me débattre pour lui échapper. Je n'avais d'autre choix que de croiser son regard haineux et subir ses paroles. Sa main droite vint emprisonner ma mâchoire et la serra si fort que j'ouvris la bouche, dans une tentative désespérée d'atténuer la douleur.

Il me menaça. Aussi simple que ça. Je le craignais vraiment à cet instant et, à la fois, je me haïssais. Je me haïssais parce que le plus douloureux dans cette histoire, c'est que Dyan ne semblait plus m'aimer. Il me détestait et c'était ça, le plus difficile à supporter. J'aurais du lui cracher dessus, me battre pour reprendre le dessus. Mais ma peur et ma douleur sentimentale me tenaient immobile, observant d'un regard mouillé de larme le visage de Dyan à quelques centimètres du mien. Lui aussi avait des larmes et j'en ignorais la source. Sa douleur? Sa colère? Comment le savoir. Je n'avais plus accès à ses pensées et sentiments.

D'une voix faible, je décidai de prendre la parole.

- Je suis désolée de t'avoir fait du mal... Dyan, je suis désolée. répétais-je, comprenant combien je lui avais fait du mal, oubliant en même temps le mal qu'il avait causé autour de lui et toutes ses familles qui avaient pleuré les êtres chers perdus par sa faute.

Il y a longtemps, je m'étais promis de ne jamais m'excuser auprès de lui car j'étais certaine d'avoir pris la bonne décision en le dénonçant, et je l'étais toujours. Mais la culpabilité que je ressentais à l'idée de lui avoir fait du mal ne m'avait jamais quitté, quand bien j'avais essayé d'être une femme plus forte. Oui, il m'avait menti et lui aussi m'avait fait du mal, mais il était également la personne que j'avais le plus aimé et cela ne s'oubliait pas comme facilement. Je ne regrettais pas de l'avoir dénoncé, non, mais je regrettais le mal que cela lui avait causé. Malheureusement, l'un ne pouvait exister sans l'autre.

- Si tu décides de me tuer, je voulais que tu le saches.

Était-ce la fin? La mort avait-elle enfin réussi à m'atteindre, enfilant le masque de l'homme que j'aimais? Je l'ignorais mais je me préparais à cette possible mort. Mes souvenirs refirent surface. Mon temps passé avec Sophie et mon neveu... Comment allait-elle s'en sortir sans moi? Je pensais même à mes parents, que je méprisais toujours des années après les avoir vu pour la dernière fois. Et comme si je n'en avais pas assez de me faire souffrir, je pensais à Dyan, alors même que c'était lui le danger. Je le revoyais adolescent, quand je l'observais de loin avec mon stupide crush de jeune fille. Oui, il m'avait toujours attiré, comme un aimant. Puis je le revoyais à la manifestation des années plus tard, je me remémorais la joie que m'avait procuré sa présence. Puis, quand nous étions heureux et ensemble, sans le moindre doute l'époque la plus heureuse de ma vie. Et maintenant je le revoyais à l'instant présent. Près de moi et pourtant si loin.

- Fais le.

_________________


all of these thousand miles
Too far away to feel you, But I can't forget your skin. Wonder what you're up to, What state of mind you're in. Are you thinking 'bout the last time Your lips all over me? 'Cause I'd play it in a rewind. Where you are I wanna be ⊹ CODE BY LIZZOU






Revenir en haut Aller en bas

Dyan Pratt
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Ancien métier : Saisonnier agricole - terroriste pro écologique.
Statut civil : Célibataire, détruit une fois par l'amour sans être capable de remonter la pente.
Lieu de naissance : Fort St. John

All my friends are heathens, take it slow 1565453127-ezgif-3-236b55dcf9b8

Messages : 30
Inscription : 11/08/2019
Crédits : Heaven
Célébrité : Jake Abel

All my friends are heathens, take it slow X0TurS617 / 5017 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ225 / 5025 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU721 / 5021 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
06.11.19 4:38
Il la regardait dans les yeux lorsqu’elle a prononcé ces mots. Elle s’excuse comme si ce qu’elle avait fait été mal ; non, Romy, tu as fais ce que tu devais faire. Dénoncer le démon pour empêcher les âmes innocentes d’être blessées. Elle semble être prête à mourir alors qu’il a encore ses doigts sur sa peau ; plus sur sa gorge que sur sa mâchoire, il ne faudrait que quelques centimètres de plus pour qu’il puisse l’étrangler. Et lui ne fait que penser à une chose ; il sait que les vies qu’il a prises n’étaient pas toutes justifiées. Des gens qui n’auraient pas du mourir sont morts, surtout parce qu’ils étaient au mauvais endroit, au mauvais moment. Tout ce qu’ils ont voulu faire, au départ, c’est détruire des endroits stratégiques et faire passer des messages à la population. Si tuer n’était pas un problème, tuer des innocents n’était pas un plaisir. Dyan n’a jamais pu cessé de se demander si Romy voyait la différence, si elle était capable de se dire que Dyan ne prenait pas des vies de bon coeur. Qu’il était capable, lui-même, de s’en vouloir pour certain acte. Il n’est pas tout blanc, mais il n’a pas envie d’être tout noir non plus. Les Hommes n’ont jamais été sa préoccupation principale.

” - Tu m’as pas blessé…”

C’est tout ce qu’il arrive à dire, alors qu’il n’arrive pas à enlever ses doigts, sa menace, de la peau de Romy. Il la regarde pleurer, alors que lui-même est sur le point de le faire. Sauf qu’il ne reflète pas la peur, ni-même le regret, Dyan, il reflète seulement la colère et le désespoir. Personne ne pourrait penser qu’il y a un gros manteau d’amour sous autant de noirceur. Il ment, avec ces mots, parce qu’il a eu mal de reconnaître que l’amour qu’elle pouvait lui porter n’était pas infaillible à toutes épreuves. Mais ce qu’il dit est aussi un peu la vérité, car ce qui va suivre de sa part est certainement ce qu’il a le plus ressenti au moment du procès. Quelque chose qui ne l’a pas quitté depuis.

” - Tu m’as déçue. Tu m’as trahi.” Il hausse les épaules, et ce n’est qu’à ce moment là que ses doigts semblent bien vouloir quitter la peau de Romy. Avec douceur, cette fois, à cause de la lenteur de son geste. Pourtant, Dyan n’a même pas profité de la sensation que ça aurait pu lui provoquer, de la toucher, après tout ce temps. ” T’étais de la famille… on t’aurait donné le monde.”

C’est tout ce qu’il aurait aimé pouvoir lui offrir ; rien de moins, rien de plus. Un monde à leur image, un monde respectueux des êtres et des choses. Un nouveau monde, mais celui qu’ils vivent en ce moment n’est pas le même. Pas même une pâle copie de ce qu’ils auraient voulu. Car même s’ils ont eu une partie de ça, Dyan, il n’a jamais voulu que l’humanité meurt, même s’il dit le contraire. Il aurait pu vivre en harmonie avec des milliers, des millions de personnes, si tous avaient opté pour son mode de vie parfait. De son point de vue, c’est elle qui l’en a empêché.

” - T’as tout gâché…”

Il aurait pu lui faire du mal, même si au fond il en est incapable. C’est ce que lui prouve cet instant ; Dyan est incapable de faire véritablement du mal à Romy. Il aurait pu le faire ; attraper une des grosses pierres qui se trouvent à côté pour lui écraser la tête. Passer ses doigts à son cou pour l’empêcher de respirer. Lui coller une balle entre les deux yeux pour qu’elle ne souffre pas. Mais tout ce qu’il est capable de faire, Dyan, c’est de se baisser. Toujours se baisser, jusqu’à ce que son front arrive sur la poitrine de Romy ; là où il avait l’habitude de venir chercher du réconfort. Lorsque rien n’allait, et lorsque tout était parfait. Son endroit préféré pour réfléchir, et se reposer. Sauf que ce qu’il y fait cette fois n’a rien de reposant ; il se met à pleurer en sachant que malgré tout, il ne pourra jamais cesser de l’aimer. Sinon, il aurait tourné la page depuis bien longtemps. L’apocalypse ne date pas d’hier, tout comme son jugement d’ailleurs. Cette trahison n’a pas d’époque précise au final.
Revenir en haut Aller en bas

Romy Harlow
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5yfzhPZHe1t4z43x_250

Ancien métier : Photographe et réalisatrice de documentaires
Occupation : travaille en cuisine, occupation qu'elle exècre
Statut civil : célibataire toujours éprise
Lieu de naissance : Fort St John

All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5ygesKXbu1t4z43x_250

Messages : 48
Inscription : 04/08/2019
Crédits : doom days (avatar) | tumblr (gifs)
Célébrité : Kaya Scodelario

All my friends are heathens, take it slow X0TurS622 / 5022 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ233 / 5033 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU724 / 5024 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
14.12.19 12:20
J'attendais, le cœur battant. J'attendais que ses doigts se resserrent autour de ma gorge pour me délivrer de ce monde qui n'avait pas été tendre avec moi. Je savais que ce serait désagréable et long. Qu'en suffocant j'aurais tout le temps de lire la haine dans ses yeux. Ce serait la dernière image que j'emmènerais avec moi vers le néant. Mais Dyan prenait son temps. Il n'était pas décidé à m’exécuter immédiatement ce qui m'effraya encore plus. Qu'avait-il en tête? J'avais peur pour la suite, je voulais que tout prenne fin maintenant, même si cela signifiait mourir. Mais il n'en avait pas terminé.

Non, je ne l'avais pas blessé m'apprit-il. Je l'avais déçu et trahi. Sa main quitta mon cou doucement, ce qui me surprit, moi qui pensais mourir. J'étais peut-être naïve. Je m'accrochais peut-être trop à un espoir fou mais, alors que je l'écoutais, je me disais qu'il ne le ferait pas. Dyan ne pouvait pas me tuer, il en était incapable. C'est ce que je voulais croire en tout cas. Je voulais que notre ancienne relation compte toujours à ses yeux, peu importe la manière dont elle s'était terminée et la douleur que cela avait entraîné.

Cet espoir me fit baisser ma garde, même si j'étais toujours terrifiée par ce qu'il venait de se passer entre nous. Il était plus calme désormais mais peut-être n'était-ce qu'une apparence. Je ne savais plus à quoi m'attendre. Il m'expliqua alors que lui et les autres m'auraient donné le monde. Cette phrase résonna dans mon esprit, seulement interrompue par une autre: j'avais tout gâché.

Alors, il fit une chose à laquelle je ne m'attendais pas et qui me brisa le cœur. Il posa sa tête sur ma poitrine, comme il l'avait fait tant de fois auparavant, quand tout n'était que tendresse et amour entre nous. Mais c'était différent désormais car il pleurait. Il n'y avait plus que de la tristesse et de la rancœur. Avec hésitation, je posai ma main sur tête, comme avant, car sa chaleur contre moi ne fit qu’attiser mes sentiments. Ma main se mit à caresser son crâne, reprenant une danse qu'elle avait longtemps exécuté par le passé, alors que je pleurais en silence moi aussi.

- Je ne voulais pas de ce monde si ça signifiait sacrifier des vies innocentes... Je ne voulais que toi.

Ma voix était faible parce que la vérité s'imposait à moi, plus forte que jamais : je le voulais toujours. Des années étaient passées et, pourtant, mes sentiments pour Dyan n'étaient jamais parti. Ils avaient simplement attendu qu'il refasse surface dans ma vie pour brûler à nouveau d'un feu ardent. Je l'aimais toujours alors même que j'avais conscience de ses actes passés. Alors même qu'il m'avait traîné par les cheveux et m'avait menacé. Dans un autre monde, je voulais croire que je l'aurais rejeté et que je me serais défendu. Dans un autre monde, j'aurais été dégoûtée de cette tendresse que je lui accordais. Mais, à nouveau, j'étais confronté à la dure réalité et j'étais incapable de le repousser. Bien au contraire.

- Je ressens la même chose, tu sais... On aurait pu être heureux mais...

Mais tu as tout gâché, Dyan. Tu m'as déçu, toi aussi.

_________________


all of these thousand miles
Too far away to feel you, But I can't forget your skin. Wonder what you're up to, What state of mind you're in. Are you thinking 'bout the last time Your lips all over me? 'Cause I'd play it in a rewind. Where you are I wanna be ⊹ CODE BY LIZZOU






Revenir en haut Aller en bas

Dyan Pratt
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Ancien métier : Saisonnier agricole - terroriste pro écologique.
Statut civil : Célibataire, détruit une fois par l'amour sans être capable de remonter la pente.
Lieu de naissance : Fort St. John

All my friends are heathens, take it slow 1565453127-ezgif-3-236b55dcf9b8

Messages : 30
Inscription : 11/08/2019
Crédits : Heaven
Célébrité : Jake Abel

All my friends are heathens, take it slow X0TurS617 / 5017 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ225 / 5025 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU721 / 5021 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
22.12.19 11:09
Les doigts de Romy qui se posent à cet endroit, qu’elle n’a pas touché depuis des années. Ca pourrait être une délivrance, un petit bout de passé qui fait sourire et qui donne de l’espoir pour la suite. Pourtant, aux yeux et à la sensation de Dyan, c’est tout l’inverse. Tout le contraire. Un venin qui caresse sa peau, une lame prête à le couper sans aucune hésitation. Étrangement, et même si ça piquait dès le premier instant, Dyan a su apprécier ces caresses au début. Il a su en prendre compte, pour son corps qui ne supporte pas le toucher d’une femme depuis le sien. Pour son esprit qui avait terriblement besoin d’être calmé. Depuis que le monde moderne est mort, Dyan se sentait bien, apaisé presque malgré les horreurs commises à longueur de temps. Romy a su refaire naître en lui cette colère, cette rage qui le consume de l’intérieur. Dyan a beau avoir le sourire, il a beau méditer et prononcer des mots pour dire que tout va bien, plus rien ne va en réalité depuis qu’elle l’a trahi.

” - Je ne voulais pas de ce monde si ça signifiait sacrifier des vies innocentes..” Dyan n’a pas pu s’empêcher de penser que, comme tous les autres, Romy ne peut avoir tout ce qu’elle désire. Les choix, il faut en faire. L’être humain n’a pas le choix ; tous les jours, il se lève et doit décider si ce qu’il fera sera bon ou mauvais. ” Je ne voulais que toi. Je ressens la même chose, tu sais…” L’homme ne peut s’empêcher de serrer quelques grains de terre entre ses doigts ; à défaut de serrer ses doigts autour du cou de Romy. Elle pense qu’ils sont semblables, et ça lui donne la nausée. Il aurait envie de la faire taire à jamais pour qu’elle comprenne qu’ils ne ressentent pas la même chose. ” On aurait pu être heureux mais...”
” - On était heureux…”

Impossible qu’il se taise. Impossible qu’il reste là en silence pour qu’elle pense qu’il est d’accord avec elle. Parce qu’il ne l’est pas, Dyan, et il se relève pour qu’il arrête de la toucher. Pour qu’elle arrête de parcourir son crâne avec ses doigts féminins. Non, Dyan, il ne supporte plus le toucher ni-même les mots qu’elle prononce. Parce qu’elle remue le couteau dans la plaie quoi qu’elle fasse. Alors, il est obligé de se redresser. Ne supporte pas de la toucher, mais ses jambes ne supportent pas son propre poids non plus. Alors, il se retrouve juste à tomber à côté d’elle, assit, à moitié redressé grâce à son coude sans pour autant être capable de partir. S’enfuir maintenant c’est comme savoir qu’il ne la reverra pas. Dyan se sait maintenant incapable de lui faire du mal au point de la faire disparaître de la surface de la terre. Pourtant, il souhaitait qu’elle soit morte. Souhaite encore qu’elle meurt parce qu’elle fait ressurgir tout ce qu’il voit de mauvais en lui.

Rien que par sa présence, elle le déstabilise. Rien que par ses mots elle le perd. Et Dyan, dans ce monde, ne peut pas se permettre de se perdre. Il n’y a aucune prison qui le garde à distance, aujourd’hui, la rage qui l’animait à l’époque c’est justement ce qu’il lui a permit de survivre à l’extérieur. Ce qui est toujours vital aujourd’hui. Dyan ne veut pas devenir la personne qu’il est là, présentement ; un homme accablé par ses sentiments, par ses émotions, qui se retrouve incapable d’agir parce que son coeur a des raisons que son cerveau ignore. Si Romy n’était pas là, si elle n’était plus, les choses seraient bien mieux pour tout le monde. L’amour qu’il porte pour elle ne se serait jamais éteint, même avec sa mort à elle. Aujourd’hui, il a l’impression que ce sentiment qu’il gardé bien précieusement au fond de lui sans jamais le montrer à personne, se retourne contre lui pour le trahir. L’apocalypse ne laisse pas la place à l’amour, il n’y a que la trahison. Et Romy s’y connait bien.

” - On était heureux… on l’était, et t’as juste pas pu supporté d’être aussi coupable que nous.” Dyan peut se permettre de dire nous, au sujet de sa fratrie, il n’y a plus de tribunaux pour condamnés ceux qu’il aime. ” Dis-moi que t’as jamais rien su… que t’as jamais rien vu.”

Est-ce que dans son regard, Romy peut voir qu’il est tiraillé ? Entre l’envie de partir, et l’envie de savoir. Il la laisserait là, sans rien lui faire, si Romy disait qu’elle avait tout découvert au moment où elle est allée voir la justice. Parce que Dyan lui, il est sur d’une chose ; elle aurait été bien aveugle de ne jamais se poser de questions. Les endroits où elle passe qui finissent par avoir la poisse, les fois où il a pu regarder dans son téléphone ou son ordinateur pour avoir des informations potentiellement importantes, même ces fois où il a pu proposer des lieux rien que pour qu’elle puisse s’y rendre et qu’il voit de ses propres yeux à quoi pouvait ressembler l’endroit. Dyan a toujours usé des informations récolté par Romy pour son petit groupe extrémiste. Il croit, et est persuadé, qu’elle a eu des doutes bien avant ça. Il veut se dire qu’elle a posé le pour et le contre avant de le balancer, et que c’est ce qui fait que ce choix est impossible à avaler pour lui. Dyan a peur d’être indulgent avec elle si, en réalité, elle avait prit connaissance de tout ça au moment où l’affaire a explosé.

” - C’est ta chance… dis-moi que tu m’as trahi sur un coup de tête !” Il veut pouvoir la détester pour un choix qu’elle aura mûrement réfléchi, pas parce qu’elle a eu peur de ce qu’elle a découvert.
Revenir en haut Aller en bas

Romy Harlow
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5yfzhPZHe1t4z43x_250

Ancien métier : Photographe et réalisatrice de documentaires
Occupation : travaille en cuisine, occupation qu'elle exècre
Statut civil : célibataire toujours éprise
Lieu de naissance : Fort St John

All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5ygesKXbu1t4z43x_250

Messages : 48
Inscription : 04/08/2019
Crédits : doom days (avatar) | tumblr (gifs)
Célébrité : Kaya Scodelario

All my friends are heathens, take it slow X0TurS622 / 5022 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ233 / 5033 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU724 / 5024 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
27.12.19 4:50
"On était heureux..." Je ne cherchais pas à continuer ma phrase lorsque Dyan prononça ces mots car il avait raison. Oui, nous étions heureux. J'aurais pu ne rien dire pour continuer à vivre cette relation, je me rappelais même avoir hésité à l'époque car si je parlais, cela signifiait perdre la personne qui comptait le plus à mes yeux. Mais je ne pouvais pas continuer à vivre en ayant appris ce que Dyan avait pu faire et les innocentes victimes que cela avait engendré. C'était tout bonnement impossible. Ce bonheur n'aurait pas pu continuer, que je me taise ou non. Alors, je l'avais trahi parce que je craignais le jour où il ajouterait de nouvelles victimes à son compteur pour une cause qui ne me semblait plus en valoir la peine. Au final, peut-être que je n'avais jamais compris son amour démesuré pour la planète. Oui, il fallait la protéger des humains. Mais de là à les exterminer? A en sacrifier quelques uns pour passer un message que beaucoup refusait d'écouter de toute manière? Non. C'était une cause perdue. Ce n'était pas comme ça que les choses devaient changer. Trop de personnes avaient souffert des actions de Dyan et du reste de l'organisation. Moi-même je me sentais coupable pour ne pas avoir ouvert les yeux plus tôt, trop aveuglée par l'amour que je portais à cet homme aux yeux bleus.

Ma main quitta son crâne lorsqu'il se redressa. Il revenait à lui. Il se souvenait qu'il ne voulait pas d'une proximité avec moi, la traîtresse. J'ignorais trop ce que je ressentais alors qu'il se laissait tomber à mes côtés. Du soulagement? De la tristesse? Je n'en savais rien. Je n'arrivais plus à réfléchir convenablement en la présence de Dyan. Cela faisait si longtemps qu'on ne s'était pas vu et que j'avais imaginé des retrouvailles qui me semblaient alors impossible que je ne savais plus ce que j'étais censé dire ou faire. Et j'ignorais toujours si une menace de mort planait au dessus de ma tête. Il aurait pu me tuer depuis longtemps mais ça ne voulait pas dire qu'il s'était résolu à ne pas le faire. Qu'avait-il en tête? Je l'ignorais alors que j'osais à peine le regarder. Je voulais l'observer parce que je l'aimais mais j'avais peur de lui, me poussant à le faire avec crainte.

Je me redressai à mon tour doucement, par crainte qu'un mouvement brusque puisse signer une nouvelle crise de colère, m'asseyant sur le sol. Je restai un instant silencieuse alors qu'il me demandait enfin des explications. Est-ce que j'avais rien vu ni su pendant notre relation? Je me demandai quelle réponse lui donner. Je voulais lui donner la vérité mais j'avais l'impression qu'elle pouvait être la mauvaise réponse, que ce n'était pas ce qu'il voulait entendre. Mais j'en avais marre de mentir à tout le monde. Et je ne voulais pas lui mentir à lui.

- Je ne voulais pas y croire au début. Je pensais que c'était une suite de coïncidences mais je ne pouvais plus me voiler la face au bout d'un moment. Alors j'ai commencé à enquêter, pour savoir si oui ou non l'organisation était meurtrière...

J'avais toujours su que l'organisation n'était pas pacifiste. Je savais aussi qu'elle passait par de grands moyens pour se faire entendre mais jamais je n'avais imaginé qu'elle était terroriste. Jamais je n'aurais cru être impliquée dans une telle affaire. Je ne savais pas ce qui était le plus décevant. D'avoir découvert ses vraies actions ou de ne pas avoir été aussi surprise que j'aurais dû l'être quand j'ai appris ce dont était capable Dyan. Oui, au final, ça n'avait pas été si surprenant. Mais je voulais croire que ce n'était pas la réalité, qu'il n'était pas passé à l'action.

- Quand j'ai eu la confirmation de vos actions, j'ai hésité à te dénoncer parce que je ne voulais pas te perdre. Mais je ne pouvais pas me montrer égoïste. J'avais l'impression de jouer une course contre la montre. Je savais que de nouvelles personnes allaient mourir si je ne disais rien. Alors je l'ai fait...

Oui, j'avais pris la bonne décision. J'en étais convaincue. J'aurais pourtant aimé que rien n'arrive. Que Dyan ne soit jamais impliqué dans une telle organisation. Que nous soyons un couple lambda qui rejetait la société à leur manière. Non pas en faisant d'innocentes personnes des victimes.

- On était heureux, oui. Mais le moment où j'ai découvert la vérité y a mis un terme. Je ne pouvais pas faire semblant que tout allait bien quand d'autres mouraient. Alors non, je ne t'ai pas trahi sur un coup de tête.

_________________


all of these thousand miles
Too far away to feel you, But I can't forget your skin. Wonder what you're up to, What state of mind you're in. Are you thinking 'bout the last time Your lips all over me? 'Cause I'd play it in a rewind. Where you are I wanna be ⊹ CODE BY LIZZOU






Revenir en haut Aller en bas

Dyan Pratt
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Ancien métier : Saisonnier agricole - terroriste pro écologique.
Statut civil : Célibataire, détruit une fois par l'amour sans être capable de remonter la pente.
Lieu de naissance : Fort St. John

All my friends are heathens, take it slow 1565453127-ezgif-3-236b55dcf9b8

Messages : 30
Inscription : 11/08/2019
Crédits : Heaven
Célébrité : Jake Abel

All my friends are heathens, take it slow X0TurS617 / 5017 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ225 / 5025 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU721 / 5021 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
16.01.20 9:57
Dyan écoute les explications de celle qui a été une fois, sa moitié. Et ça fait mal d’entendre ce qu’il voulait entendre. Parce qu’il aurait été de nouveau, et encore plus cette fois-ci, en colère contre elle si Romy avait prononcé les mots inverse à ceux-ci. Elle a pesé le pour et le contre, elle a prit le temps de réfléchir à la situation, et ça veut par la même occasion dire qu’elle a prit le temps de réfléchir à leur relation. Ca devrait être le pire dans cette histoire ; qu’elle ait pu mettre un terme à un tel bonheur pour la vie d’autres personnes. Parce que Dyan est égoïste ; il pense à lui, avant de penser aux autres. Mais cette raison est pourtant la plus importante, la meilleure par la même occasion ; Romy, elle a suivit ses convictions. Ce qu’elle pensait sincèrement être bon pour elle, et pour le reste du monde. Et c’est ça, du point de vu de Dyan, qui fait qu’elle pourrait être pardonnée. Qu’elle mériterait de l’être. Parce que lui, malgré son immense amour pour elle, n’est pas sur qu’il aurait été capable de protéger Romy en négligeant ses convictions. Il vit pour ce en quoi il croit ; rien, ni personne, ne peut se mettre en travers de cette voie qu’il s’est créé tout seul.

” - On était heureux…”

C’est tout ce qu’il est capable de prononcer, à voix basse, alors qu’il détourne son regard dans le champ d’en face. Parce qu’il ne peut pas la voir, ne veut pas la voir. Et même si Romy a dit la vérité, même si elle a dit la bonne réponse, il n’y en avait pas vraiment. Parce que même s’il comprend son choix, même s’il l’a accepté depuis longtemps, Dyan, il est touché. Perturbé par ce qu’elle dit. Par ce qu’elle lui fait ressentir. Dyan n’avait jamais prévu de pouvoir la comprendre, ni-même d’envisager de pouvoir lui pardonner. Mais comme elle a fait son choix pour les bonnes raisons, Dyan ne peut pas se résoudre à la tuer comme il en avait eu précédemment envie. Pas de ses propres mains.

Parce que s’il peut pardonner le fait d’avoir été trahi, il ne pardonne pas d’avoir été abandonné. Il l’aime, l’a toujours aimé. Et même s’il aurait tout fait pour ne pas la voir, pour ne pas lire ses lettres, au fond, il aurait voulu en recevoir. Savoir qu’elle venait à la prison pour tenter de le voir ; en vain. En réalité, Dyan, il aurait voulu être le maître du jeu, celui qui refuse, celui qui se fait attendre. Il ne supporte pas d’avoir été évincé comme on tire un trait sur une phrase. Ca le blesse, ça le tue. Et il sait qu’il veut toujours qu’elle souffre, comme il a pu souffrir. Déjà, Dyan, se voit retourner à l’aéroport pour chercher Woody. Déjà, il ressent le besoin de son frère. Et c’est une profonde bouffée d’air, à l’instant précis où il pense à son aîné, qu’il trouve le courage de parler.

” - T’as tout gâché, et pour quoi ?” Un léger rire ironique s’échappe de ses lèvres. Dyan se moque d’elle, et pourtant, il est incapable de la regarder. Tout ce qu’il fait, c’est balayer le paysage, le Temple d’Ezekiel, de ses yeux clairs, comme pour délimiter le monde dans lequel ils vivent. ” Pour qu’on finisse là. Dans un monde que j’ai même pas pourri…” Ce n’est qu’à ces mots qu’il tourne son regard sur Romy, pour montrer qu’il est sérieux. Qu’il ne pardonne pas. Mais ça ne l’a pas empêché de prononcer cette phrase sans se couper, pas même pour reprendre son souffle au besoin. ” et dans lequel t’as même pas ta place.”

Un coup de vent fait frémir les herbes hautes dans les champs. Ca siffle à travers les feuilles, à travers les tiges, et on pourrait presque croire que la nature se met à chanter. Ce serait quelque chose de joli, si, accompagné des paroles de Dyan, ce présage ne sentait pas si mauvais. Dyan est incapable de vraiment faire du mal à celle qu’il aime, et pourtant, il rêve qu’elle souffre. Il rêve, et depuis longtemps, qu’elle ne fasse plus parti de ce monde. Il pense en être sur, persuadé que c’est la meilleure chose qui puisse lui arriver, mais il se trompe du tout au tout.

” - Les choses auraient été pareil si t’avais fermé ta bouche.” Il est blessant, en colère, mais pas aussi menaçant qu’avant. ” Sauf que t’aurais été dans le bon camp, cette fois. On aurait été ensemble… et en vie.”
Revenir en haut Aller en bas

Romy Harlow
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5yfzhPZHe1t4z43x_250

Ancien métier : Photographe et réalisatrice de documentaires
Occupation : travaille en cuisine, occupation qu'elle exècre
Statut civil : célibataire toujours éprise
Lieu de naissance : Fort St John

All my friends are heathens, take it slow Tumblr_inline_o5ygesKXbu1t4z43x_250

Messages : 48
Inscription : 04/08/2019
Crédits : doom days (avatar) | tumblr (gifs)
Célébrité : Kaya Scodelario

All my friends are heathens, take it slow X0TurS622 / 5022 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ233 / 5033 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU724 / 5024 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
15.03.20 11:18
J'ignorai ce à quoi il pensait alors que je lui expliquai mon point de vue. Il y a quelques années, je pensais être capable de deviner ses pensées, je pensais le connaître mieux que n'importe qui. Mais il s'était passé tellement de choses depuis cette période heureuse que j'avais cette désagréable impression de parler à un quelqu'un que je ne connaissais plus. Ou peut-être ne l'avais-je tout simplement jamais vraiment connu. Je n'en savais rien. Je pensais que nous étions liés, qu'il était mon âme-sœur. Une partie de moi voulait toujours y croire car mes sentiments étaient toujours présents, comme ancrés dans mon être. Il n'y avait pas de vie sans lui, qu'il soit présent physiquement à mes côtés ou non. Mais cet homme qui avait tant d'importance dans mon existence, je ne le reconnaissais plus. Je l'avais découvert quand je pensais tout savoir de lui. J'avais vu les Hommes changer durant l'apocalypse, faisant ressortir ce qu'il y avait de pire en eux pour survivre. Qu'en était-il de lui? Voulait-il toujours me faire du mal? Mon instinct me disait d'être sur mes gardes. Je ne pouvais plus faire confiance à Dyan, trop de choses nous séparaient et ce sentiment de trahison qu'il ressentait pourrait être ma perte. Peut-être le serait-elle. Mais quand?  

Il reprit la parole pour me dire que j'avais tout gâché pour rien. Cela n'avait servi à rien parce que le monde était tombé en enfer, qu'il n'y avait plus de civilisation, de société. Il n'y avait plus de message à passer car la race humaine s'éteignait lentement. Oui, ça je m'en étais rendu compte. Certains jours, quand j'avais le cœur trop lourd pour parler à Sophie, j'avais réfléchi à tout ça. J'avais imaginé ce qu'aurait été ma vie au sein de cette apocalypse si je n'avais rien dit. J'avais même imaginé ce qu'aurait été ma réaction si j'avais appris la vérité au beau milieu de cet enfer. Oui, je lui en aurais voulu. J'aurais sûrement été hors de moi. Mais je serais restée aux côtés de Dyan si nous avions commencé cette nouvelle vie ensemble. Parce que cela n'aurait plus compté. J'aurais été faible, j'aurais fait comme si de rien n'était. Comme si ses actes horribles n'avaient jamais existé. J'aurais eu la parfaite excuse pour rester à ses côtés et ne pas compromettre notre relation.

Un monde dans lequel je n'ai pas ma place. Cette phrase aurait pu être interprétée de plusieurs manières. Mais je savais ce que cela signifiait et la peur retrouva son chemin jusqu'à mon cœur. Il ne voulait pas de moi dans ce monde. Il m'avait épargné mais pour combien de temps? "On aurait été ensemble... et en vie." J'avais deviné juste.

- Oui, mais j'aurais été avec un homme que je pensais connaître. dis-je avant de marquer une pause pour ensuite demander, le cœur battant : Alors quoi? Qu'est-ce que tu vas me faire maintenant?

S'il décidait de m'exécuter, pouvais-je réellement y échapper? Je voulais y croire, pas pour moi mais pour Sophie qui avait déjà trop perdu. Mais comment agir? Le tuer avant qu'il ne parvienne à me toucher? Non. J'en étais incapable. Du moins, je n'en étais pas sûre. Moi-même je ne savais plus de quoi j'étais capable. Trop de choses se bousculaient dans mon esprit.  

_________________


all of these thousand miles
Too far away to feel you, But I can't forget your skin. Wonder what you're up to, What state of mind you're in. Are you thinking 'bout the last time Your lips all over me? 'Cause I'd play it in a rewind. Where you are I wanna be ⊹ CODE BY LIZZOU






Revenir en haut Aller en bas

Dyan Pratt
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Ancien métier : Saisonnier agricole - terroriste pro écologique.
Statut civil : Célibataire, détruit une fois par l'amour sans être capable de remonter la pente.
Lieu de naissance : Fort St. John

All my friends are heathens, take it slow 1565453127-ezgif-3-236b55dcf9b8

Messages : 30
Inscription : 11/08/2019
Crédits : Heaven
Célébrité : Jake Abel

All my friends are heathens, take it slow X0TurS617 / 5017 / 50All my friends are heathens, take it slow BR2xH0t

All my friends are heathens, take it slow DQEbQJ225 / 5025 / 50All my friends are heathens, take it slow GxoDpmC

All my friends are heathens, take it slow Hu1erU721 / 5021 / 50All my friends are heathens, take it slow LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
All my friends are heathens, take it slow Empty
30.03.20 14:06
Dyan a mal d’entendre ces mots. Parce qu’au plus profond de lui, il sait que Romy le connaissait. Comme il était, comme il est toujours aujourd’hui. Parce qu’il est bien plus qu’un terroriste, c’est comme ça que le monde le voyait. Et au fond, il pensait, il voulait croire que Romy voyait plus. Qu’elle aimait tout le reste de lui. Il n’arrive pas à comprendre pourquoi ‘un détail’ peut la faire changer d’avis. Il grimace quand elle pose la question ; Alors quoi? Qu'est-ce que tu vas me faire maintenant?. Qu’est-ce qu’il va faire, ou ne pas faire, justement ? Dyan n’est sur de rien.

Parce qu’il aurait voulu pouvoir l’anéantir aujourd’hui. En être capable, pour être sur qu’elle ne soit plus de ce monde. Qu’il n’ait plus jamais à la voir. Qu’il n’ait plus jamais à l’entendre. Ni-même à la sentir, ou à entendre parler d’elle. Il aurait voulu qu’elle soit complètement retirée de sa mémoire. C’est plus ça, son souhait, plutôt que Romy ne meurt. Mais telle est la vérité : personne n’a encore trouvé le moyen d’oublier complètement une personne. Alors la seule façon qu’il voit de ne plus jamais avoir à faire à elle, c’est qu’elle ne fasse plus partie de ce monde.

” - C’est drôle… parce que c’est exactement ce que je me suis demandé avant qu’on lise ma peine au tribunal.” Dyan a un sourire carnassier sur ses lèvres. ” C’était ça le pire. Attendre.” Ses mains se posent à plat sur le sol, comme s’il s’apprêtait à se lever. Pourtant, Dyan continue à parler parce qu’il n’a pas terminé de lui rendre la monnaie de sa pièce. ” Attendre de savoir où j’allais être enfermé. Attendre que tu viennes me voir, attendre que tu m’envois une lettre. Attendre que ma fratrie vienne me voir au parloire. Attendre… c’est tout ce que je devais faire pour le reste de ma vie.”

C’est comme ça qu’il a ressenti la chose. Dyan savait qu’il ne prendrait pas la peine de mort, mais il savait aussi qu’il ne sortirait jamais de prison. Sauf qu’il n’aurait jamais rien attenté à sa vie. Trop bien implanté dans la prison, il ne serait pas mort de la main d’un autre détenu. Dyan aurait été voué à attendre sa mort, sans jamais pouvoir rêver d’autre chose.

Le blond se redresse. Directement, il vient frotter ses mains à l’arrière de son jean pour enlever la poussière, la terre qui s’est agglutinée sur sa peau et son vêtement. Mais il n’enlève pas une seule seconde son regard de cette femme qu’il ne pourra jamais cesser d’aimer.

” - C’est ce que tu vas ressentir… attendre, jusqu’à ce que tu me vois revenir.” Il hausse les épaules. Il ne sourit plus à cette pensée, car Dyan sait très bien qu’il n’y a qu’une personne qu’il pourra, et qu’il va se tourner. Woody est le seul sur qui il ait pu avoir toute confiance aveugle. Woody sera la main vengeresse de Dyan, comme toutes ces autres fois. ” Et seulement à ce moment-là, tu sauras ce qui va t’attendre. Parce que crois-moi… tu comprendras.”

Incapable de dire qu’il veut qu’elle disparaisse. Qu’elle n’existe plus. C’est surtout parce qu’il a peur de flancher, peur de ne pouvoir supporter de l’entendre pleurer, ou de supplier. Pas une seule seconde, Dyan n’a pensé qu’elle pourrait le tuer. Parce qu’il la sait incapable de le faire ? Surtout parce qu’il se croit supérieur. Elle l’a trahi une fois mais il ne semble pas en avoir tiré de leçon.

” - J’espère que tu penseras aussi souvent à moi, que j’ai pu le faire derrière les barreaux.”

C’est tout ce qu’il est capable de dire. Et même si elle répond, Romy ne pourra rien dire qui le fera s’arrêter. Dyan est bien décidé à la laisser plantée là ; maintenant qu’il est debout, il tourne les talons pour partir. Pour s’enfuir. Il veut la fuir parce qu’il n’est pas capable de résister. La prochaine fois qu’ils se verront, un autre Pratt sera parmi eux. Sauf que Dyan ne pourra pas la trahir, Romy.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


All my friends are heathens, take it slow Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
All my friends are heathens, take it slow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: South Kelowna :: Ezekiel Temple Farm-
Sauter vers: