AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-48%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour homme
68 € 130 €
Voir le deal


 

 What Happened and What's Going On (ft. James)



Terrence Byers
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
What Happened and What's Going On (ft. James) Tumblr_owa0d6EVtN1vnzgcbo4_250

Ancien métier : Militaire à la retraite
Occupation : Sécurité et chasse
Statut civil : Irrémédiablement et définitivement conquis
Lieu de naissance : Houston (Texas)

What Happened and What's Going On (ft. James) Tumblr_pp0437WZY01xmmxtko1_500

Messages : 1455
Inscription : 24/11/2016
Crédits : PresleyCash (avatar)
Célébrité : Norman Reedus

What Happened and What's Going On (ft. James) X0TurS630 / 5030 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) BR2xH0t

What Happened and What's Going On (ft. James) DQEbQJ235 / 5035 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) GxoDpmC

What Happened and What's Going On (ft. James) Hu1erU739 / 5039 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
What Happened and What's Going On (ft. James) Empty
21.10.19 13:54
What Happened and What's Going On

  Terry & James

 



Recroquevillé dans un coin de la pièce, assis, seul dans le noir, adossé contre un mur froid et impersonnel, les jambes ramenés sur lui-même, Terry n'avait pas bougé de là depuis qu'il avait trouvé refuge ici avec son chagrin, loin du regard compatissant des autres et de leur présence qu'il ne pouvait plus supporter. Les larmes qu'il avait bien été incapable d'arrêter, avaient inondé son visage, sa respiration était devenue saccadée et son corps avait été secoué de sanglots. Il avait bien étouffé un premier sanglot avant de ne plus pouvoir être capable de se retenir et de s'arrêter….  Dans cette chambre où il n'avait rien d'autres que ses sombres pensées pour lui tenir compagnie, une seule chose envahissait son esprit, un seul moment se répétait en boucle dans son esprit : la mort de sa fille
Tel un vieux film qu'il se repassait inlassablement en boucle, il revivait cet instant fatidique dans les moindres détails. Chaque minutes, chaque secondes, défilaient sous ses yeux avec une précision chirurgicale, et à chaque fois, il se demandait ce qu'il aurait du faire pour empêcher ça. Les occupants de la Lyssa avait respecté son isolement, tout juste se permettait-on de frapper à sa porte pour déposer son plat à l'entrée de la chambre, auquel il ne touchait pas. Combien de jour s'était-il écoulé depuis la mort de Leslie ? Terry l'ignorait à vrai dire, il y avait bien longtemps qu'il avait perdu la notion du temps. Les deux premiers jours qui avait suivit sa mort, il s'était replié sur lui-même, dans sa douleur, laissant libre cours à son chagrin loin du regard des autres. Personne ne s'était aventuré à pénétrer dans ce lieu ampli du souvenir de sa fille, si ce ne fut Imane qui, inquiète pour lui, était venue lui apporter en personne son plateau repas. Une autre personne aurait peut-être tenté de le convaincre de manger, ou de sortir. Une autre personne aurait probablement tenu des propos vides de sens qui auraient fini par agacer et énerver Terry, mais pas Imane. Elle s'était contentée de déposer le plateau repas à coté de lui, et de se blottir dans ses bras, embrassant son corps contre le sien. Sa tête se cala contre son épaule tandis que l'une de ses mains ne cessait de caresser son dos pendant qu'il pleurait silencieusement. A aucun moment elle n'avait cherché à prononcer des paroles réconfortantes consciente que rien n'aurait pu apaiser sa souffrance. Ils étaient restés ainsi durant un long moment, sans prononcer le moindre mot, ils n'en n'avaient de toute manière pas besoin, tout ce dont il avait besoin c'était de sa présence apaisante.  

Lorsqu'il se décida enfin à sortir de l'ancienne chambre de Leslie se fut uniquement pour se rendre sur sa tombe. Il quittait l'hôpital sans décrocher le moindre mot ou le moindre regard à qui que ce soit. Complétement vidé émotionnellement parlant, il ne savait plus où il en était ni même ce qu'il ressentait entre colère, folie furieuse, envie de meurtre, souffrance et culpabilité. Mourir, il y avait pensé, il n'y avait rien de plus facile que de laisser un mort s'en charger pour vous, mais c'était quelque chose qu'il ne savait pas faire. Il avait beau être anéanti, il n'avait pas pour autant perdu sa combativité. Si les morts voulaient sa peau,  il ne comptait pas leur simplifier la tâche…, alors, il se battait et à chaque fois qu'il tuait ces monstres, il réalisait qu'il n'était pas encore mort, qu'il était toujours vivant. Les premiers temps, lorsqu'il quittait l'hôpital, il n'était jamais certain d'y revenir mais au bout du compte, il finissait toujours par rentrer et par trouver refuge dans les bras d'Imane, là où était désormais sa place. Ce fut incontestablement sa présence qui l'avait empêché de sombrer, de s'isoler définitivement et de quitter ce lieu désormais assimilé au pire moment de sa vie. C'était son amour, sa patience et surtout sa présence, ainsi que celle d'Aïda, qui avait fini par dissiper peu à peu l'état second dans lequel la mort de Leslie l'avait plongé. Et puis il y avait eut cette rencontre insolite sur la tombe de sa fille, avec Tobias Whitemort dont les paroles ne l'avaient pas laissé totalement indifférent. S'il avait été aussi croyant qu'avait pu l'être sa mère, il aurait probablement dit que c'était sa fille, qui veillant sur lui de là où elle se trouvait, l'avait mis sur sa route afin de l'aider à sortir de ce mutisme dans laquelle il s'était enfermé

Alors même s'il n'était pas encore tout à fait prêt à a rompre avec sa solitude, il avait recommencé à s'impliquer dans la vie communautaire de la Lyssa en revenant avec du gibier qu'il était parvenu à chasser. Il s'était à nouveau rapproché des personnes qui lui étaient chers et qu'il avait pourtant repoussé, tel que Alice, Kaniel, Nancy et James... aucun ne lui en avait tenu rigueur
C'est ainsi qu'en renouant le dialogue, il apprit que Khaaleb était reparti vivre dans son chalet. Continuer de vivre ici lui était devenu impossible depuis la mort de Leslie. Personnellement, Terry doutait que le chalet emprunt de souvenirs heureux soit moins douloureux, mais c'était là-bas, dans les bois que Khaaleb se sentait le mieux. Il avait déjà pu constater, du vivant de sa fille, que l'ancien garde-forestier ne restait à la Lyssa que pour faire plaisir à Leslie mais c'était contre sa nature, aujourd'hui, plus rien ne le retenait ici. S'il n'avait pas réagit à cette nouvelle devant les autres, intérieurement Terry c'était promis d'aller prendre des nouvelles de celui qu'il considérait comme un frère, dès qu'il s'en sentirait capable. Plus inquiétant par contre, il découvrit qu'Elijah et Nancy étaient partis à la recherche du jeune irlandais qui avait totalement disparu durant plusieurs jours. Complétement refermé sur sa douleur, Terry n'avait même pas réalisé que le rire du jeune médecin qu'il affectionnait pourtant sincèrement, ne résonnait plus dans les couloirs. En temps normal, c'était pourtant le genre de chose qui ne lui aurait pas échappé mais pas cette fois. Conscient qu'il n'aurait probablement pas été très réceptif et qu'il aurait été incapable de leur venir en aide, personne n'était venu le trouver pour l'informer de ce qui se passait ou pour lui demander de les aider à remonter sa piste alors que tous connaissaient ses talents en la matière. Ils avaient préféré se débrouiller seuls, par respect pour lui et l'épreuve que son deuil lui faisait traverser. Obnubilé par sa propre douleur, il n'avait pas réalisé que le monde lui, continuait à tourner, que les gens qu'il aimait étaient eux toujours là, et qu'ils avaient besoin de lui. Dès qu'on lui assura que James avait été retrouvé et qu'il se trouvait désormais en sécurité entre les murs de la Lyssa depuis la veille, Terrence les abandonna pour voir par lui-même comment se portait le jeune médecin

Ce qui le choqua en premier lieu, dès qu'il le vit, ce fut le visage tuméfié du gamin d'ordinaire si souriant. Personne ne lui avait dit ce qui s'était passé mais il était évident que James ne s'était pas blessé en partant en exploration, ni même qu'il avait été coincé quelque part pour X ou Y raison, comme il l'avait cru. Non quelqu'un s'en était pris ouvertement à lui, quelqu'un l'avait frappé et à en juger par les marques des coups qu'il portait sur le visage, l'ancien tortionnaire compris aussitôt qu'il ne s'agissait pas d'une simple mauvaise rencontre mais que cela s'était répété sur plusieurs jours. Pourquoi ? Qui pouvait lui en vouloir à ce point ? Pour quelle raison ?

- Qu'est-ce qui t'es arrivé ? Qui t'as fais ça ?
Grogna-t-il le regard mauvais en s'approchant de lui

Il aurait très bien pu lui demander comment il allait mais à quoi bon ? La réponse était aussi évidente que cette question était idiote ! Ce que lui voulait savoir c'est qui lui avait ça et pour quelle raison ! Qui avait levé la main sur lui non pas une fois, mais avec acharnement et à répétition. James était-il lui aussi tombé sur ce même groupe qui l'avait enlevé, séquestré et torturé lorsqu'il se trouvait avec Emrick ? Cela y ressemblait fortement. Terry était pourtant persuadé qu'ils les avaient tous tué, se pourrait-il que certains aient réussi à fuir et aient survécu ? Un sentiment de colère s'était emparé de lui, un sentiment qui ne le quittait presque jamais depuis la mort de Leslie et qui était toujours sournoisement tapis en lui, prêt à ressurgir à la moindre occasion. Mais cette fois c'était différent. Il éprouvait de la colère à l'égard de ceux qui avaient levé la main sur James. Il était l'un des siens et s'il y avait bien quelqu'un qui ne méritait pas ça, c'était bien lui, lui qui sauvait des vies plutôt que d'en prendre. Mais il n'y avait pas qu'envers eux qu'il était en colère, celui à qui il en voulait le plus, c'était lui-même qui, noyé dans sa peine ne s'était rendu compte de rien alors que James avait besoin de son aide et qu'il aurait pu les aider à le retrouver. Il aurait pu le perdre lui aussi, tout comme il avait perdu Leslie et il ne s'en serait même rendu compte...




 


   

_________________
Ce qui compte ce ne sont pas les années qu'il y a eut dans une vie, c'est la vie qu'il y a eut dans les années.
Leslie

©️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
What Happened and What's Going On (ft. James) 1543102557-cat-james

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

What Happened and What's Going On (ft. James) 1543650811-james

Messages : 391
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Dylan O'Brien

What Happened and What's Going On (ft. James) X0TurS620 / 5020 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) BR2xH0t

What Happened and What's Going On (ft. James) DQEbQJ229 / 5029 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) GxoDpmC

What Happened and What's Going On (ft. James) Hu1erU723 / 5023 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
What Happened and What's Going On (ft. James) Empty
22.10.19 6:20
Recroquevillé dans un coin de son lit, couché, seul dans le noir, observant ce mur froid et impersonnel face à lui, jambes contre sa poitrine, sa main droite grattant les petits éclats de la peinture blanche délavée, James n'a pas bougé de là depuis qu'Elijah l'a quitté. Quel jour est-il ? Fait-il jour ou la nuit a-t-elle repris ses droits depuis longtemps ? Il se sent mal. Physiquement, psychologiquement. Il se sent... pathétique. Et lorsqu'il bouge son bras assailli de fourmis, il gémit. La douleur de ses côtes est intense, malgré les médicaments. Son esprit embrumé par l'anti-douleur s'endort doucement. Combien en a-t-il pris ? Impossible de compter. Quel jour est-il ? Cette question n'est-elle pas déjà venue à son esprit ? Peut-être... James n'a plus aucune notion du temps. Il divague, sent parfois les mains d'Elijah se poser sur son corps. L'aider à se relever, manger. James ne parvient pas à manger. Tout ce qu'il avale ressort instantanément. Et dans cet hôpital, ironiquement, personne ne peut lui venir en aide. Ironiquement, il est le plus apte à sauver des vies. Et pourtant, il n'a pas même terminé ses études...
La douleur revient. L'irlandais gémit, essaye de se relever. En vain. Il reste là, recroquevillé sur lui-même, incapable de se lever. Combien de jours ? Ses côtes sont fêlées. Brisées, peut-être. Qu'importe, il ne pourra rien faire qu'attendre. Personne ne pourra faire de radio, personne ne pourra opérer. Il faut attendre et prier qu'il ne s'agisse que d'une bête fracture qui se réparera d'elle-même. James l'espère... Son visage le brûle. Son oeil gonfle, il ne peut plus l'ouvrir. La plaie à sa lèvre se referme doucement, moins violente que les autres. Moins éprise de rage meurtrière...

Son coeur saigne. Parce qu'il a vu son vrai visage, ce jour-là. Parce qu'elle ne l'a pas épargné. Ils se sont défoulés sur lui, d'une force destructrice. Et elle, elle n'a rien vu. N'a rien stoppé. Elle qui se targue d'être sa grande soeur, protectrice, elle qui se vante d'avoir toujours été là pour lui. Qu'un mensonge de plus pour satisfaire son envie de perfection. Elle n'a rien fait... Et lui, il a fait le fier. Il a joué la comédie, supporté la douleur pour ne pas en ressentir une seconde. Celle de son regard compatissant, d'une nouvelle opportunité pour elle d'être celle qui sauve la situation. Le sauver lui. Le sauver de quoi d'ailleurs ? De ses anciens amis. D'une ancienne famille. De pauvres tarés qui ne supportent pas qu'on les quitte... L'irlandais a mal joué son coup, il le sait. En partant sans le moindre mot, en volant une arme. Encore imbécile, encore impulsif. Dénué de la moindre réflexion. James sait comment il est, James sait comment il fonctionne. Et il connait sa soeur... Il la hait. Aujourd'hui, il veut se venger. Aujourd'hui, il veut s'expliquer. Et enfin, lui dire la vérité sur cette vie qu'ils ont partagé, cette vie qui depuis longtemps les a opposé. Celle qui travaille dur, qui se tue à la tâche pour la famille. Et celui qui s'amuse, le comique de service qui ne prend rien au sérieux. Elle ne le connait plus, ne l'a sans doute jamais connu... Obnubilée par l'envie de tout contrôler. Sauf que Cathleen n'a jamais pu le contrôler. Et James, il n'a jamais été cet imbécile comique au sérieux inexistant. James, il est devenu interne. James, il voulait se battre pour la vie. James, il s'est débattu pour être à la hauteur de sa soeur. Qui ne l'a jamais remarqué...

Un bruit dans le couloir éveille le somnolant. Il ouvre un oeil, fronce un sourcil. La tête lui tourne, il veut se relever. Et d'un effort surhumain, il arque ses muscles, se maintient au mur, accoudé au lit. Et se relève, douloureusement. Assis là, au milieu des draps et autres plaids apportés par Elijah, il prend une douce inspiration, pour ne pas malmener ses côtes. Son esprit se réveille, sort de la brume. Regard vague, il le laisse s'évader dans la pièce, tombant sur les nouveaux médicaments déposés par son ami, à côté d'un verre d'eau. Rampant sur le lit, il parvient au bord, s'y assied, s'empare du verre d'eau. Le médecin refusait de prendre des médicaments, pour rationner. Pour ceux qui en auraient besoin... Il en a besoin. Et personne n'oserait en douter. Alors, il en prend. Plus tard, il irait en rechercher dans les tréfonds de l'hôpital ou en ville. Pour réapprovisionner son stock. Aujourd'hui, le médecin a besoin de se soigner. Pour pouvoir soigner les autres à leur tour.
Cachet sur la langue, James boit une longue gorgée d'eau. Avale. Ses forces lui reviennent doucement. Combien de temps a-t-il dormi ? Impossible de savoir. Pourtant, là, assis au bord de son lit, incapable de se remettre dedans, il ferme les yeux. Et somnole. Sa tête dodeline sur ses épaules, le verre glisse doucement entre ses doigts. Et dans un dernier instinct de lucidité, il le dépose sur la commode. Garde les yeux clos. Et dans la brume, il l'entend, la porte qui s'ouvre. Pourtant, il n'ouvre toujours pas les yeux. Elijah, sûrement. Ou Nancy.

- Qu'est-ce qui t'es arrivé ? Qui t'as fais ça ?

Ce n'est pas leur voix. Ce ne sont pas leurs pas. James ouvre enfin les yeux, sort de sa transe. Et tombe nez à nez avec un Terrence au regard mauvais. Visage déformé par la colère. James se serait relevé, s'il avait pu. Tout ce qu'il parvient à faire c'est sourire, un sourire crispé. Fatigué.

- Salut.

Sa voix est éraillée, endormie. Et il regrette d'être dans le cirage, face à Terrence. Cet homme qu'il aurait préféré ne jamais voir venir ici... Cet homme qui n'aurait pas dû le voir dans cet état, personne n'aurait dû. Pourtant, il n'y peut rien. Et fuir lui est impossible, il doit l'affronter. Il savait cet affrontement inévitable, que tôt ou tard, quelqu'un allait venir lui demander des explications. Que ce soit Kaniel ou Terrence, ou même Khaaleb. Des explications. Que lui est-il arrivé ? Sont-ils en danger ? L'irlandais n'est pas dupe, ses histoires ne convaincront personne de sensé qui verrait son visage. Une chute ? Surprenante que cette chute. Des rôdeurs ? Violents que ces rôdeurs. Un autre groupe. Voilà la seule et unique explication. Des solitaires, des humains.

- J'ai encore été maladroit.

Ce n'est qu'à moitié faux. Il a été maladroit, il aurait dû être plus attentif. Il aurait dû ouvrir l'oeil, l'entendre arriver. Ironique, pour un sourd. Entendre ses ennemis. Il aurait dû sentir sa soeur, la voir avant que le coup ne vienne. Je vois à l'expression de Terrence que ma réponse ne lui convient pas. Tentant d'ouvrir cet oeil tuméfié, je reprend de ma voix cassée.

- C'est pas joli, hein ? C'est aussi douloureux que ça en a l'air.

Je prend un temps, pour respirer doucement. Sans m'en rendre compte, ma main glisse pour tenir mes côtes. Je reprend.

- J'me suis séparé du groupe, des mecs me sont tombés dessus. J'les avais jamais vu avant.

Autant qu'il ne serve pas ce mensonge de chute ou d'attaque zombies à Terrence, il ne le croirait pas. Lui dire qu'il s'agit juste d'un groupe. Rien de plus. Pourtant, allez savoir pourquoi, James pressentait que cela ne suffirait pas. Que l'homme ne le croirait pas...

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Terrence Byers
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
What Happened and What's Going On (ft. James) Tumblr_owa0d6EVtN1vnzgcbo4_250

Ancien métier : Militaire à la retraite
Occupation : Sécurité et chasse
Statut civil : Irrémédiablement et définitivement conquis
Lieu de naissance : Houston (Texas)

What Happened and What's Going On (ft. James) Tumblr_pp0437WZY01xmmxtko1_500

Messages : 1455
Inscription : 24/11/2016
Crédits : PresleyCash (avatar)
Célébrité : Norman Reedus

What Happened and What's Going On (ft. James) X0TurS630 / 5030 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) BR2xH0t

What Happened and What's Going On (ft. James) DQEbQJ235 / 5035 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) GxoDpmC

What Happened and What's Going On (ft. James) Hu1erU739 / 5039 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
What Happened and What's Going On (ft. James) Empty
28.10.19 16:50
What Happened and What's Going On

 Terry & James

 


    Assis sur le rebord de son lit, les mains de James s'étaient refermés sur ce dernier avec une force que son état n'aurait pas permis de soupçonner et qui lui permettait de ne pas s'effondrer. Les yeux fermés, la tête trop lourde pour tenir droite, il donnait l'impression de dormir assis, pourtant il était bel et bien éveillé. Le gosse était juste beaucoup trop épuisé et affaiblit pour pouvoir faire quoi que ce soit d'autres.
Lorsqu'on lui avait raconté que James avait complétement disparu pendant de nombreux jours, et que le groupe avec lequel il était parti en exploration était revenu sans ce dernier, l'inquiétude s'était emparé de lui. Une inquiétude qui avait rapidement laissé place à un profond soulagement lorsqu'on lui révéla que Nancy et Elijah, qui n'aimait pourtant pas sortir, étaient partis à sa recherche et avaient fini par le retrouver. Personne ne lui avait cependant dit dans quel état James se trouvait mais à présent qu'il se tenait face à lui, il avait compris que James n'avait pas été victime d'un banal accident comme il l'avait d'abord pensé. Il était évident, au vu de son état, que le gosse s'était fait piéger par une véritable meute de chiens de chasse acharnés. Un sentiment de colère s'était emparé de lui parce qu'il se sentait totalement impuissant à protéger les personnes qu'il aimait. D'abord Leslie et à présent James.

A ses questions, James répondit par une boutade concernant sa prétendue maladresse, une boutade qui ne fit rire personne pas même le plaisantin dont le sourire ressemblait plus à un sourire forcé grimaçant qu'à tout autre chose. Silencieux, Terry ne répondit rien pas plus qu'il n'esquissa l'ombre d'un sourire, par contre, ses sourcils se froncèrent tandis que ses yeux eux, ne quittèrent pas James du regard, le scrutant comme s'il cherchait à lire en lui. Chaque geste, chaque mouvement, respirer même, paraissait être un supplice pour l'ancien étudiant en médecine, qui tentait d'ouvrir son oeil tuméfié.
Face à son mutisme, James fini par lui résumer la situation. Un groupe hostile lui était tombé dessus et à l'en croire, il s'agissait de types qu'il n'avait jamais vu auparavant. Une histoire presque banale de leurs jours ou commettre des actes ignobles étaient devenus monnaie courante et pourtant, Terrence pouvait sentir qu'il lui mentait. A le fixer de la sorte, comme s'il cherchait à lire en lui au plus profond de son âme, il avait réalisé que James était nerveux. Pour quelle raison ?

- Pourquoi est-ce que tu t'es séparé des autres ? C'était stupide !
Cracha-t-il furieux le regard brillant de colère

Terry venait de gueuler sur James comme il l'aurait fait avec Leslie si elle s'était retrouvée dans la même situation. En réalité, Terry était plus inquiet qu'en colère à l'égard de James, mais c'était sa manière à lui d'exprimer l'inquiétude qu'il avait éprouvé face à une situation qui aurait pu être évité et qui aurait très bien pu mal se terminer. Cela n'était pas toujours facile pour ses proches d'affronter ou de comprendre les véritables raisons de ses colères mais il était ainsi avec les gens qu'il aimait, brusque et sans filtre justement parce qu'il tenait à eux. Comme Terry l'avait déjà expliqué à Imane, s'aventurer seul dehors n'était pas recommandé. En cas de pépin, on avait plus de chance de s'en sortir à plusieurs qu'en jouant les cow-boys solitaires. James le savait, pourtant ça ne l'avait pas empêché de se séparer de son groupe. Pour quelle raison ? Qu'est-ce qui avait bien lui passer par la tête ?!  A quoi avait-il donc pensé en agissant de la sorte ?

Lâchant un soupire, Terry tira un tabouret à roulette qui se trouvait dans un coin de la pièce et l'approcha du lit, imité par clebs qui l'avait suivi et qui préféra le confort du lit en grimpant sur ce dernier pour s'installer aux côtés de James dont le museau vint frôler la main qui se tenait douloureusement les côtes, en quête de caresses. Terry pour sa part prit place sur le tabouret sans cesser de fixer James du regard. Que James se fasse tabasser et détrousser était une chose mais pour quelle raison l'aurait-on battu de la sorte pendant plusieurs jours, qui plus est en prenant soin de la garder vivant ? Lorsque ses yeux se perdaient sur ses différentes blessures, Terry avait l'impression qu'il pouvait entendre les os de ses côtes se briser, voir le sang de James maculer les poings de ses tortionnaires à chaque coup qu'ils lui donnaient... lorsque l'on s'acharnait de la sorte sur quelqu'un, ce n'était jamais sans raison, mais plutôt parce que l'on désirait obtenir quelque chose de la part de la personne que l'on détenait. Cela pouvait être des aveux, des renseignements, une vengeance... Qu'avait-on tenté d'obtenir de la part de James ? Ses yeux s'arrêtèrent durant un instant sur le poignet de James dont les marques laissé par les liens avec lesquels on l'avait attaché furent visibles le temps de quelques secondes avant que son pull ne soit réajusté et ne les dissimule à nouveau. Remontant ses yeux pour se fixer dans ceux de James, il tenta de découvrir ce qui s'était passé.

- Qu'est-ce qu'ils te voulaient ?
Demanda-t-il de la voix la plus douce qui lui était possible, tentant de faire taire cette colère qui grondait en lui à l'égard de ceux qui avaient fait ça

Le monde avait beau être parti en vrille, et certains hommes se comporter comme de véritables bêtes sauvages, personne ne séquestrait quelqu'un sans la moindre raison, personne ne battait quelqu'un pendant des jours sans chercher à obtenir quelque chose de bien précis.

- Parles-moi. racontes-moi tout ce qui s'est passé. Où ils t'ont emmené, ce qu'ils te voulaient, combien ils étaient, comment tu as réussi à te sortir de là... je veux tout savoir


Il n'était pas dans ses intentions de porter un jugement sur ce que James avait pu dire ou faire, mais il voulait savoir et comprendre qui étaient ces personnes. En fonction de ses réponses, ses réactions pourraient varier, une chose demeurait cependant certaine et immuable dans son esprit, c'est que cet acte ne resterait pas impuni. Et si pour une raison ou une autre James tentait de lui dissimuler la vérité, Terry, qui avait côtoyé ce gosse depuis des mois et avait appris à le connaître, ne doutait pas un seul instant des ses capacités à s'en rendre compte.




 

_________________
Ce qui compte ce ne sont pas les années qu'il y a eut dans une vie, c'est la vie qu'il y a eut dans les années.
Leslie

©️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
What Happened and What's Going On (ft. James) 1543102557-cat-james

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

What Happened and What's Going On (ft. James) 1543650811-james

Messages : 391
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Dylan O'Brien

What Happened and What's Going On (ft. James) X0TurS620 / 5020 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) BR2xH0t

What Happened and What's Going On (ft. James) DQEbQJ229 / 5029 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) GxoDpmC

What Happened and What's Going On (ft. James) Hu1erU723 / 5023 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
What Happened and What's Going On (ft. James) Empty
11.11.19 16:41
La douleur s'estompe doucement, l'esprit s'embrouille dans la vague enivrante des médicaments. Pourtant, le regard de Terrence garde l'irlandais éveillé, comme enchainé à la réalité. Et sa voix qui explose contre les murs de la petite chambre secoue le garçon toujours assis sur le rebord de son lit. Incapable du moindre mouvement. Face à cet homme qui l'engueule comme cet enfant aux trop nombreuses bêtises, James fronce des sourcils. Face à cet homme qui se tient là, debout, à lui lancer ce regard désapprobateur, James reste muet. Et ne le quitte plus du regard, plongé dans le sien, emporté par la fureur. L'ancien militaire est en colère. Pourtant, James croit déceler autre chose dans le brun de ses yeux, comme une inquiétude... étrangement paternelle. Mais il crie, Terrence. Il hausse le ton et gronde l'enfant toujours assis sur son lit. C'est cette inquiétude qui déstabilise le jeune médecin, une inquiétude dont il a oublié le goût. Privé de son père, de sa mère, les modèles à imiter se sont faits rares. Et de ceux qui auraient pu faire la différence, l'un grondait sans explications lorsque l'autre restait en retrait. James n'a jamais eu de modèle, James n'a jamais ressenti cette sensation d'un homme qui vous remarque et qui s'inquiète. Son oncle lui est cher, bien sûr. Mais son oncle est un ami, non un substitut à son père. Ni même un modèle. Cathleen ? Sa soeur, non sa mère. L'irlandais avait oublié ce que cela faisait au coeur, un homme qui te gronde, inquiet. Et sur le rebord du lit, il se sent bête. Muet. Incapable de quitter le regard de son ami, qui soudain tire un tabouret pour s'approcher du lit et s'y assoir.

- C'était stupide, oui...

Ces mots s'échappent, sans que le jeune homme ne puisse les retenir. James ouvre la bouche, la referme. Puis la rouvre, mais ne dit plus rien. Car il ignore quoi répondre à cet homme qui le regarde toujours de cet oeil mi-colère mi-inquiétude. C'est lorsque Clebs saute sur le lit que James découvre sa présence. Etrangement, le chien le rassure, plus encore alors qu'il s'installe à côté de lui, faisant tanguer le lit, ce qui tire une grimace au jeune homme qui sent ses côtes douloureuses brûler dans son corps. Clebs semble le comprendre, frotte son museau contre la main du blessé toujours déposé sur son côté. James sourit doucement, lance un regard à l'animal avant de caresser sa tête, distraitement. Ainsi, il peut fuir les yeux de son visiteur, qui le fixent toujours. Il le sent, qu'il détaille chaque parcelle de son corps. Chacune de ses blessures. Du coin de l'oeil, il peut le deviner. Et, instinctivement, il vient réajuster les manches de son sweat, dissimulant les marques sur ses poignets. Sa main recommence à caresser le chien, ce dernier déposant son museau sur la cuisse de l'irlandais, grognant de plaisir canin.

Un instant, James ose lancer un regard dans la direction de son ami. Leur yeux se croisent, enchainé par son regard, le garçon ne parvient plus à détourner le sien. Et Terrence brise le silence qui dure depuis plusieurs longues minutes, d'une voix terriblement différente de la première. Presque douce. Il n'est pas dupe, comme le médecin s'y attendait. Il sent le piège, le mensonge, et il veut comprendre ce qu'il s'est passé. James le devine aisément à l'étincelle brillant toujours dans son oeil. La vérité, rien que la vérité. James soupire, prend une longue inspiration.

- Je n'ai rien dit sur vous tous, sur l'hôpital, si c'est ça ton inquiétude.

C'est la vérité. James a refusé de leur laisser la moindre information sur le groupe qu'il a rejoint. Parce qu'ils l'ont deviné, leur ancien allié a rejoint un groupe. Et, sûrement, l'inquiétude de Terrence concerne le groupe. En tous les cas, c'est ce que James pense.

- Ils... On s'est fait attaqué par une horde, avec les gars. C'est pour ça qu'on s'est séparés et que j'les ai perdu. J'ai semé les rôdeurs qui voulaient me bouffer et j'essayais de retrouver les autres quand ils me sont tombés dessus. Et qu'un des leurs m'a assommé par derrière.

Encore la vérité. Nul besoin de dissimuler ces détails-ci, ils ne sont pas importants. Et il lui faut de la sincérité, à Terrence, pour qu'il y croit. Le médecin peut laisser ces éléments à son visiteur, il refuse seulement de livrer l'identité de ses geôliers. Parce que James reste loyal malgré tout... et qu'il ne veut pas d'une guerre entre deux groupes. Personne n'a besoin de ça. Et cette vengeance sera la sienne... en temps voulu.

- J'me suis réveillé ligoté à une chaise, dans un sous-sol. J'sais pas où exactement, quand ils m'ont relâché, ils m'ont foutu un sac sur la tête avant d'me laisser crever dans la rue à la merci des rôdeurs, après en avoir fini avec moi. J'étais dans un sale état, ils ont dû en avoir marre que j'dise rien... et ils ont sûrement pas voulu me garder chez eux. J't'avoue que j'me suis pas trop posé la question, plutôt content qu'ils me laissent en vie et qu'ils me tirent pas une balle dans la tronche.

Ces derniers points ne sont pas totalement exactes. Quel intérêt auraient-ils eu de lui bander les yeux alors qu'il sait exactement où se trouve Highgate ? Cathleen l'a laissé repartir. C'est elle qui l'a conduit dehors, qui lui a dit de partir. Après ce pacte passé l'un avec l'autre, de déposer des nouvelles sous cette pierre d'un mur qu'ils connaissent bien, derrière l'échoppe d'un coiffeur. James soupire. Reprend.

- J'peux pas t'dire combien ils étaient. Peut-être cinq, six. Ou plus. Je suis resté dans le sous-sol, ils remontaient parfois à l'étage. Peut-être qu'ils étaient plus en haut.

Ils étaient sept, en comptant Cathleen. Ils remontaient à l'étage, c'est vrai.

- Et c'qu'ils...

James grimace, sa lèvre recommence à brûler, son oeil éveille son mal de crâne. Et dans un juron, il ferme les yeux dans l'espoir que la vague douloureuse s'estompe vite. C'est peine perdue... son corps entier est en feu. Pourtant, il prend une nouvelle inspiration, mais ne rouvre pas les yeux. Et parle.

- Quand à c'qu'ils voulaient... savoir où j'me planquais, avec combien de gens, c'qu'on a comme ressources, et tout le reste. Sûrement pour s'approprier tout ça.

Pause. Et un nouveau soupire. Ils voulaient savoir où James vivait, savoir ce qu'il a raconté de Highgate. Et surtout, à qui.

- J'ai rien dit.

James n'a jamais rien dit. Que ce soit sur Highgate que sur le Lyssa. James est loyal, toujours. Et ne mettra jamais sa soeur en danger, malgré leur relation conflictuelle. Jamais il ne mettra Abby en danger.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Terrence Byers
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
What Happened and What's Going On (ft. James) Tumblr_owa0d6EVtN1vnzgcbo4_250

Ancien métier : Militaire à la retraite
Occupation : Sécurité et chasse
Statut civil : Irrémédiablement et définitivement conquis
Lieu de naissance : Houston (Texas)

What Happened and What's Going On (ft. James) Tumblr_pp0437WZY01xmmxtko1_500

Messages : 1455
Inscription : 24/11/2016
Crédits : PresleyCash (avatar)
Célébrité : Norman Reedus

What Happened and What's Going On (ft. James) X0TurS630 / 5030 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) BR2xH0t

What Happened and What's Going On (ft. James) DQEbQJ235 / 5035 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) GxoDpmC

What Happened and What's Going On (ft. James) Hu1erU739 / 5039 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
What Happened and What's Going On (ft. James) Empty
27.11.19 3:55
What Happened and What's Going On

 Terry & James

 



Dire que Terry était en colère était un euphémisme. Il était furieux et dans son regard se reflétait absolument toute cette rage qu'il éprouvait et le consumait. Il s'était emporté face à James lorsque ce dernier lui avait avoué s'être séparé du groupe avec lequel il était parti, c’était stupide, totalement inconscient. S'il n'avait pas fait ça, rien de tout cela ne serait arrivé. On ne l'aurait pas enlevé, ni tabassé... Terry n'avait pas cherché à comprendre pourquoi James avait commis une telle erreur, tout ce qu'il voyait, c'est qu'il aurait pu mourir, comme Leslie, à cause de la folie des hommes.... En vérité ce n'était pas tant envers James qu'il était en colère, bien sûr il avait manqué de prudence mais ceux envers lesquels étaient véritablement tourné toute sa hargne c'était envers ceux qui lui avaient fait ça. Une fois encore, les hommes prouvaient qu'ils étaient pires que les morts...
Entendre James reconnaître son erreur en restant ainsi, sur son lit, tout penaud, avait suffi à désamorcer l'explosion qui couvait. Contrairement à Leslie, qui avait aussi mauvais caractère que lui, le jeune homme ne releva pas, incapable de se défendre et à vrai dire c’était assez déstabilisant. Non pas que Terrence aurait souhaité livré une joute verbale avec lui, mais son silence trahissait un état d’esprit très différent du James qu’il avait toujours côtoyé depuis qu’il était ici. Sa confiance en lui, son insouciance, en avaient pris un sérieux coup.
James souffrait, il avait beau ne pas se plaindre, il ne pouvait le dissimuler, fort heureusement, la douleur finirait par disparaitre et s'oublier avec le temps. Voir James dans cet état l'affectait bien plus qu'il ne s'y attendait, il sentait sa poitrine se serrer à chaque fois qu’il le voyait serrer les dents,  il ne pouvait supporter de voir les blessures apparentes meurtrir son corps. Il aurait voulu alléger sa douleur mais il ne pouvait rien faire, alors il avait laissé sa frustration éclater en lui criant dessus, laissant son inquiétude se manifester d'une autre manière. Comme si le clébard désapprouvait son comportement et qu’il comptait bien lui montrer, ou du moins soutenir celui qui se faisait présentement engueuler, la chienne grimpa sur le lit et se positionna auprès du convalescent quémandant des caresses qu'elle parvint très rapidement à obtenir, et faisant naître chez James un premier véritable sourire au contact de l'animal. Lâchant un soupire, Terry pris place face au jeune irlandais et avant de lui demander ce qui s'était passé, il lui posa une autre question probablement tout aussi importante.

- Tu prends tes médoc' ? Voulut-il savoir en levant sur lui un regard inquisiteur cherchant à déceler la vérité derrière les mots qu’il allait prononcer. T'as tout ce qu'il te faut ?

Terry connaissait suffisamment James pour savoir que le jeune médecin préférait de loin garder les médicaments pour les autres en cas de nécessité plutôt que pour son usage personnel mais à l'heure actuelle c'était lui qui en avait besoin, et s'il lui manquait quelque chose pour l'aider à aller mieux ou simplement le soulager, il irait lui-même chercher ce dont il avait besoin.

- Tu dois te soigner d'accord ? Lui avait-il dit en encrant son regard dans le sien tout en posant sa main sur son épaule en guise de soutient pour qu'il comprenne qu'il avait le droit, le devoir même, de se soigner. Pour lui-même, mais aussi pour toutes les personnes qui tenaient à lui.

Lorsque James consentit enfin à lui dire ce qui s'était passé sous sa pression, la première chose qu'il lui affirma et qui fit froncer les sourcils à Terry s'était de le voir lui assurer qu'il n'avait strictement rien dit, qu'il n'avait pas parlé de l'hôpital ou de ses habitants, comme s'il ne s'agissait que de sa seule inquiétude. Se reculant légèrement sans cesser de fixer le jeune homme qui lui faisait face avec une pointe de perplexité, il garda le silence ne confirmant ni ne démentant ce que James s'imaginait pour acquis, préférant l'écouter lui raconter sa mésaventure sans cesser de l'observer, comme s'il cherchait à déceler ce que James lui cachait. De prime abord, Terry ne le soupçonnait pas de lui mentir, à vrai dire, ce qu'il recherchait en le fixant avec autant d'intensité s'était de deviner ce que James ne disait pas, ce qu'il dissimulait derrière les mots, car si les blessures physiques finissaient par guérir avec le temps, qu'en était-il des plaies invisibles qui le meurtrissaient actuellement ?
Sans l'interrompre une seule fois, Terry l'écouta lui narrer comment il en était venu à se séparer des autres et pour quelle raison. Comment ses agresseurs s'y étaient pris pour lui tomber dessus et comment ils l'avaient relâché. A la manière dont le jeune homme lui narrait son histoire Terry pouvait voir qu'il la revivait au cours de son récit. Pas un instant, il n’avait eu de raison de soupçonner James de lui cacher quelque chose car tout paraissait se tenir, à un détail prêt. Pour quelle raison ses tortionnaires avaient-ils décidé de le relâcher après ce qu'ils lui avaient fait... cela ne paraissait pas logique. Il y avait quelque chose qui ne collait pas, comme s'il lui manquait un élément clé, un détail qui lui échappait...

La première hypothèse qui lui vint à l'esprit, la plus probable mais également la plus inquiétante, fut que James avait été libéré dans un but bien précis. Malgré les coups, malgré les menaces et les intimidations, James n'avait rien lâché, il n'avait pas parlé et ses bourreaux n'avaient rien obtenu de sa part, alors ils s'étaient montrés plus malin en changeant de méthode et en le relâchant, dans l'espoir qu'il les conduise jusqu'ici. C’était Elijah et Nancy qui l’avaient retrouvé à ce qu’on lui avait dit, tous deux étaient très attachés à James, ils étaient beaucoup trop soulagés et bouleversés pour remarquer si on les avait suivi ou pas, toute leur attention avait forcément été focalisé sur James d'autant plus compte tenu de l'état dans lequel ils l'avaient récupérés. Qui plus est, ils n'étaient ni des pisteurs, ni des soldats, ils n'avaient pas l'habitude de prêter attention à ce genre de choses. Dès qu'il quitterait cette chambre, il irait en parler à Kaniel afin de prendre toutes les dispositions nécessaires pour parer à cette éventualité. Depuis l'incursion d'Eileen et des mômes qui l'accompagnaient, ils avaient renforcé les protections des accès mais on n'était jamais trop prudent surtout avec des individus capables de s'en prendre à un gosse comme ils l'avaient fait.
Quelque chose toutefois le gênait dans l'attitude de James, ses yeux fuyaient son regard par moment, comme s'il n'osait pas le regarder, comme s'il cherchait à lui cacher quelque chose.

- Je sais, j’te crois, souffla Terry alors que James lui assurait une nouvelle fois n'avoir rien dit. T'as la tête dur, mais ça je l’savais déjà, lui sourit-il légèrement tout en lui posant sa main sur son visage dans un geste paternel. Puis son sourire s’effaça et son regard devint plus grave. T’as été extrêmement courageux mais sache une chose. Même si t'avais fini par parler personne aurait pu te l'reprocher parce que personne n'était à ta place et à aucun moment cela n’aurait remis ta loyauté en cause tu m’entends ? Insista-t-il en ne le laissant pas fuir son regard. On a tous nos limites et personne ne peut prétendre savoir comment il aurait réagi en étant à ta place, personne.

James était une forte tête, et ne rien révéler à ses tortionnaires l'avait peut-être gardé en vie mais Terrence voulait qu'il prenne conscience que même s'il avait fini par céder, on ne l'en n'aurait pas moins aimé. Et absolument personne n'aurait été en mesure de lui faire le moindre reproche parce que personne n'était invulnérable.

- Décris-moi ces salopards, j’veux qu’tu m’dises tout ce dont tu t’souviens les concernant. Leurs physionomies, un accent, un tatouage, un bijou, leur armement... absolument tout... parce que je vais les retrouver

Il n'était pas question que leurs agissements restent impunis, et Terrence avait suffisamment confiance en ses talents de pisteur pour parvenir à les débusquer. Outre le fait de s'assurer qu'ils ne s’en prendraient plus à James, de s’assurer que les gens de Lyssa étaient en sécurité, il avait besoin de passer ses nerfs sur ces petits salopards autant pour venger James que pour laisser s'exprimer la douleur que la perte de Leslie avait provoqué en lui plutôt que de la laisser le consommer

- Maintenant repose-toi. Tu te r'mettras vite


D'une légère pression de sa main sur son bras, Terrence l’incita à se rallonger sur son lit. Remontant la couverture sur le jeune homme, il resta ainsi à le fixer pendant quelques minutes avant de reprendre la parole.

- Est-ce qu'il y a quelque chose que tu voudrais encore me dire ? Que je devrais savoir ?


 


 

_________________
Ce qui compte ce ne sont pas les années qu'il y a eut dans une vie, c'est la vie qu'il y a eut dans les années.
Leslie

©️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
What Happened and What's Going On (ft. James) 1543102557-cat-james

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Célibataire...
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

What Happened and What's Going On (ft. James) 1543650811-james

Messages : 391
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Dylan O'Brien

What Happened and What's Going On (ft. James) X0TurS620 / 5020 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) BR2xH0t

What Happened and What's Going On (ft. James) DQEbQJ229 / 5029 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) GxoDpmC

What Happened and What's Going On (ft. James) Hu1erU723 / 5023 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
What Happened and What's Going On (ft. James) Empty
30.01.20 7:26
Le monde semble tourner si vite, tout d'un coup. Sa respiration se calme lentement, grâce aux médicaments. Et tout tangue autour de lui, tout à l'exception de ce regard qui ne le quitte pas une seule seconde. Intense, à l'expression indéchiffrable, ce regard lui glace le sang. Parce qu'il le reconnait et en connait le propriétaire. Terry est en colère. Et l'irlandais, lui, ne parvient plus à rouvrir son oeil tuméfié pour lui rendre son regard. Observer la douleur des autres est aisé, lorsqu'elle en devient un quotidien. L'on parvient à faire abstraction de ses émotions et James, lui, y était parvenu au fil de ses années d'études et de pratique. Observer la souffrance, entendre les gémissements des patients, leurs pleurs déchirants. Aujourd'hui... il s'agit de sa souffrance. Une douleur atroce de ses côtes, son visage déformé de son oeil explosé. A-t-il mal autre part ? Il ne s'en rend même plus compte. Pourtant, tout cela n'est rien comparé à ce poignard qui s'enfonce toujours plus profondément dans son âme. Son coeur saigne. Quand en sont-ils arrivés là ?
L'oeil de James se tourne vers la porte close de sa chambre. Il la fixe, longtemps. Et au travers des ombres, il parvient à voir son visage. Son expression lorsqu'elle se contentait de l'observer depuis un coin du sous-sol. Sa façon de lui parler, de le regarder tel le traître que tous voient en lui à présent. Un traître... quand a-t-il mérité ce rang ? James aurait dû faire les choses correctement, parler de son départ. Une fois de plus, sa colère a parlé pour lui... La rancoeur et cette foutue susceptibilité. Peut-être aurait-il dû faire autrement. Pourtant, sa soeur ne lui a pas laissé le choix. Elle ne le lui aurait pas laissé, si elle avait su pour son départ. Quitte à le garder captif, Cathleen ne l'aurait pour rien au monde laissé quitter l'enceinte sûre d'Highgate. Il devait en être ainsi... Et aujourd'hui, tous le croient traître à leur groupe. Peu importe, à présent, James sait à quoi s'attendre. Il sait où est sa place.

Lorsqu'il parvient à cette certitude, son oeil se relève à nouveau vers le visage de son ami, toujours assis à l'observer. Terry rompt le silence. L'irlandais sursaute presque lorsque l'ancien militaire dépose sa main sur son visage douloureux. Il remarque son sourire qui réchauffe étrangement son coeur, un sourire qui disparait presque aussitôt. Il le rassure, lui fait comprendre que jamais sa loyauté n'aurait pu être remise en cause. Et James, silencieusement, le remercie pour ça. Rien d'autre ne compte pour lui que cette nouvelle famille, rien. Et la moindre trahison à leur encontre est inenvisageable. Entendre ces mots est un anti-douleur pour son âme, rien ne saurait être plus douloureux que la haine de ceux qu'il aime.

Le discours change. Son regard, aussi. Dans les yeux de Terry, l'irlandais peut y lire une détermination hors norme mêlée à cette colère qui ne le quitte pas. James soupire, ferme son oeil quelques secondes. Ses sourcils se froncent sans qu'il ne s'en rende compte.

- Ils étaient cinq. Peut-être plus... Je ne peux pas le dire, je n'ai vu que ceux qui descendaient dans ce sous-sol dans lequel ils m'ont attaché.

Doit-il dire la vérité ? Décrire ses agresseurs tels qu'ils sont réellement ? Ou dissimuler leur visage au travers d'un mensonge ? James n'a qu'une seule certitude, il veut à tout prix que les deux hommes qui lui ont fait ça paye. Une vengeance, de ses propres mains. Des six présents dans ce sous-sol, seuls ces deux-là l'ont battu, brisant ses côtes tout en affutant sa volonté. Six... pourquoi a-t-il donc alors annoncé cinq agresseurs ? L'une est délibérément oubliée.
James décide de voiler ses informations. La détermination dans le regard de l'ancien militaire le fait trembler, Terry veut les retrouver. Bien que l'irlandais soit convaincu de la force de son ami, il craint pour lui. Il ne peut délibéremment pas affronter Highgate à lui seul pour une simple vengeance...

- Ils sont deux à s'être défoulés sur moi. Je me souviens encore du visage du premier... très clairement. Il tape dans les deux mètres. Une barbe rousse, des cheveux courts, roux. Et ce regard brun hargneux... Un tatouage sur l'avant-bras, je n'ai pas réussi à distinguer c'que ça représentait.. Quand à l'autre... plus petit, plus maigre, brun. Un accent.... hispanique, je crois.

Tout est vrai. Dans les moindres détails.

- Leur armement était sommaire, deux ou trois flingues, un fusil, je crois. Mais pas grand chose de plus. Ils ne semblent pas plus organisé que ça... j'sais pas d'où ils sortent. Sûrement qu'ils ne sont pas d'ici et ne sont pas bien plus que ça.

Il grimace, lorsqu'il se mord malencontreusement sa lèvre ouverte en parlant. Une perle de sang jaillit, puis une deuxième. Et, d'un effort du poignet douloureux, James vient essuyer le sang de sa manche. Il tousse, grimace encore. Les mensonges ont un goût étrange, l'ancien médecin n'aurait jamais cru ressentir une telle honte à mentir devant Terry. Soudain, ce dernier dépose sa main sur le bras du blessé, et, d'une légère pression, l'incite à se rallonger. James se laisse faire, grimaçant encore, mais pourtant soulagé et reconnaissant de pouvoir s'allonger à nouveau. Il soupire, croise le regard de Terry lorsque celui-ci remonte la couverture sur lui, reprenant une dernière fois la parole.

- Je...

Toute cette attention, tous ces regards compatissants. James ne les supportera pas. Sortir de cette pièce est une idée qui le fait frissonner, la compassion n'a jamais été quelque chose qu'il supportait. L'irlandais se souvient encore des excès de colères qui l'emportaient lorsque l'on s'apitoyait sur son handicap. Certains en ont vu de toutes les couleurs, les malheureux. Pourtant... le regard de Terry est tout autre, il ne ressemble pas à ceux qu'on lui lance habituellement. Il ne ressemble pas à celui auquel il se serait attendu. Il est étrange... et nouveau.

- Non. J'ai rien qui m'vient d'autre...

Un instant, James a l'impression qu'il fait une erreur. Un instant, il croit devoir la vérité à Terry. Pourtant... il n'a pas envie que son ami se retrouve face à sa soeur. Il refuse que Highgate et le Lyssa entre en conflit, à cause de lui. Malgré tout, il reste loyal encore. Est-ce de la loyauté ou de la logique pure ? L'être humain est en voie d'extinction. Pourquoi s'entre-tuer pour de bêtes querelles ? Dans sa tête, James explose de rire. Tous ces raisonnements sont idiots. Si James ne veut pas que les groupes se rencontrent, que Terry les retrouve, ce n'est que par pur égoïsme. James veut se venger seul. James a toujours voulu se débrouiller seul. Et d'un côté... il refuse de mettre les autres en danger.
Terry s'est rapproché de la porte de la chambre, s'apprête à repartir comme il est venu. La colère l'habitant sans doute encore.

- Attends !

L'ancien militaire se stoppe net. James, lui, se redresse sur le coude, fixe le dos de son ami.

- Ne fais pas ça.

Il grimace, mais cette fois-ci, ce n'est pas de douleur. Peut-être vient-il de faire une bourde en le retenant ainsi... Trop tard.

- Ne les cherche pas, ça ne sert à rien. Ils doivent être loin à l'heure qu'il est et ils ont pas l'air commode. T'as pas à faire ça pour moi... j'suis vivant. C'est tout c'qui importe.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Terrence Byers
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
What Happened and What's Going On (ft. James) Tumblr_owa0d6EVtN1vnzgcbo4_250

Ancien métier : Militaire à la retraite
Occupation : Sécurité et chasse
Statut civil : Irrémédiablement et définitivement conquis
Lieu de naissance : Houston (Texas)

What Happened and What's Going On (ft. James) Tumblr_pp0437WZY01xmmxtko1_500

Messages : 1455
Inscription : 24/11/2016
Crédits : PresleyCash (avatar)
Célébrité : Norman Reedus

What Happened and What's Going On (ft. James) X0TurS630 / 5030 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) BR2xH0t

What Happened and What's Going On (ft. James) DQEbQJ235 / 5035 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) GxoDpmC

What Happened and What's Going On (ft. James) Hu1erU739 / 5039 / 50What Happened and What's Going On (ft. James) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
What Happened and What's Going On (ft. James) Empty
11.02.20 17:01
What Happened and What's Going On

 Terry & James

 



Le visage impassible, Terry écouta James lui décrire ses agresseurs et ses sourcils se froncèrent dès qu'il fut question d'un homme roux et barbu. Déjà en temps normal, les roux ne courraient pas les rues alors autant dire qu'en pleine apocalypse on n'en croisait pas tous les 4 matins et justement, des roux au regard hargneux qui correspondait à s'y méprendre à la description de James, il en avait déjà croisé un à Highgate lorsqu'il avait été voir Noah. Mais... pour quelle raison un type venant de Highgate s'en serait pris à James ? Cela n'avait aucun sens... cependant la probabilité pour qu'il s'agisse d'un autre type était d'une chance sur 1000. A moins qu'il n'en n'ait été récemment exclu et qu'il ait rejoint un petit groupe entre temps, ce qui lui paraissait plus probable même si ça n'expliquait toujours pas pourquoi ils s'en étaient pris à James... il allait falloir qu'il en discute avec Noah, peut-être ce dernier pourrait-il l'éclairer un peu sur cet homme.
La description du second type restait par contre beaucoup trop sommaire pour qu'il puisse s'en servir comme référant mais elle restait dans un coin de sa tête. Dès l'instant où il trouverait le type roux, il débusquerait ce type et les autres. Plongé dans ses réflexions, Terry en fut interpellé en entendant James lui assurer qu'ils n'étaient pas du coin. Pourquoi disait-il ça ?

- Qu'est-ce qui te fais penser ça ?


En guise de réponse, James se mordit malencontreusement sur la lèvre qu'on lui avait éclaté à force de s'en servir comme punching-ball, ouvrant par-là même sa blessure encore fraîche. Réalisant que son interrogatoire l'avait épuisé et qu'il luttait pour lui répondre, Terry n'insista pas. Il en savait déjà suffisamment pour parvenir à retrouver ces types. Incitant le plus jeune à se recoucher pour qu'il se repose et recouvre des forces, il remonta la couverture sur le corps meurtris du jeune médecin. Avant de s'éclipser, Terry chercha à s'assurer, dans une dernière question, que James lui avait bien révélé tout ce qu'il avait besoin de savoir. Et si James lui affirma n'avoir rien d'autres à rajouter quelques chose dans son regard le trahissait. Une sorte d'appréhension et de doute que Terrence ne s'expliquait pas. James lui cachait quelque chose, mais de quoi s'agissait-il ?... Et pour quelle raison ? Feintant l'ignorance, Terry décida de ne pas insister. De toute manière, il en savait suffisamment à présent pour retrouver ces types, tout du moins avait-il une piste des plus sérieuses. Se redressant, il hocha la tête avant de siffler pour que le clébard le suive. Le berger allemand bondit aussitôt du lit et suivit son maître qui s'apprêtait à quitter l'hôpital pour se rendre directement à Highgate.
Alors qu'il avait à peine entrouvert la porte, la voix de James l'interpella et le stoppa net dans ses mouvements. Immobile, sans même daigner se retourner, il attendit que James reprenne la parole, ce que ne tarda pas à faire ce dernier pour le supplier de ne pas faire ça. Toujours aussi immobile qu'une statue de pierre, Terernce ne fit aucun mouvement, attendant des explications face à cette supplique des plus incongrues provenant d'une personne qui avait été séquestré et battu pendant plusieurs jours. Cette intervention ne fit que confirmer cette impression étrange qu'il avait depuis toute à l'heure. Cette sensation que James connaissait ses tortionnaires. Refermant lentement la porte, il fini par se retourner doucement en harponnant le regard de James. Posté devant l'entrée de la chambre, il ne bougea pas et resta silencieux pendant quelques minutes, sentant la colère monter en lui telle une cocotte minute prête à exploser sans crier gare.

- Pourquoi tu les protèges ?


Car il ne faisait aucun doute qu'actuellement James cherchait à protéger ses ravisseurs qui n'étaient pas de simples inconnus comme il le prétendait. Pourquoi ? Et depuis quand le jeune homme lui mentait-il effrontément en le regardant droit dans les yeux ?!! Certes, Terrence avait bien conscience qu'il n'était personne pour James et le jeune médecin ne lui devait absolument rien mais sa réaction le faisait incontestablement virer au rouge. Pourquoi James craignait-il tant de le voir les débusquer ? C'est parce qu'il l'en savait capable qu'il avait cherché à le retenir et à l'en dissuader de partir à leur recherche mais pour quelle raison ?! Qu'est-ce qu'il lui cachait réellement ? Quel lien existait-il entre lui et ses bourreaux ?

- D'où est-ce que tu les connais ?! C'est quoi l'embrouille au juste ?
Insista-t-il

Passant sa main sur son visage pour essayer de se contrôler et de ne pas exploser, Terry su à la minute où il ouvrit à nouveau la bouche, que toutes ses bonnes résolutions s'étaient rapidement fait la malle. La colère qu'il avait tenté de contenir jusqu'à présent explosa littéralement

- Ça sert à rien ?!! Répéta-t-il furieux. Ça sert à rien ?! Ça te dérange pas qu'ils puissent recommencer à tout moment ?! Qu'est-ce qui te fais croire que ce genre de chose ne se reproduira plus, hein ?! T'aurais pu y rester ! T'en as conscience au moins ? Hurla-t-il la voix étranglée en balayant l'air de son bras d'un geste rageur. Tu crois vraiment que je vais laisser passer ça ?!! Que j'ai envie de retrouver ton cadavre avec une balle dans la tête parce que j'aurais abandonner l'idée de retrouver ces fumiers ?! Tu crois que j'ai envie de perdre quelqu'un d'autre ?!!!

Terry voyait rouge, il avait également les yeux vitreux. Ses pensées n'étaient à présent plus qu'un capharnaüm douloureux de souvenirs liée à la mort récente et violente de sa fille et de questions. Bien malgré lui, l'émotion l'étreignait impitoyablement alors qu'il faisait le parallèle entre ce qui était arrivé à sa fille et ce qui aurait pu arriver à James. Ces types n'auraient pas une seconde chance de recommencer ce qu'ils avaient fait, il comptait bien s'en assurer personnellement, mais avant cela, il avait besoin de comprendre à quoi James jouait

- Tu veux que j'te dise... j'crois pas qu'ils soient si loin que ça. Maintenant dis-moi pourquoi des gars de Highgate en ont après toi. Si tu veux pas me le dire j'irais directement leur demander


Etaient-ils toujours à Highgate ? Rien n'était moins sur, mais il y avait là-bas des personnes qui sauraient probablement tout aussi apte à répondre à ses questions si James continuait de s'obstiner à refuser de lui répondre. Des gens comme Noah ou encore Catherine. Parce qu'il était quasiment sur de ne pas se tromper, le rouquin appartenait ou avait appartenu à cette communauté. Terrence n'avait jamais caché avoir des liens avec eux, à vrai dire, personne ne l'ignorait depuis qu'il avait apporté les médicaments, dont la plupart provenaient de cette communauté, pour soigner tout ceux qui avait été touché par ce qu'il croyait être à l'époque une épidémie mais qui en réalité, s'était avéré être un empoisonnement de l'eau. Il s'était battu pour que l'on informe Highgate de la découverte de Jonathan et de la source de ce mal. Si lui ne s'était jamais caché de ses liens avec cette communauté, qu'en était-il de James ? Se pouvait-il qu'il connaissait leur existence lui aussi ? Pourtant il n'en n'avait jamais parlé... quel contentieux existait-il donc entre eux ?



 

_________________
Ce qui compte ce ne sont pas les années qu'il y a eut dans une vie, c'est la vie qu'il y a eut dans les années.
Leslie

©️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


What Happened and What's Going On (ft. James) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
What Happened and What's Going On (ft. James)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Croix de fer [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: Downtown :: General Hospital-
Sauter vers: