AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-42%
Le deal à ne pas rater :
Logitech K400 Plus – Clavier sans Fil
25.99 44.99 €
Voir le deal


 

 How to train your survivor - ft Gill



Khaaleb Talarion
From the wild

à propos
sac à dos
How to train your survivor - ft Gill 1564648549-khaaleb

Ancien métier : Garde forestier
Occupation : Survivre dans la nature sauvage
Statut civil : Apprend à vire avec Thalya Torres, pour le pire mais surtout pour le meilleur ♥
Lieu de naissance : Réserve de Kánesatake, Québec

How to train your survivor - ft Gill F2fa35b94be903f599fafcc9e405e80e58e4196e

Messages : 420
Inscription : 20/04/2019
Crédits : Feuilledecarotte
Célébrité : Jason Momoa

How to train your survivor - ft Gill X0TurS633 / 5033 / 50How to train your survivor - ft Gill BR2xH0t

How to train your survivor - ft Gill DQEbQJ224 / 5024 / 50How to train your survivor - ft Gill GxoDpmC

How to train your survivor - ft Gill Hu1erU737 / 5037 / 50How to train your survivor - ft Gill LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
How to train your survivor - ft Gill Empty
09.11.19 11:30
How to train your survivor

Gill & Khaal



La musique résonnait aux oreilles de Khaaleb, piquante et jouissive. Les paroles qu'il murmurait sans bruit de ses lèvres entrouvertes faisaient battre son cœur  et son pied au même rythme. Dans une ultime envolée poussée par un solo d'enfer, le grand brun s'autorisa une imitation ridicule mais libératrice de air-guitare, tout allongé qu'il était sur le grand tapis du salon. L'air était doux dans le salon de son chalet, et il n'y avait aucun bruit dans toutes la pièce hormis les gesticulations énergiques du géant. Deux jours plus tôt, il avait déniché dans le garage d'une maison un lecteur cassette quasi-antique mais qui avait l'avantage d'être encore fonctionnel. Le plus beau dans la trouvaille était qu'elle était accompagnée d'une belle collection de vieilles cassettes  pour la plupart presque pas endommagées. Après un petit dépoussiérage et quelques piles qu'il gardait précieusement dans son garage, il avait pu écouter de la musique, de la bonne, de la vraie, pour la première fois depuis des mois. La musique avait toujours été au cœur de la vie de l'ancien garde forestier, et elle était sans nul doute une des choses qui lui manquait le plus depuis la fin du monde moderne. Ce petit reliquat d'une époque désormais révolue était devenu son nouveau trésor et il en profitait sans modération, retrouvant le bonheur et la joie d'entendre de vieille mélodies sortir du casque audio.

Mais comme toutes les bonnes choses ont toujours une fin, le morceau comme la cassette elle-même arrivaient au terme. Très vite, un nouveau silence s'imposa à lui, écrasant de toute sa présence et sa matérialité. Le silence était devenu un véritable compagnon, tout à la fois dérangeant et rassurant. Khaaleb l'accueillit en rouvrant les paupières, contraint bien malgré lui de revenir à cette dure réalité. Un halo pale passait à travers les carreaux des fenêtres, rependant une lumière chaleureuse dans toute la pièce muette. Le jour se levait, chassant par la même les ombres furtives de la nuit.
Dégageant ses oreilles du casque et posant le walkman sur la table basse du salon, l'amérindien se releva non sans mal et s'étira comme un chat, détendant ses muscles endolories par ses longues minutes passées au sol. Il s'était trouvé éveillé bien avant l'aube, et était venu ici pour attendre les premiers rayons du soleil avant de sortir. Auparavant, il lui arrivait de parcourir la forêt de nuit, mais depuis quelques temps, des choses étranges couraient sous les arbres une fois la lune levée, et il ne faisait pas bon traîner dehors.


Récupérant rapidement ses affaires qui étaient rangées à leur place habituelle, le grand brun enfila ses chaussures et se prépara à sortir. Après avoir passé couteau et tomahawk à sa ceinture, il empoigna son arc et glissa une quinzaine de flèches dans le carquois qui lui barrait le dos. Puis, après avoir vérifié que tout y était, il ajouta au contenu de son sac une grosse bonne de carottes, trois kilos de pommes de terre et une courgette qui devait bien faire la taille d'une chaussure de clown. Le sac en devenait un peu lourd, mais il avait pris cette habitude de toujours apporter quelque chose lorsqu'il rendait visite à des « voisins ». Laissant un mot sur la grande table qui séparait le salon de la petite cuisine ouverte informant sur sa destination, il quitta sa maison d'un pas rapide et serein.

La journée était sublime : Un soleil éclatant brillait avec délice dans un ciel d'azur, les feuilles des arbres dansaient dans une brise tiède, les oiseaux gazouillaient. Constater que l'été était enfin bel et bien là fit sourire l'amérindien qui se sentit alors en grande joie et l'esprit joyeux.
Malgré cet état, il n'en oubliait pas moins d'être extrêmement prudent dans ses déplacements, alors qu'il quittait tranquillement les bois vers le nord de cette bonne ville de Kelowna. Avec tout le travail que lui demandait l'entretient de son chalet et du petit potager qu'il avait entrepris d'installer depuis plusieurs mois, il ne s'était pas rendu compte qu'il avait totalement mis de côté sa sociabilité depuis quelques temps, et il comptait bien y remédier. Cela faisait un bail qu'il n'avait pas rendu de visite à la communauté de Highgates, et c'était donc là bas qu'il se rendait avec entrain.


Après les récents déboires que le groupe avait eu avec ceux de l’aéroport, la sécurité avait été renforcée, mais Khaaleb qui avait ses entrées savait comment s'annoncer aux postes de surveillance pour ne pas se faire tirer comme le premier virulent venu. Ce fut donc sans grandes difficultés qu'il arriva enfin devant les portes de la communauté. L'endroit était sans doute un des mieux préservés de la zone, une sorte de havre de paix où vivait des gens pour la plupart bons et généreux. Le grand brun s'était lié d'amitié avec plusieurs d'entre eux et y avait également retrouvé de vieilles connaissances qu'il retrouvait toujours avec plaisir. Ce passage serait l'occasion d'aller les saluer.

Arrivant devant l'entrée principale où il se présenta les deux mains vides ouvertes paumes en avant pour signifié qu'il venait comme toujours en paix, il leva les yeux pour voir qui était en poste et qui allait donc lui ouvrir. La femme  qu'il vit alors était quelqu'un qui lui était inconnu, où du moins lui semblait-il à cette distance. Cette personne accepterait-elle de le laisser entrer ?


« Salut... On se connait ? Moi c'est Khaaleb, jsuis un ami... est ce que Scarlet ou Emrick sont dans le coin ? »

   
Revenir en haut Aller en bas

Gillian Jenkins

à propos
sac à dos
How to train your survivor - ft Gill 1572210816-ezgif-6-35f9d65c183e

Ancien métier : analyste et traductrice des services de renseignement
Occupation : non défini encore
Statut civil : célibataire
Lieu de naissance : Damas, en Syrie

Messages : 169
Inscription : 19/10/2019
Crédits : moi (avat) & surannesjoness (gif)
Célébrité : Itziar Ituño

How to train your survivor - ft Gill X0TurS621 / 5021 / 50How to train your survivor - ft Gill BR2xH0t

How to train your survivor - ft Gill DQEbQJ230 / 5030 / 50How to train your survivor - ft Gill GxoDpmC

How to train your survivor - ft Gill Hu1erU710 / 5010 / 50How to train your survivor - ft Gill LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
How to train your survivor - ft Gill Empty
10.11.19 17:51
_ Sérieusement ?

_ Sérieusement. Avec cette épidémie de gastro qui traîne, plusieurs de nos gars se retrouvent cloués au lit. Rien de grave, ils seront vite remis sur pieds, mais en attendant on a besoin de bras sur les murs pour les remplacer et monter la garde. Ça semble quelque-chose qui pourrait t'intéresser ou pas ?

Gillian soutint le regard de l'homme qui lui faisait face encore quelques secondes avant de hausser un sourcil et de pencher la tête sur le côté dans une expression laissant clairement sous-entendre les mots "Bitch, please", bien qu'elle se garda de les prononcer à voix haute. Elle ne connaissait pas son interlocuteur plus que ça après tout, et ne tenait pas à froisser son possible attrait pour les bonnes manières. Pas après la proposition qu'il venait de lui faire ! Depuis qu'elle avait mis les pieds à Highgate, personne n'était encore venu frapper à sa porte pour lui proposer ce genre de boulot. Elle se retrouvait toujours assignée au potager, aux corvées de cuisine et autres joyeusetés du genre, et même si elle comprenait que son manque d'aptitudes au combat puisse justifier qu'on ne lui confiait pas des tâches plus excitantes, cela commençait doucement à la rendre chèvre. Elle n'en pouvait plus de repiquer des poireaux et d'éplucher des patates. Alors même si elle ne s'attendait pas à ce que faire le piquet en haut d'un mur soit la chose la plus passionnante du monde, c'est avec joie qu'elle accueillait le changement de scénario.

Il ne lui fallut pas plus de trois minutes pour rassembler les affaires dont elle aurait besoin avant de suivre son binôme du jour. Peter. Un rouquin à l'air dégingandé qui ne pouvait pas avoir beaucoup plus de vingt ans. Gillian avait déjà eu l'occasion de discuter avec lui à deux ou trois reprises. Ce n'était pas un mauvais garçon, il avait même une naïveté assez touchante considérant le monde dans lequel ils vivaient aujourd'hui, mais le niveau de conversation qu'il était capable de maintenir manquait clairement d'intérêt. Sans parler de la façon un peu pathétique avec laquelle il ne pouvait s'empêcher de déglutir dès que son regard s'égarait en direction du décolleté d'une femme... Et cela lui arrivait souvent. Gillian n'en faisait pas grand cas mais elle se demandait parfois si elle ne ferait pas mieux de lui expliquer que ce n'était pas ainsi qu'il risquait de convaincre quelqu'un de lui faire perdre sa virginité. Elle était à deux doigts de s'y résoudre en tout cas, quand du mouvement apparut à l'horizon et chassa aussitôt cette préoccupation de son esprit. D'un coup de coude bien placé, elle interrompit alors la logorrhée incessante avec laquelle son compagnon l'inondait depuis le début de leur tour de garde – elle n'avait jamais lu un seul comic de sa vie mais avait soudain l'impression d'être devenue une experte de l'univers Marvel – et avisa la silhouette en approche d'un coup de menton.

Il ne s'agissait pas d'un rôdeur, le pas était trop sûr, la démarche trop certaine, mais Peter arma tout de même son pistolet par mesure de sécurité. Dans ce nouveau monde, les morts ne représentaient pas toujours la plus grande menace. Il fallait aussi savoir se méfier des vivants. Peut-être même plus encore que du reste. Pourtant Gillian ne tarda pas à poser sa main sur le bras de son compagnon pour lui faire baisser son arme. Ce n'était pas difficile de reconnaître la carrure massive de l'homme en train d'approcher, et même si ses deux mètres de muscles avaient de quoi impressionner, l'ancienne analyste des Services Secrets savait qu'il ne représentait pas un risque.

_ Salut... On se connait ? Moi c'est Khaaleb, jsuis un ami... est ce que Scarlet ou Emrick sont dans le coin ?

_ C'est demandé si gentiment. Et de la part d'un ami qui plus est ! ne put-elle s'empêcher de plaisanter tandis qu'elle posait ses coudes sur le parapet et se penchait légèrement en avant afin qu'il distingue mieux son visage.

Parce qu'ils se connaissaient tous les deux. Très peu, il est vrai, mais Gillian l'avait déjà croisé à plusieurs reprises alors qu'il rendait visite à Emrick. Les choses étant ce qu'elles étaient avec son ex, elle ne s'était jamais trop attardée dans les parages pour faire la conversation avec lui mais elle savait qu'ils étaient amis, qu'ils s'étaient connus avant l'Infection et que Khaaleb vivait à l'extérieur des murs. Elle avait cru comprendre qu'il était trappeur ou quelque-chose dans ce genre là. Dans tous les cas, il avait ses entrées à Highgate et Gillian lui indiqua rapidement qu'elle descendait pour lui ouvrir. Deux minutes plus tard, la lourde porte en tôle de fer glissait alors sur ses rails pour lui permettre de pénétrer dans la communauté.

_ Salut, l'accueillit Gillian avec un léger sourire. Si tu es venu voir Scarlett ou Emrick j'ai peur que tu doives patienter un petit moment. Ils sont partis en expédition ce matin. La routine, juste histoire de faire le tour des environs, mais ça m'étonnerait qu'on les revoit avant ce soir. Je finis mon tour de garde d'ici une heure cela dit, si ça te dit d'avoir de la compagnie en attendant.

Sans savoir très bien pourquoi, elle se sentit rougir tout d'un coup et se racla alors la gorge, un peu embarrassée.

_ Enfin, je veux dire... Je me doute que tu sais t'occuper tout seul et, en plus, on se connaît à peine mais... J'aurais un service à te demander. Si ça te dérange pas. Alors... On peut se retrouver là d'ici une heure ? C'est que... Rick m'a dit que tu étais vraiment un bon chasseur et... J'aimerais apprendre. Moi aussi. Ça. Chasser.

Elle était décidément pitoyable pour demander de l'aide...
Revenir en haut Aller en bas

Khaaleb Talarion
From the wild

à propos
sac à dos
How to train your survivor - ft Gill 1564648549-khaaleb

Ancien métier : Garde forestier
Occupation : Survivre dans la nature sauvage
Statut civil : Apprend à vire avec Thalya Torres, pour le pire mais surtout pour le meilleur ♥
Lieu de naissance : Réserve de Kánesatake, Québec

How to train your survivor - ft Gill F2fa35b94be903f599fafcc9e405e80e58e4196e

Messages : 420
Inscription : 20/04/2019
Crédits : Feuilledecarotte
Célébrité : Jason Momoa

How to train your survivor - ft Gill X0TurS633 / 5033 / 50How to train your survivor - ft Gill BR2xH0t

How to train your survivor - ft Gill DQEbQJ224 / 5024 / 50How to train your survivor - ft Gill GxoDpmC

How to train your survivor - ft Gill Hu1erU737 / 5037 / 50How to train your survivor - ft Gill LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
How to train your survivor - ft Gill Empty
07.12.19 13:47
How to train your survivor


   Gill & Khaal




Avec l'arrivée du mois de juillet, le soleil était véritablement de retour, et depuis plusieurs semaines, il brillait avec plaisir dans son zéphyr, inondant tous les environs de Kelowna. Éblouit par ses rayons, Khaaleb ne distingua pas dans un premier temps qui se cachait derrière cette silhouette féminine en haut du parapet qui dominait l'entrée de la bien nommée Highgate. Avec le soleil dans le dos, la femme qui était en poste à la porte ne lui apparaissait que comme une ombre, et il dû mettre sa main devant ses yeux pour y voir un peu mieux, car la voix qui lui répondit, bien qu'elle ne lui était pas inconnue, ne lui était pas non plus familière. Lorsqu'elle se pencha en avant, et par l'aide conjugué de l'ombre de ses doigts sur ses yeux, le trappeur eu enfin de loisir de voir à qui il s'adressait.

Ça ne faisait pas bien longtemps qu'il avait fait la connaissance de Gill, et dire qu'il la connaissait n'était pas tout à fait vrai non plus. Il lui était arrivé de la croiser à plusieurs reprises lors de ses visites dans la communauté, sans vraiment chercher à la connaître plus. On lui avait vaguement présenté, et il avait également rapidement compris qu'elle et Emrick avait un passif, mais son vieil ami ne lui avait pas donné plus d'explications et le grand brun n'avait jamais cherché à en savoir plus. Ce n'était de toute façon pas ses oignons.
Haussant un sourcil en la voyant disparaître derrière les hauts murs qui protégeaient le groupe des dangers de l'extérieur, il fit un signe de salut au jeune homme qui était lui aussi de surveillance. Son nom lui échappait, et il n'eut pas le temps de se le rappeler que déjà la lourde porte d'entrée s'ouvrait devant lui. Avec ses hautes palissades, sortes de fortifications modernes, Highgate était sans doute l'un des lieux les plus sécurisés du coin. Mais ce qui faisait la magie du lieux se trouvait à l'intérieur de ses murs. Contrairement aux autres lieux de survie que Khaaleb avait eu la possibilité de traverser, c'était sans doute ici que le temps s'était le plus arrêté. Les habitations s'alignaient, propres et bien entretenues, sur des petites allées bien rangées, dans une symétrie architecturale désormais désuète. La maison qui avait brûlée quelques mois plus tôt était en train d'être reconstruite. Ici comme partout, la vie se poursuivait, avec un petit côté plus irréel.


Quittant cette vision qui lui tirait toujours un léger sourire, l'amérindien se tourna vers la femme qui se trouvait à présent à ses côtés après avoir refermé l'imposante porte de métal. Ainsi Scar et Rick se trouvaient au dehors en expédition ? Ça n'avait en vérité pas beaucoup d'importance. Ce n'était pas les connaissances qui lui manquaient dans cette communauté, et il savait qu'il trouverait toujours preneur pour les quelques provisions qu'il avait apporté en bon voisin qu'il était.
Cependant, Gill le pris de cours en lui proposant une compagnie en attendant le retour de ses amis, à savoir la sienne. Étonné par cette proposition, car après tout, tout deux ne se connaissaient pas très bien, il haussa un sourcil dans une expression neutre qui le caractérisait assez bien. Poireauter et surveiller les alentours avec la jeune femme n'était pas tout à fait ce qu'il avait prévu en quittant son chalet quelques heures plus tôt, et quitte à attendre, il préférait aller donner un coup de main à ce vieux Charlie Castellan. Mais refuser de but en blanc n'était pas ce qu'on pouvait appeler quelque chose de poli, et malgré ses peaux de bêtes et ses airs patibulaires, Khaaleb restait attaché à la bonne entente avec tous ceux de cette communauté. Peut être à cause de cette absence de réaction de sa part, il remarqua le visage de la jeune femme rougir très légèrement et son regard fuir le sien, comme si elle se sentait soudain gêné par cette proposition. Surpris autant qu'un peu amusé par cette réaction assez mignonne, le grand brun fut rapidement intrigué par ce service que Gill essayait de lui demander avec maladresse. Il se demandait bien comment est ce qu'elle allait avoir besoin de lui, mais ne se faisant pas prier pour le lui expliquer, elle révéla bien vite la nature de sa requête.

Apprendre à chasser.

Autrefois, lorsque tout pouvait encore se trouver dans les étagères frigorifiques des supermarchés, chasser n'était pas quelque chose qu'on avait besoin d'apprendre. Pire, c'était souvent vu comme une pratique horrible et barbare, entretenue par des riches ou des poivrots du dimanche. Pendant longtemps, le mot chasse avait été synonyme de quelque chose de négatif, d'abusif contre lequel il fallait se battre. Mais aujourd'hui, même les anciens végétariens ne pouvaient totalement tourner le dos à ce qui était une de leur chance de survie. Sans la société de consommation et toutes ses tétines pour les nourrir, les humains devenaient des orphelins alimentaires, errant dans les rayonnages vides des grandes surfaces. Les alternatives qui s'offraient à eux n'étaient pas nombreuses. Soit cultiver la terre, mais ce n'était pas à la portée du premier venu, soit renouer avec les ancêtres chasseurs-cueilleurs. Mais même pour ça, il fallait de l’entraînement et de la pratique, ce qui était toujours plus facile à dire qu'à faire. Pour sa part, Khaaleb avait un très grand avantage. Il avait appris dès son enfance dans la réserve à chasser et à pêcher, ainsi que la plupart des techniques de survie qu'il transmettait à ceux qui croisaient à présent son chemin. Dans ce nouveau monde de famine, toutes les compétences étaient bonnes à prendre et l'amérindien, sans être un bon professeur, ne rechignait jamais pour aider un autre survivant. Il fallait bien se serrer les coudes... que leur restait-il d'autre ?


« Ok... » Finit-il par prononcer de sa voix caverneuse. Ce n'était pas ce qu'on pouvait appeler une réponse enjouée, mais on ne pouvait pas non plus dire que le trappeur était du genre très expansif ces derniers temps. Il n'en était pourtant pas moins très motivé par cette demande, et imaginait déjà dans sa tête ce qu'ils allaient pouvoir faire pour ce premier cours improvisé. « Je vais passer vite fait chez un ami déposer des trucs et jte rejoins ici. » ajouta l'ancien garde forestier avant de tourner les talons sans demander son reste, laissant Gill seule avec ses pensées. Alors qu'il marchait dans les allées bordées de pelouses du hameau, le jeune homme ne pu s'empêcher de se dire qu'il méritait peut être bien ce surnom d'homme des bois dont on l'affublait souvent désormais. Autrefois chaleureux et expansif, l’apocalypse et la perte successive de ses proches s'étaient chargées de le transformer en un homme silencieux et renfermé. C'était une façon de se protéger bien sur, mais il s'en voulait malgré tout de ne pas être plus amical avec ceux qui faisaient l'effort d'aller vers lui. Il allait devoir travailler sur ça.

Après avoir déposé ce qu'il avait apporté chez une connaissance et échangé quelques banalités (un luxe qu'on ne pouvait plus beaucoup se permettre), Khaaleb récupéra quelques choses dont ils auraient surement besoin et retourna à la porte d'entrée où il aperçu la jeune femme qui observait toujours l'extérieur depuis son poste de surveillance. Peu d'entre eux avaient encore des montres ou d'autres moyens de mesurer le temps, mais puisqu'elle était toujours là haut, c'était que l'heure ne devait pas encore être terminée. Avisant un rondin, le grand brun s'y installa et après avoir récupéré un bout de bois, il entreprit de le tailler avec son couteau.

Au bout d'un moment, la silhouette de la jeune femme réapparut dans son champs de vision et il leva la tête vers elle.

« Tu as tes affaires ? Bien... alors allons-y... on sort. Si tu veux apprendre à chasser, il faut le faire dehors. » dit-il en se redressant de toute sa hauteur et en remettant sa lame dans l'étui de sa ceinture.
Une fois la lourde porte refermée derrière eux, Khaaleb ouvrit le chemin et guida Gill sur des sentiers surs qu'il connaissait. Depuis les années qu'il arpentait les environs, il connaissait chaque sente, chaque colline comme sa poche et avec l'expérience, il avait aussi remarqué les zones où les virulents étaient généralement moins nombreux. Préférant le silence à la palabre, l'ancien garde forestier avançait vite, essayant toutefois d'adapter son allure à celle qui l'accompagnait. Traversant les bois, ils passaient sous les arbres comme deux ombres furtives. A chaque fois que le trappeur croisait quelque chose d'intéressant, il ne manquait jamais de s'arrêter pour en faire part à sa camarade.

« Tu vois ça ? »dit-il par exemple en s'accroupissant et en pointant du doigt des traces dans l'humus qui couvrait le sol de la forêt. « ça c'est les marques des pattes arrières d'un lièvre, et ça celles d'un autre. Ça veut dire qu'il en passe pas mal ici... donc c'est un bon endroit pour poser un collet. On pense toujours que la chasse c'est une balle ou une flèche face à l'animal, mais on a plus de chance d'attraper quelque chose de mangeable comme ça... en plus regarde, le sol est en pente, et il y a trop de végétations autour pour que quelque chose de plus gros passe... genre un virulent... donc c'est idéal. Tu sais faire des nœuds coulants ? » demanda-t-il en sortant une corde de son propre sac.
Le cours se poursuivit de la même façon. Khaaleb expliquait calmement avec des mots simples, reprenant lorsqu'il avait l'impression de ne pas s'être fait comprendre. Gill était attentive, ce qui lui facilitait grandement la tâche. Le collet posé, il se redressa et frotta ses deux paumes l'une contre l'autre pour les nettoyer de la terre qui les maculait.
Ils reprirent leur chemin, l'amérindien devenant de plus en plus loquace. Après tout, apprendre aux autres à survivre et à respecter la nature avait été pendant un temps son métier, renouer avec ce passé là lui était toujours agréable.
Au bout d'un moment (qui n'était pas non plus très long, le grand brun préférant ne pas trop s'éloigner d'Highgate), ils débouchèrent sur une petite clairière où se trouvaient empilés bon nombre de morceaux de bois qui avaient été coupé par des bûcherons sans jamais être emportés. Des cibles fixes parfaites pour s’entraîner.

« Parce que les collets ne donnent pas toujours, il faut aussi apprendre à chasser comme ça. Mais avant de savoir trouver une proie... il faut apprendre à viser. Chasseur veut dire tuer... et on doit pas le faire n'importe comment. Tu sais te servir d'un arc ? » Attendant une réponse, le trappeur posa son sac à terre et dégagea de son épaule deux arcs. Le sien, grand et robuste, était adapté à sa taille et à sa force, si bien qu'il aurait été impossible pour la jeune femme de le bander (sans mauvais jeux de mot). Il avait donc récupéré à son attention un des arcs qu'il avait taillé pour ceux de la communauté, bien plus approprié à des néophytes. Il le lui tendit et posa son carquois entre eux.
Revenir en haut Aller en bas

Gillian Jenkins

à propos
sac à dos
How to train your survivor - ft Gill 1572210816-ezgif-6-35f9d65c183e

Ancien métier : analyste et traductrice des services de renseignement
Occupation : non défini encore
Statut civil : célibataire
Lieu de naissance : Damas, en Syrie

Messages : 169
Inscription : 19/10/2019
Crédits : moi (avat) & surannesjoness (gif)
Célébrité : Itziar Ituño

How to train your survivor - ft Gill X0TurS621 / 5021 / 50How to train your survivor - ft Gill BR2xH0t

How to train your survivor - ft Gill DQEbQJ230 / 5030 / 50How to train your survivor - ft Gill GxoDpmC

How to train your survivor - ft Gill Hu1erU710 / 5010 / 50How to train your survivor - ft Gill LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
How to train your survivor - ft Gill Empty
30.12.19 15:20
Gillian détestait tourner autour du pot. S'entendre bafouiller et tergiverser de la sorte avait alors fini par l'agacer plus qu'autre-chose, jusqu'à ce qu'elle se décide enfin à lâcher le morceau d'un ton impatient, presque tranchant, tout en croisant les bras sur la poitrine. Et tant pis si elle devait passer pour une lunatique un brin sur la défensive. Elle avait besoin de se redonner contenance d'une manière ou d'une autre. Une lueur de défi faisait ainsi pratiquement flamboyer ses yeux couleur noisette tandis qu'elle redressait le menton pour soutenir le regard de Khaaleb. Après une aussi piètre performance, elle s'attendait à ce qu'il trouve une excuse ou qu'il lui rit au nez pour lui fausser compagnie mais sa réaction fut toute autre. Ok. C'est à peine s'il ajouta une phrase de plus avant de tourner les talons et de la planter là, les lèvres à moitié entrouvertes tandis qu'elle s'apprêtait à le remercier. Un peu décontenancée par la tournure qu'avait prise la "conversation" Gillian referma alors la bouche au bout de quelques secondes d'inertie. Avant de hausser les épaules. C'était de bonne guerre après tout. Elle l'avait prise de court avec sa requête sortie de nulle part ; il était en droit de lui rendre la pareille. L'important est qu'il avait dit oui. Elle allait apprendre à chasser. Gillian fut incapable de contenir le large sourire qui vint alors éclore sur ses lèvres tandis qu'elle tournait elle aussi les talons afin de retourner à son poste.

Continuer à prêter un semblant d'attention aux babillages de Peter fut un véritable challenge durant ce dernier quart de garde. C'était plus fort qu'elle. Elle ne pouvait s'empêcher de songer à ce que Khaaleb lui réservait et passa pratiquement l'heure entière à compter les secondes qui la séparaient de l'instant où elle pourrait aller le rejoindre. Lorsque la relève finit par arriver avec cinq bonnes minutes de retard, Gillian trépignait littéralement d'impatience et abandonna alors à son compagnon le soin de délivrer leur compte-rendu. Elle avait déjà rassemblé son matériel plus tôt dans la journée, avant d'accompagner Peter au poste de garde, elle n'avait donc pas besoin de faire à nouveau un crochet par chez elle et se dirigea aussitôt dans la direction de Khaaleb, qu'elle n'eut aucun mal à repéré, assis sur un rondin de bois.

_ Tu as tes affaires ? Bien... alors allons-y... on sort. Si tu veux apprendre à chasser, il faut le faire dehors.

_ Pas de problème. Je suis prête, acquiesça-t-elle sans hésiter tandis qu'un frémissement d'anticipation venait lui chatouiller le creux du ventre.

Quitter l'enceinte de Highgate ne l'inquiétait pas. Du tout. Elle savait que s'aventurer dehors représentait un risque. Peu importe le temps qu'on y passait ou l'expérience qu'on en avait, quelque-chose pouvait toujours finir par mal tourner. Gillian était parfaitement consciente de cela et, pourtant, à cet instant précis, elle n'y réfléchit pas à deux fois. Elle ne pouvait pas continuer comme elle l'avait fait ces deux dernières années. Puisque ce monde était devenu le leur et qu'il ne semblait pas qu'il irait en s'améliorant, il était grand temps qu'elle se prenne en main si elle comptait véritablement y survivre. Et si elle n'y parvenait pas... alors elle mourrait. C'était aussi simple que cela et elle ne méritait pas mieux si elle baissait les bras aujourd'hui, après avoir sacrifié la vie d'un enfant à naître, son enfant, parce qu'elle avait voulu vivre...

Sur une note moins dramatique, il fallait aussi reconnaître que la carrure imposante du trappeur qui l'accompagnait avait quelque-chose de rassurant en soit, qui faisait penser à Gillian qu'il serait capable d'affronter à peu près n'importe quel obstacle que la mésaventure pourrait mettre sur leur chemin. En plus d'avoir été gâté par la nature, elle put également se rendre compte à quel point il pouvait se montrer pédagogue. Le gaillard n'était pas bavard, il ne fallait pas être fin observateur pour s'en rendre compte, pourtant, une fois dans son élément, sa parole se déliait volontiers, claire et concise tandis qu'il attirait son attention sut tel ou tel détail de leur environnement. Bonne élève, Gillian l'écoutait attentivement, hochant la tête quand elle suivait, l'interrompant d'une question quand elle se sentait décrocher, prenant des notes ou croquant rapidement des empreintes d'animaux dans son carnet au fil de ses explications. Il faisait paraître tout cela évident, à tel point que l'ancienne analyste des Services Secrets ne vit pas le temps filer, elle qui n'avait pourtant jamais éprouvé de grand intérêt pour les choses de la nature. Quand Khaaleb s'arrêta à l’orée d'une clairière et qu'elle comprit que leur petite ballade venait de toucher à leur fin, elle sentit même une pointe de déception, aussitôt suivie par une appréhension certaine à l'instant où ses doigts se refermèrent sur l'arc qu'il lui tendait.

_ ... Tu sais te servir d'un arc ?

_ La dernière fois que j'en ai un entre les mains je devais avoir quelque-chose comme vingt ans... On ne peut pas dire que j'ai une grande expérience en la matière du coup, mais je me suis toujours bien débrouillée aux fléchettes même après un verre de trop dans le nez. J'imagine que c'est un début.

Malgré le ton plaisantin qu'elle tentait d'adopter, Gillian n'était pas sereine et cela s'entendait aisément. Elle n'avait jamais été à l'aise avec les armes. Jamais. Même dans un cadre ludique. Un de ses exs, grand amateur du stand de tir, avait bien essayé de lui y faire prendre goût mais il avait vite eu pitié d'elle et jeté l'éponge. Emrick et Samaël aussi. C'était plus fort qu'elle. Les détonations des armes à feu lui donnaient systématiquement envie d'aller se terrer au fond d'un trou même si, instinct de survie oblige, elle avait bien été obligée de prendre sur elle ces deux dernières années. Quant au reste... Elle était infoutue de manier une hache même quand il s'agissait de couper du bois et il suffisait qu'on lui colle un arc entre les mains pour qu'elle ait l'impression d'avoir les paumes moites. Désireuse de faire bonne impression devant son "professeur", Gillian ravala pourtant son appréhension, encocha une flèche et banda son arc comme même un enfant de dix ans avec un minimum de jugeote aurait été capable de le faire. Quand vint le moment de lâcher la corde, elle ne put toutefois s'empêcher de crisper ses paupières l'une contre l'autre, envoyant valser sa flèche dans le décors.

_ Jodeeer, jura-t-elle en espagnol entre ses dents, les épaules soudain plus tendues que la peau d'un virulent se desséchant au soleil. Je suis un cas désespéré, putain, je te jure. On dirait qu'il faut qu'un putain de mort-vivant soit sur le point de me bouffer pour que je sois capable d'avoir un minimum de répondant, confessa-t-elle sans oser regarder Khaaleb dans les yeux, la frustration et la colère audibles dans le ton de sa voix.
Revenir en haut Aller en bas

Khaaleb Talarion
From the wild

à propos
sac à dos
How to train your survivor - ft Gill 1564648549-khaaleb

Ancien métier : Garde forestier
Occupation : Survivre dans la nature sauvage
Statut civil : Apprend à vire avec Thalya Torres, pour le pire mais surtout pour le meilleur ♥
Lieu de naissance : Réserve de Kánesatake, Québec

How to train your survivor - ft Gill F2fa35b94be903f599fafcc9e405e80e58e4196e

Messages : 420
Inscription : 20/04/2019
Crédits : Feuilledecarotte
Célébrité : Jason Momoa

How to train your survivor - ft Gill X0TurS633 / 5033 / 50How to train your survivor - ft Gill BR2xH0t

How to train your survivor - ft Gill DQEbQJ224 / 5024 / 50How to train your survivor - ft Gill GxoDpmC

How to train your survivor - ft Gill Hu1erU737 / 5037 / 50How to train your survivor - ft Gill LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
How to train your survivor - ft Gill Empty
15.01.20 16:01
How to train your survivor


   Gill & Khaal



Apprendre à survivre dans un milieu hostile n'était pas une tâche évidente, loin de là. Il avait même fallut à Khaaleb toute une vie pour acquérir ses connaissances, et aujourd'hui encore, il savait qu'il était important de ne jamais se croire supérieur à la nature, sous peine de chuter douloureusement. A chacun de ses passages dans l'une et l'autre des communautés de Kelowna, il essayait de transmettre à qui le demandait son savoir. Mais s'il restait un professeur exalté pour un peu que le sujet le passionna, il n'en demeurait pas moins convaincu que c'était par l'exercice qu'on apprenait véritablement. Seule une pratique assidue pouvait permettre de faire de réels progrès, et c'était bien en ce sens qu'il avait conduit sa nouvelle élève en dehors des chemins battus et des hauts murs d'Highgates, à la rencontre de la nature sauvage.
Et il fallait bien reconnaître que Gill se montrait particulièrement attentive et réceptive à chacun de ses enseignements. Ce constat avait eu la particularité de transformer l'ours taciturne qu'il était en quelqu'un d'un peu plus loquasse, sans en faire non plus une pipelette (parce que ça non faut pas abuser quand même). La voir noter ses remarques dans ce petit calepin avait même eu tendance à l'amuser. Pas sur qu'elle aurait trop la possibilité de le sortir en cas de danger immédiat, mais si ça l'aidait à retenir, il n’était de toute façon pas là pour juger.


Le grand brun pouvait cependant constater une chose, la jeune femme n'était pas à l'aise avec les armes. Peut être avait-elle une certaine expérience en lancé de fléchettes comme elle le laissait supposer, mais la façon qu'elle avait de tenir son arc montra vite au géant qu'elle était novice dans la discipline. Et après tout, il n'y avait pas de mal à ça. La plupart des survivants avaient du apprendre sur le tas à jouer du flingue et du couteau, il n'y avait aucune honte à ne pas savoir s'y prendre, et encore moins à ne pas apprécier cela.
Mais la nécessité les forçait malgré tout à apprendre, sans quoi il ne leur resterait que poings et ongles. Et contre les virulents et leurs dents, comme contre les hommes et leurs fusils, on ne faisait pas long feu ainsi.


Malgré sa flagrante appréhension, la jeune femme se positionna et encocha une flèche. Préférant se taire et observer en retrait, l'amérindien fit deux pas en arrière, scrutant chacun des mouvements gauches de son élève, les sens toujours en éveil au cas où quelque chose ou quelqu'un débarquerait dans la clairière en les prenant par surprise.

Comme il l'avait prévu, la flèche que Gill tira ne toucha pas la cible, et pour cause. Mais avant qu'il ait eu le temps de la rassurer que déjà elle s'enfonçait elle-même. De la voir partir ainsi déjà perdante lui fit froncer les sourcils. Rester en vie jusque là demandait du cran, et il savait qu'elle n'en était pas dépourvu. Il allait falloir se faire violence.


« Avec une flèche comme ça... même un virulent immobile tu l'aurais pas touché. »
Dit-il d'une voix grave. Se rendant compte de la rudesse dont il faisait preuve face à la jeune femme qui ne faisait que de son mieux après tout, il décrispa les muscles de son visage, essayant de donner un ton plus rassurant et mesuré à sa voix. « T'es pas un cas désespéré... en fait, c'est juste ta posture qui ne va pas. Si tu commences par la corriger, ça ira tout de suite mieux tu verras. » Se penchant en avant, Khaaleb se saisit d'une flèche qui dépassait du carquois. Se rapprochant de Gill, il se positionna de profil « Tes pieds doivent être comme ça, et tu dois tourner le buste, pas les hanches. Ton bras doit être tendu, mais rester souple pour ne pas trembler. La corde, là, tu la tiens avec deux doigts, comme ça. » Au fur et à mesure qu'il expliquait, il détaillait chaque étape afin de se faire comprendre. Au bout de quelques instants, il banda son arc, pointant la flèche vers la cible improvisée. « Tu ne dois pas viser directement la cible, il faut anticiper le mouvement de la flèche qui va forcément tomber à un moment. Quand il y a du vent, il faut aussi prendre ça en compte bien sur. Lorsque tu es sur de toi, tu inspires, tu bloques ta respiration, et là tu tires. » Relâchant la prise sur la corde, la flèche partie en faisant siffler l'air de la petite clairière. Un battement de cil plus tard, elle était fichée dans le bois du rondin qu'il avait visé, au centre. Laissant passer deux secondes, le géant baissa son arme et se tourna vers Gill.


«  A toi maintenant... tu recommences. » Dit-il en lui donnant une nouvelle flèche. Cette fois-ci, le trappeur ne la laissa pas galérer seule mais la guida, repositionnant ses pieds, relevant un coude jusqu'à ce qu'il soit parfaitement satisfait de la posture de son élève. La flèche partie, et si le tir n'était pas parfait, au moins Gille avait touché la cible, ce qui lui arracha un franc sourire, le premier depuis le début de la journée. « Et bah voilà, c'est un début... maintenant recommence jusqu'à avoir des crampes dans les bras et les épaules. » ajouta le grand brun, mi-sérieux mi-taquin.
Les tirs se poursuivirent comme les conseils, et si tous n'atteignaient pas forcément le centre du rondin, il était évident qu'ils étaient de plus en plus précis. La jeune femme apprenait vite, et avec un entraînement régulier, il était certain qu'elle pourrait se servir d'un arc sans avoir peur de blesser ses amis. C'était quelque chose d'important, d'autant plus que dans un groupe la survie dépendait aussi des capacités des autres. Qu'Highgates se voit attribuer une archère supplémentaire ne serait pas pour leur déplaire.


« Tu faisais quoi... avant de débarquer à Highgates jveux dire ? » demanda-t-il alors qu'il était en train de revenir avec des flèches qui venaient d'être tirées. La question lui trottait dans la tête depuis un petit moment, et s'il n'était pas particulièrement bon pour mener des longues conversations, il n'était pas non plus contre un petit échange pendant leur séance d’entraînement.

Revenir en haut Aller en bas

Gillian Jenkins

à propos
sac à dos
How to train your survivor - ft Gill 1572210816-ezgif-6-35f9d65c183e

Ancien métier : analyste et traductrice des services de renseignement
Occupation : non défini encore
Statut civil : célibataire
Lieu de naissance : Damas, en Syrie

Messages : 169
Inscription : 19/10/2019
Crédits : moi (avat) & surannesjoness (gif)
Célébrité : Itziar Ituño

How to train your survivor - ft Gill X0TurS621 / 5021 / 50How to train your survivor - ft Gill BR2xH0t

How to train your survivor - ft Gill DQEbQJ230 / 5030 / 50How to train your survivor - ft Gill GxoDpmC

How to train your survivor - ft Gill Hu1erU710 / 5010 / 50How to train your survivor - ft Gill LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
How to train your survivor - ft Gill Empty
25.01.20 11:49
_ Avec une flèche comme ça... même un virulent immobile tu l'aurais pas touché.

Cela ne dura qu'un instant. Une seconde tout au plus, peut-être moins encore. Pourtant, le temps d'un battement de paupières, le regard incisif que Gillian darda brusquement en direction de son interlocuteur flamboya avec une rare intensité, ses grands yeux bruns d'ordinaires si chaleureux semblant soudain projeter une force insoupçonnée tout droit venue d'un recoin obscur au plus profond de ses entrailles. Jusqu'à ce qu'elle rejette la tête en arrière et que le charme ne se brise aussi soudainement qu'il était advenu tandis qu'un éclat de rire franchissait la barrière de ses lèvres. Elle-même ne semblait pas s'être rendue compte de ce léger contre-temps dans sa réaction. À dire vrai, elle devait même reconnaître qu'elle appréciait la franchise de Khaaleb. Son tir avait été pitoyable, il n'y avait pas d'autres moyens de le dire, et elle lui en aurait voulu de chercher à lui faire croire le contraire. Gillian avait passé l'âge qu'on la ménage. Elle préférait cent fois le franc-parler d'une remarque un brin désobligeante à n'importe quelle salade censée la rassurer. Emrick et Samaël avaient passé ces deux dernières années à la rassurer. À la protéger comme si elle avait été une chose précieuse et fragile qu'il aurait fallu préserver de la folie furieuse s'étant emparée de ce monde. Et bien elle ne voulait plus qu'on la rassure ni qu'on la préserve. Avant tout ce cirque – les zombies, la chute de la civilisation – elle s'était toujours enorgueillit d'être une femme indépendante subvenant elle-même à ses besoins et n'attendant après personne pour vivre sa vie comme elle l'entendait. Elle avait besoin de retrouver cela. Cette femme-là.

C'est bien volontiers qu'elle se laissa ainsi approcher par Khaaleb et le laissa la guider afin de corriger sa position, relevant un coude par ici, l'invitant à écarter un peu plus les jambes pour améliorer ses appuis, etc. Gillian avait un peu l'impression d'être devenue dyslexique tout d'un coup, il suffisait qu'elle ajuste l'inclinaison de son buste pour que ses bras s’affaissent et vice-versa mais, peu à peu, à force de persévérance, elle finit par réussir à adopter une position suffisamment respectable pour que Khaaleb l'encourage à faire un nouvel essai. Et même si ses mains de géant restées posées sur les siennes firent la majorité du travail à sa place, Gillian ne put s'empêcher de lancer une exclamation de joie quand sa flèche alla se planter dans le rondin de bois visé.

_ Et bah voilà, c'est un début... lui concéda son professeur.

_ Haha, oui, on peut dire ça comme ça. Même si je dois avouer que j'ai encore fermé les yeux au moment de tirer.

_ Maintenant recommence jusqu'à avoir des crampes dans les bras et les épaules.

_ Bien chef, oui chef, tout ce que vous direz chef, répliqua-t-elle sur le même ton avant de lui lancer un clin d’œil par-dessus son épaule.

Peut-être flirtait-elle un brin. Peut-être pas. Gillian n'avait jamais eu de problème avec le fait de s'amuser à charmer son monde quand elle se sentait en confiance et Khaaleb appartenait assurément à cette catégorie de gens dont la force tranquille parvenait à la mettre à l'aise rapidement. Elle retourna de toute façon bien vite à sa besogne, telle l'élève consciencieuse qu'elle avait toujours été. Pendant près d'une heure, les deux compères se concentrèrent alors à la tâche. Lui lui prodiguant ses conseils. Elle s'efforçant de les mettre en pratique du mieux qu'elle pouvait. Petit à petit, elle parvint à mettre son appréhension de côté et commença alors à sentir une nette amélioration dans ses tirs. Elle était encore loin de pouvoir prétendre au titre d'archère assermentée mais il y avait tout de même du progrès ! Au bout d'une heure ininterrompue d'entraînement, cependant, Gillian sentit qu'elle commençait à atteindre ses limites. Bander son arc devenait difficile, les muscles de ses bras et de ses épaules protestant à chaque nouveau tir et lui faisant perdre en précision. Lorsque Khaaleb la surprit soudain avec une question bien plus personnelle que tout ce qu'ils avaient pu échanger jusque là, l'ancienne analyste des Services Secrets décida alors de prendre cela comme une invitation à faire une pause. Elle avait beau ne pas être très friande des confessions intimes depuis que l'Infection avait commencé, elle était prête à jouer le jeu si cela signifiait souffler dix minutes.

_ Ce que je faisais avant tout ce cirque tu veux dire ? Je travaillais comme traductrice à Vancouver, offra-t-elle en haussant une épaule, comme si cela n'avait pas la moindre espèce d'importance.

Et effectivement, ça n'en avait pas. Parler de sa vie d'avant lui semblait tellement irréel aujourd'hui. Comme si tout ce qui s'était passé avant l'Infection n'avait jamais vraiment existé. Trente-huit ans de souvenirs, d'expérience, de rencontres, réduits à l'état d'une vague rêverie en l'espace d'un claquement de doigt. Il y avait de quoi rester songeur...

_ Je suis née à Damas, en Syrie, d'un père canadien et d'une mère basque espagnole. Je parlais déjà quatre langues différentes avant d'avoir six ans ; ça me semblait une voie toute tracée. Et puis j'ai toujours aimé apprendre de nouvelles langues, comprendre comment elles fonctionnent, tout ça.

Gillian avait profité du temps mort pour abandonner son arc contre un tronc d'arbre et s'accroupir devant son sac à dos dont elle retira une gourde. Mais alors qu'elle s'apprêtait à la porter à ses lèvres, un froncement de sourcil apparu sur son visage et elle stoppa son geste en cours de route.

_ Sauf si tu me demandais littéralement ce que je faisais avant de passer les portes de Highgate... avança-t-elle prudemment tout en sondant le regard de Khaaleb, finissant par éclater de rire quand elle comprit qu'elle avait effectivement répondu à côté de la plaque. Pardon, je m'emmêle les pinceaux parfois avec tout ça. Et encore, t'as de la chance que je sois pas du genre à étaler ma vie au grand complet devant le premier venu où j'aurais pu me ridiculiser encore un moment ! Elle pouffa de rire quelques instants encore avant que son visage retrouve son sérieux. Avant Highgate, hm ? Elle prit deux secondes pour considérer la question. J'imagine que Emrick t'as raconté dans les grandes lignes, non ? J'étais avec lui la grande majorité du temps. On s'est rencontrés à Vancouver. Quand le groupe avec lequel on était s'est fait attaquer au bout d'un an, on a été forcé de partir sur les routes. Et... Voilà. On a fini par atterrir ici. Je ne sais pas quoi te dire de plus. À part que oui on est sortis ensembles et que oui c'est bel et bien fini aujourd'hui.

Si jamais il se posait la question. Comme tant d'autres.
Revenir en haut Aller en bas

Khaaleb Talarion
From the wild

à propos
sac à dos
How to train your survivor - ft Gill 1564648549-khaaleb

Ancien métier : Garde forestier
Occupation : Survivre dans la nature sauvage
Statut civil : Apprend à vire avec Thalya Torres, pour le pire mais surtout pour le meilleur ♥
Lieu de naissance : Réserve de Kánesatake, Québec

How to train your survivor - ft Gill F2fa35b94be903f599fafcc9e405e80e58e4196e

Messages : 420
Inscription : 20/04/2019
Crédits : Feuilledecarotte
Célébrité : Jason Momoa

How to train your survivor - ft Gill X0TurS633 / 5033 / 50How to train your survivor - ft Gill BR2xH0t

How to train your survivor - ft Gill DQEbQJ224 / 5024 / 50How to train your survivor - ft Gill GxoDpmC

How to train your survivor - ft Gill Hu1erU737 / 5037 / 50How to train your survivor - ft Gill LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
How to train your survivor - ft Gill Empty
12.02.20 15:10
How to train your survivor


   Gill & Khaal



Toujours debout, tenant à la main les flèches qu'il venait de ramasser, Khaaleb resta circonspect face au flot de paroles que la jeune femme déversa sur lui. Pour quelqu'un comme lui qui était d'ordinaire coutumier au silence, autant dire que ça le changeait. Ce qui n'avait été une petite question anodine, principalement destinée à les détourner un peu de leur entraînement, sembla être prise par Gill comme une invitation à lui raconter sa vie. Ce n'était pas une mauvaise chose, mais il n'en restait pas moins surpris par cette réaction pour le moins inattendue. La plupart des survivants ne s'étendait pas bien longtemps sur le récit de leur vie passée, mais c'était semblait-il une erreur de croire que la jeune femme était comme tous les autres. Ne souhaitant pas l'interrompre, le géant posa les flèches avec les autres, et imitant son élève, vint s'asseoir sur le sol pour goûter à quelques minutes de repos. Depuis sa rencontre malheureuse dans les bois avec les Protectors et sa blessure à l'épaule, il lui était plus difficile qu'avant de tenir des entraînements trop long, et souffler un peu ne lui ferait après tout pas de mal. Il n'y avait dans le fond aucune honte à cela. Et si ça leur permettait de faire plus ample connaissance, alors pourquoi pas.
Ce qui rassurait cependant le grand brun, c'était de constater qu'elle n'avait pas vraiment besoin de lui pour tenir la conversation, même si elle ne répondait pas totalement à sa question. L’amérindien avait tendance à penser qu'on ne disait jamais les choses par hasard, et que si ça sortait c'est que ça devait sortir. Mais on ne savait jamais à quoi s'attendre avec la jeune femme, qui après s'être reprise lui expliquait un peu plus en détail ce qui l'avait conduite jusqu'à Highgate. Khaaleb lui même ne disait rien, écoutant d'une oreille attentive tout en buvant à sa propre gourde.
A l'évocation d'Emrick, il leva un sourcil. Les deux hommes s'étaient connus autrefois au cours d'une mission qui avait bien failli virer au fiasco, mais de ça était né une franche amitié qui avait su survivre au temps et à l'éloignement. Aujourd'hui encore, les deux hommes se voyaient régulièrement et le trappeur ne manquait jamais de venir le saluer lorsqu'il passait dans sa communauté. Mais aussi sincère que pouvait être leur relation, l'ancien agent des services secrets était loin de tout dire à son vieil ami, qui d'ailleurs ne le lui demandait pas. Il s'était contenté de lui dresser un tableau assez vague, semblable à celui que venait de faire Gill, sur les raisons qui l'avaient conduit à Kelowna. Ce qu'il n'avait par contre pas du tout mentionné, c'était cette relation qu'il avait entretenu avec sa nouvelle élève qui elle ne se gêna pas d'en parler, devançant une question qui ne lui serait jamais venue à l'esprit.

Surpris par cette franchise qu'il n'avait encore une fois pas anticipé, le géant se mit à regarder ses mains avec insistance, visiblement mal à l'aise. Parler de l'intimité de ses amis n'était pas dans ses habitudes et la gêne qu'il éprouvait pouvait sans mal se lire sur son visage. « Bien, bien... c'est bien... enfin non... enfin je veux dire que si c'est clair entre vous c'est tant mieux... » Se raclant la gorge, l'amérindien bu une nouvelle gorgée d'eau. Il y avait sans doute quelque chose d'attendrissant mais aussi d'un peu pathétique à voir un géant comme lui ne plus savoir où se mettre. Attrapant un petit cailloux au sol, il se mit à gratter la terre avec un intérêt soudain pour la chose. Ce qu'Emrick et Gill avait pu vivre ensemble ne le concernait pas, mais sans doute la jeune femme ressentait-elle le besoin d'en parler si elle le formulait ainsi. Peut être aussi était-elle fatiguée de devoir répondre aux questionnements des gens de leur communauté qui s'en intriguaient. Il fallait avouer que malgré les temps troublés qu'ils vivaient tous, la passion des humains pour les petits potins et autres ragots n'avait malgré tout pas disparue. Si beaucoup de couples et de familles avaient été brisées par les catastrophes qu'ils avaient tous vécu, de nouvelles histoires commençaient cependant, malgré la mort et la fin du monde. Chaque nouvelle anecdote était un peu de baume au cœur de ceux qui restaient, comme si la romance de certains pouvaient les arracher à l'horreur de leur quotidien misérable. L'espace d'un instant, l'image d'un visage traversa l'esprit de l'ancien garde forestier. Un sourire, un regard, dans cette bicoque pourrie perdue dans la tempête. Fronçant les sourcils, il chassa cependant ce souvenir heureux. Thalya était loin désormais, elle était partie retrouver son groupe, et repenser à ce qu'ils avaient vécu et traversé ensemble ne lui apporterait que des tourments.


« Et tu te plais là bas ? » s'entendit-il demander afin de poursuivre un peu la conversation. D'un geste énergique, il lança le cailloux qu'il tenait dans la main à plusieurs mètres devant lui. Relevant ainsi les yeux, le trappeur pu discerner une silhouette qui passait entre les arbres, de l'autre côté de la clairière, se rapprochant d'eux d'un pas clopinant. Malgré l'habitude, Khaaleb sentit son rythme cardiaque s'accélérer subitement. Un rôdeur approchait. Il ne pouvait pas encore le voir parfaitement, mais sa démarche ne trompait pas. Se remettant sur ses pieds mais restant accroupi, silencieux comme un animal sauvage, le trappeur récupéra son arc qu'il avait gardé tout proche de lui ainsi qu'une flèche. Mais au lieu de viser, il fit un signe à la jeune femme, pointant la nouvelle cible qui s'offrait à eux.


« Bien... la pause est terminée, l’entraînement reprend... » chuchota-t-il si bas qu'elle seule pouvait s'entendre. « Cette fois, on vise une cible en mouvement. C'est la même chose qu'une bûche, sauf que ça bouge. Tu ne fais pas de gestes brusques, et tu fais comme je te l'ai appris. Ne t'inquiète pas, je suis juste derrière toi en cas de problème. » La créature, bien qu'approchant toujours lentement, avançait droit sur eux, ses bras sans vie ballottant le long de son corps à la peau putréfiée. D’apparence calme, le géant n'en était pas moins que le qui-vive, prêt à agir si d'aventure son élève ne faisait pas mouche rapidement.


Revenir en haut Aller en bas

Gillian Jenkins

à propos
sac à dos
How to train your survivor - ft Gill 1572210816-ezgif-6-35f9d65c183e

Ancien métier : analyste et traductrice des services de renseignement
Occupation : non défini encore
Statut civil : célibataire
Lieu de naissance : Damas, en Syrie

Messages : 169
Inscription : 19/10/2019
Crédits : moi (avat) & surannesjoness (gif)
Célébrité : Itziar Ituño

How to train your survivor - ft Gill X0TurS621 / 5021 / 50How to train your survivor - ft Gill BR2xH0t

How to train your survivor - ft Gill DQEbQJ230 / 5030 / 50How to train your survivor - ft Gill GxoDpmC

How to train your survivor - ft Gill Hu1erU710 / 5010 / 50How to train your survivor - ft Gill LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
How to train your survivor - ft Gill Empty
10.04.20 5:01
Gillian haussa d'abord un sourcil, perplexe, avant qu'un sourire amusé ne vienne peu à peu faire tressaillir la commissure de ses lèvres. Voir Khaaleb se mettre à triturer le cordon de sa gourde avec insistance, le regard résolument braqué sur ses pieds, tout ça parce qu'elle venait de lui confesser sa relation avec Emrick... était une chose passablement surprenante. Si elle s'était attendue à faire rougir un grand gaillard comme lui pour si peu ! Le pauvre était tellement gêné qu'il semblait en avoir perdu la faculté de tenir un discours cohérent, bafouillant comme un gamin de douze ans convoqué dans le bureau du proviseur. Elle était pourtant loin de lui avoir raconter dans le détail leurs performances sexuelles ou d'avoir fait état de leurs positions favorites, mais le garde forestier n'avait visiblement pas besoin de ça pour laisser galoper son imagination. C'en était presque attendrissant, dans un sens. Et un peu idiot de sa part. Gillian avait beau savoir qu'on ne jugeait pas un livre à sa couverture, elle devait reconnaître qu'elle ne s'était pas attendue à rencontrer une telle pudeur chez un homme de sa carrure, d'apparence plus viriliste que chatouilleuse ; mais c'était plus fort qu'elle. Malgré la compassion qu'elle pouvait ressentir pour lui en cet instant, elle ne put s'empêcher de le taquiner encore un peu, affichant une mine on ne peut plus sérieuse tandis qu'elle entrecoupait son discours et faisait grimper la pression.

_ Bien, bien... c'est bien...

_ Ah oui ? Pourquoi ? Ça t'intéresse ?

_ Enfin non...

_ Non ? Je ne suis pas ton genre peut-être.

_ Enfin je veux dire que si c'est clair entre vous c'est tant mieux...

_ Tout à fait clair, oui.

Sa dernière phrase lui échappa peut-être un peu plus sèchement qu'elle ne l'avait anticipée, mais son interlocuteur était trop occupé à gérer son propre stress pour s'en apercevoir. Malgré ce qu'il s'était passé entre eux, malgré la colère et le ressentiment qu'ils nourrissaient l'un envers l'autre, Gillian savait qu'au fond elle aimait toujours Emrick. Elle n'était pas un putain de robot capable de switcher ses émotions d'un simple coup d'interrupteur. Il lui faudrait du temps pour se débarrasser de l'affection qu'elle éprouvait pour lui, et même ainsi elle savait qu'il en subsisterait toujours une trace. Trop de choses les reliaient l'un à l'autre au-delà de l'amour qu'ils avaient pu ressentir l'un pour l'autre. Pourtant elle ne mentait pas. Leur couple ne reviendrait pas de l'épreuve qu'ils avaient traversé. Leur histoire était belle et bien finie. Malgré le sexe phénoménal qu'ils avaient partagé il y a de ça quelques jours à peine, après une dispute digne des plus grandes tragédies grecques, elle savait que cela avait été une manière comme une autre de se dire au revoir. Définitivement cette fois-ci. Et cela était mieux ainsi, pour lui comme pour elle.

Un peu perdue dans ses pensées, l'ancienne analyste ne réagit pas tout de suite à la question de son interlocuteur. Le temps qu'elle raccroche les wagons, Khaaleb s'était déjà agenouillé au sol, attirant son attention droit devant elle, en direction de la lisière de la clairière. Un rôdeur. D'un pas mal assuré, celui-ci se dirigeait droit sur eux et Gillian sentit son cœur s'accélérer dans sa poitrine. Il était seul. Elle avait déjà fait face à pire que cela. Pourtant elle ne put s'empêcher d'échapper un "En serio?" incrédule lorsque son compagnon suggéra qu'elle s'en charge elle-même, comme une continuité de son entraînement. Elle n'était pas prête. Viser une cible inerte était une chose, abattre un rôdeur en mouvement avec un arc avec lequel elle commençait à peine à se familiariser en était une autre. Khaaleb la prenait pas surprise avec quelque chose qu'elle n'avait ni anticipé ni évalué. Pourtant Gillian prit sur elle. Elle déglutit et se redressa lentement, bandant son arme avec détermination. La première flèche alla aussitôt se perdre entre les arbres mais elle ne baissa pas les bras. Armant la suivante, elle s'humidifia les lèvres avant de décocher la seconde, qui alla se planter aux pieds de la créature émergeant d'entre les fourrés. Celle-ci laissa alors échapper un grognement guttural tandis qu'elle retroussait ses babines, laissant apparaître une rangée de dents menaçantes. Calme, reste calme, s'intima-t-elle intérieurement. Concentre-toi et ne perds pas tes moyens. Tu peux le faire. Indépendamment de sa volonté, elle sentit pourtant les paumes de ses mains devenir moites et sa langue devenir sèche. Ses doigts se mirent à trembler à mesure que se rapprochait le danger, envoyant sa troisième flèche frôler sa cible et laisser une marque sur sa joue. Mais cela ne l'arrêta pas. Inexorablement, la mort continua d'avancer vers elle, jusqu'à ce que ses deux orbites vides et sa gueule béante soient l'unique chose sur laquelle elle puisse se concentrer. Gillian prit alors une décision radicale. Alors que la créature tendait ses griffes en avant, prête à se jeter sur elle, elle laissa tomber son arc, empoigna fermement sa dernière flèche juste en-dessous du tranchant et réduisit elle-même la distance qui les séparait afin de lui planter son couteau de fortune directement dans l’œil. Le rôdeur s'écroula alors au sol avec un dernier râle, laissant une Gillian haletante intégrer ce qui venait de se passer.

Ce n'était pas la première fois qu'elle tuait un rôdeur de cette façon. Elle l'avait fait des dizaines et des dizaines de fois déjà. Elle s'était retrouvée dans des situations bien plus périlleuses que celle-ci. Elle avait survécu pendant des mois dehors, sans murs pour la protéger. Alors pourquoi est-ce qu'elle ne pouvait pas s'arrêter de trembler ? Elle n'avait même pas peur ! Non. Elle était en colère. Une colère sourde venue de nulle part qui menaçait de la submerger. Peut-être que Khaaleb dit quelque-chose à cet instant, ou qu'il tenta de poser une main sur son épaule pour la ramener à la réalité présente. Ou peut-être qu'il ne fit rien de tout cela. Gillian finit pourtant par se retourner, le regard noir, et par envoyer ses poings marteler l'un après l'autre son torse de toutes ses forces. Qu'il fasse trois têtes de plus qu'elle et soit probablement capable de la mettre K.O. d'un simple revers de main ne lui traversa même pas l'esprit.

_ Cabrón de mierda! Te la pones dura así, ey?! Dejando a una mujer enfrentarse al peligro sola? Hijo de la gran puta! Pendejo de mis cojones! Vete a la mierda! conclut-elle avant de le laisser en plan sans crier gare, d'attraper son sac et de commencer à s'éloigner d'un pas furieux en direction de la forêt.
Revenir en haut Aller en bas

Khaaleb Talarion
From the wild

à propos
sac à dos
How to train your survivor - ft Gill 1564648549-khaaleb

Ancien métier : Garde forestier
Occupation : Survivre dans la nature sauvage
Statut civil : Apprend à vire avec Thalya Torres, pour le pire mais surtout pour le meilleur ♥
Lieu de naissance : Réserve de Kánesatake, Québec

How to train your survivor - ft Gill F2fa35b94be903f599fafcc9e405e80e58e4196e

Messages : 420
Inscription : 20/04/2019
Crédits : Feuilledecarotte
Célébrité : Jason Momoa

How to train your survivor - ft Gill X0TurS633 / 5033 / 50How to train your survivor - ft Gill BR2xH0t

How to train your survivor - ft Gill DQEbQJ224 / 5024 / 50How to train your survivor - ft Gill GxoDpmC

How to train your survivor - ft Gill Hu1erU737 / 5037 / 50How to train your survivor - ft Gill LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
How to train your survivor - ft Gill Empty
13.04.20 16:10
How to train your survivor


   Gill & Khaal



A l’affût dans les hautes herbes, l’œil vif et l'oreille aux aguets, Khaaleb observait la nouvelle cible qu'il avait choisi pour son élève. Contre son dos, un fin rayon de soleil venait chauffer la peau de sa nuque. Tout autour d'eux, dès lors que la créature était apparue, la nature s'était soudain faite silencieuse. Les oiseaux ne chantaient plus, les grillons se taisaient. Même la brise, douce et légère, semblait être tombée, comme si tous retenaient leur respiration. Le cœur battant à un rythme régulier, le trappeur attendait que la jeune femme encoche sa flèche vers le rôdeur qui arrivait de son pas chancelant. Il n'attendait pas que Gill face mouche dès le premier essai. Il ne s'attendait même pas à ce qu'elle réussisse tout court en réalité. Mais il savait qu'il n'y avait de meilleur entraînement que celui-ci, en conditions réelles. On pouvait tirer milles fois en plein cœur d'une cible, dégommer des canettes à des dizaines et des dizaines de mètres, mais c'était autre chose de le faire dans ce contexte, sans de hautes murailles pour se protéger, face à la menace.

Bien entendu, son but n'était pas de laisser le danger fondre sur eux sans rien faire. Il se tenait prêt à agir, l'arc serré dans sa main et dès l'instant où il verrait la situation devenir trop risquée, il tirerait, mais pas avant d'avoir laissé une chance à son élève de se distinguer. Le malaise que leur conversation avait amené s'était soudain envolée de son esprit, et l'amérindien oublia d'un coup les phrases de la jeune femme qui l'avait rendu si maladroit. Il ne pensa plus à Rick et à ce qui avait bien pu se passer entre eux, ni à cette question étrange sur le fait qu'elle était ou non son genre. Balayé tout ça, pour ne laisser que la concentration et l'action. Il était étrange pour le grand brun de constater qu'il était désormais plus à l'aise dans un face à face avec un mort plutôt que dans une conversation normale avec un vivant.

La première flèche siffla dans l'air sans rencontrer le moindre obstacle. Gill en sembla déçue mais ne se laissant pas abattre, elle retenta le coup. Allant du virulent à son assaillante, Khaaleb portait un regard attentif et analytique sur la situation et plus les secondes passaient, plus il comprenait qu'elle n'y parviendrait pas. Ça n'avait bien sur rien de grave, et il y aurait bien assez d'autres occasions pour se formaliser de ce premier échec. Décidant enfin qu'il était temps de mettre un terme à l'exercice, l'ancien garde forestier se redressa et banda son arc, mais alors qu'il était sur le point de tirer dans le crâne pourri de la créature, il se passa quelque chose qu'il n'avait su anticiper. La jeune femme se rua sur le rôdeur, lui plantant la pointe de sa flèche dans l’œil. Interloqué, le trappeur regarda le cadavre tomber au sol pour y pourrir enfin. Il baissa son arc, les sourcils froncés.

« Mais qu'est-ce que... » Il n'eut pas le temps d'aller plus loin. La jeune femme venait de lui asséner un violent coup de poing dans le ventre, suivi d'un autre et d'un autre, tout en vociférant des mots dont il ne comprit pas la moitié. Heureusement pour lui, sa ceinture abdominale lui offrait une protection suffisante pour ne pas avoir à véritablement souffrir de cette attaque, mais sa violence était bien plus morale que physique. Sa voix de Gill, pleine de colère, tremblait presque alors que son visage se contractait sous le coup de l'émotion. Totalement interdit et incapable de faire quoi que ce soit, Khaaleb resta immobile, encaissant sans dire un mot, essayant de comprendre ce qui était en train de se passer. Les coups cessèrent aussi vite qu'ils avaient commencé et après avoir récupéré son sac, la jeune femme quitta la clairière sans autre forme de procès.
Totalement prit au dépourvu et bien plus décontenancé par ce qui venait de se passer que si on venait de lui raconter tous les gossips d'Highgate d'un coup, il lui fallut quelques secondes avant de parvenir enfin à réagir.
Étrangement, alors qu'il n'en comprenait pas la provenance, il sentait naître de cette incompréhension une forme d'amertume qui se mua vite en colère. Mais quelle mouche avait bien pu la piquer bon dieu ? C'était quoi ce délire total ? Il n'avait pas compris ce qu'elle lui avait dit, mais il n'avait pas besoin d'être bilingue pour déceler que ses derniers mots n'avaient rien de très affectueux. Qu'est ce qu'il avait fait pour mériter un hijo de puta pareil ? Serrant les dents et tout à la mauvaise humeur qui l'habitait soudain, il se dit qu'elle pouvait bien aller se faire foutre, et qu'il avait mieux à faire de ses journées que de se faire insulter. Avec des gestes nerveux, il récupéra l'arc qu'elle avait abandonné avec ses affaires, retournant dans sa tête la scène qui venait de se tenir dans la petite clairière. Puis, jetant un coup d’œil dans la direction où la silhouette de Gill avait disparu, il se maudit et fonça à sa poursuite. Bien qu'il avait un instant pensé à laisser tomber et à emmerder cette folle furieuse, il était pourtant incapable de laisser cette situation dans l'état. A grandes foulées, Khaaleb rattrapa vite la jeune femme qui avançait sous le couvert des arbres. Comme elle s'obstinait à lui tourner le dos, il lui attrapa l'épaule et, essayant de ne pas paraître trop vigoureux dans son geste, l'arrêta et la força à le regarder.


« J'peux savoir c'était quoi ça ?! » demanda-t-il d'une voix forte. Il n'y avait pas besoin d'avoir suivi des cours de profilers pour comprendre qu'il était furax. Mais ce n'était pas réellement la colère que l'on pouvait lire sur ses traits, plutôt une profonde incompréhension, et au fond, la crainte d'avoir mal agi. « T'es bien gentille mais je parle pas espagnol moi alors tu t'expliques ! Je t'ai dit que j'te couvrais alors pourquoi t'as paniqué ? » Il s'approcha légèrement, inconscient que sa stature imposante pouvait paraître menaçante. « Tu crois vraiment que j'l'aurai laissé t'bouffer ? Si mes méthodes te plaisent pas ok j'peux l'entendre, mais déjà j'te rappelle que c'est toi qui m'a demandé de t'appendre, et aussi qu'il y a d'autres moyens d'le dire si ça va pas ! J'suis pas ton défouloir merde ! Si t'es pas capable de faire confiance aux autres, bah désolé mais j'y peux rien moi !! »


_________________
How to train your survivor - ft Gill Al8r
Revenir en haut Aller en bas

Gillian Jenkins

à propos
sac à dos
How to train your survivor - ft Gill 1572210816-ezgif-6-35f9d65c183e

Ancien métier : analyste et traductrice des services de renseignement
Occupation : non défini encore
Statut civil : célibataire
Lieu de naissance : Damas, en Syrie

Messages : 169
Inscription : 19/10/2019
Crédits : moi (avat) & surannesjoness (gif)
Célébrité : Itziar Ituño

How to train your survivor - ft Gill X0TurS621 / 5021 / 50How to train your survivor - ft Gill BR2xH0t

How to train your survivor - ft Gill DQEbQJ230 / 5030 / 50How to train your survivor - ft Gill GxoDpmC

How to train your survivor - ft Gill Hu1erU710 / 5010 / 50How to train your survivor - ft Gill LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
How to train your survivor - ft Gill Empty
19.04.20 18:33
Elle avait vaguement conscience de marcher dans la direction opposée à Highgate. Par manque de réflexion dans un premier temps : empressée de mettre les voiles, elle n'avait pas pris le temps de réfléchir à l'orientation qu'elle prenait. Puis par orgueil : le panache de sa sortie aurait pris un sacré coup dans l'aile si elle avait brusquement fait demi-tour au bout de deux mètres. Et enfin, par choix, se convainc-t-elle avec une bonne dose de mauvaise foi : elle en avait assez, ça y est ! Ras le bol de jouer la comédie au sein de cette communauté d'imbéciles heureux croyant que leurs murs les protégeraient éternellement de ce qui rôdait au dehors ! L'idée de Samaël d'infiltrer les différentes communautés de Kelowna pour repérer la plus aisément manipulable était absurde, inepte, totalement imbécile. Elle l'avait su depuis le début et aurait du insister pour se faire entendre au lieu de suivre docilement le mouvement comme une idiote. Ils formaient une équipe. Samaël, Raven, Emrick et elle ; ensembles, ils n'avaient besoin de personne pour survivre et n'auraient jamais du se séparer. N'auraient jamais du s'attarder en ces lieux, séduits par la bonté du climat et les perspectives qui s'offraient à eux. Tout cela n'était qu'une chimère. Un rêve absurde sur lequel il était temps de tirer définitivement un retrait. Et puisqu'il lui incombait à elle de les faire revenir à la réalité, ainsi soit-il ! Elle se chargerait elle-même de réunir la bande et ils pourraient alors reprendre la route sans un regard en arrière. Comme cela aurait toujours du être.

Elle en était là, continuant de maugréer dans sa barbe en espagnol – comme chaque fois que sa mauvaise humeur prenait le pas sur tout le reste – quant elle entendit Khaaleb tenter de la rattraper de ses grandes enjambées pressées. Loin de ralentir le pas, Gillian écarta une branche de son passage avec véhémence, bien décidée à ne pas se laisser détourner de son objectif, jusqu'à ce que l'étreinte du garde-forestier se referme sur son épaule et ne la force à stopper net sa course de petite tornade offusquée. Si l'idée de lui envoyer à nouveau un poing dans le ventre lui traversa l'esprit, elle abandonna vite l'idée en croisant son regard furieux. Ce fut comme si on lui jetait soudain un sceau d'eau froide en pleine tête. Tout d'un coup, elle eut conjointement conscience de sa petitesse face à ce géant de la nature, de sa vulnérabilité et du ridicule de la situation. Une fois de plus, elle s'était laissée emporter par ses sautes d'humeur. Par ce monstre d'inconstance qui lui pourrissait la vie depuis des mois, depuis ce putain de test de grossesse positif et ce putain d'avortement au cours duquel elle avait failli perdre la vie, et Gillian sentit presque aussitôt les larmes lui monter aux yeux. Parce qu'elle n'en pouvait plus de ce yoyo émotionnel. Parce que chaque reproche de Khaaleb était on ne peut plus légitime et la faisait passer à raison pour une hystérique juste bonne à être enfermée. Parce qu'elle ne se reconnaissait plus et que cela l'effrayait et qu'elle ne pouvait même pas lui expliquer pourquoi. En partie parce que cela l'aurait forcé à trop se dévoiler, en partie parce qu'elle n'en avait pas la foutue moindre idée elle-même.

Si elle ouvrit d'abord la bouche avec l'intention d'aller le faire foutre, Gillian ravala pourtant bien vite la réplique qui lui brûlait les lèvres. Le regard froncé, elle détourna le regard, consciente que toute la colère et la frustration qu'elle pouvait ressentir en cet instant était bien plus diriger à son encontre qu'à l'égard de son interlocuteur. Même si cela ne rendait pas la chose plus aisée. Dans le fond, Gillian avait toujours été une personne intense, ressentant les choses avec passion, aimant rire à gorge déployée, pleurer sans honte, débattre avec véhémence et chérir un amant plus éperdument encore, mais elle s'était toujours enorgueillit de savoir compartimenter sa vie entre le personnel et le reste. Un visage pour ses proches, un autre pour le monde. L'un sensible et empathique, l'autre impassible et distant. Aujourd'hui, pourtant, la frontière entre les deux semblait se fondre l'un dans l'autre et elle avait la désagréable impression de ne plus savoir comment se dépatouiller entre les deux. D'un geste nerveux, elle passa alors une main dans ses cheveux caramels et expira bruyamment par le nez au bout d'un moment de silence.

_ Je suis désolée... souffla-t-elle du bout de lèvres, le regard résolument fixé sur un point de la forêt. Je n'aurai pas du réagir comme je l'ai fait. C'était déplacé et après avoir accepté de m'aider tu ne méritais pas un coup d'éclat pareil. C'est juste que... Cette situation m'a rappelé un mauvais souvenir et... ça m'a fait dérailler. Ce n'est pas une excuse mais je ne peux pas faire mieux pour l'instant.

Elle ne mentait qu'à moitié. Distiller un peu de vérité dans le mensonge était la clé vers l'absolution et elle le savait parfaitement. N'importe qui ayant survécu jusqu'à aujourd'hui transportait de toute façon avec lui son lot de trauma et de blessures cachées, elle la première. Avec un nouveau soupire, elle tourna enfin à nouveau son regard vers lui, esquissant un demi sourire.

_ Merci de m'avoir rattrapé. Peu de gens s'en serait donné la peine. Tu es quelqu'un de bien, Khaaleb. C'est assez rare pour être noté aujourd'hui et, si tu es toujours partant, j'aimerais beaucoup que tu continues à m'apprendre à tirer à l'arc...

Et en cet instant, son cœur se serra de la certitude de sa trahison. Car il lui pardonnait. Elle le lut sur son visage à l'instant où il détourna les yeux et secoua doucement la tête de droite à gauche, l'air bougon, comme s'il avait lui-même du mal à croire qu'elle ait pu l'avoir si facilement, armée de son seul petit air de chien battu et de sa confession bidon. Après le cirque qu'elle venait de lui faire, l'envie ne manquait pourtant certainement pas de l'envoyer se faire foutre, mais voilà : Khaaleb était quelqu'un de bien, vraiment, même s'il donnait l'impression d'appartenir à cette classe de gens qui ne pensaient pas mériter ce titre. Ignorant par là même qu'ils n'en étaient que plus légitimes encore...
Alors il accepta de passer l'éponge. À deux conditions toutefois. Un : qu'elle fasse l'effort de lui faire confiance ; deux : qu'elle évite de le rouer de coups chaque fois que quelque-chose venait la titiller d'un peu trop près, cette dernière exigence faisant apparaître un timide sourire sur les lèvres de Gillian, qui s'empressa toutefois d'acquiescer.

Elle avait un nouveau professeur.


FIN
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


How to train your survivor - ft Gill Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
How to train your survivor - ft Gill
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: North Kelowna :: Highgate-
Sauter vers: