AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -48%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
68 €


 

 Night talk ft les Jojo's



Joanna Eriksson
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Night talk ft les Jojo's ALa22CL

Ancien métier : Psychologue pour l'armée canadienne,
Statut civil : Éternellement libre.
Lieu de naissance : Göteborg, Suède.

Night talk ft les Jojo's 6HhNVnD

Messages : 19
Inscription : 16/09/2019
Célébrité : Ana de Armas (soldier eyes)

Night talk ft les Jojo's X0TurS624 / 5024 / 50Night talk ft les Jojo's BR2xH0t

Night talk ft les Jojo's DQEbQJ236 / 5036 / 50Night talk ft les Jojo's GxoDpmC

Night talk ft les Jojo's Hu1erU723 / 5023 / 50Night talk ft les Jojo's LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Night talk ft les Jojo's Empty
18.11.19 8:36
Le souffle court et le coeur battant à tout rompre, Joanna revenait d'une longue course dans la zone d'entraînement de la base militaire. Poussant la porte de son logement, elle prenait uniquement le temps de la refermer derrière elle avant de s'engouffrer dans la salle de bain sur sa droite. La pièce était minuscule et composée uniquement d'une vanité, d'une toilette et d'une douche. Plusieurs camping-cars offrent plus d'espace, mais cela ne l'importait en rien. Ils étaient déjà très chanceux d'avoir la possibilité d'en avoir une. L'eau n'était pas très chaude et elle n'avait droit qu'à quelques minutes, mais elle lui fit un bien fou. Se dirigeant vers la pièce principale qui lui servait à a fois de salon, de cuisine et de chambre à coucher dans son plus simple appareil, Joanna enfilait rapidement son pyjama avant de se laisser tomber dans son lit. Allongée, le regard fixé sur le plafond, elle ne prenait pas la peine d'entrer dans les couvertures pour l'instant. Elle était simplement bien couchée ainsi, la tête pleine des multiples événements ayant peuplé sa journée. Faire le tri dans tout ça n'était pas toujours facile et parfois, elle craignait de ne pas être d'aussi bon conseil qu'elle ne l'était avant que le monde parte en vrille. Malgré tout, elle tachait de ne pas le démontrer. D'uniquement laisser transparaître la confiance propre à son nom.

Des bruits de pas dans le couloir étaient venus interrompre ses songes. Se soulevant grâce à ses mains, elle se traînait le long de son lit et s’engouffrait dans ses couvertures. Si Joanna parvenait assez bien à jongler avec la rusticité de certains composantes de la base, elle n’avait pas hésité à satisfaire certaines de ses coquetteries. Les soyeux draps dans lesquels elle rejoignait les bras de Morphée en faisant parti. Un tissu luxueux à mille lieu de celui rude et abîmé qui habillait habituellement les lits des appartements des soldats. Elle n’avait pas le temps de monter les couvertures sur elle que les pas s’arrêtaient devant sa porte et qu’un cliquetis retentissait. Elle n’avait pas besoin du moindre temps pour réfléchir, une seule personne partageait son cocon.

« Avec tout le boucan que tu mènes, tu es chanceux que je ne sois pas endormie. »

S'il était vrai qu’elle pouvait avoir un caractère peu agréable lorsqu’on interrompt son sommeil, il était complètement faux que l’entrée de Joakim soit suffisante pour le faire. Peut-être était-ce parce que contrairement à la plupart des habitants du Coliseum, elle n’avait jamais combattu que son sommeil était à ce point difficile à perturber.

« Tu as passé la journée avec maman ? »

Adossée contre le mur, les couvertures la recouvrant jusqu’à la taille, Joanna ne quittait pas son jumeau du regard. Des bribes de conversations entendues ici et là lui avaient permis de le savoir, mais même sans cette information, la simple vision des expressions dessinées sur le visage de sa moitié lui aurait permis de le deviner. Elle le connaissait aussi bien qu’il la connaissait, et bien souvent, leurs regards parlaient bien plus que leurs mots. Étirant sa main, elle venait déplacer les couvertures à sa droite, l’invitant par ce simple geste à a la rejoindre afin qu’ils puissent discuter. Elle n’a pas besoin de formuler la moindre demande tant c’est pour eux une habitude des plus naturelle.

Revenir en haut Aller en bas

Joakim Eriksson
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Night talk ft les Jojo's Kobc

Ancien métier : Pilote dans l'armée canadienne
Occupation : Sécurité et dirige les excursions de capture des virulents
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Göteborg, Suède

Night talk ft les Jojo's Dn82

Messages : 78
Inscription : 30/08/2019
Crédits : FeuilleDeCarotte (vava & gifs) - Ross (signature)
Célébrité : Darren Criss

Night talk ft les Jojo's X0TurS625 / 5025 / 50Night talk ft les Jojo's BR2xH0t

Night talk ft les Jojo's DQEbQJ235 / 5035 / 50Night talk ft les Jojo's GxoDpmC

Night talk ft les Jojo's Hu1erU723 / 5023 / 50Night talk ft les Jojo's LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Night talk ft les Jojo's Empty
23.11.19 18:19
Joanna & Joakim



Night talk

Je m’affale sur mon lit alors que je viens de rentrer de mon expédition avec mon groupe et ma mère. Beaucoup d’émotions, beaucoup de tension, beaucoup d’énergie laissée pour une simple journée. Même si ce n’est pas une simple journée comme les autres, pas aujourd’hui. C’est la journée d’Ava, notre petit ange. La raison des maux de notre mère. Sa plus grande douleur, avec Ilian. J’y repense aussi, fréquemment. Parfois je me laisse submerger par l’émotion et il faut que je fasse quelque chose pour m’occuper, mais cette fois-ci, c’est notre mère qui a eu besoin d’aide. Elle l’a montré à sa manière, par la violence, comme toujours.

Heureusement, notre expédition en groupe s’est bien passée, nous avons pu ramener quelques virulents. En revanche, ma sortie ne s’est pas terminée là. J’avais promis à ma mère que nous irions nous défouler rien que tous les deux une fois notre mission terminée. Et je tiens toujours mes promesses. Ça m’a fait du bien à moi aussi, de déglinguer la raison de la perte des deux cadets. Sauf qu’une fois rentrés, la douleur est toujours là. Je pourrais détruire le monde, Ava et Ilian ne reviendront jamais parmi nous. Alors chaque année, je me demande si ce rituel est vraiment une bonne alternative, pour moi, mais surtout pour ma mère.

Je soupire longuement et me relève pour aller prendre une douche. Heureusement que nous sommes en plein été et que l’eau froide contre ma peau me fait plus de bien qu’autre chose. Les quelques minutes d’eau chaude seront compliquées cet hiver. J’espère que les grosses têtes de la base pourront trouver une solution intermédiaire à ce problème d’ici-là.

Je me penche en avant, vers le mur de la douche et laisse l’eau couler le long de ma nuque, longuement. Je soupire une nouvelle fois et laisse l’émotion du jour me quitter. Je ne peux pas garder ça en moi, Joanna me le répète toujours. Je devrais extérioriser tout ce que je ressens pour me sentir bien. Mais ne sommes-nous pas les enfants de Natalia Eriksson ? Extérioriser n’a jamais été notre truc. On se parle avec ma jumelle, on se confie tout, et c’est la seule chose dont j’ai besoin. Les autres n’ont pas besoin de connaître mes malheurs, ça ne les regarde pas, seule ma famille compte. Et parmi eux, seule Joanna représente pour moi cet endroit de sérénité où je peux tout laisser retomber.

Alors je sors de la douche, me sèche rapidement avec ma serviette, prends le temps de la passer dans mes cheveux pour qu’ils ne dégoulinent pas, enfile de simples habits décontractés, qui me servent bien souvent de pyjama et sors dans le couloir. La chambre de Joanna n’est pas très loin de la mienne mais je dois tout de même marcher quelques minutes. Une distance qui m’embête parfois mais qui, pour nous deux, ne peut faire que du bien. Je passerais mon temps à la surveiller dans le cas contraire, je le sais. Je piétine donc jusqu’à sa porte et sans frapper, je l’ouvre lentement, espérant qu’elle soit ici et surtout, qu’elle ne soit pas endormie. Sa voix retentit dans la pièce, me provoquant un grand sourire malgré les piques qu’elle me lance.

Elle est déjà installée dans son lit et je referme la porte derrière moi, m’avançant vers elle. « Ton lourd sommeil d’ours en hibernation ne t’aurait même pas fait remarquer ma présence. J’aurais pu venir me glisser à tes côtés en tout sécurité. » Nouveau sourire de ma part alors que je m’arrête face à elle. Elle ouvre ses draps, m’invitant à la rejoindre tout en me posant une question sur ma journée. Je n’hésite pas et viens m’installer à ses côtés tout en répondant à sa question. « Oui… » Mais elle savait certainement déjà tout, les bruits allaient vite dans cette base, surtout quand les ragots concernaient notre famille. « Tu sais quel jour on est hein ? » Je doute que ma moitié ait oublié cette date douloureuse, mais je préfère toujours demander, préciser le contexte. « Elle s’est incrustée dans mon groupe de capture des virulents et tu la connais, j’ai rien pu faire pour qu’elle reste ici. » Je soupire en retirant les draps vers moi pour me couvrir. « Mais elle a coopéré après que je lui aies promis un moment seul avec elle pour aller buter ces saloperies. » Ces horreurs nous ayant enlevé une partie de notre famille. « On vient de rentrer, j’suis juste passé me changer. » Les traces de sang, le mélange de sueur et de saletés, je n’allais pas débarquer comme ça chez Joanna. Alors je tourne la tête vers elle, un sourire taquin sur les lèvres. « Je voulais pas souiller les magnifiques draps de Miss Eriksson première du nom. » Car il y a un monde entre elle et moi, peu importe à quel point nous pouvons être fusionnels. Je suis un homme de terrain, de combat, peu habitué par toutes ces coquetteries alors qu’elle reste cette femme d’intérieur, militaire, certes, mais d’intérieur quand-même. Son passé dans l’armée l’a endurcie, grandir avec notre mère l’a rendue bien plus forte qu’elle ne l’aurait jamais été avec une autre famille, cette nouvelle vie l’a changée, mais Joanna restera toujours cette femme coquette qui apprécie les belles choses et son petit confort. Et sur ce point-là, j’adore toujours la taquiner.

Mais la douceur reprend sa place entre nous et je viens déposer un baiser sur sa joue, comme nous avons toujours pris habitude de le faire pour nous saluer. « Et toi ta journée ? T’as encore dû écouter pleurnicher Bryan ? » Ah Bryan… Il est arrivé dans notre groupe il y a quelques mois et depuis qu’il a appris le métier de Joanna, il ne se gêne pas pour venir lui conter tous ses malheurs fréquemment.

_________________
I'd rather be hated for who I am
Revenir en haut Aller en bas
 
Night talk ft les Jojo's
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: West Kelowna :: Military base-
Sauter vers: