AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-67%
Le deal à ne pas rater :
– 67% sur le Ventilateur sur pied OCEANIC – Hauteur réglable – ...
16 € 49 €
Voir le deal


 

 Under a killing moon + Siel



Sierra Castellan
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel Tumblr_inline_nuxcrnEdux1qlt39u_250

Ancien métier : Mécanicienne pour le garage familial
Occupation : Mécanique et réparation en tout genre
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna ftw

Under a killing moon + Siel 1570392935-sierra2

Messages : 189
Inscription : 28/08/2019
Crédits : ava: cf signa: bat'phanie
Célébrité : Chloe Bennet

Under a killing moon + Siel X0TurS624 / 5024 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ227 / 5027 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU719 / 5019 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
19.11.19 13:20

Under a killing moon
Elle tourne et retourne dans son lit à la recherche du sommeil qui n’arrive toujours pas. Comme si le marchand de sable avait oublié de passer par chez elle. Elle a tenté tous les moyens possibles et connus pour arriver à dormir, mais rien n’y fait. Quelque chose la chicote, mais elle n’arrive pas à mettre le doigt dessus. Surtout qu’il n’y a aucune raison à ce qu’elle soit anxieuse. Tout se passe pour le mieux pour elle. Sierra a retrouvé Charlie et vit même avec lui. Leur relation a toujours été harmonieuse, mais elle apprend à connaitre le Charlie post-apocalyptique. Il n’est pas si différent, mais elle a remarqué qu’il est plus soucieux et plus réfléchi. Elle sait que la perte d’Alice le pèse beaucoup. Il essaie de ne pas le montrer, mais la cadette voit bien qu’il se met beaucoup de pression sur les épaules, qu’un tas de scénarios fourmillent dans sa tête et qu’il se pose beaucoup de question. Il ne sera pas au mieux de sa forme avant d’avoir retrouvé sa moitié. Au moins, la brune sait que sa présence auprès de lui, lui fait du bien. Elle aussi se sent mieux. Un peu surprotégée, mais elle comprend dans les circonstances. Elle lui fait bien savoir, même si au fond, elle apprécie qu’on se fasse du souci pour elle. Il lui arrive de s’inquiéter aussi pour son ainé qui sait pourtant très bien se défendre. Elle a fait sa place au sein de la highgate et les gens lui font confiance pour les réparations en tout genre. Ses journées sont toujours très occupées. Elles sont routinières et l’action lui manque un peu, mais elle se plait bien. Elle ne regrette pas ses quelques mois passés en vagabonde et sa situation précaire. Elle préférait largement la sécurité que lui offrait cet endroit au centre de la ville.

Un énième soupire traverse ses lèvres. Elle sait qu’elle ne dormira pas de sitôt et décide de se lever. Elle enfile un jogging, un chandail chaud et ses bottes. Elle passe devant la porte de la chambre de son frère et l’ouvre doucement. Un fin sourire étire sa bouche et elle le regarde dormir quelques secondes avant de refermer l’ouverture. Elle a pris l’habitude de venir vérifier qu’il va bien lorsqu’elle se lève la nuit. Pour inverser les rôles pour une fois. La petite qui surveille le grand. Elle le fait en secret car elle sait qu’il en mourrait de honte s’il savait. Bientôt, ils retrouveraient les leurs. Bientôt, ils allaient être tous réunis et leur vie n’en sera que meilleure. Elle sort finalement de leur petite maisonnée prendre l’air à l’extérieur. Il fait bon. Il ne fait pas chaud, ni froid. Il y a même une légère brise qui la fait frissonner. Une douce nuit de juillet éclairée par une lune presque complète. Des rires et des éclats de voix attirent son attention. Curieuse, elle se dirigent vers eux. Elle est à peine surprise d’y voir des gens de la communauté s’amuser autour d’un feu. Ça la fait sourire et ce sont des scènes comme ça qui font qu’elle ne regrette pas d’être venue jusqu’ici. Ils arrivent à avoir une vie normale malgré l’horreur vécue par chacun et les dangers qui les guettent dès qu’ils mettent le pied à l’extérieur. "Hey Sierra! Tire-toi une bûche et viens avec nous!" Elle salue la bande d’un signe de la main. Elle reconnait Andrew, celui qui lui a dit de les rejoindre, Billy, Blaise, Isabelle, Rafael et Maeko. Elle prend place aux côtés de l’ami de son frère. "Salut l’grand. T’arrives pas à dormir?" Elle met sa main dans le sac de marshmallows un peu durci que lui tend Blaise et plante la boule de sucre sur un vieux cintre en métal qu’elle met ensuite au-dessus du feu.


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
all the world is mad
And now my heart stumbles on things I don't know
My weakness I feel I must finally show. In these bodies we will live, in these bodies we will die. And where you invest your love, you invest your life. ▬
Awake my soul
Revenir en haut Aller en bas

Rafael Nuñez Vargas
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel V1k3

Ancien métier : Pilote de l'armée canadienne
Occupation : Participant aux excursions et patrouilleur sur le mur
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna, Canada

Under a killing moon + Siel Od3n

Messages : 169
Inscription : 29/10/2019
Crédits : fassylovergallery
Célébrité : Aidan Turner

Under a killing moon + Siel X0TurS629 / 5029 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ235 / 5035 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU728 / 5028 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
19.11.19 17:14
Les pleurs me réveillent, je l'entend, dans la pièce d'à côté. La petite fille de quelques mois à peine pleure, demande sa mère. Elle, elle dort et ne l'entend pas. Cela fait plusieurs semaines qu'elle ne dort plus, à cause de la petite. Je tourne et tourne dans mon lit, observe le plafond sombre de la chambre. Les yeux grands ouverts. Et soudain, je me relève. Cruz, sur le lit, lève le museau, couine. Je passe ma main dans son poil blanc, lui sourit. Et alors que je met un pied à terre, que j'enfile un t-shirt, mon compagnon saute sur le parquet. Ses griffes grincent sur le bois, il me suit lorsque je sors de la chambre, aussi près de mes jambes que possible, sa queue battant fort l'air. La chambre de mon amie est là, juste à côté de la mienne. J'entend les pleurs de la petite. Et lorsque j'entrouvre la porte, je glisse un oeil éveillé dans l'embrasure. Elle est là, sa maman, assise sur le bord du lit, des larmes aux yeux. Le visage enfouit dans le creux de ses mains. Cruz pousse la porte de son museau et sans que je parvienne à le stopper, il s'approche de notre amie, dépose son museau sur ses genoux. Il couine, elle le regarde. Il lèche son bras, elle sourit et commence à caresser son long poil duveteux. La petite pleure toujours et je m'avance dans la pièce, fais un signe de la main à sa mère.

- Je peux m'en occuper, si tu veux dormir un peu.

Je sais ce qui tourne dans son esprit, je le vois bien. Ses nuits sont remplies de son visage, à lui. Son époux. Elle rêve de lui la nuit et se confronte au visage de leur fille le jour. Elle ne supporte plus de s'occuper de leur enfant seule. Je fais de mon mieux, pour lui venir en aide, nous faisons tous de notre mieux. Depuis cette dernière année, nous sommes devenus une famille, tous les six. Nous quatre, adultes. Et la petite crevette, mais Cruz aussi. Nous nous occupons les uns des autres. Je m'approche de mon amie, m'assied à côté d'elle quelques secondes. Elle se jette dans mes bras, je la serre fort contre ma poitrine, rassurant son âme de mes mots. Les minutes s'écoulent, elle se calme. Lorsqu'elle se relève, Cruz s'est couché sur le sol et dix minutes se sont écoulés dans les pleurs de son enfant et de sa mère. Je la regarde et lui souris, je lui propose de m'occuper de la petite pour qu'elle puisse dormir, car ses cernes ne trompent personne. Alors, je me relève et prend la petite dans mes bras, l'emmène dans le salon en bas. Nous sommes beaucoup, dans cette maison. Mes cousins nous accueillent de toute leur gentillesse et leur bienveillance, je m'en veux de les déranger ainsi. Alors, dans le salon, nous nous glissons tous les trois dans le canapé. Cruz nous a suivi, comme notre ombre. La petite et moi. Nous restons là, la petite se calme doucement à mesure que je joue de patience. Son rire commence à résonner dans le salon, elle sourit. Et moi je souris. Le temps passe, la nuit continue et ses yeux se ferment doucement. Et finalement, elle s'endort. J'attend encore un temps, qu'elle s'enfonce plus loin dans son sommeil innocent, avant de remonter dans la chambre de sa mère, de reposer la petite crevette dans son lit. Je l'observe quelques instants et l'envie. A quoi peut-elle rêver ? Que peut-elle vivre dans ses premiers mois ? Je le jure, je la protégerai, cette petite. Elle et sa mère. Nous les protégerons.

La porte se referme doucement dans mon dos, Cruz gigote à côté de moi et je souris. Le sommeil ne parvient toujours pas à me faire succomber. Alors, je descend les escaliers, Cruz me dépasse et arrive devant la porte. Il n'est pas dupe, il sait que nous allons sortir. Et j'ouvre la grande porte de la maison, sors. Nous parcourons les rues, sans réel but. Cruz court dans tous les sens, me revient toujours. Et vite, nous trouvons un groupe recroquevillés autour d'un feu. Nous nous approchons et ne nous faisons pas priés lorsqu'on nous invite. Nous rions, nous parlons et partageons des anecdotes du passé. C'est un moment agréable. L'un d'eux a apporté des marshmallows, Cruz s'en donne à coeur joie, passant d'une main à l'autre, dévorant la moindre sucrerie qu'on lui tend. Et moi je ris de le voir si heureux, sa queue se trémoussant si fort de joie.
Andrew interpèle quelqu'un, je me retourne et vois la petite Castellan s'approcher de nous. Je lui souris, lui fais un signe lorsqu'elle se glisse à côté de moi.

- Salut, la crevette. Nop, j'ai beau essayer, le sommeil c'est pas pour ce soir.

Cruz s'approche aussitôt de la nouvelle venue, glisse son museau sur ses genoux, lui lançant son regard le plus envoutant. Quel séducteur, ce chien... Je lève les yeux au ciel et retourne mon regard dans le feu.

- Et toi alors, tu dors pas non plus ?

Les autres discutent et rient autour de nous.

- Qui a envie de dormir avec une nuit pareille, Raf !

C'est Billy, qui rit en face de nous et nous observe. C'est un gars avec qui je m'entend plutôt bien, il ne s'embête pas des futilités et n'aime pas le conflit. Un gars plutôt bien, pour le peu que je le connaisse. Je souris à sa remarque.

- Tu as raison, mon ami ! Il manque juste de quelques bières, si tu veux mon avis.

- Ah, ça ! Je vais essayer de...

La terre tremble. Une explosion hurle au loin, dans le centre ville. Et nous, nous sautons sur nos buches. Cruz hurle, aboie et saute devant moi, crocs dehors. Mon regard croise celui de Andrew, puis celui de Blaise. Termine sa course et capte celui de Sierra. Une seule question à nos lèvres. Qu'est-ce que c'était ?

_________________

Carry on my wayward son

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Sierra Castellan
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel Tumblr_inline_nuxcrnEdux1qlt39u_250

Ancien métier : Mécanicienne pour le garage familial
Occupation : Mécanique et réparation en tout genre
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna ftw

Under a killing moon + Siel 1570392935-sierra2

Messages : 189
Inscription : 28/08/2019
Crédits : ava: cf signa: bat'phanie
Célébrité : Chloe Bennet

Under a killing moon + Siel X0TurS624 / 5024 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ227 / 5027 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU719 / 5019 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
19.12.19 9:23

Under a killing moon
La crevette. Il n’y a que part lui qu’elle accepte ce surnom. Sierra se rappelle qu’il avait commencé à l’appelé ainsi alors qu’ils faisaient partis de la même équipe d’hockey et qu’il voulait la taquiner. Étant la seule fille de leur équipe, il avait voulu la piquer pour la motiver et ça avait très bien fonctionné. Elle avait fait deux buts et avait obtenu deux passes lors de sa première partie avec l’équipe de Rafael. Depuis, ce surnom débile est resté entre eux et elle le traine depuis plusieurs années, alors que l’homme est un bon ami de Charlie et qu’elle-même a fréquenté l’un de ses frères. Raf a toujours été une sorte de troisième frère pour elle. La joie de le voir traverser les murs de Highgate quelques jours après elle. La jeune fille retrouvait une autre figure importante de son ancienne vie. Un autre roc à qui s’accrocher. Un autre soutien indéfectible dans un monde où les liens sont très importants. Lorsqu’elle l’avait vu, Sierra avait compris qu’elle pouvait retrouver un semblant de vie normale, malgré les dangers qui se trouvent à l’extérieur. Elle peut bâtir quelque chose ici. Retrouver ses repères, reprendre ses marques. Il ne manquait que Kaniel, son père et Alice et son bonheur serait comblé.

Elle ne peut s’empêcher de lever les yeux au ciel en l’entendant, mais elle n’est pas réellement ennuyée. Elle se contente de lui donner une tape sur l’épaule en souriant. Ce surnom est relié à des bons souvenirs et ça lui fait du bien d’y repenser. Elle prend place à ses côtés et Cruz vient rapidement l’accueillir en posant son museau sur ses genoux et en la fixant de ses petits yeux séducteurs. "Coucou Cruzinet! Toi aussi tu es réveillé. T’es un bon chien." Elle ne peut s’empêcher de parler comme une petite fille lorsqu’elle s’adresse à l’animal. Elle adore ce chien, comme tous les habitants de la communauté. Il est d’un grand support pour tout le monde. Il suffit simplement de regarder la petite bête pour retrouver le sourire. Tout comme elle, Raf n’arrive pas à dormir pour différentes raisons et c’est le cas pour tous les gens se retrouvant autour du feu. "C’est vrai que la nuit est belle! Ça serait dommage de la manquer en dormant!" répond-elle à Billy en levant sa guimauve comme si c’était un verre avant de souffler dessus pour éteindre le feu. Alors que la majorité d’entre eux aurait sans doute préféré que l’insomnie ne s’invite pas à eux. Leurs journées sont éreintantes et le sommeil est important. Elle prend la friandise avec ses doigts et la met complètement dans sa bouche alors que les autres parlent qu’il manque juste de la bière pour compléter le tableau. Elle acquiesce de la tête ne pouvant pas parler, c’est vrai qu’un peu de houblon serait délicieux. Il y a longtemps qu’elle en a bu, mais la bière est de plus en plus rare. L’alcool est l’un des premiers éléments à avoir été dérobé quand tout a commencé. La jeune fille se doute tout de même que des gens parmi eux en ont dans leur réserve personnelle.

L’ambiance est festive et elle passe un bon moment. Tant qu’à faire de l’insomnie, aussi bien être éveillée avec des amis. Mais l’atmosphère change aussitôt. Une forte détonation se fait entendre au loin et le sol tremble sous leurs pieds. Sierra se lève d’un bond et aperçoit un énorme nuage orange monter dans le ciel. "C’était quoi ça?" Demande-t-elle aux autres, même s’ils n’ont probablement pas la réponse. Ils sont tous subjugués et l’incompréhension totale se lit sur leurs visages. "Est-ce qu’on va voir?" Propose Maeko. Tous la fixe comme si elle n’est pas bien dans sa tête. "Il y a peut-être des survivants." "Il y a des virulents aussi." Andrew coupe Isabelle dans son élan. Il n’a pas l’intention de quitter la communauté. "On dirait que ça venait d’une des anciennes usines. " Sierra connait sa ville et ça semblait venir du quartier industriel. "On fait quoi? On ne peut pas rester là et faire comme si on avait rien entendu, non?" Son regard va d’un interlocuteur à l’autre cherchant une réponse, cherchant quelqu’un qui prendrait une décision. Il s’arrête sur Rafael. Elle sait qu’il n’a jamais été un leader, mais elle espère qu’il est de son avis.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
all the world is mad
And now my heart stumbles on things I don't know
My weakness I feel I must finally show. In these bodies we will live, in these bodies we will die. And where you invest your love, you invest your life. ▬
Awake my soul
Revenir en haut Aller en bas

Rafael Nuñez Vargas
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel V1k3

Ancien métier : Pilote de l'armée canadienne
Occupation : Participant aux excursions et patrouilleur sur le mur
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna, Canada

Under a killing moon + Siel Od3n

Messages : 169
Inscription : 29/10/2019
Crédits : fassylovergallery
Célébrité : Aidan Turner

Under a killing moon + Siel X0TurS629 / 5029 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ235 / 5035 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU728 / 5028 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
12.01.20 18:11
L'inquiétude gagne les esprits, les questions se bousculent dans le miens. Que vient-il de se passer ? Est-ce loin ? Sommes-nous en danger ? La sécurité est toute relative, dans un monde pareil, plus encore depuis l'attaque des protecteurs. Le Conseil et les habitants se méfient, tous, nous sommes aux aguets, prêts à réagir au moindre danger. Mais cette explosion, doit-on s'en méfier aussi ? Le militaire en moi en est certain, rien n'est à prendre à la légère. Il est primordial de s'assurer que le groupe ne risque rien, qu'il ne s'agit là que d'un incident mineur et non d'une nouvelle attaque à notre encontre. Mais comment en être sûr sans quitter les murs de Highgate ? La question ne se pose même pas, il est impossible d'en être sûr autrement. Une sortie serait imprudente, peut-être même est-ce un piège, pourtant, je ne peux m'imaginer rester ici les bras croisés, dans l'attente de voir ce qu'il se trame. Une explosion n'est pas à prendre à la légère lorsque la terre grouille de monstres, morts ou vivants. Hommes ou rôdeurs, quelque chose se passe et au fond de moi, je ressens ce devoir de m'assurer de la sécurité de ces gens. De ma famille.

Nous observons cet énorme nuage orange s'élever dans l'atmosphère, Cruz posté toujours devant moi, crocs dehors, aboyant aux menaces potentielles. Soudain, nous sortons de la surprise. Des voix s'élèvent autour de moi, je les entend et pourtant ne peux détacher mon regard de ce nuage orange. Ils parlent autour de moi, certains s'affolent, d'autres restent muets. Et moi, je lève une main que je pose délicatement sur la tête de mon compagnon blanc, qui se calme immédiatement, toujours à quelques centimètres de mes jambes. Je sors de ma transe lorsque j'entend la voix de Maeko faire une proposition. Je ne prononce toujours pas le moindre mot, écoute pourtant ceux des autres.

- Aller voir alors qu'il fait nuit ? T'es malade ?! On va s'faire avoir par une horde ou j'sais pas trop quoi, j'met pas un pied dehors, Maeko.

Blaise est pâle, la peur se lit sur son visage alors qu'il lance un regard à Isabelle qui elle, est de son côté. Hors de question de sortir d'ici alors que la nuit n'est pas encore terminée, hors de question de risquer leur vie pour aller voir de quoi il s'agit. Une part de moi-même ne peut m'empêcher de leur donner raison, pourtant, je le sens, au plus profond de moi. Le militaire ressent le devoir d'aller voir de quoi il s'agit. Alors qu'ils parlent, débattent et paniquent, j'observe toujours le nuage orange dévorer le ciel, la main dans les poils blancs de Cruz dans le seul but de le rassurer. Et l'esprit torturé par une seule question : est-ce raisonnable ? Soudain, la voix de Sierra surplombe celles des autres, relance le débat plus fort. Et je baisse le regard, croise celui de Billy, puis celui d'Isabelle et me rend soudainement compte que l'un d'eux m'observe. Sierra. Nos regards se croisent et je comprend alors qu'elle attend quelque chose de moi. De nous tous, je suis probablement le seul à être habilité à prendre des décisions pareilles... pour mon plus grand malheur. Je hais prendre ce rôle que beaucoup me donnent bien trop souvent.

- Il faut aller voir.

Ma voix me surprend presque, je quitte le regard de Sierra et me rend compte que les autres m'observent à leur tour, surpris.

- T'es pas sérieux ?

- Si. On ne peut pas se permettre d'attendre demain matin pour voir c'que c'est. Pas aujourd'hui, pas maintenant. Pas après la dernière attaque qu'on a subi. J'vais y aller. Et ceux qui veulent viennent, mais je ne condamnerai pas ceux qui ne souhaitent pas m'accompagner.

Mon regard se tourne vers Isabelle, en retrait. Je le vois dans son regard, elle est effrayée. Je ne me souviens pas même l'avoir déjà vue sortir de ces murs. D'un sourire, je la rassure.

- Vas prévenir Catherine, Isa. Dis-lui que je sors dehors.

- J'viens avec toi.

Billy s'avance, croise les bras. Maeko, je le sais, viendra elle aussi. Blaise hésite, il semble sincèrement préoccupé par cette explosion, pourtant, il a peur. Comme nous tous. Et, enfin, j'espère à l'inverse que Sierra ne décidera pas de nous suivre. Ses frères ne me pardonneraient pas s'il lui arrivait quelque chose... Je ne me le pardonnerai pas. Pourtant, je serais bien incapable de l'en empêcher, car je comprendrai que trop bien ses motivations.

- Très bien, dis-lui pour l'explosion et que nous sortons pour nous rendre compte de l'incident. Préviens mon cousin aussi. Et ne t'inquiètes pas, tu as le droit de refuser de sortir, Isa.

Reconnaissante, ce sourire qu'elle m'offre s'empare de moi et fait naître son jumeau sur mes lèvres, Isabelle part en courant vers les maisons. L'un d'entre nous doit prendre les décisions et gérer une telle sortie de nuit. J'ai vécu dehors, seul. Un militaire. Je connais le combat.

- Il va falloir prendre nos armes.

Blaise s'excuse, honteux, décide de rentrer chez lui. Quand à Billy et Maeko, ils partent s'équiper. Je reste là et alors que Sierra me tourne le dos, je m'empare doucement de sa main, la retourne face à moi. Mon regard croise le sien, je goûte encore quelques secondes au silence.

- Je vais pas essayer de t'empêcher de nous suivre, si tu le veux. Mais...

J'inspire.

- J't'en prie, crevette, reste près de moi.

_________________

Carry on my wayward son

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Sierra Castellan
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel Tumblr_inline_nuxcrnEdux1qlt39u_250

Ancien métier : Mécanicienne pour le garage familial
Occupation : Mécanique et réparation en tout genre
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna ftw

Under a killing moon + Siel 1570392935-sierra2

Messages : 189
Inscription : 28/08/2019
Crédits : ava: cf signa: bat'phanie
Célébrité : Chloe Bennet

Under a killing moon + Siel X0TurS624 / 5024 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ227 / 5027 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU719 / 5019 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
26.02.20 10:23

Under a killing moon
Les rires, les taquineries et la bonne humeur ont laissé leur place à la curiosité, la peur et les questionnements. Les opinions divergent au sein du petit groupe. Certains pensent qu’il vaut mieux ne pas tenter de sortir et de rester à l’abri derrière les hautes clôtures, tandis que les autres sont d’avis qu’il faut aller voir sur les lieux ce qui a bien pu se produire. S’assurer que leur communauté n’est pas en danger, vérifier les causes et surtout si l’explosion n’a pas fait de victimes. Sierra fait partie de la deuxième catégorie. Il est tout simplement hors de question pour elle de rester les bras croisés et ne rien faire. Elle ne pourra pas retourner dans la maison qu’elle partage avec son frère sans cesser d’y penser. Elle doit savoir ce qu’il en est et la seule façon, c’est d’en avoir le cœur net et d’aller vérifier sur place. Cette détonation n’était pas normale, elle le sent. Elle a semblé violente et juste à voir la grosseur du nuage orange virant doucement au noir, ce n’était pas une petite explosion. Si elle provient d’une ancienne usine située dans le quartier industriel, comme elle le pense, ça peut les toucher directement. L’air peut rapidement devenir toxique. Ils ne pourront rien y faire, mais au moins, ils pourront avertir Catherine et prendre des mesures nécessaires.

La jeune Castellan n’ose pas prendre de décisions. Elle n’a jamais été très douée pour ça. Elle préfère largement suivre et même, foncer sans réfléchir, quitte à faire preuve d’initiative un peu plus tard. Elle sait juste qu’il faut agir vite. Son regard insiste pour que Raf prenne les commandes. Il semble le seul un peu plus calme et il possède un certain bagage avec son expérience dans l’armée. Il n’aime pas ce rôle, mais il n’a pas le choix dans cette situation d’urgence. En attendant que les autres de la communauté qui ont été réveillé les rejoigne, il est celui tout désigné pour les diriger. Elle voit le visage apeuré d’Isabelle, les traits renfrognés d’Andrew et l’hésitation de Blaise. Elle sait déjà qu’ils ne les accompagneront pas et ça ne sert à rien d’insister. Rafael demande tout de même à Isabelle d’aller prévenir leur chef. La jeune femme peut être utile même de l’intérieur et ce rôle semble lui faire plaisir. Déjà les autres se préparent en silence, comme s’ils se rendent à leur mort probable. "Hé. Ce n’est peut-être rien!" Dit-elle pour détendre un peu l’atmosphère soudainement tendue et lourde. Elle y croit à moitié, mais pas question qu’ils sortent de leur protection en croyant qu’ils allaient y rester. Elle sent alors la main de son ami dans la sienne et il la retourne vers lui. Elle ne peut s’empêcher de sourire, il sait très bien qu’elle va les suivre. "Tu me connais trop bien! Je ne te lâche pas." Elle charge son arme dont elle ne se sépare jamais. Maeko et Billy reviennent. Rosa et Puck sur leurs talons. Deux nouvelles aides ne seront pas de trop. Ils sont six, sept en comptant Cruz qui sera un allié fidèle et ça rassure la brune. Une part d’elle lui dit d’aller réveiller Charlie, mais le temps file et elle connait déjà sa réaction. Il lui intimera de rester là alors que lui va sortir à sa place. "Okay. Tout le monde est prêt? Peut-être que d’autre viendront sous les ordres de Catherine. Mais, on serait mieux d’y aller tout de suite. " Elle regarde Raf qui donne le signal et le petit groupe se met alors en route.

Les énormes portes s’ouvrent sur la nuit noire. C’est comme s’ils pénétraient dans une toute autre dimension. C’est tellement différent une fois le soleil couché. Tout est plus lugubre et plus mystérieux. Les sons semblent plus inquiétants et le moindre bruit fait sursauter. Pourtant, ce n’est pas nouveau pour elle. Elle a vécu six mois à l’extérieur, même si elle a l’impression que ça en fait bien plus. Elle s’est habituée au confort et à la sécurité que lui a procurée la Highgate. Dans un même mouvement, le groupe suit le nuage violacé. Elle a du mal à évaluer la distance à parcourir, mais Puck estime environ trois kilomètres. Ils en ont pour environ une demi-heure à marcher. Inutile de spécifier que la cadence est rapide, mais prudente. Personne ne parle ou très peu. De toute façon, c’est inutile et même dangereux. Ils doivent déjà faire un bruit atroce avec leurs grosses bottes qui martèlent le sol rocailleux. Tous leurs sens sont aux aguets et à la recherche du moindre son douteux. Sierra suit Cruz du regard, c’est probablement lui qui va s’apercevoir d’un danger en premier, s’il y a un. Pour le moment, sa truffe est collée au sol sous les ordres de son maitre. "Tu crois que c’est quoi toi?"Chuchote-elle à ce dernier. Elle sait qu’elle devrait garder sa bouche close, mais elle se sent tellement coincée par la nervosité, qu’elle doit évacuer. Et Sierra n’est pas connue pour être trop longtemps silencieuse, même quand la situation l’exige.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
all the world is mad
And now my heart stumbles on things I don't know
My weakness I feel I must finally show. In these bodies we will live, in these bodies we will die. And where you invest your love, you invest your life. ▬
Awake my soul
Revenir en haut Aller en bas

Rafael Nuñez Vargas
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel V1k3

Ancien métier : Pilote de l'armée canadienne
Occupation : Participant aux excursions et patrouilleur sur le mur
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna, Canada

Under a killing moon + Siel Od3n

Messages : 169
Inscription : 29/10/2019
Crédits : fassylovergallery
Célébrité : Aidan Turner

Under a killing moon + Siel X0TurS629 / 5029 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ235 / 5035 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU728 / 5028 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
18.04.20 5:28
Visages refermés, inquiets pour la plupart, terrifiés pour certains, mon regard ne quitte pas celui d'une seule personne. Sierra. J'attend une réponse de sa part, je ne bougerai pas tant qu'elle ne m'aura pas assuré de ne pas me quitter d'une semelle. Qu'elle me suivra comme mon ombre. Sierra n'est pas une exploratrice, elle est précieuse pour la communauté. Pour son frère... et pour moi. Jamais je ne pourrais me le pardonner s'il lui arrivait quoique ce soit. Et la prendre avec moi, au-dehors... c'est une bêtise, je le sais. Pourtant, je la connais elle aussi et je sais pertinemment qu'elle viendra, quoique j'en dise. Alors il me faut m'assurer qu'elle restera près de moi. Et enfin, Sierra acquiesce, sourire aux lèvres. Rassuré en un sens et seulement pour un temps, je contrôle mon arme à ma hanche, vérifie mon poignard accroché à ma cuisse.

- Oh oui je te connais, et j'ose même pas imaginer ce que ton frère me fera s'il t'arrive un truc. J'tiens à pas mal de parties de mon anatomie.

Je souris, je plaisante, pourtant le coeur n'y est pas comme d'habitude. Alors que Maeko et Billy reviennent, accompagnés de Rosa et Puck, je prend une longue inspiration. Six. Nous sommes six et fort heureusement, hormis Sierra, ils sont tous aptes à sortir, puisqu'ils sont régulièrement envoyés en expédition. Jamais il aurait été concevable de sortir à cette heure-ci avec n'importe qui et je sais ô combien il est dangereux d'emmener des membres inexpérimentés à l'extérieur. Dangereux pour eux, mais pour nous aussi, bien que nous savons ce que nous faisons. Protéger tout un groupe peut s'avérer une tâche bien difficile, je le sais que trop bien. Protéger une femme et son enfant a été difficile... Fort heureusement, Maeko, Billy, Rosa et Puck savent ce qu'ils font, nous avons déjà effectué des missions ensemble.
J'acquiesce aux paroles de Sierra d'un signe de tête.

- Allons-y. Comme il fait nuit, restons groupé et par dessus tout, silencieux, ne nous faisons pas surprendre par une horde alors qu'on n'y voit rien.

Combattre la nuit n'a rien d'engageant... Je me souviens d'une mission, plusieurs années auparavant, lorsque je faisais encore partie de l'armée de terre. Une terrible mission suicide dans une nuit des plus noires... La nuit n'a rien d'un allié contre un vivant, mais pire encore contre les morts...
Nous nous mettons en route. Les portes de Highgate s'ouvrent, la nuit nous fait face et je commence à regretter la décision de prendre tant de gens. Nous sommes bien trop nombreux pour une mission qui requiert une discrétion absolue. Il est trop tard. Cruz sur les talons, je sais qu'il reniflera le moindre danger et me le rapportera, nous fonctionnions ainsi lorsque nous étions seuls, dans la forêt. Et personne n'a jamais été aussi discret que le berger blanc. La couleur de son pelage mis à part, le chien est une ombre silencieuse. D'un ordre presque inaudible, j'ordonne à mon compagnon canin de renifler chaque odeur, de se tenir prêt au moindre bruit suspect. L'exercice a été effectué tant de fois qu'aujourd'hui, Cruz n'hésite plus. Dans cette nuit noire, nous pénétrons et tout semble différent. J'ai pris l'habitude de la nuit, ces six mois à survivre seul, je crains davantage les réactions des autres que les miennes. Ont-ils déjà vécu la nuit hors de ces murs ? Sierra, je le sais. Elle a vécu à l'extérieur et c'est bien pour cela que je ne l'ai pas renvoyée directement chez elle, elle connait la nuit et les bruits terrifiants qui nous y surprennent. Puck et Billy, nous y sommes allés ensemble. Et les deux autres ?
Il n'est plus temps de réfléchir, il est temps de faire confiance. Et je met toute la mienne en eux, convaincu que tout se passera bien, priant mes dieux que cette explosion ne soit que le résultat d'un groupe assez crétin ou d'un rôdeur perdu. Seulement, je pense continuellement à la dernière attaque des protectors... Ce Seth serait assez vicieux pour attaquer la nuit ou de nous effrayer d'une explosion d'usine.

Nous sommes entrés dans la nuit. Au loin, nous ne voyons que cet énorme nuage violacé, notre phare dans la nuit. Trois kilomètres environ, d'après Puck. Bien. Ce ne sera qu'une demi-heure de marche, dans une nuit presque totale, à faire attention au moindre mouvement de chaque ombre. Nous évoluons rapidement, aucun de nous ne désire s'attarder plus que de nécessaire dans la nuit, au milieu des morts. Chacun garde le silence autant que possible, tous nos sens sont en éveil.

- Je n'en ai pas la moindre idée, j'espère que ce n'est qu'un rôdeur maladroit ou une explosion anodine d'une usine pour je ne sais quelle raison obscure... je ne peux quand même pas m'empêcher de penser à cette dernière attaque des protectors...

C'est en murmure que je répond à Sierra, collée à moi comme mon ombre. Il serait plus sage de n'échanger aucun mot, pourtant, ça me rassure de ne pas me perdre dans mes pensées qui se tournent sans cesse vers le danger d'une potentielle nouvelle confrontation. Nous ne sommes pas préparés à une attaque massive d'un groupe bien plus armé que nous, la moitié de nos gens ne sont pas des combattants. Comment pourrions-nous y survivre ?

- Mais ce n'est sûrement rien, nous ne faisons que vérifier par prudence. Ce n'est...

Cruz se fige, n'aboie pas. Sa queue se fixe, ses babines se retroussent, il pousse un léger grognement presque inaudible. Non... Ce n'est pas lui, le grognement ne provient pas du berger blanc. Là, dans le bas côté, un mouvement et ce sourd grondement reconnaissable entre tous. A la lumière de la lune, ils sortent des ombres. Visage dévoré par la putréfaction, il lui manque un bras lorsque l'autre pend contre son corps d'une terrible façon. Derrière ce premier mort, un second au visage à moitié dévoré, les tripes dégoulinant de son ventre ouvert, une jambe trainant derrière lui. C'est Billy qui s'en charge, sans la moindre hésitation. Dégainant son couteau de chasse, il s'en approche prudemment, enfonce sa lame dans le crâne du premier, pour offrir le même sort au second. Je soupire lorsque notre ami nous rejoint, rassuré que ce n'en soit pas plus que deux... Nous sommes proches du nuage et de l'explosion.

- Finissons-en au plus vite.

Une dizaine de minutes plus tard, nous y arrivons enfin. Et la vision qui s'offre à nous me glace le sang, tout a été réduit en cendres. Le feu brûle et là, au milieu de cet enfer, quelques silhouettes chancelantes. Le bruit, la lumière aveuglante du feu, un combo parfait pour les attirer ici. Et je regrette cette idée absurde d'être venus jusqu'ici. Nous nous dissimulons et je lance un regard plus attentif avant de murmurer pour mes compagnons.

- Je ne vois pas de vivants. Ca peut être un piège... Contournons ce groupe de rôdeurs en prenant par là-bas, c'est dangereux de continuer avec ce phare pour rôdeurs, mais l'explosion était bien trop proche de nos murs, on ne peut pas prendre le risque que ce soit une attaque contre nous et rentrer gentiment nous coucher. On compte sur nous. Faisons vite, discret, pas plus de dix minutes pour contrôler la zone et s'assurer que ce ne soit qu'un hasard. Le feu va tous les attirer... N'utilisez que vos couteaux, pas de coups de feu et restons ensemble.

_________________

Carry on my wayward son

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Sierra Castellan
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel Tumblr_inline_nuxcrnEdux1qlt39u_250

Ancien métier : Mécanicienne pour le garage familial
Occupation : Mécanique et réparation en tout genre
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna ftw

Under a killing moon + Siel 1570392935-sierra2

Messages : 189
Inscription : 28/08/2019
Crédits : ava: cf signa: bat'phanie
Célébrité : Chloe Bennet

Under a killing moon + Siel X0TurS624 / 5024 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ227 / 5027 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU719 / 5019 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
15.05.20 14:14

Under a killing moon
Les Protectors. Elle lève un regard interloqué qui devient vite horrifié devant la teneur de l’hypothèse de son troisième grand frère. Sierra n’a pas du tout pensé à eux, alors qu’à bien y penser, ça peut très bien être l’un de leur coup fourré. La brune n’a jamais fait face à ce groupe sanguinaire, mais Charlie les déteste et il lui a raconté un tas d’histoires les concernant. Depuis toujours, ils tentent de prendre le contrôle sur la highgate sans y parvenir. Les deux groupes sont ennemis et les affrontements entre eux sont ne sont pas rares. Ils sont fourbes et sans pitié. Ils sont prêts à tout pour parvenir à leurs fins, même attaquer en pleine nuit. Même créer une explosion. Et si ce n’est qu’une diversion pour accaparer des troupes ailleurs? Et s’ils en avaient profité pour bloquer les portes grandes ouvertes alors que le groupe d’insomniaques avait le dos tourné? Elle commence à avoir mal au ventre à y penser. Si c’est le cas, ça serait en partie de sa faute, elle a un peu insisté pour aller voir la raison de cette détonation. Il est trop tard pour revenir sur leurs pas et vérifier que leur communauté est en sécurité, mais cette idée continue de jouer dans sa tête, même si elle essaie d’y faire abstraction. Elle veut bien croire Raf qui dit que c’est sûrement rien et que c’est par simple prudence qu’ils font toute cette route. La brune est à moitié rassurée et elle s’en veut d’avoir voulu les suivre, tout à coup. Elle en veut à son côté curieux qui ne veut rien manqué. Elle n’est pas une experte en expédition. Oui, elle a vécu six mois à l’extérieur, mais elle n’était pas seule et son ami était un excellent chasseur d’orignal à la base. Il possédait certaines aptitudes utiles à la vie sauvage. Sierra, elle, ne fait que ce qu’on lui demande. Elle est volontaire et dégourdie, mais surtout, spontanée. Elle n’a pas réfléchie une seconde avant de se lancer dans cette quête improvisée et incertaine. Et à présent, peut-être qu’elle regrette un peu.

Encore un peu plus lorsque Cruz se fige et que ses oreilles et sa queue sont droits comme une barre. Elle cesse de respirer, alors que tout le monde s’immobilise. Un bruit les surprend et d’un même mouvement ils se retournent vers les corps décharnés et les plaintes qui se traînent jusqu’à eux. C’est sans mal que Billy s’occupe d’eux. Sans aucune hésitation, ni peur. Sierra regarde la scène sans broncher, même si ça la dégoûte toujours autant. Les Maudits vont commencer à arriver par petits comités alertés par le bruit, il faut à présent être plus prudent. Elle hoche la tête aux indications de Raf, fier de lui qu’il prenne la tête de leur petit groupe. Elle attrape le manche de son poignard et elle prend une bonne respiration. L’atmosphère est pesante et lugubre. Ils pénètrent rapidement dans le nuage de poussière remonté par l’explosion. La benjamine des Castellan se retient de ne pas tousser, mais c’est difficile étant donné la lourdeur des particules. Elle lève le col de son gilet pour le mettre devant sa bouche Ses yeux sont vite irrités.

Ils marchent quelques minutes encore. Un peu au hasard. Rien n’est visible à plus d’un mètre devant elle. Puis elle trébuche sur quelque chose de mou. Elle se retient de jurer, même si elle sait déjà que son genou a pris un sale coup. Rosa qui est derrière elle allume sa lampe frontale et toutes les deux retiennent un cri horrifié en apercevant un corps. Ou plutôt, ce qui était un corps. Il n’y a plus de bras, ni de jambes et la moitié a été décapité. "Raf…" Rosa tourne sur elle-même et les deux femmes découvrent l’horreur autour d’eux. Telle une scène de guerre. Tout a été rasé dans un large rayon impossible à quantifier. Quelques fondations tiennent encore debout, mais au moins deux usines ont complètement disparues. Il y a un terrible mélange de métal, de béton et autres matériaux plus résistants, mais aussi de corps et organes humains."Il y avait des vivants. Ces corps….ils ne sont pas putréfiés. Ils sont juste…juste…" Elle n’arrive pas à continuer sa phrase. Il y avait des survivants et ils ont été anéantis par cette explosion. Est-ce qu’il s’agit d’un simple incident? Ils étaient là au mauvais endroit, au mauvais moment? Ou si c’est totalement autre chose? Jamais, ils ne le sauront. Il est trop tard pour faire quoi que ce soit maintenant. Ils peuvent continuer de faire le tour et chercher des survivants, mais Sierra doute de la chose. Elle doute aussi de trouver quoi que ce soit d’utile et en bon état. Tout le monde est un peu choqué par ce paysage misérable. Sierra se sent en colère et impuissante. Au moins, ils savent ce dont il en retourne. Ils pourront faire un compte-rendu à Catherine qui doit être inquiète à l’heure actuelle. "On ne trouvera plus rien ici, je crois." Elle suppose qu’il faudrait rentrer à présent, même si elle ne le dit pas à voix haute. Elle laisse un autre prendre la décision pour tous. Évidemment, elle porte son regard sur Rafael pour connaitre ses intentions. Quoi qu’il décide, elle va le suivre.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
all the world is mad
And now my heart stumbles on things I don't know
My weakness I feel I must finally show. In these bodies we will live, in these bodies we will die. And where you invest your love, you invest your life. ▬
Awake my soul
Revenir en haut Aller en bas

Rafael Nuñez Vargas
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel V1k3

Ancien métier : Pilote de l'armée canadienne
Occupation : Participant aux excursions et patrouilleur sur le mur
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna, Canada

Under a killing moon + Siel Od3n

Messages : 169
Inscription : 29/10/2019
Crédits : fassylovergallery
Célébrité : Aidan Turner

Under a killing moon + Siel X0TurS629 / 5029 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ235 / 5035 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU728 / 5028 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
20.05.20 6:04
Ainsi dissimulés, Rafael observe les lieux. Le petit groupe reste en alerte, les morts marchent et le phare les attire. Ils ne sont pas en sécurité. Pourtant, le mexicain a cette petite voix dans sa tête qui lui murmure deux vérités. La première, qu'il faut s'assurer que ce n'est rien qu'un accident, que la communauté n'est pas en danger. La seconde... qu'ils devraient fuir de là vite fait, avant que le pire ne survienne. Il inspire, jette un regard sur les visage autour de lui, tous ont peur. Tout comme lui. Mais tous on cet air sur les traits de leur visage, un air déterminé. Le militaire serre la garde de son poignard, passe sa main dans le poil blanc de Cruz. L'atmosphère est pesante, lourde, terrifiante. Le groupe se relève, suit les instructions de l'ancien pilote qui prend la tête de leur équipe, suivit de près par Sierra et le chien qui ne les quitte pas d'une semelle. Le berger a bien vite compris que la jeune femme était aussi de la famille, il la défendra comme son précieux maître. L'animal garde un oeil sur les deux silhouettes qui, pour lui, font partie de sa meute.
Le groupe pénètre dans le nuage de poussière, avance prudemment, armes au poing. La fumée de l'incendie irrite la gorge des survivants, leur donnant cette irrépressible envie de tousser. Machinalement, Rafael se protège de sa manche, plisse les yeux pour tenter d'y voir plus clair, mais rien n'y fait. Ils avancent durant quelques longues minutes qui lui semblent être des heures, un peu au hasard, à l'affût du moindre grognement et lorsqu'il en perçoit un, il le contourne discrètement. L'ancien militaire ne communique plus qu'avec des signes, indiquant la direction à prendre. Même en plissant des yeux, il ne voit pas plus loin qu'un mètre devant lui. De ce qu'il peut en conclure, il n'y a pas la moindre présence humaine ici, tout du moins de présence possédant un coeur qui bat encore. Les rôdeurs se rapprochent et seront bientôt ici, rejoignant les quelques specimens déjà sur place...

Lorsque Sierra trébuche, le mexicain se retourne brusquement, resserre son emprise sur son arme, prêt à se battre. Il n'en fait rien. Son regard se dirige dans le faisceau lumineux de la lampe frontale de Rosa et il le voit, lui aussi, ce corps. Ou ce qui avait pu y ressembler un jour. Plus de bras, plus de jambes. Et Rafael reconnait là le résultat de l'explosion, ses souvenirs lui reviennent. L'armée, les combats, les explosions. Et les massacres. Son coeur bat plus vite encore lorsqu'il entend son nom. Il lance un regard aux alentours, à l'instar des deux femmes à ses côtés, imités par le reste du groupe. Et tous en font le constat. Là, tout autour d'eux, le carnage. Une vision de guerre. Tout, sans exception, a été rasé dans le périmètre de l'explosion. Deux usines ont disparues. Là tout autour d'eux, des débris de métal, de béton, de briques et bien d'autres choses. Mais le pire... ces corps brûlés à vif, déchiquetés, dispersés dans tous les sens. Et Rafael sent sa gorge se nouer, son estomac bouillir. Son esprit, lui, revoit des images, qu'il chasse aussi vite. Ce n'est pas le moment. C'est la jeune Castellan qui prononce les faits à voix haute la première. Il y avait des vivants.

- Non, Sierra, tu as raison. On ne trouvera rien et il n'y aura aucun survivant. Pas après une telle explosion...

La voix du mexicain, grave, dure, ne laisse pas de doute. Personne n'ose remettre sa parole en doute, parce qu'il s'agirait de remettre son expérience militaire elle-même en cause. Deux usines ont disparues. Personne n'oserait prétendre qu'il reste des survivants de ce groupe de malheureux piégés dans cette explosion. Personne. Mais que faut-il faire à présent ? Rentrer ? Continuer ? Un groupe était ici, qu'importe qui ils aient pu être. Amis ou ennemis.

- Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ?

Billy se rapproche du mexicain, lui lance un regard inquiet dans l'attente d'une réponse.

- On rentre. On n'y voit rien, ce putain de feu c'est une balise dans la nuit pour les rôdeurs, j'veux pas qu'on reste une seconde de plus ici. On rentre et on prépare une défense pour la nuit, au cas où ce ne soit pas qu'un stupide accident, même si ça y ressemble.

Retenant une quinte de toux, Rafael leur fait signe de la tête, il n'attend pas forcément d'opposants à sa décision, compte tenu des faits, il est peu probable que quiconque s'oppose à cette décision. Le pilote fait demi-tour, Cruz sur les talons. Evitant les grognements, les carcasses et les flammes.
Un cri déchire la nuit. D'un bond, le mexicain se retourne, une vision d'horreur. Maeko aux prises avec un rôdeur, ses crocs plantés dans son avant-bras. La femme hurle, des larmes ruissèlent sur son visage alors qu'elle se débat comme une folle contre le monstre. Pas une seconde il n'hésite avant de se jeter droit vers elle, poignard au clair. Il abat sa lame dans le crâne de la créature qui s'écroule comme une marionnette à qui l'on aurait sectionné les fils invisible. Il ne prend pas le temps d'observer ce corps décomposé, s'empare du bras ensanglanté de son amie. Son visage se tord de douleur.

- Putain... Faut qu'on s'occupe de ça, très vite, avant que ça se répande.

Personne ne le prononce à voix haute, mais tous le savent. S'occuper de son bras ne signifie qu'une seule chose. L'amputer avant que l'infection ne gagne du terrain. Rafael plonge son regard dans le sien, rassurant, comme pour lui dire que tout allait bien se passer. Le mexicain se retourne vers ses autres compagnons...
Un éclair sombre se jette au cou de Maeko. D'un bond, sorti de nulle part, Cruz aboie et ce n'est que lorsque Rafael se retourne qu'il comprend... Le sang coule, gicle, explose contre le torse du mexicain. La gorge ouverte, un rôdeur dévorant sa chaire, la jeune femme pousse son dernier râle, des larmes inondant plus encore son visage terrifié. Et le rôdeur lui, semble bien plus fort, tellement plus rapide... Les deux corps s'effondrent au sol et le mort fait son oeuvre... De rage, le mexicain se rue sur lui, se jette de tout son corps, s'empare de sa gorge à moitié détruite par la putréfaction, défonce son crâne de trois coups de lame envahis par la haine. D'un geste brusque, il dégage le rôdeur, s'agenouille près du corps de Maeko, coeur battant à tout rompre. Elle est morte. C'est Billy qui enfonce son couteau de chasse dans son crâne, alors que le mexicain se relève difficilement, un poids sur les épaules.

- On rentre. Maintenant.

Et soudain, des râles résonnent dans la fumée épaisse de ce feu du diable. Rafael sent ses tempes battre.

- VITE ! A L'ABRI !

_________________

Carry on my wayward son

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Sierra Castellan
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel Tumblr_inline_nuxcrnEdux1qlt39u_250

Ancien métier : Mécanicienne pour le garage familial
Occupation : Mécanique et réparation en tout genre
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna ftw

Under a killing moon + Siel 1570392935-sierra2

Messages : 189
Inscription : 28/08/2019
Crédits : ava: cf signa: bat'phanie
Célébrité : Chloe Bennet

Under a killing moon + Siel X0TurS624 / 5024 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ227 / 5027 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU719 / 5019 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
29.05.20 9:34

Under a killing moon
Elle ne sait pas s’ils ont bien fait de venir jusque-là. Si ça leur a servie à quelque chose. Certes, ils ont découvert qu’une énorme explosion a eu lieu et qu’elle a complètement rasé cette partie de la ville. Ils ont pu conclure que des survivants se trouvaient à proximité et qu’ils ont été, malheureusement, massacrés. Sierra trouve ça injuste. Réussir à survivre à des virulents pendant trois ans pour finalement être soufflé par une détonation. Au moins, ils savent ce dont il en retourne et ce qu’il s’est passé. Ils pourront informer leur communauté. L’expédition aurait peut-être pu attendre au lever du soleil, mais elle sait qu’aucun membre du petit groupe n’aurait été à l’aise d’aller au lit en sachant qu’un truc énorme venait de se produire.  À première vue, les Protectors ne semblent pas être les auteurs de ce carnage. Tout ça semble être un malheureux accident qui aurait pu se produire à n’importe quel moment. C’est plutôt triste, mais ce sont des choses qui arrivent, surtout lorsqu’il n’y a personne pour faire l’entretien des équipements. À un moment, l’usure et les conditions inhabituelles font leur œuvre. La brune soupire. Le paysage est désolant et ses pensée volent vers les victimes qui n’ont rien vu venir. Elle espère qu’ils n’ont pas souffert. Au signal de Rafael pour partir, elle hoche la tête. C’est la meilleure chose à faire. Ils ne trouveront rien de plus ici, à part le développement d’un cancer des poumons. Ça ne servait à rien d’attendre que les rôdeurs leur tombe dessus et risquer de se blesse. Elle regarde une dernière fois les environs, le cœur serré. Pour elle, c’est un accident, mais elle comprend que Rafael soit plus méfiant. Il en a vu bien plus qu’elle des supercheries. Elle sera tout de même là pour l’aider à préparer la défense pour la nuit. "Allons-y!" Elle chatouille la tête de Cruz et s’assure que son genou tient le coup. Elle ressent une légère douleur, mais ça ne semble pas très grave.

Le petit groupe se met en branle. Sans doute un peu déçu de la tournure des choses. Ils s’étaient remontés mutuellement pour un peu d’action pour finalement rien du tout. Seulement deux virulents mous éliminés bien rapidement par Billy. Sierra est satisfaite de leur sortie, toutefois difficile pour le moral. Elle suit son ami sur ses talons, comme promis avant leur départ. Ils n’ont pas fait cent mètres qu’un cri aigue retentit au peu derrière eux. Elle se retourne et à la vue de Maeko aux prises avec un virulent la fige. Heureusement que le mexicain réagit rapidement et s’occupe de la créature. Lorsque cette dernière s’écroule, la jeune Castellan se « réveille » et rejoint Raf et la malheureuse, suivit des autres. Tous ont le même air inquiet. Sierra ferme les yeux en comprenant ce que ça signifie. Maeko a été mordu au bras, il y a encore moyen de la sauver et de faire en sorte que l’infection ne se rende pas plus haut. Mais pour ça, l’un d’eux doit pratiquer une amputation. Inutile de le dire à voix haute, ils savent tous. La blessée est apeurée, horrifiée, mais elle comprend. "Faites ça vite. " C’est une dure. "On devrait aller ailleurs pour ne pas se faire surp….MAEKO!" Elle ne termine pas sa phrase que l’asiatique est victime d’une deuxième attaque sournoise, qui cette fois, est fatale. Encore une fois Rafael n’hésites pas une seule seconde à renvoyer la chose d’où elle vient. Sierra assiste à la scène, les yeux remplis d’eau. Elle remarque vite que les virulents sont plus rapides, plus vifs et plus résistants. L’homme a du mal à s’en défaire, mais au bout de plusieurs minutes, il réussit à s’en débarrasser. Le corps de leur comparse est à présent sans vie et Billy s’assure qu’elle ne devienne pas une créature maléfique. La brune n’arrive pas à détacher son regard de la morte. Elle s’agenouille près d’elle. Elle a le cœur gros. Elle se sent légèrement coupable de son sort. "Je suis désolée." Qu’elle murmure en passant une main dans ses cheveux de jais. Elle se relève alors que Raf les presse de partir de là au plus vite. Elle sait qu’ils ne peuvent pas ramener leur amie, mais elle trouve ça difficile de faire comme si elle n’est plus rien, alors qu’hier encore, toutes les deux discutaient de comics qu’elles avaient lu. "Viens Si, on peut plus rien. " Puck lui prend l’épaule et elle le suit sans résistance. C’est trop dangereux ici. La poussière et la fumée les empêche de bien voir autour d’eux.

Tout le monde est silencieux, personne n’ose dire quoi que ce soit. De toute façon, il n’y a rien à dire. Ils sont tous aux aguets. Ils marchent d’un pas rapide. Sierra a tout de même l’impression que les râles se rapprochent rapidement et qu’ils sont de plus en plus prêts. "C’est moi ou ils ont évolué? " Qu’elle lance en pensant tout haut. "En tout cas, leur peau est plus difficile à percer. " Répond Billy en essuyant sa lame d’un torchon déjà imbibé de sang. Mais, ils n’ont pas le temps de plus tergiverser sur l’évolution possible des créatures, que leurs pas saccadés se font entendre a à peine quelques mètres d’eux. "COURREZ!" Crie Billy et la Castellan ne se fait pas prier. Elle cherche Rafael du regard qui est tout juste à ses côtés avec Cruz. Rosa aussi les suit de près. Et Puck…Elle ne voit pas Puck. Il est peut-être derrière, mais elle n’ose pas regarder pour ne pas ralentir ou trébucher. Déjà que son genou lui fait mal. Elle entend alors un bruit sourd de quelqu’un qui tombe. "Continuez! Ne vous retournez paAAAARRG." Elle se retourne bien malgré elle. Elle voit l’ombre de deux créatures s’attaquant à un corps au sol. Puis deux autres qui se détachent et qui les poursuivent. Ils ont eu Puck. Elle lâche un juron bien ressentie, mais elle continue de courir. Comme elle ne l’a jamais fait et elle sort son arme. Elle sait que les autres seront sur eux rapidement et il faudra se battre.


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
all the world is mad
And now my heart stumbles on things I don't know
My weakness I feel I must finally show. In these bodies we will live, in these bodies we will die. And where you invest your love, you invest your life. ▬
Awake my soul
Revenir en haut Aller en bas

Rafael Nuñez Vargas
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel V1k3

Ancien métier : Pilote de l'armée canadienne
Occupation : Participant aux excursions et patrouilleur sur le mur
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna, Canada

Under a killing moon + Siel Od3n

Messages : 169
Inscription : 29/10/2019
Crédits : fassylovergallery
Célébrité : Aidan Turner

Under a killing moon + Siel X0TurS629 / 5029 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ235 / 5035 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU728 / 5028 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
15.06.20 5:46
La mort est toujours aussi difficile à accepter. Encore hier, Maeko riait, souriait, vivait. Le mexicain se souvient de ses histoires, elle racontait souvent les plats de chez elle préparés par sa mère, combien elle lui manquait, combien elle tuerait pour goûter une seule fois encore à sa soupe. Et le sourire aux lèvres, elle finissait par hausser des épaules, argumentant qu'elle tenterait un jour de la leur faire goûter, parce qu'elle se souvenait encore parfaitement des ingrédients. Elles la faisaient ensemble, cette soupe. Une soupe de mère et fille, un truc à elles. Rafael se souvient s'être amusé à comparé sa mère à celle de Maeko, il se souvient de ce long débat qu'ils ont eu, une sorte de duel à qui avait la mère la plus terrifiante. Pourtant, ils maintenaient tous deux qu'elles étaient également les plus douces. Probablement qu'elles auraient été de grandes amies, dans une autre vie. Mais aujourd'hui... Rafael se souvient du regard terrifié de son amie, la gorge déchiquetée par les crocs du virulent. Il entend encore son dernier soupire résonner dans son crâne et sent la douleur dans son coeur. Il se souvient de chaque visage, de chaque soldat, de chaque ami perdu au combat. Il se souvient de tout le monde... Et chaque soir, il leur rend hommage. Ce soir, ce sera pour elle. Pour Maeko. S'ils s'en sortent en vie...

Le cri de Billy suit le sien, les grognements grondent derrière eux. Et sans attendre une seconde, ils se mettent tous à courir en quête d'une sortie, d'une cachette quelconque pour échapper à la mort. Le mexicain court, mais reste proche des autres, plus encore de Sierra. Il ne la perdra pas, pas elle. Pas eux. Une perte est déjà bien trop lourde... Rosa est là. Le soldat se retrouve à nouveau sur le champ de bataille, en plein enfer, et prend les commandes. Définitivement. Il guide la course, donne des directions d'un geste de la main, l'autre serrant son poignard plus sûrement que jamais. Un instant, il tourne son regard en arrière, croise celui de Rosa. La Castellan est toujours à ses côtés, Cruz la suit de prêt. Puck ? Où est Puck ? Le sang du mexicain ne fait qu'un tour... pas lui. Soudain, il voit apparaître son ami derrière eux, dans la fumée. Rassuré, il respire mieux. Et il disparait... Il tombe lourdement sur le sol, sa voix hurle dans la nuit, son dernier cri glace le sang du militaire qui a juste le temps de voir le premier rôdeur planter ses griffes dans les côtes de son ami. Trop tard... Le mexicain détourne le regard, ralentit légèrement pour se retrouver derrière Rosa. Il ne lui arrivera pas la même chose. Si quelqu'un doit tomber, ce sera lui.

- Ne vous retournez pas, avancez !

Les deux filles ne doivent pas se laisser distraire. Elles doivent rentrer en vie, il ne pourrait accepter de les perdre elles aussi... Cette sortie était une erreur. Il n'aurait pas dû les emmener, il aurait dû y aller seul... Un regard en arrière, Rafael fait état de leurs poursuivants. Deux rôdeurs. Plus rapides, plus forts. Son coeur rate un battement lorsqu'il se rend compte qu'ils ne trainent plus leur carcasse, ils courent. Et ils se rapprochent... Sortant enfin de la fumée étouffante, le groupe diminué parvient aux premiers bâtiments qui n'ont pas été touchés par l'explosion. Rafael ne prend pas le temps de réfléchir, haletant, accélérant sa course, talonné par Cruz, il dépasse les deux filles, leur fait comprendre la direction à prendre. Le mexicain fonce droit vers le premier bâtiment, tente d'ouvrir la porte. Rien. Il n'attend pas une seconde, les grognements des morts terrifiants parvenant à ses oreilles, et tente une seconde porte sans se préoccuper de savoir quel était ce bâtiment.
VICTOIRE !
La porte cède et s'ouvre, il n'entre pas le premier, attend que les deux filles pénètrent dans le bâtiment aux fenêtres visiblement barricadées de l'intérieur. Cruz aboie, son compagnon entre à son tour lorsqu'un virulent parvient vers lui, manque de s'emparer de son cou d'une main à moitié dévorée par la moisissure. Rafael l'évite de justesse, claque la porte, mais ne parvient pas à la refermer correctement, la main s'étant glissée elle aussi dans l'embrasure, s'agitant dans tous les sens entre le cadre de la porte et celle-ci dans l'espoir de trouver sa proie. Rafael sent les muscles de ses bras se tendre, presque céder sous la force de cet étrange virulent... Il tient bon et il ne voit qu'une lame venant trancher dans la chaire putride de cette main affamée. La main tombe au sol encore secouée de spasmes, le mexicain referme définitivement la porte. Il s'empare d'une barre métallique pour empêcher les rôdeurs d'ouvrir... Et se retournant, haletant, il se dirige vers toutes les autres entrées et sorties de cette pièce, poignard relevé devant son visage. Il referme les portes chacune leur tour, inspecte tous les recoins de cette pièce qu'il peine encore à identifier. Portes refermées, son esprit se calme. Et l'analyse commence. C'est le hall d'un hôtel, deux portes à droite, refermées par ses soins, une à gauche, ayant subit le même sort. Et là, droit devant eux, un immense escaliers menant droit aux étages. Le mexicain se tourne vers les deux filles, se rapprochent d'elles.

- Vous n'avez rien ?

Tout en gardant son attention sur les deux filles, il ne peut s'empêcher d'observer ce grand escalier plongé dans la nuit.

- On ne peut pas sortir, il faut nous mettre à l'abri. Quitte à attendre le jour avant de sortir de là. Ces virulents sont pas normaux... Ils sont plus forts.

On n'est pas de taille à lutter.

_________________

Carry on my wayward son

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Sierra Castellan
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel Tumblr_inline_nuxcrnEdux1qlt39u_250

Ancien métier : Mécanicienne pour le garage familial
Occupation : Mécanique et réparation en tout genre
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna ftw

Under a killing moon + Siel 1570392935-sierra2

Messages : 189
Inscription : 28/08/2019
Crédits : ava: cf signa: bat'phanie
Célébrité : Chloe Bennet

Under a killing moon + Siel X0TurS624 / 5024 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ227 / 5027 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU719 / 5019 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
30.06.20 16:07

Under a killing moon
Sierra a le cœur gros. Ils étaient six, les voilà plus que quatre. Ils ont perdu deux de leurs compagnons et amis. Deux pertes de trop. Deux pertes inutiles. Deux pertes qui auraient pu être évitées s’ils n’avaient pas été trop curieux et trop impatients. Que vont-ils dire aux autres qui les attendent? Comment vont-ils expliquer qu’un malheureux incident a coûté la vie à deux vaillants battants? On aurait pu croire qu’à force de voir des gens, proches ou non, mourir ou disparaître, on devenait insensible, mais ce n’est pas du tout le cas. Pas même après trois ans. Probablement jamais. Ça lui fait toujours quelque chose. Elle ressent toujours un peu de tristesse, qu’elle ne montre toutefois pas. Ce qui est difficile dans ce monde, c’est qu’on ne peut pas trop pleurer sur le sort d’une victime sans risquer d’en être une à son tour. Il faut passer vite à autre chose. Pas le temps de faire de cérémonie, de dire aurevoir ou de faire une prière, il faut courir et se mettre à l’abri. Et espérer que personne d’autre ne tombe sous les dents putrides des morts.

La jeune Castellan a réussi à faire le vide et elle se concentre sur ce qu’elle doit faire. Elle suit Rafael à la trace. Elle ne le lâche pas d’une semelle. Elle lui a promis. Il fait tout de même en sorte qu’elle se retrouve devant lui. Elle ne rouspète pas, ça ne sert à rien. Mais, ses regards vers l’arrière sont plus fréquents. Elle ne veut pas qu’il lui arrive quelque chose. Elle aurait du mal à s’en remettre si elle doit perdre son troisième grand frère. Il a une famille à s’occuper. C’est là qu’elle prend conscience de ce qu’il se passe. Ils courent, à en perdre l’haleine, jusqu’à devoir cracher leurs poumons. Pour échapper à des virulents. Des virulents qui courent à une bonne vitesse. Des virulents qui vont bientôt les rattraper. La brune a déjà mentionné leur résistance et leur vivacité, mais à présent leur habileté à courir la fait frémir. Ils ne sont pas comme les autres qu’elle a croisés auparavant. Ils n’ont même rien à voir avec les autres. Ils ont évolué tels des pokémons.

Le nuage de fumée est maintenant derrière eux et l’air se fait déjà plus respirable. Sierra se frotte les yeux comme pour enlever la saleté qui s’y est infiltrée. Elle ne sait pas pourquoi, mais la vue des bâtiments encore debout et qui n’ont pas été balayé par l’explosion lui donne un mince espoir. Rafael a la même idée et il dépasse les deux filles sans trop d’efforts. La Castellan trouve son second souffle et augmente la cadence pour le rejoindre. La première porte ne cède pas et la tension augmente. Le deuxième essai est bon et la belle traverse le passage, suivie par Rosa, Cruz et Raf. Ce dernier referme aussitôt la porte, mais une main décomposée réussie à s’incruster dans la mince ouverture. Sierra vient lui porter mains fortes et pousse sur le bois pour tenter de la fermer. Mais le bras est résistant. Il cherche, il tâte, il la frôle, elle crie. Puis, une lame traverse la peau desséchée. Le membre tombe au sol et la porte se referme. Derrière, on entend les cris de désespoir. Des cris qui pénètrent dans les entrailles. Sierra frissonne, même si elle a chaud d’avoir couru et d’avoir mis son cardio en contribution. Elle se penche vers l’avant, les mains sur les genoux et elle reprend son souffle. Pendant que l’homme fait un tour rapide de la maison pour vérifier qu’ils sont seuls et que tout est bien fermé. Elle entend les portes s’ouvrir et se fermer, les fenêtres dont on vérifie la solidité et les pas de Cruz qui se promènent un peu partout. Ici, ils peuvent reprendre leur souffle. Elle ne dirait pas qu’ils sont en sécurité et hors de danger, mais ils peuvent prendre une petite pause. "Ça va…" qu’elle répond à Rafael avec beaucoup moins d’énergie qu’à l’accoutumé. Rosa répond la même chose alors qu’elle essuie sa lame avec le pan de son gilet. "Et toi?" Elle hoche la tête lorsqu’il leur mentionne qu’ils vont devoir attendre ici, peut-être jusqu’au levée du jour. "À les voir aller, je doute que le soleil les ralentisse." Elle se laisse glisser sur le sol. Ils ne ressemblent plus à leurs ancêtres. Peut-être même que maintenant ils communiquent entre eux. Elle ne veut pas essayer de comprendre comment, mais elle ne serait pas surprise. "S’ils ont évolué, on pourrait leur apprendre à devenir végétarien. " Elle le dit pour détendre l’atmosphère, mais le cœur n’y est pas. Elle est juste fatiguée et en colère.

Puis, un flash. Elle relève la tête. "Où est Billy?" Elle se relève d’un bond. Elle ne voit pas quand ils auraient pu être séparés. Tout est flou depuis la disparition de Puck et il lui semble que Billy était à leurs côtés à ce moment-là. Mais, elle n’est plus certaine. "Vous l’avez vu? Il n’est pas …Il ne peut pas…" Son cœur tambourine dans sa poitrine. Pas un autre. Pas Billy. Au même moment, un bruit sourd survient à la l’étage. Elle sursaute et lève la tête d’où est sorti le son. "Vous croyez qu’ils ont réussi à entrer?" Elle secoue la tête. C’est trop. Ils ne résisteront pas jusqu’à l’aube. Ils sont exténués et au bout du rouleau. Rosa a déjà relevé sa lame et monte les escaliers. Une ombre se dessine en haut de l’escalier. "C’est moi! C’est Billy!" La vague de soulagement que Sierra ressent est indescriptible. Encore plus lorsqu’elle le voit entier. Elle va le serrer dans ses bras, sans réfléchir. "Hé tout va bien." Il la serre à son tour. "Ils sont quatre qui tournent autour de la maison. Je sais pas ce qu’ils ont bouffé, mais ils sont costauds. " Dit-il à l’adresse de Rafael, attendant son plan. "On est pas de taille à les affronter. Il faut juste espérer qu’ils partent ou qu’on les attire ailleurs. " Elle hausse les épaules. Elle dit ce qui lui passe par la tête, juste pour participer et aider. Juste pour ne pas mettre cette responsabilité sur les épaules de Rafael. En réalité, elle n’a aucune idée de ce qu’il faut faire.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
all the world is mad
And now my heart stumbles on things I don't know
My weakness I feel I must finally show. In these bodies we will live, in these bodies we will die. And where you invest your love, you invest your life. ▬
Awake my soul
Revenir en haut Aller en bas

Rafael Nuñez Vargas
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Under a killing moon + Siel V1k3

Ancien métier : Pilote de l'armée canadienne
Occupation : Participant aux excursions et patrouilleur sur le mur
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Kelowna, Canada

Under a killing moon + Siel Od3n

Messages : 169
Inscription : 29/10/2019
Crédits : fassylovergallery
Célébrité : Aidan Turner

Under a killing moon + Siel X0TurS629 / 5029 / 50Under a killing moon + Siel BR2xH0t

Under a killing moon + Siel DQEbQJ235 / 5035 / 50Under a killing moon + Siel GxoDpmC

Under a killing moon + Siel Hu1erU728 / 5028 / 50Under a killing moon + Siel LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Under a killing moon + Siel Empty
06.07.20 17:33
Ils ne sont pas en sécurité, loin de là. Rafael n'est pas dupe. Il a beau avoir vérifié chaque fenêtre, chaque placard, chaque porte, ils ne sont pas en sécurité. Ces choses, ces rôdeurs-là ne sont pas comme les autres. Ils sont forts, rapides, mille fois plus féroces que ceux dont ils ont l'habitude. Se pourrait-il qu'ils aient évolués ? Le mexicain pensait que rien n'aurait pu être pire que les morts qui reviennent à la vie pour décimer le reste des vivants, il avait tord. Jusqu'à maintenant, ils pouvaient fuir. Jusqu'à maintenant, il était facile de les éliminer tant leur lenteur facilitait la tache. Mais ça... C'est tout autre chose. Cette force... C'est à peine s'il est parvenu à retenir la porte. Sans l'aide de Sierra et le réflexe de Rosa avec son couteau, il n'aurait rien pu faire. Quand à leur étonnante rapidité, tous trois étaient hors d'haleine, les rôdeurs sur les talons, prêts à se jeter à leur gorge. Ils étaient morts. Et pourtant, ils sont en vie, dans le hall de ce vieil hôtel abandonné. Mais ne sont pas pour autant en sécurité. Rafael resserre alors sa prise sur son arme, lance un regard à Cruz qui ne quitte pas Sierra d'une semelle. Sa soeur d'adoption se laisse glisser sur le sol, et il la voit bien, dans son regard. Cette peur qui les prend tous. Rien n'est normal... Pas plus les anciens rôdeurs que ceux-ci. Une légère grimace déforme le visage du mexicain à la tentative d'humour de sa cadette, qui disparaît tout aussi vite. Il n'a pas le coeur à ça, aucun d'entre eux ne l'ont. Ils sont piégés et ont perdu deux des leurs... Maeko et Puck. Son coeur se serre à leur pensée.

- Je n'sais pas ce qu'il se passe, mais prions pour qu'aucun de ces monstres n'ait l'idée de s'en prendre à Highgate. Qui sait de quoi ils sont encore capable...

Alors qu'il prononce ces mots, il prend conscience qu'il oublie quelque chose... Il se retourne, fait face à l'escalier, puis lance un regard à la porte close. Des grognements résonnent derrière, féroces. Et au sol, une main décharnée et dévorée par la mort... qu'est-ce qu'il oublie... ou plutôt, qui ? Sierra met des mots sur ses pensées alors qu'elle se relève d'un bond, le mexicain jure en nahuatl, se maudit mentalement. Dans la précipitation, il l'a laissé derrière... il a oublié son compagnon. Lançant un regard désolé à ses deux compagnes, il sent son coeur s'emballer dans sa poitrine. Il a abandonné l'un des leurs... Comment ? Quand ? Les traits de son visage se referment, une assurance nouvelle s'y dépeint.

- J'vais aller le chercher.

Ne laissant pas la moindre chance aux deux femmes de le contredire, il vérifie ses cartouches, ordonne à Cruz de rester ici et de veiller sur leurs deux amies. Le chien semble comprendre et s'en fait probablement déjà une mission. C'est à ce moment qu'un bruit sourd survient à l'étage, le mexicain se retourne et, se mettant devant ses amies, braque l'escalier de son flingue, le coeur battant à tout rompre. Ils ne sont pas seuls... Sont-ils parvenus à entrer, comme le demande Sierra ? Ou s'agit-il de vivants ? Dans les deux cas, la méfiance est de mise et Rafael ne baisse pas son arme. A côté de lui, Rosa a relevé sa lame, s'avance vers les escaliers. Derrière elle, le mexicain assure ses arrières, tirera à vue sans la moindre hésitation. Il l'a déjà fait. Une ombre se dessine en haut des marches et une voix crie soudain, le doigt du militaire tressaille sur la gachette. Il soupire, relâche ses muscles, baisse ses bras. L'ombre s'avance et dévoile son visage, Billy. La jeune Castellan se rue à son cou lorsque le mexicain range son arme à sa ceinture.

- Cabron, j'ai failli te tirer dessus !

Il ne sourit pas, le militaire. Bien qu'il soit heureux au-delà des mots de retrouver son ami en vie, il ne sourit pas. La situation est loin d'être à leur avantage... Billy leur fait un état de ce qu'il se passe dehors. Si d'ordinaire quatre rôdeurs seraient aisément maîtrisés, il ne s'agit plus de ceux qu'ils connaissent. Rafael ne compte pas tenter la roulette russe et s'attaquer à eux. Il leur faut un meilleur plan. Le mexicain reste silencieux, dans un état de réflexion alors que la conversation continue sans lui. Il sent toutefois leurs regards se tourner bien trop souvent dans sa direction, ce qui a tendance à le mettre mal à l'aise. Il n'est pas fait pour donner des ordres, ce n'est pas son rôle. Lui, il est un soldat, non un tacticien. Pourtant, il le sait, il est le mieux placé pour prendre les commandes. Et ne l'a-t-il pas fait depuis leur départ de Highgate pour cette terrible mission de repérage ?
Tu es bien plus apte à prendre des décisions que tu ne le pense, Rafael Nuñez Vargas...
Le mexicain entend les paroles de Sierra, tourne son regard vers elle. La jeune femme sait à quel point son ami ne supporte que peu qu'on le prenne pour leader de quoique ce soit. Ils en ont si souvent parlé, tous les deux. Il est facile de se confier à elle, Rafael se laisse bien trop souvent aller aux confidences. Peut-être un jour lui parlera-t-il de ces longs mois en solitaire, dans la forêt, après le crash de son avion...

- Bien. On n'peut pas faire grand chose, ils sont beaucoup trop forts, mais on peut pas attendre de découvrir s'ils savent grimper aux murs ou ouvrir des portes... Qu'est-ce que tu as vu à l'étage supérieur ?

Billy se frotte l'arrière du crâne.

- J'vous ai vu vous diriger vers ce bâtiment, l'un des rôdeurs m'a obligé à partir d'un côté, mais j'ai pu me faufiler dans une rue. J'ai pu trouver une porte à l'arrière du bâtiment, celle des cuisines. Je l'ai barricadée derrière moi. Quand j'suis monté à l'étage, j'ai vérifié toutes les chambres, les fenêtre ne sont pas barricadées. En même temps, les rôdeurs grimpent pas, normalement... espérons que ceux-là non plus.

- Espérons-le, oui...

Les grognements n'ont pas cessé un instant, derrière la porte d'entrée de l'hôtel. Les virulents grognent, geignent et grattent. La porte ne bronche pas, elle ne cèdera pas.

- Sécurisons déjà cet endroit étage par étage, en restant tous ensemble. On avisera ensuite.

Trois étages. Trois étages à inspecter, en silence, pour éviter toute surprise indésirable.

_________________

Carry on my wayward son

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


Under a killing moon + Siel Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Under a killing moon + Siel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: North Kelowna-
Sauter vers: