AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits ...
Voir le deal
12.90 €


 

 Even if it hurts, i could do it all over again.



Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 427
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS60 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ20 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU70 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
29.11.19 14:13
L’alarme qui résonne à ses oreilles ne parvient pas à s’éteindre. Elle a continué à être un bruit de fond jusqu’à ce qu’elle devienne plus présente, plus fort, plus assourdissante. Et ce, jusqu’à couvrir totalement les bruits des gens qui pouvaient être autour de lui. Le dos collé contre un mur froid, les cheveux qui retombent sur son visage, sa main qui cache ce qui reste de son facier pendant que l’autre fait des aller-retour à ses lèvres avec une cigarette au bout des doigts. Elle ne lui appartient pas -on lui a donné pour qu’il se calme, pour qu’il s’apaise le temps que les choses se règlent. Mais pour Tobias, il est impossible de tout régler. Il vient d’arriver là, à Highgate, enfin. Pourtant, c’est là que tout commence vraiment. Là que tout se termine aussi. L’alarme qui résonne à ses oreilles, c’est simplement sa conscience qui réagit envie. Un signal pour lui dire que quelque chose ne va pas. Est-ce normal de laisser ses filles à des gens, plus ou moins inconnus au bataillon ?

Lorsqu’il parvient à redresser la tête, il ne voit pas plus loin que le bout de son nez. C’est comme si tout son corps avait cessé de fonctionner à l’instant même où ils furent pris en main par les gens de cette communauté. Si on prend soin des enfants, de la plus jeune et d’Alyssa pourtant déjà bien grande, c’est uniquement parce qu’ici, on les respecte. Certainement que ni Tennessee, ni Noah ne laisserait du mal arriver à ces gamines qui n’ont pas demandé un sous, qui n’ont pas cherché la merde, qui viennent simplement du mauvais endroit. Il faudrait être stupide, et Tobias ne l’est pas, pour croire qu’ils prendront ses filles comme si elles ne venaient pas de là-bas. L’aéroport, c’est si différent d’ici. Rien que l’air qu’on y respire paraît moins sain en bouche. Elles font parties du groupe ennemis, et on risque de les tenir ailleurs. Honnêtement, ils seraient débiles, abrutis de ne pas le faire. Avec Seth, et surtout Winter, Tobias a apprit qu’il n’y a pas d’âge pour être mauvais. Ses filles ne le sont pas, et même si elles sont gardées au coin de l’oeil ici, elles sont en sécurité.

” - Tu comptes rester là, comme ça ?”

On lui pose cette question, et il a beau regarder, il n’a pas la moindre idée de la personne qui s’adresse à lui. Une chose est sûre, ce n’est ni Tennessee, ni Noah, ni-même ce type qui lui a tiré une balle dans le vendre la dernière fois. Ce n’est pas non plus la chef de cette endroit, juste quelqu’un qui vit ici et qui s’occupe de ce dont on lui dit de s’occuper. Mais Tobias, il n’a pas envie de répondre. N’a pas envie de se lever de ce coin de mur où il a trouvé refuge. N’a pas non plus envie de parler, de penser, ni même de respirer. Parce que commencer à bouger, ça voudrait dire commencer à partir. Les laisser derrière, pour commencer une tâche plus dangereuse encore ; faire tomber les protecteurs tout en gardant Seth sous contrôle. Son coeur manque un battement à cette pensée, et Tobias, il ne se rend pas compte que le temps continue de défiler. Lorsqu’une nouvelle silhouette approche, Whitemort met un certain temps à la reconnaître. Line, Madeline. Il se souvient de son nom, uniquement parce que c’est la perle de Noah. Il est surpris de la voir ici, sursaute en sentant le mégot de sa cigarette qui le brûle. Tobias, il laisse tomber la clope et l’écrase de son talon.

” - Je savais que vous prendriez la bonne décision…” Elle sourit, la fille. La femme. La petite femme. Elle s’approche, comme si elle n’avait pas peur de lui. Sait-elle au moins qu’il est celui qui les a tous mit en danger ? ” Ce n’est pas à moi, mais… j’ai pensé que vous en auriez plus besoin que son propriétaire.” Elle ne sait pas vraiment de quoi elle parle, Madeline, mais elle tend à Tobias cinq cigarettes en parfait état, qu’il prend en tentant une main légèrement tremblante.
” - Il a été vous chercher, alors…” Première fois qu’il parle, sa voix est rauque depuis le temps.
” - J’aime dire, que j’ai trouvé mon propre chez moi…” Elle sourit, surtout par politesse. Du moins, c’est ce qu’il pense, lorsque directement, il allume une autre cigarette. ” J’ai cru comprendre que vous étiez arriver avec vos filles, n’est-ce pas ?” Elle attend une réponse qui ne vient pas, et même si Line garde le sourire, Tobias sent qu’elle perd plus vite patience que la seule fois où il l’a rencontré. Elle semble différente. ” L’une d’entre elle est à votre recherche… petite, plus grande que moi, mais blonde.”
” - Dixie… elle s’appelle Dixie.”

Madeline, elle semble vouloir emmener Tobias là où Dixie se trouve. Et il le ressent, alors, comme c’est sa fille, il trouve le courage, la force de se redresser. La tête lui tourne lorsqu’il se retrouve debout, Tobias, il doit se tenir au mur pour ne pas perdre l’équilibre. Mais lorsqu’il redresse son visage, il voit déjà celui de sa fille, au loin ; elle semble plus grande et mature maintenant qu’ils sont arrivés à Highgate. Dommage pour Tobias, qui est capable de voir sa fille comme elle est vraiment, une fois qu’ils sont sur le point de se séparer. Le karma, ou la vie. Apocalypse démente.

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Even if it hurts, i could do it all over again. 1567962325-dixie

Messages : 227
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS615 / 5015 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ218 / 5018 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU711 / 5011 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
01.12.19 10:35
Son pied frotte le sol, car elle aime entendre le bruit de la terre sous sa semelle. Une enfant ne devrait pas redouter le moment de voir son parent. La situation est pourtant complexe. Avec effroi, elle prend conscience qu'elle aurait pu le perdre ce soir. Qu'il aurait pu la perdre. L'issue de cette fuite aurait pu être la mort. Son père a pris des risques insensés pour sauver ses petites merveilles. « Sauver ». Voulait-elle réellement être sauvée, Dixie? Winter ; Syd ; Autumn. Ils ne sont pas à Highgate, eux. Un nouveau départ dans une nouvelle communauté. À nouveau seule parmi de nouvelles têtes. Aucun visage ne lui est familier ici, contrairement à l'aéroport où elle parvenait à différencier les crapules des gentils. Tout est faussement beau à Highgate. Elle rêvait de quitter la cruauté pour un avenir meilleur. Maintenant que c'est chose faite, ça lui semble illusoire. Elle se sent comme le chat noir de la portée, celui qui n'a pas sa place. Ironique pour une petite tête platine. Son pied frotte le sol. Elle attend son père. Elle ne sait plus où est sa place.

Elle relève la tête ; elle aperçoit son père. La colère est le sentiment qui s'éveille en premier. La colère de la dernière querelle. La colère engendrée par les imprévus. La colère d'être presque morte. La colère d'avoir été séparée de lui à son arrivée à Highgate. La colère qui s'anime toujours plus intensément à savoir qu'il retarde le moment de lui avouer l'inévitable. Depuis leur querelle, il ne met aucun mot sur la lourde décision qu'il doit prendre. Dixie n'est pourtant pas stupide, ni aveugle. À force d'acharnement, elle a compris. Compris que son père allait inévitablement lui tourner le dos. En parlant avec Alyssa, au début de la fuite, tout est devenu limpide et désagréable. Dixie savait donc que, si la fuite fonctionnait, elle se dirigeait tout droit vers cet abandon qu'elle redoutait tant. Elle regarde son père, animée par la colère et par la tristesse. Elle l'attendait. Une enfant normale aurait accouru pour s'emmitoufler dans les bras de son géniteur, mais Dixie est tout sauf normale. Elle lui tourne le dos, sans pour autant quitter son emplacement. Elle attendait son père, mais elle ne sait plus ce qu'elle veut.

Elle lui fait face à la dernière seconde. De ses traits faussements sévères, elle observe le paternel, les bras croisés. Cette fois, pas d'oreilles indiscrètes dans les couloirs pour juger leurs propos, pas d'ennemis à quelques mètres pour épier un soulèvement, seulement eux et la vérité en suspens. « Papa… » La petite a le sentiment qu'elle doit prendre l'initiative d'entamer la conversation. Papa n'aura pas la force de le faire. « J'imagine que c'est le moment où on doit se dire adieu? » Une attitude détachée, une indépendance nouvelle. Elle a mal qu'on veuille l'abandonner, alors elle se montre désagréable, plus mature qu'elle ne l'est réellement. « Que la famille soit réunie, c'était une promesse en l'air? » Tobias, il connait des gens dans cette communauté, mais ce n’est pas le cas de la petite Dixie. Elle se demande si ce n’était pas l’occasion de prendre ses distances, de ne pas le suivre, de faire sa vie ailleurs, selon ses propres choix à elle. Peut-on prendre de telles décisions à quinze ans? Dixie est assez intelligente pour compter les mois jusqu’à son prochain anniversaire, intelligente ou obsédée par l’effet de l’âge sur son corps. Dans quatre mois, elle aura seize ans. Son père sera-t-il là pour voir les changements, pour encaisser qu’elle vieillit et qu’il ne peut rien y faire? Un jour il n’aura plus son mot à dire quant au groupe qu’elle doit rejoindre.

« T’as pas besoin de m’expliquer, j’ai compris. » Maintenant qu’elle a partagé sa rancoeur, elle se permet quelques paroles supplémentaires, des paroles d’enfant qui cherchent encore le soutien de papa. Elle veut rester forte, montrer que son départ ne l'affectera pas, mais des rougeurs trahissent rapidement son état d'esprit en colorant son visage de plaques irrégulières. Elle se retient de pleurer, principalement parce qu’elle ne veut pas que quiconque dans cette communauté puisse la juger faible, surtout car elle sera bientôt une « orpheline rescapée » à leurs yeux, mais il est impossible de cacher l'émotion avec une peau aussi claire. « T’as tenu ta promesse de nous conduire ici, alors je présume que je dois dire merci? T’avais l’intention de me le dire quand, que tu ne resterais pas? Si je n’avais pas demandé à te voir, tu serais parti sans me regarder dans les yeux? » Des questionnements moins vicieux que les dernières fois, des questionnements plus adultes, cette fois. Avait-il l’intention de lui dire au revoir?

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 427
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS60 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ20 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU70 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
01.12.19 13:05
Quand ils arrivent l’un face à l’autre, l’expression de Dixie montre parfaitement ce qu’elle ressent à cet instant précis. Elle est en colère, et lui, il est pitoyable. Blessé de ses actions, de ses mots, bien plus qu’elle ne peut l’imaginer. Il est au plus bas qu’il ne l’a jamais été. Si Tobias devait comparé, il dirait que la douleur qu’il a ressenti en écrasant le crâne de sa femme, est bien moins importante que celle qu’il ressent à cet instant précis. Parce qu’en plus, il voit les yeux de sa fille. Sa peau pâle se colorer à mesure que ses émotions la prennent. Et lui, il a l’impression de tomber d’un peu plus haut encore.

” - [...] T’as pas besoin de m’expliquer, j’ai compris.”

Ce n’est qu’en la voyant dans cet endroit, que Tobias se rend compte à quel point sa fille a grandit. Elle n’est plus cette enfant fragile qu’il faut protéger coûte que coûte ; elle n’a plus besoin d’autant d’aide qu’à une époque. Et là voir ainsi,  ça le blesse un peu plus. Parce qu’il sait où se trouve sa place de père, père d’une enfant qui a besoin qu’on la seconde. Aujourd’hui, où est sa place ? Il sait qu’il devrait rester aux côtés de sa fille pour la voir grandir, pour la voir s'épanouir. Mais une nouvelle voix se fait entendre dans sa tête ; c’est sa conscience qui lui dit qu’il doit faire plus. Les Whitemorts ne sont pas le centre du monde. Pourtant, il voudrait qu’ils le soient. Que le monde ne tourne qu’autour d’eux, pour qu’ils n’aient plus rien à craindre. Pour qu’ils n’aient plus jamais à se séparer.

” - T’as tenu ta promesse de nous conduire ici, alors je présume que je dois dire merci? T’avais l’intention de me le dire quand, que tu ne resterais pas? Si je n’avais pas demandé à te voir, tu serais parti sans me regarder dans les yeux?”
” - Je serais jamais parti sans mon câlin, et mes bisous. Ca a toujours été comme ça, pas vrai ?”

Pour la première fois, il a l’impression de parler à une véritable adulte. De prononcer des mots qui sont sincères ; une vérité qui n’en cache pas une autre. La cigarette qu’il tient entre ses doigts, elle se consume petit à petit parce qu’il est incapable de la glisser à ses lèvres. Tout ce qui est important se trouve en face de lui, et même si Madeline a fait un bon geste en lui offrant ces cigarettes, il n’a pas mal au coeur de laisser brûler celle-ci sans même y toucher. Rien que l’avoir entre ses doigts lui permet de tenir le coup, d’avoir cette impression de nicotine qui imprègne son être.

” - J’avais pas envie de te le dire, c’est vrai…” Tobias, il avoue enfin sa faute. Et même s’il ne le dit pas clairement avec des mots, il avoue enfin qu’il est sur le point de laisser Dixie dans cet endroit qu’ils ne connaissent pas au final. ” Alyssa m’a prit la tête pour que je le fasse. Mais si je te l’avais dit… tu serais venu jusque là quand même ?”

Tobias demande, mais dans l’accentuation de ses mots et de sa voix, on peut bien ressentir la pointe d’ironie qui se cache derrière tout ça. Même dans son regard, on pourrait presque lire je m’en doutais, parce qu’il est persuadé que sa fille ne serait pas venue. Il faudrait qu’elle lui dise le contraire, maintenant, dans ce moment plein d’émotions, de sincérités, et de vérité, pour qu’il la croit. Whitemort, il n’a pas envie de rire. N’as pas envie de sourire non plus. Pourtant, il ne peut s’empêcher de le faire en coin, lorsqu’il baisse la tête pour regarder une fraction de seconde par terre, tout ça pour ne pas regarder sa fille. Est-ce qu’il a peur de se rendre compte, qu’il ne connaît pas du tout sa fille ? Tout le monde l’avait prévenu ; Dixie, elle est différente, plus mature que tu ne le crois.

” - C’que je fais là, c’est pas un abandon, Dixie…” Il prononce ce mot, pour la première fois. Et dans sa bouche, ça résonne encore plus mal que dans celle de sa fille. ” Je pars pas, pour ne pas r’venir. J’compte revenir te chercher, vous chercher.”

Parce que Tobias, il sait bien qu’il ne pourra jamais se faire sa place à l’intérieur de cette communauté. Il veut que sa fille, ses filles, trouvent la leur, mais ses fautes à lui sont impardonnables. Les regards qu’on a posé sur lui depuis son arrivée ; voilà les seules preuves dont on a besoin pour savoir que personne ne le veut ici. Sa plus grande crainte ? Croiser Tennessee. C’est uniquement pour ça qu’il aurait voulu partir plus vite ; mais la nuit est loin d’être terminée.

” - Une fois qu’on aura fait tomber Seth et ses sbires, tout ira mieux.” Il pense à ça pour lui, pour elles, et pour tous les autres qui vivent dans la peur d’une attaque, dans la peur de la mort à coup de batte. ” J’peux pas continuer à faire comme si de rien était. Les gens d’ici… ils vont tous mourir si on fait rien. J’peux pas continuer comme ça, pour que l’aéroport reste comme il est, tu comprends ?” Tobias, il sert la mâchoire. Repense à ce qu’il a perdu pour avoir aimé quelqu’un d’ici. ” S’il arrive quelque chose aux gens d’ici, Dixie, ce sera de ma faute. A moi, et à personne d’autre.”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Even if it hurts, i could do it all over again. 1567962325-dixie

Messages : 227
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS615 / 5015 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ218 / 5018 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU711 / 5011 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
01.12.19 15:54
« Je n’ai plus l’âge pour les bisous et les câlins. » Elle garde son sérieux de longues secondes, presque convaincante dans ce rôle. Mais la petite, elle vient de le dire : elle a compris. Doucement, elle décroise les bras, les frotte pour chasser le froid qu’elle ne ressent pas, pour étirer le temps jusqu’au moment où elle voudra réclamer le câlin qu’elle désire tant. En parlant la première, elle a donné le signal. Papa n’a pas hésité à prendre la parole pour régurgiter ces horribles émotions qu’il retient depuis trop longtemps. « Mais si je te l’avais dit… tu serais venu jusque là quand même? [...] c’est pas un abandon, Dixie. [...] Les gens d’ici… ils vont tous mourir si on fait rien. [...] ce sera de ma faute. » Au moins, quand il parle, elle peut se concentrer sur sa peine, peut s’empêcher de pleurer. C’est à son tour de baisser la tête, de fixer ses pieds. Le vent souffle ses cheveux autant qu’il souffle la fumée de la cigarette. Une odeur écoeurante qui, pourtant, va terriblement lui manquer.

« T’as tort. » Sa gorge est serrée. « Peu importe ce que tu aurais dis, je serais venue. Peu importe ce que tu aurais dit, t’aurais été le méchant dans l’histoire. Mais je serais venue, que tu me dises la vérité ou non. C'est ce qu'on voulait... au départ. » La différence réside dans l’attitude, dans les regards, dans les paroles. Dixie aurait réagi différemment, mais elle n’aurait pas tourner le dos à papa. Elle se serait battue, parce que c’est ainsi qu’elle voit le monde.

« T’as de compte à rendre à personne. Je ne t’en voudrai pas si tu échoues là où personne n'aurait réussi. » Les innocents peuvent mourir, autrement dit. Dans la vie, il faut faire des choix, choisir ceux qu’on souhaite sauver et laisser mourir ceux pour qui on ne veut pas se sacrifier. Alyssa faisait partie de ceux pour qui la vie méritait d’être menacée. Dixie, elle ne déteste pas les gens, mais ceux qu’elle aime seront toujours prioritaires sur les autres. Qu’importe que Tobias estime que Highgate a besoin de lui : plusieurs mourront et il ne pourra rien y faire. Elle n’a pas la même vision que lui concernant les proches à sauver : ce sont les proches de Tobias, pas les siens. « C’est pas d’eux que tu devrais te soucier. » La gamine, elle avoue qu’elle aimerait qu’on lui accorde davantage d’attention. Elle voudrait que Tobias ne sauve qu’elle, pas les autres, pas ces inconnus de Highgate. Elle ne dirait pas ça si elle les connaissait, si elle savait qu’elle était sur le point de faire de nouvelles rencontres, de bonnes rencontres, des rencontres saines. Elle parle comme une petite fille qui sera bientôt seule, observée avec pitié : « la fille d’un protecteur. » Les gens ne pourront pas la comprendre, ici : elle est bizarre, pas particulièrement attachante. À cet instant, elle ressent beaucoup de rancoeur, retransmet son éducation par cette colère innocente : ne fais pas confiance aux inconnus, ne fais pas confiance à ceux qui ne sont pas de son espèce. Elle reproduit le schéma de papa et de maman, même si elle rêvait de venir ici. Mais elle sera toujours la première à accepter les gens qui sont différents.

« J’ai abandonné mes amis pour te suivre ici. Et toi, tu t’en vas. Tu ne m’as jamais demandé si j’étais triste de partir même si j’étais contente de le faire. Tu ne m’as jamais demandé si j’avais des amis, même si je disais détester ces gens. T’as pas le droit de me dire ce que j’aurais fait ou non. » Est-ce que papa aurait raison? Aurait-elle détruit les plans pour lesquels elle se battait si elle avait su qu’on l’abandonnerait? Elle refuse de le croire, refuse de penser qu’il pourrait avoir raison. Elle avait hâte de partir, oui, pour que sa famille soit en sécurité et réunie, pour fuir les mauvaises choses de l’aéroport. Elle a continué à pousser son père dans cette voie, à l’encourager et à lui faire la gueule parce qu’il n’était pas assez rapide. Elle a continué de voir le mal à l’aéroport, à continuer à manipuler ses propres amis en sachant qu’elle resterait fidèle à sa famille. Peu importe les motivations de Tobias, Dixie possède également les siennes, parce qu’elle possède son propre libre-arbitre. « J’ai fait ce que j’avais à faire. » Vient-elle de là, finalement, la tristesse de l’abandon? Elle fronce les sourcils. Est-ce la perte d’un nouvel environnement qui la frustre à ce point depuis qu’elle soupçonne le départ définitif de papa? « Je sais pas. Peut-être. » Elle pense sans vraiment dire à quoi elle pense. C’est confus. De quelle façon a-t-il raison? De quelle façon a-t-il tort? « T’en vas pas. »

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 427
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS60 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ20 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU70 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
05.12.19 18:01
Quand elle le contredit sur la façon dont elle aurait géré les choses, Tobias, il a les épaules qui retombent. D’un côté, parce qu’il est toujours autant surpris de voir sa fille grande. Qu’elle dise ce qu’elle pense avec autant d’aplomb. Qu’elle ose le mettre face au mur, pieds au mur, sans pouvoir tourner le dos pour s’enfuir. De l’autre côté, parce qu’il a toujours l’impression de voir sa petite fille face à lui. Avec tous les défauts qu’elle peut avoir des enfants de son âge. Tobias, il ne peut pas s’empêcher de se demander s’il était aussi chiant lorsqu’il avait cet âge là. Mais ça ne l’empêche pas de l’aimer, sa fille. Sa fille unique, sa princesse, la seule qui partage son sang. La seule qui est toujours là aujourd’hui. Celle pour qui il donnerait sa vie, celle pour qui il en prendrait des centaines. Se rend-t-elle compte qu’elle est la plus importante à ses yeux, Dixie ? Malgré ses mots, elle n’a pas l’air de mesurer la situation. La relation qu’ils avaient, celle qu’ils ont et celles qu’ils vont avoir.

” - [...] C’est pas d’eux que tu devrais te soucier.”
” - Je me soucie de tout le monde, mais surtout de toi.”

C’est pour ça qu’il fallait partir, au premier abord. Pas parce qu’elles le souhaitaient, pas spécialement non plus parce que l’aéroport est devenu dangereux pour eux. Simplement parce que les gens autour d’eux, la noirceur qui les entoure, elle a commencé à toucher sa fille sans qu’il ne puisse rien y faire. Elle a changé à l’aéroport, certainement au moins autant que lui. Quand il la regarde, il a l’impression de voir une autre petite fille que celle qui y est entrée au départ. Et ça le peine, Tobias, ça lui fait mal de se dire que le venin de certain ait pu se faufiler jusqu’au coeur de sa fille. Il aurait voulu la protéger de toutes les mauvaises choses de la terre ; aujourd’hui, c’est de lui aussi qu’elle a besoin d’être protégée. L’amour peut avoir beaucoup de défaut aussi. Il veut la protéger de tout.

” - J’admet… j’aurais du te prévenir. Je sais que t’as fais ta vie, là-bas…” Il doit être honnête, même s’il ne veut pas le savoir. Il ne veut surtout pas l’entendre. Il ne veut rien savoir du quotidien de sa fille chez eux, à l’aéroport. Tout simplement parce qu’il ne le supporterait pas ; c’est son rôle de père après tout. ” Mais c’est à cause de ça, que je voulais que tu en partes. Tu es trop bien, Dixie, pour être avec des gens comme ça. Ta mère… elle aurait pas voulu que tu deviennes comme eux.”

Parler de cette femme, de sa femme, parce qu’elle le restera toujours malgré sa mort, c’est douloureux. Bien plus encore dans cet endroit où il ne pense qu’à Tennessee ; c’est comme la tromper, encore, et encore. Cette fois-ci, il n’a aucune colère dans la voix. Il parle de cette mère qui n’est plus avec de la douceur ; chose dont il a toujours été incapable. C’est surtout parce que la peine qu’il ressent à cet instant est bien plus démentiel que celle qu’il a connu en perdant sa moitié.

” - Tu penses que je veux que tu finisses comme les gamins de là-bas ?” Il rigole, nerveusement, amène la cigarette à ses lèvres parce qu’il a besoin de cette nicotine. ” Ce gamin, Winter, et comme cet autre trou d’fion… ils ont aucun avenir à part mourir là-bas. A cause d’eux, ou à cause de moi… Et il est hors de question que tu ais le même avenir.”

Il aurait pu dire ça en étant en colère, mais la peine qu’il ressent efface tout le reste. Il parle avec le coeur plus qu’avec son cerveau. Réfléchir n’est plus à l’heure. Tout ce dont il a besoin, tout ce qu’il veut, c’est profiter des derniers instants de sa fille. La voir, la sentir, la toucher, imprimer chacune de ces sensations parfaites qu’elle lui apporte. Parce que Tobias il a conscience d’une chose ; c’est peut-être la dernière fois qu’il voit sa fille. Pas qu’il ne compte pas revenir ; mais il peut mourir là-bas. Seth pourrait tout découvrir et lui mettre le coup de batte dont il a échappé la dernière fois. Il pourrait simplement se faire bouffer en revenant, les morts stupides arrivent à tout le monde. Tout pourrait mal tourner dans cette histoire, de son côté à lui. Parce qu’il veut penser, il veut croire du fond du coeur, que les choses iront mieux pour sa fille. Qu’elle sera à l’aise. Qu’elle sera entourée. Qu’elle aura toutes les chances de son côté pour devenir une belle et bienveillante vieille femme.

” - Dixie… j’ai pas envie de me prendre la tête avec toi ce soir.” Il avoue, elle voulait la vérité, la voici. ” Je suis pas à ma place, ici. Je pourrais pas rester, même si j’en avais envie.” C’est la vérité. Personne ne veut de lui ici, pas même les personnes avec qui il a tissé des liens étranges. Qui pourrait vouloir d’un lâche pour qui la trahison est coutumière ? ” Ici, t’as la chance d’avoir tout ce que j’aurais voulu pouvoir t’offrir moi-même. Tu vas avoir à manger, tu vas être soignée quand tu en auras besoin… tu vas avoir une chambre pour toi. Tu vas pouvoir apprendre des choses utiles. Tu vas être entourée de personne qui ne te veulent que du bien.” Il a mal, Tobias, d’énoncer tous ces faits qu’il ne pourra pas partager avec elle. Qu’il voudrait vivre tous les jours à ses côtés. ” A l’aéroport… personne prendrait soin de quelqu’un d’ici. Et eux, ils sont prêts à le faire… ils étaient prêts à le faire avant que je les trahisse, et ils tiennent leur promesse aujourd’hui… Ces gens là, ils ont bien plus de parole que quiconque peut en avoir.” La cigarette, elle tombe à terre lorsqu’elle lui brûle les doigts dans un léger sursaute de la main. ” Ils vont prendre soin de toi jusqu’à ce que je reviennes… parce que tu penses vraiment que je pourrais te laisser ici, sans venir savoir que tu vas bien ? Sans t’entendre, sans te voir ? Je fais tout ça pour nous… pour qu’on se retrouve après. Comme avant.”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Even if it hurts, i could do it all over again. 1567962325-dixie

Messages : 227
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS615 / 5015 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ218 / 5018 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU711 / 5011 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
07.12.19 21:15
« Tu es trop bien, Dixie, pour être avec des gens comme ça. » Les propos parviennent à la faire sourire, non pas parce qu'elle est reconnaissante, mais parce qu'elle sait combien il se trompe à ce sujet. Dixie, elle se sent devenir cruelle, elle se sent devenir antipathique. Les gens de l'aéroport l'ont changée. Ses pensées ne sont pas toujours seines ; elle essaie pourtant de ne pas se laisser influencer, elle essaie de toute ses forces d'agir à l'inverse de la méchanceté. Dixie n'a jamais avoué à son père qu'elle avait vu Seth offrir sa batte à une gamine, à sa Autumn. Dixie, elle n'a jamais avoué qu'elle avait vu un homme se faire marteler. L'image est pourtant restée imprimée à sa rétine. Cette image de sang et de douleur a changé sa perception de la justice. Elle se sait plus forte que les pensées douloureuses. Si elle n'était pas si intelligente, si farouche, sans doute aurait-elle sombré depuis longtemps. C'est justement parce qu'elle aime agir selon sa tête de cochon qu'elle parvient à rompre certaines influences. « Ta mère… elle aurait pas voulu que tu deviennes comme eux. » Aime-t-il encore maman malgré qu'elle soit morte?

« Si ce n’est pas ta place, alors pourquoi ce serait la mienne? » Sans lui à ses côtés, elle n’a aucun avenir dans cette communauté. Pourtant, c’est une belle opportunité pour apprendre et pour grandir, pour voler de ses propres ailes. Et puis, Tobias, il lui cite toutes les choses auxquelles elle aura accès en faisant l’effort de rester, en faisant l’effort de s’intégrer. Nourriture ; soins ; repos ; apprentissage. À mesure qu’il explique la situation, elle redresse le menton, réceptive à ces nouvelles choses qui feront d’elle une petite reine chouchoutée. Malgré qu’elle soit butée, Tobias a toujours su l’amadouer. Il sait pertinemment ce qui intéresse Dixie. « Tu prétends qu’ils sont loyaux. Qu’est-ce qui te dit qu’ils ne vont pas m’enfermer ou m’exécuter dès le moment où tu seras parti? » Ne sont-ils pas en position de savoir que deux personnes ne font pas l'unanimité dans une communauté? Combien le déteste, ici? Combien serait prêt à faire du mal à une gamine pour atteindre Tobias, pour atteindre Seth? Ces gens pourraient tout simplement la livrer à Seth pour prouver que ses rangs sont ébranlés. Tobias a trahi une fois. Qu'est-ce que l'avenir leur réserve, exactement?

La cigarette est tombée, les yeux de Dixie observe ses derniers instants de vie. Il prétend qu’il reviendra, mais peut-elle espérer que, cette fois, il dit la vérité? Son père a toujours tenu ses promesses, mais cet abandon lui laisse croire qu’il a peut-être changé. « Fais vite alors, parce que je n’ai pas l’intention d’attendre éternellement. » Toujours des ordres. Toujours des demandes. Si Dixie se sent menacée, si Dixie se lasse, si Dixie s’ennuie, si Dixie veut voir papa, elle remplira son sac à dos et quittera cet endroit sans prendre le temps de demander l’autorisation. Elle est intense, mais ça fait partie de son charme. Elle est intense, mais n’est-ce pas pour cela qu’elle parvient à survivre? « Et si c’est un mensonge, je te hanterai. » Une moindre menace compte tenu du fait qu’elle ne croit pas aux fantômes. Elle veut seulement lui faire comprendre qu’il ne gagnera pas son coeur s’il doit à nouveau détourner la vérité. C’est faux. Elle lui pardonnera ses fautes aussi longtemps qu’il lui pardonnera les siennes, mais ça, il n’a pas besoin de le savoir, surtout lorsqu’elle l’observe d’un air renfrogné.

« Il n'a jamais eu l'intention de me sortir de l'aéroport, Syd. J'ai menti pour te mettre en colère. » Puisqu'ils sont sur la voie de la confession, pourquoi garder cette information pour elle? Elle ne verra plus jamais Syd de toute manière. Son mensonge n'a plus d'importance dès à présent qu'elle se trouve à Highgate, « l'utopie pacifiste ». Son hostilité semble s'envoler. Il est vrai qu'elle est plus calme, ici. Dehors, plutôt qu'à l'intérieur. En tête-à-tête avec son père, plutôt qu'observée. « J'ai même cru qu'on pourrait vraiment être amis, lui et moi. » Son pied recommence à frotter le sol. Elle se racle la gorge. Son corps exprime son inconfort sans même qu'elle ne doive mettre des mots sur ses pensées. Syd était gentil avec elle. Il était juste un peu con, mais les hommes ne le sont-ils pas tous à leur façon? Winter le premier, son père n'a pas tort. C'est ce qu'ils sont pour elle, les hommes, des pions ou des « peut-être » amis. À quel moment papa a-t-il compris qu'il était amoureux de maman... à quel moment a-t-il compris qu'il éprouvait des sentiments pour une autre? Dixie, elle ne sait pas ce qu'est l'amour entre un homme et une femme, ne voit rien d'autres que l'ami ou l'ennemi. « Est-ce qu'elle fait partie du "nous"? Ta nouvelle femme. » Dixie est bien loin du terme « petite-amie », ça lui semble trop enfantin. Mais il aura compris qu'elle parle de cette fille de Highgate, celle qui mentionne souvent sans faire vraiment attention.

« Je vais essayer. Parce que je n'aime pas pas la défaite. Tu peux partir en paix. » Dixie, elle est incapable de bouger maintenant, comme si ses pieds étaient fusionnés à la terre. Son père a refusé de rester, son départ est donc inévitable, même si elle a mal de ne pas avoir la force de le garder à ses côtés. Son pouvoir de persuasion ne semble plus fonctionner autant qu'avant, sans doute parce qu'elle proclame ne plus être une enfant. Elle préfère donc jouer la carte de l'indifférence pour ne pas montrer qu'elle est vexée. Dixie aime montrer qu'elle est plus mature que ça, plus forte aussi. Mais elle ne bouge pas, ne cherche ni le confort de ses bras ni le confort de la fuite. Elle est bloquée, contente de pouvoir vivre cette nouvelle vie, mais déçue de ne pas obtenir ce qu'elle désir. L'émotion elle est coincée dans sa gorge maintenant.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 427
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS60 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ20 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU70 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
13.12.19 16:06
Les mots de Dixie, ils sont durs, mais ils sont vrais. Le simple reflet de la réalité. Et si Tobias n’a pas été capable de répondre avec des mots audibles, il a pensé à tout ce qui faisait que cet endroit serait prêt à les accepter elles, à défaut de ne pouvoir l’accepter lui. Il est celui qui leur a fait du tort, celui qui les a mené directement sur la voie d’une confrontation avec les protecteurs. Parce que c’est sa relation avec Tennessee qui a fait péter un câble à Seth ; s’il voulait déjà avoir Highgate sous sa coupe, c’est devenu plus qu’une envie. Un besoin qu’il faut assouvir coûte que coûte, pour asservir tous les hommes, toutes les femmes, tous les enfants. Pour asservir Tobias, un peu plus que les autres. Le blond sait très bien que son lien qui l'unit au grand méchant loup n’est pas normal, qu’il est malsain. Il sait aussi que c’est ce qui amènera sa perte ; pourquoi n’arrive-t-il pas à oublier sa promesse ? Ta vie contre la mienne, ça a toujours été comme ça. C’est à ses filles qu’il aurait du faire cette promesse, pas à ce monstre sans coeur que les autres voient, sans failles, dur, puissant. Les gens d’ici sont différents, et c’est ce qui lui fait croire, savoir, que sa fille sera mieux ici.

” - Tu prétends qu’ils sont loyaux. Qu’est-ce qui te dit qu’ils ne vont pas m’enfermer ou m’exécuter dès le moment où tu seras parti?”
” - Il aurait pu me tuer, en arrivant.” Parce qu’ils sont assez intelligents pour tuer leurs ennemis, et pas tous ceux qui leur sont relatifs. ” Et des dizaines de fois avant aujourd’hui aussi.”

Mais ils ne l’ont pas fait. Certains auraient pu, Emrick a faillit en lui transperçant le ventre avec une balle. Mais Noah ne l’a fait pas ; c’est lui qui en aurait eu le plus envie. Les gens sont bons ici, et ce qui le laisse paraître encore plus du point de vu de Tobias, c’est cette religieuse qui a préféré venir vivre ici, s’enfuir parce qu’elle a trouvé son paradis à la place de son enfer personnel. Cet endroit ne peut pas être pire que l’aéroport ; les gens d’ici sont bons. Il veut continuer à le croire.

Dans les mots de sa famille, sa façon de parler et de se comporter, il ne la reconnaît que trop bien. Ne peut même pas s’empêcher de sourire lorsqu’elle lui ordonne de revenir rapidement. Un léger rire s’échappe de ses lèvres à sa menace, et Tobias, il est obligé de promettre, doucement, du bout des lèvres, qu’il reviendra rapidement. Vivre sans sa fille est impossible ; s’il ne la voit pas, ne peut pas la sentir, il va vouloir lui parler. Savoir qu’elle est en vie. Le temps des lettres est révolu ; mais Tobias finira bientôt par s’en servir pour communiquer avec ses filles. Temps antique mais pratique.

Tobias n’a pas pu s’empêcher d’être soulagé, tout en fronçant les sourcils lorsqu’elle avoue son mensong au sujet du gamin. Il soupire, parce qu’il n’aime pas savoir, voir, redécouvrir à chaque fois, à quel point l’aéroport est un mauvais endroit pour sa fille. Tobias n’est pas un bon exemple non plus en ce qui concerne la vérité, mais il aurait voulu que sa fille soit différente. Pourtant, il se contente de ce soulagement là ; il n’y a rien de sérieux entre Syd et Dixie. Ni sentiments, ni-même escapade. Il se rend compte, finalement, qu’elle a fait tout ça pour partir plus vite de cet endroit. Et Tobias se sent encore plus stupide de ne pas lui avoir dit la vérité, de ne pas l’en avoir sortie plus tôt.

” - J'ai même cru qu'on pourrait vraiment être amis, lui et moi..”
” - Tu l’étais, et crois-moi…” Il se met à hausse les épaules en souriant stupidement. ” même si ça ne me plait pas… ils étaient tous tes amis, Dixie, les gamins de là-bas.”

Et ça lui crève le coeur d’associer sa filles aux gamins dont il pense. Ca lui crève encore plus le coeur lorsqu’elle parle de Tennessee, lorsqu’elle use de ses mots qui enfonce une pointe dans l’âme de Tobias sans même qu’elle puisse s’en rendre compte. Dixie est trop jeune pour connaître les problèmes de l’amour, les bons comme les mauvais côtés. Elle parle de sa voix d’enfant qui voit le monde, de la même manière ; comme une enfant. Et Tobias, il se met à papillonner des yeux savoir pouvoir contrôler les sursauts de ses paupières. Tout ce qui le fait sortir de sa stupeur, c’est de pouvoir attraper sa fille ; la prendre dans ses bras et la serrer contre son torse au point de couper une fraction de secondes sa propre respiration. Une larme coule, une seule, qu’il fait rapidement disparaître en s’éloignant de sa fille tout juste assez pour la voir en tenant son épaule.

” - Ma femme…” Qu’il dit en la regardant dans les yeux, plus sérieusement que jamais. ” ça sera toujours maman, chérie. Personne pourra changer ça.” Par là, il veut signifier que personne ne pourra modifier, corrompre, ou ne serait-ce que imiter, l’amour qu’il a pour sa défunte femme. ” Plus tard… tu comprendras qu’on peut aimer des gens de différentes façons, Dixie.”

Il caresse la joue de sa fille avec la paume de sa main. Puis, il la lâche. Cherche dans la petite poche intérieur de sa veste, la seule chose matérielle qui ait encore de l’importance à ses yeux aujourd’hui. Du bout des doigts il récupère l’alliance de sa femme qui ne l’a jamais quitté. Rapidement, il enlève la sienne qu’il portait toujours à son doigt. Ce geste n’est pas là pour montrer la fin de sa relation avec sa femme, non. Il se contente simplement de glisser les bijoux à l’intérieur de sa paume pour les tendre à sa fille. Elle peut les voir ; pourrait même les attraper mais Tobias aurait automatiquement un mouvement de recul. Jamais il ne s’est senti aussi léger, comme nu, sans son alliance.

” - J’aimerais toujours maman… parce qu’elle m’a offert la plus parfaite des filles,” Il sourit, pense ces mots malgré tout ce qui s’est passé dernière. ” mais surtout parce que maman et moi… on s’est pas séparés Dixie. Elle est morte… ça fait de moi un veuf, pas un célibataire. Si c’était pas arrivé. On serait toujours tous les trois. Si elle était toujours là…” Sa gorge se sert parce qu’il est sûr le point le prononcer des mots qui lui font mal, face à sa fille. Face au regard qu’elle pourrait lui lancer. ” j’aurais pas pu aimer Tennessee.”

Et dans les alliances, il dit à Dixie d’en choisir une. Qu’il gardera l’autre -ne sachant pas lui-même s’il préfère avoir la sienne ou celle de sa défunte femme. Mais cet amour n’appartient pas qu’à lui, au final ; Dixie, elle a droit d’avoir une part de ce dernier, elle en est née d’ailleurs. Alors, il laisse la main ouverte jusqu’à ce qu’elle ait fait son choix, puis, se contente de sourire.

” - Je te demande pas de l’aimer, tu sais… juste… d’être polie, et de l’écouter. Parce qu’au fond, il n’y a que Tennessee et moi, qui serions prêts à nous sacrifier pour que tu vives.” Seth n’aurait jamais fait une telle chose ; il aurait pu prendre la vie de Dixie au contraire. ” Elle sera jamais maman, elle prendra jamais sa place...mais elle va te protéger comme maman l’aurait fait.”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Even if it hurts, i could do it all over again. 1567962325-dixie

Messages : 227
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS615 / 5015 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ218 / 5018 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU711 / 5011 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
09.01.20 11:11
Il murmure discrètement qu’il reviendra. Pour sûr, elle lui fera du mal s’il ose encore lui mentir parce que s’il l’abandonne trop longtemps, la distance finira par tuer cette relation. Elle s’éloignera de lui naturellement, n’aura plus jamais besoin du réconfort de ses bras. Elle gagnera en maturité au point de plus vouloir le voir, se disant qu’elle est nettement mieux sans lui, car elle évolue. Mais elle ne veut pas d’une relation négative. Elle veut que sa famille reste soudée, car c’est ce qui l’aide à se battre, à être forte et rigide. Ses lèvres affichent une émotion triste, loin de ressembler à un sourire.

Elle n’essaie pas de bouger, n’essaie pas de faire un pas dans sa direction pour obtenir le réconfort qu’elle mérite, car Tobias fait lui-même les premiers pas en venant la serrer à l’intérieur de ses bras. Elle souffle longuement, le front et le nez contre son torse. Ses vêtements, ils sont constamment imprégnés d’une odeur de tabac, une odeur qui va lui manquer. Ses bras se dénouent finalement pour s’enrouler autour de sa taille. Elle lui retourne cette accolade malgré toutes les horribles choses qu’elle s’est acharnée à lui balancer à la gueule depuis qu’ils ont choisi de quitter l’aéroport. Elle aime son père malgré qu’elle puisse souvent être cruelle dans ses propos. Mais elle est cruelle, car elle le connait bien, elle s’est où appuyé pour marteler la douleur, la rendre plus vive et criante. Elle ne fait pas semblant d’être forte lorsque finalement il se recule pour poser une main sur son épaule ; elle est triste ; son visage dénonce sa tristesse ; les larmes s’accumulent aux coins de ses yeux. Elle déglutit difficilement lorsqu’enfin, il prend la parole.

« Tu comprendras qu’on peut aimer des gens de différentes façons. » Elle peut comprendre ça, car elle est intelligente et ne se prive pas de voir le monde sous toutes ses coutures. Il touche sa joue une dernière fois ; c’est le déclencheur de ses émotions, car ça permet aux larmes de quitter ses yeux pour rouler sur ses joues. Elle s’empresse de la chasser avec sa main, profitant du fait que son père détourne le regard une fraction de seconde. Elle comprend, oui, qu’on peut aimer les gens différemment. Mais cela implique aussi de les aimer à des degrés différents. Et elle ne peut s’empêcher de se demander : qui est-ce que son père aime le plus au monde? Sa femme décédée, sa fille unique, sa fille d’adoption ou sa nouvelle petite-amie? Elle est à la fois confuse et en colère de ne savoir qui son père préfère. Il montre les alliances. Elle n’avait pas anticipé ce geste, aucunement. « Tu as gardé celle de maman? » qu’elle lâche automatiquement, les yeux rivés sur les deux bijoux. Elle supprime la dernière larme de sa joue. Elle voudrait les toucher, mais ne le fait pas. Dixie, elle n’a encore jamais connu le véritable amour comme ses parents, donc n’arrive pas à comprendre entièrement le sentiment qui pousse deux adultes à relier leur vie par ses bijoux. Une nouvelle frustration pointe le bout de son nez à mesure qu’elle les observe, épuisée d’être une enfant qui ne comprend pas la vie. Il dit de belles choses, lorsqu’il mentionne que sa fille est parfaite. Ses explications semblent logiques, lorsqu’il prétend que la famille serait toujours réunie si maman était encore vivante. Puis, fatalement, il avoue éprouver des sentiments amoureux pour Tennessee. C’est la première fois qu’il le fait. Elle arque un sourcil, mais s’abstient étonnement de passer un commentaire négatif. Aux propos de son père, elle finit simplement par marmonner : « Elle est en vie, elle, au moins. »

Il attend qu’elle prenne une des alliances. Elle aurait pu hésiter, mais son choix semble pourtant rapide lorsqu’elle s’empare du jonc à son père. Pour le moment, elle se contente de le passer dans son pouce avant de trouver une manière plus judicieuse de ne pas le perdre. Elle relève ses yeux vers lui, prétextant : « Comme ça, je sais que tu vas revenir le chercher. » Mais la raison derrière est plus complexe que ça. Elle ne prend pas cette décision à cause de l’amour, car elle ne connait pas l’amour. Elle a fait ce choix en fonction de son père, de cet amour familial qui prime sur tout le reste. Maman n’est plus de ce monde, alors très sincèrement, sa bague ne lui apporte aucun réconfort. Elle le fait aussi pour protéger son père, se disant que personne ne cherchera à faire du mal à ses proches si aucune bague ne laisse sous-entendre qu’il soit marié. Là, ils comprendront que sa femme est décédée, ne pourront utiliser cette arme contre lui. Libre à lui d’offrir cette bague à la fille de son choix. Maman n’en a plus besoin de toute manière. À la fois gamine, à la fois protectrice. Elle n’a pas besoin de lui partager ses réflexions, ça ne sert à rien. Autant qu’il soit content qu’elle ait fait un choix.

« Je ne ferai aucune promesse que je ne peux pas tenir », conclut-elle. Pourtant, elle pourrait très bien le faire, elle n'aurait aucune honte à mentir. Là, c'est à la fois une vérité, à la fois un reproche par rapport aux dernières promesses de son père. « Je ne serai pas désagréable si je ne vois aucune raison de l’être. » Elle précise ses précédentes paroles par ce fait. Si tout se passe bien avec la nouvelle copine de papa, Dixie n’aura pas besoin de se montrer hostile. Le cas contraire, elle restera elle-même, fidèle à sa personnalité. En acceptant cette famille, cette femme accepte le lot de complications qui l’accompagnent. Curieusement, ça redonne le sourire à Dixie d’avouer cela à son père. Peut-être voudra-t-il venir plus souvent pour vérifier que tout se passe bien. Elle aime bien semer la confusion, laissé sous-entendre qu’elle sera un pur fardeau pour cette communauté. « Tu pars quand?  » Question tant redoutée. Réponse tant redoutée.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 427
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS60 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ20 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU70 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
21.01.20 11:49
Elle est grande et enfantine à la fois. Dixie pense savoir ce que c’est, que l’amour, mais elle est surprise de savoir que son père a gardé l’alliance de sa mère. Il s’était contenté de froncer les sourcils, en repensant au moment où il a glissé l’anneau du doigt de sa femme pour la récupérer. Il avait aussi haussé les épaules, comme si ce n’était pas un fait important. Si, tout est important pour lui. Le moindre des souvenirs qu’ils ont eu tous les trois, qu’il a pu avoir tout seul avec sa femme. Il n’aurait pas pu partir sans emmener avec lui la preuve de leur amour. C’est ça qu’il a tenu dans sa main pour lui donner du courage, jusqu’au moment où ils sont arrivés à Kelowna. Tout ça lui paraît si loin, lorsqu’il voit ce petit anneau au creux de sa main.

Tobias, il est soulagé de la voir prendre son anneau à lui. Ne peut pas s’empêcher de sourire stupidement, avec un léger rire qui résonne de la même manière que son sourire, alors qu’il avait eu un pincement au coeur juste avant à cause des mots de sa fille. Elle a raison, Dixie ; elle est en vie, elle, au moins. Les mots des plus jeunes peuvent être crus, blessants, mais pour beaucoup de fois réalistes. C’est peut-être ça qui est le plus malaisant dans l’histoire. C’est que dès que Tobias regarde sa fille, il a l’impression de voir quelqu’un de différent à chaque fois ; elle grandit, elle s’assume, elle se découvre. Et si toutes ces choses étaient une fois ses craintes les plus profondes, elles s’étaient envolés dès le moment où l’apocalypse est arrivée. Dixie, elle a grandit depuis ce temps. Elle devient un petit bout de femme qu’il peine à regarder sans avoir les larmes aux yeux. Et c’est lorsqu’il la voit ainsi, Tobias, qu’il se dit qu’il a loupé tant de choses. C’est pour tout ce qu’il reste, qu’il doit se battre.

” - … Je ne serai pas désagréable si je ne vois aucune raison de l’être.”
” - Tu as toujours de bonnes raisons…”

Il n’avait pu s’empêcher d’ajouter ces mots avec le sourire. Tobias, il la cherche avec ces mots, même s’il sait qu’ils ne sont pas spécialement représentatifs de la réalité. Il s’était permis un nouveau sourire, sans que cette fois un rire puisse s’échapper de ses lèvres. Si la sensation de bonheur avait été là pendant quelques fractions de secondes, tout a disparu à l’instant où, le vent qui se lève, amène avec lui la nouvelle d’un départ rapide. Il voudrait déjà s’être éclipsé, Tobias, être définitivement parti. Ainsi, il n’aurait pas envie de faire demi-tour, n’aurait pas envie de rester là avec ses filles. Ainsi, il n’aurait pas la subite envie de l’attraper par la main, de retrouver Alyssa, et de les sortir toutes les deux d’ici pour disparaître. Et même si cette envie, sur l’instant présent est grande, Tobias, il finirait par regretter d’être parti. Quand on a des choses à faire, on ne peut pas les laisser inachevée. Tobias n’est pas ainsi, mais surtout, Tobias, il serait incapable de laisser Tennessee. Le choix est simple ; soit ces quatres femmes viennent, soit il est incapable de s’enfuir de Kelowna.

” - Là…” Qu’il dit subitement, lorsque Dixie soulève le sujet du vent, le sujet qui fâche. ” Il me reste quelques trucs à faire… des gens à voir… et je vais y aller.”

L’alliance de sa femme retourne directement à l’intérieur de sa poche, puisqu’il ne peut pas la glisser à son doigt. Il se sent nu comme jamais sans sa bague, il n’arrête pas de passer l’extrémité de ses doigts à cet endroit précis. C’est le stress qui se fait ressentir plus que jamais. Tobias, il est sur le point de faire la chose qui le terrorise le plus au fond de lui ; laisser la prunelle de ses yeux.

Au diable les autres ; au diable Tennessee, au diable sa femme, au diable Alyssa. Tout ce à quoi il pense, lorsqu’il attrape sa fille pour l’attirer une dernière fois contre lui, c’est que pour elle, il donnerait sa vie. Loin de se douter des préoccupations de sa fille, Tobias subit un moment égoïste où il se dit que cette petite blonde qui ressemble tant à sa mère, est la pupille de sa vie. L’étincelle qui permet au feu de continuer à crépiter. Peut-être même qu’il la sert un peu trop fort, d’ailleurs. A croire qu’il veut la serrer si fort, qu’il pourrait encore sentir son étreinte lorsqu’il serait de retour à l’aéroport.  Son mal de coeur est encore plus puissant que tout à l’heure. Lorsque son corps va lâcher, ses nerfs vont le faire aussi. Autant dire qu’il devra déjà être de retour chez les protecteurs pour sa propre sécurité.

” - Reste en sécurité… c’est tout ce que je souhaite, Dixie.”

Tout ce qu’il veut pour continuer à vivre. Parce que Tobias, contrairement à Terrence, serait incapable de continuer à fouler la Terre si sa fille n’était plus dessus. Non, jamais il n’aurait a enterrer sa fille, et à venir porter une fleur sur sa tombe. S’il doit recouvrir le corps de sa propre chaire de terre, alors, Tobias se laissera mourir. Et lorsqu’il la relâche, lorsqu’enfin il la laisse se reculer, il glisse sa main, une dernière fois, sur sa joue, caressant ses mèches rebelles du même geste.

” - Je t’aime, tu le sais ça ? Comme un gros taré.” Il voit bien les larmes dans les yeux de sa fille ; les mêmes que les siennes d’ailleurs. Mais Tobias se refuse à pleurer tant qu’il n’est pas éloigné. ” Tu devrais aller faire le tour avec les autres maintenant…”

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Even if it hurts, i could do it all over again. 1567962325-dixie

Messages : 227
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS615 / 5015 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ218 / 5018 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU711 / 5011 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
23.01.20 18:53
Son oreille se pose sur le torse de son père au moment où l'émotion devient trop puissante, qu'il referme ses bras, de nouveau, sur son corps frêle. Elle voudrait qu'il puisse serrer davantage. C'est un lieu sécurisant où elle se sent réellement aimée, même si elle dit souvent le contraire pour l'énerver. Intérieurement, elle voudrait se convaincre qu'elle n'a pas besoin de cette deuxième accolade pour encaisser son départ, pour tourner la page, mais c'est totalement faux. Elle désespère de rester à cet endroit encore de longues minutes. Son père n'est-il pas le seul être sur Terre ayant bravé d’innombrables tempêtes pour elle? C'est à ce moment qu'il devrait lui dire qu'elle peut voler de ses propres ailes? Il touche la joue, les cheveux. « Reste en sécurité. » Au moins, il ne lui demande pas de rester sage.

- Tout ira bien, papa.

N'est-ce pas ce qu'elle a dit le jour où Tobias a coupé le doigt d'un homme sous ses yeux? Malgré tous les reproches, malgré toute la peine, malgré l’enfantillage de ses actions, elle veut lui faire comprendre que tout ira bien. Elle n'a pas le choix de le dire, sinon jamais il n'aura l'esprit tranquille, là-dehors. Elle sait que ça pourrait lui être fatal s'il passait trop d'heures à se demander si elle n'est pas en train de foutre le feu à Highgate juste pour avoir de l'attention. Comment deux parents aussi bons que les siens ont-ils pu créer un monstre aussi borné qu'elle? Un monstre qui pourtant a supplié pour que Alyssa soit sauvée, un monstre qui est parvenu à se faire des amis aussi peu habiles que Winter ou Syd. Elle n'est pas mauvaise, juste libre de s'exprimer selon les vraies émotions qui l'habitent. « Je t'aime... » dit-il. Les sentiments sont partagés, raison pour laquelle ces mots sont impossibles à prononcer en retour, ça lui noue bien trop la gorge.

- J'ai une question.

Une fois reculée, elle lève brièvement les yeux dans sa direction.

- Maman et toi, vous...

Ça lui semble encore tout nouveau de parler de maman. Elle s'interrompt au moment où une jeune femme l'interpelle à quelques mètres dans son dos, une jeune femme qui semble sympathique, mais que Dixie n'arrive pas encore à apprécier puisque c'est une inconnue qui se charge de l'escorter pour ses débuts dans la communauté. Une femme qui devrait assurément redoubler d'ardeur et s'armer de gants pour dompter le petit monstre que peut parfois être Dixie. Pourtant, Dixie, elle semble plus mature, ce soir, sans doute parce qu'elle doit prouver à tous que le départ de son père ne l'affecte pas, qu'elle n'a pas besoin de ses parents pour fonctionner. Les secondes avec son père sont comptées.

- Laisse tomber, j'ai oublié.

Elle n'a pas oublié, mais l'envie de poser la question s'est envolée à cause de ce dérangement. Inspirant longuement, elle se recule de plusieurs pas.

- Profite de tes dernières heures ici, se risque-t-elle. Mais pour moi, t'es déjà parti.

Elle préfère se dire que c'est la fin plutôt que de se dire qu'il reste dans les parages pour faire ses aurevoirs aux autres, sans profiter de ce temps avec elle. Qu'elle l'aime de tout son coeur n'effacera pas la douleur de son départ, n'atténuera pas la tristesse qu'elle ressent au plus profond de son être. Ce n'est pas une unique discussion qui chassera la rancoeur qui empoisonne son existence.

- Prends soin de toi.

Est-ce qu'une enfant aurait délibérément dit ces mots? La petite Dixie qui croise les bras n'est pas la gamine, plutôt la jeune adulte qui cherche à s'auto-protéger, s'auto-réchauffer. Ses pupilles s'égarent, ne parviennent pas à regarder Tobias directement. Une part d'elle s'inquiète d'être dépendante de sa famille au point ne perdre tous ses repères une fois seule. Ce n'était pas une question qu'elle se posait lorsqu'elle était bien entourée. Même que jamais ça ne lui effleurait l'esprit. Son attention était portée à autres choses. Elle se recule finalement, entame deux ou trois pas avant de finalement basculer légèrement la tête vers l'arrière sans même daigner jeter un coup d'oeil au ciel s'étendant à perte de vue au-dessus de sa tête ; tout ce dont elle a besoin pour se donner le courage de le regarder une dernière fois et de lui dire :

- Je t'aime aussi, papa.

Cette fois, elle reprend sa marche sans se retourner, rejoignant cette femme qui l'attend et qui lui tiendra compagnie ce soir. Le font-ils par crainte que Dixie s'enfuit ou par crainte que Dixie soit triste et seule? Pour guider la petite, la femme pose une main sur son épaule sans qu'elle ne soit chassée.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Tobias Whitemort
I did what i had to do.

à propos
sac à dos
Even if it hurts, i could do it all over again. 1524401748-final

Ancien métier : Aucun, simple père au foyer.
Occupation : Sbire de Seth, spécialisé dans le déplacement de groupes et de hordes de virulents. /!\ sous haute surveillance après une première trahison.
Statut civil : Veuf, sa femme est morte au début de l'apocalypse. Il est amoureux d'une de celle qu'il devrait considérer comme des ennemis. [tobessee♥]
Lieu de naissance : Montréal.

Messages : 427
Inscription : 17/04/2018
Crédits : ExpectoPatronum28.
Célébrité : Austin Amelio

Even if it hurts, i could do it all over again. X0TurS60 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. BR2xH0t

Even if it hurts, i could do it all over again. DQEbQJ20 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. GxoDpmC

Even if it hurts, i could do it all over again. Hu1erU70 / 500 / 50Even if it hurts, i could do it all over again. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
09.02.20 11:50
La voir partir, laisser cette femme poser sa main sur son épaule, c’est retourner une dernière fois le couteau dans la plaie. Ce serait mentir de dire que Tobias n’a pas eu envie de l'interpeller, de la retenir, de lui interdire d’aller là où il n’irait pas. Comme un bon père, un véritable père, devrait le faire. Mais Tobias n’a pas bougé un seul muscle, trop accablé par le devoir de la laisser partir. C’est le seule moyen de la garder en sécurité, le seul moyen de faire les choses bien. Mais ça n’empêche pas la majeur partie de lui de vouloir rester avec elle. Parce que voir Dixie partir, s’éloigner sans se retourner, c’est savoir qu’il avance dans l’inconnu. Le plan s’arrête là, dans sa tête. Tobias n’a pas la moindre idée de ce qu’il va faire en arrivant à l’aéroport, de ce qu’il va dire, de ce qu’il va devoir faire. Il n’avait pas envie d’y penser, ne pouvait le faire, car la peur de voir ses filles partir, elle était plus importante que la peur de son propre destin. Alors il avait fermé les yeux en ne pensant qu’à cet instant précis. Il l’avait anticipé, Tobias, mais n’a pas pu anticiper la douleur réelle que ça lui causerait.

Laisse tomber, j'ai oublié. Dixie a menti et Tobias en était sur. Il aurait voulu lui demander de continuer, et même s’il savait qu’elle ne l’aurait certainement pas fait pour X raisons, Tobias, il a fait exprès de ne pas relever. Parce que ça voudrait dire qu’il a peur de ne pas avoir d’autres occasions d’entendre ce qu’elle a à dire. Non, ce qui est important, c’est qu’elle pourra poser sa question en temps voulu. Pourtant, il ne va pas nier qu’elle a piqué sa curiosité, tout comme elle a piqué son coeur, en parlant de sa mère. Une nouvelle fois. S’il n’est plus autant blessé à la simple évocation de cette femme, de sa femme, c’est parce qu’il a appris, au fil du temps, et surtout grâce à Tennessee, à regarder en arrière sans se sentir fautif. Sans se sentir abandonné. Parce qu’il y avait une parti de ça, dans ses anciennes blessures. On dit que les enfants ont une relation étrange avec la mort, mais les adultes peuvent avoir tout bonnement la même ; il s’était senti trahi, dès l’entrée dans ce monde de fou. L’apocalypse lui a prit sa femme, et Tobias a mit un temps à accepter qu’elle ne l’a pas abandonné. Elle aurait rêvé être à leurs côtés aujourd’hui.

Des mots qu’il voulait entendre, à l’encontre de ceux qu’elle a déjà pu dire et qui ont fait mal à son père. Je t’aime aussi, papa. Des mots enfantins, qui effacent ceux bien trop grands qu’elle a pu dire juste avant. Dixie, elle a donné l’impression d’avoir bien plus que quinze ans, en souhaitant à son père de prendre soin de lui. Mais c’est la distance qu’elle a prit pour le lui dire, qui donnait cette impression. Car lorsqu’elle est partie, et qu’elle s’est retournée pour lui avouer son amour, elle est redevenue la petite fille qu’il ne veut pas laisser derrière. Tobias n’abandonne pas sa fille, et il n’a pas envie qu’elle le ressente ainsi. N’a pas envie qu’elle l’abandonne, à sa propre façon à elle.

S’il ne compte pas rester de longues heures à Highgate, il comprend ce qu’elle veut dire lorsqu’elle a prononcé ces mots ; mais pour moi, t’es déjà parti. Tout ce qui devait être dit a été dit. Il n’y a plus rien à dire ou à faire entre eux, pour cette nuit. Et ça lui brise le coeur, bien plus que de tourner ses propres talons une fois que Dixie a disparu de son champ de vision. Dans cet endroit, Tobias est aussi perdu que la petite blonde peut l’être. Encore quelques détails à régler, et Tobias mettra la poudre d'escampette pour retourner à l’aéroport. Mais ça ne l’empêchera pas de chercher du coin des yeux, jusqu’à sa dernière seconde dans ce petit village, le reflet de Dixie peut importe où elle se trouve. S’il la laisse ici, c’est uniquement pour le meilleur. Tobias, il désespère de ne pas offrir le pire à sa fille.

_________________
la perfection de 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


Even if it hurts, i could do it all over again. Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Even if it hurts, i could do it all over again.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: North Kelowna :: Highgate-
Sauter vers: