AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – 2019/2020
54 € 90 €
Voir le deal


 

 Somebody help me.



Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 88
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Somebody help me. X0TurS60 / 500 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ20 / 500 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU70 / 500 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
13.12.19 16:52
Winter n’est pas le genre de gamin qui répond à un appel à l’aide. Il est de ceux qui regardent de loin et qui ne bougent pas le petit doigt. Rares sont les personnes pour qui il se déplacerait, pour qui il se mettrait en danger. Le peu de gens qui ont cet honneur se trouvent vivre sous son toit ; Seth, Victoria, et sa soeur jumelle, Esther. Il y a bien Autumn mais elle se trouve trop loin pour agir ; c’est même trop nerveux de ne pas avoir de ses nouvelles lorsqu’il le désire. Bon dieu qu’il aurait voulu qu’elle vive ici, elle aussi. Au moins, ils n’auraient jamais eu besoin d’être séparés. Mais il n’aurait pas eu à avoir de d’appel de la sorte, elle aurait toujours été collée à ses baskets. Ce genre d’appel, il n’y en a qu’une qui peut en passer. Qu’une qui a un talkie-walkie sous la main qui peut s’en servir pour user de cette fréquence précise. C’était une bonne idée de la part d’Autumn de toujours avoir un moyen de contact ; si Winter aurait préféré que ce soit le leur, c’est la troisième saison qui s’en empare le plus souvent.

” - C’est plutôt cool…” Qu’il dit lorsqu’il arrive enfin au coin de secour où ils se donnent tout le temps rendez-vous au besoin. ” Ca fait un peu comme le signal de Batman.”

Il plaisante de cette situation, même s’il n’y a rien de drôle. En fait, Winter ne sait même pas plaisanter. Il dit principalement ce qui lui passe par la tête pour combler des trous, préfère même carrément se taire parce qu’il est toujours regardé de travers. Soit il dit quelque chose de déplacé, soit il dit quelque chose qui blesse quelqu’un. Il a prit l’habitude, à force, de ne jamais être dans le même monde que les autres. C’est bien pour ça qu’il n’est à l’aise qu’avec très peu de personne.

Au début, il voulait simplement des informations. En fait, c’est surtout pour ça qu’il essayait d’être gentil avec Dixie. Essayait, à sa façon. Et puis si Autumn n’avait pas été là les choses auraient été différentes. Tout devient différent lorsqu’elle est dans l’équation. Donc Dixie, elle n’est plus vraiment là uniquement pour avoir des informations au sujet de son père. Un type louche, un type qu’il faut garder à l’oeil. Un sbire en qui Winter n’a absolument aucune confiance ; il n’arrête pas de le dire, qu’est-ce que des mecs comme ça font encore dans les rangs de Seth ? C’est un gamin qui juge facilement, mais un gamin qui se trompe rarement lorsqu’il dit qu’il n’aime pas quelqu’un. Et Winter, il est sur que Whitemort va encore trahir l’aéroport. Il a l’impression que ça se voit comme le nez au milieu de la figure, mais qu’il est le seul à être capable de le voir. Alors ça le fait chier. Parce qu’au fond, il commence à bien aimer Dixie. Au moins, elle fait sourire Autumn quand elle vient ici. Et apprécier la fille de ce connard c’est comme se renier lui-même. Pourtant, il vient, quand elle l’appelle. Est-ce que c’est ça, un semblant d’amitié ? Parce que c’est différent d’avec Autumn, mais que Winter, il a quand même envie d’y aller pour l’aider. Elle est gentille, Dixie. C’est une gamine, Dixie. Alors prendre soin d’elle est tout bonnement plus naturel, même si difficile, qu’avec quelqu’un d’autre.

” - C’est quoi, cette fois, ton malheur ?”

Pessimiste, il est toujours comme ça Winter. C’est plus facile de voir le verre à moitier vide qu’à moitié plein. De toutes façons, le monde, c’est de la merde. Les gens, c’est de la merde. Il y a toujours quelque chose pour faire chier, quelque chose pour déranger la journée. Si Dixie l’a appelé, ce n’est pas pour partager une pizza quatre saisons. A cette pensée, Winter, il ne peut pas s’empêcher de lever son unique oeil au plafond sale. Il en a marre de se faire cette réflexion à chaque fois qu’il pense à ce surnom débile qu’elles ont donné à Dixie ; Summer, sérieusement ? Il ne manquerait plus que le quatrième pour clôturer le tout. Il grogne à ce sujet, Winter, mais en vrai, ça lui fait plaisir. Il n’est juste pas assez ouvert pour le montrer et le dire autrement. Toujours à relever les choses comme si elles étaient mauvaises, c’est sa façon de montrer ce qui l’intéresse au fond, une carapace épaisse.
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Somebody help me. 1567962325-dixie

Messages : 219
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Somebody help me. X0TurS615 / 5015 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ218 / 5018 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU711 / 5011 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
09.01.20 0:04
Aussitôt son père éloigné, la gamine n’a pas hésité à contacter l’acolyte du trio. Elle s’impose sans lui donner l’opportunité de refuser. Dixie est en colère contre son père. La porte n’est pas verrouillée. Évidemment qu’elle va sortir de cette pièce pour l’embêter. Évidemment qu’elle fréquentera des gens qu’il déteste. Ce comportement existait aussi dans l’ancienne époque, mais il n’était pas si développé. Le père et la fille entretenaient une bonne relation. Les occasions de lui désobéir étaient rares. Maintenant, ce n’est plus seulement une question de désobéissance, elle veut littéralement lui faire comprendre qu’elle manque d’attention malgré son envie d’être indépendante. En réalité, elle veut l’attention qu’elle désire et elle veut la liberté qu’elle désire.

Moins d’une heure après le départ de papa, elle se dirige déjà vers le point de rencontre.

« Ça fait un peu comme le signal de Batman. » Dixie lève un sourcil aux propos du garçon en marchant vers lui. Visiblement, son humour est aussi développé que le sien, car aucun sourire ne vient étirer ses douces lèvres. Elle se contente d'un haussement d'épaules sans même ajouter quoique ce soit à cette intervention inutile. A-t-elle seulement un jour regardé Batman? Elle en doute fortement. C'est le tueur chauve-souris, ça? Même si elle ne réagit pas, les mots de Winter tournent dans sa tête ; elle finit par faire la moue, car elle n'arrive pas à se souvenir des enjeux et des objectifs de ce Batman. Voilà qu'elle est encore plus frustrée!

Dixie sait que son père n’aime pas Winter, et inversement. Ils ne sont pas compatibles. Or, d’aucune façon cela ne prive Dixie de voir cet « ami ». Elle est même plutôt à l’aise avec cette idée, surtout après la conversation qu’elle vient d’avoir avec son père. « J’ai besoin de prendre l’air. » Annonce la gamine une fois que le borgne est à sa hauteur. Pour l’instant, elle ne mentionnera pas que son père à l’intention de la sortir d’ici pour la conduire dans une nouvelle communauté. Elle sait, sans l’ombre d’un doute, que Winter se fera une joie de mettre en pièces ce plan, qu'il dénoncera Tobias en savourant ce doux plaisir. Elle le sait, car si elle était à la place de Winter, elle ne se gênerait pas pour le faire et elle y prendrait tout autant de plaisir. Ce n'est pas sans raison qu'elle apprécie la personnalité bizarre de Winter. « Que tu m'aides ou non à sortir ne changera rien, je sortirai quand même, je te préviens. » Mais elle le voulait tout même à ses côtés, sinon elle n'aurait pas pris le temps de l’interpeller avec désespoir.

« Mon père a stupidement cru que j'avais des sentiments pour toi. » Sans gêne, elle avoue ce détail sordide, comme si cela lui donnait encore des frissons d'effroi. Elle secoue même les épaules pour chasser les horribles bestioles qui se promènent, de manière purement invisiblement, sous ses vêtements. Or, c'est une raison supplémentaire de choisir Winter pour cette sortie. Papa le déteste. « Je crois qu'il cherche des excuses pour m'énerver. J'ai donc décider de lui rendre la pareille. T'es partant? J'ai envie qu'il sache que je suis sortie de l'enceinte aujourd'hui. Et je veux que ce soit concret, pas juste des mots en l'air. » Soit Winter le dira à Tobias, soit l'information circulera naturellement vers papa. D'une façon ou d'une autre, Dixie obtiendra sa petite vengeance malsaine et immature.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 88
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Somebody help me. X0TurS60 / 500 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ20 / 500 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU70 / 500 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
16.01.20 12:13
Winter a du mal avec les gens en général. Sans familles, sans amis, c’est comme s’il voyait tout le monde comme des ennemis potentiels ; et pourtant, rien de tout ça n’est la vérité. Bon nombre de personnes qui vivent aussi sont, plus ou moins, heureux de la façon dont les choses fonctionnent. Du moins, ils sont contents d’avoir de la nourriture, et un toit pour vivre. Être en sécurité des virulents pèse aussi, énormément, dans la balance. Personne ne lui veut du mal, au point de passer à l’acte. On le voit surtout comme un verre de terre qu’on pourrait écraser facilement. Sa place auprès de Seth, c’est ce qui le maintient en vie. Ce qui lui permet d’apprendre à vivre. Mais dans tout ça, dans tout ce noir, il est entouré malgré qu’il ne veuille pas l’admettre. Winter, il partagerait sa vie avec Seth, avec Victoria et Esther, et avec Autumn. Personne d’autre n’est nécessaire. Pourtant, quand vient la dernière petite blonde, vient son double de quinze ans. Summer, elle s’impose, il ne sait pas apprécier sa présence à sa juste valeur, juste parce qu’elle est issu d’un traître.

S’il avait prouvé être enclin à la faire sortir, en haussant les épaules à l’aide d’un petit sourire, Winter s’est tout de suite mis à grimacer lorsque le mot sentiments a passé la barrière des lèvres de Dixie. Quelque chose de grossier, quelque chose d'exagéré. Winter dans toute sa splendeur. Lui qui refuse déjà presque tout contact physique, ne peut qu’être répugné par cette possibilité. Mais il se calme en plissant le nez, comme si une mauvaise odeur traînait dans le coin. Aujourd’hui, ses sentiments à lui, ils sont portés vers la seule personne en qui le connaît réellement.

” - Il est vraiment trop con, putain.”

Il a toujours des gros mots à dire. Parce qu’il ne l’aime pas, ce type. Et si ce n’était pas pour Autumn, Winter sait qu’il n’aurait pas laissé la moindre chance à Dixie. Pourtant, quand il pose son oeil unique sur elle, ce n’est pas seulement le reflet de son père qu’il voit, c’est bien plus, même s’il n’est pas capable de se rendre compte à quel point ça peut être important. Et quand c’est à son tour de répondre, parce qu’il le ressent bien, dans l’attitude de Summer, qu’elle attend sa réaction, c’est tout bonnement naturel qu’il se met dans le premier plan pour faire chier Whitemort.

” - Tu me pose sérieusement la question ?” Qu’il demande, en haussant les épaules. ” Quand c’est pour faire chier ton père… j’irais avec les deux yeux fermés, tu vois l’genre ?”

Il a un humour bien à lui, que peu comprenne. Surtout qu’il ne charrie pas souvent sûr l’handicape qu’il n’a jamais vraiment expliqué à personne, pas même à Seth, d’ailleurs. Comment assumer que tout ça vient d’une paire de talons à la semelle rouge, à la base ?

Winter, il n’a jamais pu piffrer Tobias. Et les choses sont devenues pire lorsqu’il a mit le doigt sur la vérité. Une fois que Tobias a été percé à jour pour le traître qu’il était, Winter n’a pas pu s’enlever une idée de la tête. S’il a pu se détourner de Seth pour une pauvre fille, c’est que sa notion de fidélité n’est pas bonne. Qu’elle ne le sera jamais. Et si Seth a laissé une deuxième chance à Whitemort, Winter en est incapable. Il est persuadé que quelque chose se trame ; qu’il y a toujours quelque chose avec le sbire. Mais il est incapable de trouver, incapable d’en savoir plus. S’il espère tirer les verres du nez à Dixie, Winter sait aussi qu’elle n’est pas bête au point de balancer son propre père.

” - On est déjà sorti plein de fois… il a jamais rien grillé. T’as prévu quoi, en fait ?” Le gamin demande, comme s’il était prêt à entendre un plan élaboré par ‘une gamine de quinze ans’. Winter pense cela, et pourtant, il ne pourrait le faire d’Autumn alors qu’elle a un an de plus. Tout est relatif, mais il est encore trop enfantin pour s’en rendre compte. ” Y a un groupe qui sort pour un ravitaillement… va s’y ! Ca lui foutra encore plus les nerfs que tu sois sorti sous les yeux de tout le monde.” De nouveau, il hausse les épaules. A croire qu’il le fait pour tout et n’importe quoi. ” Et pour quelque chose de bien, en plus. Ramener de la bouffe, c’est remarqué par tout le monde ici.”
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Somebody help me. 1567962325-dixie

Messages : 219
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Somebody help me. X0TurS615 / 5015 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ218 / 5018 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU711 / 5011 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
23.01.20 11:26
Dixie, elle regarde autour d’elle sans directement fixer Winter, mais il parvient néanmoins à lui décrocher un infime sourire lorsqu’il prétend pouvoir faire chier Tobias, même les yeux fermés. Machinalement, elle hausse les épaules, ravie de l’entendre dire.

- Mais évite de les garder fermer trop longtemps, veux-tu. Sinon, ce n’est pas un œil que tu vas perdre, c’est un pied et je n’ai pas envie d’avoir ça sur la conscience. Tu serais capable de me le remettre longtemps sur le dos, ça.

Aucune pitié, même pour un borgne. Dixie, elle ne sait pas pourquoi son œil est ainsi, même si elle voudrait poser mille et une questions pour le savoir. Seulement, elle n’est pas encore prête à montrer à Winter qu’elle peut lui témoigner de l’intérêt. Des gamins qui s’imaginent être plus matures que ça, voilà ce qu’ils sont. Dixie, elle ne veut pas prendre les gens en pitié ; elle a toujours eu l’impression que ça alimentait de mauvais traits de personnalité. Chacun pour soi, sauf pour ceux qu’on aime réellement, pas vrai? Elle n’a aucune valeur aux yeux de Winter, alors elle s’assure que ce soit réciproque. Du moment que rien ne vient tourmenter ce lien étrange qu’ils entretiennent, tout devrait bien se dérouler.

- Alors comme ça, tu peux avoir de bonnes idées quand t'es vraiment coopératif? nargue la plus jeune lorsque Winter énonce sa proposition. J’espère que tu n’essaies quand même pas de me refiler à un groupe pour éviter de m’accompagner? reproche-t-elle, d’une voix à la fois amusée et à la fois réprobatrice.

Il propose qu'elle se joigne à un groupe de ravitaillement sous le nez de tous afin que son père reçoive l'information tel un coup en plein cœur. En plus d'être furieux contre sa petite fille chérie, il ressentira davantage de colère à l'encontre de ceux qui peuplent l'aéroport. Dixie, elle veut voir le mépris et la colère déformer les traits du visage de son personnel lorsqu'il découvrira qu'elle s'est aventurée dehors, que d'autres l'ont laissée se mettre au-devant de la menace sans se soucier des nombreux enjeux de sa survie. Elle se trouve cruelle d'infliger ça à son père pour lui montrer à quel point il la délaisse pour des gens odieux, mais n'arrive pas à faire autrement.

- D’accord, allons-y pour la sortie de groupe, ça peut être amusant.

Mais elle ne peut s’empêcher de le regarder fixement lorsqu’il mentionne les bienfaits de ramener de la nourriture. On pourrait même discerner une expression de dégoût sur son visage lorsqu’elle s’imagine rendre service aux gens de l’aéroport. Son petit pied martèle machinalement le sol tandis qu’elle réfléchit. Nouveau hausse d’épaules. C’est une adulte maintenant, autant qu’elle fasse ses preuves, qu’elle mime être réellement impliquée dans cette communauté. Si Seth remarque que la petite Dixie, « mignonne » et « dévouée », contribue à l’avenir de cet endroit, peut-être qu’il laissera du lousse à son père – que la fuite sera plus facile. Si Seth imagine que Dixie se fait une place, pourquoi craindrait-il que son père ait de mauvaises intentions? Ne ferait-il pas n’importe quoi pour la sécurité de sa gamine? Dixie se surprend à vouloir énerver son père avec cette sortie, mais ne pouvait s’empêcher d’élaborer un plan pour lui faciliter la vie. C’est parce qu’elle l’aime qu’elle le déteste autant.

- Je vais préparer mon sac, tu viens?

Winter, il aurait sûrement dit non, mais une expression malicieuse, à peine voilée, traverse le visage de la jeune Whitemort. Elle recule déjà de quelques pas pour retourner à l’appartement ; appartement où son père n’ira pas avant quelques heures à cause de sa querelle. Elle le propose à Winter, car elle sait qu’il ferait n’importe quoi qui puisse agacer papa, notamment fouiller dans ses effets personnels pour y découvrir on ne sait quoi en son absence. Mais elle sait qu'ils n'ont pas grand-chose à cacher, ou si c'est le cas, l'évidence même serait une cachette.

- Je serai prête en moins de 5 minutes, c’est le temps que je te donne pour ouvrir... grand « les » yeux.

Impossible de ne pas le narguer avec ça, car lui-même a mis le sujet sur le tapis. En route vers la chambre, elle balance :  

- J’aimerais bien trouver des cigarettes. Imagine sa tête lorsqu’il pensera que ses mauvaises habitudes influencent son enfant?

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 88
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Somebody help me. X0TurS60 / 500 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ20 / 500 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU70 / 500 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
09.02.20 11:27
Si Winter est un adolescent coincé, autant dans sa tête que dans sa façon d’être, il n’a pas pu s’empêcher de sourire en coin lorsque Dixie ne s’empêche pas de faire cette blague, à son tour, au sujet de son oeil perdu. Il n’en rigole pas d’habitude, avec personne pour être honnête. Mais venant d’elle ça aurait pu être pire, venant de Summer, les choses auraient pu déraper. En fait, plus le temps passe, plus Winter se dit que tout peut se faire, plus ou moins, lorsque les choses sont correctement alignées. Le temps peut faire disparaître des blessures et faire apparaître un sourire. Et c’est vrai qu’il n’aurait aucune pitié pour elle si quelque chose devait mal tourner. Sans l’ombre d’un doute, Winter lui aurait cassé les pieds, voir bien pire, si Dixie avait été responsable de quelque chose. Et c’est peut-être ça un peu aussi, qui le fait sourire, parce qu’elle commence à le connaître, et qu’elle ne passe pas par quatre chemins pour dire les choses. Dixie, elle rentre dedans, pas comme son père.

” - [...] J’espère que tu n’essaies quand même pas de me refiler à un groupe pour éviter de m’accompagner?”
” - Y a rien de mieux à faire, t’façon.” Qu’il répond, Winter, après avoir grimacé suite à ses premiers mots. Non, il n’avouera pas qu’il ne laissera le bébé à personne d’autre. Quand Winter dit qu’il est là, il est là. Il n’a qu’une parole. ” Pis ça fait longtemps que j’suis pas sorti ailleurs que le Temple. C’est moi qui suis gagnant dans l’histoire, comme d’hab.”

Instinctivement, Winter lance un clin d’oeil à Dixie -même si on dirait qu’il a simplement fermé les yeux à cause de celui qui manque. Mais sur le coup le gamin ne réagit pas, et se contente de se marrer de l’intérieur parce qu’il a toujours cette fâcheuse habitude de retourner la situation à son avantage. Maintenant, il va tenter de faire croire que sortir est un besoin, et pas spécialement pour aider Summer parce qu’elle a appelé à l’aide. Non, Winter est tout simplement incapable d’avouer qu’il tend la main à quelqu’un. Parce qu’il est incapable de s’avouer qu’au fond, il pourrait bien l’aimer la gamine. Mais rester distant avec les gens, il a l’impression que c’est plus facile pour survivre.

S’il la suit dans son logement, et Dixie a totalement raison, c’est juste pour jeter un oeil à l’intérieur de ce que Tobias cherche tant à cacher. Bon, il a envoyé un doigt d’honneur pas très droit à Summer lorsqu’elle a amorcé une nouvelle blague, mais il ne l’a pas plus envoyé bouler que ça. En fait, Winter, il est juste trop content de l’opportunité que Dixie lui offre. Et il sait, qu’elle sait. Sinon, elle n’ajouterait pas toutes ces insinuations qu’ils comprennent tous les deux très bien.

” - J’aimerais bien trouver des cigarettes. Imagine sa tête lorsqu’il pensera que ses mauvaises habitudes influencent son enfant?”
” - Fais-toi sauter par l’ennemi, ça aussi, il le fait.” Qu’il lâche comme une bombe, Winter, pensant que la gamine est au courant de ce que tout le monde chuchote à l’intérieur de l’aéroport. ” Au moins, ça, ça te filera pas l’cancer.”

Mais ça pourrait lui donner quelque chose de bien pire, dans ce monde où la mort ambulante règne sur Terre. Winter ne parle jamais de sexualité à cause de tout ce qu’il a, de ce qu’ils ont vécu avec Autumn, lorsqu’ils étaient enfants. C’est d’ailleurs pour ça qu’il n’aime pas un contact physique, qu’il apprend tout juste à ne pas se raidir lorsque c’est Autumn qui le touche. Mais parler de Tobias Whitemort comme le traître, comme la petite merde que Winter voit, c’est une façon de se faire du bien. Le borgne ne réagit même pas au fait que cela puisse blesser Dixie, parce qu’au fond, il s’en moque. Parce qu’il a tout simplement du mal à s’ouvrir à ce que les autres peuvent ressentir. Winter, il est toujours en train d’apprendre quelque chose de nouveau ; la lecture, mais surtout à être un véritable être humain qui est capable de ressentir et de comprendre les choses. Merci Esther.

Une fois qu’ils arrivent prêt de la porte du logement, Winter se serait presque attendue à ce qu’il soit fermé à clé. Est-ce que ça se voit qu’il est surpris ? En réalité, ce n’est pas la première fois qu’il essaye d’y entrer. La porte avait toujours été close. Mais ça ne l’a pas empêché d’entrer, de poser son oeil sur tout ce qu’il pouvait voir à l’intérieur. S’il avait eu des rayons à la place des yeux, Winter, il aurait été capable de voir les sacs déjà préparés, cachés, pour leur fuite.

Winter, il se contente de repérer sur une chaise, un sweat à capuche noir. Il le reconnaît pour avoir vu Whitemort rentrer avec le jour où il est revenu de son soit-disant kidnapping. Winter, il n’en croit pas un mot. Winter, il voudrait le faire comprendre à Seth, et ne comprend pas comment le grand chef peut encore avoir confiance en ce père de famille. Il pince le tissu entre ses doigts, et le laisse retomber à sa place initiale, comme s’il avait juste voulu tester son poids.

” - C’est à Alyssa, ça ?” Winter, il a énormément du mal à prononcer ce prénom, qui été aussi celui de son bourreau de l’époque. Mais il a l’impression d’être un peu plus fort à chaque fois qu’il le dit en parlant de la métisse qui partage la vie de Summer. Il parle du chandail, le montre même d’un coup de tête lorsqu’il a l’attention de Dixie. ” - J’croyais que ton père était un putain d’raciste… pourquoi elle est là ? C’est qui ? C’est ta soeur, pour de vrai ?”
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Somebody help me. 1567962325-dixie

Messages : 219
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Somebody help me. X0TurS615 / 5015 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ218 / 5018 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU711 / 5011 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
09.02.20 21:31
« Fais-toi sauter par l’ennemi, ça aussi, il le fait. » Elle les entend, les nombreuses rumeurs au sujet de son père. Elle n'est pas stupide au point de croire que Tobias ne ressent rien pour la métisse de Highgate. Elle déteste entendre les gens dirent du mal de Tobias quand il a le dos tourner. Elle se sent terriblement mal pour lui, parce qu'il est un modèle qu'elle admire depuis longtemps. Elle grince d'ailleurs des dents aux paroles de Winter, se disant qu'elle n'est pas une pute. Coucher avec quelqu'un n'est pas une chose qui l'attire, y penser la dégoûte plus que ça ne l'excite.

Elle évite de lui répondre, entre plutôt dans l'appartement.

Sans directement prendre son énorme sac déjà bien garni pour sa fuite prochaine, Dixie s’empare d’un petit sac bien plus pratique pour les simples sorties. La première chose qu'elle pense à prendre, c'est son arme à feu, qu'importe que Winter puisse poser un oeil désapprobateur dessus. Va-t-il dénoncer qu'elle puisse avoir une arme en sa possession?

Aux paroles de Winter, elle relève la tête machinalement pour voir le vêtement dont il parle et qui pourrait appartenir à Alyssa, ou son père, peu importe. Elle regarde distraitement, puis balance des trucs dans son sac.

J’sais pas, peut-être, répond-elle sans vraiment être intéressée par cette question inutile.

N'a-t-il pas mieux à observer pour se rincer l'oeil?

Cependant, il capte son attention lorsqu’il se questionne sur le racisme de son paternel. La tête penchée dans son sac à dos, elle ne peut s’empêcher de grandement sourire, comme si c’était à la fois une connerie, mais à la fois une évidence. Elle s’éloigne de son sac de plusieurs pas, interrompant sa préparation pour venir attraper le chandail repéré par Winter précédemment. Tel un réflexe, elle se contente de le plier à même le vide, se servant de ses bras et de son ventre pour rabattre les extrémités et le ramener en petite chose compacte. En croisant les bras, elle serre le tissu naturellement contre sa poitrine. Un peu plus sérieuse, elle observe Winter, incertaine d’avoir les bons mots sur la langue pour répondre à sa question.

Alyssa, c'était la voisine. Ma mère est morte quand j'ai demandé à ce qu'on l'aide. Il a peut-être l'impression de prendre soin d'elle avec Alyssa.

Sa voix a faussé au mot mère, mais elle ne s'y est pas attardée. C'est la première fois qu'elle se fait la réflexion, mais ce n'est pas si con.

Pas si raciste que ça s’il saute une racée.

Elle offre à Winter un sourire crispé en réponse à ses jugements hâtifs. Elle s’assure de le regarder bien en face pour que son sourire ne soit point ambiguë. Mais par " racée " elle dénonce quand même connaître cette fille, mais visiblement Dixie n'est pas enchantée.

Mais bon, les adultes sont fiers d’afficher leurs opinions comme si rien d’autre ne comptait pour finalement changer d’avis. Il peut bien laisser entendre qu'il est raciste sans vraiment le penser.

Elle se retourne pour ranger le vêtement dans un tiroir.

Dixie aimerait garder en mémoire que, grâce à elle, Alyssa est en vie, que son père est parvenu à passer outre sa haine contre les ethnies pour prendre soin de la voisine. Mais ses pensées ne sont ni dirigées vers Alyssa, ni dirigées vers cette merveilleuse famille qu’ils forment, tous les trois. Elle est restée bloquée sur le visage de Tennessee, incapable d’imaginer son père avoir des rapports sexuels avec cette femme. Elle grimace, insérant par automatisme sa gourde dans son sac. Elle déteste croire que son père veuille partir uniquement pour former une nouvelle famille, déteste croire que sa mère puisse être remplacée, déteste croire que les seules conversations qu’elle aura avec son père se termineront en querelle, comme aujourd’hui. Winter, il vient de gratter une plaie ouverte avec un ongle sale, contaminant Dixie par des images qu’elle souhaiterait effacer de son esprit.

Elle semble loin, pendant quelques secondes, ruminant intérieurement. Winter, il pourrait dire un tas méchanceté contre son père, présentement, qu’elle serait entièrement d’accord avec lui parce qu’elle est révoltée. D’un côté, ça fait mal, de ressentir toute cette haine à l’encontre de papa.

Et va savoir… si je devais coucher avec l’ennemi, aux yeux de mon père. Ce serait un habitant de l’aéroport ou un habitant d’ailleurs? Tu dis toi-même que c’est un traître, qu’est-ce qui le blesserait davantage?

Elle ne le fera pas, coucher avec l’ennemi. En fait, elle ne couchera avec personne. Mais poser la question lui semblait pertinent. Elle ne sait plus du tout où est sa place, finalement. Si son père la veut à Highgate uniquement pour une fille, alors il ne le fait pas pour les bonnes raisons, donc sa place est bel et bien à l'aéroport. Cependant, s’il est sincère en disant que Highgate est sécuritaire pour elle, alors son père n’est pas un traître. En aucun cas, Dixie ne cherche à faire les choses bien, même qu’elle s’en fiche royalement, mais elle a besoin de prendre des décisions qui l’aideront elle à devenir une femme, l’aideront elle à ne pas mourir inutilement. À cet instant, Winter lui semble être un meilleur soutien que son propre père. C’est pour ça qu’elle garde ses yeux rivés sur lui, très concernée par la réponse à sa question. Qui est l’ennemi aux yeux de son père qu’elle pourrait utiliser pour l’atteindre à plein coeur? À bien y réfléchir… Peut-être qu’elle serait prête à agir pour lui prouver qu’elle n’est désormais plus une enfant. Si elle doit coucher pour ça… C’est pourtant un comportement enfantin.

Merde, non, t'es vraiment grave en fait, réponds pas à cette question. J’ai pas l’intention de coucher avec qui que ce soit. Et de toute manière, ce ne serait pas de tes affaires.

Elle balance son sac sur son épaule et le bouscule au moment de sortir de la chambre, fâchée contre lui et sa proposition, fâchée contre elle-même de s’être laissée souiller le cerveau par ses conneries.

Dixie.
Syd, répond-elle d’un ton aussi neutre.

Syd est là, dans le couloir, près de la porte. Elle le toise longuement, peu encline à vouloir perdre son temps à faire la discussion alors qu’une expédition les attend, Winter et elle.

J’vous ai vu, ton père et toi, sur la parcelle tout à l’heure. J’voulais juste m’assurer que ça allait. Il avait l’air plutôt à cran.

S’il savait pourquoi… Dixie jette un coup d’oeil à Winter avant de regarder à nouveau Syd, visiblement peu intéressée à vouloir parler de son père aussi ouvertement.

C’était un malentendu, répond la blonde.
Il t’a agrippé par le bras, j’appelle pas ça un malentendu.
J’avais déjà oublié, mais je crois pas que ça te regarde. Et si tu veux bien, j’avais un truc à faire.

Mensonge, elle n’avait pas oublié la poigne de son père à son bras, mais elle n’imaginait pas que son ami Syd avait vu la scène de manière si précise. Elle s’est montrée odieuse envers Tobias, il s’est emporté, à juste titre. Mais qu’il le dise devant Winter, sans se soucier que ça puisse la blesser, elle ne le supporte pas, raison pour laquelle elle se montre si peu ouverte à lui parler. Elle ressent encore plus le besoin de sortir et de montrer à tous qu’elle n’est pas un chiffon qu’on déplace là où ça nous chante, qu’on ne s’intéresse pas à elle juste parce qu’elle a besoin d’un peu d’entretien. Aujourd’hui, la colère est écrasée par toujours plus de colère. Mais Syd aussi est buté, car il cherche à lui couper le passage au moment où elle veut juste partir avec Winter.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 88
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Somebody help me. X0TurS60 / 500 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ20 / 500 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU70 / 500 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
15.02.20 13:24
Donner une arme à feu à Dixie, c’est certainement la chose la plus intelligente que Tobias ait pu faire dans sa vie. Tous les gamins n’ont pas le droit d’en avoir, et si Winter sait pertinemment qu’il aurait refusé de venir ici s’il n’en avait pas eu, il est bien content de voir que la désobéissance est dans les gènes de Summer. Pourtant, ça le fait grimacer aussi. Parce que ça prouve tout simplement que Tobias ne suit pas toutes les règles imposées par Seth. Mais sur ce point, Winter ravale tout simplement sa salive. La moitié de lui est content, l’autre est hors de lui. C’est le parfait mélange qui le pousse à se taire. Après tout, il aurait été le premier à gueuler qu’elle sorte sans rien pour se protéger. Et comme il a le regard posé sur elle, il la voit venir, attraper le tissu, le plier et le serrer dans ses bras comme si c’était quelque chose d’important. Il doute de son ’’je ne sais pas, peut-être”, à la seconde même où il la voit agir. Peut-être que cette fringue appartenait à sa mère ?

” - [...] Pas si raciste que ça s’il saute une racée.” Il ne peut s’empêcher un sourire en coin, Winter, à cause de la façon dont elle parle. De l’humour dont elle use. Pas de cette sexuaité dont ils parlent et qu’ils ne veulent pas tous les deux. ” [...] Il peut bien laisser entendre qu'il est raciste sans vraiment le penser.”
” - Les gens font pas semblant… pas aujourd’hui.” C’est certainement la jalousie qui fait parler Winter, il la voit se tourner pour ranger le vêtement mais ne calcule pas qu’elle se perd dans ses pensées, car lui-même se plaît à reposer son oeil à la recherche du moindre détail. ” Ca sert plus à rien… Pis t’façon. Il a été con d’être comme ça. Parce que y a pas plus cons que les Nazis, nan ?”

Winter est capable de dire ce mot, pas parce qu’il l’a vu à la télévision, non plus parce qu’il l’a entendu à l’école. En réalité, il y a peu de temps que Winter connaît leur existence. C’est grâce à Esther, et à ses cours de lecture, qu’il apprend de nouvelles choses. Et ce bout de l’histoire venant tout droit d’Europe, c’est une des dernières chose qu’elle lui a montré, grâce aux livres qu’elle garde à la réserve. Winter, il y a quelques mois, aurait été incapable de lire une phrase. Pour lui, l’aéroport ne lui apporte que du bon. Il ne pourrait pas comprendre le désir de Summer d’en partir.

” - Et c’était tous des blonds aux yeux bleus, nan ? Comme ton père…” Il hausse les épaules en se tournant une nouvelle fois vers Dixie. ” La preuve qu’on peut être con et blanc. Comme con et noir.”

Lui n’a jamais vu la différence entre les gens. Du moins, pas de cette façon là. Dans sa tête, il n’y a que les gens biens, et les gens mauvais. Et même si lui n’a pas la même manière de les classer que le reste du monde, Winter, il a la bonne chose en lui, que d’être tolérant. Mais ça ne l’empêche pas d’être jaloux. Et c’est surement pour ça qu’il blinde Tobias en quelques secondes. Parce qu’il est jaloux de Dixie, parce qu’elle a son père. Parce qu’elle a eu une mère, elle au moins. Lui, tout ce qu’il a eu, c’est cette vieille blonde aux yeux bleus qui lui a fait vivre les pires horreurs du monde, avant même que celui-ci soit éteint. Dans cette description malsaines des gens blonds, il en oublie totalement que ça pourrait aussi être la description pour Autumn. La preuve que l'apparence peut être trompeuse. Les gens sont tous différents, rien à voir avec leur couleur de peau.

Peut-être qu’elle ne l’a pas entendu d’ailleurs, parce que lorsqu’elle se retourne, elle balance cette question à laquelle il ne saurait même pas répondre. En réalité, ça le fait complètement bugger. Sa bouche forme un ‘o’ qu’il n’arrive pas à clore. Et Winter se met à se dire qu’elle joue sur la ligne. Qu’est-ce qui ferait le plus chier Tobias, dans cette histoire ? Il n’a pas le temps de trouver une réponse, qu’elle clôt déjà le sujet. Et tant mieux. Parce que si la sexualité le met à défaut, Winter, il aurait été prêt à plonger le nez dans la conversation pour en apprendre plus. De toute façon, elle ne pourra pas enlever cette idée de sa tête ; Tobias n’a rien de fidèle. Qu’en est-il de Dixie, par contre ? Parce qu’elle semble bien fâchée lorsqu’elle le bouscule pour sortir de là. Lui, il aurait tant voulu rester en arrière. C’est certainement pour ça qu’il a un décalage avec la sortie de Summer.

Et s’il n’a pas tout suivi, surtout qu’il n’a pas entendu le nom du garçon dehors, Winter remarque bien que Dixie n’a pas le même comportement face à lui. Winter a toujours été meilleur pour écouter que pour parler. Tout ce qui sort de la bouche de Syd est aspiré sans jamais pouvoir partir de son esprit. Winter, il n’avait pas pu s’empêcher de grimacer en entendant le récit de Syd, avait même jeter un coup d’oeil en biais à Summer avant qu’elle ne réponde. Est-ce que Tobias a vraiment agit ainsi ? Winter se fait tout de suite des fils. Il aime encore moins ce soit disant père de famille. Winter, il déteste qu'on s’en prenne aux enfants. De toutes façons, tout est bon pour le détester.

” - Tu bouges ?” Il a horreur qu’on lui bloque le chemin. Encore moins quand il est à deux doigts de se prendre les pieds dans ceux de Dixie qui s’est vu bloquer le passage par la carrure imposante du jeune en face. ” Je parlerais pas deux fois…”

Winter, il a l’air tout de suite bien plus fermé lorsqu’il est en face de quelqu’un qu’il ne connaît pas. Déjà qu’il n’a pas l’air bien enjoué quand il est avec quelqu’un qu’il apprécie, mais c’est l'hécatombe face à quelqu’un d’autre. Il devient tout de suite beaucoup trop distant, trop méfiant, trop sur la défensive. C’est comme s’il avait peur de toujours être en danger. Il a toujours les nerfs à vifs d’être prit pour un gamin, s’il veut paraître grand aux yeux des adultes, c’est parce qu’il est persuadé d’avoir sa place à leurs côtés. Mais il est enfantin, Winter. Trop mature, et à la fois trop gamin pour son âge.

Syd le dévisage, et comme si lui aussi ne le prenait pas au sérieux, il se reconcentre sur Summer comme si elle était la seule dans le couloir. Winter est intouchable à cause de sa relation avec Seth, tout le monde le sait. Personne ne s’en approche réellement, ou avec des pincettes. Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Dixie n’a pas cette chance là. Elle est une survivante comme les autres. Bien trop visibles aux yeux de Winter, qui n’aime pas, étrangement, qu’on s’interpose face à elle. Et c’est à cause de ça qu’il se met à froncer des yeux sous son bandage ; parce qu’on ne laisse pas le choix à Dixie de faire ce qu’elle veut faire, toute seule, de son propre chef.

” - Tu sais ce qu’on fait aux casses couilles, maintenant, ici ?” Il parle plus vite qu’il ne le veut, Winter. Et s’il avait voulu se taire au départ à ce sujet, il l’expose sans mettre de nom précis sur le sujet. ” On leur en enlève une… A moins que tu veuilles être le prochain sur la liste.” Est-ce que Dixie a entendu que Winter a dégainé son arme ? Sécuritée enclenchée, il n’hésite cependant pas à la surélever de quelques centimètres pour viser le garçon. ” Laisse la passer.”
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Somebody help me. 1567962325-dixie

Messages : 219
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Somebody help me. X0TurS615 / 5015 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ218 / 5018 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU711 / 5011 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
16.02.20 11:12
Dixie, elle pose ses yeux sur l’arme que tient Winter, un brin hésitante : doit-elle l’encourager? doit-elle protéger son « ami »? Dans cette situation, elle peine à savoir qu’elle serait la bonne chose à faire. Pour l’un comme pour l’autre, ça peut être bon, tout comme ça peut être mauvais. Elle le voit, elle le comprend, le choix qui s’impose. Particulièrement celui qui oppose Winter à Syd ou son père à eux.

Tu sais ce qu’on fait aux caisses couilles [...], on leur en enlève une.

Si ses yeux fixaient précédemment l’arme, cette fois, ils fusillent la nuque de Winter avec beaucoup de hargne. Elle le sonde à tel point qu’elle discerne avec aisance le duvet de sa peau, à peine camouflé par les quelques mèches brunes qui pendent de son crâne. Un long et sinueux frisson l'horrifie jusque dans les tripes. Elle tient difficilement sur place. Les paroles de Winter font tellement de sens à son esprit que ça en est douloureux. Sa tête va exploser.

Elle perd la notion du temps. Elle veut quitter cette conversation, ce couloir, l'aéroport. Elle veut tout quitter.

T’as entendu ce qu’il a dit? insiste la blondinette. Bouge.

La gamine sent des picotements embrouiller sa vue, mais ses paupières papillonnent aussitôt pour éviter que de l’eau ne s’y accumule. Elle s’adresse froidement à Syd pour le repousser. Ils ont développé une petite amitié qui s’arrête là. Elle devra quitter l’aéroport de toute manière. Ils n’auront plus rien à se dire, plus rien à partager. C’est ce que lui indique sa logique d’adolescente. Elle inspire, puis relève légèrement les épaules pour se donner de la hauteur. Elle se permet de faire souffrir Syd en devenant soudainement distante, et ce, même s’il gardait ses secrets. Elle a même souillé son image aux yeux de son père pour tisser les noeuds d’un horrible mensonge à son sujet. Si elle doit partir, au diable le respect. Il l’oubliera de toute évidence.

Winter et Dixie reprennent leur marche, mais la voix du jeune homme revient à la charge, insistante.

Après ton départ, ton paternel est descendu à l’étage. T’as une idée d’la raison qui l’a poussé à venir me menacer? T’as dit un truc sur moi?

Dixie, elle a voulu retenir son souffle, car elle a senti ses poumons se vider, mais c’est un échec. De sa bouche, l’air disparaît tout comme les mots. Elle ne savait pas pour Tobias, ne savait pas qu’il s’était pointé devant Syd après la chute du plateau. Syd, serait-il venu la voir autrement? Serait-il venu s’il n’avait aperçu que la poigne solide du père au bras de sa fille? Elle ne s’inquiète pas de Syd, de ses sentiments par rapport à la situation. Elle sent ses muscles se raidir sous sa peau, se demande ce que son père a pu dire, pu demander. Elle arrête de marcher, puis s’autorise un regard en arrière pour regarder Syd qui, soudain, échappe un rire plein de sarcasme.

Je ne sais pas, à toi de le lui demander, maintenant que vous êtes si proches. Et fais-moi plaisir ; lorsque tu le croiseras, préviens-le que je suis sortie avec Winter.

Dixie essaie d’être méchante, mais une nuance dans sa voix dénonce un sentiment d’insécurité qu’elle tente de camoufler. Elle pensait pouvoir encaisser la dispute avec son père, pensait pouvoir gérer cette journée en compagnie de Winter avec brio. Cependant, les aveux de Winter l'ont secouée, et les paroles de Syd éveillent sa rancoeur. Il n’avait pas le droit de dire que son père levait la main sur elle. Tobias était en position de le faire, se devait de le faire pour encadrer sa gamine, pour lui montrer qu’il était au commande. Ce n’était pas un acte de violence gratuit. Il a seulement empoigné son bras. Et Tobias a fait ce qu’il fallait, malgré tout, en confrontant Syd : protéger sa fille. Une part d’elle est contente de cette initiative, car sa prouve que ses paroles ont alarmé Tobias, l’ont poussé à agir pour son bien. Il est à l’affût. Syd gâche tout. Syd est décevant.

Ton père ne te mérite pas, Dixie.

Involontairement, elle a cherché le soutien de Winter. C'est venu naturellement. Elle aurait voulu dire « non, c'est toi qui ne me mérite pas » ou « tu n'es pas mieux que mon père », mais rien. Aucun son. Elle a juste ignoré Syd, décidée à l'effacer de sa vie, prenant de l'avance par rapport à Winter jusqu'à se rendre là où ils devaient aller pour participer à une expédition.

C’est arrivé quand. Tu le sais depuis combien de temps?

Elle est furieuse, incapable d’avoir la moindre larme aux coins des yeux. C’est le vide qu’elle ressent. Elle fait front à Winter.

On l’a mutilé, pas vrai? Mon père est dépouillé, et moi je suis la gamine d’un type... « apprivoisé? »

Elle semble avoir honte.

Elle en vient même à se demander si Tobias n’est pas scellé à cet endroit par la peur plutôt que le devoir de protéger ses filles. Est-ce que l’humiliation pourrait le pousser à trahir ses filles? Est-ce que la souffrance le rend complètement inapte à réfléchir correctement? Puis, d’un autre côté, elle se sent terriblement coupable d’avoir remarqué sa souffrance sans vouloir l’accepter, sans vouloir admettre qu’on l’avait châtié pour ses manquements. Elle préférerait croire que tout irait bien, que son père était assez fort pour tout ça, qu’il n’était victime que d’une blessure mineure. Elle a laissé entendre à son père, un peu plus tôt, qu’elle avait des doutes à ce sujet sans mettre de mots sur ses pensées. Pourtant, la réalité est plus difficile encore à encaisser. Elle doute également de ses propres capacités à le soutenir au travers de ce cauchemar.

J’ai pas besoin qu’un autre me cache des choses, dis-moi la vérité, grogne-t-elle d’une voix qui ne prend même pas d’ampleur, seulement de l’autorité. Et viens pas me dire que c'est pour punir les Nazis.

Elle a envie d’empoigner le collet de Winter et de le plaquer au mur, de lui hurler combien elle le déteste. Mais c’est justement pour ça qu’elle l’apprécie autant, parce qu’elle peut le haïr de toutes ses forces, peut encaisser sa vérité tout comme son manque de compassion à son égard. Autrement dit, c’est facile et sans complexité. Les choses sont telles qu’elles sont. Et quelque chose dans les yeux de Winter semblent répondre à la question avant même qu’il ne daigne ouvrir la bouche, ce qui la fait longuement soupirer, vaincue.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 88
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Somebody help me. X0TurS60 / 500 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ20 / 500 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU70 / 500 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
19.02.20 10:15
Syd est effacé par Dixie qui s’en va, sans s’arrêter pour regarder en arrière, une toute dernière fois. Winter a suivi la scène de l’oeil, toujours prêt à en être, mais reprenant son rôle de papier peint à la seconde où tout se déroule entre les deux. Mais d’un côté, il ne peut empêcher ce sourire en coin de se dessiner sur ses lèvres, lorsque l’autre type dit que son père ne la mérite pas. Winter, il est d’accord sur ce point, mais ne le dira pas. Ce qui le fait sourire, c’est surtout qu’avec cette phrase, il voit Summer s’en aller de son ami, d’une manière bien différente que physique. Winter, il comprend que la distance qu’elle met avec Syd, en avançant si vite, c’est l’amitié qui se brise. Et ça, ça lui fait du bien. Plaisir. Winter est content. Parce que même s’il n’apprécie pas spécialement Dixie, il aime l’avoir pour lui. Il aime qu’elle se détache, veut la voir s’attacher à autre chose. Elle n’a besoin de rien d’autre de plus que lui même, qu’Autumn ; l’aéroport, et ses deux amis. Enfant, il le restera longtemps. Par ses mensonges, sa façon de détester les adultes, mais surtout par son égoïsme. Winter n’a jamais eu la chance de penser à lui avant, aujourd’hui, il ne fait que ça.

” - C’est arrivé quand. Tu le sais depuis combien de temps?” Elle s’arrête, pose ses questions en le regardant dans son unique oeil. Et Winter, il n’aime pas ça. Ca le force à détourner le regard ; ça, et parce qu’il n’était pas supposé le dire. ” [...] J’ai pas besoin qu’un autre me cache des choses, dis-moi la vérité, et viens pas me dire que c'est pour punir les Nazis.”
” - Fais pas comme si c’était ma faute, ok ?” Qu’il se défend, comme un gamin, en fronçant les sourcils et en ancrant son regard dans celui de Summer. ” T’façon, me dis pas que t’as rien vu. Parce que là aussi, tu s’rais en train d’mentir.”

Il est vexé parce qu’il a l’impression que Dixie rejette sa colère sur lui. Et Winter, il n’est pas venu là pour s’en prendre plein la tronche. Alors d’un mouvement de tête, il fait comprendre à Dixie que c’est le moment de le suivre. Parce que lui, il avance. Lui, il n’a pas envie de répondre à sa question.

De toute façon, c’est des ouï-dire. En vrai, il n’a rien vu. N’a fait qu’entendre des brides, des blagues, et surtout, un pressentiment. Il a mit les choses bout à bout, Winter. Parce que lui, comme Autumn, ils savent ce que c’est de ne pas pouvoir s’asseoir. De se redresser subitement, de marcher en prenant une respiration à chaque pas. De grimacer à chaque fois qu’ils bougent. Winter en a déduit une réalité qu’il n’arrête pas de propager ; parce qu’il n’aime pas Whitemort, mais surtout, parce qu’il a comprit que c’était la chose la plus dure à faire à un homme. Ca le radoucit, ça le fait marcher droit, en quelques sortes. Même s’il n’a pas confiance en Tobias, ce dernier est plus présent. Plus sur.

Winter, il a quitté l’aéroport sans se retourner. Pourtant, dans les vitres, il a vu que Dixie l’a suivi. Il l’a entendu à plusieurs reprises. Et ce n’est que lorsqu’il arrive à l’extérieur, encore sous la protection des grilles, qu’il se tourne vers elle. Il ne sait pas vraiment ce qui l’a fait changer d’avis sur le chemin. Mais c’est certainement en pensant à Autumn, qu’il l’a fait. Parce qu’elle ne voudrait pas que Winter garde ses secrets, et qu’il soit méchant. Pas méchant envers Summer, en tous cas. Pour cette gamine aux cheveux blonds, il retourne sa veste facilement. Il veut la corrompre et qu’elle soit à lui, à eux, et pour ça, ça doit aussi passer par les gens qui l’entourent.

” - Je sais pas trop… ça remonte à quelques semaines après qu’il soit revenu de Highgate.” Il hausse les épaules, plisse son oeil à cause des rayons du soleil. ” La première fois. Quand il s’est fait ‘’kidnapper’’ “ Là, il a bien marqué des guillemets avec ses doigts, pour montrer qu’il n’y croit pas. Seth a raconté ça à tout les membres de l’aéroport pendant une réunion obligatoire. ” Ton père a de la chance d’être en vie. Tu l’sais ça ? Parce que s’il a qu’une couille en moins… c’est parce qu’il a dit tout ce qu’il savait sur l’autre communauté.”

Le père de Dixie n’est pas quelqu’un de bien. Winter est convaincu de ça, et il est prêt à tout pour le prouver. Peut-être même que c’est pour ça, qu’il le raconte à la fille. Peut-être que ça va l’énerver et qu’elle ouvrira elle aussi sa bouche pour raconter des choses que Winter n’est pas censé savoir.

” - Tu crois que Seth a su tout ça comment, sérieux…” Même s’il veut être gentil, à sa manière, il soupire. Lève les yeux au ciel comme si Summer était coupable de naïveté. Winter oublie trop souvent son âge. ” Le pire dans toute l’histoire, c’est qu’il a trahi sa meuf. Moi, je trouve ça drôle.” A nouveau, il hausse les épaules. Il sourit même, en tournant sa tête lorsqu’il entend qu’on l’appelle, au loin. Le groupe est presque prêt à partir, prêt de la grille. ’ Alors, on y va ?”
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Somebody help me. 1567962325-dixie

Messages : 219
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Somebody help me. X0TurS615 / 5015 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ218 / 5018 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU711 / 5011 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
23.02.20 0:55
Au moment où il refuse de répondre, elle veut l'assassiner sur place. Elle déteste lorsqu'on lui tourne le dos, lorsqu'on l'ignore. Elle excelle dans l'art de se détourner de quelqu'un lorsque cela l'arrange, alors que Winter lui inflige ce supplice l'insupporte. Elle le suit malgré tout, car ce sera avec son aide qu'elle pourra sortir en expédition. Mais heureusement pour sa survie, Winter se retourne avant d'être foudroyé par sa colère, ce qui rassasie provisoirement la jeune Whitemort. « Vas-y, balance, qu'on en finisse », pense-t-elle silencieusement.

Je sais pas trop… ça remonte à quelques semaines. [...] Ton père a de la chance d’être en vie. Tu l’sais ça? [...]
Tu vois, c'était pas si compliqué de répondre, tranche-t-elle froidement.

Tout ce qu'elle demande, c'est la vérité. Elle se sent constamment à l'écart de tout, comme si elle n'était pas prête à entendre les vraies choses. Mais Winter, lui vient quand même de l'atteindre en plein coeur en disant qu'elle avait de la chance que son père soit encore en vie. Elle est parfaitement consciente de ça. Elle en déglutit même. Une action de travers, une décision inchangée, et elle le perdait à tout jamais. Que seraient-elles devenues, Alyssa et elle, sans Tobias à leurs côtés, perdues dans cet endroit où la cruauté est fréquente? Elle ose à peine l'envisager.

Ils auraient dû couper la pair, ça m’aurait assurer un avenir en tant que fille unique.

Elle balance cette phrase pour feindre l’indifférence, mais ça lui donne la nausée d’imaginer que les hommes de l’aéroport sont capables du pire pour punir quelqu’un. C’est en fermant les yeux et en grattant l’espace entre ses sourcils qu’elle retient l’acide au fond de sa gorge, le temps de quelques secondes. Elle aurait envie de prendre son père dans ses bras. Et pourtant, Tobias lui-même ne lui a pas confirmé avoir été blessé. Ça ne l’empêche pas d’assimiler les rumeurs et d’assembler les pièces du puzzle.  

Ouais, on y va.

Elle avance, pas seulement au sens propre, mais également au sens figuré. Maintenant qu'elle a obtenu une réponse à sa question, elle va mettre cette information dans un coin de sa tête pour s'en servir lorsque ce sera nécessaire. L'âge permet de ne pas s'attarder aux enjeux qui terrifient les adultes. Son père a « peut-être » perdu une couille, c'est triste, mais le mal est fait. Que peut-elle faire de plus pour le soigner? Absolument rien. Maintenant, il doit vivre avec le poids « en moins » de ses traîtrises et de ses mauvais choix de communauté.

Où crois-tu aller comme ça? intervient un homme, visiblement disposé à inviter Winter, mais pas elle, alors qu'elle s'apprête à grimper dans la remorque utilisée pour l'expédition. C'est qui elle? qu'il demande à Winter.
Sérieusement? s'offusque-t-elle, ayant un léger mouvement de recul. Écoute connard...

Pourquoi la traite-t-on toujours comme une petite chose chétive? En temps normal, elle s'indignerait et taperait du pied pour se faire entendre, mais son énergie est à plat. Elle a besoin d'un temps d'arrêt pour refaire entièrement le plein. Elle n'a pas conscience de ses propres limites émotionnelles. Le type attend une réponse précise, voire même une réplique pertinente, mais ni l'une ni l'autre n'arrivent. On la regarde de haut en bloquant l'accès à la remorque. Soit elle se montre digne du voyage, soit elle laisse Winter gérer ce problème à sa place. Elle veut vraiment sortir, davantage maintenant que tout à l'heure.

Donc, elle recule d'un pas et laisse Winter dealer avec ce connard. Il est terriblement difficile de choisir ses combats, mais dans certaines occasions, elle est assez intelligente pour le faire. C'est une observatrice, Dixie, et une bonne élève. Présentement, elle n'a pas le choix, sinon, elle risque de frapper un mur de brique sans le faire sourciller, et tout ce qu'elle récoltera, c'est se faire agripper par le collet et ramener à l'intérieur. Avec Winter dans la balance, elle sait qu'elle pourra sortir. Dixie peut au moins remercier Autumn d'être si proche de ce garçon. Grâce à elle, Dixie peut obtenir quelques avantages. Elle est prête à s'installer, prête à s'asseoir dans cette remorque pour sortir au plus vite. Mais en prenant sa place comme il le fait si bien, Winter parvient toujours à lui décrocher un sourire satisfait, même s'il est chiant et peu facile à côtoyer.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Winter Bagwell
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. 1555628845-ezgif-3-abfd6ddd3e63

Ancien métier : Aucun, il n'est même jamais allé à l'école. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais il sait compter.
Occupation : Il aimerait être un sbire à part entière, mais il n'est pas vraiment prit au sérieux par les plus âgés. Winter, il se décrirait comme à la botte de Seth. Il aime être ses oreilles, et ses yeux lorsque le patron a le dos tourné. La petite souris qui fouine partout et qui rapporte tout à l'autorité. En vérité, Winter, il est comme le petit chien de Seth, près à tout pour assouvir le moindre désire.
Statut civil : Célibataire, il ne connait pas l'amour et l'associe à quelque chose d'immonde.
Lieu de naissance : En Allemagne, mais il n'a pas de souvenirs de cette période.

Messages : 88
Inscription : 25/02/2019
Crédits : andthereisawoman
Célébrité : Chandler Riggs

Somebody help me. X0TurS60 / 500 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ20 / 500 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU70 / 500 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
29.02.20 17:50
Winter est quelqu’un de spécial. Tout le monde le dira, et ça n’a pas spécialement quelque chose avoir avec son oeil en moins. Non, Winter, c’est surtout parce qu’il a une façon à lui bien étrange de voir le monde. Sinon, pourquoi est-ce qu’il se serait mit à sourire, lorsqu’elle a dit qu’il aurait pu perdre les deux, que ça aurait été mieux ? Fille unique, c’est ce qu’elle désire être. Pas de doute que ça aurait été une histoire réglée si le destin de Tobias avait été celui décrit pas sa fille. Mais Winter, il sourit surtout parce qu’elle va dans des extrêmes. N’a pas peur du sang, d’aller un peu loin, pour dire ce qu’elle pense. Peut-être qu’il sourit un peu de la même manière, que le jour où Autumn a éclaté la tête de ce pédophile à l’aéroport. Il aurait voulu être là. Il veut toujours même, avoir l’honneur de tenir l’arme de Seth entre ses mains. Petit à petit, il se dit que Summer fait plutôt bien parti du groupe.

” - T’es vraiment un trou d’cul hein.”

Winter avait simplement froncé les sourcils -plissé un oeil en soit. En haussant les épaules, il montre au mec qui bloque le passage qu’il ne comprend pas son manège. Il pose même des questions silencieuses que l’autre ne doit pas comprendre : 1) depuis quand on refuse de l’aide pour sortir, 2) t’as pas vu qu’elle est avec moi connard. Comme Dixie l’a si bien dit. Mais Winter n’a pas autant de gueule face à un adulte, que face à Syd. Là il ne sortira son flingue que pour tirer. Il les déteste, mais il déteste surtout se sentir inférieur à eux. Alors il s’est contenté de pousser Dixie dans le chemin qui se forme entre les deux colos qui bloquent le passage.

” - Elle est avec moi, c’est tout.” Qu’il dit pour qu’ils les laissent passer. Et ce n’est que lorsqu’il est lui-même dans la remorque qu’il leur relance un coup d’oeil. ” T’façon, les Whitemort ont pas interdiction de sortir, nan ? Apprend à respecter tes supérieurs.”

Il s'assoit au même moment où le moteur est mit en route. Winter n’enlève pourtant pas son regard des deux hommes qui ferment l’arrière de la remorque ; ils n’ont pas apprécié entendre ça venant de la part du gamin. Surtout, ils n’ont pas du apprécier être classés en dessous de Tobias, et de sa fille. Mais n’est-ce pas la réalité ? Même si la jalousie et la haine lui crèvent le coeur, Winter ne peut pas nier que Tobias est un des sbires les plus proches de Seth. Sa fille prend la suite, elle n’a pas les mêmes responsabilités, mais nuls doutes qu’elle doit recevoir le même respect, bien qu’il soit faux.

Winter ne peut pas s’empêcher de jeter un coup d’oeil à Dixie, une fois que tout le monde est monté à l’intérieur du véhicule. Un léger rire, un sourire un peu plus franc traverse son visage. Et puis il se contente de regarder la route du moment où le véhicule quitte le territoire de l’aéroport. Winter, il regarde le paysage comme si ça pouvait l’aider à connaître le chemin par coeur. C’est sa manière de se rassurer ; si un problème arrive, il n’aura pas de mal à retrouver son chez lui. Jamais il n’avait pu penser ça jusqu’à ce qu’il soit secouru par Seth. A chaque fois qu’il quitte l’aéroport, il a la même pensée. Le même espoir de retrouver Alyssa. Sa Alyssa. La vieille blonde toute ridée qui rêvait encore de louboutins alors que le monde était déjà en ruine. Il veut la trouver pour la voir mourir.

” - Tu vas pas t’enfuir, hein ?” Qu’il demande au bout d’une petite vingtaine de minutes de trajet, en silence. Il tourne son visage vers Summer à l’occasion de ses mots. ” Tu t’sers pas de moi pour te barrer, Summer ?”

Dans son oeil, et même dans son interrogation, Winter ne laisse pas le droit au choix. Il n’accepterait pas que Dixie se serve de lui pour échapper à son père. Ni-même à Syd. En réalité, il ne pense même pas qu’elle puisse vouloir partir à cause de ce qui se passe là-bas. Lui est à son aise, veut qu’Autumn y soit bien et le voit de la même manière. Winter, il n’accepte pas qu’on remette en question Seth, ses idées, et ce qu’il a pu construire.

” - On sort pour faire chier ton père… mais on rentre.” Winter prononce ces mots comme pour lui énoncer des règles qui lui paraissent couler de source. ” T’avise pas de me la foutre à l’envers.”

Avec lui, on a toujours l’impression d’être le cul assis entre deux chaises. On ne sait jamais vraiment sur quel pied danser. Mais s’il est à côté de Dixie aujourd’hui, c’est parce qu’il a envie de l’être. Il ne veut pas commencer à l’accepter pour qu’elle se barre comme un chien qui s’éclipse au coin de la rue. Quand il passe près du carrefour qui mènerait directement à Highgate, Winter n’a pas pu s’empêcher de se tordre un peu pour tenter de voir. Mais rien. De toutes façons, le camp est beaucoup trop loin. Il retombe dans la remorque, au moment où la fenêtre du véhicule s’ouvre derrière leur visage ; Winter bouge légèrement pour se retourner et voir l’intrus.

” - On va visiter un coin krénioss. J’espère que vous êtes prêts les gamins. parce qu’on est bientôt arrivés.” Qu’il dit, avant de refermer la fenêtre. Encore une quinzaine de minutes, et le véhicule s’arrêtera.
Revenir en haut Aller en bas

Dixie Whitemort
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Somebody help me. Tumblr_inline_p8ipfyiuXW1sggcf2_540

Ancien métier : Simple écolière dont les préoccupations n'étaient guère celles d'aujourd'hui.
Occupation : Elle qui se proclame plus qu’une enfant devra bientôt endosser des responsabilités. Elle a toujours voulu faire ça pour sa famille, mais son âme d’enfant se refuse de vouloir obéir à un endroit qu’elle n’apprécie pas davantage que son petit orteil.
Statut civil : Orpheline de mère, mais entourée de personnes fiables qui constituent sa nouvelle famille. À son âge, les garçons sont encore source de mystères.
Lieu de naissance : Elle est née aux alentours de Montréal et vivait dans une maison éloignée de cette grande ville de quelques heures.

Somebody help me. 1567962325-dixie

Messages : 219
Inscription : 22/07/2019
Crédits : Scénario (@Robz) | Avatar (SneakySkunk) | Gifs (Google) | Signature (Astra)
Célébrité : Dakota Fanning

Somebody help me. X0TurS615 / 5015 / 50Somebody help me. BR2xH0t

Somebody help me. DQEbQJ218 / 5018 / 50Somebody help me. GxoDpmC

Somebody help me. Hu1erU711 / 5011 / 50Somebody help me. LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Somebody help me. Empty
08.03.20 11:34
T’façon, les Whitemort ont pas interdiction de sortir, nan?

Dixie, elle s'installe dans la remorque, incapable de ne pas résister à l'envie de jeter un regard dédaigneux aux connards. À la mention de « Whitemort », il semble surpris en la détaillant. Il est vrai qu'elle passe généralement inaperçue. Tout le monde sait que Tobias a une fille, mais en général, elle ne se montre pas à ces gens. Un petit sourire en coin se dessine à ses lèvres au moment où le type semble avoir une révélation à ce sujet. Il préfère donc se taire plutôt que de dire un truc de travers. Ce qui amuse particulièrement Dixie, c'est la manière dont Winter prend sa place ; il est encore jeune, pourtant, il se comporte comme s'il pouvait évincer tout le monde. Voilà le genre d'ami dont Dixie a besoin pour survivre ici.

Ses petits yeux bleus sont déjà tournés vers Winter lorsqu'il décide de poser un oeil sur elle.

Tu t’sers pas de moi pour te barrer, Summer?
Si je devais me servir de toi, ce serait pour des choses bien plus utiles. Tu sais, comme sortir de l'aéroport? M'enfuir serait assez stupide.

C'est exactement ce qu'elle a fait. Le contacter pour sortir de là. Elle est restée franc-jeu avec lui, même si elle n'aurait eu aucun scrupule à mentir pour le faire fléchir. Mentir n'aurait servi à rien, aujourd'hui. Winter n'aime pas Tobias, forcément, il aurait dit oui. Et puis, on doit pouvoir compter sur certains amis, parfois? Est-il un ami même s'ils sont distants l'un envers l'autre?

On sort pour faire chier ton père… mais on rentre.
Si t'insiste, je ne voudrais pas que mon absence t'attriste, marmonne-t-elle en détournant les yeux, presque découragée.

Ils sont bientôt arrivés. Une quinzaine de minutes, qu'on leur annonce. Ça pourrait prendre des heures qu'elle s'en ficherait. Plus elle sera loin, mieux elle se portera, car davantage son père s’inquiétera. Elle se sent importante en participant à cette « mission ». Plus importante qu'une enfant laissée à l'abandon parmi les autres de l'aéroport. Et lorsque ses yeux détaillent le chemin et les environs qu'ils parcourent, ils ne semblent jamais regarder les mêmes choses que Winter, comme s'ils n'avaient pas les mêmes objectifs. Elle ne sait pas ce qu'il tente d'observer. Mais elle, c'est son esprit d'analyse qui s'active, qui tente de trouver des cachettes ou des lieux de chasse.

Lorsque le véhicule se stabilise, une secousse les ébranle quelque peu. Dixie, elle s'est rattrapée sur l'avant-bras de Winter pour ne pas perdre pied. Dès le moment où elle remarque son geste, elle le dévisage comme si c'était lui qui venait de faire une grosse erreur. Elle retire aussitôt sa main et se faufile en le bousculant pour sortir de là. Elle n'a même pas peur de ce qu'elle verra ou découvrira. Elle atteint le sol dans un petit saut, sentant presque une décharge déferler dans ses jambes au moment de l'impact, lui décrochant une petite grimace.

J'espère que t'as les tripes solides, petite. C'est pas pour les gamins ici.
Et Winter, c'est pas un gamin peut-être, qu'elle marmonne alors que le type s'éloigne déjà pour attraper son équipement.

L'un des hommes restent dans la voiture. Maintenant qu'ils ont été déposés, il va mettre le véhicule en lieu sûr. Une lueur de suspicion traverse le regard de la jeune Whitemort à cette perspective. Elle n'aime pas voir le véhicule s'éloigner sans eux, comme s'ils avaient été largués au beau milieu de l'océan par un avion de guerre. Pour elle, c'est un lieu où se réfugier, logiquement. Elle comprend que le véhicule doit être caché, mais elle aurait aimé savoir où. Est-ce fait exprès? Elle est incapable de garder sa réflexion, donc, ne faisait ici confiance qu'à Winter, elle lui demande :

Où va-t-il stationner la voiture?

Le petit groupe se met déjà en marche, certains se déplaçant à quelques mètres les un des autres pour couvrir une plus grande surface. Par ce silence, on entend seulement les craquements des brindilles et des petites pierres sous leurs semelles. Mais Dixie, pour le moment, elle s'ennuie un peu. Elle n'imaginait pas que ce serait si calme. C'est même trop calme. Pour passer le temps, elle ne cesse de s'adresser à Winter, peu inquiète de le déranger avec ses questions.

Si je devais te la faire à l'envers, tu me réserverais quel sort? J'aime évaluer toutes mes possibilités, elle est aussi incapable de cacher le sourire net dans sa voix.

_________________
One life is all.
Whitemort family ☽Anyone can be a father, but it takes someone special to be a dad, and that's why I call you dad, because you are so special to me. You taught me the game and you taught me how to play it right.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


Somebody help me. Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Somebody help me.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: North Kelowna :: International Airport-
Sauter vers: