AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-34%
Le deal à ne pas rater :
Perforateur burineur SDS+ MAKITA DHR202RM1J avec batterie et coffret ...
295.99 € 449.80 €
Voir le deal


 

 L'infiltrée (Max)



Raven Davis
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
L'infiltrée (Max) 10

Ancien métier : Sergent dans les forces armées canadiennes puis agent des renseignements
Occupation : Soldat et exploratrice
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Sainte-Flavie

L'infiltrée (Max) 9

Messages : 85
Inscription : 04/02/2020
Crédits : Yenko & Tumblr
Célébrité : Sarah Carter

L'infiltrée (Max) X0TurS612 / 5012 / 50L'infiltrée (Max) BR2xH0t

L'infiltrée (Max) DQEbQJ224 / 5024 / 50L'infiltrée (Max) GxoDpmC

L'infiltrée (Max) Hu1erU719 / 5019 / 50L'infiltrée (Max) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
L'infiltrée (Max) Empty
08.02.20 3:13
L'infiltréeRaven & MaxRaven se réveille et se redresse sur le bord du lit de camp qu’on lui a affecté. Dormir sur une literie de ce genre lui rappelle ses déploiements en Asie du sud-est mais la température lui rappelle sans mal qu’elle est de retour au Canada, son pays natal. Le combat est différent maintenant mais il faut toujours lutter pour sa survie. Elle se frotte le visage un instant pour se réveiller et tente de dompter sa crinière blonde avec, pour seul outils, ses doigts, puis enfile ses bottes. Elle remet son holster sur ses épaules et son Sig Sauer vient lui heurter les cotes sans qu’elle n’y prête attention, trop habituée à sentir le poids du métal contre son flanc.

Elle se passe un peu d’eau sur le visage puis quitte le baraquement à la recherche d’un café pour se réveiller avant d’aller prendre son service à l’armurerie. Elle salue les gens qu’elle croise au passage sans s’arrêter et ne prends le temps de discuter que les cours instants qu’il lui faut pour se servir une tasse de café. Sa tasse en main, elle se dirige ensuite vers l’armurerie en soufflant doucement sur le liquide noir pour le refroidir un peu.

Arrivée au bâtiment, elle pousse la porte et salue à la cantonade en entrant avant de se diriger vers un établi sur lequel elle pose sa tasse, loin du bord. Elle attrape une Diemaco C8 et entreprend de la démonter pièce par pièce pour la nettoyer. Ils ont du boulot mais cela ne fait pas peur à la jeune blonde, elle a toujours aimé prendre soin des armes, largement plus que de les utiliser. Nettoyer une arme à feu a toujours eu le don de la détendre et même l’épidémie n’a pas changé ça.

Ces gestes sont précis et sûrs, elle n’hésite pas un instant et ne s’accorde aucune pause à part pour siroter son café à intervalles irréguliers. Sa tasse terminée, elle la pousse au bout de l’établi et se concentre sur ce qui se passe autour d’elle tout en s’occupant de nettoyer chaque pièce de la carabine d’assaut.


:copyright: 2981 12289 0

_________________

Et je regardai, et voici un cheval livide ; et celui qui le montait se nommait la Mort, et le Séjour des morts le suivait.
Apocalypse 6.8
Revenir en haut Aller en bas

Max Stål
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
L'infiltrée (Max) VagueFearfulGoosefish-max-1mb

Ancien métier : Sniper dans l'armée de terre Canadienne
Occupation : Responsable de l'armurerie - Sécurité
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Toronto

L'infiltrée (Max) Tumblr_me473nmDUd1qk2o24o1_500

Messages : 66
Inscription : 14/09/2019
Célébrité : Noomi Rapace

L'infiltrée (Max) X0TurS619 / 5019 / 50L'infiltrée (Max) BR2xH0t

L'infiltrée (Max) DQEbQJ234 / 5034 / 50L'infiltrée (Max) GxoDpmC

L'infiltrée (Max) Hu1erU729 / 5029 / 50L'infiltrée (Max) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
L'infiltrée (Max) Empty
19.02.20 11:36
L'infiltrée

   Libre



Passant à travers la fenêtre mal fermée, une brise fraîche vint caresser l'épaule nue de Max. Pendant quelques instants encore la jeune femme resta immobile, allongée dans le lit où elle avait passé une partie de la nuit. L'air de la pièce était froide, figée dans le réveil qui venait. Les paupières toujours closes, elle écoutait, attentive, le souffle régulier de la femme qui dormait à ses côtés, se nourrissant de sa présence et de sa chaleur réconfortante. Lentement, l'ancien soldat ouvrit les yeux, aveuglée quelques secondes par la lumière du matin qui entrait dans la chambre. Une profonde respiration fit se soulever sa poitrine.
Tournant la tête, elle posa son regard sur le visage endormi de son amante, détaillant chacun de ses traits. Une mèche de cheveux blonds cachaient une partie de ce visage quelle prenait tant de plaisir à contempler en secret. Une partie d'elle aurait voulu repousser cette mèche, mais une autre ne voulait pas réveiller Natalia. Lorsque la suédoise dormait, elle semblait plus sereine que jamais, plus calme, plus belle aussi, comme si ses rêves étaient plus doux que le monde conscient.

S'arrachant à ce tableau devait lequel elle savait pouvoir passer des heures, la petite brune repoussa la couverture qui les avait recouvert toute la nuit, les préservant du froid de l'obscurité. Contrôlant les gestes, les rendant les plus discrets et silencieux possibles, elle s'assit sur le rebord du lit qui grinça malgré tout, prenant encore quelques instants pour émerger. Si elle n'avait plus de montre depuis longtemps, Max savait qu'il était temps pour elle de s'activer et de rejoindre son poste de travail. Après un bâillement à s'en décrocher la mâchoire, la sniper se frotta les yeux, en chassant la brume qui y régnait. Natalia bougea à côté d'elle, se retournant contre le mur dans un grognement mécontent. Peut être n'avait-elle pas été si discrète que ça. Un sourire aux lèvres, aussi subtil et fugace que la brise, la jeune femme se pencha sur son amante et déposa un baiser sur sa tente avant de se mettre debout et de s'habiller en vitesse. Passant la sangle de son McMillan, elle jeta un dernier regard à la silhouette allongée dans le lit puis, après avoir vérifié que personne ne se trouvait dans le couloir, elle quitta la pièce, aussi discrètement qu'une ombre. Les deux femmes, bien que profitant pleinement du temps qu'elles passaient ensemble, faisaient tout pour que personne n'en sache rien. D'ordinaire même, elles évitaient de dormir ensemble, de peur d'être surprises par les enfants de Natalia à qui elles cachaient leur relation. Mais cette nuit l'une et l'autre s'étaient endormies sans même s'en soucier, bien trop enivrées par leurs ébats.


Après un rapide passage à la cafétéria où elle pu récupérer un café, Max prit le chemin de son royaume, l'armurerie. L'endroit était sans nul doute celui qu'elle préférait au sein de la base du Coliseum, après peut être la vigie où elle aimait à passer des heures solitaires. Pénétrant dans la pièce, elle jeta un regard circulaire au lieu, s'assurant d'un coup d’œil que tout était à sa bonne place. L'ancien soldat était du genre maniaque lorsqu'il s'agissait des armes, sans doute à cause de son père qui lui avait apprit à les aimer autant qu'à les respecter. Dans cette pièce où s’alignaient les fusils et les revolvers, dans une logique implacable qu'elle avait elle-même établie, elle se sentait à l'aise, rassurée par la présence des instruments de mort. Étrange contradiction.
Vérifiant l'heure sur l'horloge fixée au dessus de la porte d'entrée, la petite brune salua d'un hochement de tête les deux personnes qui s’affairaient déjà au rangement. Un groupe était revenu d'une expédition la veille, et il fallait vérifier les armes qu'ils avaient utilisé. Posant ses affaires derrière le bureau qui était le sien, elle bu une nouvelle gorgée de café tout en laissant ses yeux glisser sur le registre qu'elle tenait. Son écriture de dyslexique était difficile à déchiffrer, mais elle s'y était faite.

Quelque chose, ou plutôt quelqu'un, attira alors son attention. Il s'agissait d'une jeune femme blonde, fraîchement arrivée dans la communauté, qui était en train de nettoyer une Diemaco C8. La tasse de café toujours à la main, Max s'approcha de son établi, observant d'un œil expert ses gestes minutieux. Il ne fallait pas être un ancien militaire pour voir que la nouvelle savait ce qu'elle faisait, et qu'elle le faisait bien. Peut être même avait-elle un passif dans l'armée que ça ne l'aurait pas étonné. Buvant une nouvelle gorgée du liquide amer et désormais tiède, elle se racla la gorge.


« Bon travail la bleue... on dirait que t'as fait ça toute ta vie. » Son ton se voulait courtois, mais elle ne pouvait se défaire d'une certaine méfiance qu'elle avait toujours envers les nouveaux qui rejoignaient le Coliseum.
Revenir en haut Aller en bas

Raven Davis
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
L'infiltrée (Max) 10

Ancien métier : Sergent dans les forces armées canadiennes puis agent des renseignements
Occupation : Soldat et exploratrice
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Sainte-Flavie

L'infiltrée (Max) 9

Messages : 85
Inscription : 04/02/2020
Crédits : Yenko & Tumblr
Célébrité : Sarah Carter

L'infiltrée (Max) X0TurS612 / 5012 / 50L'infiltrée (Max) BR2xH0t

L'infiltrée (Max) DQEbQJ224 / 5024 / 50L'infiltrée (Max) GxoDpmC

L'infiltrée (Max) Hu1erU719 / 5019 / 50L'infiltrée (Max) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
L'infiltrée (Max) Empty
20.02.20 5:10
L'infiltréeRaven & MaxLes gestes de Raven sont justes et précis, signe d’une habitude de longue date et d’un entrainement poussé. Elle n’a plus besoin de réfléchir et se concentre discrètement sur ce qu’il se passe autour d’elle pour faire un rapport aussi détaillé que possible à Sam’ la prochaine fois qu’ils se verront. Elle remarque sans mal la jeune femme brune qui vient d’entrer dans l’armurerie, elle l’a déjà croisée une ou deux fois sans que les deux femmes s’adressent plus qu’un salut. Ce n’est que lorsque Sam se racle la gorge que Raven pose la brosse et la pièce qu’elle est en train de nettoyer pour se retourner vers elle.

La question lui fait remonter les souvenirs des parties de chasse avec son père alors qu’elle n’avait que 12 ans et les soirées à nettoyer le fusil de son père avant d’apprendre à s’en servir pour la chasse. Elle a compris très jeune qu’il valait mieux prendre soin de son arme si on voulait que l’arme prenne soin de son propriétaire.

Etant nouvelle à la base militaire, elle préfère répondre à la réflexion aussi clairement que possible en la regardant droit dans les yeux. Elle n’aime pas les regards fuyants et préfère éviter de le faire avec des gens qu’elle ne connait pas mais qu’elle est obligée de côtoyer au quotidien.

- C’est mon père qui m’a appris à nettoyer un fusil avant de savoir l’utiliser. Je devais avoir 12 ans quand il m’a fait nettoyer son fusil pour la première fois. Quand je me suis engagée, je connaissais le R700 par cœur. Je n’ai pas eu de mal à apprendre à m’occuper d’un C7 ou d’un M870 ensuite. Ça avait même tendance à énerver certains soldats que je sois plus rapide qu’eux.

Elle marque une pause puis continue avec une anecdote qui date de son enfance.

- Comme mon père me disait : Prends soin de ton arme et elle prendra soin de toi. J’ai toujours suivi ce conseil à la lettre et je n’ai jamais eu à me battre avec une arme enraillée, même dans les montagnes afghanes.

Elle sait qu’en disant ça, elle donne de précieuses informations sur son passé mais cela importe peu. Son entrainement est parfaitement reconnaissable pour un regard averti et ses gestes trahissent son passé militaire à grands cris. Soudain, elle réalise qu’elle ne s’est pas présentée auprès de Max et corrige avec humour cette erreur.

- Au fait, on ne m’avait plus appelée la bleue depuis mes classes. Je m’appelle Raven.

:copyright: 2981 12289 0

_________________

Et je regardai, et voici un cheval livide ; et celui qui le montait se nommait la Mort, et le Séjour des morts le suivait.
Apocalypse 6.8
Revenir en haut Aller en bas

Max Stål
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
L'infiltrée (Max) VagueFearfulGoosefish-max-1mb

Ancien métier : Sniper dans l'armée de terre Canadienne
Occupation : Responsable de l'armurerie - Sécurité
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Toronto

L'infiltrée (Max) Tumblr_me473nmDUd1qk2o24o1_500

Messages : 66
Inscription : 14/09/2019
Célébrité : Noomi Rapace

L'infiltrée (Max) X0TurS619 / 5019 / 50L'infiltrée (Max) BR2xH0t

L'infiltrée (Max) DQEbQJ234 / 5034 / 50L'infiltrée (Max) GxoDpmC

L'infiltrée (Max) Hu1erU729 / 5029 / 50L'infiltrée (Max) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
L'infiltrée (Max) Empty
05.03.20 13:12
L'infiltrée

   Libre



Impassible, les sourcils toujours froncés, Max regardait la nouvelle recrue du Coliseum avec ce même air froid avec lequel elle dévisageait tous les nouveaux. S'il arrivait à la jeune femme d'accorder sa confiance, elle n'en oubliait pas de rester perpétuellement vigilante, particulièrement avec ceux qui avaient rejoint leurs rangs depuis peu. Leurs aptitudes dans l'arène, ainsi que l'aval de leurs trois leaders, aurait dû lui suffire à les accepter, mais elle était comme ça Max. Toujours méfiante.

Cette petite blonde qui débarquait dans son armurerie, malgré ses efforts, ses sourires et ses beaux souvenirs, n'en resterait pas moins une intrus jusqu'à ce qu'elle ait réellement fait ses preuves aux yeux de l'ancien soldat qui était l’exigence même.
Que ce fut à l'armée ou dans la vie, le caractère maniaque et intransigeant de la sniper était proverbial, et la fin du monde n'y avait rien changé. Et si la petite nouvelle montrait toutes les qualités qu'il fallait pour se distinguer en démontage-nettoyage-remontage de calibres, il en fallait toujours plus à celle qui régnait sur les stocks d'armes de la communauté comme un chef d'orchestre tyrannique.
Si elle pouvait se montrer dur mais encourageante avec les noobs en la matière, elle avait tendance à pousser encore plus loin ceux qui au contraire étaient des habitués. C'était comme ça qu'elle avait grandit, comme ça qu'elle avait apprit. Toujours s'améliorer, toujours chercher à aller plus loin. C'était ce que son père à elle lui avait inculqué, en plus de sa passion pour les armes à feu. Point en commun qu'elle partageait donc avec la nouvelle, mais comme beaucoup d'anciens militaires dans le fond. Beaucoup avaient eu de près ou de loin accès à cet enseignement dans leur enfance, ce qui leur avait été profitable une fois dans les rangs de l'armée.

Reniflant sans grâce, Max porta son café de plus en plus tiède à ses lèvres et en but une longue gorgée, ne quittant pas la jeune femme des yeux, la détaillant sans la moindre gène. Comme beaucoup d'entre eux, elle portait les marques d'une vie désormais plus que difficile. On pouvait sans mal voir qu'elle avait été dehors pendant longtemps, qu'elle s'était battu pour survivre avant d'arriver jusqu'à eux. Mais même si elle avait déjà pu profiter des bienfaits de leurs installations, elle ne semblait pas porter de trop grands traumatismes de son passage à l'extérieur. Peut être s'en était-elle bien sortie. Peut être avait-elle reçu de l'aide. Toute à ses questions, la petite brune sorti d'une des poches de sa veste un petit morceau de bois qui se révéla être un bâtonnet de réglisse. Elle était à court de cigarettes depuis plusieurs jours, ce qui la rendait encore plus irritable que d'ordinaire. Calant la petite branche noirâtre entre ses dents et l'intérieur de sa joue, elle laissa le goût puissant et sucré envahir sa bouche, alors que la nouvelle lui donnait son nom, avec un air innocent et bienveillant. Ce détail eu pour effet de faire se redresser les sourcils de la sniper de surprise. Un peu trop blonde pour un corbeau.

Se détournant soudain, elle attrapa un calepin qui se trouvait sur son bureau et y jeta un coup d’œil, relisant avec difficulté son écriture tordue.

« Pour les autres peut-être... mais pas pour moi. » répondit-elle froidement à l'invitation de Raven à l'appeler par son nom. « Et qu't'ai fait tes classes y changera rien. T'es nouvelle ici, alors tu s'ras la bleue temps qu'tu bosseras pour moi à l'armurerie et qu'auras pas montré c'que tu vaux vraiment. Y en a qui pense que c'est en accueillant tous les rookies qui passent dans l'coin qu'on devient plus fort, c'est pas mon cas. Si t'as envie de rester, va falloir qu'tu bosses comme jamais et qu'tu mérites ta place... Maintenant fini de nettoyer cette Diemaco C8 et remonte la fissa... t'as encore tout le reste de la rangée qui t'attend. » Finit-elle en pointant avec son calepin les carabines d'assaut alignées devant elle. Laissant le bloc-note retomber sur le bois de son bureau, elle s'y assit, le dos droit et le regard dur. « Montre nous donc cette efficacité dont tu sembles si fière... »
Elle n'avait pas levé le ton, mais ses mots, pourtant sans mauvaise humeur, étaient froids et catégoriques. C'était une mise à l'épreuve, un test, comme un reliquat de l'armée. Elle jaugeait ses capacités, mais aussi sa soumission et son dévouement pour leur groupe. Les autres personnes présentent dans la pièce n'osèrent même pas lever les yeux de leurs tâches.
Si Max était de prime abord un tout petit bout de femme, elle avait réussi avec le temps à se faire respecter par les autres membres de la communauté. Après tout, en dehors même de ses faits d'armes en temps que soldat, elle était un des premiers membres du Coliseum, de ceux qui étaient présents dans la base au tout début de l'infection, de ceux qui avaient survécu à toutes les étapes de leur cauchemar collectif. Et malheur à celui ou celle qui remettait ses ordres ou son autorité en question, car contrairement aux apparences, elle leur faisait vite mordre la poussière sur la terre de l'arène.


Mais au bout d'un long moment de silence que ne venait perturber que le cliquetis métallique des armes, l'ancien soldat glissa son regard vers Raven. Elle se savait dur, et à juste titre, mais elle n'en était pas moins insensible, et s'en voulait un peu d'avoir claqué la porte à cette main tendue. Reposant son crayon dans un alignement parfait avec les autres stylos, elle alla jusqu'à l'établi de la blonde et tira un tabouret sur lequel elle s'assit dans un grincement sinistre. Tendant les bras, elle récupéra une mitrailleuse Browning M2 qui attendait son tour. Surveillant toujours la nouvelle recrue du coin de l’œil, elle entama le démontage, montrant qu'elle n'avait rien à envier à la dextérité de Raven.


« T'as fait l’Afghanistan du coup ? Quel déploiement ? » demanda-t-elle en repoussant une mèche de cheveux noirs qui lui tombaient devant les yeux.
Revenir en haut Aller en bas

Raven Davis
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
L'infiltrée (Max) 10

Ancien métier : Sergent dans les forces armées canadiennes puis agent des renseignements
Occupation : Soldat et exploratrice
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Sainte-Flavie

L'infiltrée (Max) 9

Messages : 85
Inscription : 04/02/2020
Crédits : Yenko & Tumblr
Célébrité : Sarah Carter

L'infiltrée (Max) X0TurS612 / 5012 / 50L'infiltrée (Max) BR2xH0t

L'infiltrée (Max) DQEbQJ224 / 5024 / 50L'infiltrée (Max) GxoDpmC

L'infiltrée (Max) Hu1erU719 / 5019 / 50L'infiltrée (Max) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
L'infiltrée (Max) Empty
09.03.20 10:16
L'infiltréeRaven & MaxRaven écoute avec respect les paroles de Sam. Son passé militaire lui a enseigné à obéir aux ordres et elle sait très bien qui commande à l’armurerie. Même sans grade, l’ancienneté place la jeune femme au bas de l’organigramme et elle en est pleinement consciente. Elle réprime de justesse un garde à vous et s’en tient à un salut militaire sans lever son derrière du tabouret. Dans l’armée, cela lui aurait sans doute valu une réprimande mais pas ici. Décidant de ne pas faire de vagues, elle se remet au travail sur la C8 et commence le remontage avec des gestes automatiques en relevant parfois de la pointe du pouce une mèche récalcitrante derrière son oreille.

Laissant ses mains remonter la carabine d’assaut, elle réfléchit à ce que vient de lui dire Sam et à l’impression de se retrouver face à son instructeur à St-Jean-sur-Richelieu lors de son instruction de base. Se rappeler les premières semaines dans l’armée lui fait apparaitre un petit sourire, elle se rappelle la sensation qu’elle a eu à ce moment-là, celle d’avoir enfin trouvé sa place et une utilité à sa vie.

Une fois la carabine remise en ordre de fonctionnement, elle la range sur un râtelier et en attrape une autre qu’elle commence à mettre en pièce sans même réfléchir. Alignant les pièces sur l’établi devant elle, Raven reste attentive aux allées et venues dans l’armurerie, ne perdant pas de vue son objectif de collecte de renseignement. Le grincement désagréable du tabouret sur le béton confirme à la jeune blonde que Sam s’installe à côté d’elle sans que ça ne change sa façon de travailler.

L’espace d’un instant, l’ancien sergent Davis se fige en entendant la question de Sam. Elle ne s’attendait pas à ce genre d’interrogation. Après un regard à la brune, elle se redresse et lui répond tout en s’attachant les cheveux avec un lacet qu’elle sort de la poche de sa veste.

- Opération Athéna avec le 1er Bataillon du Princess Patricia's Canadian Light Infantry, à Kaboul et Kandahar en 2006 et 2009. Une fois un Patricia, toujours un Patricia, conclut-elle avec la devise non officielle de son ancien régiment.

Ses cheveux attachés, elle se remet au travail sur l’arme qu’elle est en train de démonter, prête à répondre à une autre question de la part de Sam.


:copyright: 2981 12289 0

_________________

Et je regardai, et voici un cheval livide ; et celui qui le montait se nommait la Mort, et le Séjour des morts le suivait.
Apocalypse 6.8
Revenir en haut Aller en bas

Max Stål
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
L'infiltrée (Max) VagueFearfulGoosefish-max-1mb

Ancien métier : Sniper dans l'armée de terre Canadienne
Occupation : Responsable de l'armurerie - Sécurité
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Toronto

L'infiltrée (Max) Tumblr_me473nmDUd1qk2o24o1_500

Messages : 66
Inscription : 14/09/2019
Célébrité : Noomi Rapace

L'infiltrée (Max) X0TurS619 / 5019 / 50L'infiltrée (Max) BR2xH0t

L'infiltrée (Max) DQEbQJ234 / 5034 / 50L'infiltrée (Max) GxoDpmC

L'infiltrée (Max) Hu1erU729 / 5029 / 50L'infiltrée (Max) LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
L'infiltrée (Max) Empty
20.03.20 10:13
L'infiltrée

   Libre



Le regard toujours braqué sur le browning M2 qu'elle démontait avec la précision d'une machine, Max écoutait attentivement la jeune femme à côté d'elle. Ses mains, caleuses et abîmées, étaient comme prises d'un étrange fluidité dès lors qu'elle touchait une arme. L'habitude de ces gestes milles fois répétés, rassurants, apaisait dans une certaine mesure les doutes constants qui l'habitaient dès lors qu'il fallait rentrer dans une interaction sociale. L'armée lui avait tellement apporté en ce sens. A l'armée on ne parlait pas pour ce rien dire. A L'armée, tout était cadré, un cadre doux, réconfortant, avec des règles précises à suivre. Max avait aimé l'armée d'un amour sans faille et elle lui avait consacrée une bonne partie de sa vie, sans le moindre regret.
La perte de ce cadre en même temps que la chute du monde avait été pareil à un deuil pour elle, et c'était sans doute pour cela qu'elle essayait de recréer ça ici. Enfin à l'armurerie tout du moins. Car si beaucoup des membres du Coliseum avaient un passé militaire, certains ne voyaient pas d'un bon œil de retrouver cette discipline qui leur avaient peut être pesé autrefois.
C'était pourtant important pour Max, et voir la petit nouvelle ne pas réagir violemment à ses réprimandes, reprendre le travail comme un bon petit soldat, la rassura considérablement. Il y avait peut être quelque chose à faire d'elle en fin de compte.


Radoucit en partie, la jeune femme écouta la jolie blonde lui parler de l’Afghanistan avec un regain d'intérêt. A entendre le son de sa voix, on sentait que la nouvelle recrue était encore très attachée à son bataillon. Comment ne pas l'être ? Les déploiements qu'elle-même avait connu l'avaient forgé, et lui avait surtout permis de tisser des liens forts avec les autres, hommes et femmes, qui s'étaient battus à ses côtés. Mâchonnant toujours son bâtonnet de réglisse, elle leva le canon à présent détaché du reste de l'arme et fermant un œil, regarda à l'intérieur, voyant se dessiner de l'autre côté un cadre rond et rétréci sur le monde. Attrapant un écouvillon, elle entreprit de le nettoyer avec ferveur.


« Opération Athena hein ? » Max renifla « On a du se croiser alors... » Satisfaite de son nettoyage, la petite brune reposa le canon avait de poursuivre avec d'autres pièces. Si ses yeux restaient concentrés sur ce qu'elle était en train de faire, des souvenirs repassaient dans sa tête en arrière plan, des images teintées de ces nuances jaunâtres et brunes que l'Afghanistan donnait à tout. Si l'ancien soldat avait aimé servir son pays et mettre ses talents de tir au service de la lutte contre les terrorisme, il y a bien une chose qu'elle n'aurait pas voulu retrouver pour tout l'or du monde. Ce putain de soleil ! Max était une femme du grand nord, et elle détestait le soleil. Le soleil était dangereux, il brûlait, créait des ombres qui vous faisaient repérer plus facilement. Le soleil était un ennemie redoutable. Toute à sa haine pour le soleil du Moyen-Orient, la jeune femme s'était toujours étonnée qu'il lui avait pourtant donné son pseudonyme de tireuse, Soleil Noir, choisi par les autres de son escadron pendant son tout premier déploiement en 2001, pendant lequel elle avait participé à l'opération Anaconda avec d'autres snipers. Elle avait même été jusqu'à se le faire tatouer, ce putain de soleil noir, dans le cou juste sous l'oreille. Si la plupart des soldats étaient des anonymes pour ceux d'en face, les tireurs d'élite eux pouvaient se targuer d'être des cibles de choix, leurs noms ou symboles étaient connus, leurs têtes mises à prix, surtout les bons. Et comme tout le monde le savait, les meilleurs étaient canadiens.

Récupérant son bâton de réglisse entre ses doigts comme on tient une cigarette, Max retira un filament de sur sa langue avant de poursuivre sa tâche.

« J'étais rattachée au 1er bataillon d'la Royal Canadian Regiment. J'ai fait la fin d'Athena, puis Panjwaye et l'Op' Medusa aussi... »
Ses mains agiles toujours affairées sur le browling M2, Max tourna son regard en coin vers la nouvelle recrue, scrutant chacune de ses réactions. « Parfois j'ai l'impression que c'était il y a des siècles... mais des fois, surtout la nuit, j'ai encore l'impression d'entendre les tirs...» finit-elle avec un infime sourire en coin. On ne revenait jamais totalement indemne du front, comme on ne pouvait rester indemne éternellement dans un monde comme était le leur désormais. Ils avaient tous été blessé, physiquement mais surtout psychologiquement. Ils avaient tous des fissures sous leurs carapaces. Encore faillait-il trouver celles de Raven.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


L'infiltrée (Max) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
L'infiltrée (Max)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: West Kelowna :: Military base-
Sauter vers: