AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
eBay : Remise de 5 euros dès 15 euros d’achat
Voir le deal


 

 Je m'endors près de toi [Line, Theo]



Asael J. Valentine
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Giphy

Ancien métier : aucun
Occupation : Culture et élevage
Statut civil : Celibataire
Lieu de naissance : Au temple

Messages : 252
Inscription : 21/08/2018
Crédits : Moi
Célébrité : Miles Heizer

Je m'endors près de toi [Line, Theo] X0TurS60 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] BR2xH0t

Je m'endors près de toi [Line, Theo] DQEbQJ20 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] GxoDpmC

Je m'endors près de toi [Line, Theo] Hu1erU70 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Empty
20.02.20 2:58
... pour l'éternité

  Line et Theo




La silhouette avançait lentement, chancelante, le bras rabattu sur son flanc gauche comme pour soulager un terrible point de côté d'avoir trop couru. A ses côtés, gambadait Brindille, son inséparable amie qui ne cessait de bêler avec inquiétude. D'ordinaire insouciante, la petite chèvre avait compris qu'il se tramait quelque chose de grave et ne s'éloignait pas du jeune homme qui avançait, titubant. Où allait-il ainsi ? Il n'en n'avait pas la moindre idée, tout ce qu'il savait c'est qu'il devait mettre le plus de distance entre lui et son agresseur, aller aussi loin que ses dernières forces le lui permettaient. De plus en plus blême, Asael voyait le sang écarlate s'échapper de sa blessure en un flot ininterrompu. Des larmes de douleurs mais également de peurs, s'écoulaient sur son visage au teint cireux. Etait-ce donc ainsi qu'il allait mourir ? Seul, perdu, blessé, de la main non pas d'un envahisseur mais d'un proche ? Non, il ne voulait pas mourir. Il ne voulait pas mourir. Etait-ce là les desseins de Dieu ? Une vie de souffrance et de malheur avant de l'en libérer pour l'accueillir en son sein ?
Incapable de faire un pas de plus, le jeune homme s'effondra et se retrouva à genoux dans l'herbe. Il était à bout de force, il avait froid, il avait peur. Un sanglot s'échappa de ses lèvres en repensant à toutes ces années qu'il avait si stupidement gâchées en haïssant des innocents. Que ne donnerait-il pas pour rentrer et se blottir dans les bras de ses parents, ceux-là même qu'il avait tant haït toutes ces années...

Comment avait-il pu croire, comment avait-il pu penser sérieusement que c'était lui l'auteur de ces outrages. Comment avait-il pu penser un seul instant que sa mère l'aurait laissé faire en le couvrant ? Il les avant tant haït, pas un instant il n'avait pensé qu'il puisse s'agir de lui, de cet homme qu'il aimait et respectait comme un père, de son oncle... Il possédait la même carrure et exactement la même odeur que son père. Ils se ressemblaient comme des jumeaux et pourtant ils étaient si différents... comment avait-il pu les confondre ? Comment avait-il pu penser que son propre père puisse être l'auteur d'un crime aussi horrible ? S'il leur révélait tout, le croiraient-ils ? Lui pardonneraient-ils ? Serait-il seulement capable de confier ce lourd secret qui lui avait empoisonné l'existence et qu'il n'avait jamais révélé à personne ? Ce lourd secret qui lui faisait tellement honte ? Il en doutait... il n'y parviendrait jamais... c'était beaucoup trop dur.... Mais si Dieu le lui permettait il se repentirait toute sa vie auprès de ses parents pour le mal qu'il avait pu leur faire. Désormais il jouerait du piano quand sa mère le lui demanderait, et il aiderait son père aux travaux de la maison tout en riant avec lui. Et Delilah... Delilah aussi serait là... Amers regrets que les siens, matérialisé par un flot de larmes qui s'écoulaient sur ses joues en songeant à ses images fantasmées dont il rêvait et qu'il voulait transformer en réalité

Sa soeur lui manquait terriblement, avec elle, il aurait peut-être réussit à s'ouvrir, à lui révéler ce qui le tourmentait tant, mais elle n'était plus là. Où se trouvait-elle en ce moment ? Il aurait aimé la voir surgir des fourrées tel un ange pour venir le chercher. Si sa disparition l'avait blessé comme personne et n'avait fait que faire croitre en lui ce profond sentiment d'abandon et de mal être qu'il éprouvait à chaque fois qu'il voyait un de ces proches s'en aller en le laissant en arrière, il avait également ressenti un profond sentiment de colère à son encontre. Une colère injustifiée qui avait obscurcit son jugement mais depuis peu, il ne cessait de se demander s'il n'aurait finalement pu lui arriver quelque chose. Delilah avait beau rêvé d'évasion, jamais elle ne l'aurait abandonné de la sorte, sans un au revoir, il en était persuadé et il commençait sérieusement à s'inquiéter pour elle. Il aurait bien voulu essayer de s'en ouvrir à ses parents mais outre le fait qu'il ne parvenait pas à leur adresser deux mots sans se montrer agressif à leur égard, il savait qu'ils ne l'écouteraient pas. Depuis sa disparition, il était strictement interdit de prononcer son nom, et à n'en pas douter ils auraient pensé qu'il se servait d'elle dans l'unique but de les blesser, encore. Il y avait bien Micah, mais il savait que s'il lui disait ça, ce dernier foncerait au-dehors du mur pour la retrouver et qu'il ne reverrait peut-être plus son frère non plus, alors, il s'était tourné vers la seule personne qu'il pensait être en mesure de l'aider... son oncle.

Son oncle avait rejoint le Temple tardivement, il devait avoir 7 ou 8 ans lorsqu'il vint trouver refuge auprès du Christ, fuyant comme il le disait lui-même, les tentations du monde moderne. Il avait toujours aimé cet oncle qui pour lui était comme un deuxième papa, un complice de jeu... Combien de fois n'allait-il pas s'assoir sur ses genoux pour recevoir des câlins ou entamer de nombreuses bagarres de bisous et de chatouilles... Asael s'en rappelait encore, du moins... ça c'était avant. Avant qu'il ne puisse plus laisser qui que ce soit le toucher.

Il s'était rendu chez ce dernier, pour lui parler de ses craintes et lui demander s'il voulait bien essayer de l'aider à retrouver sa soeur. Comme il fallait s'y attendre, l'homme accepta sans rechigner, bien au contraire il était prêt à aider le jeune Valentine de bon coeur notamment parce que c'était important pour Asael et que ce dernier n'ignorait pas, qu'il avait toujours été son préféré de la famille. Ils étaient partis ensemble tous les deux sans réellement savoir par où chercher comptant probablement sur la chance et la lumière de Dieu pour les guider. Asael avait déjà tenté une petite expédition par le passé en compagnie de Line mais cela n'avait strictement rien donné. Tout ce qu'ils avaient bien faillit y gagner s'était d'y rester... et c'était là qu'ils les avaient rencontré... ce Noah pour lequel, même si elle s'en défendait, Line avait quitté le Temple et Theophile, l'assassin d'Ange...

Ils étaient partis à sa recherche dans l'espoir de la retrouver, alors... quand est-ce que tout avait basculé ?
Sans trop savoir pourquoi, les paroles à peine voilé mais également les gestes de son oncle, le mirent de plus en plus mal à l'aise. Essayant d'abord de se résonner et d'étouffer cette petite voix intérieur qui lui disait de rentrer au Temple, d'abandonner ces recherches pour une personne qui, dans le fond il le savait très bien, ne reverrait jamais, Asael cru en premier lieu que c'était sa peur paranoïaque des autres qui s'était à nouveau emparé de lui. Il tenta de se convaincre que le problème venait de lui et de lui seul, mais plus ils s'enfonçaient dans la forêt et plus il réalisait que le problème ne venait peut-être pas seulement de lui... Ce fut à la vue de cette gourmette que son oncle portait sous sa chemise que des images d'une violence rare remontèrent à la surface et s'imposèrent à lui sans la moindre miséricorde. Et là pour la première fois de sa vie Asael avait enfin comprit. Il avait enfin comprit l'erreur dans laquelle il avait baigné toute ces années durant. S'ensuivit une altercation entre les deux hommes, puis un affrontement avant qu'un coup de feu ne soit tiré accidentellement, atteignant Asael dans le ventre. Sonné par la douleur qui le traversa, il ne du son salut que par l'intervention de trois virulents qui, attirés par leur lutte se précipitèrent sur eux.

Malgré la douleur, Asael, était parvenu à ne pas s'effondrer et à s'enfuir en compagnie de Brindille sans savoir si son agresseur avait réussi à se débarrasser des virulents ni même s'il le suivait.... Et maintenant ? Maintenant il commençait à sentir qu’il perdait le contrôle de son corps
S'effondrant sur l'herbe, il lutta pendant quelques instants contre l'étreinte glacé de l'éternité

Est-ce ainsi qu'il allait mourir ? Seul ?


   
Revenir en haut Aller en bas

Madeline Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Je m'endors près de toi [Line, Theo] QolpWx

Ancien métier : Sage-Femme.
Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
Statut civil : Amoureuse, désespéramment amoureuse d'un homme loin du corps mais près du coeur.
Lieu de naissance : Jérusalem.

Messages : 164
Inscription : 04/06/2018
Crédits : araena
Célébrité : Lucy Hale

Je m'endors près de toi [Line, Theo] X0TurS60 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] BR2xH0t

Je m'endors près de toi [Line, Theo] DQEbQJ20 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] GxoDpmC

Je m'endors près de toi [Line, Theo] Hu1erU70 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Empty
20.02.20 9:51
”Ainsi font, font, font, les petites marionnettes.” Depuis son arrivée à Highgate, Madeline était persuadée qu’elle ne pourrait pas exercer ces sorties qu’elle avait tant espéré aux côtés de son frère. Parce que même si elle est partie de bon coeur pour de bonnes raisons, Madeline, elle espérait aussi, grandement, pouvoir retrouver tous ceux qui lui sont chers. Qui étaient loin d’elle à cause de la distance du Temple d’Ezekiel avec les “ infidèles “. Si elle a retrouvé Noah et Abigail, Line, elle avait eu le malheur de mettre Théophile de côté par simple égocentrisme. Si Madeline est bonne avec quasi la totalité des êtres humains, son propre frère n’a pas eu cette chance. Ce n’est que depuis peu, qu’ils parviennent à se retrouver, sans qu’elle ressente tristesse et amertume. Madeline, elle apprend tous les jours un peu plus aux côtés de ces gens biens, mais qui n’ont pas les même valeurs qu’elle. Pourtant, Line, elle s’imprègne petit à petit, de plus en plus, des gens nouveaux qu’elle côtoie. Elle mentirait si elle disait que tout ça ne lui fait pas le plus grand bien.

” - Est-ce que c’est encore loin ?” Elle demande, Madeline, plus par impatience que parce qu’elle en a marre de marcher. Elle sourit, d’ailleurs, tenant son sac à dos par ses bretelles, comme les gamins d’autrefois le faisaient. Line, elle n’a jamais l’air plus enfantine que lorsqu’elle est ainsi. ” Je ne nous imaginais pas vivre si loin du Temple, en réalité.”

Elle n’a aucunement mal lorsqu’elle parle de l’endroit qui l’a vu grandir. Qui l’a vu changer, et qu’elle a eu mal de voir détruit par tous ces démons humains. Parce qu’elle est bien où elle se trouve, Madeline. Parce que son choix fut longuement mûri, mais surtout, parce qu’elle est entourée de bonnes pensées. Elle n’a plus peur du matin au couché, du coucher jusqu’au réveil.

C’est elle-même qui a demandé à son frère ; emmène moi le voir. Le cirque dont tu nous as parlé une fois, à Angeline et moi. Elle avait refusé catégoriquement à l’époque, mais cette idée a toujours été dans son esprit. Une chose à faire sur sa liste avant de mourir. Et même si les animaux ne sont plus, même si les morts ont envahi l’endroit, elle veut voir. Au moins une fois, pour qu’avec la description de son frère, elle puisse comprendre à quel point c’était beau. Agréable. Maintenant, Line est capable d’être assez ouverte d’esprit pour s’émerveiller devant tout ce qui a donné envie à son frère de partir du Temple d’Ezekiel au premier abord. Elle veut se laisser une chance d’être avec lui. ”Et elles danseront, les petites marionnettes.”

” - Oh, regarde !” Qu’elle lance, en pointant du doigt un animal au loin. Elle s’est arrêtée pour mieux voir. ” Une chèvre…” Elle sourit, tendrement, Madeline, en voyant cet animal qui tout de suite la projette vers son ami. Asael. Il n’y a pas un jour où elle ne voudrait pas qu’il soit à ses côtés. ” On dirait Brindille…” Elle sourit un peu plus, Line, en faisant quelques pas vers l’animal qui est plus loin, en contrebas. Puis, elle s’arrête. Fronce les sourcils comme si ça pouvait l’aider à mieux distinguer. ” Brindille ?” Elle parle plus fort. Elle vient même à crier une nouvelle fois le prénom de l’animal, dans l’espoir qu’elle ne réagisse pas. Mais la chèvre fait tout le contraire. Elle lève la tête dans la direction de la jeune femme qui l’appelle. ” Si elle est là…” Qu’elle soupire avec un délicieux sourire en tournant la tête vers Théophile. ” C’est que Asael l’est aussi… est-on si proche du Temple ?”

Tout de suite, ses yeux se mettent à pétiller. Mais pas parce qu’elle est désireuse d’y retourner, Madeline. Non, tout simplement parce qu’elle ne s’interdirait pas de le voir. De loin. Surtout pour apercevoir Asael. Elle n’a pas la moindre pensée pour ses parents, Line. Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver son ami. Son meilleur ami. Et c’est ce qui la fait sourire. Sourire de toutes ses dents avant de se détourner pour se mettre à courir dans la petite colline pour arriver en bas. Comme ces fois où, enfants, ils s’évadaient pour courir dans les champs. Ils étaient quatre, à l’époque. Asael, Angeline, et Madeline, Théophile plus âgé à les surveiller. La malédiction est qu’aujourd’hui, ils ne seront plus que deux. ” Et elles danseront, quand les enfants dormiront.” Madeline, elle n’a pas repensé une seule fois à cette contine qu’ils chantaient en étant très petits. Elle ne pourra que l’entendre résonner, avec la voix d’Angeline à son oreille, lorsqu’elle découvrira le pire.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Je m'endors près de toi [Line, Theo] 190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

Je m'endors près de toi [Line, Theo] 190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

Je m'endors près de toi [Line, Theo] X0TurS621 / 5021 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] BR2xH0t

Je m'endors près de toi [Line, Theo] DQEbQJ218 / 5018 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] GxoDpmC

Je m'endors près de toi [Line, Theo] Hu1erU722 / 5022 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Empty
22.02.20 1:13
Une chèvre, on dirait Brindille, s'enthousiasme la cadette en voyant l'animal. [...] Si elle est là, c'est que Asael l'est aussi...

L’innocence de Madeline est souvent attendrissante, mais dans des occasions mal choisies, cette innocence pourrait lui être fatale. Le regard de Théo bloque sur l'animal au loin, car il se fait la même réflexion que sa petite sœur : si la bête est là, son abruti de maître ne doit pas être bien loin. Contrairement à Madeline, il ne se réjouit pas, ne saute pas de joie. Théo n'a qu'une question en tête : pourquoi Asael serait-il venu jusqu'ici? C'est insensé. Il a surtout l'impression que Asael serait prêt à fraterniser avec l'ennemi pour leur tendre un piège et ramener Line au Temple. Théo est peut-être égoïste, mais il prend très à coeur tout ce qui concerne sa soeur.

Est-on si proche du Temple?
Absolument pas, répond machinalement Théo, perplexe.

Les yeux de Théo sont en quête de trouver le coupable. Mais contrairement à sa soeur, sa joie ne l'aveugle pas. S'il cherchait des virulents du regard, il découvre plutôt une masse allongée au sol, à plusieurs mètres de là, perdu dans l'herbe. S'il perd aussitôt l'idée que Asael puisse être le vrai danger, il n'en reste pas moins qu'une menace peut surgir à tout instant, surtout avec un corps - mort ou vivant - à cet endroit.

À son plus grand malheur, sa jeune sœur se hâte vers l'animal.

En quelques enjambées, Théo parvient à rattraper sa soeur. Il n'a pas attendu un seul instant pour la pourchasser, pour l'empêcher de s'aventurer trop loin. Dans d'autres circonstances, Théo n'aurait pas hésité à la laisser prendre les devants, à parcourir les rues pour assouvir sa soif de curiosité grandissante. Mais la vue de cet animal, la possibilité qu'Asasel soit le corps abandonné, Théo se sent revivre cet instant où le meilleur ami de leur père s'est interposé à leur fuite : Noah a dû l'abattre pour leur sauver la vie. Asael n'est pas le genre de garçon qu'on retrouve au-dehors du Temple. C'est ce qui alarme Théo. Ses doigts se sont enroulés à l'avant-bras de Line pour la stopper net dans son élan. Théo n'aurait pas fait ça avec quelqu'un d'autre ; il s'interpose uniquement parce qu'il ne pourrait survivre si quelque chose de terrible devait arriver à Line. Le pire, ça ne serait peut-être pas une attaque surprise, le pire, serait que Asael soit déjà mort. Line en serait détruite, dévastée. Elle revivrait la perte de Ange, mais d'une façon tellement différente : beaucoup plus consciente de la menace aujourd'hui. Certes, Théo veut qu'elle s'ouvre au monde, mais pas forcément en voyant les cadavres de ses proches.

T'éloigne pas de moi d'ici à ce qu'on trouve Asael, d'accord?

Il lui donne de l'espoir dans ses recommandations afin de ne pas la faire paniquer instantanément. S'il devait l'empêcher de voir son meilleur ami, elle lui ferait une scène épouvantable. Il émet une pression sur son bras afin qu'elle recule d'un pas derrière lui. Cette fois, ce n'est pas elle qui va prendre la décision, pas elle qui scellera son destin au meurtre de quelqu'un. C'est lui qui décide, lui qui prend les devants, lui qui s'interpose sans lui laisser le choix. Mais elle connait Théo, elle a sûrement compris que quelque chose clochait.

Line, s'te plaît. Reste derrière.

Il insiste d'une voix irrégulière.

Ça devrait lui faire plaisir qu'il laisse de côté sa négligence pour assurer sa sécurité. N'est-ce pas ce qu'elle laisse sous-entendre : qu'il n'est pas à la hauteur de ses attentes lorsqu'il met de côté ses responsabilités?

Il relâche sa soeur pour atteindre l'arme à sa ceinture, son poignard dentelé. Il ne veut pas blesser ce crétin de Asael, mais il doit envisager cette possibilité. Espère-t-il que ce soit lui, espérer-t-il qu'il soit déjà mort? Franchement, Théo est confus. Mais il n'a pas le choix de vérifier, alors il avance vers la silhouette effondrée. La bête, quant à elle, n'a pas hésité à rejoindre son ancienne amie, Line. Théo, il marche vite vers le corps. Il n'a même pas besoin d'inspection pour comprendre qu'il s'agit du garçon. Il est blessé. Le premier réflexe de l'aîné Foster serait de s'accroupir à son niveau pour l'aider, mais Asael ne l'accepterait sûrement pas.

Et puis merde, Théo colle le revers de sa main sur le front du garçon pour vérifier sa température. Il est glacé. Sans devoir prendre son pouls, il constate que sa poitrine se soulève au gré de ses respirations. Théo se débarrasse aussitôt de son sac pour le mettre au sol, fouillant déjà à l'intérieur pour en sortir des bandages et une couverture. Il peut s'avérer très réactif lorsqu'il ne réfléchit pas. Mais Line serait plus apte à le soigner que lui. Elle va devoir s'impliquer à fond, parce que Théo ne sera pas du tout apprécié, ni désiré. Asael voit en Théo un meurtrier, un homme qui ne saurait sauver une vie, pas vrai?

Faut le garder conscient, annonce-t-il à sa soeur sans même tenter de la rassurer sur cette scène, le temps n'est pas à cela. Va falloir que tu me guides si tu veux que je puisse l'aider.

Théo ordonne, mais pour mieux suivre ses indications. Il a besoin que ces deux-là soient coopératifs, parce qu'en duo, il les redoute plus qu'il ne le laisse entrevoir.

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Asael J. Valentine
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Giphy

Ancien métier : aucun
Occupation : Culture et élevage
Statut civil : Celibataire
Lieu de naissance : Au temple

Messages : 252
Inscription : 21/08/2018
Crédits : Moi
Célébrité : Miles Heizer

Je m'endors près de toi [Line, Theo] X0TurS60 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] BR2xH0t

Je m'endors près de toi [Line, Theo] DQEbQJ20 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] GxoDpmC

Je m'endors près de toi [Line, Theo] Hu1erU70 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Empty
29.02.20 10:03
... pour l'éternité

Line et Theo




Asael se trouvait dans un état de paix inhabituel, il ne ressentait même plus la douleur causée par l’arme à feu de son oncle. Pourtant il savait qu’il n’était pas encore mort, il pouvait sentir la brise fraiche du vent sur sa peau, et… des secousses ? Pourquoi le secouait-on ? Ne pouvait-on pas le laisser dormir tranquillement ? Des sons déformés parvinrent jusqu’à ses oreilles, des voix dont les mots lui étaient encore inintelligibles et confus, le contraignirent à ouvrir péniblement les yeux. Battant des paupières, sa vision fut d’abord floutée, tout ce qu’il voyait c’était des ombres penchées au-dessus de lui. Pas un instant le fait que cela puisse être des Damnés, comme il les appelait, ne lui effleura l’esprit. Etrangement, il n’avait pas peur, il se sentait même plutôt serein. Peu à peu pourtant ces ombres grotesques finirent par prendre l’apparence d’une personne cher à son cœur et un sourire apparu sur ses lèvres lorsqu’il la reconnu

- Line…

Il ne put en dire d’avantage qu’une violente quinte de toux l’interrompit brutalement lui faisant réaliser qu’il était bel et bien toujours vivant. Un étrange et désagréable goût de rouille imprégna sa bouche, c’était le gout âpre du sang.

- Line… répéta-t-il en cherchant de sa main le doux contact de son amie qui plus qu’à aucun autre moment, avait tout d’un ange dans cette lumière qui l’auréolait depuis le ciel.

Cependant, son sourire s’effaça en réalisant la présence de Théophile. Si Line avait tout de la bonté incarné, son frère incarnait aux yeux d’Asael le pêché, le mal. S’il avait eu assez de force pour le repousser il l’aurait fait sans la moindre hésitation mais il ne l’avait pas, pas plus qu’il n’avait de temps devant lui. Peut-être était-il tant qu’il apprenne à pardonner. Chogan avait raison… il n’avait rien comprit à ces paroles ce soir d’orage mais aujourd’hui pourtant elles prenaient tout son sens. Pendant des années il avait haït ses parents pour de mauvaises raisons et aujourd’hui il ne pourrait plus jamais leur dire à quel point il regrettait. Que lui avaient apporté la haine et la colère ? Ces deux sentiments négatifs ne lui avaient apporté que douleurs et peine. Et aujourd’hui, il pouvait rajouter d’amer regret à ce triste bilan.

- Arrêtes… arrêtes… la supplia-t-il pour que son amie cesse de s’activer à tenter l’impossible

Il le savait, il le sentait, son heure était venue et Line aurait beau se démener elle ne pourrait entraver la volonté de Dieu. Sentant des larmes chaudes couler le long de ses joues, il lui sourit tristement

- C’est pas grave… Juste… reste avec moi… Dieu ne t’a pas guidé jusqu’ici pour que tu me sauves… mais… pour que tu restes à mes côtés… dans sa miséricorde il n’a pas voulu que je parte seul

Avait-il peur de mourir ? Il mentirait s’il prétendait qu’il n’avait pas un petit peur, mais la présence de Line le rassurait et rien que pour ça, il était reconnaissant envers son seigneur, qui ne l’avait pas abandonné comme il avait fini par le croire.

- Tu sais… je leur ai donné ta lettre… ça leur a fait de la peine… ils ont beaucoup pleuré… mais ensuite… je les ai trouvé beaucoup moins triste que la première fois, même si tu leur manques cruellement. Et ta mère m’a dit… … qu’elle priait pour toi… pour vous deux… fit-il en glissant son regard sur Theophile. Tu es heureuse là où tu es ? Voulut-il savoir. Raconte-moi… comment c’est ?





Revenir en haut Aller en bas

Madeline Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Je m'endors près de toi [Line, Theo] QolpWx

Ancien métier : Sage-Femme.
Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
Statut civil : Amoureuse, désespéramment amoureuse d'un homme loin du corps mais près du coeur.
Lieu de naissance : Jérusalem.

Messages : 164
Inscription : 04/06/2018
Crédits : araena
Célébrité : Lucy Hale

Je m'endors près de toi [Line, Theo] X0TurS60 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] BR2xH0t

Je m'endors près de toi [Line, Theo] DQEbQJ20 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] GxoDpmC

Je m'endors près de toi [Line, Theo] Hu1erU70 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Empty
29.02.20 17:54
Si Théophile n’avait pas été présent, jamais Line n’aurait été capable de survivre à ça. Elle n’aurait pas été capable de vouloir aider Asael, n’aurait pas été capable d’agir. Elle se serait contenté de pleurer, tout en attendant. Attendant qu’il parte, attendant aussi certainement qu’il revienne. Pour sur, Line aurait été incapable de se défendre en cas de danger. Nul doute qu’elle serait morte au même endroit que son meilleur ami, parce qu’elle n’aurait pas été capable de survivre. De vivre.

De toute façon, c’est la première idée qui lui traverse l’esprit lorsqu’elle voit le corps d’Asael au sol. Heureusement que Théo a prit les devant, heureuse qu’il ait pris ses responsabilités. Le regard de Madeline, lorsqu’il avait retenu son bras pour l’empêcher d’avancer seule, il n’avait rien à voir avec ceux qu’elle avait pu lui lancer ces derniers temps. Soudainement elle s’était sentie petite, plus petite qu’elle ne l’est en réalité. Enfant, plus jeune qu’elle ne l’est aujourd’hui. C’est la confiance aveugle qu’elle éprouve envers son frère. C’est sa voix patriarcal qui la fait se taire. Se mettre en arrière. Le laisser gérer. Sait-il, Théophile, qu’à ce moment-là, il lui a fait penser à leur père ?

” - Faut le garder conscient,” Théophile parle, il ordonne presque. Madeline suit ses mots comme on suivrait un leader né. Pourtant, ça ne l’empêche pas d’être déjà en larme. ” Va falloir que tu me guides si tu veux que je puisse l'aider.”

Bien sur qu’elle le souhaite. Elle remue la tête positivement, parvient à enlever ses mains de ses lèvres, qu’elle cache à chaque fois qu’elle pleure, qu’elle est envahie par les émotions. S’accroupir près du corps d’Asael est un supplice ; mais elle n’a pas vu directement la plaie parce que Théo compresse déjà cette dernière pour que le sang ne s’échappe pas plus. Pas aussi vite. C’est ce qu’elle lui a dit de faire, ce qu’il a fait même sans avoir besoin des conseils de sa soeur. Théo a tout ce qu’il faut dans son sac à dos, Line le voit sans s’en faire la remarque : il est prêt. Mille fois plus prêt qu’elle ne le sera jamais. Elle entend à peine la voix d’Asael, la première fois.

A sa quinte de toux, elle tourne automatiquement son visage vers lui. Il est conscient. A peine. Et elle semble perdre pied. Perdre connaissance parce qu’elle n’a pas envie de le voir souffrir, au même titre qu’elle n’a pas envie de le voir mourir. Pourtant, c’est seulement sa respiration qui se coupe, lorsqu’elle entend son prénom s’échapper des lèvres du blessé. Sans savoir d’où ça vient, un rire plein de malaise et de tristesse vient de Madeline au moment où elle attrape la main de son meilleur ami. C’est simplement le bonheur de recueillir les mots du blond qui surgit maladroitement.

” - Arrêtes… arrêtes…”
” - Non, non !” Qu’elle crie d’abord au plus jeune, avant de se tourner vers Thé, le visage plein de larmes. ” Non, tu continues !”

Elle paraît en colère, avec ses traits qui se torde. En colère contre Asael de ne pas vouloir se battre, ou en colère contre son frère, car elle a cru que lui, respecterait ces mots ? La fille, elle connaît bien la relation entre ces deux garçons. Depuis des années, depuis leur enfance, c’est difficile entre eux. Tout est pire depuis la fin du monde. Line s’est toujours sentie coincée entre les deux. Toujours à vouloir qu’ils s'entendent. Elle aurait voulu former son petit paradis sur Terre.

” - [...] mais… pour que tu restes à mes côtés… dans sa miséricorde il n’a pas voulu que je parte seul.”
” - Tu vas pas mourir !” Qu’elle insiste, de plus en plus prise par la panique. De nouveau, elle se tourne vers son frère. Avec toujours autant de hargne dans la voix ; Line a toujours été émotive. ” Pas vrai ? Dis-lui qu’il va pas mourir !”

Elle n’engueule pas son frère. Pas cette fois. Elle veut juste son soutien. Elle veut son aide. Madeline est désespérée. Elle n’a besoin que d’une chose, c’est d’avoir son frère à ses côtés. Les propos qui suivent venant d’Asael, ils lui font autant de mal qu’ils lui font du bien. Parce qu’elle est heureuse de ne pas être détestée par ses parents, comme ils ont pu le faire Théo. Heureuse parce qu’ils pensent à leur fils malgré tout. Malheureuse, parce qu’elle veut lui cracher au visage que leurs prières ne servent à rien si ce n’est pour le maintenir en vie. De toutes manières, elles ne servent à rien du tout.

” - Arrêtes de parler !” Madeline, elle n’a pas envie de l’entendre. N’a pas non plus envie de lui décrire là où elle est. ” Tu le verras par toi-même.” Qu’elle dit avec hâte.

De nouveau elle se tourne vers Théophile pour avoir la confirmation de ses mots. Mais pour ça, Madeline sait qu’ils doivent rapidement agir. D’un coup, elle enlève le sac à dos de ses épaules qui tombe directement en arrière. Elle n’a rien sur elle pour aider, mise à part de l’eau de pour nettoyer la plaie. Il faut voir. Elle doit voir. Alors, tremblante, elle se détourne d’Asael pour venir poser ses mains sur celles de Théo. Madeline doit voir la plaie, et lorsqu’elle la voit, elle sait très bien ce qui est arrivé. Tout comme Théophile, d’ailleurs ; même eux qui viennent du Temple, aujourd’hui, savent ce qu’une balle d’arme à feu provoque sur le corps d’un être humain. Elle-même devient plus blême, comme si elle comprenait vraiment la situation. Line, elle lève son regard dans les yeux de Théo, comme si sur le coup, elle ne parvenait plus à faire face à celui d’Asael.

” - Tu dois le retourner…” Elle déglutit difficilement, parvient de la même manière à prononcer ces mots dans trop trembler de la mâchoire. ” il faut voir si la balle est ressortie. Il faut qu’on parvienne à… à arrêter le sang de couler.”

Line n’est pas médecin. Elle n’a que de petits bases apprises dans sa vie au Temple, et ce qu’elle connaît maintenant grâce à Highgate. Elle a soigné de nombreuses personnes dans sa vie, uniquement par chance. Jamais des gens vraiment blessés. Jamais des gens prêts de la mort. Elle est sage-femme, avec le peu de moyen qu’on lui a offert dans sa vie. Elle n’a pas la moindre idée de ce qu’est une hémorragie, tout ce qu’elle sait reconnaître c’est un flux de sang qui ne diminue pas. Line n’a pas la moindre idée qu’elle ne peut pas sauver Asael ; elle veut le faire. Pense que c’est possible. Mais serait-elle capable d’aller chercher la balle de ses doigts, au besoin ?

” - C’est pas beau…” Qu’elle souffle en reposant ses yeux sur son meilleur ami. Elle ne parle pas de sa plaie, elle veut le distraire pendant que Théo fait ce qu’il a à faire. ” Ca a rien à voir avec le Temple… mais les gens rendent l’endroit agréable. Visuellement aussi.”

Après tout, Line préfèrera toujours leurs maisons de bois plutôt que celles en briques de Highgate. Elle trouve l’endroit joli, mais ça n’a rien à voir avec la beauté des champs entourant leur communauté. Elle prononce ces mots parce que Asael aurait le même point de vue.

” - On va t’y emmener… ils vont pouvoir te soigner là-bas.” Elle espère. Elle ment un peu aussi. Beaucoup. Et Line le sait. C’est pour ça qu’elle se met à grimacer. ” Arrête de parler…” Qu’elle murmure en attrapant sa main. Elle la caresse à l’aide de ses doigts ensanglantés du sang de son meilleur ami. ” Garde tes forces. Tu dois être fort. Rester avec moi…”

Line n’a pas peur du sang. Celui des animaux c’est différent. Pourtant, elle aurait pensé que cela reviendrait au même avec lui de ses proches ; qu’elle aurait été capable d’en tourner de l’oeil. Pourtant, elle vient essuyer ses larmes en laissant de belles traces rouges sur son visage. Mais ça ne l’empêche pas de tourner son regard vers son frère. L’unique sauveur de la journée.

” - Je t’en supplie…” Qu’elle lui murmure, parce qu’elle désespère qu’il lui annonce qu’Asael peut être sauvé.
Revenir en haut Aller en bas

Théophile Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Je m'endors près de toi [Line, Theo] 190808043225453880

Ancien métier : Ébéniste. Nul ne saurait autant admirer sa concentration et son application que lorsqu’il manipule, taille, sculpte, coupe et assemble le bois. Une matière à la fois naturelle et variée. Construire, réparer, restaurer. Il possède une dextérité manuelle qui pourrait attiser la jalousie de certains.
Occupation : Là où il se trouve, il sait se montrer utile, que ce soit en construisant, en chassant, en tuant, il essaie d'être autonome et prêt à se salir les mains pour la bonne cause : sa cause à lui. Mais principalement, il survie.
Statut civil : Théophile connaît le sentiment d'aimer, d'aimer ses sœurs plus que tout au monde, d'aimer les amis qu'il s'est fait lors de ses nombreuses escapades. Malgré une réclusion de plusieurs années au Temple, il est parvenu à tisser des liens de prime abord lointains, notamment avec Noah. Malgré son étonnante facilité à approcher autrui, à faire preuve d'autodérision et à foncer vers les nouvelles expériences, jamais il ne s’est autorisé à vivre une quelconque liaison romantique. Ce n’est pas faute de vouloir s’amuser et toucher. Deux femmes l’ont marqué pourtant : Harriet par sa frappante personnalité et Teresa par un baiser dérobé.
Lieu de naissance : Né à Jérusalem, à la volonté de ses parents, élevé au Temple d'Ezekiel à Kelowna.

Je m'endors près de toi [Line, Theo] 190808041028473928

Messages : 118
Inscription : 07/08/2019
Crédits : Avatar (SneakySkunk) | Gifs (SneakySkunk) | Scénario (@Robz) | Signature (Astra)
Célébrité : Daniel Sharman

Je m'endors près de toi [Line, Theo] X0TurS621 / 5021 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] BR2xH0t

Je m'endors près de toi [Line, Theo] DQEbQJ218 / 5018 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] GxoDpmC

Je m'endors près de toi [Line, Theo] Hu1erU722 / 5022 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Empty
29.02.20 22:11
Line... Line... la voix du jeune ne cesse de répéter ce prénom.

Un torrent presque impossible à contenir noie les mains de Théophile tandis qu'il tente vainement de comprimer la plaie. À chaque respiration, une vague d'hémoglobine émerge pour s'échapper, glissant entre ses longs doigts.

Tu continues, supplie sa petite soeur alors que le blond incite au contraire.

Théo est mitigé entre son devoir de suivre les ordres de sa soeur et entre la nécessité de lui dire la vérité : le garçon perd bien trop de sang. C'est lui qui maintient la plaie, lui qui ressent les respirations saccadées contre ses paumes, qui perçoit les soupirs emplis de lassitude. Respirer ne se fait pas naturellement, ça lui prend toute son énergie. Néanmoins, il attend qu'elle voit, qu'elle accepte, mais le regard de Théo est quasi déjà résolu alors qu'ils viennent à peine d'arriver. Ça lui fait mal de le penser, mais Asael ne survivra probablement pas. Théo, il n’entrevoit pas de la colère, chez sa soeur, mais plutôt du désespoir, de l'amour tendre désorienté.

Les mots échangés lui échappent parfois. Il préfère éviter de regarder Asael directement dans les yeux, même si pour une fois, il sent qu'ils sont en accord sur le fait que sa fin est proche, contrairement à Madeline qui s'entête. Pourtant, lorsqu'il parle des parents, il se sent interpellé. Ils continuent de penser à Line. Surprenant, on pense encore à lui? Après tout ce qu'il a fait? Il observe longuement le blessé, troublé par cet aveu qui le touche plus qu'il ne l'assume. Il est content de le savoir, tout autant qu'il est en colère. Enfin un truc pertinent au travers de ses paroles envers le seigneur que Théo a trahi depuis longtemps.

Tu ne vas pas mourir, beugle-t-elle entre deux larmoiements, ce qui fait grincer les dents de Théo.
Line... tente-t-il une première fois, sans être entendu.
Dis-lui qu'il va pas mourir...

Son regard désespéré lui noue la gorge, mais il secoue imperceptiblement la tête. Il n'y a pas que la blessure, qui sonne des cloches à l'aîné, mais également l'herbe et la terre, autour d'eux, imbibées du sang du mourant. La terre est noire, mais elle est spongieuse, et Théo a déjà constaté qu'elle s'abreuvait du sang, car son pantalon a rapidement été souillé de la couleur rouge.

Line demande ; Line veut voir ; Line espère toujours. Sauf que Théo se sent déjà défaillir, même s'il ne dit rien, même s'il ne pleure pas comme elle peut le faire. Théo, il observe, face à une impression de déjà-vue. Ça fait mal, de perdre quelqu'un, mais surtout, ça fait mal de voir quelqu'un qu'on chérie souffrir parce qu'on est impuissant. Il se sent impuissant, Théo, incapable de sauver, encore une fois, une personne que Line aime terriblement. D'abord Ange. Maintenant Asael. Et l'idée que Noah puisse être le prochain lui retourne douloureusement l'estomac. Line, elle observe la blessure. Que la balle soit toujours logée dans son corps n'a plus d'importance. Même Théo qui croit que tout est possible ne pourrait croire à cette illusion. Ils sont arrivés trop tard. La blessure est trop grave. Il a perdu trop de sang. Elle peut l’ausculter si elle le souhaite. Il aimerait qu'elle puisse mettre ses nombreux talents à exécution pour lui sauver la vie, mais rien, pas même la foi ou la médecine, ne suffiront.

Je t'en supplie.

Ça explose en lui. Elle le supplie. Elle le brise. Encore une fois, il va la décevoir, ne pourra lui offrir ce qu'elle souhaite tant, à croire qu'il passe son temps à tout détruire autour d'elle. Si Noah avait été là, il aurait assurément trouver les mots adéquats pour la réconforter. Il essaie de digérer cette supplication, Théo, en jetant un regard au loin.

Non, qu'il parvient à souffler, la gorge brûlante, mais ce n'est pas un « non » parce qu'il déteste Asael, c'est un « non », c'est trop tard. Rassemble tes mots, Line, t'en auras besoin.

Il a l'impression qu'on broie ses organes. Il bouge, se redresse légèrement sur un genou pour être plus à l'aise. À l'aide d'un bandage, il vient camoufler la plaie de sorte que le garçon soit plus à l'aise. Avec la couverture, il recouvre son corps froid jusqu'aux épaules, signe qu'il n'a pas l'intention de le déplacer. S'il devait le bouger, il est clair qu'il l'épuiserait. Le garçon serait mort avant que Line ne puisse lui dire encore quelques mots. Théo déglutit.

Il vient glisser ses doigts souillés de sang à la mâchoire de Asael pour obliger ce dernier à le regarder droit dans les yeux, tachant ainsi sa joue blanche de son propre sang.

Je te déteste royalement, petit crétin. Ton état n'y fera pas exception, lui assure-t-il, malgré qu'on puisse déceler un sourire discret à ses lèvres.

Line, elle pourra parler de sentiments, pourra parler des bons souvenirs, mais ce n'est pas le rôle de Théo ça. Il soupire, jette un bref coup d'oeil à sa soeur en sachant pertinemment qu'elle doit le haîr de ne pas faire davantage. Il est pourtant fixer, lui. C'est pas la première fois qu'il doit choisir si quelqu'un doit vivre ou mourir. C'est douloureux. C'est difficile. Ça laisse des séquelles, mais il préfère avoir ce rôle plutôt qu'elle ne doive l'endosser. Elle mérite ce qui est beau, pas ce qui est moche.

On va bien s'occuper de ton corps selon tes attentes, assure-t-il enfin à Asael, parce qu'il mérite de savoir, et ça, c'est le rôle que Théo endossera, il n'est pas sans coeur.

Machinalement, il tapote légèrement la joue du garçon. Il n'a rien de plus à lui dire qu'ils ne savent déjà tous les deux. Ils n'ont jamais été sur la même longueur d'onde, ne se sont jamais appréciés, alors Théo ne gâchera pas ces derniers instants. À contre coeur, il se lève sur ses deux jambes sous les yeux de sa petite soeur.

Tu devrais prendre le temps de lui parler de là-bas. Gaspille pas le temps qu'il te reste. Et j'suis sérieux, Line. Dis c'que tu dois dire, après ce sera trop tard.

Aucune prière ne le préservera ; il n'y a qu'elle qui puisse soulager la conscience du mourant, pas Dieu. Il n'a pas sa place à leurs côtés pour ces adieux. Il le sait. Au moment de se retourner, il sent l'émotion envahir ses yeux, donc il préfère s'éloigner à bonne distance. Il en a vu, des morts, dans les dernières années. Alors pourquoi a-t-il l'impression de voir le sang de Ange à ses doigts à cet instant?

_________________
Add life to your days.
Foster family ☽Ideas excite me, and as soon as I get excited, the adrenaline gets going and the next thing I know I'm borrowing energy from the ideas themselves.
Revenir en haut Aller en bas

Asael J. Valentine
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Giphy

Ancien métier : aucun
Occupation : Culture et élevage
Statut civil : Celibataire
Lieu de naissance : Au temple

Messages : 252
Inscription : 21/08/2018
Crédits : Moi
Célébrité : Miles Heizer

Je m'endors près de toi [Line, Theo] X0TurS60 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] BR2xH0t

Je m'endors près de toi [Line, Theo] DQEbQJ20 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] GxoDpmC

Je m'endors près de toi [Line, Theo] Hu1erU70 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Empty
09.03.20 13:47
... pour l'éternité

Line et Theo




Line avait toujours été ainsi, prête à se battre pour ceux qu'elle aimait quitte à refuser de voir la réalité en face lorsqu'elle était trop difficile à supporter. Même si savoir que nos proches partaient pour un monde meilleur, auprès de leur véritable Père à tous, il n'était jamais aisé de laisser partir une personne que l'on aimait. D'aussi loin qu'il se souvienne, Line avait toujours été une personne généreuse qui faisait absolument tout ce qui était en son pouvoir pour aider ceux qui étaient dans le besoin. Que ce fut en se montrant à l'écoute de ceux qui en éprouvaient le besoin ou encore qui voulaient être rassuré. Il pouvait encore se rappeler de cet immense sourire qu'elle affichait quand elle soignait les petits bobos des uns et des autres lorsqu'ils étaient enfants puis en grandissant de ceux qui se blessaient lors des différents travaux que pouvaient compter une journée de travail bien remplie. Impossible d'oublier cette admiration qu'elle avait pour Rose, la sage-femme qui lui avait tout appris, dont les connaissances aidaient à donner la vie... Line avait un coeur en or, qui débordait d'amour pour son prochain et pour la vie, elle n'aurait pu choisir d'autre voies que celle qu'elle avait emprunté. Asael n'ignorait pas la chance qu'il avait d'avoir pu faire parti de sa vie. La voir ainsi se battre pour lui, refuser l'inévitable, rechercher du soutient envers Theophile, le fit pleurer lui aussi. Le visage grave de Theophile ne fit que confirmer ce qu'il avait déjà compris, cette fois, il ne s'en sortirait pas, et pour la première fois, lui qui avait si souvent espérer voir sa vie cesser enfin pour ne plus souffrir, se surprenait à vouloir vivre. Il ne voulait pas mourir, mais il fallait croire que Dieu se plaisait à se jouer de lui. Jamais Asael n'aurait pensé dire ça un jour, mais il était heureux que Theophile soit là en cet instant pour Line, pour qu'elle ne soit pas seule. Malgré les larmes, il parvint à sourire faiblement en entendant son amie lui affirmer à quel point son nouveau lieu de vie était laid en comparaison de leur véritable chez eux. Il la croyait sans mal, c'était à ses yeux impossible de trouver un lieu plus beau et paisible que le Temple, du moins... avant que des infidèles ne viennent souiller leur Paradis terrestre. Tout était tellement plus facile avant... mais il n'en n'avait pas conscience. Pourquoi était-ce lorsque l'on perdait tout que l'on se rendait seulement compte de leur véritable valeur ?

Asael sentit les doigts de Line s'emmêler aux siens et pourtant, malgré leur chaleur, il avait froid froid. Il avait la sensation que le froid l'enveloppait de plus en plus, il avait mal, sa respiration quand à elle, se faisait sifflante et de plus en plus difficile, autour de lui, tout devenait de plus en plus confus, et il était si fatigué... ses paupières se faisaient de plus en plus lourdes et garder les yeux ouverts commençaient à devenir difficile. La facilité aurait été de fermer les yeux, pourtant il n'en fit rien car il pouvait encore entendre la voix de Line le prier de rester avec elle. Alors, malgré son envie irrépressible de fermer les yeux il n'en fit rien et plongea son regard sur la jeune femme incroyable qu'elle était devenue. Voir son visage être ainsi souillé par les larmes et le sang lui déchirait le coeur. Il détestait la voir ainsi tout autant qu'il détestait être la cause de ses larmes mais plus égoïstement, il ne pouvait nier qu'il était heureux qu'elle soit à ses côtés en cet instant, il était heureux de la voir verser tant de larmes pour lui, lui qui n'en méritait pas tant. Theophile lui-même, qui pourtant ne le portait pas dans son coeur, ne paraissait pas insensible à ce qui lui arrivait, après tout, pourquoi s'en étonnait-il ? Il était le frère de Line, il ne pouvait pas être totalement mauvais. Il vit le jeune homme échanger quelques mots avec sa soeur mais il aurait été bien en peine de pouvoir répéter ce qui avait été dit, tout ce qu'il savait c'est que cela avait eut pour conséquence de faire redoubler les larmes de Line sur son si joli visage. Il n'avait peut-être rien entendu de ce qu'il s'était dit, mais il ne lui était pas difficile de comprendre ce dont il s'agissait au vu des regards peiné qu'ils lui lançaient. A nouveau, Asael sentit des larmes chaudes couler le long de ses joues froides. Il n'en n'avait plus pour longtemps et pourtant, il le savait à présent, il ne voulait pas mourir... Mais il n'avait plus la force de se battre. Jamais plus, il ne pourrait demander pardon à ses parents et tout particulièrement à son père...Jamais plus il ne pourra jouer du piano pour sa mère, elle qui le lui avait si souvent fait cette requête à laquelle il s'était toujours refusé. Plus jamais il ne pourrait retrouver cette complicité qu'il avait eut avec son père jadis, avant toute cette sordide histoire. Il pleurait pour lui, pour Line mais aussi pour eux, et le reste de sa famille. Alors qu'il se sentait plonger dans le désespoir, il en fut empêcher par une main qui le retint en se posant au niveau de sa mâchoire pour l'inciter à le regarder lui, cette main, appartenait à Theophile. Les paroles de l'ainé des Foster aurait pu paraître déplacé et pourtant il n'en n'était rien. Il y avait même durant cette échange, une complicité, une émotion, qu'ils n'avaient encore jamais partagé jusqu'à aujourd'hui. Entendre Theo lui demander ses dernières volontés avait quelque chose d'effrayant mais aussi de rassurant car il ne doutait pas qu'il mettrait tout en oeuvre pour les exécuter.

- Chez moi,... au Temple...
murmura-t-il dans un souffle

Il ne voulait pas être abandonné ici, seul ou enterré dans un lieu qu'il ne connaissait pas et ou ses proches ne pourraient jamais venir le voir. Il voulait rentrer chez lui auprès des siens.
Les siens.
La seule pensée de ne plus jamais revoir ses parents, ses frères et ses soeurs le firent sangloter, mais les paroles que Theophile prononça à l'adresse de Line cette fois, parvinrent jusqu'aux oreilles et aussi cruelle puisse t'être la vérité, il savait qu'il avait raison. Il ne devait pas perdre de temps, il devait leur dire... leur dire toute la vérité, leur dire ce qui s'était réellement passé.... Alors que Theo se lèvait pour s'éloigner et les laisser seuls, Asael parvint, dans un ultime effort à tendre son bras pour lui attraper le bas de son pantalon, dont le tissu glissa entre ses doigts, mais ce fut cependant suffisant pour le retenir et attirer son attention

- Restes...
souffla-t-il.... je dois... dire quelque chose....

Il savait que Line ne voulait pas qu'il parle, qu'il économise ses forces mais, comme l'avait si bien fait remarquer Theo, son temps était compté. La vérité devait être su, devait être dites, seulement... comment pouvait-il leur révéler ça ? A nouveau ses larmes redoublèrent mais ce n'était plus seulement de douleur, et de peur désormais mais aussi de tristesse et de regret.

- Je... mes parents... je leur demande pardon... je regrette le mal que je leur ai fait... j'avais tort.... J'ai toujours cru que c'était mon père le responsable et que ma mère le couvrait, alors... je leur ai fait payer à ma manière, en coupant... tout lien avec eux... mais... mais je sais aujourd'hui qu'ils n'y étaient pour rien... ils savaient pas... Je voudrais tellement leur dire pardon, que je suis désolé... tu crois qu'ils me pardonneront...? sanglota-t-il

Auront-ils assez de bonté en leur sein pour pardonner à leur fils ces dix dernières années durant lesquels il s'était montré ingrat et odieux envers eux ? Il l'espérait de tout son coeur. Que ne donnerait-il pas pour se réfugier dans leur bras en cet instant une dernière fois en leur demandant pardon. Se doutant bien que Line et Theophile ne pouvait pas comprendre, il vida son coeur. Les mots chargés de colère, d'urgence, et de chagrin, pour la première fois de sa vie, il révéla tout des abus dont il avait été victime racontant alors des choses qu'il ne se serait jamais cru capable de dire.
Il évoqua le gosse terrorisé qu'il était, qui pleurait en priant Dieu chaque soir implorant une aide qui ne venait jamais. Les nuits interminables à redouter d'entendre le plancher craquer sous son pas, la porte s'ouvrir et sentir cette ombre se glisser dans sa chambre jusque dans son lit. Comment il avait cru pendant toutes ces années que le responsable de ces viols à répétition était son propre père dont sa mère couvrait les agissements... alors qu'en vérité, il s'était fourvoyé durant tout ce temps, puisqu'il venait de découvrir à l'instant même qu'il s'agissait de son oncle, celui-là même qui venait de le tuer...


Revenir en haut Aller en bas

Madeline Foster
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
Je m'endors près de toi [Line, Theo] QolpWx

Ancien métier : Sage-Femme.
Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
Statut civil : Amoureuse, désespéramment amoureuse d'un homme loin du corps mais près du coeur.
Lieu de naissance : Jérusalem.

Messages : 164
Inscription : 04/06/2018
Crédits : araena
Célébrité : Lucy Hale

Je m'endors près de toi [Line, Theo] X0TurS60 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] BR2xH0t

Je m'endors près de toi [Line, Theo] DQEbQJ20 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] GxoDpmC

Je m'endors près de toi [Line, Theo] Hu1erU70 / 500 / 50Je m'endors près de toi [Line, Theo] LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Je m'endors près de toi [Line, Theo] Empty
Hier à 12:23
Tout ce que Théophile est capable de prononcer, c’est le nom de sa soeur. Du fond du coeur, ça n’aide pas Madeline qui ne sait plus vraiment ce qu’elle voudrait pour être consoler. Parce qu’il n’y a rien au monde qui pourra lui faire passer la peine qu’elle est en train de ressentir à cet instant. Plus le temps passe, plus son cerveau comprend qu’il ne s’en sortira pas. Mais aucun de ses membres n’est capable d’accepter cette vérité. Sur un coup de tête, si ce choix avait été possible, elle aurait donné sa vie pour qu’Asael puisse vivre. Continuer à aller au Temple, à travailler dans les champs, à prendre soin de brindille et à aller prier tous les jours pour l’âme de sa meilleure amie. Elle ferait ce choix cent fois si ça pouvait l’aider. Parce que Line ne comprend pas qu’elle puisse être aussi heureuse, malgré les bas de sa propre vie, et qu’Asael n’ait jamais pu toucher, ne serait-ce que du bout des doigts, le véritable bonheur. Elle a toujours regretté qu’il ne soit plus aussi souriant et aimant qu’autre fois.

Son coeur explose lorsque son aîné prononce avec des mots qu’il ne le fera pas. ”Non” qu’il ose dire comme s’il avait véritablement le choix. Et Madeline ne peut s’empêcher de pleurer bien plus encore à la suite. A chaque fois qu’elle essuie les larmes sur ses joues, c’est le sang d’Asael qu’elle étale sur son visage. Pourquoi faut-il toujours qu’elle soit couverte de sang lorsqu’elle est hors de chez elle, Madeline ? Lorsqu’elle vivait au Temple, les choses lui paraissaient plus monstrueuses à l’extérieur. Lorsqu’elle est dehors, c’est le Temple qui lui paraît horrible. Du sang dans ses cheveux. Une colère qui l'envahit pour ce peuple qui n’a pas su prendre soin d’Asael.

Ce qui fait le plus mal, c’est de voir, d’entendre malgré ses pleures, Théophile et Asael. C’est comme si ce qu’elle avait toujours voulu lui était offert à la fin. Sauf qu’aujourd’hui, à cet instant précis, Line n’en a pas envie. Non, qu’ils finissent tous en enfer pour qu’ils puissent rester ensemble ! Il veut être enterré au Temple, et ça brise une nouvelle fois son coeur. Parce qu’elle sait d’avance que les Foster seront capable de se sacrifier pour arriver au terme de cette dernière volonté. Line défiera mont et montagne pour y parvenir. N’est-ce pas tout ce qu’on peut lui offrir ?

Lorsque Asael parle de ses parents, de ce qu’ils ont vécus tous ensemble, c’est étrangement ce qui permet à Line d’arrêter de pleurer. Est-ce parce qu’elle a tant versé de larmes, qu’elle n’en a plus en stock ? Ou parce qu’elle se retrouve dans les propos d’Asael. Ou parce qu’elle se souvient de la dernière conversation qu’ils ont eu lorsqu’il lui a fait écrire cette lettre. Elle a mal, mais d’un côté, ressent un profond soulagement parce qu’elle ressent, au plus profond d’elle-même, qu’Asael ne part pas avec la même colère qui l’a consumé toute sa vie. Line sourit, même, malgré ses yeux rougies.

” - Il n’y a rien à te pardonner, Asael…” Elle accroche sa main, encore une fois. Il est si froid qu’elle en aurait presque eu un nouveau mouvement de recule. ” Seul Dieu peut te juger.. nous… pauvres pécheurs… nous nous devons de nous aimer les uns les autres.”

Elle-même n’est pas toujours très douce avec son frère. Elle lui en a fait vivre des vertes, et des pas mûres. Mais, si pour elle-même, Line serait incapable de se cacher derrière les mots qu’elle emploi pour conforter Asael, elle aimerait que les choses soient ainsi. Que Théophile ne puisse jamais lui en vouloir de ce qu’elle peut dire. De ce qu’elle peut faire. Parce qu’il n’y a que l’amour qui peut autant rapprocher, et autant séparer deux êtres. Madeline n’a jamais douté que la famille d’Asael s’aime, les uns les autres. Qu’ils soient tiraillés, mais qu’ils s’aiment malgré tout.

” - Ils t’aimeront… quoi que nous puissions leur dire.” Elle sert ses doigts un peu plus, parce que Line a peur de le perdre. Mais son autre main se met à chercher celle de Théophile, bien qu’il soit en hauteur par rapport à elle. Plus que jamais elle a l’impression d’être microscopique. ” Nous allons t’y emmener, Asael… et je te promets que tes parents sauront. Je leur transmettrai tes mots, comme tu as pu transmettre les miens.”

Mais Line sera incapable de parler lorsqu’elle verra la famille de son meilleur ami. Là encore, elle aura besoin de son frère pour la soutenir. Pour parler pour elle, à vrai dire. Parce qu’elle ne le sait pas encore, mais Line finira par compter sur lui pour transmettre les excuses et l’amour d’Asael. Là n’est pas son rôle, à Théo. Mais cette épreuve sera un mal, pour un bien. Plus jamais Line ne pourra se sentir abandonnée par son frère, car il aura été là au moment le plus important.

Line n’a pas de mot à partager avec Asael. Elle ne saurait quoi lui dire que de simple je t’aime, qu’elle ne se prive pas de dire. Parce que l’amour peut prendre des centaines de formes différentes. Parce qu’elle ne pourrait jamais comparer sa relation avec Asael, à autre chose que de l’amour. De nouveau, elle a l’impression de le perdre. La respiration d’Asael est faible.

” - Merci…” Qu’elle souffle, alors qu’elle se remet à pleurer en caressant la tempe étrangement brûlante de son ami. ” D’avoir gardé le secret à propos d’Ange et de Théo…” Elle a mal de prononcer ces mots. Mais si jamais il ne devait entendre qu’une dernière chose, elle veut que ce soit ça. ” Jamais je n’aurais connu le bonheur, si tu n’avais rien caché. Parce que je n’aurais pas suivi mon frère en dehors du Temple, si je l’avais su..”

Line voudrait embrasser sa joue. Le serrer dans ses bras mais s’en sent incapable. Elle ne veut pas ressentir l’étrangement sensation de ce corps bouillant, et glacé à ses extrémités. Elle voudrait qu’il parte sans souffrance. Qu’il s'endorme et arrête de souffrir comme elle l’imagine.

” - Tu es chanceux, au fond… tu es le premier de nous trois à aller rejoindre Angeline.” Un sanglot plus fort que les autres s’échappe de sa bouche. Mais c’est la mort d’Asael qui l’atriste maintenant, la mort de sa soeur n’est plus aussi douloureuse qu’avant. ” Dis-lui qu’on l’aime… ok ? Parce qu’il n’y a pas moyen que tu ailles ailleurs qu’au paradis, à ses côtés.”
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


Je m'endors près de toi [Line, Theo] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Je m'endors près de toi [Line, Theo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: South Kelowna-
Sauter vers: