AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-52%
Le deal à ne pas rater :
Lecteur de Cartes SD/Micro SD, USB Type C Micro USB OTG et Lecteur de ...
7.64 15.99 €
Voir le deal


 

  A day like any other



Victoria M. Cohle
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
 A day like any other Tumblr_pq08w2DHfe1vnzgcbo3_400

Ancien métier : Propriétaire d'un petit bar dans downtown Kelowna.
Occupation : Sbire de Seth et responsable du contrôle et de la surveillance des provisions.
Statut civil : Célibataire. Elle a aimé passionnément et éperdument une fois, on ne l'y reprendra plus.
Lieu de naissance : Kelowna

 A day like any other Abvi03

Messages : 428
Inscription : 23/10/2016
Crédits : alcuna licenza. (ava)
Célébrité : Natalie Dormer

 A day like any other X0TurS621 / 5021 / 50 A day like any other BR2xH0t

 A day like any other DQEbQJ231 / 5031 / 50 A day like any other GxoDpmC

 A day like any other Hu1erU717 / 5017 / 50 A day like any other LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
 A day like any other Empty
13.04.20 20:38
A day like any other

  Abel & Vicky

Poussant la porte qui menait sur le toit de l'aéroport, c'est un soleil aveuglant qui l'acceuillit. Grimaçant légèrement, elle n'adressait pas un seul regard aux autres protecteurs qui étaient présents sur le toit à s'assurer que les alentours étaient tranquilles. Tout ce qui l'intéressait était de trouver une zone tranquille et comme le destin semblait bien décider à s'assurer qu'elle ne puisse pas continuer de prétendre que le 7 septembre était une journée banale. Laissant échapper un léger soupir, elle venait prenait place sur le bord du toit, les pieds ballotant dans le vide. Elle ne pouvait voir Highgate, mais elle connaissait trop bien sa ville pour ne pas s'imaginer tout ce qui se trouvait devant elle sur des kilomètres. Et entre son repaire et celui de l'homme qui avait autrefois partagé sa vie, se trouvait un restaurant offrant un panorama magnifique. Un lieu où elle se serait sans aucun doute retrouvée aujourd'hui.


La tête posée contre la vitre du siège passager de la voiture, Victoria regardait le paysage défiler sous ses yeux. Il était encore tôt et son bar l'avait retenue bien plus longtemps qu'elle ne l'aurait voulu la veille si bien qu'elle avait à peine pu récupérer trois heures. Pourtant malgré cette fatigue, rien n'aurait pu l'empêcher de se lever de son lit ce matin-là. Elle était impatiente de visiter l'endroit où elle allait prononcer les quatre mots qu'elle s'était si souvent juré de ne jamais dire. Le mariage était prévu dans un peu plus de deux ans, mais vu la popularité de ces événements dans les magnifiques espaces de Kelowna, il ne fallait jamais tarder.

« Ma mère croit encore que notre mariage se fera le 5 août. » Se tournant vers Abel, elle riait doucement avant de venir poser sa main contre sa cuisse. « Août c’est trop cliché… et il sera trop tard pour qu’elle tente de nous faire changer d’avis une fois que le contrat de location sera signé. » Enfin nous… sur ce coup c’était surtout elle. De prendre délibérément une date moins populaire sans toutefois pousser l’audace l’amusait malgré elle. « Elle est déjà chanceuse que ça se passe pas en secret à Las Vegas. »

Se précipitant vers le bouton du volume dès qu’elle perçu les premières notes, Vicky ne put résister à lever le son. Despacito, cette fameuse chanson qui jouait en boucle en cet ensoleillé moi de mai 2017 et qui avait le don de déchaîner les passions, aussi positivement que négativement. Pour sa part, il s'agissait d’un plaisir coupable.

_________________
I hurt myself today
to see if I still feel
I focus on the pain The only thing that's real
Revenir en haut Aller en bas

Abel Howard
Some things just can't be fixed

à propos
sac à dos
 A day like any other Tumblr_inline_p9etr20asD1uyanoc_250

Ancien métier : Ingénieur en bâtiment
Occupation : Responsable des installations de Highgate, membre du Conseil
Statut civil : Célibataire, autrefois fiancé et père d'un petit garçon mort au début de l'épidémie
Lieu de naissance : Kelowna

 A day like any other Default

Messages : 212
Inscription : 19/03/2020
Crédits : PresleyCash (ava); elswhere (gif)
Célébrité : Jake Gyllenhaal

 A day like any other X0TurS627 / 5027 / 50 A day like any other BR2xH0t

 A day like any other DQEbQJ224 / 5024 / 50 A day like any other GxoDpmC

 A day like any other Hu1erU724 / 5024 / 50 A day like any other LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
 A day like any other Empty
18.04.20 12:33

A day like any other


« Highgate Community | 7 septembre 2019 »
Elle était là. En noir sur blanc sur la porte de mon frigo. La date. On y était, c'était aujourd'hui. Plongeant mes lèvres dans mon café noir du matin, je me forçais d'en détourner les yeux. Et pour la première fois depuis le début de tout ça, je me maudissais d'avoir été sûrement le seul connard sur Terre à s'attacher encore à compter les jours, comme avant... Ce n'était pas comme si je ne l'avais pas vu venir. D'abord, il y avait eu mon anniversaire, trois jours avant, le 4. Quoique ça veuille dire encore. Mes 40 ans.

Puis, hier au soir, il y avait eu cette veillée comme nous en faisions souvent. Des moments toujours appréciés à leur juste valeur dans la communauté, car ils nous donnaient ce sentiment de cohésion, de normalité, qui nous gonflait de courage et de foi en des lendemains meilleurs. Pour certains dans la communauté c'était l'occasion de laisser leur talent s'exprimer ou même de danser. Il y avait cette fille qui se débrouillait bien à la guitare et qui avait une voix magnifique. J'avais reconnu la chanson dès les premières notes. Et ça avait fait le même effet qu'une détonation dans ma tête. Cette chanson... Pas ce soir. Mais comment aurait-elle pu savoir? Et alors que je parlais et riais volontiers quelques instants auparavant, je m'étais fermé comme une huitre et j'avais prétexté un mal de tête pour me rentrer et essayer d'oublier.

Mais plus j'essayais d'oublier, plus je me souvenais... Je fermais les yeux comme les premières gouttes d'eau chaude tombaient depuis le plafonnier de la douche sur mon crâne. Ma tête entre les mains, j'essayais d'empêcher ces idées de rentrer, alors même qu'elles y étaient déjà depuis longtemps. Comme un enfant qui pense que personne ne peut le voir simplement parce qu'il a les yeux cachés.
10 heures. Qu'aurais-je fait en cet instant si le monde n'avait pas changé?



« North Kelowna | Mai 2017 »
La route s'étirait devant nous comme un ruban de bitume et ce matin radieux du mois de mai semblait idéal pour se projeter dans l'avenir. Voilà deux ans que j'avais demandé à Victoria sa main et deux ans que nous repoussions sans cesse l'échéance, pris par nos obligations professionnelles réciproques. Nous venions tout juste de déposer Jacob chez la sœur de Vicky et j'appréciais pleinement ce moment que nous prenions juste pour nous deux, car ils se faisaient rares. Comme elle évoquait les négociations serrées avec sa mère en matière de date et l'hypothèse imaginaire d'une union à Vegas, je laissais échapper un  grognement en désignant d'un doigt le panneau indicateur qui nous indiquait la sortie prochaine, je lui adressais un sourire de connivence:
"Me tente pas trop, on est sur la route de l'aéroport tu sais..."

C'était quelque chose que nous aurions pu faire, sur un coup de tête, un peu provocateur et surtout très décalé. Je nous imaginais marcher vers l'autel où nous attendait un sosie d'Elvis sur le déclin: comment garder son sérieux? Je savais Victoria suffisamment téméraire pour me suivre dans cette folie et peut-être l'aurions-nous fait, oui... S'il n'y avait pas eu Jacob à récupérer chez Esther à 18h... Alors, non, nous n'en étions plus là. Notre vie bien ordonnée de jeunes parents ne ressemblait plus à notre vie insouciante de jeune couple, ce que nous avions perdu en spontanéité, nous l'avions gagné en harmonie. Sans regret, je bifurquais donc comme convenu sur la route du restaurant que Victoria avait repéré. Je poursuivais:
"De toute façon, depuis le départ, je les soupçonne de se liguer à deux, avec la mienne. L'autre jour, elle m'a quand même tenu trois quart d'heure au téléphone pour m'expliquer pourquoi il valait mieux choisir le poisson que le veau..."

Si ça n'avait tenu qu'à moi, ce mariage se serait fait en comité restreint autour d'un barbecue et de quelques bonnes bières. Ce n'était pas que j'y accordais peu de valeur, bien au contraire. Mais je n'étais pas du genre à me montrer ou me mettre en avant et attirer tous les regards sur moi me mettait mal à l'aise. Contrairement à ce que disait le dicton, ce n'était pas le voyage qui comptait à mes yeux, mais bien la destination: ce que je voulais c'était achever de bâtir et finir ma vie aux côtés de cette femme, et si tout le monde continuait d'y mettre son grain de sel, c'était bien ce qui finirait par se produire: nous échangerions nos alliances en déambulateurs. Deux ans... Cela semblait tellement loin, mais d'un autre côté c'était ce qui nous séparait de la naissance de Jacob et, de ma vie, jamais je n'avais vu les jours, les mois et les années filer aussi vite que depuis ce jour-là.

J'en étais là de mes réflexions lorsque j'entendis le son de la radio emplir l'habitacle de notre voiture et la transformer en discothèque latina. Cette chanson... Je plissais les sourcils et laissais échapper un claquement de langue irrité. Cette chanson... Puis, comme je coulais un regard vers Victoria, je remarquais cette petite fossette malicieuse et ces yeux rieurs: j'avais perdu la partie avant même de l'avoir engagée. Ses cheveux dorés par ce soleil de mai, elle était belle et heureuse. Et j'étais heureux. Cette vision réussit à me dérider et je secouais la tête en riant:
"Tu sais quoi? On devrait faire notre première danse là-dessus... On  ferait grimper la température plus proche d'un mois d'août que de septembre... C'est ta mère qui serait contente!"

Mes notions d'espagnol remontaient certes à mes années d'études, mais j'avais d'assez beaux restes pour saisir le sens des paroles de la chanson qui ne laissaient que peu de place à l'imagination. Si je n'avais été aussi peu sûr de mes qualités de danseur, j'aurais donné cher pour voir la mine de nos invités et notamment de la mère de la fiancée... La boutade était bon enfant, c'était une manière légère de ramener ma belle-mère, et tous les autres, à ce qui la regardait. Une manière aussi de glisser à Vic, qui ne me connaissait que trop pour savoir que ce n'était pas acquis d'avance, que je mettais ma bonne volonté sur la table pour la faire cette première danse...

Tandis que nous venions de descendre une large allée arborée, j'arrêtais notre voiture à l'ombre. Victoria n'avait pas menti, l'endroit était magnifique. Ca avait plus de gueule que mon barbecue et mes bières, je devais bien lui reconnaître ça. Tandis que nous avancions vers l'entrée, je passais un bras autour de ses épaules et l'attirais vers moi pour déposer un baiser sur son front. Une femme de nos âges vint à notre rencontre et nous échangeâmes une poignée de main:
"Vous venez pour le mariage Cohle-Howard? Je suis Amanda, c'est moi que vous avez eu au téléphone..."
(c) DΛNDELION

_________________

Beware that, when fighting monsters, you yourself do not become a monster. For when you gaze long into the abyss,
the abyss
gazes also into you
Revenir en haut Aller en bas

Victoria M. Cohle
The pain doesn't go away

à propos
sac à dos
 A day like any other Tumblr_pq08w2DHfe1vnzgcbo3_400

Ancien métier : Propriétaire d'un petit bar dans downtown Kelowna.
Occupation : Sbire de Seth et responsable du contrôle et de la surveillance des provisions.
Statut civil : Célibataire. Elle a aimé passionnément et éperdument une fois, on ne l'y reprendra plus.
Lieu de naissance : Kelowna

 A day like any other Abvi03

Messages : 428
Inscription : 23/10/2016
Crédits : alcuna licenza. (ava)
Célébrité : Natalie Dormer

 A day like any other X0TurS621 / 5021 / 50 A day like any other BR2xH0t

 A day like any other DQEbQJ231 / 5031 / 50 A day like any other GxoDpmC

 A day like any other Hu1erU717 / 5017 / 50 A day like any other LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
 A day like any other Empty
02.06.20 14:12
A day like any other

  Abel & Vicky


Le regard toujours plongé dans la direction où elle sait qu'il se trouvait, Victoria n'en décrochait que pour observer son doigt où auraient dû se trouver une alliance. La marque de sa bague de fiançailles était longtemps restée imprégnée après qu'elle l'ait retirée, mais aujourd'hui, il n'en restait plus la moindre trace. Cette dernière est d'ailleurs le dernier souvenir de leur passé qu'elle possède, un bijou à la signification si particulière qu'elle ne parvient pas à s'en défaire. Cette bague, elle la conserve soigneusement dans le plus grand secret, même sa propre soeur croit qu'elle n'est plus qu'un lointain souvenir jeté au fond du lac Okanagan. Ses colères et sa douleur lui ont plus d'une fois donnée envie, mais jamais elle n'est parvenue jusqu'au bout et au fond, elle sait que jamais elle ne pourra le faire. De savoir que tous les restes de leurs achats liés aux préparatifs de leur mariage devaient encore se trouver quelque part venait la troubler d'avantage. Leurs alliances, sa robe et les innombrables accessoires qui devaient servir à rendre, cette soirée, aussi romantique qu'amusante. Elle avait encore parfaitement souvenir de tant de moments liés à leurs préparatifs.




Elle avait baissé le ton dès l'instant où Abel avait fait référence à leur première danse. Victoria avait toujours trouvé ce moment d'un mariage particulièrement romantique. C'était le moment qu'elle trouvait le plus intime de cette célébration, comme si malgré que tous les regards étaient tournés vers eux, les lumières tamisées et la musique permettaient aux mariés de se créer leur petit monde. Elle voulait ce moment, bien qu'elle ne l'aurait jamais obligé à le faire, et de l'entendre le lui confirmer n'aurait pas plus lui faire plus plaisir.

« Peu importe la chanson, j'aurai l'impression d'être en août, mais je suis prête à lui accorder cette victoire.  »

Elle lui avait répondu d'un ton tout aussi léger et blagueur, mais il était tout de même sincère.Il y avait tant de chansons qui lui faisaient penser à lui ou à des moments de leur histoire, elle était confiante qu'ils trouveraient quelque chose qui le mettrait à l'aise. L'émotion et le lieu féerique allaient faire le reste du travail. Quittant la voiture, elle rejoignait Abel et se blottissait dans ses bras. Elle ne s'était jamais imaginé s'engager à quelqu'un avant de le rencontrer et malgré ça, elle ne ressentait aucune crainte face à cette promesse. C'est avec un sourire que acceuillit la femme qui venait à leur rencontre. Tendant sa main dans sa direction, elle n'avait même pas le temps de se présenter que déjà, la blonde avait reconnu le timbre de sa voix.

« Ravie de faire officiellement votre connaissance ! Ce lieu m'a toujours charmé et je suis convaincue qu'il en fera de même avec lui.  »

C'est surtout l'inverse qui l'aurait surprise, consciente qu'ils partageaient tous les deux cette même vision du mariage. Ici, ils allaient avoir à la fois un grand et magnifique espace pour recevoir leurs invités, mais aussi une grande intimité grâce aux grands jardins et au lac qui les éloignent de tout voisins.

« Suivez-moi, nous allons faire une visite des lieux et ensuite, vous pourrez retournez au jardin afin de gouter les options offertes par notre traiteur. »

Victoria connaissait déjà les quelques pièces qu'ils visitèrent et qui seraient mises à leur disposition en cas de mauvais temps ou selon leurs envies : le hall, le vestiaire, la grande salle de réception. Ils gardèrent le plus important pour la fin, l'endroit où elle imaginait déjà tout se dérouler. À l'extérieur, faisant face au lac, un grand espace était déjà aménagé avec des chaises et une grande allée. Une structure de bois recouvrait le sol un peu plus loin, sans aucun doute utilisée comme piste de danse ainsi que pour placer les tables lors du repas. Une petite table s'y trouvait d'ailleurs déjà et sans même qu'Amanda n'ait à leur confirmer, elle devina qu'ils devaient s'y diriger. Lorsque cette dernière annonça qu'elle leur laissait un peu d'intimité avant de revenir avec la dégustation, Victoria attendait qu'elle s'éloigne un peu avant de faire quelques pas pour devancer Abel. Ouvrant les bras et désignant le décor magnifique qui les entouraient, elle s'adressait à lui.

« C'est parfait pas vrai ? En plus je connais déjà quelques endroits où se planquer si tu as besoin d'un peu de solitude.... mais essaie pas de t'y enfuir avant d'avoir prononcés tes voeux car je connais ces jardins sur le bout des doigts. »

_________________
I hurt myself today
to see if I still feel
I focus on the pain The only thing that's real
Revenir en haut Aller en bas

Abel Howard
Some things just can't be fixed

à propos
sac à dos
 A day like any other Tumblr_inline_p9etr20asD1uyanoc_250

Ancien métier : Ingénieur en bâtiment
Occupation : Responsable des installations de Highgate, membre du Conseil
Statut civil : Célibataire, autrefois fiancé et père d'un petit garçon mort au début de l'épidémie
Lieu de naissance : Kelowna

 A day like any other Default

Messages : 212
Inscription : 19/03/2020
Crédits : PresleyCash (ava); elswhere (gif)
Célébrité : Jake Gyllenhaal

 A day like any other X0TurS627 / 5027 / 50 A day like any other BR2xH0t

 A day like any other DQEbQJ224 / 5024 / 50 A day like any other GxoDpmC

 A day like any other Hu1erU724 / 5024 / 50 A day like any other LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
 A day like any other Empty
09.06.20 4:54

A day like any other


« Highgate Community | 7 septembre 2019 »
Mon pied battait la mesure imposée par le tictac incessant des aiguilles de l'horloge. Mes doigts massaient ma tempe comme pour intimer à mon cerveau de se concentrer. Mais rien n'y faisait. Je crayonnais sur ma planche de travail comme un écolier rêveur. Mes yeux se perdaient sur les lignes et les faisaient se chevaucher. Mes calculs n'étaient pas bons, je le savais. Je les avais refait, dix, peut-être vingt fois, mais j'étais incapable de voir ce qui clochait. Ah cette putain d'horloge! Les battements de mon cœur s'étaient calés sur sa cadence infernale. Comme si... Comme si j'allais être en retard.
Je reposais un instant mon front dans la paume de ma main. Pourquoi est-ce que je m'infligeais ça? Puis d'un geste, je laissais tout en plan. Cela ne servait à rien. J'avais besoin d'air. Perdu dans mes pensées, tandis que j'arpentais les petites rues de la communauté, je n'entendais, ni ne voyais les autres membres que je croisais et qui me saluaient, auxquels pourtant j'aurais toujours répondu par un sourire ou un signe de tête. Nerveux, tendu, j'attendis que la grille d'entrée de notre communauté ne me laisse passer.
Pour la première fois depuis mon arrivée ici, Highgate ne m'apparaissait plus comme le havre paisible qui m'avait recueilli. Pour la première fois, j'étouffais comme pris au piège. Pris au piège de mes propres démons.

Je ne devais pas me trouver là. Jamais je n'aurais dû être ici aujourd'hui.



« North Kelowna | Mai 2017 »
Parfait. Oui, ce mot, à lui seul, résumait cet endroit. Un coin de paradis dans un écrin de verdure. Victoria me connaissait bien, elle savait ce qui me ferait me sentir bien, serein. Le chant des oiseaux, la caresse du vent dans les arbres, le clapotis de l'eau étaient les seuls bruits qui venaient troubler la quiétude des lieux. Et je me prenais à nous imaginer à mon tour, dans deux ans, vêtus de nos plus beaux atours, entourés de ceux qui nous étaient chers, pour célébrer notre union. Notre hôtesse venait de s'éclipser, nous laissant seuls un moment, lorsque Victoria s'enquit de mes sentiments sur le lieu et me décrocha une boutade sur mes capacités à aller jusqu'au bout de mon engagement.

"Enfuir? Moi? Tu sais bien que je ne recule devant aucun défi... Celui-là est de taille, mais je serais brave!" L'air était grave et solennel, le soldat Howard monterait au front, vaillamment, prêt à faire le sacrifice de sa personne. J'enveloppais sa taille de mes bras et l'attirais tout contre moi. D'un doigt, j'arrangeais des mèches folles qui lui tombaient devant les yeux. "De toute façon, je sais bien que tu me traquerais et que tu me retrouverais. Tu me retrouveras toujours." Je laissais mon index courir sur l'arrête de son nez puis effleurer ses lèvres. "En revanche, je dis pas qu'un peu de solitude ne sera pas appréciée au cours de la soirée..."

Je scellais la provocation d'un sourire et d'un baiser moins chastes qu'ils n'auraient dû l'être. Il y a bien des raisons qui peuvent pousser de jeunes mariés à s'isoler le soir de leurs noces. Alors que nous contemplions tous deux la vue qui s'offrait à nous, enlacés la fraicheur du matin, je lovais mon menton dans son cou. Six ans déjà et toute une vie devant nous.

"Tout est parfait. Et pourtant, je vois bien quelque chose qui manque." murmurais-je à son oreille. Je me saisissais de ses doigts fins enroulés dans les miens, tandis que je glissais une main à l'intérieur de ma veste. Le cœur battant, la gorge sèche, je glissais un solitaire à son annulaire. Tandis que le regard clair de Victoria se posait à présent sur moi, je crus bon de me justifier, en jouant la carte de l'honnêteté, un sourire un peu penaud sur les lèvres: "Je me suis fait tirer l'oreille parce qu'il n'y avait pas de bague..."

"Y'a pas de bague?! June! Il lui a pas offert de bague!" "Alors ça, ça m'étonne pas, c'est qu'un radin..." C'était une véritable volée de bois vert de la part de mes sœurs que je m'étais pris en travers de la figure lorsque l'horrible vérité avait éclaté au grand jour. J'avais eu beau protester et me défendre... "Pourquoi faudrait une bague? A quoi elles servent sinon les alliances?" Rien n'y avait fait. La sentence était tombée. Reconnu coupable à l'unanimité. Sans circonstances atténuantes. "Tu mériterais qu'elle te plaque, tiens!"
Lorsque j'avais fait ma demande, deux ans auparavant, je m'étais presque autant surpris à prononcer ces mots cruciaux qu'elle à les entendre. Jacob n'avait que quelques heures et c'est en le regardant dormir à poings fermés sur l'épaule de Victoria qu'ils étaient sortis tout seuls, sans que je n'ai besoin de les chercher. Je n'avais pas pensé à la bague, ni ce jour-là, ni les jours d'après. Nous venions d'avoir un fils... Je ne voyais aucune preuve d'engagement qui aurait pu surpasser celle-là. Et pourtant... Mes sœurs m'avaient mis le doute. Peut-être que c'était important pour elle et peut-être que je lui laissais croire, involontairement, que ça ne l'était pas pour moi. Il y avait sans doute des hommes sur cette Terre qui respiraient le romantisme, mais je ne devais pas en faire partie, car je n'avais rien compris aux nuances subtiles que m'avait énuméré la bijoutière dans sa caverne aux merveilles. Heureusement, j'avais pu compter sur Esther qui était venue à ma rescousse au moment crucial de choisir le bon modèle et la bonne taille au milieu de tous ces joyaux.

"Maintenant qu'il y a la bague, tu ne vas pas me demander de m'agenouiller n'est-ce pas?"

Je plaisantais, pourtant mes yeux devaient trahir mon angoisse.
(c) DΛNDELION

_________________

Beware that, when fighting monsters, you yourself do not become a monster. For when you gaze long into the abyss,
the abyss
gazes also into you
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


 A day like any other Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
A day like any other
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: North Kelowna-
Sauter vers: