AccueilAccueil  Discord  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -28%
Climatiseur mobile et réversible Argo Milo Plus ...
Voir le deal
394


 

 Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love



James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Plus seul, avec Eli pour la vie
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love 1543102557-cat-james

Messages : 587
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love X0TurS621 / 5021 / 50Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love BR2xH0t

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love DQEbQJ229 / 5029 / 50Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love GxoDpmC

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Hu1erU723 / 5023 / 50Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Empty
25.06.20 6:14
Sorry seems to be the hardest word

  feat. Elijah love

 


Impuissant, encore ligoté à cette chaise, je les observe, ces hommes, emmener des silhouettes face à moi. Les pousser et les malmener, soudain les faire mettre à genoux, en ligne parfaite, mains dans le dos. Chacune des silhouettes portant un sac de toile dissimulant leur visage...
Le premier sac est ôté. Imane. Mon souffle se suspend, je me débat. Son regard me supplie, les battements de mon coeur accélèrent plus vite encore. Ses lèvres soudain frémissent sans que je ne comprenne quoique ce soit, avant que l'homme derrière elle lui tranche la gorge...
Le second sac. Nancy. Je ne parviens pas à hurler, rien ne sort de ma gorge. Que le simple spectateur d'un jeu macabre. Et la lame du bourreau soudain s'approche elle aussi de sa peau si blanche, nos regards se croisent. J'y lis la peur, avant qu'elle ne s'effondre à son tour au sol. Le sang teinte la pierre grise d'un rouge sombre.
Le troisième sac dévoile un nouveau visage. Alice. Mon coeur bat plus fort, menace d'exploser. Je m'agite sur ma chaise, les liens semblent se resserrer tous seuls. Je perçois le cri de détresse de mon amie au travers d'un voile de brume. Le sang coule contre sa peau.
Le quatrième sac. Kaniel. Cette fois-ci, c'est une rage qui s'empare de moi à l'instant même où je croise son regard. Je tire sur mes poignets, sur mes chevilles, la douleur est insoutenable. Le sang commence à couler, mais les liens tiennent bon. Un quatrième corps rejoint le sol... les sangs se mêlent, coulent doucement vers ma chaise.
Le cinquième sac tombe. Terrence. Son regard me glace le sang. Une larme glisse sur mon visage, je veux hurler, n'y parviens pas. Est-ce un rêve, un cauchemar ou est-ce bien réel ? Pourquoi je ne parviens pas à hurler... Pourquoi ne puis-je rien faire pour stopper ça ?!! Soudain, mon ami se relève, se débat, se rue sur l'un des bourreaux, lui assène un terrible coup de tête en plein visage. Et il se tourne vers moi, les mains toujours attachées dans le dos... La rage habite son regard. Terrence se jette sur moi. Il hurle...

*TOUT EST DE TA FAUTE, JAMES ! TOUT CA, C'EST DE TA FAUTE !*

Une lame brille, glisse sous sa gorge et tranche. Le sang gicle, colore les traits figés de mon visage. Terrence s'écroule au sol. Mort. Le bourreau n'attend pas.
Le sixième sac suit. Mon sang ne fait qu'un tour et je hurle. Cette fois-ci, le cri explose. Je tire, tire et tire, sur mes liens. Je hurle, hurle et hurle envers ces hommes qui s'en prennent à ceux que j'aime... Et je croise son regard, à lui. Calme. Presque serein, mais emprunt d'une terreur palpable. Elijah. Les larmes ruissèlent sur mon visage. Il articule quelques mots que je ne comprend pas, je prononce à mon tour quelque chose. Pardonne-moi...

*Je te pardonne, James...*

Sous le trait de feu de cette lame, je vois la peau s'ouvrir doucement. Comme un ralentit diabolique torturant mon âme. Le rouge recouvre son t-shirt, son regard est vide. Et moi, je pleure.
Le dernier sac dévoile ce dernier être aimé. Logan. Ses yeux sont clos, il dort. Le bourreau l'observe quelques secondes avant de sourire. Logan ouvre les yeux, les braque sur moi...

*A trop vouloir risquer ta vie, tu as risqué la nôtre. Tu devais être là pour nous, personne ne peut faire ton travail à ta place... et tu nous as abandonné. Tu m'as abandonné dans mon sommeil. Et je suis mort. Nous sommes tous morts.*

Ses derniers mots se mêlent au sang. Il s'effondre. Et je me sens si vide... épris de rage. Yeux clos, je refuse de voir ces corps. Pourtant, le sang poisseux coule et imprègne mes baskets... Tout est de ma faute... Les premiers râles me parviennent, mêlés aux rires diaboliques des bourreaux. J'ouvre les yeux et je les vois. Les morts se relever. Les uns après les autres. Je croise le regard de Kaniel, vitreux. Puis celui de Nancy, d'Imane, de Logan. Et soudain, ils se tournent vers moi...
Les morts marchent. Les morts grondent. Ils s'approchent et se jettent sur moi.
Mon hurlement résonne enfin, la douleur est atroce...................

Le cri gronde dans sa gorge, s'arrache à ses entrailles, se répercutant en écho entre les quatre murs de la petite chambre. D'un bond, la silhouette se relève entre les draps, le coeur battant la chamade, l'esprit en proie aux derniers soubresauts du cauchemar qui assaille son corps et son coeur. Bras battant l'air, regard en panique, il les voit, ces quatre murs, bien solides, dans la sombre lumière passant par les fenêtres closes. Sa respiration affolée le rappelle à la vie et il émerge enfin. Il ne dort plus. Il n'est plus enfermé dans ce cauchemar aux milles yeux inquisiteurs, aux goût de fer et aux reflets cramoisis. Les coups ne pleuvent plus, les morts ne dévorent plus son âme... ceux qu'il aime sont en vie. Là, dans leur maison de fortune qu'est devenue l'hôpital. Tout le monde est en vie. Personne n'est mort par sa faute... pas encore.

La sueur perle sur mon front, je l'essuie du revers de la main. Lourdement, je me laisse retomber dans le lit, ma tête faisant un léger bond sur l'oreiller. Et je ferme les yeux, soupire. Ma respiration se calme, j'ai terriblement chaud. Je repense à ce cauchemar et à leurs regards... Je grogne lorsque la douleur de mes côtes se rappelle à moi et je reviens enfin à la réalité. Mon oeil est encore légèrement enflé, toujours aussi bleu. Cela fait cinq jours qu'ils m'ont retrouvé...

- Elijah ?!

Je me relève, tenant mon flanc. Le lit est vide, la chambre est vide. Je suis seul dans ma chambre, que je n'ai pas quittée depuis mon retour. Elijah non plus ne m'a pas quitté une seule fois, sauf lorsqu'il devait aller nous chercher à manger. Il a pris soin de moi. Doucement, je me relève, glisse mes pieds au sol et me glisse au bord du lit en soupirant. Mon corps me fait encore souffrir, mais ce n'est rien. Ca ira mieux... Ma santé mentale me provoque bien plus d'inquiétude. Chaque nuit depuis mon retour, je fais ce cauchemar. Encore et encore. Je les vois tous tomber, les uns après les autres. Cette fois-ci, un détail a cependant changé...

- LOGAN !

Un éclair explose dans mon esprit. Logan y apparait pour la première fois. Et alors, je me lève d'un bond, ma tête tourne. Je me rattrape contre le mur et je sens dans ma poitrine la course de mon coeur. Logan. Comment ai-je pu l'oublier... Sans une seconde de réflexion, mes pieds se mettent en marche, ma main s'empare de la poignée et j'ouvre la porte, sors de la chambre sans prendre la peine de refermer derrière moi. Dans le couloir, je rase le mur, m'aide d'une main contre celui-ci et avance d'un pas boitillant et pourtant pressé. Je dois le voir, je dois m'occuper de lui. C'est mon rôle...
Et soudain, une idée affreuse traverse mon esprit. Et si personne ne s'était inquiété pour lui pendant mon absence ? Et si personne ne l'avait veillé ? J'en serais le seul responsable... j'ai refusé toute aide, je m'en suis occupé seul. Mon souffle s'emballe, je marche plus vite dans le couloir. Pourvu qu'il soit toujours en vie... Pourvu que...
J'ouvre la porte de l'infirmerie, si vivement, que je manque d'assommer quelqu'un. La silhouette pousse un léger cri de peur, laisse tomber un bol qui explose sur le sol de la pièce. Lorsqu'elle relève son visage, nos regards se croisent. Ma main est toujours agrippée à la poignée de la porte. Le visage de la jeune femme s'illumine lorsqu'elle me voit, elle laisse tomber les deux morceaux de porcelaine au sol et se jette à mon cou. Je retiens un gémissement de douleur, elle s'en aperçoit et recule.

- Oh pardon, James, je suis désolée ! J'ai eu si peur pour toi, je voulais venir te voir, mais Elijah nous a dit que tu voulais être seul alors j'ai pas osé...

Je souris face à Giulia qui enchaine les mots sans prendre de nouvelle respiration. A force, elle va finir par s'étouffer.

- Je vais bien, merci... Comment il va ?

Sans attendre plus longtemps, j'entre et marche vers le lit toujours occupé par le grand rouquin. Sa poitrine se soulève régulièrement, il semble toujours plongé dans ce trop long rêve. Je m'approche plus près du lit, me stoppe net à quelques centimètres. Je respire à nouveau. Ma main se dépose sur la sienne et je sens la présence de l'italienne dans mon dos.

- Je l'ai veillé, quand les autres sont rentrés et nous ont annoncé ta disparition... j'espère que je n'ai pas mal fait.

- Au contraire, Giulia. Tu as été parfaite. Merci.

Un léger silence s'installe entre eux, mais l'italienne aimerait lui demander ce qui lui est arrivé, mais elle n'ose pas. Il semble différent... James est souriant, drôle, il crie et braille dans les couloirs comme un fou heureux. Seulement, il semble si différent aujourd'hui... Comme quelqu'un d'autre. Et Giulia s'inquiète pour lui, elle voudrait savoir ce qui le préoccupe. Elle ne dit rien.

- Je vais prendre le relais, Giulia. Tu peux aller retrouver les autres.

Il se retourne et lui lance un sourire sincère lorsque leurs regards se croisent, ses yeux se plissent sous l'effort, bien que l'un des deux soit encore à moitié refermé par le coquard.

- Merci, pour lui.

L'italienne sort de la pièce, non sans s'être retournée pour observer le dos de son ami qui trouve doucement son rôle dans la communauté. Elle le voit boitiller, elle le voit grimacer et pourtant, il s'obstine à faire tout ça seul. Giulia, inquiète, s'en va. Et l'irlandais commence ses bilans de l'état du rouquin. Les minutes passent et au bout d'une vingtaine, le jeune médecin s'allonge sur le sol froid de l'infirmerie, le regard perdu dans le vague. Il soupire. Quelque chose change en lui, il le sent... Quelque chose grandit.


_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

à propos
sac à dos
Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Da5a205a1fd2073587445f61b3b5f74797e4f650

Ancien métier : Etudiant en astronomie
Occupation : Fait de tout dans le groupe
Statut civil : Coeur pris par un musicien irlandais
Lieu de naissance : Calgary, Canada

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Tumblr_prcvpslmIQ1y6qahmo2_250

Messages : 357
Inscription : 26/06/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte
Célébrité : Ezra Miller

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love X0TurS619 / 5019 / 50Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love BR2xH0t

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love DQEbQJ224 / 5024 / 50Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love GxoDpmC

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Hu1erU712 / 5012 / 50Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Empty
24.07.20 6:13
James & Elijah



Sorry seems to be the hardest word

Les yeux levés au plafond, Elijah caresse doucement le bras de celui qui se tient à ses côtés. Des jours entiers qu'il n'a pas quitté cet homme, sauf pour lui apporter ce dont il a besoin. Des jours, des nuits, à espérer qu'il se remette de ce qu'il s'est passé. Le canadien a vu son visage changer, se dégonfler, perdre de sa couleur douloureuse, il a vu ses muscles reprendre leur forme, l'assurance retrouver son sourire. Pourtant, une chose est restée la même : son regard. Depuis qu'il est revenu, Elijah ne retrouve plus cette flamme au creux des yeux de James. Cette flamme qui lui a longtemps réchauffé son cœur et qui refuse de revenir malgré ses tentatives. Quelque chose s'est envolé et il a peur, Elijah. Il a peur pour son James. Peur que quelque chose se soit définitivement brisé. Car en Elijah, une cassure s'est produite. Pas dans ses sentiments pour James, bien au contraire, mais dans son courage, sa force. Il s'est surpassé pour retrouver l'irlandais, serait allé jusqu'au bout du monde pour lui, mais depuis son retour, Elijah est encore plus terrifié de l'extérieur. Pour ce qu'il pourrait faire des personnes qui lui sont proches. Malgré toutes les épreuves rencontrées depuis que les morts se relèvent, jamais Elijah n'a ressenti une peur aussi profonde que lorsqu'il a vu James là-dehors, amoché, presque mort.

Depuis qu'il a ramené James à l'hôpital, Elijah n'ose plus le quitter par peur de le perdre encore une fois. James fait le beau, James fait le fort, mais Elijah n'est pas dupe, Elijah le connaît. Les paroles sont une façade, les rires un costume, les sourires un masque. Elijah sait que James a profondément été blessé durant son expédition, physiquement mais surtout, psychologiquement. Comment peut-on se remettre d'un passage à tabac par sa propre sœur ? Il a bien vu que malgré ses dires, James ne va pas aussi bien qu'il le prétend. Alors Elijah, il préfère rester constamment à son chevet, pour prendre soin de l'irlandais mais aussi, pour se rassurer lui-même. Depuis l'échange de ce baiser, Elijah s'est rendu compte que James a pris une place énorme au sein de son cœur. Il l'a attrapé de ses grands bras pour l'emprisonner au creux de sa cage thoracique. Il ne voit plus sa vie sans lui, ne s'imagine plus respirer un autre air que le sien, n'ose penser à une autre vision que celle de ses pupilles pleines de promesses.

Il soupire, Elijah, en se rendant compte que le sommeil ne viendra plus et qu'il est temps de commencer la journée. Il est encore tôt, mais à quoi bon repousser l'inévitable. Il se redresse doucement, quittant la chaleur réconfortante du corps de l'irlandais. Il voudrait déposer un baiser sur sa joue mais a peur de réveiller la douleur et de lui faire quitter les bras de Morphée. Alors il se contente de sourire, Elijah, en admirant son visage si paisible, avant de quitter ce lit et cette pièce. Il se dirige tranquillement vers la cuisine, répond aux quelques salutations endormies. Il ne fait que ça depuis son retour. Lui habituellement au service de tout le monde préfère aujourd'hui passer son chemin pour retrouver l'atmosphère rassurante de la chambre de James.

Sauf que les autres ne sont pas tous de cet avis. C'est une main sur son épaule qui le fait s'arrêter et se retourner. « Bonjour Elijah ! Ça fait longtemps qu'on ne te voit qu'en coup de vent ! Comment vas-tu ? » Il arbore immédiatement ce sourire qu'on lui connaît, pour rassurer Caroline et pouvoir s'envoler plus rapidement. « Salut Caroline ! Ça va. Je m'occupe de James en ce moment, donc ça me prend du temps. » Immédiatement, Caroline perd son sourire et elle chuchote. « Ah oui… Il avait bien mauvaise mine quand il est revenu. Il va mieux ? » Il aimerait soupirer, Elijah, quitter cet atmosphère plus pesante, mais il n'en fait rien. Il garde son sourire et se contente de répondre. « Il va mieux oui. J'allais justement lui apporter son petit-déjeuner ! Il criait famine, donc je vais pas traîner ! » Laissant un rire éclater au sein de la salle, Elijah cherche une manière de se débarrasser de cette rencontre inattendue. Et Caroline mord à l'hameçon. « Oh ! Oui, amène-lui vite quelque chose alors ! » Et sans attendre plus longtemps, le canadien se dépêche de déguerpir dans la cuisine pour chercher de quoi nourrir leur deux estomacs.

En revenant dans la chambre, c'est un lit vide qui l'accueille suivi d'une sueur froide le long de sa colonne vertébrale. James n'est plus allongé. Par réflexe, Elijah jette un oeil dans la salle-de-bain, mais il ne s'y trouve pas. Il réfléchit, vite, à tous ces endroits dans lesquels son ami se rend souvent et il dépose ce qu'il a ramené de la cuisine avant de filer une nouvelle fois dans les couloirs. Naturellement, il prend d'abord le chemin de sa propre chambre, au cas où James s'y serait rendu pour le chercher. Mais il n'y est pas. Nouvelle sueur froide. Il se dirige ensuite vers le réfectoire, au cas où il l'aurait peut-être manqué. Ce n'est que la petite main d'Aïda qui l'accueille. La petite l'a repéré depuis le fond de la pièce. Elijah lui sourit et lui adresse un signe de la main. Mais il n'ira pas la voir. La petite princesse sait comment l'attraper et ne plus le laisser filer. Alors Elijah, il ne se laissera pas avoir cette fois-ci. Il pose un regard sur tous les recoins de la pièce, mais James n'est pas là. Gentiment, il sent son cœur s'emballer, la peur se frayer un chemin, et il file, une nouvelle fois. Il lui faudra encore un bon moment avant de penser à l'infirmerie. Même si James est le médecin attitré du groupe, il n'est pas censé s'y rendre en ce moment. C'est Elijah qui lui ramène ce dont il a besoin et il lui a formellement interdit d'aller soigner les autres tant qu'il n'ira pas mieux.

D'un pas rapide, Elijah s'y dirige, la boule au ventre. Il ne sait jamais dans quel état il va retrouver son ami. S'il faudra le relever, le ramener à son lit ou s'il faudra l'engueuler. Alors le coeur au bord des lèvres, il repousse la porte de l'infirmerie et c'est un battement raté qui accueille un James au sol. Se sentant revivre tout le cheminement de ses retrouvailles avec l'irlandais, Elijah panique. Il se précipite vers lui, s'agenouille à ses côtés.

Seulement, Elijah réalise que James est conscient, qu'il a simplement décidé de se poser là et tout explose. « Tu fais quoi James ! J'te cherchais partout ! » Ne sachant comment gérer ces sentiments dont il n'a pas l'habitude, Elijah se relève et se recule de quelques pas. « Je m'inquiétais pour toi ! Je t'avais dit de rester dans ton lit tant que tu ne serais pas à 100% remis ! T'es pas censé venir ici ! » Il s'agite, bat de l'air. Lui d'un naturel si calme semble ne pas être le même.

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

James A. Walsh
I'm not a hero

à propos
sac à dos
Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Bf7ae3504589dec8227a6e3758ab540ff6a69f1e

Ancien métier : Etudiant en médecine
Occupation : Médecin de la Lyssa, participe aux excursions
Statut civil : Plus seul, avec Eli pour la vie
Lieu de naissance : Irlande, Dublin

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love 1543102557-cat-james

Messages : 587
Inscription : 25/10/2018
Crédits : FeuilleDeCarotte, avatars et gifs
Célébrité : Dylan O'Brien

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love X0TurS621 / 5021 / 50Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love BR2xH0t

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love DQEbQJ229 / 5029 / 50Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love GxoDpmC

Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Hu1erU723 / 5023 / 50Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love LWcMbb0



Survive
Sac à dos:
Possessions:
Carnet de santé:

Voir le profil de l'utilisateur
Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Empty
30.07.20 9:55
Sorry seems to be the hardest word

  feat. Elijah love

 


Grandir, ça fait mal. Ca fait quelque chose dans la poitrine, comme un pincement désagréable dans les premiers instants. Puis, on s'y fait et on s'adapte. James n'est plus un enfant, James n'est plus un adolescent. James n'est plus un idiot insouciant au large sourire. Parce que quelque chose s'est brisé en lui, pour grandir définitivement. Et le changer profondément. Peut-être était-ce cela qu'attendait sa soeur ? Qu'il comprenne et grandisse... qu'il ne peut plus être imprudent, qu'il doit penser aux autres et oublier le gamin turbulent qu'il a été. James devait grandir. James devait changer et trouver ce but qui lui échappait, mais qu'il pensait pourtant avoir trouvé. Alors qu'il ne faisait que l'effleurer du bout des doigts... L'irlandais a trouvé ce pourquoi il est fait. Ce but que l'on cherche tous. James est médecin, mais avant tout, James a une famille. Et cette famille, il doit être là pour elle. Et en tant que seul médecin, ne pas se faire blesser ou pire, tuer bêtement. Il ne peut plus être insouciant, car cet âge est révolu. Et couché sur le sol de l'infirmerie, le souffle tranquille de Logan comme seul repère, il comprend. Yeux clos, il inspire profondément et se laisse aller aux réflexions qui ne le quittent plus.

La porte de l'infirmerie s'ouvre à la volée. L'irlandais, sur le sol froid de l'infirmerie, sursaute à peine, ouvre légèrement les deux yeux. C'est un Elijah rouge et essoufflé qui déboule entre les quatre murs, l'air affolé. Il braque son regard sur son ami au sol, panique. Et se précipite vers James qui soudain fronce des sourcils et ouvre définitivement ses paupières pour les braquer sur son ami qui s'agenouille alors à ses côtés. L'irlandais ne pipe pas le moindre mot, sa gorge est sèche. Depuis son retour, il parle moins. Il s'emporte moins. Les mots sont plus difficiles à aligner qu'avant, bien plus encore lorsqu'il doit se confronter aux regards inquiets de la Lyssa. C'est pour cela qu'il n'a pas encore essayé de les retrouver... le réfectoire est une épreuve pour lui. Revoir tout le monde, capter la peine dans leurs yeux, leur air compatissant. Ils savent tous... et James refuse de jouer au jeu de la pauvre victime. Il préfère rester en retrait, rester muet. Pour l'instant. Jusqu'à ce qu'il puisse trouver ce qui a changé en lui, ce qui s'est brisé...
C'est la voix d'Elijah, éclatant dans l'infirmerie, forte, qui parvient à faire sortir le doc de sa léthargie. Sortant de ses pensées, il ne quitte pas l'ancien étudiant d'astronomie du regard. Il se relève alors que l'irlandais reste au sol, il se recule de quelques pas et gesticule, s'agite dans les airs. La colère l'emportant dans ses bras, lui qui normalement est d'un naturel si calme. Lui aussi est différent... Elijah est sa pilule, son calmant. Celui qui l'apaise et sait le prendre. Et James peine alors à le reconnaître, braillant et gesticulant de colère. Il ne semble plus être le même... Après tout, il est sorti à l'extérieur, par sa faute. Il a bravé le dehors pour lui alors qu'il en a toujours eu peur.

Le sourd plaque ses deux mains au sol, s'appuie sur ses coudes pour se relever. Assis alors sur le sol, il entend toujours les mots de son ami qui grogne contre lui, alors que ses mains le soulèvent pour se mettre sur ses genoux qui se déplient. Il sent sa colonne se remettre droite et enfin, le voilà debout. Face à cet ancien ami qui aujourd'hui est bien plus que ça. James a encore le goût de leur baiser sur ses lèvres...

- J'en ai marre de rester dans le lit et Logan a besoin de moi.

Le jeune médecin sent une pointe d'irritabilité l'atteindre, il déteste se faire surveiller. Sa soeur le faisait sans arrêt...

- Et j'vais beaucoup mieux, c'est bon, j'vais pas m'écrouler à chaque seconde.

Les stigmates de son passage à tabac sont encore visibles, les bleus persistent et ses côtes bougent encore. Seulement, l'irlandais est têtu et bien qu'il veuille rester à l'écart, il est impossible pour lui de délaisser Logan. Il l'a fait bien trop longtemps... il l'a oublié. N'a pas été professionnel.

- Que j'sois ici ou dans ma chambre, c'est pareil...

Son ton est froid, agacé. Et il s'en rend bien compte. James se rapproche de son compagnon toujours emporté de colère, le visage soudainement atteint par un air de repentir.

- Excuse-moi...

Mais Elijah recule, le visage rouge de colère. L'enfant têtu se rend compte de sa bêtise... Il se rend compte de la peur éprouvée, de l'inquiétude. Elijah est sorti dehors, pour toi... James. Elijah a bravé le monde apocalyptique, pour toi. Et toi, tu t'agace qu'il s'inquiète... Es-tu stupide ?

- J'suis un crétin.


_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

à propos
sac à dos


Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Sorry seems to be the hardest word - feat. Elijah love
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 123456789... Déclaration !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: Downtown :: General Hospital-
Sauter vers: